Télévision et démocratisation culturelle : un rendez-vous manqué ?

par Géraldine Poels,
post-doctorante à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ)

 

En juin 1966, le sociologue Georges Friedmann, publiait dans Le Monde une série d’articles qualifiant la télévision d’« école parallèle ». Aujourd’hui, statistiques des inégalités culturelles ou chiffres d’audience à l’appui, on déplore volontiers l’échec du projet d’éducation populaire, de démocratisation par la télévision. Par l’intermédiaire de la « dictature de l’audimat », c’est le grand public lui-même qui aurait sanctionné cet échec et conduit à une marginalisation de la culture scolaire au profit du divertissement. Cependant, cette explication apparaît simpliste au regard de ce que l’on sait de la réception des émissions culturelles par les téléspectateurs.

Comme le ministère de la Culture, l’ORTF a eu à cœur d’évaluer les résultats de sa politique d’éducation populaire. Le sujet est d’autant plus sensible que la télévision, toute culturelle qu’elle soit, est soupçonnée d’affaiblir le magistère moral de l’instituteur, de discréditer le fonctionnement et les valeurs de l’école. Démontrer le rôle culturel de la télévision constitue donc une véritable obsession de ses dirigeants, obsession qui se traduit dans la prolifération d’études commandées au SEO1, puis à l’INA, sur le sujet. Ce sont les résultats de ces enquêtes, conservés aux Archives nationales, complétés par les courriers des téléspectateurs, que nous avons utilisés pour évaluer la réception des émissions culturelles des années 1950 au milieu des années 1980, à l’époque du monopole public sur la télévision2.

On dispose également des chiffres d’audience, mais ils ne sauraient fournir de réponse univoque à nos interrogations. En effet, on peut aussi bien souligner la faible audience des émissions culturelles en valeur relative, ou l’importance des effectifs (en millions d’individus) que ces pourcentages représentent. Ainsi, en 1976-1977, avec 4 % d’audience moyenne, les émissions culturelles sont loin d’atteindre les scores des feuilletons, séries et émissions de variétés qui peuvent dépasser les 60 %. Mais ce pourcentage correspond à près de 1,6 million de téléspectateurs, soit « la totalité de la fréquentation annuelle cumulée de tous les théâtres nationaux et de tous les centres dramatiques nationaux pour l’ensemble de leur programmation annuelle3 ».

Il faut aussi rappeler que la définition de « la » culture qui fait alors consensus est plutôt étroite : « Nous avions la bonne conscience de communiquer pour la première fois à un public vierge le meilleur de l’héritage culturel traditionnel, et cela nous suffisait », rappelle le réalisateur Marcel Bluwal4. La télévision est davantage tournée vers la transmission d’un patrimoine (élaboré et légitimé en dehors d’elle) que vers la découverte des avant-gardes. De même, dans les rapports sur le sujet, une vieille tradition tend à distinguer les émissions culturelles du reste des programmes. Ainsi, une étude de 1974 portant sur « les émissions culturelles » ne retient pour objet que les émissions traitant d’un des thèmes de compétence du ministère de la Culture, à savoir : théâtre, musique, opéra, danse, peinture, sculpture, architecture, et littérature. De même, en avril 1975, les cahiers des charges des nouvelles chaînes imposant la diffusion « d’émissions régulières […] consacrées à l’expression littéraire, à l’histoire, au cinéma et aux arts plastiques », ainsi que la retransmission de concerts classiques, de pièces de théâtre, d’opéras et de ballets. Quel a été l’impact de cette politique ?

1. Le bilan de la démocratisation culturelle

a. Des lectures pour tous ?

Des enquêtes nous renseignent sur la réception des émissions littéraires, ou du moins des joyaux de la télévision culturelle que furent Lectures pour tous (1953-1968) et Apostrophes (1975-1990). La première cherche à vulgariser une littérature élitiste et consacrée. Son impact se mesure moins en termes d’audience (à sa naissance, on compte 60 000 postes), qu’en termes de prestige. Son public restera toujours restreint. À son apogée, il est très approximativement évalué à un tiers des téléspectateurs5 (ce qui est une proportion non négligeable) – mais l’audience chute avec l’apparition de la deuxième chaîne, jusqu’à l’arrêt de l’émission, en 1968. Il est difficile de savoir ce qui séduit le plus les partisans de l’émission, mais il semble que son dispositif télévisuel – fondé sur le témoignage-confession des auteurs – fascine au moins autant que les œuvres présentées. Les critiques, elles, sont très claires : l’émission est considérée dès les années 1950 comme symbole de l’élitisme de la télévision. On lui reproche son caractère « radiophonique » (c’est-à-dire peu télégénique) et ennuyeux : « nous n’avons pas le temps de lire, ceux qui lisent choisissent eux-mêmes leurs livres » ; « émission pour cercle privé, rasante » ; « ne retient qu’une certaine classe de téléspectateurs6 »… Un registre de critiques totalement opposé a pu s’exprimer dans les lieux plus traditionnels de la réflexion littéraire : Lectures pour tous, comme son héritière Apostrophes, est en effet critiquée par certains intellectuels comme une entreprise de vulgarisation qui trahit et profane son objet. On regrette son influence néfaste sur le monde littéraire, on l’accuse de faire du livre une marchandise, et de l’écrivain un représentant de commerce7.

À partir de 1975, Apostrophes prend la relève, se taille un public, une réputation et une hégémonie sur la télévision littéraire. Son audience moyenne est comprise entre deux et trois millions de spectateurs et on lui attribue une certaine influence sur les achats en librairie du samedi. Pourtant, Frédéric Delarue rappelle le paradoxe qu’il y a à faire de cette émission le modèle de la télévision lettrée. Selon Bernard Pivot lui-même : « C’est un magazine d’idées à partir des livres […] cette formule du magazine d’idées privilégie les essais, les pamphlets, ouvrages historiques ou sociologiques au détriment de la littérature pure8. » De fait, au vu de l’importance des thématiques sociales et des questions d’actualité, l’émission s’apparente tout autant aux magazines et émissions de plateaux de débats de société. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle est si largement appréciée. En 1975, un téléspectateur rennais commente ainsi un débat : « il n’a pas été question des livres ou très peu, enfin si, on a donné les titres peut-être, mais il n’a pratiquement pas été question des livres, on a peut-être parlé de ce qu’il y avait dans les livres mais on a pas parlé du livre en lui-même quoi hein et je crois que c’est pour ça finalement que c’était intéressant9 »… Les émissions littéraires ne font pas forcément acheter des livres (et encore moins lire). Leur apport est ailleurs : elles familiarisent les téléspectateurs avec le champ littéraire et représentent un lieu de production d’un jugement critique. Si elles plaisent, cependant, c’est surtout par leur capacité à mettre en spectacle le grand écrivain ou les débats de société10.

b. Télévision, histoire et mémoire

À côté de la littérature, il est un autre domaine qui fit la gloire de la télévision publique, et qui est encore cité par les téléspectateurs nostalgiques : il s’agit des émissions historiques. On a pu voir dans La Caméra explore le temps (1957-1965) un bel exemple de « catéchisme républicain ». En 1974 encore, au sein des émissions culturelles, l’histoire se distingue par son succès d’audience, à l’inverse de la musique et des arts plastiques, et même à heure de diffusion équivalente11. L’émission mensuelle Alain Decaux raconte (1969-1988), sur la Deuxième chaîne, a rencontré un véritable succès, de même que certains débats des Dossiers de l’écran (1967-1991) sur des sujets historiques.

L’attrait du romanesque y est pour beaucoup. Certains ouvriers, interrogés à la fin des années 1950, manifestent un goût prononcé pour l’histoire (et notamment pour les films historiques), qui s’enracine dans un goût pour le scandale, la petite histoire et l’évasion dans le temps. L’histoire est pour eux avant tout une source de dépaysement, d’anecdotes, de distraction12. En 1974, un téléspectateur félicite ainsi Alain Decaux : « il y a des tas de… des tas de types qui ont dû faire presque des thèses sur les sujets qu’il développe mais enfin, il les développe sur un côté presque fait divers qui font une connaissance rapide d’un fait historique et qui sont assez agréables13 ». Si le public apprécie ces émissions, c’est parce qu’elles diffusent une histoire bien différente de l’histoire scientifique, dans la mesure où elle est davantage fondée sur la narration que sur le débat et l’argumentation. Le succès de ces émissions repose donc sur la dramatisation, l’exotisme, le divertissement, les explications psychologiques et l’anecdote. Dans cette représentation du passé à la télévision dominent les amours, les batailles et les énigmes, alors que dans l’enseignement, la mythologie tend à disparaître et l’imaginaire à perdre de sa force : « En réalité, la télévision n’a rien de commun avec l’école. […] Les programmes historiques ne ressemblent ni dans le contenu, ni dans la forme, ni, surtout, dans le mode de transmission à des programmes scolaires. »

Par ses affinités avec la mémoire plus qu’avec l’histoire scientifique, sa fonction est essentiellement identitaire : elle véhicule des mémoires collectives, qui alimentent des sentiments d’appartenance. C’est ainsi qu’elle peut alimenter ou cristalliser des luttes, comme l’a montré l’exemple des paysans manifestant, en novembre 1969, sous la bannière de Jacquou le Croquant14.

c. Le plus grand théâtre de France

Le théâtre télévisé est un autre vecteur privilégié du patrimoine littéraire. C’est d’ailleurs à son sujet que les potentialités culturelles de la télévision sont le plus complaisamment évoquées : grâce à lui, selon l’expression consacrée, Racine ne peut-il toucher en une soirée plus de spectateurs qu’avec toutes ses représentations à la Comédie française ? La métaphore de la salle de théâtre permet en effet de souligner l’extraordinaire élargissement du public que représente la télévision pour un art jusque-là élitiste. En 1974, le public des théâtres est « minoritaire et élitaire ». La même année, 59,2 % des téléspectateurs, soit 22 millions de Français, déclarent regarder « de temps en temps » ou « souvent » du théâtre télévisé. De plus, les écarts entre les catégories socioprofessionnelles sont beaucoup moins importants pour le public du théâtre télévisé que parmi les amateurs de théâtre en salle : les ouvriers qualifiés, qui vont très peu au théâtre, sont parmi les plus fervents amateurs de pièces télévisées. Ainsi, le théâtre télévisé est un programme véritablement « populaire », alors que la sortie au théâtre reste un loisir élitiste. Le réalisateur Marcel Bluwal est évidemment très sensible à ce succès de la démocratisation : « Le public adorait ça […], que lui disait-on ? Le théâtre, c’est ce que ni vous ni vos parents n’avez jamais pu voir. Ce que vos patrons et les patrons de vos parents avaient le droit, en payant, en se réunissant entre eux dans des salles spécialement construites pour ça, de contempler. Et bien la télévision vous permet d’en être le témoin à votre tour15. » Cette mémoire se nourrit notamment de l’épisode mainte fois cité de l’adaptation des Perses d’Eschyle par Jean Prat, en octobre 1961 – un épisode mythique de la télévision des réalisateurs. Pourtant, d’après certains journalistes, le public « avait été englué progressivement dans un ennui pesant, persan et barbu. Certains résistaient seulement cinq minutes, d’autres, plus coriaces, un quart d’heure16 »…

Il reste donc à apprécier la composition du répertoire que les téléspectateurs privilégient17. C’est bien sûr l’émission Au théâtre ce soir qui incarne alors pour la majorité d’entre eux le théâtre télévisé. Elle a son public fidèle, quelle que soit la pièce diffusée. Or on sait que son répertoire est essentiellement composé de pièces comiques et de vaudevilles : il semble difficile d’en faire un modèle de la culture scolaire. À l’inverse, les recherches qui définissent une partie du théâtre contemporain, inspirées par Brecht et Artaud, ne passent pas à la télévision, qui a du mal à s’affranchir des conventions classiques de la représentation.

d. La culture élitaire en dehors des émissions culturelles : du savoir encyclopédique à la langue de Molière

Des enquêtes montrent que la télévision ne promeut pas seulement des connaissances (des auteurs, des œuvres), mais aussi une acculturation diffuse à l’univers de la haute culture : ainsi, les présentateurs se doivent de s’adresser aux téléspectateurs dans un français irréprochable et de valoriser, de manière générale, les savoirs scolaires. Certains professionnels auraient tout de même été déroutés par les résultats de quelques enquêtes. Parmi la moitié d’ouvriers qui peuvent citer une émission culturelle en 1961, 35 % citent des variétés et des jeux télévisés18… Il est vrai que jusqu’en 1963, les jeux de questions-réponses comme L’Homme du XXe siècle mettent les candidats dans une situation qui rappelle l’examen et valorisent les connaissances encyclopédiques. François Mauriac lui-même ne se disait-il pas dépassé par la culture littéraire dont faisaient preuve certains candidats du Gros Lot ? La télévision met bel et bien en scène des figures d’intellectuels. Les plus connus, bien sûr, ne sont pas ceux qui s’expriment après 22 h 30. « L’homme cultivé par excellence » est incarné par… Léon Zitrone : « il possède un savoir encyclopédique ; il parle couramment plusieurs langues étrangères, ce qu’il manifeste ostensiblement en se livrant, pendant les interviews qu’il effectue, à un exercice de virtuosité en traduisant presque simultanément les déclarations des personnalités étrangères19. » Il présente donc « tous les signes extérieurs de l’érudition et de la compétence », que ce soit en commentant dans le détail généalogies princières ou en prononçant « à l’anglaise » les noms des chevaux de courses…

À la fin des années 1950, sommés par les enquêteurs de définir « la » culture20, les ouvriers valorisent la connaissance de l’actualité et la correction formelle manifestée par les journalistes de télévision : être cultivé, c’est « être au courant de l’actualité, ne pas passer pour un imbécile, ça c’est le principal de la culture : il faut des connaissances générales et diverses : les moteurs, Nasser, et même Sacha Distel ». « La culture c’est être dans le coup, comprendre les événements », et c’est aussi savoir s’exprimer : « l’homme cultivé a une grande facilité d’élocution ». Comme le speaker, qui est explicitement cité comme modèle par quelques-uns (mais aussi comme « les gens qui répondent bien à Quitte ou double ou au Gros Lot »), « l’homme cultivé se tient mieux, cause mieux, n’a pas les mêmes manières que nous autres ». Les trois quarts des interviewés manifestent donc une attitude plutôt optimiste à l’égard de l’information et de l’apport culturel des médias de masse, du moins en présence de l’enquêteur : « ça rapproche des intellectuels et des gens cultivés ».

Le niveau de langue des journalistes est fréquemment évoqué par les enquêtés des milieux populaires. Même s’il est difficile de le mesurer exactement, il est probable que la télévision ait joué dans la familiarisation avec une langue châtiée, avec des mots étrangers ou à la mode : « En écoutant parler le présentateur, en regardant sa tenue et comment il parle, ça nous fait déjà rectifier », affirme un agriculteur21. Plusieurs enquêtes, cependant, témoignent de fréquentes difficultés de compréhension22. En 1970, un linguiste conclut que le journal télévisé mobilise un vocabulaire tel que son niveau de lisibilité correspond à un niveau d’instruction secondaire supérieur – qui n’est pas celui de la majorité du public. 59 % des paysans interrogés en 1965 trouvaient les dramatiques difficiles à suivre et leurs scénarios décousus23. Les études sociologiques du début des années 1960 montrent donc que, pour les ouvriers, la plupart des émissions appartiennent en réalité à l’univers de la culture légitime. Pour eux, la télévision est bien un moyen de culture qu’ils consomment sans en ressentir la moindre culpabilité. À divers titres, et pas seulement à cause des émissions explicitement « culturelles », la télévision relève de cet univers bourgeois : les jeux sont perçus comme faisant appel à une érudition hors de portée, l’élocution des présentateurs, leurs civilités et bonnes manières impressionnent.

La télévision culturelle, à l’époque de l’ORTF, est parvenue à quelques succès : l’histoire, la littérature, le savoir scolaire en général ont pu, souvent, trouver une audience importante. La culture ainsi transmise reflète peu la création, l’avant-garde artistique et scientifique. Elle ne remet pas fondamentalement en cause les préférences, depuis longtemps avérées, pour le roman du XIXe siècle, le théâtre de boulevard, l’histoire-bataille et la musique populaire : les travaux sur les capacités de la télévision à transmettre (ou inculquer) la culture d’élite ont montré les limites de l’instrument. En outre, si certaines émissions ont obtenu des succès d’audience et acquis un prestige inébranlable, ce succès n’est pas forcément d’une nature escomptée par leurs promoteurs, car les usages sont toujours imprévisibles. Regarder Apostrophes pouvait, à la limite, dispenser de lire des livres ; les dramatiques historiques de La Caméra explore le temps étaient appréciées dans la mesure où elles présentaient toutes les apparences de la fiction romanesque.

Même sur le petit écran, même sur la chaîne unique, la haute culture suscite au pire un rejet, au mieux une indifférence polie. Ce n’est que lorsqu’elle se glisse hors des émissions labellisées « culturelles » qu’elle touche (au sens fort du terme) un grand public : lorsque l’histoire se mêle à la fiction et au romanesque, lorsque l’érudition se manifeste dans les jeux ou les discours journalistiques. Aussi, du point de vue du téléspectateur, beaucoup d’émissions de la télévision des années 1970 peuvent être considérées comme « culturelles » : pas seulement Apostrophes, ou Alain Decaux raconte, mais aussi les émissions du commandant Cousteau (indice d’intérêt de plus de 92 %.), Les Grandes batailles (48 % d’écoute en 1972), Aujourd’hui la vie, Chefs-d’œuvre en péril, Les Animaux du monde et Les Médicales… Elles relèvent de ce que les chercheurs de l’INA, d’après les interviews de téléspectateurs, appellent la « culture vivante », « celle qui suscite l’implication personnelle, qui permet de se situer dans son temps, dans son monde24 » : la géographie humaine, l’actualité, les informations pratiques…

Cependant, les termes du débat évoluent dans les années 1970. Ce n’est plus seulement l’efficacité de la démocratisation culturelle qui est mise en cause, mais ses fondements mêmes : d’une part la bonne volonté culturelle du grand public, et d’autre part, le bien-fondé de ce volontarisme.

2. La haute culture, victime du grand public ?

Le désintérêt du public aura-t-il eu raison des belles ambitions des pionniers ? La réponse à cette question révèle la complexité des relations entre réception et production, demande (ou perception de la demande) et offre. Après la dissolution de l’ORTF, en 1974, les cahiers des charges des trois chaînes entendent prévenir un reflux des émissions culturelles, qui paraît inévitable dans un contexte de concurrence. Malgré leurs directives, ces émissions sont programmées à des heures de plus en plus tardives (une évolution accentuée après 1983). Le cercle vicieux se met en place : les émissions tardives perdent de l’audience, et l’étroitesse de leur public justifie leur mise à l’écart. L’échec de la programmation culturelle est interprété comme la victoire de la « demande », celle du grand public, qui lui préfère le divertissement.

Toutefois, deux éléments, au moins, viennent nuancer cette analyse. Tout d’abord, il est délicat de faire la part des logiques internes, liées à l’évolution de la production, et de la demande du public. La « demande » finit par devenir un véritable élément de langage des débats sur l’audiovisuel, aussi bien dans les médias qu’à l’Assemblée. Les autres facteurs qui influencent les évolutions ne sont jamais pris en compte, alors que le reflux des émissions culturelles tient à des causes multiples25. Ensuite, il faut prendre en compte contexte. Après les remises en cause de mai 1968, le messianisme culturel des élites devient suspect et ses promoteurs sont moins assurés. C’est la définition même de la culture qui ne vont plus de soi.

a. La remise en cause du catéchisme culturel après 1968

La télévision a de plus en plus de mal à en assumer la conception scolaire et traditionnelle. La télévision n’échappe donc pas à la remise en cause du modèle sur lequel elle reposait, celui d’André Malraux et de sa politique culturelle26. En effet, depuis mai 68, la diffusion de la « culture », dite désormais « bourgeoise », par la télévision comme par l’école, devient problématique. Les hiérarchies traditionnelles apparaissent comme le résultat d’un ethnocentrisme de classe. Le ministère de la Culture prend de nouvelles orientations. La tendance est à la critique de l’instruction et de la contrainte didactique, à la valorisation de la « sensibilisation » aux problèmes de société et de la « communication sociale ». Il est désormais évident que les émissions culturelles ne sauraient se réduire à leurs formes les plus traditionnelles. Le volontarisme des premiers temps a été dénoncé comme un paternaliste bourgeois, qui n’a pas pour autant réussi à convaincre les élites intellectuelles et avant-gardes d’investir le nouveau média. La définition de la haute culture doit désormais être actualisée par la promotion de productions culturelles modernes, et renouer avec la dynamique des avant-gardes.

Le déclin de la télévision scolaire et éducative est un exemple révélateur. Il est en effet la conséquence de choix des institutions responsables, qui ne sont pas uniquement motivés par sa faible audience, comme l’a montré Viviane Glikman. À partir de 1974, son temps d’antenne diminue progressivement27. Les nouvelles séries d’émissions se veulent moins scolaires, et davantage ouvertes sur le monde contemporain : elles évoluent vers la forme du magazine (avec débat et témoignages). Il s’agit de donner envie d’apprendre, de donner la parole aux exclus, de parler de formation – mais la télévision n’est plus le prolongement de l’école. Avec ces émissions de vulgarisation et de savoir-faire quotidien (bricolage…), la télévision éducative perd de sa spécificité. Avec la loi de 1971, qui crée le droit individuel à la formation, la formation des adultes apparaît désormais du ressort du patronat. Le ministère de l’Éducation se désintéresse de la télévision éducative, dont les missions sont de plus en plus assurées par des organismes privés ou associatifs. Les directeurs de chaînes, soumis à la concurrence, sont soulagés de se débarrasser de cette contrainte pesante dans leurs grilles28. La remise en cause de la télévision éducative est donc surtout une remise en cause de principe. Un rapport de 1973 regrette que « la création des télé-promotions n’ait pratiquement pas pris pour base des besoins réels et clairement exprimés a priori par les intéressés eux-mêmes29 ». Leurs producteurs sont soupçonnés d’avoir surtout été animés par la volonté « d’imposer des schémas » aux téléspectateurs, sous prétexte de satisfaire leurs prétendus besoins en formation. La télévision éducative ne serait pas très éloignée d’une opération de propagande visant à l’intégration à marche forcée des Français dans la société moderne : l’auteur du rapport parle même de « catéchisme ».

Même dans les jeux télévisés, la référence constante à l’univers scolaire est peu à peu apparue désuète. De nouvelles formules reposent sur une culture accessible à un plus grand nombre, comme le jeu Réponse à tout (1972-1982), une adaptation du célèbre Jeu des 1000 Francs de RTL, où les questionnaires sont concoctés par les téléspectateurs. D’autres font appel à la culture de l’audiovisuel comme Monsieur Cinéma (1967-72, 1976-80) : la culture populaire devient ainsi digne d’être interrogée et évaluée. Ces formules coexistent toujours avec des jeux plus scolaires, comme Des Chiffres et des lettres, Quoi de qui ?30 ou Pièce à conviction31.

Ainsi, dans les années 1970, la formulation du débat évolue un peu : le paradigme de promotion de la Culture est, sinon totalement abandonné, du moins concurrencé par celui de la promotion de la qualité et de la création télévisuelles. Le rapport sur l’audiovisuel de la commission Moinot, en 1981, entérine ce changement d’approche au niveau des instances dirigeantes et ce, sans faire référence à une quelconque pression de l’audience en ce sens :

« [Le programme] doit manifester une constante exigence de qualité. […] La spécialisation d’émissions dites culturelles, souvent de grande qualité, parfois faites par des initiés pour des initiés, […] a entretenu une ségrégation culturelle et renforcé la mise à l’écart dans laquelle était tenue la plus large partie du public32»

Cette évolution est donc le produit d’interactions complexes entre l’évolution du contexte culturel et social global, celle de la définition des politiques publiques en matière d’audiovisuel, et celle de la représentation des publics… Lire l’histoire de la télévision comme celle d’une adaptation de l’offre à la demande serait tout à fait réducteur. En outre, pour mieux comprendre la relation du public avec l’offre culturelle, il faut accorder une plus grande attention aux discours des téléspectateurs eux-mêmes.

b. « Je regarde très décontracté » : La culture est dans le regard, et non dans la chose regardée

Les difficultés de la télévision éducative apparaissent alors comme la conséquence de la définition du média élaborée par son public : dès sa naissance, la télévision est avant tout une pratique de loisir. Ce n’est pas la culture scolaire qui est rejetée en tant que telle, mais le fait de la diffuser hors de son écosystème naturel, l’école.

Le courrier des téléspectateurs est particulièrement propice à l’observation des tensions entre consentement et rejet de la domination de la culture légitime. Les téléspectateurs dont il est question ici sont ceux qui écrivent pour réclamer des émissions « distrayantes ». Ils négocient ainsi à leur manière leur rapport à la culture scolaire : sans la remettre fondamentalement en cause, ils la remettent en place. Une lettre de juin 1971 exprime clairement cette position :

« Il ne faut pas oublier que la Télé pour 80 % au moins est une source de distraction, non pas une école ou des cours pour apprendre quoi que ce soit et pour cette masse de téléspectateurs croyez-vous que vous leur faites plaisir, pour ne citer qu’un exemple, pour le jeudi 17 juin, vous leur mettez sur la première chaîne, et de suite je ne mets pas en doute la valeur de ces deux émissions mais croyez-vous que Les compagnons de la Libération à 20h30 sur la première chaîne et sur la 2 Les enfants du monde soient un programme de distraction pour des personnes qui viennent d’accomplir leur journée de travail et qu’ils s’installent devant leur poste pour y trouver une distraction agréable, une détente aux soucis quotidiens ?????? Que ces émissions soient faites sur le tard, vers 21h30 ou 22h, d’accord, mais permettez-moi au moins que pour les 80 % du public, ils puissent se distraire aux heures normales. Vous viendrait-il à l’idée, Monsieur le Directeur, que pour vous distraire, je dis bien pour vous distraire et non pas vous instruire, d’aller voir par exemple une opération chirurgicale, ou visiter un chantier ultra moderne, voir même une évocation de la souffrance humaine qui sévit à travers le monde, je ne le crois pas, et je suis sur que vous irez voir par exemple, une émission comme au Théâtre ce soir, ou un film comme Arsène Lupin, les Étoiles de la chansons etc33… »

Comme l’écrivent Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, « les cultures populaires ne sont évidemment pas figées dans un garde-à-vous perpétuel devant la légitimité culturelle ». Les téléspectateurs la reconnaissent à l’école, écrivent pour la contestent à la télévision – et surtout, dans le secret des salles de séjour, s’autorisent certainement… à l’oublier. Les téléspectateurs, en réalité, peuvent tout à la fois rendre hommage à la culture traditionnelle (toutes les enquêtes en témoignent : cette domination symbolique n’est jamais ignorée) et demander qu’elle soit bannie de la télévision.

Le courrier des téléspectateurs est plutôt marqué par la rhétorique du « droit au divertissement ». La valeur du divertissement fait déjà partie de la culture commune des Français depuis longtemps, lorsque la télévision arrive dans les foyers. Beaucoup se sont effet acharnés, depuis les années 1930, à l’imposer à la radio publique, à laquelle ils étaient nombreux à préférer les « périphériques » Radio Luxembourg et Europe n°1.

Il s’agit d’un des piliers de culture de masse, définie par Edgar Morin comme une éthique du loisir, fondée sur les valeurs de consommation et de bien-être, d’épanouissement individuel et de droit au bonheur. Le divertissement devient un moyen d’accomplissement. Le courrier de la télévision est l’un des lieux d’affirmation de ces valeurs, clairement présentes dès les années 1950. Ces extraits des synthèses mensuelles du courrier en témoignent :

« Croyez-vous que nous avons fait cette large brèche à notre budget pour voir et entendre des émissions de la « Tribune de l’Opinion » ou « Entretiens artistiques » ? » (Novembre 1952)

« Les téléspectateurs veulent, je crois, trouver dans la TV une détente et vous avez l’idée d’en faire un moyen d’instruction, il y a là une question d’horaire et de dosage à étudier. » (ibidem)

« On a acheté la TV pour se distraire et non pas pour former sa culture littéraire. » (ibid.)

« Le vrai rôle de la TV est d’apporter dans les foyers distraction et détente. » (Décembre 1952)

« Trop de leçons, trop de leçons, nous ne sommes plus à l’école ! » (Octobre 1953)

« La majorité des Français dits moyens recherche un délassement et non une éducation. » (Février 1954)

Dans le corpus de lettres à l’ORTF que nous avons étudié (1971-1974), cette revendication revient dans les mêmes termes (« C’est uniquement pour me distraire que j’ai acheté un poste de télévision »), dans une lettre sur cinq. Le courrier nous dévoile donc un aspect essentiel de l’imaginaire de la télévision : celle-ci symbolise le loisir sans effort et la détente à domicile, le repos après le travail, la juste récompense des efforts de la journée, « antipodes de l’obligation, du temps contraint, de l’activité intellectuelle (réservée à l’écrit), de la valeur culturelle […] mais aussi du souci d’efficacité et du besoin d’évaluation, bref à l’opposé des valeurs de l’effort et de la contrainte du résultat dont est traditionnellement porteuse l’école34. »

Ces discours sont relayés dans la presse, à travers la publication du courrier des téléspectateurs, qui participe à la banalisation des formes de rejet de la culture consacrée. Dans une lettre à Télé 7 Jours, une téléspectatrice conteste ainsi l’autorité de François Mauriac (critique à L’Express), en 1965 : « mon mari qui, après avoir fait ses 9 ou 10h de travail par jour, ne trouve une petite détente à la TV que lorsque Fernand Raynaud et Cie font une petite apparition. Moi-même, n’en déplaise à M. Mauriac, je préfère ne regarder la mort que de loin, et rire un bon coup chaque fois que cela se trouve […] Et cela n’empêche pas mes petites matières grises de fonctionner35 ». La déculpabilisation vis-à-vis des autorités intellectuelles semble précoce, du moins en ce qui concerne la question des programmes télévisés. Si les médias de masse ont affaibli le rôle des prescripteurs traditionnels (enseignants, parents, institutions dépositaires du rapport cultivés à la culture) et permis le développement d’un rapport décomplexé au loisir, leur efficacité est plus ancienne que la télévision elle-même.

Or, la construction sociale du média télévisuel comme moyen de détente est lourde de conséquences pour son efficacité en termes de transmission des savoirs. En effet, l’école est perçue comme le seul lieu légitime d’apprentissage. Comme des adolescents l’expliquent aux enquêteurs de Télérama, en 1984, la télévision, « ça m’apprend rien parce que pour apprendre c’est l’école, et la télévision c’est pour s’amuser ». Ces attentes sur ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas apprendre de la télévision pourraient, d’après Geneviève Jacquinot, déterminer leurs apprentissages effectifs. « Ce qu’un enfant attend et apprend de la télévision est très lié aux représentations qu’il se fait de cet « objet cognitif », elles-mêmes étroitement dépendantes du statut relatif de cet objet dans la société36 ». Si l’on n’apprend pas à la télévision comme à l’école, c’est parce que l’on n’est pas dans une posture d’apprentissage. Une enquête sur le public de RTS-Promotion fournit un exemple à l’appui de cette thèse : « Je regarde très décontracté », explique un jeune clerc de notaire, « si c’était un cours je serais peut-être beaucoup plus pris si vous voulez et j’apporterais beaucoup plus d’attention alors qu’en définitive je considère pas particulièrement que c’est un cours puisque ça reste si vous voulez de l’information donc je regarde ça très décontracté, je retire ce que bon me semble et je retiens ce qui m’intéresse… alors que dans un cours peut-être je serais plus attentionné37 ».

Ainsi, la façon de regarder différencie davantage que ce que l’on regarde : la consommation d’un programme reste conditionnée par la représentation que le spectateur se fait du média. Le rejet de la « haute culture » à la télévision, si fréquent dans le courrier des téléspectateurs, ne traduit pas forcément un rejet de la culture en soi, mais traduit le fait que les médias audiovisuels ne sont tout simplement pas perçus comme des moyens d’instruction. Ainsi, au niveau des contenus, culture scolaire et culture télévisuelle peuvent avoir bien des points communs, notamment à l’époque de la télévision des instituteurs. Toutes deux, elles ont alors un public captif. Leurs effets n’en sont pas moins différents, voire contradictoires, en fonction des attentes de leurs publics. La télévision n’a pas permis de démocratiser l’accès au savoir, du moins tel que celui-ci est évalué par l’école. En outre, dans les années 1980, de nouveaux phénomènes attirent l’attention des institutions culturelles. Ces dernières se penchent désormais sur « la constitution progressive d’une culture de l’écran », notion qui « rend quelque peu dérisoire sinon archaïque le débat des intellectuels sur la culture à l’écran38. » Henri Dieuzeide, chef du département de radio et télévision scolaire à l’Institut pédagogique national depuis 1956, abandonne d’ailleurs le projet en 1967 pour poursuivre sa carrière à l’UNESCO. Il y accompagne la promotion d’une idée nouvelle : l’éducation aux médias doit désormais relayer l’éducation par les médias.

1 Service des Études d’Opinion, chargé (sous des noms divers) depuis 1954 des études sur les téléspectateurs au sein de la Télévision française. L’Institut National de l’Audiovisuel (INA) et le Centre des Études d’Opinions (CEO) prennent sa suite après la dissolution de l’ORTF en 1974.
2 Cette intervention reprend une partie de notre thèse de doctorat intitulée : « La naissance du téléspectateur : une histoire de la réception télévisuelle en France des années 1950 aux années 1980 », dirigée par C. Delporte, soutenue en juin 2013 à l’UVSQ.
3 Secrétariat d’État à la Culture, Les Retransmissions culturelles à la télévision, enquête du CEO réalisée en février 1977 (archive INA).
4 Cité dans J. Beaulieu, La Télévision des réalisateurs, Pour la création, ils témoignent, Paris, La Documentation Française, 1984, p. 168.
5 Il s’agit de la proportion de téléspectateurs qui déclarent la suivre régulièrement, d’après Télé 7 Jours, 25 novembre 1961.
6 Extraits des synthèses du courrier des téléspectateurs reçu à la RTF (décembre 1954, janvier 1957 et janvier 1959, Archives nationales).
7 Cf. les réquisitoires de Jacques Robichon, « Dumayet et Desgraupes, terroristes de l’interview », Les Nouvelles littéraires, 1946, 17 décembre 1964 et Régis Debray, Le Pouvoir intellectuel en France, Paris, Ramsay, 1979.
8 « Les apostrophes de Bernard Pivot », Télérama, 17 janvier 1976. Cité par F. Delarue, Les Intellectuels et la télévision : les émissions littéraires à la télévision française des origines à nos jours, thèse de doctorat dirigée par C. Delporte, Histoire, UVSQ, 2003, p. 226
9 Téléspectateur de 29 ans, aide comptable. Entretien cité dans V. Barraud, É. Morin, J. Périllat (dir.), L’Apport culturel de la télévision. Tome 1 : le point de vue des téléspectateurs, INA, 1977 (archive INA).
10 Cf. F. Delarue, « Les émissions littéraires à la télévision française », in É. Cohen, M. Tsikounas (dir.), 1967 au petit écran, une semaine ordinaire, Rennes, PUR, 2014, p. 215-231.
11 M. Souchon, S. Poulet, Les Émissions culturelles à la télévision française : place, programmation, audience, INA, 1976 (archive INA).
12 Cf. R. Kaës, Les Ouvriers français et la culture 1958-1961, Paris, Dalloz, 1962.
13 Téléspectateur lillois de 49 ans. Entretien cité dans V. Barraud, É. Morin, J. Périllat, op. cit.
14 Cf. I. Veyrat-Masson, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran, 1953-2000, Paris, Fayard, p. 325-327.
15 M. Bluwal, Un Aller, Paris, Stock, 1974, p. 166.
16 L. Merlin, Le vrai dossier de la télévision, Paris, Hachette, 1964, p. 46.
17 Pour une analyse de l’offre télévisuelle en matière de théâtre, voir : P. Goetschel, « Les dramatiques télévisées, lieu d’apprentissage culturel et social dans la France des Trente Glorieuses ? » in É. Cohen, M.-F. Lévy (dir.), La Télévision des Trente Glorieuses. Culture et politique, Paris, CNRS, 2007, p. 113-144.
18 R. Kaës, op. cit., p. 55
19 P. Champagne, « La télévision et son langage : l’influence des conditions sociales de réception sur le message », Revue française de sociologie, 12-3, 1971, p. 406.
20 Toutes les citations de ce paragraphe sont extraites de R. Kaës, op. cit., p. 287-291.
21 SEO, Attitude et opinions des agriculteurs à l’égard de la télévision et de l’information, octobre-novembre 1969 (Archives nationales).
22 G. de Landsheere, « La lisibilité des messages dans les émissions de télévision », Études de radio-télévision, 17, 1970, p. 167-177..
23 Ministère des Affaires culturelles/ ORTF-Service de la Recherche, Télévision et développement culturel, document de travail n°1, Les réactions d’un public de paysans et d’ouvriers devant la télévision, juillet 1965 (archive INA).
24 V. Barraud, É. Morin, J. Périllat (dir.), L’Apport culturel de la télévision, op. cit.
25 Telles que la faiblesse des moyens financiers de la télévision en regard de l’augmentation des coûts, l’évolution des techniques et de l’organisation de la production, les rapports de force entre direction et syndicats…
26 Cf. P. Poirrier, Histoire des politiques culturelles de la France contemporaine, Dijon, Bibliest-Université de Bourgogne, 1996.
27 La télévision scolaire diffuse 13 heures 30 de programmes hebdomadaires en 1965, contre 3 heures en 1982.
28 V. Glikman, « Les avatars de la télévision éducative pour adultes en France : histoire d’une « non-politique » (1964-1985) », Revue française de pédagogie, 110, 1995, p. 70.
29 A. Flageul (ORTF, Service de la recherche), Télévision et éducation des adultes en France, 1974, p. 118 (archive INA).
30 Jeu présenté par Pierre Sabbagh sur TF1, en 1981. À l’aide de séquences filmées, il fallait retrouver une œuvre littéraire et son auteur
31 Jeu animé par Pierre Bellemare et Jean-Paul Rouland de janvier à septembre 1975. Il s’agissait, à partir d’indices contenus dans une missive imaginaire, de retrouver un événement historique.
32 P. Moinot, Pour une réforme de l’audiovisuel : rapport au Premier ministre de la Commission de réflexion et d’orientation présidée par Pierre Moinot, Paris, La Documentation française, 1981, p. 13 et 67-68. Toute la société n’est pas conquise, cependant, par ce relativisme, et quelques irréductibles continuent encore et toujours de poser la question de la préservation de la « haute culture » dans des termes tout à fait classiques – c’est-à-dire, en regrettant la grande époque des Perses.
33 Lettre à l’ORTF d’un téléspectateur de Forcalquier, Alpes-Maritimes, 14 juin 1971 (Archives nationales).
34 G. Jacquinot, « La télévision : terminal cognitif », Réseaux, 74, 1995, p. 11-29.
35 Lettre d’une téléspectatrice de Villeurbanne, Télé 7 Jours, 13 novembre 1965.
36 G. Jacquinot, op. cit.
37 Téléspectateur rennais de 26 ans. SEO, Audience de RTS-Promotion : transcription de 22 entretiens, avril 1973 (Archives nationales).
38 P. Chambat, A. Ehrenberg, « De la télévision à la culture de l’écran. Sur quelques transformations de la consommation », Le Débat, 52, 1988, p. 109.

Pour citer cet article :
POELS, Géraldine (2014) Télévision et démocratisation culturelle : un rendez-vous manqué ?. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : chmcc.hypotheses.org/1283. [mis en ligne le 1er juin 2015]
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *