La FM idéale de Jack Lang

par Thierry Lefebvre,
maître de conférences à l’Université de Paris Diderot

Les « radios libres » parvinrent, au terme de quatre années d’une épuisante guérilla, à s’imposer au sein d’un paysage radiophonique jusqu’alors strictement contraint par le monopole d’État1. L’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, le 10 mai 1981, changea la donne. Partisan d’une timide libéralisation des ondes, le nouveau locataire de l’Élysée ne put que constater une situation de fait : les stations locales non autorisées s’étaient multipliées dès avant le printemps 1981, en particulier dans la région parisienne ; et son élection n’avait fait qu’amplifier le phénomène. Une répression étant inenvisageable, il fallait légiférer au plus vite.


Georges Fillioud, nouveau ministre de la Communication, fut chargé de mettre de l’ordre dans le chaos qui s’était peu à peu installé. La loi n° 81-994 « portant dérogation au monopole d’État de la radiodiffusion » instaura dans un premier temps un régime de tolérance, en grande partie fondé sur la bonne volonté (relative) des opérateurs.
Le 21 janvier 1982, un décret fixa la composition de la Commission consultative des radios locales privées, dont la présidence fut confiée au conseiller d’État André Holleaux. Composée de 21 membres, elle était chargée de donner son avis sur l’octroi, le renouvellement, le refus ou la révocation des futures autorisations « précaires et révocables ».
Parmi ses membres, on ne comptait aucun représentant du ministère de la Culture, alors que les ministères de l’Intérieur, de la Communication et des PTT disposaient chacun d’une voix. Cet « oubli » en disait long sur les querelles d’attribution qui opposaient régulièrement Georges Fillioud et le ministre de la Culture Jack Lang.
À la date du 16 février 1982, selon Annick Cojean, 662 demandes de dérogation avaient été adressées au secrétariat de la commission, dont 308 émanant de la région parisienne, décidément gros point noir de la procédure en cours
2.
Plusieurs opérations de « débroussaillage » eurent lieu au cours des semaines suivantes, alors même que les dossiers continuaient à affluer. Puis, à partir du 1
er juillet 1982, le processus décisionnel fut lancé3. C’est dans l’espoir d’influer sur ce dernier que Jack Lang adressa, le 25 juin 1982, une lettre à André Holleaux :

« Monsieur le Président,

Au moment où la Commission que vous présidez aborde les projets de radios locales privées de la Région Parisienne, je me permets d’attirer votre attention sur certains d’entre eux.
Il m’a semblé que ces projets allaient dans le sens de la politique d’information et de création que je souhaite voir développer sur les radios.
Conscient de la difficulté de la tâche à laquelle doit faire face votre Commission, et sans vouloir interférer dans ses libres décisions, je souhaiterais que les projets suivants puissent faire l’objet d’un examen bienveillant :
– Fréquence Montmartre
– Ici et Maintenant
– Métropole FM
– NRJ
– Oblique FM
– Paris Sport Musique
– Pluriel FM
– Radio Ivre
– Radio Espace 1901
– Radio Nova
– Radio Tomate
– Scènes FM
Étant donné le nombre de demandes présentées et le peu d’autorisations qu’il est possible d’accorder, je m’en remets à votre Commission pour juger si ces radios peuvent bénéficier pour elles seules d’une fréquence, ou s’il leur est nécessaire de s’intégrer à des ensembles plus larges
4. »

La liste définitive de la Commission consultative fut publiée le 22 juillet 1982. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les vœux de Jack Lang n’avaient pas été exaucés de manière satisfaisante. Seules y apparaissaient en effet Radio Nova et Radio Ivre (« mariées » entre-temps), NRJ (provisoirement mariée à Radio Verte), et Fréquence Montmartre, pour laquelle avait été octroyée une modeste « fréquence de quartier ».
En revanche, les noms de Radio Ici et Maintenant (cette station sera finalement repêchée, puis Pluriel FM viendra se regrouper avec elle), Radio Tomate, Oblique FM et Métropole FM, figuraient sur une « liste complémentaire ».
Des suggestions du ministre de la Culture, on retiendra surtout le nom de la future figure de proue de la radio commerciale française : NRJ, ainsi discrètement adoubée par le ministère de la rue de Valois. Il faut dire que la station bénéficiait à l’époque de puissants appuis politiques.
Jack Lang terminait sa lettre par une remarque de bon aloi :

« Il me paraît par ailleurs souhaitable que dans ses décisions, votre Commission puisse prendre en compte la nécessité de ne pas compromettre définitivement les possibilités d’accès à l’antenne de projets qui viendraient à naître à l’avenir, et en particulier de ceux qui pourraient émaner d’établissements culturels dépendant de mon Ministère, auxquels, comme vous le comprendrez, j’accorde une attention particulière. »

Cette proposition n’eut aucun effet, ni à court ni à moyen terme. Avec le recul, il paraît surprenant que l’État, apparemment soucieux du contenu culturel de la modulation de fréquence, ne se soit pas préoccupé de réserver ne serait-ce qu’une fréquence à l’usage des établissements culturels dont il avait la charge. Radio France se contenta de préempter des fréquences pour y dupliquer, à l’identique, ses trois stations nationales.
C’est ainsi que l’on vit, en 1986, le centre Georges-Pompidou, désireux de promouvoir et valoriser ses activités auprès d’un public hors les murs, mettre en place un partenariat avec Radio Ici et Maintenant, faute de fréquence propre. En ne retenant pas l’intéressante proposition de Jack Lang, l’État priva ses établissements culturels d’un outil original. Il fallut attendre l’essor du web pour que ces derniers sortent enfin de leur tour d’ivoire.

1 Thierry Lefebvre, La Bataille des radios libres, 1977-1981, Paris, Nouveau Monde/Ina, 2008.
2 Annick Cojean, « Multiples fréquences », Le Monde, 16 février 1982.
3Thierry Lefebvre, Carbone 14. Légende et histoire d’une radio pas comme les autres, Paris, Ina éditions, 2012, p. 89-100.
4Fonds de la commission consultative des radios locales privées, Archives Nationales.

Pour citer cet article :
LEFEBVRE, Thierry (2014) La FM idéale de Jack Lang. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : chmcc.hypotheses.org/1291. [mis en ligne le 8 juin 2015]
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *