Pourquoi parler le français en France ? Politiques linguistiques en société multiculturelle 2/3

Langue française et autres langues de France

Intervention d’Henriette Walter, professeur émérite de linguistique à l’université de Haute-Bretagne à Rennes, et directrice du laboratoire de phonologie à l’École pratique des hautes études à la Sorbonne


Quand on parle du français, il faut savoir de quoi on parle. Est-ce qu’il s’agit de la langue que l’on enseigne, qui est dans notre imagination, qui est prestigieuse, magnifique, ou bien est-ce la langue que l’on utilise, qui est très diversifiée, qui change tout le temps, et dont on ne sait pas très bien comment elle est acceptée par les uns ou par les autres ? Ce qui est un petit peu regrettable, c’est que, quelquefois, lorsque l’on parle du français, on dit : « Vous savez, ce mot-là, il n’existe pas, il n’est pas dans le dictionnaire ». Qu’est-ce que c’est que ce dictionnaire qui donne la norme, qui ne nous permet pas d’être bien sûr de soi ? Peut-être y a-t-il une autre distinction à faire, qui est la suivante : on a remarqué depuis longtemps que l’Île-de-France avait été le moteur de cette langue française qui s’est répandue dans l’ensemble du royaume. On dit aussi que Paris a pris la direction des opérations, mais là encore, peut-être qu’il y a deux Paris : le Paris- terroir, et le Paris-creuset.

Paris-terroir et Paris-creuset

Le Paris-terroir, ce serait celui des Parisiens nés à Paris, de parents et de grands-parents parisiens. Lorsque nous avons essayé de faire un dictionnaire de la prononciation, avec André Martinet, nous avons cherché les habitants que nous nommions les «  PPP » : parents et grands-parents parisiens. On a eu beaucoup de mal à les trouver, parce qu’il y a toujours un des grands-parents qui est d’origine provinciale ou qui est né ailleurs. Je ne sais pas si vous en connaissez mais moi j’en ai connu très peu. On les compte avec difficulté. Voilà le Paris-terroir, qui est intéressant, que l’on cherche à trouver, et que l’on ne trouve pas très bien parce que tout a changé, et que les gens bougent. L’autre Paris, serait le Paris-creuset. Celui-là est beaucoup plus vivant, on le voit, on le connaît, puisqu’il est composé de Parisiens que l’on rencontre tous les jours, de « parisiens de province ». Parisiens de province, parce que finalement le vrai parisien, c’est celui qui est né ailleurs, qui est venu passer sa vie active à Paris, et qui au moment de la retraite, repartira dans sa province natale ou peut-être dans son pays étranger natal. C’est dans ce Paris-creuset que se fabrique la langue française vivante, celle qui est dynamique, celle qui pousse les autres. Pourquoi ? Parce qu’elle est faite d’apports multiples. Il faut tout d’abord rappeler que, dans la constitution, la langue française figure en bonne place, mais aussi les langues régionales, qui font partie du patrimoine de la France. Cela me pousse à insister sur les langues régionales, ces langues qui sont parfois nées ailleurs, et un peu partout en France, car une question se pose : est-ce que c’est la même chose que ce que l’on a appelé le français régional ? Et là encore, une distinction s’impose : quelle est la différence entre une langue régionale et ce que l’on a nommé le français régional ? C’est très différent, bien entendu. Lorsque l’on parle de langues régionales, on parle de langues qui sont nées sur le territoire de la France et outre-mer, bien sûr, et qui se sont construites au fur et à mesure du développement du pays. Ces langues sont de diverses catégories, et de diverses origines. Il y a, en premier lieu, toutes les langues venues du latin, un latin qui s’est différencié de façons diverses selon les régions, et qui a abouti à la belle distinction que nous connaissons depuis des siècles entre langue d’oc, langue d’oïl et langue franco-provençale. Les gens ne pensent pas trop au franco-provençal, mais il faut quand même insister. Le franco-provençal concerne non seulement la France, mais également l’Italie et la Suisse. Le Val d’Aoste, par exemple, est une région d’Italie, où l’on parle des dialectes franco-provençaux mais également le français, qui était une langue officielle. Quand on dit langues d’oïl, d’oc et franco-provençal, on n’a pas tout dit, car il faut encore ajouter le catalan, le corse, ainsi que les diverses variétés de créole. Ces langues régionales ont fructifié sur le terrain, mais elles ont été peu à peu détrônées par cette langue française dont on ne sait plus très bien où elle est née ni comment elle est née. On sait qu’elle est partie de la région parisienne, et qu’elle est le fruit d’un beau mélange : il y avait déjà eu des apports venus du Nord, avec les langues germaniques qui avaient influencé cette langue française mais également les apports de toutes les régions de France, ainsi que des pays limitrophes : l’italien, l’espagnol, par exemple.

Qu’est-ce que le français régional ?

C’est avec un prestige certain que cette langue française s’est répandue dans l’ensemble du pays à mesure que le royaume s’agrandissait. Et cette langue a recouvert les langues régionales qui étaient présentes sur le terrain. Elle les a recouvertes, mais il y eut des influences réciproques entre le français et la langue régionale. Ce qui a donné naissance à ce que l’on appelle le français régional ou plutôt les français régionaux. Le français régional est donc une langue qui a intégré toutes ces variétés qui étaient présentes sur le terrain, et qui ont vécu des aventures et des mésaventures.

Comment cela s’est-il passé ?

Tout naturellement, les gens qui parlent une langue régionale apprennent peu à peu le français comme deuxième langue. Mais au début, ils emploient cette autre langue uniquement pour les communications inter-régionales, mais pas à l’intérieur de la région. Et progressivement, cette langue française va devenir une deuxième langue de plus en plus présente. On peut se poser la question de savoir, aujourd’hui, ce qu’il en est. Tout à l’heure vous avez fait allusion au discours de l’abbé Grégoire, en 1794, qui préconisait la nécessité de détruire les patois, avec pour conséquence la décision d’enseigner le français dans les régions où l’on ne parlait pas français mais des patois un peu partout. Pour ce faire, des écoles normales d’instituteurs ont été créées expressément dans le but d’apprendre le français aux petits Français qui ne le savaient pas encore bien. Le malheur, c’est qu’il n’y avait pas assez d’instituteurs sachant suffisamment le français pour l’enseigner. En conséquence, les langues de substrat – autrement dit les patois – ces langues qui étaient toujours là, ont continué à vivre de leur belle vie jusqu’à la guerre de 1914. À cette période, dans les régiments qui étaient au départ formés régionalement, chacun des soldats, pouvait parler son propre patois et se faire comprendre d’un autre soldat, originaire d’un village voisin : c’était un peu différent, mais on se débrouillait. Très vite, il y eut un regroupement, car il y eut beaucoup de pertes, ce qui fit que les jeunes gens ne pouvaient plus s’exprimer dans leur propre patois. C’était beaucoup plus difficile avec des patois plus lointains. Nous étions en 1914 (Jules Ferry, et l’école obligatoire et gratuite, c’était 30 ans auparavant), donc ils avaient eu le temps d’apprendre cette langue française. Au bout de quatre ans de guerre, les hommes avaient bien pris l’habitude de la parler et ils ont continué de la pratiquer au retour. C’était bien pratique, finalement, d’avoir une langue commune pour communiquer.

Diversité du français

Je vais à présent évoquer plus en détail ce français, en insistant sur les français régionaux, qui se distinguent d’un français moyen, d’un français général, par la prononciation, par la grammaire, par le lexique. Je commencerai par la prononciation. Et si vous le permettez, je vais vous lire un extrait d’un poèmes, sur les « accents », sur la façon dont on prononce. C’est ce qui se voit le plus vite, c’est-à-dire ce qui s’entend le plus vite, car, aux premiers mots qu’elle prononce, on sait immédiatement que telle personne ou telle autre personne n’est pas d’ici. Les quelques mots qui suivent sont d’un poète qui s’appelait Miguel Zamacoïs :

« L’accent ? Mais c’est un peu le pays qui vous suit !
C’est un peu, cet accent, invisible bagage,
Le parler de chez soi qu’on emporte en voyage !
C’est, pour les malheureux, à l’exil obligés.
Le patois qui déteint sur les mots étrangers !
Avoir l’accent, enfin, c’est chaque fois qu’on cause,
Parler de son pays, en parlant d’autre chose ! »

On peut ainsi voir que l’accent, c’est ce qui est considéré par le poète comme quelque chose de très beau, alors que la plupart des gens le jugent comme une caractéristique dont on se moque gentiment.

Que se passe-t-il pour la grammaire ?

Mais, malgré tout, « l’accent », on y est assez favorable, on aime bien ; il révèle d’une certaine manière la personnalité du locuteur. En revanche, pour la grammaire, c’est tout le contraire. Avec la grammaire, on est intransigeant. On considère que la forme grammaticale employée par l’autre, est une forme qui est fausse. Pourtant, il faut savoir que, quelquefois, la norme n’est pas fixée. Un des points de la norme qui n’est pas du tout fixe en français, par exemple, c’est le surcomposé. Vous vous souvenez de Fernand Raynaud, qui disait : « La vigne ça a eu payé mais ça ne paye plus » Qu’est-ce que c’est que ce surcomposé qui ne figure pas dans toutes les grammaires du français? Selon certaines grammaires, cela n’existe pas, d’autres estiment au contraire que c’est la norme. Alors, de quoi s’agit-il exactement ? Les usagers non plus ne sont pas : certains pensent que cela est bien d’employer le surcomposé, et que ceux qui ne l’emploient pas font une faute de grammaire. D’autres, estiment au contraire, que, lorsque l’on dit : « ça a eu payé », c’est une faute. Personnellement, j’ai eu des discussions avec mon mari parce que je ne connaissais pas cette forme de surcomposé. Dans mon enfance, je ne l’ai jamais apprise, je ne l’ai jamais vue dans aucune grammaire, et donc, je ne l’employais pas. Mais lui, l’employait. En réalité, le surcomposé, c’est une forme temporelle intéressante pour dire qu’une chose se faisait mais ne se fait plus. Sur le plan géographique, il faut faire une distinction : dans certaines régions, on l’emploie uniquement dans une subordonnée, mais dans d’autres régions on l’emploie aussi dans une principale, comme par exemple dans la phrase : « Ce couteau, il a eu coupé » (sous-entendu « il ne coupe plus »). Dans une phrase subordonnée, comme par exemple : «Quand il a eu mangé, il s’est senti mieux ». Cela fonctionne très bien, et c’est intéressant. finalement, personnellement, je tourne la difficulté en disant : «Une fois qu’il a mangé, il s’est senti mieux ». C’est bien aussi, et ce n’est pas faux. C’était donc la question de la grammaire, mais je ne vais pas insister là-dessus car il y a beaucoup d’autres choses que l’on pourrait dire, avec par exemple le non emploi du passé simple dans le langage parlé. C’est fini, on ne l’emploie plus.

Une enquête a été menée, il y a plusieurs années, sur l’utilisation du passé simple. Cette enquête a permis de démontrer que seuls les petits enfants employaient le passé simple, sans doute parce que dans les contes, il y a toujours des formules comme : « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Dans cette enquête, lorsque l’on demandait de raconter une histoire, les personnes âgées la racontaient soit au présent de narration, soit, à l’imparfait. Les enfants, eux, racontaient l’histoire au passé simple. C’est instructif de savoir que les enfants ont gardé cette utilisation du passé simple. Par ailleurs, on sait pourquoi le passé simple a disparu, ainsi que le subjonctif imparfait : les formes étaient trop difficiles à retenir. Différentes enquêtes ont montré que les rares fois où il était employé il l’était sous une forme erronée. On a donc perdu l’usage du subjonctif en français. D’autres langues romanes l’ont conservé.

Et le lexique?

Venons-en au lexique : le lexique, c’est ce qu’il y a de plus mouvant. Il se renouvelle sans cesse et il est totalement illimité. Je vous citerai seulement quelques mots qui dénotent leur origine géographique. : par exemple, si vous dites que vous allez manger du bar et non pas du loup, on comprendra que vous habitez dans le Nord alors que si vous aviez cité le loup on vous aurait situé dans le Midi. Vous avez remarqué peut-être, que dans les menus, on écrit toujours : « loup au fenouil» et non pas « bar au fenouil », sans doute parce que le fenouil, c’est dans le Midi qu’il est utilisé. Il y a aussi le colin et le merlu : c’est le même poisson. On peut aussi citer la lotte dans le Nord et la baudroie dans le midi.  On «  s’estrasse de rire » dans le midi, mais pas ici. On est plutôt « mort de rire » ou encore « MDR ». On « sèche  » un cours en France, on « mouille » un cours en Afrique. On « appuie sur le bouton » en France, et au Québec, on « pitonne ». On peut ajouter que, septante, pour 70 , cela dit tout de suite que l’on est belge. Nonante aussi d’ailleurs, pour 90. D’ailleurs, il faut se rappeler qu’à Paris, on a dit septante, jusque très tard. C’est assez récent, ce soixante-dix bizarre que nous avons. André Martinet expliquait cela comme une difficulté de prononciation chez les enfants. On les a corrigés, puis on a abandonné. C’est peut être une explication. Et le quatre-vingts, savez-vous d’où cela vient ? Il est très ancien, puisqu’il vient des Gaulois, qui comptaient en système vicésimal. Et les « 15-20 » ? – je veux dire le nom de l ’hôpital de Paris -, c’est quinze multiplié par vingt, c’est-à-dire trois cents (le nombre de lits de cet hôpital). C’est aussi une vieille histoire gauloise. Un autre exemple : «On est ensuqué» dans le midi, « abruti par la chaleur ». Le verbe mousiner, cela veut dire « bruiner », en Champagne.

Enfin, je voudrais simplement rappeler l’origine de certains mots.

séraphin et chérubin : c’est hébreu.
alouette et mouton
 : c’est gaulois.
bleu, blanc, brun
 : c’est du francique.
bijou
 : c’est du breton.
brioche
 : c’est du normand.
échantillon
 : c’est du lyonnais.
reblochon
 : c’est du savoyard. Cela vient du verbe, c’est-à-dire qu’on bloche une deuxième fois, qu’on procède à une deuxième traite.
béret
 : c’est béarnais.
abeille, cigale, salade
 : c’est provençal.
biscotte, festin, ombrelle
 : c’est italien.
camarade
et vanille » : c’est espagnol.
marmelade
et pintade » : c’est portugais. En portugais, la marmelada, c’ est la confiture de coings. En France, c’est n’importe quel fruit. En anglais, c’est de l’orange.

C’est très étonnant. J’ai eu une réponse de la part d’un lecteur, qui avait un vieux livre de cuisine dans lequel il était indiqué que la meilleure confiture d’oranges se faisait avec de la gelée de coings. C’est peut-être le lien entre les coings des Portugais et des oranges des Anglais. Il y a aussi des mots qui sont trompeurs ; tout à l’heure je vous ai dit béret, vous avez pensé à une origine basque, mais c’est béarnais. Et caviar ? Ce n’est pas russe. C’est turc. Enfin, mouquère, ce n’est pas arabe ; cela vient de l’espagnol mujer, à partir du latin mulier « femme ».

Voici maintenant quelques expressions métaphoriques, différentes selon les régions :

Il y a des expressions que l’on comprend très bien, même si on ne les connait pas, mais certaines autres restent peu transparentes. Par exemple : arriver en roue libre. En Haïti, cela signifie « faire de l’auto-stop ». Au pipirit chantant, en Guyane et aux Antilles. Un pipirit, c’est un oiseau des îles. Et le moment où il chante, c’est de très bon matin. Nous, nous disons : dès potron-minet, où potron signifie le « postérieur », donc c’est le moment où l’on voit le chat déguerpir. C’est affreux ce que c’est beau : cette fois c’est une expression qui vient d’Auvergne. Crouiller la porte, en Bretagne, signifie « verrouiller la porte ». Enfin, être rendu, c’est-à-dire « être arrivé », c’est une expression de l’ouest de la France. Je voudrais aussi insister sur l’arabe, qui nous a donné du vocabulaire deux fois : une fois au Moyen Âge et plus récemment : par exemple chiffre et zéroalgèbre et algorithme, ou encore le mot coton, qui est passé par l’italien, et même le mot truchement, qui a l’air tellement français, mais qui correspond au mot arabe pour « interprète ». Plus tard, on a eu magasin et magazine. Le terme magasin était parti en Angleterre sous sa forme française, et il nous est revenu avec ce nouveau sens et cette nouvelle forme. Plus récemment, on a eu la création d’un nouveau verbe : kiffer. C’est un peu exagéré, mais cela signifie qu’il est bien ancré puisque l’on arrive même à faire des dérivations, à partir de kif, « plaisir ».

Finalement cette langue française est très variée. Pourquoi est-elle si riche ? Sans doute parce qu’elle a beaucoup emprunté aux autres langues. On peut en conclure que c’est comme dans la vie : dans les langues, on a souvent besoin d’un étranger chez soi.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *