Ecrits sur la démocratisation culturelle – 8/10

par Pierre Moulinier, correspondant du Comité d’histoire

DE LA DÉMOCRATISATION A LA CULTURE POUR CHACUN

Le président de la République Nicolas Sarkozy relance le thème de la démocratisation dans la lettre de mission qu’il adresse à la ministre Christine Albanel le 1er août 2007 : « Votre première mission sera de mettre en œuvre l’objectif de démocratisation culturelle. Celle-ci a globalement échoué parce qu’elle ne s’est appuyée ni sur l’école, ni sur les médias, et que la politique culturelle s’est davantage attachée à augmenter l’offre qu’à élargir les publics ».

En 2009, le thème de la « culture pour chacun » est lancé par le ministre Frédéric Mitterrand. Le 13 octobre 2009, en ouverture du cinquantième anniversaire de la naissance du ministère de la culture, il se réfère explicitement à son prédécesseur Michel Guy, lorsqu’il affirme vouloir promouvoir « non une culture pour tous, mais une culture pour chacun. La différence est de taille, ajoute-t-il. Pour chacun en particulier, car la culture, je le dis souvent, est du domaine de l’intime. Pour chacun, car la culture, même lorsqu’elle est diffusée, est une chose trop délicate pour être une et indivisible; elle est toujours reçue d’une manière différente, transformée, même imperceptiblement, aussitôt qu’elle est accueillie… De même que l’idée d’une culture de la rupture appartenait à l’utopie du siècle des idéologies, le rêve d’une culture unique pour tous – comme on parle de « pensée unique » -, même s’il s’agit d’une culture cultivée, appartient, il me semble, au passé nationaliste de l’Europe, à ce désir de fusion qui est à l’opposé de notre idéal d’articulation. …Je dis aussi « la culture pour chacun » parce que le « tous », c’est trop souvent la collectivité indistincte, toujours susceptible d’emballements aveugles, de réflexes de foules, et que « chacun », c’est la chance offerte à la nuance, à la menue différence, à l’infime dissension qui, sans menacer la cohérence du corps social, bloque les embrigadements obligés. « La culture pour chacun » parce que le multiculturel n’est pas non plus un idéal d’État qui viendrait, de haut en bas, s’imposer à un peuple jugé trop national. Non ? aucun État multiculturel ne succède aujourd’hui à l’ « État culturel » que fustigeait jadis un célèbre académicien. Mais le dialogue des cultures se fait aujourd’hui dans le « musée imaginaire » personnel et accueillant de « chacun ». Dans un quant à soi qui est aussi l’un des lieux de l’exigence1 ».

1 Publié dans l’ouvrage intitulé Cinquante ans après culture, politique et politiques culturelles, sous la direction de Élie Barnavi et Maryvonne de Saint Pulgent, par le Comité d’histoire du ministère de la culture, Paris, La Documentation française, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *