La culture réduite à son emploi du temps ?

par Bernard Faivre d’Arcier1, ancien directeur du Festival d’Avignon et ancien directeur du Théâtre et des Spectacles au Ministère de la Culture

Tous les dix ans, le Ministère de la Culture publie une lourde enquête statistique intitulée « Les pratiques culturelles des Français ». Le Département des études de ce Ministère a rendu publique, en octobre dernier, son enquête décennale en précisant que ces statistiques devaient être appréciées à l’aune de « l’ère numérique ». Le Monde a rendu compte de ce document2 en titrant « Internet bouscule les choix culturels des Français ». Or, l’article se terminait par un jugement de valeur sur l’efficacité du Ministère de la Culture, affirmant que l’état des pratiques culturelles traduisait « l’échec de l’institution, concentrée sur les Beaux-Arts ; le Ministère s’est – de fait – replié sur une culture rétrécie. Les politiques culturelles ne sont parvenues ni à élargir les publics, ni à corriger les inégalités, ni à répondre aux évolutions technologiques ».

C’est à peu près comme si on déclarait que la presse d’opinion avait échoué dans son rôle d’information et de formation. La démocratisation du lectorat des journaux ne s’étant pas réalisée et les entreprises de presse ne s’étant pas adaptées aux nouvelles technologies, autant supprimer les aides à la presse inscrites au budget du Ministère de la Culture et de la Communication. Heureusement aucun abonné du Monde auquel nous sommes tant attachés ne souscrirait à une telle analyse…

C’est ainsi que se répand petit à petit, y compris dans la « presse cultivée », le sentiment que l’intervention publique dans le domaine de la culture est inutile, inefficace et archaïque. Autrement dit, le grand rêve de Malraux qui créa, il y a cinquante ans, le Ministère de la Culture dans le but de rendre accessible au plus grand nombre les grandes œuvres de l’humanité, se serait évanoui au fil du temps ne laissant derrière lui que le paysage désolé d’institutions culturelles moribondes et bureaucratisées, ne servant plus qu’à une minorité vieillissante d’usagers.

Cela fait plusieurs années que l’idéologie de droite répand l’idée que l’action culturelle est d’un autre temps. Même au plus haut sommet de l’État, il est affirmé que l’histoire du Ministère de la Culture est celle de « décennies d’errements ».

Relevons d’abord qu’il est paradoxal de déclarer que le Ministère s’est replié sur une culture rétrécie. Il y a plus de vingt ans, on faisait reproche, au contraire, à Jack Lang d’avoir une vision tentaculaire de l’intervention publique et, s’écartant délibérément d’un Ministère des Beaux-Arts, de convoquer à tort la mode, le graphe, le rap, la gastronomie au rang des champs d’intervention de cette administration. Il est vrai que ces dix dernières années, le Ministère de la Culture a laissé filer son influence au profit des collectivités locales qui, bon gré mal gré et parfois non sans réticence, ont dû prendre le relais d’un État fatigué.

Il est vrai aussi que les collectivités publiques ne sont plus, et de loin, les seules à intervenir dans les pratiques culturelles des Français car les industries culturelles se sont beaucoup développées et les nouvelles technologies ont semblé plus efficaces pour diffuser des productions musicales et audiovisuelles de toutes natures.

Mais il ne faut pas faire dire à cette enquête ce qu’elle ne dit pas à propos de la démocratisation de la culture. L’ouvrage ne recense en fait que des consommations dites culturelles ; elle ne fait que constater, ce dont on se doutait : l’utilisation d’Internet fait forcément diminuer l’usage de la télévision ; la diffusion du film, surtout avec la généralisation du piratage, se fait au détriment de la salle de cinéma (qui, elle, reste payante) ; la musique sous toutes ses formes, sauf la classique, s’est répandue dans toutes les oreilles et à tout instant. Mais comptabiliser le temps consacré au bricolage, à la cuisine, aux jeux vidéo ou au tricot ne constitue pas une réflexion sur la démocratisation culturelle. On décrit là comment le « budget temps » et le « budget argent » de nos concitoyens est réparti entre de multiples usages proposés. On ne sait rien du contenu.

Or, la mesure de la diffusion de la culture mérite des analyses qualitatives et non pas quantitatives. Si on parle de la lecture, il faut savoir de quoi on parle. Or les enquêtes de consommation ne distinguent pas la lecture d’un roman ou de poèmes et celle de manuels de cuisine et de bricolage. De la même manière, le temps utilisé à surfer sur Internet ne distingue pas la recherche documentaire, le tourisme culturel, le visionnage de You Tube, la lecture de blogs, ou la consommation de films pornos. S’il s’agissait de mesurer la démocratisation culturelle, il faudrait imaginer une toute autre batterie d’indicateurs qui tiendraient compte de la structure de l’offre de services culturels, de sa répartition sur le territoire, de l’élasticité de la demande par rapport au prix, du niveau d’étude, de la structure de la famille etc. En aucun cas le chiffrage de consommation dite culturelle (le jeu vidéo en ligne est-il une consommation culturelle ?) ne peut être tenu pour la mesure de la démocratisation.

C’est le mal intrinsèque de notre société de consommation que d’assimiler la démocratie à l’audimat. Serait démocratique tout ce qui atteint un certain objectif « audimatique ». On sait bien que sur les chaînes de télévision généralistes on écartera systématiquement tout ce qui n’atteint pas un chiffre minimum d’audience. Adieu donc la littérature, la poésie, la musique classique, le cinéma d’auteur et le théâtre (qui ne soit pas un one man show humoristique). Voilà bien comment les sondages ont perverti la réflexion politique. On n’entendra plus le discours de Malraux mais le raisonnement d’un chef des ventes. Or, le Ministère de la Culture n’a pas à jouer le rôle d’un supermarché. Lui donner comme horizon des objectifs chiffrés comme le font parfois les grilles d’évaluation introduites à l’occasion de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) c’est confondre le contenant et le contenu, le sondage et le vote et adopter délibérément une culture de masse qui n’est le reflet que des mass médias.

Ce raisonnement est contredit par l’histoire de l’art et ses enseignements. S’il s’était agi de mesurer l’importance de la peinture au chiffre des visiteurs des Impressionnistes à leurs débuts, l’importance de la psychanalyse au nombre des lecteurs de Freud de son vivant, la portée du théâtre au nombre de spectateurs de Beckett dans les années 50, celui de la musique aux applaudissements du Théâtre des Champs-Élysées après le « Sacre du Printemps », la portée artistique du cinéma au premier film de Dreyer, le monde serait passé tout simplement à côté de l’art et son fonds culturel n’aurait plus été constitué que de romans de gare, comédies de boulevard et comiques troupiers. Il est nécessaire de sortir l’histoire de l’art du débat de sa démocratisation si cette dernière devait uniquement être jugée à ses résultats immédiats.

Aller au théâtre n’est forcément pas une chose aussi aisée que suivre un match de foot à la télé. C’est un acte volontaire qui nécessite du temps, de l’argent et des efforts. Donc, comment pourrait-on comparer une sortie théâtrale aux jeux vidéo ? Le « produit culturel » (même si l’association de ces deux mots est quelque peu contradictoire) n’est précisément pas une marchandise comme les autres ; c’est enfin ce que s’accordent à dire l’Union Européenne aussi bien que l’UNESCO et on rappellera volontiers que c’est à l’honneur de la France d’avoir fait partager à d’autres États cette considération envers l’œuvre. C’est pourquoi on ne peut pas, à moins de se méprendre, analyser ces fameuses pratiques culturelles comme on le ferait des produits alimentaires ou électroménagers car elles sont irréductibles à la comparaison. Cela rappelle fâcheusement ce vieux réflexe de la classe politique qui pense qu’il suffirait pour s’affranchir de ses devoirs envers le développement culturel du pays de mettre en ligne des spectacles par exemple afin d’accroître le nombre de leurs « consommateurs ». C’est oublier qu’on ne peut pas additionner ou soustraire le nombre de spectateurs et le nombre de téléspectateurs, sinon d’ailleurs on n’aurait plus besoin de salles de spectacle. Or, l’émotion théâtrale propre à l’assistance d’un spectacle vivant sur scène ne peut être rendue à l’écran. Une chose est de voir une pièce de Pina Bausch, une autre est d’en voir la restitution sur un écran, une troisième est en outre de comparer le visionnage du film produit et de le mettre en concurrence avec un film porno ou une compétition sportive. De la même façon, ce type d’amalgame condamnerait irrémédiablement l’activité d’ARTE, dont l’audience ne dépasse pas 2 à 3% depuis des années, au profit d’une télévision paillettes. Heureusement que l’Histoire s’est déroulée de manière inverse.

Qui peut retrouver la brillante histoire de l’action culturelle de notre pays – convié par ailleurs à réfléchir à son identité culturelle – dans une telle étude de marché des industries culturelles ? Où sont les regards fascinés devant la parade des « Géants » de Royal de Luxe, où sont les files d’attente des Journées du Patrimoine, les foules de nos Festivals, les salles de spectacle, les musées, les monuments qui font de notre territoire une destination culturelle de premier plan. Et surtout, où est l’influence culturelle et artistique de la France, l’histoire de Vilar et Vitez, de Malraux et Lang, de Lévi-Strauss et Lacan, du Centre Pompidou et de Lille 2004 ?

Le bilan reste donc à faire des activités menées par les collectivités territoriales et l’État dans le champ de la culture, mais cela personne, curieusement, ne s’en soucie.

 

1 Ce texte a été écrit en 2009 à l’occasion des premiers travaux préparatoires pour le séminaire “La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine”
2Le Monde” du 15 octobre 2009


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *