Une politique culturelle basée sur l’offre ou sur la demande ?

Le 7 juillet 2007, Christine Albanel, nouvellement nommée à la tête du ministère de la culture et de la communication, à l’instar de ses collègues du gouvernement, reçoit une lettre de mission signée de Nicolas Sarkozy et de François Fillon. L’échec de la démocratisation culturelle y est une nouvelle fois affirmé, parce que « la politique culturelle s’est davantage attachée à augmenter l’offre qu’à élargir les publics », en favorisant « une politique d’addition de guichets et de projets au détriment de la cohérence d’ensemble [en prenant insuffisamment en compte les publics] ». Pour y remédier, il faut exiger « que chaque structure subventionnée rende compte de la popularité de ses interventions », dégager « des marges de manœuvres accrues », proposer « des indicateurs de résultats », etc. En regard, « la révolution numérique crée une possibilité d’accès quasi infini aux œuvres de l’esprit » souvent au détriment des auteurs « [et] les industries culturelles sont de leur côté à l’origine d’une part croissante de la richesse et de l’emploi ».
Cette injonction présidentielle est vivement critiquée par les milieux culturels. Jugée populiste, elle met surtout en exergue une vision d’une politique culturelle évaluée non plus en termes qualitatifs mais quantitatifs, qu’il s’agisse de fréquentations des salles de spectacles ou des musées, d’économies ou de chiffres d’affaires réalisés.
Depuis, cette vision s’est peu à peu enracinée continuant de générer des inquiétudes et des revendications au gré des alternances politiques.

En mars 2012, paraît en Allemagne « L’Infarctus culturel » (Der Kulturinfarkt, éd. Albrecht Knaus) signé par Dieter Haselbach, Armin Klein, Pius Knüsel et Stephan Opitz. Les auteurs, tous acteurs culturels, font le constat de l’échec, outre-Rhin, de cette culture accessible à tous qui s’était développée dans les années 70 : 10 % seulement de la population accède à cette culture subventionnée. Aussi, invoquant une nouvelle ère « post-institutionnelle », préconisent-ils de supprimer la moitié des subventions publiques pour recréer une dynamique de création, la puissance publique devant favoriser les pratiques amateurs, développer l’esprit d’entreprise, former des artistes au plus près de la réalité et des attentes des publics, prendre en compte la diversité des cultures issues de l’immigration. Il s’agit de dépasser les privilèges des institutions culturelles considérées comme ayant failli à leurs missions pour redonner sa place à l’individu. Cette volonté de changer de paradigme fait scandale.

Plusieurs mondes s’opposent. D’abord, un monde idéologique, entre les tenants de la culture cultivée et ceux qui revendiquent que la culture n’est jamais si bien partagée que lorsqu’elle est l’expression des individus ou qu’elle fait consensus par la façon dont elle est reçue et recommandée par ses consommateurs. Un autre monde, politique celui-ci qui se veut être le garant d’un égal accès à la culture tout en veillant à préserver et à réguler les modèles de l’économie culturelle publique et privée. Un monde artistique, aussi, qui répond à la commande publique, qui crée, qui propose une culture qui peut-être demandera un effort. Un monde encore, technologique cette fois-ci, qui bouscule les modèles jusqu’alors mis en œuvre, qui renverse le rapport à l’œuvre. Ce monde technologique cristallise aujourd’hui les tensions entre les tenants de la « haute culture » qui veulent répondre à l’ambition démesurée de l’utopie malrucienne et ceux, notamment les « industriels de la culture », qui veulent privilégier une consommation rentable de la culture.

couv-petitN’y a-t-il pas eu de tout temps une hiérarchie de la culture, de ses accès ? Est-il nécessaire d’opposer l’offre et la demande ? Quel doit être le rôle du ministère et de ses institutions ? A quel point les nouvelles pratiques générées par le Net peuvent-elles modifier l’intervention publique en matière culturelle ?

Pour répondre à ces questions, la revue NECTART organise un débat le lundi 13 juillet 2015 en Avignon avec Ariel Kyrou, directeur associé de Moderne Multimédias, Emmanuel Négrier, directeur de recherche CNRS en science politique à l’Université de Montpellier, Jean-François Marguerin, chargé d’enseignement à l’IEP Paris VIII – Saint Denis et à Paris XII Créteil, ancien haut-fonctionnaire du ministère de la Culture et Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique à l’Université Paris Ouest – Nanterre.
Débat animé par Eric Fourreau, directeur de NECTART, et Anne Gonon, auteure, journaliste et critique

Pour en savoir plus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *