Geneviève de Gaulle Anthonioz au Cabinet de Malraux

© Ernest Pignon-Ernest, CMN, Paris, 2015

couv-mscSi la panthéonisation de Geneviève de Gaulle Anthonioz a été l’occasion de célébrer la mémoire de cette haute figure de la Résistance, on oublie parfois le rôle qu’elle a joué auprès d’André Malraux lorsque ce dernier, ministre délégué à la présidence du Conseil, était chargé de  » l’expansion et du rayonnement de la culture française « . Michaël de Saint-Chéron vient de rééditer le livre d’entretiens qu’il avait conduit avec elle en 1998, augmenté d’un essai. Il nous éclaire sur la contribution de Geneviève de Gaulle Anthonioz à la création de la première délégation à la Recherche scientifique en 1958.

par Michaël de Saint-Cheron, chargé de la valorisation du patrimoine à la conservation régionale des monuments historiques (Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France)

Si beaucoup savent le rôle joué par Bernard Anthonioz auprès de Malraux dès 1958, peu savent le rôle éminent qui fut celui de Geneviève de Gaulle Anthonioz, son épouse, dans le premier Cabinet entre juin 1958 et janvier 1959. Il est alors ministre délégué à la présidence du Conseil et occupe des bureaux situés 34 avenue Friedland, dans le 8e arrondissement. Il est chargé de l’Information jusqu’au 7 juillet, au lendemain de sa fameuse conférence de presse au Cercle de l’Amérique latine du 2 juillet, où on lui posa la question suivante sur l’Algérie à laquelle il eut cette réponse qui traversa un demi-siècle :

 » – Si tout en restant André Malraux, vous étiez jeune musulman, seriez-vous partisan du FLN ?
Si j’étais un jeune musulman, je combattrais peut-être avec les fellaghas, mais je serais heureux de me tourner maintenant vers l’homme qui a combattu la torture et me mettrais au service de l’homme qui a défendu la courage1. »

Le 8 juillet, Jacques Soustelle le remplaçait, Malraux devenant ministre du rayonnement français, autant dire le ministre du verbe, sans portefeuille. On doit à l’historien récemment disparu, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, les pages les plus exactes sur le rôle prépondérant de Geneviève de Gaulle Anthonioz auprès du ministre. Alexandre Duval-Stalla, dans son André Malraux, Charles de Gaulle, une histoire, deux légendes (Gallimard, 2008) ne cite en tout et pour tout que deux fois Geneviève mais à aucun moment sur son rôle à cette époque. Olivier Todd, dans sa célèbre biographie sur Malraux (Gallimard, 2000), ne la cite pas une fois. Quel dommage d’ignorer à propos de Malraux son compagnonage avec cette résistance et héroïne admirable !

En fait, Geneviève de Gaulle Anthonioz, nièce de Charles de Gaulle, dont on connaît tous depuis le 27 mai dernier la résistance, la déportation puis l’action qu’à partir de 1959 elle mena auprès d’ATD Quart Monde, dont elle fut la présidente de 1964 à 2000, agit avec son mari, fin mai 1958, lorsque le général fut appelé par le président de la République René Coty pour constituer un nouveau gouvernement. Malraux était l’invité d’honneur de la Fondation Cini de Venise pour un colloque sur l’art vénitien. Ils prirent sur eux de se faire les entremetteurs du destin entre l’ « oncle Charles » et André Malraux, aucun des deux ne sachant comment faire le premier pas. Au lendemain de la conférence de presse du Général, Malraux fit une déclaration à la presse que Geneviève évoquait le 19 novembre 1958 dans l’émission de télévision « Océaniques » (FR3)2.

Dans la composition du Cabinet de Gaulle, présenté au président Coty dans la soirée du 1er juin 1958, Malraux est nommé secrétaire d’Etat de façon indéterminée mais le 9 juin, il reçoit le titre de ministre délégué à la Présidence du Conseil (Journal Officiel du 2 et 4 juin 1958). Notons qu’à partir de la création du ministère d’Etat chargé des affaires culturelles, marquée par un premier arrêté du 3 février 1959, Malraux devient par ordre protocolaire le premier ministre d’Etat de tous les gouvernements de Gaulle, soit le second après le Premier ministre – et ce jusqu’au départ du général de Gaulle en mars 1969.

Geneviève Anthonioz est depuis 1956 persuadée qu’il faut à la France une ambitieuse politique en matière de Recherche scientifique. Bernard la suit et tous les deux font valoir à de Gaulle puis à Malraux l’importance de l’enjeu. Ils suggèrent à ce dernier de prendre sur lui cette mission. Il accepte. Le 12 juin, l’équipe mise en place par Pierre Mendès France deux ans plus tôt pour le colloque de Caen sur la Recherche scientifique, prend le nom d’Association d’Etude pour l’Expansion de la Recherche scientifique (AEERS), dont Jean-Louis Crémieux-Brilhac est nommé secrétaire général3.

Début juillet, Malraux quittait le ministère de l’Information pour la rue de Varenne, il confiait alors officiellement à Geneviève de Gaulle Anthonioz « la mission de former un groupe de travail interdisciplinaire sur l’ensemble des problèmes de la Recherche. Alfred Sauvy en accepte la présidence »4 .

Quand Malraux appella à ses côtés Geneviève, très sûr de ses qualités exceptionnelles (combien de fois ne l’a-t-il entendue parler sans papier lors des assises du Rassemblement du Peuple Français (RPF) avec son charisme ?), il connaît déjà sa force de conviction pour laquelle il avait le plus grand respect, si ce n’est de l’admiration pour son courage durant la déportation.

Jean-Louis Crémieux-Brilhac, dans son exposé d’une grande précision, omet pourtant d’aborder une question : la différence de traitement opéré par l’administration vis-à-vis de Geneviève par rapport à ses collèges, qui sont tous des hommes. Déjà, comme le voulait la tradition française de l’époque, Geneviève de Gaulle Anthonioz était Mme Bernard Anthonioz. Elle avait été chargée de mission au CNRS et travaillé avec Pierre Mendès France au Mouvement national pour le développement des sciences (MNDS). Bernard Anthonioz, lui (qui n’avait sans doute pas trouvé de poste dans l’édition), était contractuel au Commissariat général au tourisme. Malraux le prit avec lui en détachement, et, le 10 juin 1958 l’arrêté de nomination fut signé et publié. Pour Geneviève il n’en alla pas du tout ainsi. Aux manoeuvres dès juin, comme nous l’avons vu, son arrêté de nomination au Cabinet Malraux n’est signé que le 21 novembre suivant, autant dire cinq mois plus tard. Pourtant la jeune femme est déjà célèbre dans le monde de la politique, dans le monde gaulliste et au-delà, dans le monde de la Résistance et de la déportation, puisqu’elle vient d’être nommée en 1958 présidente de l’Association des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR). Elle n’en est pas moins, aux yeux de l’administration, Mme Bernard Anthonioz, qui mit cinq mois avant d’être nommée officiellement, administrativement.

Trente ans sont passés lorsqu’elle entre au Conseil économique et social « au titre des personnalités qualifiées » retrouvant alors son glorieux patronyme de naissance (auquel elle donna encore des lettres de noblesse) et son prénom : Geneviève de Gaulle Anthonioz (JO du 26 avril 1988, p. 5558).

Revenons à juillet 1958. Geneviève est donc chargée de mission au Cabinet Malraux situé rue de Varenne, en face de l’hôtel Matignon, siège de la Présidence du Conseil, qui deviendra quelques mois plus tard, siège du Premier ministre. Malraux l’a donc chargée de travailler à cette mission qu’il a prise à coeur semble-t-il, de préparer un haut-commissariat à la Recherche scientifique. Les rapports se multiplient alors avec l’équipe du Colloque de Caen « organisé en novembre 1956 à l’appel de Mendès France; André Lichnérowicz et Jacques Monod en étaient les chefs de file scientifiques »5.

Apparaît ici un Malraux auquel on n’a pas l’habitude, défendant la cause d’un Haut-commissariat scientifique « doté d’un fonds de recherche qui orienterait et contrôlerait tous les ministères »6. Là encore, il donne carte blanche à Geneviève sur un terrain qu’il respecte profondément mais dont il ne connaît rien à cette époque. C’est elle qui rapportera à Georges Pompidou, directeur du Cabinet de de Gaulle, le vaste plan. Pompidou, l’ancien banquier des Rothschild, voit mal comment le Haut-commissariat pourrait se substituer à chacun des ministères concernés pour contrôler l’argent de la Recherche.

J.-L. Crémieux-Brilhac rappelle que Louis Jacquinot préférait l’idée d’une délégation générale à la Recherche relevant du Premier ministre 7. Le général de Gaulle devait se ranger à cet avis lors du conseil de Cabinet du 5 novembre, auquel participa sa « chère nièce » avec Malraux. La politique de la Recherche avait plus d’un lien avec celle de la jeunesse, qui préoccupait beaucoup Malraux. Il a, d’une part, toujours voulu appliquer à la culture ce que Jules Ferry avait accompli pour l’Education nationale : gratuite et obligatoire, d’autre part, il séparait avec force la culture des loisirs. La Recherche scientifique appartenait de toute évidence, pour lui, à l’immense champ de ce que la culture avait de plus haut à côté de la création artistique. Il ne pouvait s’agir de loisir ni avec la Recherche scientifique, ni avec la Culture, c’est-à-dire avec la création artistique comme avec la préservation du patrimoine et tout ce qui leur est lié.

Il lui fut reproché, à cette époque charnière, de vouloir « caporaliser la jeunesse », comme si Malraux avait jamais cherché à « caporaliser » qui que ce soit ! Capter, captiver, agir par contagion sur les jeunes, oui, sûrement, mais « caporaliser » était une notion qui n’a jamais appartenu à sa conception du monde, de la jeunesse.

Un Haut-commissaire à la Jeunesse fut alors nommé en la personne de Maurice Herzog. Par décret du 16 décembre suivant, signé de Gaulle et Malraux, le Haut-Comité de 1955 fut remplaçé par un Haut-Comité de la jeunesse de France et d’outre-mer, dont Jean d’Ormesson fut le secrétaire général adjoint.

Geneviève de Gaulle Anthonioz et Pierre Juillet, au Cabinet Malraux, faisaient la liaison avec Maurice Herzog et son équipe. Dans son projet de création du ministère d’Etat chargé des affaires culturelles, – que Debré proposa à Malraux non par admiration ou gaîté de cœur, mais sur le conseil de de Gaulle lui-même, qui lui avait dit : « Vous devriez prendre Malraux, il donnera du relief à votre gouvernement ! » -, l’écrivain-ministre inclut la jeunesse. Il n’obtiendra en fait du ministère de l’Education nationale que les attributions concernant « les activités culturelles de la jeunesse »8.

Geneviève de Gaulle Anthonioz rencontra lors d’un dîner le père Joseph Wresinski, l’aumonier du bidonville de Noisy-le-Grand, situé à la porte de Paris. Sa vie va prendre un nouveau tournant. Mais elle n’en a pas encore fini avec Malraux ni avec ce premier gouvernement de la Ve République.

1958 est une année charnière dans la guerre d’Algérie. Or, Germaine Tillion, en mission officielle en Algérie « département français », fait connaître à sa camarade de déportation, devenue sa précieuse amie Geneviève, les actes de torture commis par l’armée française. Geneviève se souvient :

« Beaucoup de dossiers sur son bureau, que nous instruisions avant de traverser la rue (nos bureaux étaient en face de Matignon) pour les remettre à Georges Pompidou alors directeur de cabinet du Général. Il en est allé ainsi à plusieurs reprises pour des affaires de torture en Algérie (torture contre laquelle Malraux avait vivement protesté avant le retour du Général). Nous avons obtenu des sanctions […]9»

Début 1959,  Geneviève de Gaulle Anthonioz démissionna mais elle avait posé à la fois le premier acte de ce que sera la politique gaullienne pour la Recherche, et, juste avant de partir, l’engagement pour un nouveau combat : celui contre l’exclusion vécu auprès des plus pauvres, dans le camp de Noisy-le-Grand. Elle demanda un rendez-vous à Pierre Sudreau, ministre de la Reconstruction, qui partageait avec elle la fraternité de la Résistance et de la déportation. Le bidonville, le « camp » de Noisy, où le père Joseph vivait avec ses protégés, les exclus, était menacé de destruction. Geneviève voulait plaider pour qu’ils soient relogés par famille entière, contre la dispersion administrative avec le placement des enfants. Ce fut son premier acte qui fut entendu mais la construction d’un immeuble pour reloger ces familles ne se fit pas en un jour. C’est pourquoi Geneviève de Gaulle Anthonioz écrit dans Le Secret de l’espérance10 :

« Le devoir sacré du respect des droits ne nous tiendra jamais quittes jusqu’à la fin des fins de l’histoire humaine. »

1 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, « Le ministre délégué à la Présidence du Conseil » in De Gaulle et Malraux, colloque 13-15 novembre 1986, organisé par l’Institut Charles de Gaulle, Plon, 1987.
2 Jacques Chanussot et Claude Travi, Dits et Écrits d’André Malraux, bibliographie commentée, Dijon, Presses universitaires de Dijon, 2003.
3 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, « Le ministre délégué à la Présidence du Conseil », op. cit, p.161
4 ibid, p. 162
5 ibid, p. 161
6 ibid, p. 162
7 ibid, p. 162
8 ibid, p. 163
9 « Le ministre délégué » par Geneviève de Gaulle Anthonioz in De Gaulle – Malraux, op. cit., p. 198.
10 Livre de poche, LGF, 2003


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *