Jacques Rigaud et la politique de développement culturel

par Guy Saez, Directeur de recherche CNRS émérite à l’UMR PACTE


La culture pour vivre, quel beau titre ! C’est par ce livre que j’ai connu la pensée de Jacques Rigaud, bien avant de le rencontrer personnellement, alors que je cherchais quelle serait ma voie dans le monde de la culture qu’il me faisait ainsi découvrir.

Ce livre est encore tout frémissant de son expérience au ministère des Affaires culturelles. Quand Jacques Rigaud évoque son arrivée au ministère, appelé par Jacques Duhamel pour être son directeur de cabinet, il écrit :  » j’ai senti intérieurement que j’allais finir ma vie dans le domaine de la culture ». Il ne s’était pas trompé : il avait la culture pour vivre et il avait vécu les expériences les plus variées avec la culture.

En 1971, il avait déjà fait ses preuves d’administrateur auprès de Jacques Duhamel au ministère de l’agriculture. Quand il arrive aux Affaires culturelles, il aborde sa mission comme un homme de projets, avec un esprit de recherche et déjà une forte maîtrise personnelle du champ culturel. A ce poste, il veut innover. Bien entendu, il le fait sans rien sacrifier de ses talents d’administrateur, qui ne sont pas pour rien dans l’assise mieux assurée dont va se doter le ministère au cours de ces années.

Il arrive au ministère dans une époque très idéologique; les débats sont violents, à la mesure des enjeux et des idées nouvelles décapantes portés par Mai 68. L’effervescence n’est pas retombée dans les milieux culturels où des approches très différentes se disputent la prééminence et l’accès au ministère. Chacun a conscience qu’il faut redonner une orientation forte et plus cohérente à la politique culturelle de l’État. J. Rigaud se distingue ici en allant plus loin: il faut aussi faire de la culture le domaine où l’on peut penser et accompagner les changements nécessaires. Affirmer, consolider la politique culturelle, certes mais l’appréhender comme une dimension de la vie, d’une vie en plein changement.

Le développement culturel

La thématique du développement culturel vient admirablement remplir toutes ces conditions. C’est maintenant un projet intellectuel qui a mûri. Au Service des études et de la recherche (SER), Augustin Girard, dont Jacques Rigaud aimait à dire qu’il était un « homme de caractère non-complaisant », a achevé de transformer la doctrine en mode d’action publique. Il faut maintenant une équipe et un chef pour la mettre en œuvre à travers des choix politiques fermes et des projets clairs.

Ce sera fait au plan politique, et au plus haut niveau puisque dans son discours d’investiture, le Premier ministre Jacques Chaban-Delmas fait du développement culturel l’un des trois piliers de son projet de Nouvelle société ». C’est dire à quel point l’attente à l’égard d’une politique culturelle rénovée est grande, c’est dire aussi à quel point la responsabilité qui incombe à Jacques Rigaud au ministère est écrasante.

En effet, promouvoir la culture pour penser et accompagner les changements de société, voilà qui introduit une forte rupture avec la conception de la politique culturelle qu’André Malraux avait impulsée depuis 1959. Une rupture de cette sorte ne se résume pas à un nouveau credo idéologique; elle suppose de mettre en place des outils nouveaux, des procédures inhabituelles et de faire partager de nouvelles normes d’action publique. Ce défi immense, Jacques Rigaud va le poursuivre toit au long de sa vie, dans les aventures successives qu’il va connaître : considérer la culture avant tout comme une dimension de la vie, c’est en faire une réalité qui informe et traverse toutes les contingences, notamment les divisons sectorielles de l’appareil administratif.

Le Fonds d’intervention culturelle sera l’un des premiers nouveaux dispositifs dans lesquels s’incarne la politique de développement culturel. Il répond en effet à deux de ses exigences: une forme de transversalité du fait de son statut interministériel et la capacité de générer, à partir de projets exploratoires choisis en dehors des milieux habituels, la formation d’une « conscience citoyenne ». J. Rigaud a ardemment soutenu le FIC et son secrétaire général Gérard Montassier contre les réticences de ses collègues directeur de cabinet dans les ministères concernés, contre celle, aussi, de quelques directeurs de son propre ministère.

La décentralisation

La décentralisation est le deuxième grand domaine où la politique de développement culturel prend une consistance. En méditant sur les difficultés de tous ordres léguées par l’héritage des maisons de la culture, J. Rigaud s’était persuadé qu’il fallait éviter de faire de ces institutions l’alpha et l’oméga de l’animation culturelle. Reprenant la métaphore souvent employée par J. Duhamel, il était convaincu qu’il fallait « beaucoup d’églises autour la cathédrale ». Cela signifiait de pousser plus loin une réflexion en terme d’aménagement du territoire et d’engager un dialogue confiant avec les élus locaux. Il le dira à plusieurs reprises, notamment lors du travail de la commission de refondation : rien ne peut être imposé aux villes, c’est de leur initiative, du dynamisme de leurs élus que l’on peut attendre un engagement partenarial plus ferme. Dans ce contexte, la politique des Centres d’action culturelle a été le moyen de mieux impliquer les collectivités territoriales, d’étendre au pays entier le bénéfice d’institutions d’une taille gérable, promouvant une animation culturelle diversifiée réclamée par les élus et par les nouveaux acteurs culturels qui se pressent après Mai 68. J. Rigaud avait une pleine conscience qu’on ne pourrait réguler la masse d’activités et de projets qui allaient surgir des villes maintenant lancées dans la construction de leurs politiques culturelles sans instruments d’action publiques adaptés. Il avait alors songé à un dispositif de mise en cohérence des politiques culturelle des villes et de leur coopération avec l’État qu’il n’aura pas le temps de mettre en œuvre. C’est ce projet M. Guy reprendra quelques années plus tard avec ses « chartes culturelles ».

Le Conseil du développement culturel

Il me reste à évoquer évidemment les difficultés qu’il a rencontrées avec l’affaire du Conseil de développement culturel. En réalité, les difficultés s’étaient manifestées dès ses premiers rapports avec la commission des Affaires culturelles du VIe Plan, présidée par le poète Pierre Emmanuel. Quand on relit le rapport de cette commission on sent bien qu’elle a été le lieu d’échanges intellectuels intenses, profonds, très intéressants, mais entachés d’un certain malaise. La commission a l’ambition d’établir un diagnostic et une critique de la crise de civilisation que Mai 68 a révélée dans ses profondeurs. Cela se traduit sans doute par des orientations un peu vagues et une tonalité intellectuelle que J. Rigaud va qualifier d’une formule qui fera mouche, regrettant un « défaitisme inacceptable ». Aux yeux du haut-fonctionnaire chargé de mettre en œuvre une politique, ce rapport n’offre que des analyses impuissantes.

J. Rigaud, cependant, prenait le plan très au sérieux. C’est une chance exceptionnelle pour le ministère disait-il. Il a de même précisé qu’il était tout à fait en accord sur le fond de la politique de développement culturel avec les amis d’Augustin Girard présents à la commission, les inspirateurs anciens Uriagistes et les gens de Peuple et Culture comme Jean-Marie Domenach, Joffre Dumazedier, Joseph Rovan. En revanche, il ne pouvait accepter deux choses: d’abord qu’au nom de la transversalité, le Conseil organise une sorte de patronage intellectuel du ministère. C’eût été totalement contradictoire avec la recherche de diversité et c’eût été courir le grand danger de diluer la responsabilité politique du ministre. L’idée, toute démocratique, qu’il se faisait de cette responsabilité ne pouvait céder face à un gouvernement de conseil. Ensuite, J. Rigaud craignait que le Conseil dévitalisât en quelque sorte le ministère au moment où toute sa stratégie le portait à consolider une administration encore fragile. Notre priorité immédiate disait-il est de construire un ministère à part entière et dans ces conditions, il fallait être ferme: « le pouvoir ne se partage pas ».

Les tensions ont subsisté toute l’année 1972 et en 1973, Maurice Druon étant ministre, Pierre Emmanuel et tous les membres du conseil ont démissionné. Peu de protagonistes de cette affaire ont eu le courage d e dire publiquement, comme l’a fait J. Rigaud, qu’il assumait sa part de l’échec du conseil.

Nous savons que ce sens de la responsabilité l’a toujours caractérisé. Nous savons aussi, mais là je suis en train de quitter la courte et intense période que je voulais évoquer, que cette expérience n’a cessé d’être pour lui une source de réflexion toujours renouvelée dans les différentes positions qu’il a ensuite occupées, particulièrement à chaque fois qu’il a été sollicité par les ministres successifs pour donner un avis ; on la sentait toujours présente, mûrie, approfondie dans ses interventions au Comité d’histoire. Avec le sens de la synthèse dont il avait une marque de style il disait cette « vérité d’évidence: la culture n’est pas seulement un secteur de l’activité gouvernementale, elle en est une dimension ».

En 1995, dans son ouvrage L’Exception culturelle, il nous livre une autre de ses certitudes issue d’une méditation, qu’on pourrait, à la suite de Georg Simmel appeler tragique. C’est que, disait-il, le fait culturel s’est davantage répandu dans la société que dans l’État ; il y reste trop cantonné à une administration alors qu’il devrait les irriguer toutes. Par la formidable ampleur qu’elle a pris, la création culturelle qui se fait sous nos yeux, les rapports sociaux qu’elle crée, les pratiques diversifiées qu’elle entraîne nous appelle à une certaine modestie.

 

Ce texte est issu de la brochure « Hommage à Jacques Rigaud : homme de conviction et d’action » publiée à la suite de la table ronde organisée le 13 décembre 2013 par le Comité d’histoire [en savoir plus]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *