La naissance de la Direction du livre

par Michèle Dardy-Cretin, correspondante du Comité d’histoire
auteur de Michel Guy, secrétaire d’État à la Culture 1974-1976 : un innovateur méconnu (La Documentation Française / Comité d’histoire, 2007)

Il y a 40 ans la création d’une Direction du Livre au sein du Secrétariat d’État à la Culture constitua, pour peu que l’on s’y attarde un peu, une sorte de prouesse dans l’histoire de ce ministère. En deux ans en effet (délai particulièrement court pour qu’une idée prenne corps dans une administration), Michel GUY va réussir à faire évoluer le problème du livre dans son ensemble, à conduire à bonne fin de très nombreuses et difficiles négociations et à obtenir de l’Élysée et de Matignon que soient posés des actes juridiques définitifs élargissant de façon permanente le socle des compétences de son département ministériel et donc de la politique culturelle.

À l’occasion de cet anniversaire, il nous a paru utile de rappeler les principales phases de cette histoire administrative et d’évoquer certains aspects de leur contexte.


1974

Cette année voit l’élection à la Présidence de la République de Valéry GISCARD D’ESTAING et le 8 juin la constitution d’un nouveau gouvernement dirigé par Jacques CHIRAC auquel participe Michel GUY comme Secrétaire d’État à la culture.

JUIN

Le congrès des bibliothécaires à Mâcon (les 7, 8 et 9 juin) est l’occasion pour la profession d’exprimer ses inquiétudes. Certains de leurs syndicats adressent une lettre à Matignon et à l’Élysée dans laquelle ils réclament une véritable politique de lecture publique et se préoccupent de projets qui circulent et visent à porter atteinte à l’unité des bibliothèques groupées depuis 1945 au sein d’une Direction du Ministère de l’Éducation Nationale (la DBF ou DBLP) qui assure la tutelle de la Bibliothèque nationale, des Bibliothèques centrales de prêt, des Bibliothèques municipales, des Bibliothèques universitaires et de la Bibliothèque publique d’information en préfiguration. Cette Direction est cependant depuis 1966 divisée en deux services, l’un regroupant les bibliothèques « savantes » celles de recherche et de conservation, l’autre les bibliothèques de lecture publique. Ce dernier service est animé par une sorte de Jeanne LAURENT du livre, Alice GARRIGOUX qui sillonne la France pour convaincre les Maires d’investir dans la construction de nouvelles bibliothèques.

AOUT 

Un jeune administrateur civil, (également Normalien et frère de deux éditeurs connus) Olivier BOURGOIS, nommé au début de l’année 74 dans le minuscule Bureau des Lettres alors situé au sein de la Direction du Théâtre, des Maisons de la Culture et des Lettres (DTMCL) transmet à Michel GUY, avec le plein accord de son directeur Guy BRAJOT, une note analysant la situation d’ensemble du secteur du livre et lui préconisant de réclamer le rattachement de toute la chaîne du livre à son ministère. Le Secrétaire d’État, qui n’avait pas fait de ce secteur, à son arrivée au pouvoir, un enjeu prioritaire, décide immédiatement l’intégration d’Olivier BOURGOIS à son cabinet et lui accorde sa pleine confiance tout au long de son mandat pour prendre toute initiative concernant ce secteur.

SEPTEMBRE

Le gouvernement de son côté n’ignore pas qu’un malaise règne également dans plusieurs maillons de la chaîne du livre, non seulement parmi les sociétés d’écrivains mais aussi dans les milieux de l’édition. L’année précédente, en 1973, une grève bancaire avait provoqué la faillite de plusieurs petites maisons d’édition. L’édition doit également faire face au carcan du prix imposé sur les livres de poche, les livres scolaires et les réimpressions alors que la crise de l’énergie ne cesse d’augmenter le coût du papier et donc de ces publications. Les progrès des photocopieuses et de nouveaux médias culturels entraînent aussi une chute des ventes. Quant à la librairie, elle est confrontée aux problèmes du discount qu’appliquent les grandes surfaces et en particulier la nouvelle FNAC Montparnasse.

Enfin tout le secteur pâtit de son éclatement entre huit ou neuf ministères, et donc de la multiplicité des interlocuteurs ; le gouvernement décide alors le 16 septembre de confier au Secrétaire d’État à la formation professionnelle, Paul GRANET, la mise en place d’un comité interministériel et de réunir un groupe de travail sur l’ensemble des problèmes du livre. Cette mission doit « proposer une politique globale et permettre de pallier la dispersion des activités » ; mais il n’est pas encore question à ce stade d’effrayer les ministères intéressés en leur ôtant leurs compétences propres. Michel GUY nomme naturellement Olivier BOURGOIS pour le représenter dans cette commission ; ce dernier, selon son témoignage, se donne entre autres objectifs de faire en sorte que les conclusions du rapport final préconisent le rattachement des compétences Livre à la Culture.

OCTOBRE 

On assiste à un premier effort de rationalisation administrative : Le bureau des lettres de la DTMCL, modeste service rattaché à la puissante direction du Théâtre est transféré au Centre National des Lettres dont il assurait auparavant la tutelle. Ce service s’occupait jusqu’alors principalement, du droit de la propriété intellectuelle, des secours aux écrivains nécessiteux, des commémorations nationales et de l’octroi de quelques bourses.

NOVEMBRE 

Le Secrétaire d’État fait d’abord porter son effort sur la protection sociale des écrivains ; il entame pour ce faire des négociations très difficiles avec le Ministère des Finances et celui du Travail afin de tenter d’harmoniser tous les régimes disparates de protection sociale qui mécontent les artistes et particulièrement les auteurs dont seul un petit nombre d’entre eux est affilié au régime général (environ 400). Ainsi, pour Monsieur PAVEC, alors directeur de la Sécurité sociale, cette disposition législative concernant le régime spécial d’affiliation des auteurs a un côté monstrueux !

Mais Michel Guy peut compter sur ce sujet sur l’appui de Maurice SCHUMANN (membre de l’Institut et rapporteur spécial de la Commission des Finances du Sénat qui lui rappelle lors du débat budgétaire à cette assemblée, le 4 décembre 1974 les termes du rapport du groupe Lettres de la commission des Affaires culturelles du VIe Plan (1970-1975) qui, dès 1969, demandaient d’avancer rapidement sur le problème de la protection sociale.

DÉCEMBRE 

Premières conclusions du rapport de Paul GRANET : avant même d’en avoir fait officiellement part au gouvernement, ce dernier en communique une partie au journaliste Paul Morelle du journal Le Monde. Matignon, furieux, et trouvant cette communication prématurée, ordonnera que ce rapport, lorsqu’il sera présenté quelques mois plus tard au conseil des ministres, ne soit pas diffusé à la presse !


1975

AVRIL 

Le 16, au conseil des ministres, (conseil d’orientation et non de décision), Paul GRANET présente les 40 mesures de son rapport. Parmi celles-ci figurent :

  • la protection sociale des auteurs

  • l’aide aux librairies et à l’édition pour les ouvrages et les collections de prestige

  • l’abandon du blocage des prix pour les collections à grande diffusion

  • le label officiel donné au festival international du livre de Nice

  • la meilleure diffusion du livre français à l’étranger

  • l’augmentation des ressources du CNL

  • la préconisation d’une loi cadre programmant le développement de la lecture publique.

Mais une seule mesure est adoptée : l’obtention du statut général de la sécurité sociale pour les écrivains. La décision sur les autres mesures est renvoyée au mois de mai. À ce stade, le rapport Granet ne s’aventure pas trop encore dans une transformation de l’organisation administrative du secteur du livre évoquant seulement un organisme centralisé interministériel 

Le 21 avril, Michel Guy passe à une autre vitesse ; il adresse une note argumentée à Yves CANNAC, secrétaire général adjoint de l’Élysée dans laquelle il lui demande explicitement le rattachement du secteur du livre à son département ; une politique cohérente, écrit –il, implique qu’un seul ministère regroupe la totalité des maillons de la chaîne du livre. En outre engagé dans la politique des chartes il veut, ajoute -t -il, pouvoir évoquer l’ensemble des équipements culturels dans ses négociations avec les villes et les départements. Enfin il croit souhaitable de pouvoir rapprocher deux mondes qui ne se côtoient guère : celui des bibliothèques et celui des professionnels du livre.

MAI 

Lors du Festival international du Livre à Nice, Jean-Pierre SOISSON, Secrétaire d’État aux universités, rassure les bibliothécaires en leur promettant qu’aucune réorganisation de la lecture publique ne sera faite sans leur concertation.

Mais l’inquiétude des bibliothécaires de se voir rattachés à la Culture se poursuit et prend de l’ampleur et regroupe paradoxalement d’une part les conservateurs d’État (qui, selon le comportement habituel des fonctionnaires d’État craignent toujours une instrumentalisation de leur fonction par les élus) et d’autre part les bibliothécaires territoriaux.

JUILLET 

Le 2, le Conseil des ministres annonce la dissolution de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique qui est recomposée en trois nouveaux segments1.

AOUT 

Au cours de ce mois s’enchaînent d’autres décisions gouvernementales : le déblocage des prix à partir du premier septembre et création de la centrale de diffusion du livre français à l’étranger.

SEPTEMBRE 

Au conseil des ministres du 17 sont entérinées plusieurs décisions capitales qui continuent à susciter de vives oppositions :

  • la nouvelle structure administrative sera une Direction du livre et de la lecture publique ; elle verra le jour le 1er janvier 1976. Jean-Claude GROSHENS, recteur de l’académie de Lille en sera le premier directeur.

  • cette nouvelle Direction aura la tutelle du Centre national des Lettres qui deviendra Centre national du Livre.

  • de nouvelles ressources alimenteront le CNL, remplaçant la cotisation des écrivains et des éditeurs

  • les délais de la propriété littéraire, mesure instituée en 1946 seront prolongés

OCTOBRE 

Le 29, le décret 75-10032 transfère au Secrétariat d’État à la culture les compétences des services en provenance du Ministère de l’Industrie et du ministère des Affaires Étrangères. Alors que Michel Guy n’avait pas envisagé dans un premier temps le rattachement à son Secrétariat du Fonds culturel du Quai d’Orsay, estimant qu’il ne disposait pas du réseau culturel à l’étranger, c’est le Secrétariat général de l’Élysée qui l’imposa au Ministre des Affaires étrangères, Jean SAUVAGNARGUES. Le Quai d’Orsay n’accepta d’ailleurs jamais cette spoliation qu’il vécut notamment comme une trahison de la part du directeur de cabinet de Michel Guy, Gérard MONTASSIER, qui appartenait au corps des conseillers diplomatiques !

DÉCEMBRE 

Le 17, nomination de Jean-Claude GROSHENS en conseil des ministres comme directeur du livre. À noter que pour obtenir à l’arrachée la création de ce poste de directeur, le Secrétariat d’État à la Culture avait dû gager en échange trois postes d’inspecteurs des Monuments Historiques !

Le 23, décret n° 75-12183 porte création d’une Direction du Livre au Secrétariat d’État à la Culture. Anne-Marie BERTRAND note dans le rapport annuel du conseil supérieur des bibliothèques 1998/1999, dans l’annexe 2, que pendant l’automne 1975, avant la création officielle de la direction du livre, c’est la dénomination « direction de la lecture publique et du livre » qui est mentionnée dans les courriers et les comptes rendus des réunions ministérielles. Dans une note remise par Augustin GIRARD à Michel Guy en novembre 1975 « Pour le développement des bibliothèques de lecture publique », la direction est nommée « Direction du Livre et de la lecture publique ». Selon le professeur de droit administratif André de LAUBADERE4, l’appellation définitive, direction du livre « a été préférée par le Président de la République à celle de direction de la lecture publique et du livre, primitivement choisie en raison de sa concision ». C’est ce même argument qui avait été invoqué, dit on, par le Président de la République lors de la formation de son gouvernement, pour passer des « Affaires Culturelles » à « Culture ».

Le 30, la loi de Finances institue de nouvelles ressources pour le Centre National des Lettres. Selon Alain AUCLAIRE, premier secrétaire général du nouveau Centre, l’ancienne appellation de Centre National des Lettres a finalement été gardée sous la pression de la Société des gens de lettres et des Académies qui veulent d’abord que le CNL soit perçu comme un organisme au service des écrivains et craignent que le mot Livre n’évoque trop le secteur de l’Édition.

Le 31, la loi sur la protection sociale des écrivains5 prévoit son entrée en vigueur le 1er janvier 1977 après une période transitoire et l’adoption de textes réglementaires complémentaires notamment le décret 77-11956 du 25 octobre 1977.


1976

JANVIER 

Le 27, décret7 de création de la Bibliothèque Publique d’Information (BPI), établissement public à caractère administratif, placé sous la tutelle du Secrétaire d’État à la culture (Direction du Livre). Le 16 février suivant sera nommé son directeur Jean Pierre SEGUIN.

Le 30 janvier est signé le décret n° 76-113 relatif au Centre national des lettres8 : le président du Conseil d’administration sera désormais le directeur du Livre. Cette décision marque ainsi une certaine reprise en mains par le Secrétariat d’État de cet organisme ; la Société des Gens De Lettres (SGDL), présidé par Yves CAZAUX, d’ailleurs ne s’y trompe pas et hostile à cette nouvelle orientation, dépose d’ailleurs au mois d’avril suivant un recours auprès de Conseil d’État contre les nouvelles compétences du CNL. Cette initiative fut probablement prise avec la complicité de Gabriel DELAUNAY, directeur du CNL récemment évincé de ce poste, ancien résistant et commissaire de la République émérite mais qui, aux dires d’Olivier BOURGOIS, avait eu tendance à se servir du Centre comme d’une machine à se faire élire à l‘Académie Française

Grâce à Alain AUCLAIRE, la composition des commissions du CNL, devenues plus nombreuses sera progressivement renouvelée et rajeunie et les divisions du Centre plus étoffées.

Grâce à l’instauration d’une taxe para fiscale sur la reprographie et d’une taxe de 0,20% sur le chiffre d’affaires des éditeurs, le budget s’accroît de 24 millions dont 18 iront aux commandes en provenance des bibliothèques, cette dernière mission étant gérée en étroite collaboration avec l’inspecteur général des bibliothèques, Louis YVERT, qui dirige désormais à la Direction du Livre la division des bibliothèques.

JUIN 

Du 25 au 27, Jacques PLAINE, président de la Fédération Française des Syndicats de Libraires (FFSL) organise aux Tuileries avec le concours d’ Yves MOUROUSI de Radio France la première Fête du livre. À partir de l’année suivante, cette fête se déroulera devant le nouveau centre Beaubourg.

AOUT 

Alerté par la publication dans le Monde, le 2 juillet précédent, d’un manifeste des éditeurs signé Jérôme LINDON contre le discount, le Président de la République demande le 2 août au Premier Ministre d’organiser une table ronde afin d’étudier le problème récurrent que posent les rabais sur le prix des livres et de proposer des mesures pour l’avenir de la librairie, de l’édition et de la création littéraire en France. Mais compte tenu du changement de gouvernement pendant l’été, Jean-Claude GROSHENS ne pourra présider la première table ronde sur le sujet que le 26 octobre suivant ; c’est là le début d’un très long chemin, car il lui faudra affronter notamment l’hostilité d’Yvon CHOTARD, président du syndicat national de l’édition (SNE), vice-président du CNPF et président de France Empire, adepte d’une libéralisation totale du prix du livre. C’est seulement en 1981 que ce problème sera résolu par le vote de la loi sur le prix unique du livre.

Le 26 août, le Premier Ministre Jacques CHIRAC démissionne et sera remplacé par Raymond BARRE. Michel GUY est remplacé par Françoise GIROUD.

L’État aura donc réussi en assez peu de temps à faire bouger les lignes et concevoir plusieurs mesures nouvelles de réorganisation et de rationalisation dans le secteur du Livre. Mais dans le contexte budgétaire très difficile de ces années, ne sortiront bien leur épingle du jeu que le Centre national des Lettres (qui, grâce à ses nouvelles ressources, ne sera pas tributaire de la courbe descendante des budgets culturels entre 1975 et 1981) et la nouvelle BPI qui ouvrira dès janvier 1977 et aura les moyens de mettre en œuvre un projet original longuement mûri. Les autres bibliothèques publiques (BM et BCP) resteront encore pendant quelques années les parents pauvres de cette nouvelle organisation.

 

Notes

1 Bertrand, Anne-Marie et Groshens, Jean-Claude. L’unité du métier . Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 5, 2005 [consulté le 13 décembre 2015]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-05-0005-001>. ISSN 1292-8399
2 Décret n°75-1003 du 29 octobre 1975 sont transférées au Secrétaire d’État à la Culture les attributions exercées par le Secrétaire d’État aux universités dans les domaines du livre et de la lecture publique
3 Décret n°75-1218 du 23 décembre 1975 portant création d’une direction du livre au Secrétariat d’État a la Culture
4 ADJA, mars 1976
5 Loi n° 75-1348 du 31 décembre 1975 relative a la sécurité sociale des artistes auteurs d’œuvres littéraires et dramatiques, musicales et chorégraphiques, audiovisuelles et cinématographiques, graphiques et plastiques
6 Décret n°77-1195 du 25 octobre 1977 relatif aux organismes agréés et aux commissions prévues au titre V du livre VI du code de la sécurité sociale et instituées par branche professionnelle (littérature,musique,cinéma,photographie,arts graphiques)
7 Décret n° 76-82 du 27 janvier 1976 portant création de la bibliothèque publique d’information
8 Décret n° 76-113 du 30 janvier 1976 relatif au centre national des lettres


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *