Ecrits sur la démocratisation culturelle – 5/10

par Pierre Moulinier, correspondant du Comité d’histoire

DIFFUSION SOCIALE DE LA CULTURE

Avec l’arrivée de Jack Lang à la tête du ministère de la Culture en 1981, la distance entre culturel et socioculturel devient océanique. Bien qu’une direction à part entière soit créée en 1982 pour prendre en charge les questions interministérielles et notamment les questions liées à la jeunesse et aux quartiers défavorisés, la direction du développement culturel (DDC) – qui a en charge les établissements d’action culturelle -, l’animation devient un concept tabou rue de Valois. L’action culturelle officielle se doit de prendre appui sur la création et les artistes qui deviennent les nouveaux médiateurs. Cependant, à la suite de rapports commandés à de nombreux experts, tels celui de Pierre Belleville « pour la culture dans l’entreprise », celui d’Henri Giordan, « démocratie culturelle et droit à la différence », celui de Jean Hurstel, « action culturelle et jeunesse, jeunesse de l’action culturelle », ou celui de Sylvie Clidière, «  étude sur l’expression culturelle des communautés des Antilles et de la Guyane », une politique des « nouveaux publics » se développe dans la ligne du FIC et de la démocratie culturelle. La première circulaire chargée de présenter aux DRAC les missions de la DDC (18 février 1982) s’efforce de baliser le champ social sur lequel elle interviendra. Après avoir caractérisé son action comme une « politique d’ouverture et de démocratisation » s’appuyant « sur un engagement constant des créateurs, des équipes de production artistique ou d’action culturelle sur des terrains sociaux spécifiques » et permettant « dans la vie culturelle et artistique du pays l’expression propre de populations marginalisées par rapport aux pratiques culturelles dominantes », la circulaire esquisse une typologie des principales cibles concernées : 1) les « catégories de population qui devraient faire l’objet d’une attention particulière » (les jeunes, les femmes, les immigrés, les personnes âgées, les handicapés) ; 2) les « terrains, les lieux où pourraient être initiées de nouvelles formes de pratiques culturelles » (les entreprises et le monde du travail, les hôpitaux, les prisons, les lieux d’enfermement, l’armée, les banlieues, le monde rural) ; 3) les « cultures différentes ou spécifiques » (cultures régionales, culture populaire, culture scientifique et technique). En 1983, la DDC qualifie pour le Plan sa politique à long terme1 de « politique de démocratie et de diversification culturelle » : constatant « l’échec de la démocratie culturelle par la seule politique indifférenciée de diffusion culturelle », elle préconise « une politique de différenciation culturelle » en menant des actions spécifiques contre les inégalités et les disparités géographiques (Province/Paris, villes moyennes/métropoles, zones périphériques/centre ville, monde rural) et pour la valorisation des identités culturelles, en encourageant la rencontre entre création artistique et pratiques sociales, en développant la formation artistique des jeunes, la diversification et la transformation du réseau des institutions culturelles. Cette stratégie axée sur une insertion plus étroite de la culture dans la vie économique et l’économie passe fondamentalement par un soutien accru à la création artistique. Une présence active de la production artistique dans la vie sociale et économique est la condition d’une avancée réelle à l’égard des deux objectifs majeurs énoncés (développement économique et diversification culturelle).

Élargissement des publics et nouveaux publics

En 1982, un nouveau décret, daté du 10 mai, se substituant au décret de 1969 d’André Malraux, reprend l’idée de la culture au sens anthropologique, en considérant tous les hommes comme également créateurs : « Le ministère chargé de la culture a pour mission : de permettre à tous les Français de cultiver leur capacité d’inventer et de créer, d’exprimer librement leurs talents et de recevoir la formation artistique de leur choix… ». Dans un article pour la revue Commentaire, Jack Lang écrit qu’il incombe au ministère « de reconnaître un plein droit de cité à toutes les expressions artistiques, (y compris) des formes aussi populaires que le rock, le jazz, les variétés, le cirque ou la photographie, que les pouvoirs publics avaient jusqu’ici négligés »2.

Ce n’est qu’à la fin de 1983 qu’apparaît la thématique des « nouveaux publics », Jack Lang devant faire une communication au conseil des ministres en mai 1984 sur « la culture et ses publics ». La DDC demande à chaque direction de contribuer à ce débat. Dans une note de Dominique Bocquet, chef de la division des interventions culturelles, datée du 8 décembre 1983 et intitulée « propositions en vue d’un renforcement de la politique des nouveaux publics de la culture », la DDC met en valeur la nécessité d’une meilleure association des directions à cette politique, notamment par la création d’un comité ad hoc au sein du ministère (ce qui ne sera jamais fait), l’enrichissement de sa stratégie d’information et d’un affichage politique plus fort. Une note de la DDC de mai 1984 adressée au cabinet du ministre tente un bilan des acquis de la politique du ministère en direction des publics en deux points :

« I. Les institutions culturelles entendent mieux répondre aux exigences de la démocratisation culturelle.
– Les obstacles matériels à l’accès de tous à la culture ont été réduits (extension du réseau des institutions culturelles ; politique active de la tarification) ;
– Les modalités de fonctionnement des institutions culturelles sont progressivement aménagées afin de mieux prendre en compte les préoccupations du public (adaptation des horaires et des périodes d’ouverture à l’évolution des rythmes de vie ; meilleure formation des personnels à l’accueil du public et à l’animation ; développement de l’information et de la participation du public) ;
– Le champ d’activité des institutions culturelles s’élargit et de nouvelles prestations sont offertes au public (élargissement de la gamme des activités, création de nouveaux types de structures telles que les centres de culture scientifique ou les centres régionaux de la chanson) ;

« II. S’appuyant sur de nouveaux acteurs de la vie culturelle, la politique culturelle s’efforce d’aller au devant des publics ;
A. Des politiques concertées permettent de donner peu à peu droit de cité à la culture dans les différents lieux de la vie sociale (monde du travail ; milieu scolaire ; transports ; lieux de vacances ; milieu carcéral) ;
B. Les programmes conduits en faveur des zones défavorisées ouvrent de nouveaux terrains à la vie culturelle (développement culturel des quartiers dégradés et des zones péri-urbaines ; développement culturel des zones rurales) ;
C. Le droit à la différence et à la prise en compte des pratiques culturelles du plus grand nombre favorise l’accès de tous à l’expression culturelle (pratiques culturelles des jeunes ; soutien aux cultures régionales et communautaires ; cultures de l’immigration) 
».

Entre création et animation

Une certaine contradiction naît de ces deux orientations politiques : comment concilier le primat à la création et au professionnalisme et l’ouverture aux publics défavorisés ? Jean Caune (Caune, 1999) estime que pour la DDC, qui s’efforce, écrit-il de « sauver l’action culturelle, mais l’élan culturel est brisé face à la communication marchande et aux industries culturelles », il s’agit de prendre en compte un double mouvement : celui de la création intellectuelle et artistique et celui « des pratiques culturelles effectives de la population, avec leur diversité, mais aussi leur position inégale par rapport aux langages et formes les plus élaborés ». Pour son directeur Dominique Wallon, « l’action culturelle a été souvent assimilée à la seule fonction d’animation (voire d’animation pédagogique) parce qu’elle a été abusivement séparée de la création artistique » (conférence de presse sur les établissements d’action culturelle du 25 novembre 1982).

La réponse de la DDC à la contradiction création/animation est de confier aux artistes l’action culturelle en direction des publics éloignés du monde culturel. Dans une note rédigée en guise d’introduction à une journée d’étude sur la DDC (23 avril 1982)3, Dominique Wallon précise ce qu’il entend par « développement culturel » : « Le terme développement culturel correspond à une problématique spécifique qui associe deux choses : l’avancée des langages et des formes avec leur pouvoir à initier des transformations, et en même temps l’enrichissement des pratiques culturelles, c’est-à-dire de tout ce qui dans la vie quotidienne valorise un certain type de comportement par rapport à des idées, valeurs, modes d’expression et de communication. La DDC doit développer un rapport dialectique entre les pratiques artistiques et les pratiques sociales. Ceci veut dire aussi que le thème de la diversité et de la différence est fondamental : il y a des langages, des réalités sociales et la diversité des rapports entre réalités sociales et productions artistiques. Ce thème est essentiel quand on parle de décentralisation. […] Les interventions constituent, avec la décentralisation, le fer de lance de la nouvelle approche globale de la politique de la culture. »

Parmi cent autres, le texte suivant de Dominique Wallon, directeur de la DDC, prononcé lors du Forum de Bordeaux « culture et quartiers » le 25 janvier 1985, marque le nouveau paradigme : « il ne faut pas, déclare-t-il, isoler le problème des quartiers de celui plus général des insuffisances de la politique de démocratisation culturelle lancée par André Malraux […] Pour le ministère de la culture, il n’y a qu’une seule politique nationale, il n’y a qu’une seule politique culturelle et artistique sur le plan national qui a sa cohérence, qui a la volonté d’avancer en même temps sur tous les terrains […] Cette politique culturelle là, il n’y a pas en son sein un ensemble de nature différente qui serait la politique réservée à des groupes sociaux comme les communautés immigrées, les habitants des quartiers dégradés. […] Le terrain plus particulier des quartiers, c’est pour nous une extraordinaire possibilité de renouvellement, d’approfondissement de notre politique nationale…En regardant les projets, on voit naître de nouvelles formes d’action culturelle, nées parfois des institutions, nées parfois sans, ou d’une certaine manière contre elles. Cette action culturelle retrouve un certain nombre d’évidences aujourd’hui, à savoir que l’action culturelle c’est la rencontre des paroles sociales avec les langages artistiques, c’est la possibilité d’introduire par la force et la liberté même de la création, de nouvelles visions de la réalité. La crise de l’action culturelle, c’était un peu la crise de l’animation comme discours intermédiaire entre les paroles artistiques. Or cette mise en rapport, cette jonction directe, c’est bien cela l’action culturelle aujourd’hui ».

Toujours à propos des quartiers défavorisés, une importante et substantielle (8 pages) circulaire aux DRAC de Dominique Wallon du 26 mai 1982 permet au ministère de la Culture de renouveler sa distance avec le secteur socioculturel. Selon la DDC, « la dégradation sérieuse des conditions sociales propres à ces quartiers procède d’une conjugaison de facteurs où les questions d’habitat se combinent avec des facteurs économiques (chômage notamment), sociaux (échec scolaire et déqualification, question des immigrés, éclatement des structures familiales, problèmes sanitaires, toxicomanie, prédélinquance, etc.) et proprement culturels. » D’où la nécessité de lutter sur tous ces fronts. Sans ces transformations en profondeur, « la tentative d’une action culturelle se limiterait, sans nul doute, à des interventions superficielles et sans lendemain. En revanche, la perspective d’un véritable ‘développement social’ de ces quartiers doit nécessairement prendre en compte une vigoureuse dimension culturelle. La paupérisation des populations concernées et leur situation d’exclusion sociale croissante se traduit, en effet, de multiples façons dans ce domaine :
a) dans la plupart des cas, les structures culturelles existantes s’avèrent insuffisamment aptes à jouer leur rôle de diffusion à l’égard de larges couches de la population […] Des carences affectent également, à des degrés divers, l’accès à une pratique culturelle aussi fondamentales que la lecture ou les conditions de diffusion d’œuvres culturelles de grande consommation comme le cinéma. Enfin, pour être complet, on doit ajouter à cette description que, dans bien des cas, les structures dites ‘socioculturelles’ ou d’éducation populaire, parfois réputées mieux adaptées à ce genre de situation, ne trouvent elles mêmes qu’une audience sociale relativement circonscrite.
b) Cette situation exige de remédier, de façon urgente, à des carences en équipements de base, du type bibliothèques, salles de spectacles ou de cinéma, locaux polyvalents… […]
c) Une politique culturelle adaptée à ces situations ne peut limiter ses ambitions à un simple ‘rattrapage’ quantitatif ni à l’augmentation indispensable des moyens d’équipement ou de fonctionnement des établissements ou réseaux culturel existants. Elle appelle, au contraire, de la part des divers responsables de la vie culturelle une capacité renouvelée d’initiative et d’innovation. Il est probable qu’une vie culturelle dans laquelle les couches concernées de la population puissent véritablement se reconnaître ne pourra exister qu’à la condition de savoir prendre en compte un ensemble de pratiques culturelles qui soient en rapport plus étroit avec les valeurs, les représentations, les aspirations qui sont propres à ces couches sociales. Il ne s’agit pas d’enfermer celles-ci dans leurs particularismes ou dans une ‘sous-culture’ qui renforceraient l’isolement des quartiers. Les formes d’expression et d’apprentissage que de telles pratiques peuvent ouvrir à des populations lourdement frappées d’exclusion sociale et culturelle doivent au contraire être comprises comme l’une des voies nécessaires de leur affirmation consciente en tant que groupes et de leur réinsertion dans l’ensemble de la vie collective.
d) une telle visée de démocratie culturelle (
souligné dans le texte) exclut, bien évidemment, que l’action engagée – sauf à entraîner des rejets immédiats – se calque sur une attitude d’assistance, affirme un objectif ‘préventif’ ou ‘thérapeutique’ ou se limite à des pratiques étroitement ‘socioéducatives’. Son succès est en revanche indissociable de la plus large participation des populations à la définition et à la mise en œuvre de l’action culturelle ».

1 DDC, La politique de la culture à moyen terme, document introductif au débat de la commission de travail n° 7 « développement social, éducatif et culturel », juin 1983.
2 Commentaire, hiver 1989-1990, n° 48, p. 710
3 Centre archives de Fontainebleau, versement 870646 (carton 1).
4 Jacques Toubon, « Qu’est-ce que la culture pour vous ? », Revue des deux mondes, novembre 1994.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *