Les politiques culturelles doivent-elles être multiculturelles ? 1/3

Dans le cadre du cycle de conférences Politiques du multiculturalisme : le débat français, la séance du 15 avril 2015 était consacrée aux politiques culturelles.

 

Intervention d’Angéline Escafré-Dublet, maître de conférences en science politique à l’Université Lumière Lyon 2

Tout dépend de ce que l’on entend par « multiculturelle ». On ne tentera pas ici de présenter l’ensemble du débat sur le multiculturalisme, seulement les éléments qui peuvent nous servir pour réfléchir aux liens entre multiculturalisme et politiques culturelles. On reviendra donc dans une première partie sur la notion de multiculturalisme pour introduire d’autres notions également pertinentes par rapport à cette question (par exemple la notion de diversité culturelle). Pour ensuite présenter les modalités de diversification des contenus culturels et les modalités de diversification des publics de la culture, afin de discuter des conditions de possibilités de mise en œuvre de politiques culturelles, multiculturelles, dans le contexte français.

 

I. Multiculturalisme et politiques culturelles

Au Canada le « multiculturalisme » 1 est érigé en politique depuis les années 1970 afin de donner une représentation équivalente des groupes culturels. C’est la politique qui organise, par exemple, l’égale pratique de la langue anglaise et de la langue française dans tout le Canada (et pas seulement au Québec). On note, par exemple, le fait que les fonctionnaires du gouvernement Canadien doivent parler l’anglais comme le français, ou le fait qu’il est possible de suivre une scolarité en français hors du Québec, en Ontario par exemple.

C’est donc une politique qui assure un égal accès, une égale représentation des minorités nationales (les anglophones et les francophones…et les amérindiens, les premières nations), je vous renvois aux travaux de Will Kymlicka qui a beaucoup contribué à théoriser cette question de la nécessaire reconnaissance de l’appartenance culturelle pour garantir la survivance des minorités culturelles et la capacité des individus à décider de ce qui est bien pour eux, dans son ouvrage sur la Citoyenneté multiculturelle2.

En outre, c’est une notion qui entend le « culturel » au sens anthropologique du terme c’est-à-dire l’ensemble des signes qui font sens pour un groupe (la langue, la religion, les coutumes, les manières de vivres).

Or, par politique culturelle dans le contexte français on entend la culture au sens artistique c’est-à-dire des contenus, des pratiques, un patrimoine et ceci découle en partie de l’histoire des politiques culturelles françaises.

Dans l’ouvrage de Vincent Dubois, La politique culturelle française : naissance d’une catégorie d’intervention publique3, celui-ci démontre très bien les conditions de définition du périmètre d’action du ministère de la Culture à sa création. Le Secrétariat d’État aux Affaires culturelles qui est confié à André Malraux en 1959 reçoit pour mandat de « Faire connaître au plus grand nombre les œuvres de l’humanité, et en particulier de la France ». Mais surtout il se voit confié la Direction des Beaux Arts (jusque-là au ministère de l’Éducation nationale), une Direction du théâtre est créée, le Cinéma qui appartenait jusque-là au ministère de l’Industrie, se voit rattaché au ministère de la Culture, une direction du Patrimoine est créé. C’est donc un périmètre d’action qui donne une consonance particulièrement artistique aux politiques culturelles françaises.

Par conséquent, quand on parle de multiculturalisme on fait référence à une politique de reconnaissance des groupes, on évoque des droits. C’est pour ça que, que ce soit dans le contexte canadien, ou le contexte britannique d’ailleurs, c’est une réflexion qui est liée aux questions de citoyenneté, de mobilisation des individus en fonction de leur appartenance à ce groupe (identité régionale, ethnique, religieuse). On peut citer par exemple, le fait que, dans le contexte britannique, la notion de politiques multiculturelles (Multicultural politics) est évoquée pour analyser la stigmatisation et les discriminations dont sont victimes les musulmans dans la société britannique4. Par contraste, lorsqu’on parle de politique culturelle en France on fait davantage référence à une politique publique, à un domaine d’activité professionnelle identifié comme tels : des théâtres, des musées, des institutions…

Il semble que pour surmonter cette apparente incompatibilité il soit nécessaire de distinguer deux sens du terme multiculturalisme : d’une part, un multiculturalisme prescriptif qui vise à faire de l’égale représentation des groupes un moyen de garantir la cohésion d’une société, et d’autre part, un multiculturalisme descriptif : c’est-à-dire l’idée que les individus ont des origines diverses d’un point de vue ethniques, culturel religieux…et que cette diversité qui a été pendant longtemps régionale, est devenue de plus en plus internationale en lien avec l’intensification des phénomènes migratoires et la multiplication des origines nationales. Le premier est un choix politique, le deuxième est davantage de l’ordre du constat.

En effet, si l’on fait le tableau de la population française aujourd’hui, on constate que la population d’immigré est de 8,5% depuis 2008 ; et d’après le recensement 2004, on compte parmi ces immigrés 40% de personnes d’origine Européenne, 30% du Maghreb, 12% d’Afrique Subsaharienne, 5% de Turquie et 12% du Reste du Monde (dont Chine). En outre, l’enquête Trajectoire et origine menée par l’INED en 2008 a permis de déterminer que la population d’origine immigré (i.e. un des deux parents nés à l’étranger) est de 12%. Parmi cette population, 50% ont un parent né en Europe, 40% un parent né au Maghreb. Plus ils sont jeunes plus ils ont susceptible d’avoir un parent né en Afrique sub-saharienne. Enfin, 60% de ces descendants d’immigrés ont moins de 26 ans.

Ce sens descriptif de la notion de multiculturalisme est proche d’une autre formule, celle de la diversité culturelle qui fait aussi référence à l’idée que plusieurs origines culturelles se côtoient dans un même ensemble.

Il semble donc pertinent de se poser la question des politiques multiculturelles celle de la diversification, en distinguant deux niveaux : la diversification des contenus et la diversification des publics. En effet, le mandat du ministère de la Culture se divise en deux volets : la nécessité de rendre accessible au plus grand nombre (i.e. la notion des publics) et la valorisation des œuvres de l’humanité (i.e. la notion d’œuvres, de contenus culturels).

Or, diversifier les contenus n’est pas la même chose que diversifier les publics, l’un n’entraîne pas forcément l’autre, et c’est ce que nous apprend l’histoire des politiques culturelles françaises et leurs rapports aux cultures immigrées.

 

II. Diversification des publics

Nous sommes parties de cette question pour mener des recherches sur la prise en compte de l’immigration par les politiques culturelles françaises5. Connaissant le projet d’élargissement des publics consubstantiel aux politiques culturelles françaises (cf. mémoire de maîtrise sur le Festival d’Avignon, et l’action de militants de l’action culturelle, comme Jean Vilar, pour diffuser hors de Paris le théâtre classique), nous nous sommes demandée si parmi ces publics isolés de la culture qui étaient visés (les ouvriers, par exemple), les pouvoirs publics s’étaient posés la question des publics immigrés.

Deux constats se sont imposés :

Le premier étant que selon le principe d’indistinction énoncé par la Constitution de 1958 (la République garantie l’égalité de traitement des citoyens quelque soit l’origine, la race ou la religion) aucune politique ne prend en compte l’origine de ces publics, et donc les politiques culturelles ont été mises en œuvre quelque soit l’origine des publics visés. Si une origine a été prise en compte c’est l’origine sociale éventuellement, mais pas l’origine ethnique.

Cependant, le deuxième constat qui s’est imposé est que l’outil culturel a tout de même été sollicité à des fins sociales. D’abord, dans les années 1960, les associations d’aide aux immigrés chargées d’améliorer l’accueil ont eu recours à des activités d’éducation populaire pour « faciliter l’adaptation des immigrés à la vie moderne » (à comprendre dans le contexte d’arrivé de nombreux immigrés venus des anciennes colonies dont on postule que la culture est particulièrement différente de la culture européenne). Ensuite, dans les années 1970s : le secrétariat d’Etat aux travailleurs immigrés, sous l’autorité du ministère du Travail, qui a la charge de la gestion des flux migratoires, met en œuvre une « politique culturelle adaptée aux immigrés » qui a pour finalité de valoriser les cultures d’origine des immigrés. Elle consiste à proposer aux immigrés des contenus culturels qui viennent de leur pays d’origine. C’est le moment où l’émission de télévision Mosaïque est créée sur France 3 (reportages et groupes de musiques envoyés par les pays d’origine). A travers cette émission, il s’agit en réalité d’envoyer un signal positif aux autorités des pays d’origine, alors que la France se fait de plus en plus restrictive dans le renouvellement des titres de séjours. En réalité, ce volet vise à préparer le retour et l’outil culturel est utilisé à des fins sociales et politiques.

Enfin, depuis les années 1980, l’outil culturel est utilisé à des fins d’intégration. Après une parenthèse rapide du Droit à la Différence en France (1981 – 1984), un « consensus républicain » s’est forgé autour de la notion d’intégration6. C’est-à-dire que face à la montée du Front national, qui adoptait un discours différencialiste exclusif (« différent d’accord, mais chez eux ») les politiques de droite comme de gauche se sont rejoints sur la nécessité de l’intégration (aux dépens de l’entretien des différences culturelles) et un axe « action culturelle » s’est consolidé au sein de l’administration chargée de financer les associations créées ou animées par des immigrés ou des personnes issues de l’immigration7. Pour obtenir un financement de cette administration au titre de l’action culturelle il fallait : d’une part témoigner d’un ancrage local pour s’assurer de la possibilité d’atteindre des publics isolés de la culture et d’autre part faire se rencontrer les différentes cultures pour identifier les points communs (tendre à l’universel) et aussi éviter de financer le maintien de cultures spécifiques.

On remarque que ces politiques – qui ont recours à l’outil culturel – sont très peu mises en œuvre par le ministère de la Culture (une politique culturelle est elle nécessairement une politique qui est mise en œuvre par une autorité qui dépend du ministère de la Culture ?). L’introduction de la diversité culturelle au ministère de la Culture s’observe en effet davantage au niveau des contenus.

 

III. Diversification des contenus

On ne peut reprocher au ministère de la Culture – et à la France et sa politique des arts en général – de ne pas s’être intéressée aux cultures d’ailleurs, aux « œuvres d’art de l’humanité » (mandat de 1959). On en veut pour preuve les collections nationales présentées au Louvre, comme au Quai Branly, comme au MUCEM à Marseille. L’important travail de coopération culturelle organisé par le Ministère de la Culture en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères, des organismes comme l’AFAA (devenu Cultures France en 2006).

Pourtant l’enjeu ne me semble pas tant dans la présence de cultures étrangères, la valorisation voire la conservation de ces cultures, que l’ouverture de nos représentations nationales aux apports étrangers et aux transformations liées à l’expérience migratoire. On voit bien qu’à certains moments les autorités françaises ont eu intérêt à présenter un patrimoine diversifié. Ainsi, à l’arrivée du PS en 1981, on note un élargissement du périmètre d’action du ministère de la Culture à des formes nouvelles, le jazz, le rock, le rap, la bd, etc. L’émergence d’une nouvelle génération d’artistes nés de parents immigrés intéresse le ministère de la Culture fasciné par leur pouvoir créateur (soutien du MCC à travers le Fonds d’intervention culturelle à ceux qu’on appelle les artistes de la génération beur). C’est un moment où Jack Lang rejoint les marcheurs pendant la Marche contre le racisme et pour l’égalité (1983). Et qu’il inaugure dans la foulée l’exposition intitulée Les Enfants de l’immigration à Beaubourg. Enfin, un autre moment où l’État est tenté de faire entrer dans ses représentations symboliques les apports de l’immigration est à la suite de l’élection de 2002 quand est confié à Toubon la mission de réfléchir à une Cité nationale de l’histoire de l’immigration qui voit le jour en 2007.

 

En conclusion :

Il ne paraît pas possible pour la politique culturelle française d’être multiculturelle au sens politique du multiculturalisme, reconnaissance de l’identité des groupes. D’une part, car ce n’est pas le choix de représentation et de société qui a été fait en France. Et que la reconnaissance des identités de groupes est largement perçue comme faisant le jeu des xénophobes, si bien qu’il semble très difficile de modifier les mentalités de ce point de vue. D’autre part car c’est un projet politique qui est sous le feu de la critique8.

Il est cependant possible de tendre vers une solution plus satisfaisante que la simple ignorance de la diversité culturelle à travers la mise en œuvre de politiques culturelles qui prennent conscience de ces enjeux.

Ce ne sont pas des enjeux faciles à prendre en compte, notamment parce qu’ils articulent plusieurs niveaux. J’ai distingué la diversification des publics, la diversification des contenus, mais il faudrait aussi aborder la diversification de la profession. Ainsi, donner la parole à un artiste issu de l’immigration, ce n’est pas comme présenter une œuvre qui évoque l’expérience de l’immigration, ni comme s’assurer que les publics issus de l’immigration vont s’y intéresser. Il y a des liens bien sûr, mais tout mélanger conduit parfois à de l’assignation identitaire peu efficace ou difficile à vivre pour les intéressés (être toujours renvoyé à des rôles de délinquants ou de jeunes des banlieues par exemple, etc.)

Une politique culturelle doit être multiculturelle au sens où elle doit intégrer les apports de la multitude des expériences individuelles. Chaque expérience doit y avoir le même statut, que ce soit l’expérience de la migration, de l’intégration ou de la discrimination, sans hiérarchie et avec un égal respect pour chacune d’entre elles.

Notes

1  Doytcheva, Multiculturalisme, Repères
2  Will Kymlicka, Citoyenneté multiculturelle, 2001.
3  Vincent Dubois (1999) La politique culturelle : genèse d’une catégorie d’intervention publique. Paris : Belin
4  Tariq Modood, Multicultural Politics: Racism, Ethnicity and Muslims in Britain (University of Minnesota Press and University of Edinburgh Press, 2005)
5  Angéline Escafré-Dublet, Culture et immigration. De la question sociale à l’enjeu culturel, Rennes, PUR, 2014.
6  Patrick Weil, La France et ses étrangers, 1992
7  Ce moment est essentiel pour comprendre la défiance vis-à-vis du multculturalisme au sens de reconnaissance des droits des groupes, c’est faire le jeu du Front national (Voir sur cette question, Taguieff, P.-A., La force du préjugé)
8  Vertovec, Wessendorf, 2010, The Multiculturalism Backlash. European discourses, policies and practices, Routledge.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *