Création et mise en place des CAUE / 1977 – 1981 (3/3)

En 2017, la loi sur l’Architecture aura 40 ans.
D’anciens membres des Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) se sont regroupés dans l’association « CAUE, Canal Historique » pour continuer le débat sur la création architecturale, le développement durable et plein d’autres questions, dans la bonne humeur. Nous avons pensé qu’une manière de participer à cet anniversaire était de raconter comment les CAUE ont été créés avec les témoignages, les amitiés, les rêves de ceux qui ont participé à leur mise en place.
Parmi ces témoignages, celui de Julien Giusti1 raconte ce qu’il a vu de son bureau de la rue de Valois, comment ont été écrites les 4 missions ou les rencontres des premiers recrutements. A travers le conseil architectural, ce sont les expériences de rapprochement des services de l’État du citoyen, préfigurant la décentralisation qui l’ont particulièrement intéressé.

Sommaire

  • Le projet (mise en ligne le 15 février 2016)
  • La mise en place des CAUE (mise en ligne le 22 février 2016)
  • L’évolution des CAUE (mise en ligne le 29 février 2016)
  • Annexes (mise en ligne le 29 février 2016)
    • Les acteurs de 1977 à 1981
    • Événements et textes officiels
    • Sources


3 – L’évolution des CAUE

3. 1- La mise en réseau

Elle s’est faite progressivement.
Le statut de 1978 donnait des indications précises sur l’organisation des CAUE : il s’agissait de petites structures de type associatif avec un Conseil d’administration, une Assemblée générale et une équipe de professionnels chargée de mettre en œuvre le programme d’actions. Très rapidement les CAUE ont pris appui sur les élus et la société civile afin d’affirmer leur autonomie face aux services déconcentrés de l’État, surtout les Directions départementales de l’Équipement (DDE) et les Services Départementaux de l’Architecture (SDA), tout en s’appuyant sur l’État central (direction de l’Architecture et préfets) et les collectivités (conseillers généraux et maires) pour construire leur programme et leur budget.

Cette subtile stratégie a été possible grâce à une active politique de mise en réseau initiée par la direction de l’Architecture, jusqu’à ce que les CAUE prennent leur envol.

Parallèlement, ces derniers ont partagé entre eux les enseignements de la période de préfiguration et des expériences nouvelles.

D’une part, les chargés de préfiguration devaient envoyer un compte-rendu d’activités tous les trimestres à l’administration centrale. Comme le dit joliment Philippe Lecoy « les architectes aux pieds nus mettaient leurs plus beaux souliers pour monter à Paris » expliquer ce qu’ils faisaient et écouter ce que disaient leurs camarades.

D’autre part, la direction de l’Architecture centralisait activement toutes les expériences et les rediffusait intégralement par de multiples canaux : les « missionnaires » de la Centrale qui portaient leurs convictions dans les départements ; la diffusion du journal « L’Echo des CAUE » qui s’est révélé un atout considérable, car il rendait compte avec talent, sur un ton alerte et professionnel de ces expériences, et enfin, les multiples réunions locales et régionales, les séminaires, les voyages d’études qu’on ne compte plus.

Les grands débats de la période ont porté, d’abord sur le conseil obligatoire ou facultatif, mais également sur les ateliers publics, sur les pratiques professionnelles en agence et « les architectes aux pieds nus », ou sur la création architecturale et « le geste architectural » ou encore sur l’architecture vernaculaire, les matériaux et le savoir-faire des artisans, le respect des architectures locales, sans oublier les stratégies d’alliance avec le conseil général et les mairies…de quoi lancer de solides empoignades et de joyeux banquets !

Dans ces multiples échanges, on peut distinguer :

– Les rencontres amicales d’été : elles ont commencé de manière spontanée avec l’envie de se retrouver pour comparer les succès et les échecs, puis l’habitude a été prise de se retrouver avec plaisir. Rappelons les rencontres de :

  • Camaret-sur-Aygue au domicile de Bernard Vallon (Vaucluse), animé par les jeux de société endiablés de Denis Soulié
  • Lusignan en Corbière dans la propriété viticole de Joëlle Barthez (Aude), avec des visites fréquentes aux chais
  • Périgueux chez Denis Soulié (Dordogne), capitale de la gastronomie, à proximité de la piscine de la famille Frapin
  • du gite de Gabas chez François de Barros (Hautes-Pyrénées) où l’on a signé le pacte de Gabas

– Les séminaires institutionnels : il s’agissait de rencontres organisées par la Direction de l’architecture pour faire un point d’actualité ou préparer une nouvelle étape de décisions.

  • Nainville-les-Roches, 1978, dans un centre de formation du ministère de l’Intérieur dont l’architecture ressemblait au château de Moulinsart
  • Champagny en Vanoise, 1980, dans un refuge montagnard du Parc National
  • Viviers en Ardèche, 1981. dans une abbaye transformée en Centre culturel de rencontre

– Les colloques nationaux organisés par le ministère. Chaque venue de ministre a marqué une étape dans la mise en place des CAUE :

  • Le 1er Colloque National à la Maison de la Chimie en présence de Michel d’Ornano, ministre de l’Environnement et du Cadre de Vie (18 décembre 1979). Il a marqué la reconnaissance des missions et de l’organisation des CAUE par le ministre qui a également annoncé la création de l’IFA.
  • Le 2ème Colloque National au Palais des Papes en Avignon avec la venue de Roger Quillot, ministre de l’Urbanisme et du Logement (11 et 12 décembre 1981). Il acte la reconnaissance des CAUE par la nouvelle majorité politique et la décision du caractère facultatif de l’avis.
  • Les Journées Nationales d’Études à la Rochelle en présence de Michel Crépeau, ministre de l’Environnement (décembre 1982) qui voit la prise en charge du « E » de CAUE c’est-à-dire  leur dimension environnementale. A cette époque, le mot se comprenait comme politique du paysage.


3.2 – Des parcours singuliers

Une nouvelle génération d’architectes a piloté le déploiement des CAUE. Avant d’arriver aux responsabilités, la plupart d’entre eux avaient connu un parcours singulier.

Cette génération des années 70 avait un socle de référence qui lui était propre : ainsi, comme Laurent Bony, c’était la lecture de l’Histoire de l’Architecture moderne de Leonardo Benevolo (1961), de l’urban design de Kevin Lynch (Images de la ville) et de Christopher Alexander (Intimité et vie communautaire) ou Construire avec le peuple d’Hassan Fathi, sans oublier De l’ambiguïté en architecture de Robert Venturi.

Ils avaient participé à l’éclatement des Beaux-arts et à la construction de l’Atelier du projet architectural de Bernard Huet ou, pour les plus jeunes,  ces valeurs leur étaient connues. Comme Henri Bonnemazou, ils avaient ferraillé à Actuel, à la Revue du CCI ou à l’Institut de l’Environnement.

Mais ils étaient encore trop jeunes pour figurer dans l’ouvrage de référence 40 architectes de moins de 40 ans de Patrice Goulet (IFA, 1991). Pour autant, ils avaient des choses différentes à dire aux habitants et ils cherchaient une autre pratique de leur métier.

Beaucoup s’étaient formés par les voyages et avaient entrepris, à leur manière, leur « Grand Tour » : Ils avaient appris à connaître, sur le terrain, les charpentiers américains, le mouvement moderne, les artisans égyptiens ou le travail du bois ; ils avaient connu les embauches au petit matin, à une époque où Erasmus n’existait pas.

Prenons l’exemple de Philippe Lecoy : « Dans les années 60, je découvre, avec passion, l’architecture moderne, lors de voyages en Europe, notamment en Suisse, Hollande et Angleterre. Inscrit à l’École des Beaux-arts de Paris en 1962, je découvre, hélas, le vide de l’enseignement dispensé à travers les ateliers. A partir de 67, j’entreprends de nouveaux voyages d’études : les USA…puis de nouveaux voyages vers l’Orient et l’Asie compléteront ma formation ».

L’exemple d’Henri Le Pesq est tout aussi révélateur : « Surtout fasciné par les architectures traditionnelles, j’ai traversé l’Europe, fait la route des Indes en passant par la Turquie et l’Afghanistan…A Stuttgart, j’ai appris le ferraillage du béton, comment le couler et le vibrer… [j’ai passé] une année à l’École d’architecture de Montréal, de vrais cours de construction…et la découverte de Mies Van Der Rohe et du Mouvement Moderne ». En 1975, invité à Porto après la Révolution des Œillets, il prépare son diplôme sur les luttes urbaines et la politique du logement. Il travaille dans un comité de quartier (SAAL) « sur la parole donnée à la population et la construction avec les habitants ». Ce fut aussi la rencontre avec Alvaro Siza. « Décembre 1975, me voici architecte. J’ai 24 ans et m’interroge sur la suite de mon histoire ».

Ils aspiraient à de nouveaux rapports avec les habitants : au lieu d’imposer leur vision de l’architecture, ils souhaitaient placer les usagers au centre de l’architecture. La proximité avec celui qui demande un permis de construire devient alors essentielle : il faut examiner le projet avant qu’il ne soit arrêté, comprendre les potentialités du terrain, le mettre en relation avec le projet communal, informer le pétitionnaire sur les méthodes de travail de l’architecte et surtout, comprendre sa véritable demande.

Pour Agnès Frapin « l’habitant était considéré comme un usager consommateur d’architecture, alors que nous pensions qu’il fallait le replacer au centre de toute production architecturale. Pour que l’habitant puisse être associé au processus de production de l’architecture, il devait connaître les mécanismes de construction de la maison de leur vie ».

Ils recherchaient de nouvelles pratiques professionnelles : avant de rentrer dans un CAUE, nombreux sont ceux qui avaient pratiqué leur métier dans une agence d’architecture, comme salarié ou en libéral, comme associé ; beaucoup n’ont pas été satisfaits de cet exercice qui ne répondait pas à leurs aspirations : « la vision de l’architecte » prééminente ou « le geste architectural » spectaculaire étaient honnis.

Souvent, ils étaient passés aussi par un service d’études (GEP) ou un service du permis de construire (UOC) dans une DDE, mais ils s’étaient trouvés contraints par le contrôle-correction du permis de construire ou l’application répétitive du Règlement national d’urbanisme.

Pour Jean-Pierre Alliard, « l’idée était que le projet d’architecture ou d’urbanisme est un élément de débat, et que le projet d’urbanisme précède le projet d’architecture et le détermine. Certains éléments, de l’ordre de la volonté politique, doivent s’exprimer préalablement. La part de créativité de l’architecte doit exister, mais elle doit s’exprimer dans un contexte ».

Sous l’impulsion du président Ambroise Dupont, « il s’agissait d’aborder l’urbanisme en tant qu’élément indissociable du conseil au public comme du conseil aux élus orienté vers l’aide à la décision…Il ne s’agit pas uniquement d’intervenir en amont sur le permis de construire, mais d’aborder l’urbanisme et le projet de territoire ».

Henri Bonnemazou a insisté sur le rôle stratégique des études préalables pour convaincre les élus.

La proximité des habitants et des élus commençait par les permanences dans les mairies ou les visites sur le terrain, c’est pour cela qu’on les a appelé « les architectes aux pied nus », détournant l’expression des « mandarins aux pieds nus » lancée par le professeur de médecine Alexandre Minkowski en 1975. Le qualificatif a été repris par Odile Fillion dans l’Écho des CAUE pour définir le métier de Bernard Vallon dans le Vaucluse et pour ma part, je garde un bon souvenir des grillades dégustées à 9h. du matin, pendant la tournée des vignerons de Vacqueyras.

Ils étaient convaincus de la dimension culturelle de leur métier : la maxime « l’architecture est d’intérêt public » a été prise au mot. Immédiatement, les CAUE se sont lancés dans d’ambitieuses brassées d’actions culturelles, de sensibilisation dans les écoles, de communication, d’expositions, d’édition…Jean-Sébastien Soulé avait fait le constat que « la banlieue était alors considérée comme un non-territoire caractérisé par une absence de signes… L’objectif était d’émanciper l’architecture et de proposer des productions architecturales intéressantes dans le département (des Hauts-de-Seine)…Mon travail portait beaucoup plus sur le projet et l’objet architectural que sur la planification ».

Le CAUE a permis à des architectes de s’exprimer, notamment grâce à de nombreuses actions de communication et d’expositions qui ont accompagné la construction de maisons individuelles et d’équipements publics.

Ces jeunes gens ont fait leurs premiers gestes d’architectes ou de paysagistes pour mettre en œuvre un imaginaire de leur métier : travailler avec les habitants, créer avec eux, arpenter les sites pour construire « la maison de leur vie », un équipement public, un territoire. D’autres métiers, des administrateurs, des élus sont venus renforcer ce mouvement. Leur point commun : tous voulaient exercer leur talent pour changer le vieux monde à un moment particulier de l’Histoire. Sur leurs parcours, ils ont rencontré des personnalités, lié des amitiés, découvert des mondes méconnus.

Maintenant ces jeunes gens sont arrivés au terme de leur action. Ils observent les prémices d’un nouveau monde marqué par :

  • le développement durable
  • la globalisation de l’économie
  • la rénovation des démocraties

Avec ces matériaux de chantiers, on ne peut que souhaiter que cette nouvelle génération reste fidèle au plaisir de l’architecture et d’un territoire.


Annexe 1 –
Les acteurs de 1977 à 1981

  • au Ministère de la Culture

– Jacques Duhamel (1971-1973)
– Maurice Druon (1973-1974)
– Michel Guy (1974-1976)
– Françoise Giroud (1976-1977). Elle a porté le projet de loi sur l’Architecture en 1976 et 1977
– Michel d’Ornano a été ministre de la Culture et de l’Environnement (1977-1978),
– Jean-Philippe Lecat (1978-1981)
En 1981, Jack Lang devient ministre

Fonds d’Intervention Culturel (FIC)

– Gérard Montassier, directeur
– Denis Grandjean, chargé de mission

Institut Français d’Architecture : Jacques Narbonne, président,

– Francis Dollfus, directeur (1979 – 1981)
– 1982 : Max Querrien, président, Florence Contenay, directrice

Direction de l’Architecture

Directeurs 

– Alain Bacquet (1971-1977),
– Philippe Lachenaud (1977-1978), Rémond Boquet sous-directeur
– Joseph Belmont (1978-1981), Claude Robert, directeur-adjoint
– En 1981, Jean-Pierre Duport devient directeur

Division de la création architecturale

– 1976 : Florence Contenay, chef de la Division
André Bourdalé-Dufau, Julien Giusti, Odile Fillion
Francis Chassel (bureau de la recherche)
– 1978 : Denis Verret, puis Dominique Dujols, chefs du service au nouveau ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie avec les chargés de missions, Michel Calvino, Serge Colas, Reine El-Kaïm, Odile Fillion, puis Lilian Perier, Julien Giusti, Anne Laporte, Jean Orain, Claude Remond, Marie-Françoise Toutan, chargés de mission

Les Services Départementaux d’Architecture (SDA) et les Délégations Régionales à l’Architecture et à l’Environnement (DRAE) sont créés en 1979

  • au Ministère de l’Équipement

– Jean-Pierre Fourcade, ministre (1976-1978)
– Michel d’Ornano, ministre de l’Environnement et du Cadre de Vie (1978-1981), Dominique Léger, directeur de cabinet, Philippe Preschez, conseiller technique
– 1981 : Roger Quilliot, ministre de l’Urbanisme et du Logement, Patrice Chevallier, directeur de cabinet

Le Plan Construction a été créé par Robert Lion, directeur de la Construction en 1971. Paul Delouvrier en est le premier président

La Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques (MIQCP) a été créée en 1977, Bernard Tricot, président, Jean-Marie Butikofer, puis Jacques Cabanieu, Secrétaire général

Direction de l’Aménagement Urbain et Foncier (DAFU) : Pierre Mayet, directeur, Antoine Givaudan, directeur adjoint

1978 : création de la Délégation à l’Architecture et à la Construction : Jean-Michel Bloch-Lainé, délégué

Direction de l’Architecture : Joseph Belmont, directeur, Claude Robert, directeur adjoint

Direction de l’Urbanisme et des Paysages : Jean-Eudes Roullier

Les Directions Départementales de l’Équipement

– Les GEP (Groupe d’études et programmation) ont en charge, en particulier les plans d’occupation des sols et les UOC (Urbanisme opérationnel et construction), les permis de construir
– Les architectes-conseils auprès du directeur sont créés en 1950 (100 environ
– Les architectes-consultants dans les subdivisions, sont mis en place progressivement à partir de 1960 jusqu’en 1977 (400 env., soit 4 ou 5, en moyenne, par département). Après la création des CAUE, ils leur sont affectés ; quand il n’y a pas de CAUE, ils continuent d’œuvrer en DDE.

  • au Ministère de l’Agriculture

Direction de l’Aménagement

– Laurence Delmotte
– François Pingault, Bureau de la recherche
– Jeanine Silvera, chargée de mission formation
– Jean-Claude Fages, programme Bâtiments agricoles et paysages (Fondation de France)

Atelier Central d’Études et d’Aménagement Rural

  • au Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie

– Michel d’Ornano, ministre de l’Environnement et du Cadre de Vie (1978-1981)
– En 1981, Michel Crépeau devient ministre de l’Environnement

Fonds Interministériel pour l’Amélioration de la Nature et l’Environnement (FIANE) : Colette Cossa, chargée de mission

Fédération Nationale des Parcs Naturels Régionaux : Dominique Parthenay, directeur

Dans les zones pré-Parcs nationaux et dans les Parcs naturels régionaux, les missions des CAUE sont assurées par les architectes-consultants des Parcs

  • au Ministère de l’Éducation Nationale

Académies : interventions dans les écoles et actions pédagogiques (avec le concours du Centre National de Documentation Pédagogique)


Annexe 2 Événements et textes et officiels

L’ensemble de ces documents sont consultables à la FNCAUE, 108/110 rue Saint-Maur 75011 Paris fncaue@fncaue.fr

  • Loi sur l’Architecture n° 77-2 du 3 janvier 1977 (J.O.)

  • Brochure sur « Les Quatre Missions des CAUE » (ministère de la Culture, 1977)

  • Décret d’application de la loi et sur l’organisation des CAUE (statut-type, n° 78-172 du 9 février 1978)

  • Circulaire précisant les missions des CAUE (ministère du Cadre de Vie et de l’Environnement, 3 octobre 1978)

  • Journal « L’Écho des CAUE » (n° 1 à 54, ministère de la Culture, 1978-1986)

  • Rencontre de Nainville-les-Roches sur l’organisation des CAUE (Novembre 1978)

  • Premier colloque national avec le ministre Michel d’Ornano à la Maison de la Chimie (18 décembre 1979)

  • Création de la Fédération Nationale des CAUE par les présidents (2 juin 1980)

  • Séminaire des personnels à Champagny-en-Vanoise (septembre 1980)

  • Deuxième colloque national avec le ministre Roger Quilliot en Avignon (11 et 12 décembre 1981)

  • Abandon de l’avis obligatoire dans la procédure du permis de construire (loi de Finances 1982)

  • Journée nationale d’études à la Rochelle avec le ministre Michel Crépeau à La Rochelle (décembre 1982)

  • Financement : nombreux dossiers sur la TATLE (loi de Finances 1979), TDCAUE (loi de Finances 1981) et ses évolutions (loi de Finance 2010 créant la Taxe d’Aménagement ; décret de 2012 relatif à son application)


Sources

  • Archivage et consultations possibles au siège de la FNCAUE : 108 /110 rue Saint-Maur 75011 Paris fncaue@fncaue.fr

  • Tous bulletins et revues produits par tous les CAUE, classés par département (1977 – 2016)

  • Autres publications éditées, par ou avec, les CAUE, classées par département :

    • Rapports annuels d’activités de la FNCAUE, de 2005 à nos jours

    • Congrès et Assises de la FNCAUE (rapports de 1981 à nos jours)

    • Assemblées Générales/ CTP/ Universités d’été

  • Rapports et études :

    • Rapport pour la DATAR sur « Le coût de la qualité – Le rôle économique des CAUE en faveur de l’Aménagement du Territoire » – dir. JP. Blais, FNCAUE 1992

    • Rapport sur les CAUE – Jacques Allégret, 2 parties, 1993 et 1995, FNCAUE

    • Rapport provisoire sur l’état et les évolutions possibles des CAUE – JP. Muret 1995 FNCAUE

    • Rapport Vigouroux – Juillet 1995

    • « Positionnement des CAUE sur le développement durable » – Rapport FNCAUE 1999,

    • Rapport sur « Les Missions des SDAP » – Florence Contenay – Inspection Générale de l’Équipement 2000

    • « Pour une nouvelle loi sur l’Architecture, contribution du réseau CAUE » – FNCAUE 2002

    • Rapport de stage sur « Une année professionnalisante » – Gallic, 2003/2004 – FNCAUE,

    • Rapport sur « L’intervention des CAUE pour la mise en œuvre de l’alinéa 3 de l’article L 121-7 du code de l’urbanisme – André Alliard, Juillet FNCAUE 2006

    • Rapport sur les missions des CAUE – Jacques Frébault

    • Rapport sur « L’évaluation qualitative de l’assistance architecturale et paysagère aux particuliers » – Haumont, Juillet 2006, Paris-Val de Seine

    • Statut-type des CAUE, mode d’emploi – FNCAUE, 2008

    • « Le Réseau des CAUE et les TIC » – enquête 2014, FNCAUE

    • Rapport conjoint des Inspections générales de la Culture (Muriel Genthon, IGAC) et de l’Environnement (Jean-Pierre Thibaud, CGDD) sur les CAUE – 2015

  • Comptes-rendus de Colloques et Journées d’études :

    • Séminaire de Viviers – 24 septembre 1981

    • Colloque d’Avignon – 10 et 11 décembre 1981

    • Journées nationales d’études de La Rochelle – 4 et 5 novembre 1982


Notes
1
Julien GIUSTI (Sciences Po Paris, Droit, Sociologie des Organisations) a été chargé de mission à la Direction de l’Architecture de 1976 à 1980 pour la mise en place des CAUE. Auparavant, il avait travaillé à l’Équipement au Secrétariat Général des Villes Nouvelles ; ensuite, il a été affecté à la DDE de Savoie, puis à la DATAR. Il est revenu à l’Architecture et au Patrimoine comme conseiller technique auprès du directeur François Barré. Il a terminé sa carrière active auprès de Michel Collardelle dans l’équipe qui a préparé la création du MuCEM à Marseille.
Il a notamment dirigé un Bilan de l’animation culturelle dans les Villes Nouvelles (ministère de la Culture). Il a publié un rapport sur Les Friches Industrielles (Datar – Documentation Française) et sur La conduite politique du projet urbain (Institut des Villes – Documentation Française).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *