Les capitales européennes et la culture depuis 1945 : Berlin, Londres, Madrid, Paris

Ce séminaire pluriannuel propose de rassembler des chercheurs de disciplines différentes autour d’un projet d’histoire culturelle internationale. Dans le prolongement de précédents travaux sur les capitales européennes initiés par Christophe Charle et Daniel Roche qui ont abordé le sujet du XVIIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle1, il s’agira d’engager l’exploration de la vie culturelle et des politiques culturelles de quatre capitales européennes, Berlin, Londres, Madrid, Paris de 1945 à nos jours. Elles ont été choisies pour leur situation géographique, leur importance sur le plan culturel passée et présente, pour la diversité de leur histoire et de leur fonctionnement politico-administratif. À partir de l’exemple de ces quatre métropoles, il semble a priori que la notion même de capitale ne puisse s’envisager tout à fait de la même façon dans le temps et dans l’espace. Ainsi Berlin a été marquée par la partition de l’Europe en deux blocs et son statut de capitale a été remis en question. Madrid a connu la dictature franquiste jusqu’en 1975 et depuis lors la concurrence de capitales régionales telles que Barcelone. Le système politico-administratif français est quant à lui longtemps resté centralisé et comme Londres, Paris exerce toujours un poids considérable. Force est donc de constater que la notion de capitale revêt une réalité à géométrie variable tout en étant institutionnellement et symboliquement toujours signifiante. La capitale exerce en effet sur le champ culturel un rôle de commandement en concentrant patrimoine, institutions, moyens de diffusion et d’information, hommes et femmes majeurs du secteur culturel. Elle est un espace de polarisation des activités, des hommes, des ressources, des échanges comme l’ont bien souligné des travaux classiques de Fernand Braudel sur la « ville monde »2 pour l’époque moderne, ou plus récemment, ceux de la sociologue et économiste Saskia Sassen sur « la ville globale »3. Cette symbolique et ces réalités communes, alors même que la diversité spatio-temporelle est indéniable, suggèrent toute la fertilité d’un tel terrain d’exploration. Par l’étude conjointe de la vie culturelle et des politiques culturelles, nous espérons pouvoir comparer la nature et les rythmes des changements qui se sont opérés sur ces territoires dans les principaux domaines culturels, patrimoine, arts et spectacle vivant, industries culturelles. On examinera l’offre et la demande culturelles, la création artistique dans ses formes et ses contenus mais aussi les pratiques. De l’établissement culturel, à la métropole, en passant par les quartiers, notre approche territorialisée vise à recenser les évolutions majeures, les mutations induites par la culture dans l’architecture, les paysages, la configuration même du tissu urbain. Voir émerger des concordances ou des différences, établir une périodisation spécifique et globale tel est notre projet. La variable politique semble devoir peser en tant qu’élément de différenciation. On en évaluera l’impact, plus ou moins prégnant selon les moments, comme moteur ou frein du changement, tout en prenant en compte d’autres variables, économique, technologique, sociale. Les modes de gouvernance face aux changements contextuels retiendront notre attention, les orientations et les choix seront questionnés au fil des décennies. L’histoire des expositions universelles, des jeux Olympiques focalisent depuis longtemps l’attention sur des capitales qui exercent, sur fond de concurrence, un rayonnement que nous pourrons définir et évaluer en ouvrant progressivement l’objectif, des niveaux régional et national au niveau international. L’attractivité de ces cités est protéiforme et se déploie sur les hommes, les idées, les modes… Espaces de brassage de populations, ces capitales ont été marquées du sceau de la diversité. La ville-monde étant synonyme de ville multiculturelle, la diversité est devenue un enjeu majeur des politiques publiques. L’étude diachronique de la vie culturelle et des politiques culturelles de quatre capitales européennes devrait par effet de comparaison nous permettre de mieux comprendre dans ce domaine leurs réussites ou leurs échecs alors que la concurrence paraît s’être exacerbée entre cités et que les contraintes budgétaires se sont alourdies. Enfin, l’Europe a connu à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle la généralisation du modèle libéral, politique et économique, tout en s’ouvrant à la mondialisation. Ce double mouvement constitue un fil conducteur dont on analysera les effets culturels sur les territoires des capitales. Dans quelle mesure une érosion des spécificités territoriales et nationales s’est-elle produite et si cela est vérifiable, quel en a été le résultat ? Témoigne-t-elle de la persistance d’une ville européenne qui se distinguerait des villes d’autres continents ou montre-t-elle l’émergence d’un modèle urbain mondialisé ? Ainsi, à partir de ces quatre exemples, les notions de culture européenne et de culture mondialisée pourront-elles être examinées.

Le séminaire est ouvert aussi bien aux doctorants qu’aux chercheurs confirmés. Il débutera le 4 décembre 2015, s’échelonnera sur trois années et explorera successivement

  • en 2015-2016 : le patrimoine [programme]
  • en 2016-2017 : les arts et le spectacle vivant [programme]
  • en 2017-2018 : les industries culturelles.

Il s’inscrit en complément d’un projet de recherche sur l’histoire culturelle des capitales européennes, soutenu par la région Aquitaine.
Il est placé la direction scientifique de Françoise Taliano-des Garets, professeure d’Histoire contemporaine à Sciences Po Bordeaux, CHS du XXe siècle Paris 1, en collaboration avec Laurent Martin, professeur d’Histoire contemporaine à l’université Paris 3, ICEE.

Il est soutenu par le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, en partenariat avec le CHS du XXe siècle Paris 1, l’ICEE Paris 3 et Sciences Po Bordeaux.

Notes

1 Christophe Charle, et Daniel Roche (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques, Paris et les expériences européennes XVIIIe –XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.Christophe Charle (dir.), Capitales européennes et rayonnement culturel XVIII-XXe siècles, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2004. Christophe Charle (dir.), Le temps des capitales culturelles XVIIIe-XXe siècles, Paris, Epoques Champ Vallon, 2009.
2 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Armand Colin, 1979.
3 Saskia Sassen, La ville globale. New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes & Cie, 1996.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *