Les politiques du patrimoine en France depuis 1959

par Laurent Martin, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3


Mon intention, en présentant les politiques françaises en faveur du patrimoine depuis la fondation du ministère des Affaires culturelles en 1959 est double :
Il s’agit tout d’abord de décrire la place du patrimoine dans l’organisation générale du ministère, l’évolution de ses budgets, de ses services, les grandes lois qui l’instituent en politique publique ; cette première dimension relève de l’histoire administrative classique.
Mais je voudrais inscrire cette histoire administrative dans une réflexion plus générale sur l’évolution de la notion même de patrimoine, la relier à des mouvements sociaux, culturels, politiques, économiques plus généraux qui lui donnent son sens profond.

La problématique générale pourrait être la suivante : comment et pourquoi est-on passé en l’espace d’un demi-siècle d’une conception plutôt unitaire et hiérarchisée du Patrimoine à une définition pluraliste et relativiste des patrimoines ?

Pour répondre au mieux à cette question, il faudrait évidemment remonter au-delà de la borne 1959 et embrasser du regard l’ensemble des objets patrimoniaux. Pour des raisons de temps et de place, et pour répondre à la commande qui m’était faite, je me cantonnerai au demi-siècle qui vient de s’écouler, déjà trop vaste pour être traité exhaustivement, et me focaliserai sur le cœur de ce vaste domaine : les monuments historiques et les sites, sans m’interdire des incursions sur d’autres terrains.

Je vais tenter de répondre à la question initiale (comment et pourquoi est-on passé du Patrimoine aux patrimoines?) en distinguant trois temps au sein de cette séquence historique ouverte par la création du ministère des Affaires culturelles :
– Les années Malraux, les années 1960, quand la définition de ce qui fait patrimoine semble hésiter entre tradition et novation.
– Des années 1970 aux années 1990, marquées par l’élargissement considérable du sens donné à la notion et qui, rétrospectivement apparaissent comme un âge d’or paradoxal des politiques patrimoniales.
– Des années 1990 à nos jours, qui me semblent caractérisées (mais il s’agit peut-être d’une illusion d’optique due à la trop grande proximité de l’objet) par une série de doutes et de remises en cause.

 

1. Les années Malraux : le patrimoine entre tradition et novation

Rémi Baudouï, dans son article intitulé « André Malraux et l’invention du patrimoine sous la Ve République1 » montre l’importance des fonctions et des structures patrimoniales dans le nouveau ministère des Affaires culturelles. Elles proviennent pour l’essentiel du ministère de l’Éducation nationale, avec le transfert de la direction des Archives de France et de celle de l’architecture (cantonnée depuis 1957 à la conservation du patrimoine naturel et architectural, c’est-à-dire à la protection des sites et monuments historiques).

Avec la Direction des musées de France, voilà trois directions centrales attachées à des missions de conservation qui apportent au jeune ministère de fortes compétences techniques, un corps de professionnels très anciennement structuré, un budget important. Plus de la moitié du budget du ministère qui, je le rappelle, ne représente en 1960 que 0,38% du budget de l’État, est consacré aux fonctions patrimoniales.

Les grandes lois qui marquent cette décennie, quoique novatrices, témoignent à première vue d’une conception assez classique du patrimoine, patrimoine muséal ou monumental assimilé aux chefs-d’œuvre de la France. Deux lois-programmes en 1962 et 1967 – une innovation législative, qui permet d’échapper à l’annualisation budgétaire – engagent ou achèvent la restauration des hauts lieux de l’histoire de France : Versailles, Le Louvre, les Invalides, Chambord, Fontainebleau, Vincennes ; les cathédrales de Reims, de Strasbourg, de Paris, en tout plus d’une centaine de monuments. La loi de 1962 sur les secteurs sauvegardés donne à l’État les moyens juridiques nécessaires pour assurer la préservation et la mise en valeur des centres urbains anciens2 . Paris en bénéficiera, qui sera en outre le théâtre d’une importante campagne de nettoyage des monuments publics, transformant assez radicalement l’aspect d’une ville salie par la pollution automobile. Ces améliorations incontestables auront leur effet pervers, aujourd’hui dénoncés par un certain nombre d’observateurs : la muséification de Paris et d’un certain nombre de centres-villes en région, frappante en effet quand on compare la capitale française à ses homologues allemande ou britannique.

La période Malraux est aussi celle d’une intense structuration administrative, avec la création de nouveaux services : en 1966 le service des fouilles et antiquités ; et surtout, deux ans plus tôt, l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, qu’a particulièrement étudié Xavier Laurent3. Il faut s’attarder un instant sur l’Inventaire, peut-être l’œuvre la plus durable de la période Malraux dans le secteur du patrimoine et qui me semble représentative du caractère novateur de la conception patrimoniale qui se fait jour pendant les années 1960.

Selon André Chastel, qui fut à l’origine de l’Inventaire avant d’en devenir le vice-président puis le président4, la finalité de l’entreprise était d’ « identifier tout ce qui est repérable sur le terrain, de manière à provoquer une prise de conscience des populations intéressées ; étudier et classer selon les techniques les plus performantes édifices et objets, de manière à les introduire dans la mémoire nationale ; exploiter le thesaurus ainsi élaboré en fournissant une documentation renouvelée aux administrations centrales et régionales, aux enquêtes des services d’aménagement, à l’histoire nationale et régionale, à l’enseignement, aux loisirs5. » L’Inventaire représenta le type même de l’administration de mission et misa sur la polyvalence, l’ouverture et le dialogue entre scientifiques et la haute administration, les professionnels du patrimoine et les bénévoles. Le recours aux compétences extérieures et au bénévolat avait notamment pour but de desserrer la contrainte budgétaire. L’Inventaire bénéficia du concours des réseaux universitaires et du monde savant et joua en retour un rôle important dans la structuration des milieux français d’historiens de l’art. En revanche, l’entreprise rencontra les réticences voire l’hostilité d’autres services patrimoniaux du ministère, qui redoutaient la concurrence de ce nouveau service.

L’Inventaire s’inscrivait dans les schémas de la planification et de la régionalisation6. « Les commissions et les services régionaux contribuent à l’aménagement du territoire, voire à l’unification du pays. Sur toute l’étendue du pays, des spécialistes formés à la même école, utilisant la même méthode, doivent dresser la topographie monumentale de la France et donner une chance aux régions en retard en révélant leur patrimoine7. » Deux principes faisaient l’originalité de la démarche : la décentralisation (avec des commissions régionales dotées d’un vice-président scientifique sous l’autorité du préfet, faisant appel à l’administration et à des personnalités extérieures) et le recours à des techniques modernes (photographies, base de données informatique). La méthode elle-même était nouvelle : aux renseignements classiques repris du recensement et concernant le statut juridique de l’immeuble et sa localisation s’ajoutait un important historique partagé entre la figure du commanditaire et celle du maître d’œuvre. Pour exploiter facilement la documentation, toutes ces informations étaient hiérarchisées et partagées en séquences, une méthode proche de celle développée à la même époque par l’histoire sérielle. Mais l’innovation principale résida dans l’ouverture à de nouvelles formes de patrimoine. Comme le dit encore André Chastel, « Il y a lieu de suivre attentivement l’affaiblissement progressif de la notion d’œuvre d’art et l’affirmation correspondante de celle d’objet. Le développement de cette enquête exhaustive sur toutes les manifestations de l’art humain aligne assez nettement l’histoire de l’art sur l’histoire des choses. Les arts mineurs, l’architecture mineure sont pris en considération et obligent à trouver des articulations neuves pour rendre compte de leur histoire lente et lourde, qui émerge peu à peu, région par région (…) L’irruption d’un point de vue largement anthropologique conduit à une extension elle aussi inévitable du domaine : les frontières entre l’artistique et l’utile sont difficiles à tracer… Les lignes de démarcation entre l’œuvre d’art, l’objet d’équipement, domaines emboîtés les uns dans les autres dont on éprouve le besoin d’embrasser l’unité et d’expliciter les valeurs différentielles. (…) Il s’agit [pour la discipline de l’histoire de l’art] de passer de l’ère du musée à celle de l’Inventaire général8. »

Contrairement au musée, le patrimoine n’est plus une sélection orientée, comme le disait Malraux, par les valeurs connues, mais un recensement systématique, un relevé méthodique de tous les objets considérés sous l’angle de leur capacité à acquérir une valeur symbolique quelconque, même si elle n’est pas encore connue. Selon le commentaire qu’en a fait Michel Melot, « la prise en compte des ensembles et de l’étude des œuvres in situ rompt avec la pratique du musée qui agit par prélèvement, voire du classement au coup par coup des monuments historiques. (…) Succédant à l’objet d’art et au monument, le patrimoine est de moins en moins une exception au statut commun des choses et s’intègre dans notre histoire ou dans notre vie9. » Et, du coup, ce n’est plus le beau qui est la valeur cardinale du patrimoine, ni la singularité de l’auteur ni l’audace formelle, selon une conception de l’art léguée par la philosophie classique et surtout par l’esthétique qui émerge comme domaine autonome de la pensée à partir de la fin du XVIIIe siècle. Le patrimoine, c’est ce qu’une société considère comme digne d’intérêt et de conservation, comme témoignage de ce qu’elle est. Ce n’est pas, comme le disait Malraux évoquant l’héritage culturel dans un texte de 1936 , « l’ensemble des œuvres que les hommes doivent respecter mais de celles qui les aident à vivre »10. Le patrimoine, comme la culture, ne sont dignes d’intérêt et d’attention de la part des pouvoirs publics que dans la mesure où ils parlent encore à la société actuelle, où ils ont quelque chose à lui dire ; le patrimoine est moins une permanence qu’un mouvement qui englobe la société actuelle et l’art vivant.

Cette conception porte plusieurs conséquences : du côté de l’Inventaire, l’idée qu’il n’y pas de terme fixé à la mission de l’Inventaire. Jamais complet, toujours en devenir, le recensement du patrimoine français doit évoluer au gré des curiosités et des avancées de l’histoire de l’art. Au cours de son déploiement complet, l’Inventaire général a été amené à attirer l’attention sur deux ordres de réalité architecturaux négligés : l’architecture dite « mineure », c’est-à-dire les constructions sans date ni auteur qui constituent le tissu urbain ordinaire, et l’architecture industrielle. Du côté de Malraux, l’idée que la création du temps présent peut s’inscrire dans un cadre patrimonial, y compris celle qui apparaît « sacrilège » à l’égard du patrimoine (par exemple la commande faite à Chagall pour le plafond de l’Opéra Garnier) ; qu’une partie de la création contemporaine appartient déjà au patrimoine (par exemple les maisons de la culture, ces « cathédrales du XXe siècle » ; ou l’œuvre de Perret et de Le Corbusier, dont certaines réalisations seront protégées alors que le premier était mort en 1954 et le second toujours vivant au moment des arrêtés de classement), ce que Jean-Michel Leniaud a appelé le « modernisme d’État ». Cette ouverture sur des formes inédites de patrimoine, sur une conception dynamique du patrimoine articulant création et patrimoine dont on pourrait citer d’autres manifestations nationales et internationales11, va être systématisée dans la période suivante.

 

2. Des années 1970 aux années 1990 : du Patrimoine aux patrimoines

Selon Pierre Nora, qui s’exprimait lors du colloque commémorant le cinquantième anniversaire du Ministère de la Culture en 2009, « c’est à la fin des années 1970 que l’on était passé soudainement, sans trop le savoir, du premier âge du patrimoine au second12. »Différents indices de ce passage peuvent être mentionnés : 1) la sauvegarde de la gare d’Orsay de Victor Laloux, promise à la destruction sous Pompidou. La destruction des Halles de Baltard en 1971 avait avivé la conscience de l’intérêt du bâti industriel ou utilitaire, déclenchant un grand mouvement de réhabilitation de l’architecture et de l’art du XIXe siècle, en réaction au modernisme des années 1960. Vers 1974-75, le ministère de la Culture élargit la protection des édifices contemporains (un millier de monuments du XXe siècle répertoriés depuis lors). 2) L’élargissement du sens du patrimoine en direction des objets et décors du quotidien : après la réouverture, en 1972, du musée des Arts et Traditions populaires dans un cadre modernisé, l’année 1980 voit la mise en place de la Mission et du Conseil du patrimoine ethnologique ; quelques mois plus tard, en mars 1981, est signée la charte des éco-musées, étape importante dans le développement de ce type de musées apparus dans les années 1970 à la confluence de deux logiques distinctes : une logique d’aménagement du territoire et un dessein régionaliste, souvent militant, à quoi s’ajoutent l’adaptation de modèles étrangers de parcs naturels et de musées de plein-air. Leurs collections comprenant des architectures, des intérieurs, des métiers et des gestes, des paysages s’inscrivait dans l’attention nouvelle accordée aux objets et décors du quotidien. Au-delà du seul patrimoine ethnologique, les collectivités territoriales affirment leur intérêt pour un patrimoine local, source d’affirmation identitaire… et de revenus touristiques. Un partenariat avec l’État s’engage, via des contrats de pays, de villes, des « chartes culurelles » qui dans un premier temps concernent exclusivement le patrimoine.

D’autres signes tout à la fois d’un approfondissement et d’un élargissement du sens donné à la notion de patrimoine au tournant des années 1980 peuvent encore être cités dans les sphères institutionnelle et intellectuelle : la création en 1978 d’une Direction du patrimoine, officialisant et institutionnalisant l’emploi d’un terme qui relevait jusque-là du vocabulaire notarial ; l’article d’André Chastel et de Jean-Pierre Babelon qui établit la généalogie historique de la notion jusqu’à la création de l’Inventaire général des richesses historiques et esthétiques de la France et débouche précisément sur l’analyse des dimensions incertaines de la notion13 ; le lancement, en 1980, de l’opération « année du patrimoine », visant à populariser la notion à travers des expositions, des « portes ouvertes » ou des reportages dans les médias. On pourrait adjoindre l’entreprise historienne des Lieux de mémoire elle-même, qui contribue à une nouvelle vision du patrimoine comme passé toujours vivant dans le présent, et des liens entre l’histoire et la mémoire. On observe entre le début et la fin des années 1970 un élargissement du patrimonial, qui dépasse les seuls monuments historiques, sous l’effet d’une demande sociale en mutation (cf textes des conservateurs, les programmes des partis de gauche, les revendications des associations, de la presse). Le mouvement de modernisation (se traduisant notamment par la diffusion d’une architecture tristement fonctionnelle, en particulier aux périphéries des grandes villes) produit en retour un goût nouveau pour la rétrospection. L’intérêt pour le patrimoine apparaît lié au besoin d’affirmer une continuité après les bouleversements intervenus pendant les « vingt décisives »14.

De sorte que les années Lang poursuivent et amplifient le mouvement bien plus qu’ils ne l’enclenchent (de ce point de vue, il faut relativiser la rupture qu’elles prétendent avoir opérée dans ce domaine là aussi). L’expression « nouveaux patrimoines » apparaît dans les années Lang, notamment dans cette brochure éditée dans le cadre de la communication du ministère :

« De 1981 à 1985, l’augmentation importante de ses moyens et l’introduction de méthodes nouvelles de travail ont à la fois permis d’élargir les connaissances, d’aborder le patrimoine sous des aspects jusqu’ici peu familiers : ethnologie, photographie, patrimoine industriel, architecture de la fin du XIXe et du XXe siècles, et de développer un effort sans précédent de présentation et d’explication au public, portant à la fois sur ces « nouveaux patrimoines » et les domaines plus familiers des monuments historiques et de l’archéologie. A travers ce vaste travail d’inventaire du Patrimoine de la France s’estompe peu à peu la distinction entre Arts majeurs et arts mineurs au profit d’un même souci de connaissance, de préservation et de découverte15. »

L’extension de la politique de classement se traduisit par des « campagnes thématiques » de protection des gares et ouvrages ferroviaires, de théâtres et de cinémas, faisant émerger un « nouveau secteur du patrimoine » ; une cellule du patrimoine industriel à l’Inventaire général et une section du patrimoine scientifique, technique et industriel au sein de la Commission supérieure des monuments historiques furent créées ; un centre interrégional des archives du monde du travail fut aménagé dans une ancienne usine à Roubaix, premier d’une série de cinq dépôts d’archives déconcentrées. À côté d’un intérêt renouvelé pour le patrimoine industriel, la fièvre patrimoniale gagnait de nouveaux secteurs : jardins et paysage16, photographie, cinéma, livre, bande dessinée, audiovisuel (le dépôt légal des programmes audiovisuels est institué par la loi du 20 juin 1992).

L’historien Philippe Poirrier s’interrogeait sur le rôle joué par l’État et sa politique culturelle dans l’élargissement du sens de la notion de patrimoine dans les années 1980 et 1990 : « Tout d’abord, il est clair que l’État, par l’intermédiaire du ministère de la culture, a accompagné une demande sociale nettement affichée à partir des années 1970. Mais le ministère a aussi contribué à légitimer l’élargissement de la notion en s’appropriant le discours des politiques, en mettant en œuvre des procédures administratives, très nombreuses au cours des années 1980 »17. Parmi ces procédures, citons d’abord un certain nombre d’innovations légales : en 1983 sont créées les « Zones de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager » permettent d’assurer la protection du patrimoine architectural et urbain, d’élargir les zones de protection au delà du monument et des abords. Instituées par la loi du 7 janvier 1983, complétée par la loi du 8 janvier 1993 pour l’aspect paysager, elles sont aujourd’hui codifiées dans le code du patrimoine18. Le ministère de la Culture et de la Communication assure depuis 1985, via l’attribution du label Ville ou Pays d’art et d’histoire (VPAH), la mise en œuvre d’une politique de valorisation et d’animation du patrimoine en partenariat avec les collectivités territoriales19. Ce partenariat se développe considérablement après 1981 et les lois de décentralisation, avec des « conventions de développement culturel » et des contrats de plan permettent d’étendre l’action des communes, des départements et des régions, notamment et surtout en matière de protection et de mise en valeur du patrimoine. L’expertise connaît un début de déconcentration avec la mise en place des commissions régionales du patrimoine historique au milieu des années 1980 (Corephae).

Les innovations touchent aussi la formation et la carrière des agents chargés de la protection et de la valorisation du patrimoine : en 1987 est créée l’École du Patrimoine, département de l’École du Louvre qui devient trois ans plus tard l’École nationale du patrimoine, école d’application chargée d’assurer la formation des conservateurs de l’État et des collectivités locales. Un corps unifié, celui de conservateur du Patrimoine, est créé qui regroupe les anciens corps (conservateurs des musées, des archives, de l’inventaire, de l’archéologie, les inspecteurs des monuments historiques), avec l’objectif de favoriser la mobilité des conservateurs au sein des services patrimoniaux du ministère et de créer des débouchés vers l’Université, la recherche, les collectivités locales.

Les années 1980 voient aussi l’ouverture de grands chantiers de restauration (les Invalides en 1981, le Panthéon en 1985) et de fouilles archéologiques (en particulier Bibracte, déclaré « site national » et élevé au rang de grand chantier présidentiel), mais aussi la multiplication de chantiers plus modestes dans toute la France, la rénovation du paysage muséal, de grandes commémorations (avec un pic au moment de la célébration du bicentenaire de la Révolution)… un activisme qu’exploite habilement une intense politique de communication en direction du grand public : les « Journées portes ouvertes des monuments historiques » à partir de 1984 (qui seront reprises à l’échelle européenne avec les « Journées européennes du patrimoine » à partir de 1991), l’ « année de l’archéologie » en 1989, l’opération « Mon patrimoine » lancée en 1990 par le ministère en collaboration avec les collectivités locales, tout cela manifeste le souci de faire connaître au grand public l’effort de l’État en faveur du patrimoine (et l’excellence de la politique menée dans ce domaine…) mais aussi de présenter au public les métiers de la conservation et d’encourager l’appropriation des patrimoines par ce même public. Ces opérations de communication se veulent une réponse au sentiment qui se fait jour au cours des années 1980 que le ministère de la Culture se désintéresse du patrimoine. La droite fait de ce thème son cheval de bataille et, après sa victoire en 1986, prétendra revenir aux fondamentaux de la politique culturelle en faisant voter une nouvelle loi programme sur le patrimoine en 1988.

En réalité, il n’y a pas eu de délaissement du patrimoine par la gauche entre 1981 et 1986. Certes, ces années ont vu une baisse relative des fonctions de conservation dans le budget global du ministère, qui passèrent au cours du premier ministère Lang de 47% à 40% du budget et, accompagnant cette baisse, une communication politique mettant davantage l’accent sur le soutien à la création et aux artistes vivants ainsi que sur l’élargissement du périmètre d’intervention du ministère20. Mais le budget progressa bel et bien en valeur absolue21 et l’on a vu l’ampleur des réalisations en ce domaine. La gauche de retour au pouvoir en 1988 s’attache en tout cas à répondre aux critiques de ses adversaires. Reprenant à la droite ses arguments, la politique du second ministère Lang est beaucoup plus attentive aux questions patrimoniales : j’avais été frappé de constater que Jack Lang avait veillé entre 1988 et 1993 à ce que les crédits du patrimoine fussent toujours supérieurs à ceux prévus par la loi-programme votée par la droite en 1988. Par ailleurs, nombre de ceux qui avaient occupé des postes de premier plan entre 1981 et 1988 se voient confier des responsabilités dans le domaine patrimonial après le retour de la gauche au pouvoir et de Jack Lang au ministère de la Culture : ainsi Jacques Sallois, son ancien directeur de cabinet, qui devient directeur des musées de France ou Christian Dupavillon, spécialiste de l’événementiel culturel, qui se retrouve à la tête de la direction du patrimoine22.

L’élargissement du champ patrimonial est aussi l’une des explications de la polémique qui opposa la gauche et la droite (et quelques intellectuels au gouvernement) au sujet du patrimoine ; un certain nombre d’opérations jugées attentatoires à la dignité patrimoniale, telles les colonnes de Buren au Palais-Royal ou la pyramide de Pei ds la cour carrée du Louvre, pesèrent lourd dans le conflit entre les partisans d’une conception traditionnelle du patrimoine, identifiée à une mémoire régalienne de l’État et aux grandes familles, aux monuments historiques, et les partisans d’une conception plus large, pluraliste et relativiste, des patrimoines. Le champ du patrimoine, de ce point de vue, est homologue à ce qui se joue plus largement sur la scène culturelle avec l’extension du champ de la culture reconnue et soutenue par les pouvoirs publics ; de même que sont contestés le « tout culturel » et la confusion des valeurs qui en serait la conséquence est contesté le « tout patrimonial ».

 

3. Des années 1990 à aujourd’hui : doutes et remises en cause

En peu d’années, la notion de patrimoine a donc connu une formidable extension : 1) Chronologique, incluant le temps récent et présent, avec la protection de l’architecture des XIXe et XXe siècles. 2) Topographique, qui a conduit à la protection des sites, des centre-villes, des paysages (comme Bougival pour les impressionnistes ou la côte sauvage à Belle Ile). 3) Catégorielle, surtout, qui s’attache, parce qu’ils sont typiques d’un monde disparu,  à tous les témoignages de la vie quotidienne : fermes, lavoirs, instruments d’artisanat rural, cinémas, boutiques, usines. D’où un changement de sens, pointé aussi bien par Pierre Nora que par Dominique Poulot : « La métamorphose de la notion de patrimoine a fait de lui (…) le contraire de ce qu’il était : du plus élevé et du plus rare de la création, il est passé au quotidien le plus traditionnel. Il relevait par définition de ce qui était hors d’usage, soustrait à l’univers marchand, appartenait au monde des archives, des musées. Il joue un rôle central dans l’économie des sociétés démocratiques. Il était l’expression de la culture et même de la plus haute, il a envahi la nature elle-même. Bref, c’était autrefois les traces les plus remarquables du passé : c’est aujourd’hui la totalité des traces du passé en tant que passé. Le patrimoine a quitté son âge historique, national et monumental pour entrer dans un âge mémoriel, social et identitaire. »23

Cette extension voire ce renversement du sens même de ce que l’on entendait autrefois par « patrimoine » se sont accompagnés d’une augmentation considérable des objets patrimoniaux, ce que l’on désigne parfois par le terme d’ « inflation patrimoniale ». Tandis qu’on observait à partir du milieu des années 1990 un certain ralentissement dans la politique de classement et la diminution des mesures de protection du bâti ancien24, deux phénomènes allaient au contraire dans le sens d’une patrimonialisation accrue : 1) l’accès des productions audiovisuelles et maintenant numériques à la dignité patrimoniale, qui a passé par un processus de légitimation savante et d’artification d’objets auparavant jugés indignes de conservation pour les générations futures. 2) L’extension de la notion vers celle de « patrimoine immatériel », fait de traditions orales, de spectacles vivants, de modes de vie, savoir-faire liés au travail, rituels, langues, loisirs, dont on ne peut pas identifier l’origine ou les auteurs, ce que les Anglais appellent « intangible cultural heritage ».

La France a rejoint tardivement ce mouvement international de reconnaissance du patrimoine immatériel, plus avancé dans des pays comme le Japon, bien sûr, mais aussi le Royaume-Uni ou les pays scandinaves. « En France, le concept de patrimoine immatériel reste rare et tout continue en grande partie de se passer comme si le monument constituait le paradigme du patrimoine. La France ne considère que très superficiellement la question des savoir-faire rares, le système dit des maîtres d’art (…), laissant complètement de côté la question des 100 000 artisans d’art censés relever du secrétariat d’État chargé de l’artisanat. Elle ne considère guère plus la question du folklore, sinon de manière tout à fait marginale, au titre de certaines formes de spectacle vivant (le guignol lyonnais), renvoyant tout cela sous l’appellation quelque peu péjorative de tourisme25. » Elle s’y est mise, néanmoins, faisant reconnaître au titre du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO le fest noz (2012), l’équitation de tradition française (2011), le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier (2010), la fauconnerie, un patrimoine humain vivant (2010)26, le repas gastronomique des Français (2010), le savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon (2010), le Maloya, un genre musical de la Réunion (2009), la tapisserie d’Aubusson (2009), la tradition du tracé dans la charpente française (2009), les Géants et dragons processionnels (2008)27. Ces nouveaux patrimoines s’inscrivent dans la reconnaissance progressive du patrimoine ethnologique, des arts et traditions populaires, et renvoient à une acception anthropologique de la culture, à une appréciation esthétisante des cadres de la vie quotidienne. Ils participent tantôt de la nostalgie pour des modes de vie en voie de disparition, tantôt de la volonté, parfois militante, de préserver des coutumes locales menacées par l’homogénéisation culturelle, tantôt enfin de politiques délibérées de promotion d’une spécificité locale à des fins économiques et touristiques. Ils sont en cela emblématiques de la métamorphose de la notion de patrimoine, qui tend à devenir plurielle, mémorielle, communautaire, immatérielle et non plus unitaire, historique, nationale, monumentale. Jean-Michel Leniaud avait mis l’accent dans l’Utopie française, essai sur le patrimoine (1992) sur le lien entre construction nationale, centralisation de l’Etat et politique patrimoniale pour constater in fine que les politiques patrimoniales contemporaines se détachaient des intentions unitaires initiales pour correspondre de plus en plus à des « mémoires singulières » ; analyse confirmée deux décennies plus tard par Krzysztof Pomian, selon qui le patrimoine culturel est désormais mis au premier plan comme moyen de définir une identité nationale non plus homogène et consensuelle mais constituée d’une diversité de mémoires particulières28.

Cet éclatement de la notion suscite des interrogations, des doutes, des inquiétudes. Quant à la fonction patrimoniale et à l’ordre symbolique qu’elle est censée garantir tout d’abord. « S’agit-il d’entretenir les identités, de réparer le tissu social menacé ou déchiré ? de fortifier le sentiment national dans l’esprit traditionnel de citoyenneté ? de rappeler la marche de la civilisation et de sacrifier à l’idée de progrès de l’humanité dans la continuité d’aspiration du siècle dernier ? de dessiner une communauté de destin ? »29. Le patrimoine comme vecteur d’identités infra-nationales, porteur de revendications individuelles, sociales, régionales, outil de valorisation de mémoires singulières, minoritaires ou communautaires par des acteurs parfois engagés dans des luttes de reconnaissance devient l’objet, l’arme, le prétexte à des conflits mémoriels, avec toutes les émotions et les passions que cela peut entraîner ; c’est une première source d’inquiétudes contemporaines, même s’il ne faut pas négliger l’instrumentalisation du patrimoine au nom d’une identité nationale ou culturelle exclusivistes, justement dénoncée par Patrice Béghain30. L’autre source d’inquiétude tient à l’idée, devenue cliché à force d’être rebattue, d’un trop-plein mémoriel et patrimonial, d’une « tyrannie de la mémoire » pour reprendre les termes de Pierre Nora (qui, entre parenthèses, me semble contredire assez frontalement un autre poncif de la pensée contemporaine, le « présentisme » dont serait affligée notre société déboussolée selon François Hartog). Affolés par l’emballement de l’histoire, la crise perpétuelle et la destruction créatrice qui sont le mode de fonctionnement des sociétés développées, accablés par le « devoir de mémoire » qui nous enjoint de ne rien oublier, nous serions enclins à vouloir tout garder, tout conserver. Cette inflation mémorielle est encouragée sinon même commandée par les nouveaux outils que met à notre disposition la révolution numérique. Le fantasme d’une conservation intégrale des traces du passé semble pouvoir devenir une réalité. De l’ « abus monumental » dont parlait Régis Debray, à l’abus patrimonial, il n’y a qu’un pas qu’autorise à faire l’incertitude sur ce qui mérite d’être gardé, liée à la relativisation des hiérarchies culturelles. Le poids du passé fait figure d’insupportable fardeau ; le danger d’une pétrification du présent se fait jour, notamment en matière de préservation du patrimoine bâti, autour duquel s’affrontent, parfois au tribunal, architectes et défenseurs des vieilles pierres.

Ce fardeau est aussi financier. Sur un budget de trois milliards d’euros, le ministère de la culture lui en consacre déjà 870 millions, soit près du tiers. Certes, on a ralenti la politique de classement mais celle-ci procède par addition, sédimentation, non par substitution, puisqu’on déclasse très peu. Du coup, la note s’allonge inexorablement. L’État a tenté de l’alléger en impliquant davantage les collectivités locales, qui profitent de la manne que représente le patrimoine. Dans le cadre d’une nouvelle vague décentralisatrice, la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales a transféré aux régions l’Inventaire général des richesses artistiques et culturelles, l’État conservant l’élaboration des normes de l’Inventaire et leur contrôle scientifique et technique (avec la création d’un Conseil scientifique national). La loi permet aussi le transfert à titre gratuit aux collectivités territoriales qui en font la demande de la propriété de monuments historiques appartenant à l’État ou au Centre des monuments historiques (une innovation qui eu relativement peu de succès jusqu’à présent, les collectivités hésitant à assumer les frais d’entretien de monuments qui ont rarement les moyens de s’auto-financer par le tourisme31).

Cette politique a suscité, là encore, des doutes et des inquiétudes, allant du dévoiement par l’industrie touristique au désengagement de l’État dont témoigneraient d’autres signes, parmi lesquels l’encouragement au mécénat ou la location longue durée d’œuvres du patrimoine muséal. La réorganisation du ministère en 2009 avec la disparition de la Direction de l’architecture et du patrimoine et des autres directions centrales et historiques des musées et des archives, au profit d’une Direction des patrimoines de France regroupant les archives, les musées, le patrimoine, l’architecture a cristallisé certaines de ces inquiétudes. Cette restructuration administrative a été justifiée par le souci de créer une plus grande synergie entre des domaines jusque-là étanches, de privilégier la transversalité sur la verticalité. Mais, en période de restrictions budgétaires, elle répond aussi – surtout ? – à la nécessité de réaliser des économies de fonctionnement. Et l’on ne peut manquer de mettre cette restructuration en rapport avec la diminution des crédits dévolus à certains secteurs de l’action culturelle de l’État, en particulier le patrimoine. Le budget 2013 du ministère Culture est en baisse de 2% par rapport à 2012 mais de 9,80 % pour le programme patrimoine32. On peut détailler et dans une certaine mesurer expliquer et justifier certaines de ces coupes budgétaires mais le constat demeure quand même d’un recul de l’intervention de l’État dans ce qui était le domaine par excellence de l’action culturelle publique. Et ce n’est pas la grande loi sur le patrimoine, annoncée par la ministre Aurélie Filippetti l’année même où l’on commémorait le centenaire de la loi de 1913 sur la protection des monuments historiques, qui peut suffire à renverser cette tendance.

Je ne dirai pas à propos du patrimoine, comme Jean Caune le disait à propos de la culture en général que, de Vilar à Jack Lang, un sens s’est perdu ; de Chastel à Filippetti, pour mettre la citation au goût du jour, le sens a plutôt proliféré, au prix, peut-être, d’une perte de centralité dont la diminution des crédits porte aujourd’hui témoignage.

1 Dans Daniel Grange et Dominique Poulot, l’Esprit des lieux. Le patrimoine et la cité, PU Grenoble, 1997.
2 La loi Malraux du 4 août 1962 permet de protéger un secteur urbain caractéristique lorsqu’il présente un caractère historique, esthétique ou de nature à justifier la conservation, la restauration ou la mise en valeur de tout ou une partie d’un ensemble d’immeubles bâtis ou non. Il peut être instauré à l’initiative d’une commune ou de l’État, par l’intermédiaire de la commission nationale des secteurs sauvegardés. Il comprend un plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV), qui est un document de planification et qui a le statut de document d’urbanisme. Ce dernier permet principalement de présenter le site et de fixer les conditions de conservation des immeubles et du cadre urbain.
3 Xavier Laurent « Naissance et développement de l’Inventaire » in « Présences d’André Malraux, Malraux et l’Inventaire général » Cahiers de l’association Amitiés internationales André Malraux, 2004.
4 André Chastel est à l’origine, avec l’historien Marcel Aubert, de la création de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, le 4 mars 1964. Il est vice-président de la Commission nationale chargée de l’Inventaire de 1964 à 1974, puis président après la mort de Julien Cain (1974-1984).
5 A. Chastel, « L’invention du patrimoine » Malraux ministre, La documentation française, 1996, p. 88.
6 Cf l’implantation de la commission d’inventaire du Languedoc-Roussillon en 1964-65 qui renforce l’attrait du littoral en voie d’aménagement en mettant en valeur les richesses de l’arrière-pays. Les deux premières commissions régionales sont celles d’Alsace et de Bretagne, soit« deux régions situées à dessein aux deux extrémités ouest/est du pays, des terroirs particulièrement conscients de leur patrimoine ».
7 A. Chastel, op. cit.
8 Ibid.
9 M. Melot, « Présences d’André Malraux, Malraux et l’Inventaire général », Cahiers de l’association Amitiés internationales André Malraux, 2004, p. 60-67.
10 A. Malraux, « Sur l’héritage culturel » dans Commune n°37, septembre 1936.
11 Pêle-mêle : le ravalement des façades des monuments de Paris ; les grandes rétrospectives ; les commémorations (cf le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon en décembre 1964) ; le rayonnement international (en particulier la participation de la France au sauvetage des temples d’Abou Simbel menacés par la construction du barrage d’Assouan) ; la loi de 1968 sur les dations, qui permet d’enrichir le patrimoine national des musées de France ; les mesures prises pour empêcher la sortie du patrimoine pictural et littéraire ; sans oublier le thème du « musée imaginaire ».
12 P. Nora, « Les trois âges historiques du patrimoine », in E. Barnavi et M. de Saint-Pulgent, Cinquante ans après. Culture, politique et politiques culturelles, La Documentation française, 2010, p. 119-123.
13 A. Chastel et J.-P. Babelon, « la notion de patrimoine », 1e édition dans la Revue de l’art en 1980, rééd. Par Liana Levi en 1994.
14 Jean-François Sirinelli, Les vingt décisives (1965-1985), Paris, Hachette, 2012.
15 « Le patrimoine », brochure du ministère de la Culture, 1986.
16 En France, cette patrimonialisation a eu pour conséquence un investissement nouveau pour l’art du paysage et des initiatives institutionnelles (commandes publiques, écoles du paysage).
17 P. Poirrier, « L’évolution de la notion de patrimoine dans les politiques culturelles menées en France sous la Ve République », in Le Regard de l’histoire. L’émergence et l’évolution de la notion de patrimoine au cours du XXe siècle en France, Actes des Entretiens du Patrimoine 2001, Fayard 2003, p.
18 Elles visent à protéger et mettre en valeur les sites pour des motifs d’ordre esthétique, historique ou culturel. Ces zones permettent d’adapter la protection à l’espace à protéger et leur procédure associe étroitement les communes. Le périmètre de 500m aux abords des monuments historiques n’a donc plus lieu ; les ZPPAUP se constituent sur mesure par rapport au monument. Elle constitue une servitude d’utilité publique annexée au Plan local d’urbanisme (PLU). Tous les travaux, dans ces zones, de construction, démolition, déboisement, transformation ou modification des immeubles existants requièrent une autorisation donnée par la commune après avis du SDAP et de l’Architecte des bâtiments de France (ABF).
19 Le label est attribué aux collectivités qui répondent aux critères suivants : une volonté politique affirmée de valorisation de l’architecture et du patrimoine, dans toutes leurs composantes ; une attention à la qualité architecturale (architecture XXe et XXIe siècles en particulier), urbaine et paysagère ; l’intégration de cette démarche dans le projet global de la collectivité. Actuellement, 166 VPAH (108 Villes d’art et d’histoire et 58 Pays d’art et d’histoire) peuvent se prévaloir de ce label garantissant au public une offre culturelle de qualité qui fait la force et le dynamisme de ce réseau.
20 Cf l’explication que fournit P. Poirrier sur le peu de place accordé aux politiques du patrimoine dans discours ministériel depuis les débuts de la Ve République et, singulièrement, pendant les années Lang : « Ces secteurs ont fait les frais – du moins en termes de visibilité – des stratégies de rupture par rapport à la politique des Beaux-Arts. (…) Le fait que cette stratégie de rupture, associée à la volonté de démocratiser la culture, se soit appuyée sur les acteurs du spectacle vivant a renforcé ce sentiment d’un effacement relatif des politiques du patrimoine. La mobilisation des acteurs ds l’espace public est aussi déterminante. » (P. Poirrier et L. Vadelorge, Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, Comité d’histoire, 2003, p. 594).
21 La moyenne annuelle des crédits consacrés au patrimoine (hors grands travaux) passe, en francs constants, de 996 millions de francs entre 1971 à 1981 à 1702 millions entre 1982 et 1986 ; puis 1466 millions en 1987-88 et 1825 millions entre 1989 et 1991. (Chiffres tirés de la brochure officielle du ministère de la Culture, Vous avez dit culture ? 1981-1991 p. 136).
22 Laurent Martin, Jack Lang, une vie entre culture et politique, Paris, Complexe, 2008.
23 P. Nora, op. cit. Voir aussi D. Poulot : « Le diagnostic communément porté sur la situation présente est celui d’un certain nombre de déplacements et d’extensions de l’inventaire du patrimoine : de l’héritage utilitaire et officiel vers les objets quotidiens, les constructions vernaculaires et les meubles ou ustensiles les plus humbles, de l’antiquité prestigieuse vers les témoignages des origines de l’homme, d’une part, les témoignages les plus récents de l’activité humaine de l’autre, de la matérialité des artefacts vers l’intangible des mentalités ou des représentations. » Voir D. Poulot, Patrimoine et musées. L’institution de la culture, Paris, Hachette, 2001 et, du même auteur, Une histoire du patrimoine en Occident, XVIIIe-XXIe siècles, Paris, PUF, 2006.
24 En 2010, indique Françoise Benhamou dans Économie du patrimoine culturel (La Découverte, 2012), on comptait 43 720 monuments protégés, dont 14 428 classés, 1 216 musées nationaux et 627 zones protégées. le nombre d’arrêtés de protection de monuments est passé de 1 299 pour la décade 1990-2000 à 629 pour 2000-2010.
25 X. Greffe et S. Pflieger, La politique culturelle en France, Paris, La Documentation française, 2009, p. 177.
26 Partagé avec les Émirats arabes unis, la Belgique, la République tchèque, la Corée du Sud, la Mongolie, le Maroc, le Qatar, l’Arabie saoudite, l’Espagne et la Syrie.
27 Partagé avec la Belgique.
28 K. Pomian, « Patrimoine et identités nationales » dans Cinquante ans après, op. cit., p. 147-159.
29 D. Poulot « Le patrimoine et les aventures de la modernité, dans D. Poulot (dir.), Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan, 1998, p.7-62.
30 P. Béghain, Patrimoine, politique et société, Presses de Sciences Po, 2012.
31 Selon P. Moulinier, « les retombées économiques (par le tourisme) autant que les aspects symboliques et identitaires liés au patrimoine constituent pour les collectivités territoriales un enjeu important. Malgré leurs faibles budgets culturels, les régions sont très impliquées dans le soutien à la conservation du patrimoine, surtout depuis que la loi de 2004 leur a conféré la responsabilité de l’Inventaire. Mais ce sont les communes et les départements qui sont les plus concernés. (…) Dans leur budget culturel, le patrimoine représente le premier poste de dépenses. » Dans P. Poirrier (dir.), Politiques et pratiques de la culture, Paris, La Documentation française, 2010, p. 86.
32 Le budget du patrimoine dans le projet de loi de finance de 2013 représente plus de 775 millions d’euros de crédits de fonctionnement, en baisse de près de 10% par rapport à la loi de finance rectificative de 2012 (plus de 860 millions d’euros). 760,5 millions d’euros en autorisations d’engagement et 775,9 millions d’euros en crédits de paiement sont demandés, pour 2013, sur le programme 175 « Patrimoines ». La baisse des crédits représente 5 % en AE et 10 % en CP, soit respectivement -43,1 et -84,3 millions d’euros. La diminution des crédits est inégale d’une action à l’autre ; elle traduit l’arrivée à terme de plusieurs opérations, notamment le centre des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine, et la redéfinition ou l’abandon de projets du précédent gouvernement qui avaient commencé à recevoir un début de mise en oeuvre (Maison de l’Histoire de France) ou qui avaient simplement fait l’objet d’une annonce (Centre de restauration, de conservation et de recherche, Centre national de la musique). Le budget dédié à l’entretien et à la restauration du patrimoine historique est ramené à 303 millions d’euros au lieu de 376 millions en 2012 (budget annoncé mais pas exécuté), soit au niveau d’étiage du budget 2008 (contre 380,8 millions d’euros de crédits de paiement en 2007). Ce niveau bas était considéré à l’époque comme inquiétant car insuffisant au simple entretien du notre patrimoine national. Les experts s’accordent sur un montant minimal de 400 millions par an pour assumer l’ensemble des chantiers qu’un entretien normal exige. Un montant approché par les exercices précédents mais jamais atteint au cours de la décennie passée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *