Action culturelle et éducation populaire

par Pierre Moulinier, correspondant du Comité d’histoire

Dans le cadre du séminaire sur « la démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine », deux séances ont été consacrées les 20 janvier et 10 février 2014 aux rapports ayant existé depuis la Libération entre l’action culturelle et l’éducation populaire.

Ces deux notions ont connu un incontestable essor sous la IVe République avec la naissance ou le renforcement de nombreux mouvements de jeunesse et d’éducation populaire et la création d’une administration d’État vouée à ce secteur d’une part, à la mise en œuvre d’une politique de décentralisation dramatique d’autre part. Lors de la naissance de la Ve République, la mise en place d’un ministère des Affaires culturelles et d’un Haut-commissariat à la Jeunesse et aux Sports s’est traduite par une séparation des deux secteurs. Pendant de longues années, l’action culturelle et l’éducation populaire se sont développées en investissant des équipements différents, en se dotant d’un personnel distinct d’animateurs et d’administrateurs formés dans des établissements de formation distincts, et bien sûr en se dotant d’objectifs et de modalités d’action divergents. Des débats parfois virulents ont opposé les tenants de l’animation culturelle à ceux de l’animation socioculturelle, la démocratisation culturelle à la démocratie culturelle, la création à la créativité, la culture d’en haut à la culture d’en bas.

Lors des séances du séminaire consacrées au rapport entre les deux notions, Guy Saez a mis en évidence le fait qu’au-delà des différences d’ordre administratif, les deux secteurs partagent des questionnements et dans le fond des finalités communes : construire la nation, créer de la citoyenneté, élargir au plus grand nombre la culture de l’élite, réconcilier la culture savante et la culture populaire, ouvrir à tous l’expérience esthétique. Mais si l’action culturelle prône la démocratisation, c’est-à-dire l’élargissement des publics de la culture « légitime », l’éducation populaire se veut « démocratique », médiatrice entre l’art et la vie, la culture savante et la culture ouvrière ou rurale et prône une éducation du peuple. Son action se veut « socioculturelle ».

Laurent Besse a présenté le cas emblématique de la Fédération des maisons de jeunes et de la culture (FFMJC) qui a joué un rôle important dans la période 1965-1980 en matière de gestion d’équipements et de formation d’animateurs, en particulier dans les villes moyennes. Les MJC, qui occupent des bâtiments financés en grande partie par l’État et qui sont dirigées par des animateurs salariés, se veulent des lieux de formation du citoyen plus que de diffusion de la culture « beaux-arts », leur rôle est éducatif et leur public principal la jeunesse. Elles constituent cependant des lieux d’action culturelle complémentaires des équipements culturels labellisés. Après 1968, beaucoup d’entre elles abandonnent l’action culturelle et deviennent des « maisons pour tous », lieux d’animation de quartier.

Dans l’après-mai 1968, le rapport entre action culturelle et éducation populaire se transforme à travers la notion de « développement culturel » selon laquelle la « culture » doit être mise au service du développement de la société dans tous ses aspects (économique, social, éducatif, etc.) grâce à des actions d’animation « globale ». Divers phénomènes accompagnent cette mutation, de la politisation de l’action culturelle à la revendication du « pouvoir aux artistes » par les créateurs du théâtre public. Il en résulte l’élargissement du fossé entre l’action culturelle et l’animation socioculturelle, entre « créateurs » et « animateurs ». Dans le même temps, on assiste à la montée du local, à l’essor des cultures régionales, à l’aspiration à la décentralisation qui débouche sur les lois de 1982-1983. Sous le ministère de Jack Lang dans les années 1980, est créée une direction du développement culturel qui s’efforce de concilier la création d’excellence et le travail socioculturel de terrain à travers les notions de « diffusion sociale de la culture » et de « nouveaux publics » tandis que Jack Lang accroît considérablement le champ des compétences disciplinaires de son ministère.

Dans les années 1990, un rapprochement s’opère entre les deux secteurs grâce au développement de la notion de « médiation », à la multiplication des services éducatifs des établissements culturels, à la réhabilitation des pratiques amateurs ; la diversité culturelle devient un mot d’ordre. En 1999, Catherine Trautmann fait une communication au conseil des ministres sur les « nouvelles mesures en faveur de la démocratisation culturelle », qui se partagent en quatre groupes : l’éducation artistique et culturelle ; l’accompagnement des pratiques amateurs ; l’émergence des jeunes talents ; la formation professionnelle. Le 30 juin 1999, la ministre signe une « charte d’objectifs Culture-Education populaire » avec huit fédérations d’éducation populaire et relance le conseil national culture/éducation populaire. Ces mesures signent un début de réconciliation entre les deux secteurs. Jean-Claude Richez souligne le fait que l’alliance avec l’éducation populaire ouvre l’action culturelle à des réseaux importants et constitue un levier pour le développement culturel territorial, mais l’initiative de Catherine Trautmann n’est pas exempte de contradictions, notamment du fait que le référentiel de l’éducation populaire est civique et politique et celui de l’action culturelle plutôt esthétique. Une partie du champ artistique est par ailleurs fermement opposée à la charte des missions de service public que la ministre lance parallèlement. Enfin, le gouvernement Jospin ne manifeste pas beaucoup d’enthousiasme.

Dans le secteur de l’éducation populaire, Frédéric Chateigner signale qu’après une certaine dévalorisation du terme dans les années 1980, on constate un retour en grâce de cette expression à la fin du siècle dans les discours publics et les revues, retour en grâce qu’il attribue à un marasme du militantisme politique et à une crise d’identité du culturel. La ministre Marie-Georges Buffet lance une « offre publique de réflexion sur l’éducation populaire », malheureusement sans résultat faute de soutien du gouvernement. Néanmoins des associations se définissent comme d’éducation populaire « en amont du politique », telles l’ATTAC ou les universités populaires.

Sommaire

1. De l’enchantement des fondations à la Libération, à l’étatisation des débuts de la 5e République (1944 -1969) par Guy Saez
2. L’impossible intégration de l’éducation populaire dans l’action culturelle (1970-2000) par Guy Saez
3. D’autres maisons de la culture ? Les MJC et l’action culturelle au cours des années 1960 par Laurent Besse
4. Une troisième vie de l’éducation populaire ? Les relances des années 1990-2000 par Frédéric Chateigner
5. La prise en compte de l’éducation populaire dans la politique culturelle de Catherine Trautmann par Jean-Claude Richez


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *