Ecrits sur la démocratisation culturelle – 7/10

par Pierre Moulinier, correspondant du Comité d’histoire

DÉMOCRATISATION, LE RETOUR

Les amateurs

En février 1989, un protocole d’accord est signé entre les ministères de la Culture et de Jeunesse et Sports. Dans la foulée, le ministère met en valeur des secteurs d’action jusqu’à présent plutôt de la responsabilité de la Jeunesse et des Sports, telles que le développement des pratiques amateurs. En 1991, il publie à cet effet un « état des lieux » de ses interventions en la matière : accompagnement des pratiques amateurs par des professionnels ; résidences d’artistes dans les quartiers ; actions de formation dans ces domaines ; soutien aux fédérations d’amateurs ou à des manifestations d’envergure nationale ou internationales ; aide à la construction et à l’équipement de salles (musique, archives) ; aide à l’insertion professionnelle des praticiens amateurs ou semi-professionnels (jazz, musiques traditionnelles, rock et variétés)1. En 1992, la DDF publie un bilan de ces actions2. Une circulaire du 15 juin 1999 relance quelques années plus tard ces actions, notamment dans le domaine du théâtre, de la musique et de la danse.

Ces mêmes années de la fin du siècle, durant le ministère de Catherine Trautmann (juin 1997-mars 2000), voient la réhabilitation de deux notions controversées : l’éducation populaire et la démocratisation de la culture. En 1996, la DDF publie un numéro spécial de son bulletin sur l’éducation populaire3. Le 23 juin 1999, Catherine Trautmann fait une communication au conseil des ministres sur les « nouvelles mesures en faveur de la démocratisation culturelle », qui se partagent en quatre groupes : l’éducation artistique et culturelle ; l’accompagnement des pratiques amateurs ; l’émergence des jeunes talents ; a formation professionnelle. Le 30 juin 1999, la ministre signe une « charte d’objectifs Culture-Education populaire » avec huit fédérations d’éducation populaire. En 1998, elle avait présenté les réformes engagées pour une démocratisation de la culture, selon elle, « un objectif prioritaire », qu’elle déclinait en trois volets : « éducation, formation, médiation » ; « les activités artistiques pratiquées en amateur » ; « la question des tarifs ». Selon Claude Patriat (Patriat 1998), Catherine Trautmann s’efforce de résoudre « la contradiction entre deux libertés, celle du créateur dans son travail de création et celle de chaque citoyen dans le choix de ses pratiques culturelles ». Pour la ministre, « la protection conjointe de ces deux libertés premières, dont la rencontre ne va pas toujours de soi, demeure le fondement de l’engagement et de l’action de l’Etat en matière artistique et culturelle depuis une cinquantaine d’années ».

Égalité d’accès

Le successeur de Catherine Trautmann, Catherine Tasca, assisté par Michel Duffour, secrétaire d’Etat à la décentralisation et au patrimoine, mettent l’accent sur l’égalité d’accès à la culture. Le 3 mai 2000, la nouvelle ministre, auditionnée à l’Assemblée nationale, énonce trois grands principes d’action : la diversité culturelle ; l’égalité d’accès ; la décentralisation. A ses yeux, « l’inégalité traverse les territoires et tout d’abord l’équilibre Paris/régions. (…) Lutter pour l’égalité, c’est aussi développer en la généralisant une politique d’éducation artistique et d’accès de tous les jeunes à la pratique culturelle ». Les nouvelles technologies doivent y contribuer : « Parce que les nouvelles technologies de l’information et de la communication peuvent constituer l’un des terrains les plus propices au développement des inégalités face à la culture, parce qu’elles peuvent contribuer au contraire à faciliter l’accès du plus grand nombre aux richesses de la création artistique, le ministère se doit d’accentuer ses efforts en ce domaine »

Une nouvelle forme d’action culturelle est mise en relief grâce au rapport sur les « friches » de Fabrice Lextrait commandé par Michel Duffour (Lextrait, 2001). Selon lui, les friches urbaines constituent « des espaces où se posent aujourd’hui, en des termes politiques, les questions essentielles de notre société (…) Ce mouvement nous confronte à l’ hybridation inédite entre les experts artistiques et les experts du quotidien, entre les artistes et la population (…) Par cette hybridation, les espaces culturels deviennent à nouveau des territoires de l’expérimentation sociale et notamment de l’expérimentation des rapports entre l’individu et la communauté ». Ce rapport fait entrer les « nouveaux territoires de l’art », le nouveau cirque, les arts de la rue, les fêtes et festivals dans l’action culturelle.

1 Liste des actions menées ou soutenues par le ministère chargé de la culture. Etat des lieux, 1991.
2 DDF/DEDA, Le ministère de la Culture et de la Communication et les pratiques artistiques et culturelles amateurs, 1992, 72 p.
3 « Education populaire », Direct, lettre de la DDF, n° spécial 18, mai 1996.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *