André Cornu et le secrétariat d’État aux Beaux-Arts, 1951-1954

par Églantine Pasquier, doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’École du Louvre


Introduction

Bien que la création du ministère des Affaires Culturelles en 1959 soit souvent considéré comme un événement fondateur, il existe en France sous les IIIe et IVe Républiques, une administration dédiée aux arts et à la culture. À quelques rares et brèves exceptions près, cette administration ne bénéficie pas d’un ministère autonome capable d’impulser une politique générale de la culture et de lui apporter une certaine visibilité. Le plus souvent, elle se retrouve placée sous la responsabilité d’autres ministères. La formule la plus fréquente est celle d’un secrétariat ou sous-secrétariat d’État aux Beaux-Arts abrité par le ministère de l’Instruction Publique, devenu par la suite ministère de l’Éducation Nationale. Le secrétariat d’État aux Beaux-Arts, en place au sein du ministère de l’Éducation Nationale entre le 11 août 1951 et le 13 juin 1954 en est un exemple. C’est André Cornu, ancien préfet, sénateur et homme politique d’expérience qui en prend la tête. Malgré la tutelle d’un ministère qui ne lui accorde qu’un faible budget, il s’est efforcé de mener une politique dynamique et de médiatiser son action, il a ainsi contribué à habituer l’opinion et la classe politique à l’idée d’une action renforcée en faveur des Beaux-Arts, facilitant par la suite la création d’un ministère autonome et la mise en place de politiques culturelles plus ambitieuses.

Nous commencerons par nous interroger sur la formation et la personnalité de Cornu, qui avant de devenir secrétaire d’État aux Beaux-Arts en 1951, à l’âge de 59 ans, a connu un début de carrière bien rempli. Les différentes fonctions qu’il a occupées dans l’administration, en politique et dans le secteur privé lui ont permis de se forger une expérience dont l’influence est perceptible dans l’action qu’il a menée par la suite aux Beaux-Arts. Nous nous interrogerons ensuite sur les conditions qui ont conduit à la création d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts et sur sa réception par la classe politique, ainsi que sur son organisation et les moyens mis à sa disposition pendant les trois années où il est resté en place. Enfin, dans une troisième partie, nous nous intéresserons aux grandes orientations de la politique de Cornu. Nous tenterons de voir de quelle manière les projets qu’il a initiés s’inscrivent ou non dans la continuité des politiques menées précédemment, et dans quelle mesure ils sont précurseurs des grandes lignes de la politique culturelle qui a été menée par la suite.

 

1 – Qui est André Cornu ? 

1.1 – Les années de formation

André Cornu naît à Gap le 27 juin 1892. Il passe son enfance et son adolescence dans différentes villes du sud de la France en fonction des affectations de sous-préfet, puis de préfet de son père, Théophile Cornu. C’est ainsi qu’après un bref passage à Pau, il réside cinq ans à Orthez, six ans à Dax, trois ans à Béziers et cinq ans à Carcassonne. Il s’installe ensuite à Saint-Brieuc, dans les Côtes-du-Nord, où son père est nommé préfet en octobre 1912. Dans ses Mémoires, Cornu se rappelle avoir reçu une éducation particulièrement sévère mais juste de la part de son père. Il estime également avoir reçu un enseignement « remarquable » de la part de ses instituteurs, les fameux hussards noirs de la IIIe République, « ils n’enseignaient pas seulement ce qu’ils savaient, mais ce qu’ils étaient1. » Il attribue à son père et aux instituteurs de la IIIe République le mérite de lui avoir inculqué, pendant son enfance, des valeurs qu’il juge fondamentales, comme l’honnêteté, le sens du devoir et l’amour de la République.

C’est également au cours de son enfance que le jeune Cornu développe un goût particulier pour les arts. Il en attribue l’origine à son grand-père paternel, bronzier d’art au Faubourg du Temple. Lettré et imprégné de littérature gréco-latine, ce grand-père, républicain, est proscrit et ruiné suite au coup d’État de 1852. Il s’exile donc en Algérie où son père a été élevé. Il n’a cependant pas connu son grand-père, c’est donc plus vraisemblablement sa mère qui lui a transmis ce goût pour les arts qui a tant compté pour lui. Ses oncles, son père et sa sœur sont également musiciens et Cornu est lui-même chanteur, « comme j’adorais l’opéra, l’opéra-comique, l’opérette, je connaissais tous les grands airs du répertoire d’alors. Nous nous réunissions chaque fois que c’était possible pour faire de la musique ensemble. Nous avions les éléments d’un quatuor, et jouant, et déchiffrant, nous passions des moments délicieux. Je me livrais aux joies du chant qui sont parmi les plus grandes qui soient. Dans d’autres circonstances, je crois que j’aurai pu faire une carrière de baryton classique. »

Sa carrière est en effet très tôt orientée vers une toute autre voie par son père, qui le pousse à suivre ses pas dans l’administration préfectorale. Cornu entreprend donc des études de droit, et à leur issue il entre en fonction comme chef de cabinet de son père à Saint-Brieuc. Lorsque la mobilisation générale est proclamée en août 1914, Cornu rejoint son régiment d’infanterie à Béziers, puis se porte volontaire pour entrer dans l’aviation. Après une formation de quelques mois, il devient chef d’escadrille de bombardement, puis chef du pilotage à l’École du Crotoy. Ces années passées au sein de l’armée ont forgé son caractère en lui apportant une certaine rigueur et en développant des aptitudes de commandement, facultés qu’il saura mettre à profit lors de son arrivée aux Beaux-Arts.

1.2 – Carrière administrative et entrée en politique

Une fois rendu à la vie civile, Cornu suit les traces de son père et commence sa carrière dans l’administration préfectorale. Grâce à son ami Jean Durand, député de l’Aude, il est d’abord nommé chef de cabinet du préfet de l’Aude, puis sous-préfet à Castelnaudary en 1919. En 1923, le ministre des Finances Charles de Lasteyrie, lui propose de devenir chef adjoint de son Cabinet, Cornu accepte et occupe ce poste pendant trois ans, il est plus particulièrement « chargé de toutes les affaires politiques du ministère ». En 1925, Jean Durand devient ministre de l’Agriculture et à son tour, demande à Cornu diriger son Cabinet. L’année suivante, Durand devient ministre de l’Intérieur et garde Cornu au même poste, « c’est de là qu’est partie ma carrière administrative, je dois avouer brillante et très rapide» estime Cornu. Toujours en 1926, il est nommé préfet de la Haute-Saône et de la Loire, et devient ainsi à 34 ans le plus jeune préfet de France. Après le départ de Jean Durand, Cornu reste au ministère de l’Intérieur où il devient directeur, puis secrétaire général en 1928.

En 1932, Cornu décide d’abandonner sa carrière de haut-fonctionnaire pour entrer en politique. Il se défini comme radical-socialiste, « sous la IIIe [République], les radicaux-socialistes étaient au centre, flanqués des socialistes et communistes à gauche, et d’une droite encore puissante à l’époque. » Il se présente aux élections législatives sur sa terre d’adoption, dans la 2e circonscription de Saint-Brieuc où il est confortablement élu. Cette élection marque le début de sa carrière parlementaire.

Ces fonctions successives dans la haute administration l’ont amené à côtoyer la plupart des personnalités politiques importantes de l’époque, « ces postes me permirent de collaborer d’une manière assez étroite avec la plupart des chefs de gouvernement qui se succédèrent jusqu’en 1932. » Elles lui ont également apporté une bonne connaissance du fonctionnement du gouvernement et de la situation politique de la France, en particulier grâce à ses fonctions au ministère de l’Intérieur. Son expérience de député lui a également permis de maîtriser les rouages de l’appareil législatif, expérience qu’il a mise à profit lors de son arrivée aux Beaux-Arts quelques années plus tard. Enfin, cette période fut également l’occasion pour Cornu de rencontrer de nombreuses personnalités du monde artistique et politique qu’il aimait réunir à l’occasion de déjeuners qu’il organisait régulièrement, « jamais plus de 12 convives. […] J’ai toujours aimé réunir à ma table des hommes politiques et des personnalités du monde littéraire et artistique. »

1.3 – Passage par le secteur privé : presse et radio

En 1936, Cornu n’est pas réélu député des Côtes-du-Nord, ce qui met un terme provisoire à sa carrière politique. Il se voit proposer le poste de Secrétaire Général du Comité d’accueil de l’Exposition de 1937 par le rapporteur général du budget de la ville de Paris. Il se retrouve donc chargé de l’organisation de toutes les réceptions prenant place dans le cadre de l’Exposition. Cornu s’intéresse ensuite au milieu de la presse et des médias, dans lequel ses fonctions précédentes lui ont permis de se faire de nombreuses relations. En 1938, Raymond Patenôtre, député et ministre de l’Économie lui demande de prendre la direction de l’hebdomadaire Marianne, qu’il vient de racheter, et de devenir administrateur du Lyon Républicain qu’il contrôle. Cornu devient également P.D.G. du quotidien sportif l’Auto au même moment. Son action à la tête de Marianne, en déficit lors de son arrivée, est particulièrement efficace. Hebdomadaire de gauche, Marianne fait face à la concurrence de deux autres grands hebdomadaires de droite, Gringoire et Candide. Gringoire en particulier, rencontre un grand succès en raison de la popularité de l’éditorialiste Henri Béraud. Pour contrer l’influence de Béraud, Cornu décide de recruter Jules Romain, dont il partage les opinions politiques et qui est chargé de rédiger chaque semaine un article placé en une. Les articles de Romain rencontrent un grand succès et en deux ans Marianne est redevenu un hebdomadaire dégageant des bénéfices substantiels. L’importance croissante de la position de Cornu dans le milieu de la presse et son action à la tête de Marianne lui permettent d’accéder à la présidence du Syndicat des grands hebdomadaires. En parallèle, il s’intéresse à la radiodiffusion, nouveau grand média de l’époque qui connaît un fort développement. « Quand on réussi dans une branche de l’information, qu’on n’appelait pas encore les mass-media, on est sollicité par toutes les formes que prend cette information. Je m’occupai donc de radio. » Ainsi, il devient administrateur du Poste Parisien2 et de président de Radio-Méditerranée en 1938. Il devient donc familier de ce nouveau média et saisit parfaitement l’importance qu’il peut avoir en termes de communication.

La Seconde guerre mondiale vient mettre un terme à ces activités. Pour témoigner de son opposition à la capitulation et au Régime de Vichy, Cornu démissionne de tous ses postes, aussi bien dans la presse que dans la radio au début de l’Occupation. Il refuse également par deux fois les sollicitations de Pierre Laval qui lui propose le poste de ministre de son choix au sein de son gouvernement et choisit de s’installer dans sa résidence d’Eure-et-Loir en attendant des jours meilleurs. À ceux qui s’étonnent qu’il n’ait jamais fait « une Résistance, avec un grand R » ou rejoint de réseau officiel, Cornu répond simplement qu’il n’a jamais été contacté, et qu’il a fait « une résistance morale et individuelle comme beaucoup d’autres Français. »

1.4 – Retour à la politique

Après la Libération, Marianne ne reparait pas et le journal l’Auto devient l’Équipe, avec un nouveau directeur. Cornu occupe brièvement la fonction de P.D.G. de Radio-Cinéma, société qui est « à la fois une affaire industrielle, puisqu’elle fabriquait des cabines de projection cinématographiques, et en même temps une société productrice de films. » Mais rapidement, il se rend compte que la politique lui manque, « en réalité, la seule chose qui me plaisait vraiment c’était la politique. »

C’est à ce moment qu’il rencontre René Pleven, proche collaborateur du général de Gaulle à Londres, député des Côtes-du-Nord et membre de la Gauche Démocratique. Soucieux de consolider sa position dans les Côtes-du-Nord, Pleven voit en Cornu un allié potentiel et l’encourage à se présenter aux élections du Conseil Général des Côtes-du-Nord de 1945. Cornu est confortablement élu et ce succès « augmenta l’amitié de Pleven» qui l’incita vivement à se présenter aux élections sénatoriales de 1948, sous l’étiquette de la Gauche Démocratique. Grâce au soutien actif de Pleven, Cornu est encore une fois élu sans grande difficulté. Cette élection marque le début d’une longue carrière sénatoriale de 23 ans, puisqu’à partir de 1948 et jusqu’en 1971, il sera systématiquement réélu sénateur des Côtes-du-Nord. En contrepartie du soutien qu’il lui a apporté dans le cadre des élections sénatoriales, Pleven obtient de Cornu la fidélité de la Fédération radicale-socialiste dont il est président pour les élections législatives à venir. Aussi, lorsque René Pleven devient Président du Conseil en 1951, il se doit de faire figurer Cornu dans son gouvernement, reste à savoir à quelle place.

 

2 – Le secrétariat d’État aux Beaux-Arts d’André Cornu

2.1 – Rétablissement d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts

Lorsque les négociations visant à constituer le gouvernement Pleven démarrent, Cornu y est naturellement associé et il reconnaît que ce n’est pas une mince affaire, « une affectation à un ministère de la IVe [République] représentait une nuit au minimum de savants dosages des partis et des personnalités, qui mettait les nerfs de l’impétrant à rude épreuve. » En raison de sa proximité avec Pleven et de l’aide qu’il lui a apportée lors des précédentes campagnes électorales, Cornu sait qu’une place au sein de ce gouvernement lui est quasiment assurée. Mais il sait aussi qu’il ne devra pas placer ses espoirs trop haut, car si Pleven tient à remercier ses fidèles collaborateurs, il tient aussi à limiter le pouvoir qui leur est confié pour maintenir sa position de chef de file, « étant donné mon âge [59 ans], j’aurais pu exiger un grand ministère, mais je savais que Pleven ne tenait pas à donner trop de poids à un parlementaire de son propre département. Il était trop soucieux d’y conserver la première place. » C’est avec ces considérations en tête que Cornu participe à la constitution du nouveau gouvernement qu’il relate dans ses mémoires. La consultation a lieu en août 1951, « dans un petit hôtel particulier, en face de Matignon. Il y avait là tous les ministrables et les futurs directeurs de cabinet des heureux élus. » Dans un premier temps, le ministère du Commerce et des Relations économiques extérieures lui est proposé, cette perspective l’enchante peu, pour reprendre ses propres termes. Les négociations se poursuivent et André Marie, député radical-socialiste de la Seine-Inférieure3, désigné comme nouveau ministre de l’Éducation Nationale propose de rétablir, sous la responsabilité de son ministère, un secrétariat d’État aux Beaux-Arts que Cornu s’empresse de choisir. Le rétablissement d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts en 1951 est donc le résultat d’une proposition un peu soudaine, fruit d’une initiative individuelle, mais qui a visiblement emporté l’adhésion de Pleven et suscité l’enthousiasme de Cornu. Cette nomination de Cornu aux Beaux-Arts paraît convenir à tous. Pleven ne voit pas en ce secrétariat d’État un « grand ministère » où l’action de Cornu serait susceptible de lui faire de l’ombre, et Cornu, qui ne cache pas son amour pour les beaux-arts et sa sympathie pour les milieux artistiques, semble ravi d’occuper ce poste qui correspond mieux à ses centres d’intérêts que ce qu’aurait pu lui offrir le ministère du Commerce.

2.2 – Réception du secrétariat d’État aux Beaux-Arts

Si l’idée d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts a fait l’unanimité, ou tout du moins n’a pas suscité d’opposition au sein du gouvernement Pleven, permettant ainsi son rétablissement, elle a en revanche soulevé quelques questions à l’Assemblée Nationale. Le Journal Officiel des débats parlementaires relate les discussions qui ont eu lieu lors de la séance du 18 décembre 1951 dans le cadre de la discussion du budget de l’Éducation Nationale pour l’exercice de 19524. Il fait état d’un amendement de M. de Baudry d’Asson, député de la Vendée, tendant à réduire d’un million de francs les crédits accordés à l’Éducation Nationale pour ses frais de fonctionnement. Il explique que la création du secrétariat d’État aux Beaux-Arts a entrainé une dépense de personnel de 2 379 000 francs, et que sans vouloir mettre en cause la personne de Cornu, ni ses compétences, il « demande toutefois à l’Assemblée si cette création était vraiment indispensable et si elle ne présente pas plus d’inconvénients que d’avantages, en donnant l’occasion, une nouvelle fois, aux contribuables français d’exprimer des critiques, justifiées à [s]on avis, sur l’augmentation des dépenses de l’État. » C’est André Marie qui répond à cette intervention et vient défendre son projet. Après avoir rappelé qu’il est lui-même à l’origine de la reconstitution du secrétariat d’État, Marie précise que « cette initiative a été saluée d’unanimes approbations par tout le monde des lettres et des arts ainsi que par les hautes personnalités – elles sont nombreuses – et le personnel qui dépend du secrétariat d’État, cet organisme prenant chaque jour, d’ailleurs, une importance grandissante. » Cet argument semble avoir fait son effet puisque Baudry d’Asson retire son amendement. André Marie, a donc réussi à faire accepter l’idée d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts à l’Assemblée Nationale, ce qui en soi, constitue déjà un petit exploit, car d’après Cornu « les IIIe et IVe Républiques ont eu peu de considération pour la culture et l’art en général. »

Il est vrai que depuis 1870, si une administration chargée des Beaux-Arts existe bel et bien, elle est placée sous la responsabilité du Ministère de l’Instruction Publique, puis de son successeur, l’Éducation Nationale. Sous la IIIe République, un très éphémère « Ministère des Arts », crée par Gambetta et confié à Antonin Proust est mis en place de novembre 1881 à janvier 1882. Mais par la suite, les affaires artistiques et culturelles reviennent dans l’escarcelle du Ministère de l’Instruction Publique auquel est parfois rattaché un sous-secrétariat d’État aux Beaux-arts. Lorsque ce dernier est parfois supprimé, l’administration des Beaux-arts et la politique mise en place sont placées sous l’autorité d’un Directeur ou d’un Directeur général dont la fonction administrative prend alors une réelle coloration politique, la frontière entre les deux domaines n’étant pas encore toujours très rigoureuse. Avec l’avènement du Front Populaire en juin 1936, les espoirs de création d’un ministère autonome sont grands, car ce fut une revendication des partis de gauche. Finalement, les Beaux-Arts restent sous la tutelle du « Ministère de l’Éducation Nationale et des Beaux-Arts », confié à Jean Zay jusqu’en septembre 1939, qui a au moins le mérite de les faire figurer dans son intitulé. Sous la IVe République, le sort réservé aux affaires culturelles s’annonce meilleur, car l’accès à la culture est désormais inscrit dans le préambule de la constitution de 1946 par la formule suivante, « la Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture5» Mais cette déclaration n’entraîne pas pour autant la mise en place d’un ministère autonome, et à l’exception d’une courte parenthèse de neuf mois en 1947, qui a vu la création d’un « ministère de la Jeunesse, des Arts et des Lettres » confié à Pierre Bourdan. La gestion des affaires culturelles est confiée à deux simples directions au sein du ministère de l’Éducation Nationale, la direction générale des Arts et des Lettres (DGAL) dirigée par Jacques Jaujard d’une part, et la direction de l’Architecture, dirigée par René Perchet de l’autre, sans que, comme sous la IIIe République, une direction générale n’assure une vision et une visibilité générale à la politique en faveur des Beaux-arts. La création d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts en 1951, bien qu’encore placé sous la tutelle du ministère de l’Éducation Nationale, apparaît donc comme un pas en avant. Encore faut-il qu’il soit bien organisé pour être efficace.

2.3 – Organisation et attributions du secrétariat d’État aux Beaux-Arts

Le secrétariat d’État aux Beaux-Arts de Cornu est composé d’un Cabinet et de deux directions, la direction des Arts et des Lettres et la direction de l’Architecture qui lui ont été rattachées au moment de sa création.

La difficulté majeure que Cornu doit affronter en arrivant aux Beaux-Arts consiste à conserver sous sa responsabilité ces deux directions, car si la direction générale des Arts et des Lettres est naturellement rattachée au secrétariat d’État aux Beaux-Arts (on lui retire simplement le terme « générale »), la direction de l’Architecture est revendiquée par Claudius Petit, ministre de la Reconstruction. Cornu a donc été obligé de se battre pour la conserver dans son giron, le seul qu’il estime légitime. Sa position sur ce sujet est ferme et il n’hésite pas à le faire savoir dans la presse, « on ne conçoit pas la place de l’architecture ailleurs que dans un ministère culturel6 » affirme-t-il dans la revue L’Architecture Française. Il est également encouragé par le directeur de l’Architecture, René Perchet, qui ne souhaite pas que ses services changent de tutelle, il « insista auprès de moi pour que je me défende, jusqu’à ce qu’on me laisse cette direction qui faisait partie intégrante des Beaux-Arts et non du ministère de la Reconstruction, dont le nom même indiquait le caractère provisoire. » Cornu réussit finalement à obtenir gain de cause et la direction de l’Architecture est définitivement mise à sa disposition par un décret du 1er septembre 1951. Ce décret permet aussi de définir un peu plus précisément le champ d’action de cette direction, qui regroupe « toutes les questions relatives aux bâtiments civils, palais nationaux, monuments historiques et sites et, d’une manière générale, toutes les questions intéressant l’architecture publique ou privée. » En 1951, ce sont ainsi près de 500 bâtiments civils, 25 000 monuments historiques (11 000 inscrits et 14 000 classés) et 60 000 objets mobiliers classés qui sont placés sous la responsabilité de la direction de l’Architecture, qui est chargée de leur conservation. Il faut aussi ajouter la protection « des sites et monuments naturels, l’organisation des fouilles archéologique » qui relèvent également de la direction de l’Architecture. René Perchet est maintenu à la tête de cette direction lorsqu’elle est rattachée au secrétariat d’État aux Beaux-Arts et Cornu ne tarit pas d’éloges à son sujet, « grand invalide de guerre, marchant avec deux cannes […] il était d’une honnêteté et d’une droiture absolues, et savait défendre ses convictions devant son ministre […]. Il était d’un courage et d’une fidélité à toute épreuve. » Son homologue à la direction des Arts et des Lettres, Jacques Jaujard7 est lui aussi maintenu à son poste par Cornu. À la tête de la DGAL depuis sa création en 1945, Jaujard est le principal acteur de la politique culturelle du début de la IVe République. D’après Cornu, il semble avoir plutôt bien accueilli la création d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts, « bien que Jaujard ait été depuis dix ans pratiquement le ministre des Beaux-Arts, et contrairement à ce que certains ont cru, il m’a aidé loyalement, » ce qui explique que Cornu soit tout aussi élogieux à son sujet, « homme remarquable d’un commerce très agréable […] je considère que Jaujard était un directeur exceptionnel par la qualité de ses connaissances, de son goût, de son dévouement à la chose publique et à la défense de ce que l’on appelait pas encore la Culture avec un grand C, mais les Beaux-Arts, et qu’il faudra de longues années pour en retrouver un de sa classe. » Les attributions de la direction des Arts et des Lettres portent sur « toutes les questions intéressant les lettres, les arts plastiques, graphiques, théâtral et musical8» Il est à noter que le cinéma, la radio et la télévision ne font pas partie des attributions du secrétariat d’État aux Beaux-Arts. Le cinéma dépend du ministère du Commerce et de l’Industrie, alors que la télévision et la radio relèvent du ministère de l’Information. Pendant ses trois ans passés aux Beaux-Arts, Cornu s’est efforcé de les rassembler sous sa responsabilité, car il estime que « la création d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts, se doit justement d’unifier, dans l’intérêt du développement artistique de notre pays, les différentes formes d’expression artistique de la Nation, » mais sans succès. Le cinéma, par exemple, n’est rattaché au Ministère des Affaires Culturelles qu’au moment de sa création en 1959.

Dès sa prise de fonction, Cornu affirme sa volonté d’insuffler un dynamisme nouveau parmi ses équipes, « les fonctionnaires des directions qui venaient de m’être attribuées avaient pris l’habitude de n’être supervisés que de loin, avec une bienveillante indifférence. Il n’était pas dans mon caractère de continuer dans cette voie. » En effet, ses diverses expériences de commandement pendant la guerre et dans les entreprises qu’il a dirigées le poussent à prendre en main réellement les affaires qui relèvent de son ministère. Il est secondé efficacement dans cette tâche par Jacques-Louis Antériou9, son directeur de Cabinet qu’il tient en haute estime et qu’il considère comme son collaborateur le plus fidèle et le plus proche. Tirant parti de son expérience passée à la tête d’importants Cabinets ministériels, Cornu entreprend de réformer son propre Cabinet afin de le rendre plus rapide et plus efficace. À cet effet, il fait distribuer dans ses services une circulaire datée du 29 juillet 1952 dans laquelle il décrit précisément le rôle de chacun. Le directeur de Cabinet, Antériou est chargé de la « discipline générale du cabinet », il remplace Cornu en son absence et doit s’assurer du bon fonctionnement de l’ensemble des services du secrétariat d’État. Viennent ensuite le chef du Cabinet, chargé de « tous les rapports avec la direction des Arts et des Lettres » et le Conseiller Technique, qui a les mêmes attributions en ce qui concerne la direction de l’Architecture. Chose importante, Cornu recrute également un attaché de presse qui est chargé, entre autres, d’extraire les éléments les plus importants de l’emploi du temps de Cornu pour qu’ils fassent l’objet d’un communiqué. L’expérience passée de Cornu dans le secteur de la presse est ici perceptible, il a parfaitement compris l’importance de la communication et attache une grande attention à la diffusion des actions de son secrétariat d’État. Enfin, Cornu insiste particulièrement sur la constitution d’un « embryon de bureau de Cabinet, » chargé spécifiquement de la gestion du courrier, il se dote ainsi « à l’instar de tous les autres ministères » d’une structure permettant à ses services de gagner en efficacité et en rapidité, donc en crédibilité, « je désire que dans les 48 heures de l’arrivée d’une lettre, une réponse soit définitive, soit d’attente puisse être renvoyée. » Cette organisation millimétrée témoigne du fait que Cornu cherche à organiser son secrétariat d’État comme un petit ministère et elle peut-être considérée comme un moyen de le légitimer, d’affirmer sa crédibilité lorsque son existence est remise en cause.

2.4 – Le « violon d’Ingres » du Ministère de l’Éducation Nationale

Lorsqu’il s’agit de défendre l’existence du secrétariat d’État aux Beaux-Arts, Cornu peut compter sur le soutien de son ministre de tutelle, nous l’avons constaté. Celui-ci ne manque d’ailleurs jamais de rappeler qu’il s’agit de son idée, preuve s’il en est qu’il est particulièrement fier de cette initiative qui lui permet de s’attribuer une part du prestige qui est attaché aux arts et à la culture. Cornu a également bénéficié de la confiance d’André Marie qui l’a maintenu à la tête du secrétariat d’État aux Beaux-Arts pendant les trois années où il est resté en place, et au cours desquelles cinq gouvernements se sont succédés, remettant autant de fois en cause son existence. Certains témoignages laissent penser, en effet, qu’il a fallu batailler pour maintenir ce secrétariat d’État lors des changements de gouvernement. Le journal du sculpteur Paul Landowski10 en fait état en ce qui concerne la transition du gouvernement Pinay au gouvernement Mayer en janvier 1953. À la date du 9 janvier 1953, il écrit « le ministère René Mayer est formé. Cornu s’en va, ce que je regrette, » le lendemain, il corrige « il paraît que la question du Secrétaire d’État aux Beaux-Arts n’est pas réglée. Cornu semble devoir être renommé. Ce serait parfait. » Enfin, le 11 janvier il conclu, « M. Cornu, après nombreuses tractations, reste au secrétariat des Beaux-Arts. C’est bien. » Ces tergiversations témoignent du fait que l’existence du secrétariat d’État aux Beaux-Arts est constamment menacée et que sa longévité, par conséquent, est remarquable à l’échelle des gouvernements de la IVe République.

Mais si André Marie accorde sa confiance à Cornu et affiche son soutien devant l’Assemblée Nationale, il n’en reste pas moins que dans les faits, le secrétariat d’État aux Beaux-Arts est le « parent pauvre » de l’Éducation Nationale. En ce qui concerne la seule DGAL, son budget est passé de 2,54% du budget total du ministère de l’Éducation Nationale en 1939 à 1,58% en 195111. Dans un entretien donné à André Parinaud pour le journal Arts le 21 décembre 1951, André Cornu affirme disposer d’un crédit de deux milliards de francs pour l’ensemble des monuments historiques, alors que la restauration de Versailles en nécessiterait cinq à elle seule. Cornu affirme donc que son objectif est dans un premier temps « de ne pas diminuer l’effort dans les années à venir. Et cela, c’est la tâche du ministre, qui doit sans cesse rappeler au Parlement, ressasser et ressasser qu’il faut sauver notre capital-monument. » Il s’efforce ensuite, à chaque discussion du budget de faire augmenter les crédits qui lui sont accordés. Mais en 1954, à la fin du secrétariat d’État aux Beaux-Arts et après trois ans d’efforts de Cornu, la part des Beaux-Arts est seulement de neuf milliards de francs sur les 234 milliards du budget de fonctionnement de l’Éducation Nationale, soit 3,8%, ce qui reste très peu. Sur ces 9 milliards, 5,38 sont attribués à l’Architecture et 3,552 aux Arts et Lettres. En faisant le calcul, la part direction des Arts et des Lettres dans le budget de l’Éducation Nationale est de 1,50% en 1954, elle est donc restée identique à celle de 1951. Ce qui fait dire à Cornu que le ministre de l’Éducation Nationale « considérait les Beaux-Arts un peu comme un violon d’Ingres. » L’attitude de Marie donne en effet l’impression qu’il apprécie le secrétariat d’État aux Beaux-Arts, qui apporte un certain prestige à son ministère, mais qu’il semble satisfait des crédits qui lui sont accordés et ne fait pas d’efforts pour les augmenter. Ceci explique probablement pourquoi les relations entre Cornu et Marie ne furent pas toujours des plus cordiales, « je lui suis resté reconnaissant de m’avoir conservé sa confiance. Mais nous eûmes des brouilles disons assez spectaculaires » dira Cornu. L’un des exemples les plus marquants de ces « brouilles » est relaté par Cornu dans ses mémoires : « En 1952, j’avais obtenu personnellement d’un secrétaire d’État au Budget, maire d’Auxerre, un crédit supplémentaire de 500 millions destinés à l’entretien des monuments historiques : le Ministre de l’Éducation Nationale, André Marie, se l’appropria purement et simplement en vue d’autres destinations. Et la discussion la plus vive ne put rien changer, je dus m’incliner. » Si André Cornu était parfaitement conscient du fait que les Beaux-Arts n’ont jamais été une préoccupation majeure de la IVe République et que sa tâche ne serait pas des plus faciles, il s’attendait certainement à recevoir plus de soutien de la part de son ministre de tutelle au cours des trois années durant lesquelles il a exercé ses fonctions. Toutefois, il ne se décourage pas et l’ampleur de la tâche à accomplir renforce même sa détermination, comme il l’affirme dans ses mémoires « la tâche était énorme, je m’y consacrai tout entier. »

 

3 – Les grands axes de la politique menée par André Cornu

3.1 – Soutenir les artistes et enrichir les collections de l’État

André Cornu reste à la tête du secrétariat d’État aux Beaux-Arts seulement trois ans, si cette longévité est exceptionnelle sous la IVe République, cela reste une période très courte pour mettre en place une politique dynamique et innovante dans tous les domaines relevant de son champ de compétence. Cornu s’est intéressé au soutien aux artistes et à l’enrichissement des collections de l’État, mais sa politique en la matière a surtout suivi les grandes orientations données par la DGAL avant son arrivée.

Les conditions en France ont changé depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, « les changements survenus dans la répartition des fortunes françaises ont tari le mécénat privé, il faut bien que l’État intervienne pour aider les artistes de France à vivre et leur permettre de créer12»  Dans ce but, plusieurs dispositifs sont mis en place. Dans les années 30, pour soutenir les artistes durant la crise, une partie des commandes de l’État prend la forme d’un programme de commandes publiques à hauteur de 1,5% du budget des constructions scolaires. Cette mesure préfigure l’adoption de l’arrêté du 13 novembre 1949 qui prévoit qu’1% du budget total de construction des édifices scolaires soit consacré à « des travaux de décoration », c’est à dire à la commande d’une œuvre d’art intégrée au projet d’architecture. Toutefois, l’accord du ministère des Finances quant à cette disposition est donné tardivement, elle entre donc réellement en application par l’arrêté du 18 mai 1951, promulgué juste avant l’arrivée de Cornu aux Beaux-Arts. L’objectif en est précisé par Jaujard dans la circulaire du 1er juin 1951, il s’agit d’une part d’enrichir le patrimoine artistique français contemporain tout en offrant la possibilité à des artistes de se financer, et d’autre part d’éduquer la jeunesse française par « un contact direct et permanent avec les œuvres d’art ». La presse ne manque pas de souligner que cette mesure vise « surtout les sculpteurs dont la profession est aujourd’hui si peu favorisée13» Ainsi pour l’année 1952, ce sont près de vingt milliards de francs qui sont consacrés aux constructions scolaires, Cornu indique disposer sur cette somme « d’environ 150 millions qui seront exclusivement réservés à un programme de développement de la décoration des monuments publics : peinture, sculpture, et la plupart des jeunes maitres des écoles modernes trouveront là un encouragement. » Dès sa prise de fonctions, il ne manque pas non plus d’insister sur le fait qu’il serait « évidemment extrêmement souhaitable qu’elle fut étendue à tous les autres ministères. » Il faudra cependant attendre les années 70 pour que les autres ministères, un par un, commencent eux aussi à appliquer cette mesure aux constructions qu’ils financent.

Toujours dans le but de soutenir les artistes et d’enrichir les collections de l’État, Cornu a veillé au bon fonctionnement de la commande publique par l’intermédiaire de la « commission des achats et commandes de l’État ». Il dispose pour cela d’un crédit de cinquante millions de francs en 1951. L’objectif est de faire entrer dans les collections nationales « les œuvres les plus représentatives de toutes les tendances actuelles14 », il s’agit de bien faire attention à ne pas reproduire les erreurs du passé vis-à-vis de l’Impressionnisme notamment. Avec ce même objectif, Cornu est à l’origine, sur proposition de Jaujard, de la commande du plafond de la salle Henri II du Louvre à Georges Braque, achevé en 1953. « Comme nous n’avions pas assez de crédits pour acheter des œuvres d’artistes contemporains à la valeur marchande trop élevée, et que nos musées manquaient de Braque, nous lui avons commandé un plafond. »

Deux autres mesures visant à soutenir et à défendre les artistes ont particulièrement bénéficié de l’action de Cornu. Il s’agit de deux textes de loi en préparation depuis la Libération mais sans avoir connu de grande avancée, l’un sur la propriété littéraire et artistique, l’autre sur la création d’une Caisse des Lettres. Cornu se saisi de ces projets pour en accélérer la réalisation. Avec l’aide de Jaujard, qui présida « pas moins de cinquante réunions, » il a pu soumettre à l’Assemblée Nationale les deux textes avant son départ. « Certes, il fallut encore beaucoup de temps avant que les deux Assemblées ne les entérinent, mais si je n’avais pas accéléré les travaux de la Commission, et muselé certains intérêts, ces lois seraient encore dans les tiroirs de l’Administration. »

3.2 – Un coup d’arrêt pour la décentralisation théâtrale

Si dans le domaine du soutien aux artistes et des commandes de l’État, Cornu a majoritairement poursuivi la politique impulsée par la DGAL avant son arrivée, assurant ainsi une certaine continuité. Il a en revanche donné un coup d’arrêt à la politique de décentralisation théâtrale, alors en plein développement. C’est Jeanne Laurent, nommée sous-directrice des spectacles et de la musique au sein de la DGAL à la Libération qui en est à l’origine. La production théâtrale d’alors est majoritairement concentrée à Paris et s’adresse surtout à un public aisé. Dès sa prise de fonction, Jeanne Laurent se rend compte de la nécessité de développer une activité théâtrale en province et elle est à l’origine de la création du premier centre dramatique à Colmar en 1946, le centre dramatique de l’Est. Ce sont ensuite quatre centres dramatiques supplémentaires qui sont créés, en 1947 à Saint-Étienne, en janvier 1949 à Toulouse, en novembre 1949 à Rennes et en janvier 1951 à Aix-en-Provence. Ces centres sont « crées sur l’initiative de l’État pour ranimer en province une vie théâtrale, [ils] doivent pour l’accomplissement de leur mission culturelle recevoir l’appui moral et financier des conseils généraux et des municipalités de leur ressort15. » Leur principale mission est de présenter des spectacles de qualité, accessibles financièrement et intellectuellement dans les villes et villages reculés de leur région, pour permettre à un large public de s’ouvrir au théâtre. Dans cette même logique, Jeanne Laurent entreprend de relancer le Théâtre National Populaire dont elle confie la direction à Jean Vilar, « la nomination de M. Jean Vilar comme directeur du Théâtre National Populaire à partir du 1er septembre 1951, correspond à la volonté du gouvernement d’intensifier l’activité artistique dans les communes de la périphérie parisienne16» Mais cette politique de décentralisation et de démocratisation de l’accès au théâtre suscite des oppositions, en particulier chez les directeurs de théâtres privés parisiens, ayant une vision plutôt élitiste du théâtre, qui protestent contre l’attribution de fonds publics à de jeunes troupes de province. C’est Jacques Hébertot, directeur du théâtre Hébertot à Paris qui critique le plus violement la décentralisation. En 1951, il organise des tournées en province pour lesquelles il espère obtenir des financements sur les crédits consacrés aux centres dramatiques, Jeanne Laurent lui refuse ces crédits, préférant privilégier les troupes locales. Depuis ce différent, il n’a eu de cesse de critiquer et de décrédibiliser la politique de Jeanne Laurent. Face à ces critiques, André Cornu, qui est sensible à l’influence de Jacques Hébertot sur les milieux intellectuels influents parisiens ne prend pas sa défense. D’une part pour ne pas se mettre à dos Hébertot, et d’autre part car il ne semble guère apprécier Jeanne Laurent. Dans ses mémoires, il en dresse un portrait peu flatteur, « connue par le Tout-Paris comme la dictatrice, la tsarine du théâtre. […] C’était une femme volontaire, méchante, sans doute insatisfaite » et de continuer « il est bien évident qu’une telle femme n’avait pas que des amis. Elle s’était rendue impossible à la plupart des milieux qu’elle avait sous sa tutelle. Il est non moins certain qu’elle n’apprécia pas l’arrivée d’un ministre des Beaux-Arts. » Il est également probable qu’il supporte mal le succès des initiatives menées par Jeanne Laurent, « simple » fonctionnaire, alors que lui-même, venant d’arriver aux Beaux-Arts cherche encore un projet phare par lequel il pourrait s’illustrer. Dans son ouvrage consacré à Jeanne Laurent, Marion Denizot estime qu’il est « le véritable responsable de son éviction17. » En effet, dès octobre 1952, il organise sa mutation au service universitaire des relations avec l’étranger et l’outre-mer, mettant du même coup un terme provisoire à la politique de décentralisation théâtrale qui ne reprendra pleinement que sous Malraux avec les Maisons de la Culture. Mais il semble que cette affaire soit au final un conflit de personne et d’intérêts divergents, plus qu’une véritable opposition à la politique de décentralisation théâtrale, de la part de Cornu comme de la part d’Hébertot. En effet, au moment, où Jeanne Laurent quitte le secrétariat d’État aux Beaux-Arts en octobre 1952, Hébertot crée de sa propre initiative un « Centre de Normandie du Théâtre Hébertot », sorte d’antenne régionale de sa propre compagnie qu’il installe à Rouen, sa ville natale. Il cherche ensuite à faire acquérir à cette structure le statut de centre dramatique national, ce qui lui est accordé par Cornu le 14 octobre 1953. Hébertot devient alors directeur de ce qui est désormais le Centre Dramatique de Normandie. La procédure est ici singulière, car les autres centres dramatiques furent principalement crées suite à des initiatives locales. Cette précision est importante car la création d’un centre dramatique implique un financement par la municipalité d’accueil, or, dans ce cas, la municipalité de Rouen est en quelque sorte mise devant le fait accompli. Elle affirme que les crédits qu’elle accorde aux théâtres sont déjà importants et qu’elle ne peut pas se permettre de financer le nouveau centre dramatique sans aide parallèle de l’État, d’autant plus qu’il pose un problème de concurrence avec des troupes locales comme « La Comédie de Normandie », qu’elle subventionne déjà. Plus que le principe de décentralisation en lui-même, il semble donc que ce soit la façon de l’envisager qui ait réellement opposé Hébertot et Cornu à Jeanne Laurent, qui prêtait une attention toute particulière à la collaboration entre les différents intervenants locaux.

3.3 – Restaurer les monuments historiques

Si la politique de Cornu dans les domaines évoqués précédemment ne s’est montrée ni très innovante ni très ambitieuse, celle qu’il a menée en faveur des monuments historiques est celle qui lui a véritablement permis de s’illustrer. Il s’agit du projet majeur auquel il a consacré toute son énergie pendant la durée de son mandat aux Beaux-Arts, « une des grandes affaires de mon ministère» précise-t-il dans ses mémoires. Il faut dire que dans les années 1950 les besoins sont grands en matière de restauration des monuments historiques. Ceux qui n’ont pas subi de destructions pendant la guerre ont souffert d’un manque d’entretien qui a conduit à un état de délabrement parfois avancé et les crédits débloqués pour la reconstruction ne s’adressent pas prioritairement au patrimoine. Il faut ajouter à cela une certaine ignorance de la situation dans laquelle ils se trouvent qui conduit à l’inaction, « les grands édifices publics et religieux, fruit de l’orgueil du Pouvoir et de la Religion font tellement partie de notre paysage national qu’il nous semble normal de les voir, et que nous ne pensons pas assez qu’il faut les entretenir si nous voulons les conserver. » Cornu a donc décidé d’en faire le point central de son action aux Beaux-Arts. C’est ainsi qu’il a entrepris la restauration de la basilique de Saint-Denis, menée par l’architecte Jules Formigé, celle du château de Vincennes et de plusieurs grandes cathédrales comme celle de Metz. C’est suite à l’appel du maire et du préfet que Cornu s’est rendu à Metz le 22 janvier 1953 pour visiter la cathédrale. Il s’est engagé à en financer la restauration, « il envisage de réparer la toiture de la cathédrale et de lui rendre sa couverture de cuivre d’ici trois ans. Cela exige une dépense de 100 millions, alors que la restauration des vitraux d’art demandera une dépense de 25 millions. Avec l’aide de l’État, de l’Évêché, du département et de la municipalité, la cathédrale retrouvera son ancien éclat » annonce le Courrier de Metz le lendemain. Le patrimoine local n’est pas oublié lui non plus, dans ses mémoires, Cornu annonce avoir permis la restauration « d’innombrables chapelles ou ouvrages d’art dans tout le pays ». Interrogé à l’Assemblée sur son action en faveur des châteaux privés et églises rurales, Cornu répond « je crois pouvoir vous dire que, sur l’ensemble du pays, des chantiers sont ouverts. Chaque fois que des parlementaires, sénateurs ou députés, m’ont demandé de me rendre sur place, j’ai répondu à leur appel. […] Nous accomplissons ainsi avec M. le directeur général de l’Architecture une œuvre que je peux qualifier de considérable18»

Toutefois, le projet de restauration pour lequel il a le plus œuvré est celui de Versailles qui se trouvait alors au bord de la ruine. Tout commence en novembre 1951, quelques mois seulement après son arrivée rue de Valois, lorsqu’il reçoit un télégramme de Charles Mauricheau-Beaupré, conservateur en chef du château. Ce télégramme lui annonce l’inondation de la Galerie des Glaces suite à la fonte de la mince couche de neige tombée quelques jours auparavant, et insiste sur l’urgente nécessité de démarrer un vaste programme de restauration sous peine de voir le château s’effondrer, « cette nouvelle me bouleversa, je m’informai plus avant et depuis cet instant je n’ai cessé de me préoccuper de la résurrection du palais de Versailles. » Il faut dire que l’opportunité d’entreprendre la restauration de Versailles qui se présente à lui tombe à pic. Cornu vient en effet d’arriver à la tête d’un petit secrétariat d’État dont la mise en place a suscité quelques contestations, nous l’avons vu. Il sait également que les gouvernements changent souvent, et qu’à chaque fois son poste est susceptible d’être remis en cause. S’il souhaite pouvoir être reconduit dans ses fonctions, il sait qu’il devra prouver son utilité et son efficacité, en s’attachant à un grand projet susceptible de mobiliser l’opinion. Versailles, en tant que symbole politique, artistique et historique de la France apparaît comme le projet parfait, il permettrait à Cornu d’attacher son nom au prestige du château et d’acquérir une certaine visibilité malgré le fait qu’il soit à la tête d’un simple secrétariat d’État. Il décide donc de placer la sauvegarde du domaine au cœur de sa politique, met toute son énergie et déploie toute son inventivité dans la collecte des fonds nécessaires à sa restauration19. Cornu commence par se rendre à Versailles le 24 novembre 1951 accompagné de différentes personnalités politiques et de nombreux journalistes (presse écrite et radio), pour constater lui-même l’étendue des dégâts et médiatiser son action. Le montant nécessaire à la restauration du domaine est estimé à cinq milliards de francs qu’il décide de répartir en un plan quinquennal, il s’agit donc de trouver un milliard de francs par an pendant cinq ans. Le Secrétariat d’État aux Beaux-arts seul ne peut pas fournir cette somme, Cornu met alors en place un procédé innovant et décide de faire appel à plusieurs sources de financement différentes. Il décide tout d’abord de solliciter la générosité de tous les Français et lance une grande souscription nationale par un appel radiodiffusé le 1er février 1952. Il fait ensuite voter de nouvelles ressources budgétaires spécifiquement dédiées à Versailles par le Parlement, c’est ainsi qu’il obtient pour la durée de la campagne de restauration 765 millions de francs par an. Enfin, il augmente les ressources issues de l’exploitation du château : droit d’entrée, taxes pour la circulation des véhicules à l’intérieur du domaine, droits de photographie et de cinématographie et produit des manifestations organisées dans le domaine. Il attache en effet une grande importance à la mise en place de mesures durables permettant au château d’autofinancer une partie de ses besoins à l’avenir, il s’agit de « faire en sorte que tous les dix ou vingt ans, un nouveau cri d’alarme ne doive être lancé. » Afin de coordonner toutes ces activités, Cornu crée un Comité National pour Sauvegarde du château de Versailles, placé sous le haut patronage du Président de la République et composé des principales personnalités des milieux politiques, religieux, intellectuels et industriels de l’époque, ainsi que des principaux membres des syndicats de presse. Ce comité a pour fonction de mettre en valeur le domaine de Versailles, d’organiser et de coordonner les différentes activités susceptibles d’apporter des fonds à sa restauration. Pour s’assurer d’impliquer un maximum de personnes, Cornu fait également fonctionner le réseau des préfets, ses anciens collègues, et leur demande de créer dans chaque département une antenne locale du Comité de sauvegarde. Le succès de cette campagne est total, le milliard de franc correspondant à la première tranche du plan quinquennal pour l’année 1953, est réuni avec succès, tout comme le seront les tranches suivantes. Lorsque Cornu quitte les Beaux-Arts en 1954, même s’il reste encore beaucoup à faire, « le gros œuvre était terminé, et le bâtiment mis complètement hors d’eau. » C’est ce projet qui lui a permis de laisser sa marque en tant que secrétaire d’État aux Beaux-Arts, « pour le grand public, je crois que je reste et resterai le restaurateur du château de Versailles. »

À travers cette campagne, Cornu a su mettre à profit toutes ses expériences passées. Comprenant parfaitement l’importance des médias il a su utiliser la presse et la radio quand il le fallait pour mobiliser l’opinion. Il a également su mettre ses collègues préfets et parlementaires au service de son action pour Versailles. Enfin, son expérience dans le secteur privé l’ayant habitué aux exigences de rentabilité, il a mis en place des mesures efficaces visant à permettre à Versailles de « gagner sa vie ». Cette campagne de sauvegarde, particulièrement innovante pour l’époque eut surtout pour effet de sensibiliser l’opinion publique et la classe politique à la question de la restauration des monuments historiques, facilitant par la suite le financement de projets de ce type. Il ne fait pas de doute que si Cornu avait été maintenu à son poste, il aurait poursuivi dans cette voie. En mars 1954, il annonce devant l’Assemblée Nationale ses projets à venir, « lorsque les nécessités scolaires seront moins impérieuses, je proposerai à M. le ministre des Finances, l’inscription au budget d’équipement, d’un crédit spécial pour la remise en état de quelques-uns de nos grands édifices. […] Ce crédit spécial permettrait au service des Monuments historiques d’entreprendre des restaurations de longue haleine, conformément à un programme préalable et éviterai les travaux fractionnés qui sont exécutés en ce moment et qui, en définitive, sont plus onéreux. » Ce projet n’a pas vu le jour en raison de la suppression du secrétariat d’État aux Beaux-Arts en juin 1954, mais il est la préfiguration de la loi de programme relative à la restauration de grands monuments historiques que Malraux a fait voter huit ans plus tard, en 196220. L’action de Cornu dans le domaine de la restauration des monuments historiques a donc permis d’ouvrir la voix à Malraux.

3.4 – La fin du secrétariat d’État aux Beaux-Arts

Le 12 juin 1954, le gouvernement Laniel qui est en place depuis presque un an tombe et c’est Pierre Mendès-France qui est appelé à la Présidence du Conseil. Pour Cornu, habitué aux changements de gouvernement, il ne s’agit pourtant pas d’une situation comme les autres. Cette fois-ci, tout le porte à croire qu’il n’aura pas à se battre pour défendre son secrétariat d’État, voir même qu’il peut s’attendre à plus, « je connaissais bien le nouveau Président, radical comme moi, élu comme moi en 1932, et dont j’avais toutes les raisons de croire que non seulement il me conserverait à mon poste, mais qu’il m’accorderait ce ministère de la Culture dont nous avions débattu ensemble. » Cornu raconte en effet dans ses mémoires qu’au cours d’une conversation avec Mendès-France, et sans qu’il ne le sollicite à ce sujet, il a abordé son « grand projet de ministère de la Culture, dont le programme avait paru dans la presse » et qu’à l’issue de cette conversation il lui avait annoncé que lorsqu’il accèderait à la Présidence du Conseil il lui « donnerait ce ministère et les moyens qu’il exige. » Cornu précise également dans ses mémoires que dès 1952, soit peu de temps après son arrivée aux Beaux-Arts, il a cherché à constituer un ministère indépendant, « que m’avaient refusé les présidents du Conseil qui s’étaient succédés. » Dans ces conditions, il ne fait aucun doute que les espoirs de Cornu lorsque Mendès-France accède à la présidence du Conseil soient grands. Ils sont cependant vite déçus. Non seulement le ministère de la Culture indépendant dont il rêve ne lui est pas accordé, mais son secrétariat d’État aux Beaux-Arts est purement et simplement supprimé. Il explique cette situation par le fait que Mendès-France souhaitait une large investiture à l’Assemblée Nationale, incluant les voix communistes qui n’aimaient pas Cornu et qui ont, semble-t-il, accordé leur soutien au nouveau président contre la destitution de Cornu, « je reçus donc du président Mendès-France une lettre de quatre pages, où se mêlaient les regrets et les déclarations d’amitié. » De son côté, Antériou entreprend des démarches auprès d’André Pélabon, directeur de Cabinet de Mendès-France, pour tenter de maintenir Cornu en place, « l’œuvre qu’il a entreprise est telle que ce serait une véritable injustice que de l’empêcher de la poursuivre21 » mais sans succès. La situation retourne donc à ce qu’elle était avant 1951, la direction de l’Architecture comme la direction des Arts et des Lettres redeviennent de simples directions sous la responsabilité directe du Ministère de l’Éducation Nationale. Cornu quant à lui retrouve son siège de sénateur. La fin du secrétariat d’État aux Beaux-Arts en juin 1954 marque une fois de plus l’échec de la reconnaissance de la nécessité de mettre en place une politique culturelle d’envergure. Mais le refus de création d’un ministère dédiée aux Arts et à la Culture essuyé par Cornu restera le dernier avant la création du ministère des Affaires Culturelles en 1959. Car cette expérience aura toutefois permis de tirer quelques conclusions, dès 1955, Jeanne Laurent publie La République et les Beaux-Arts, ouvrage dans lequel elle explique qu’elle ne croit pas en la mise en place d’une véritable politique artistique tant que les Beaux-Arts seront sous la tutelle administrative et financière de l’Éducation Nationale. En 1956, c’est au tour de Robert Brichet, fonctionnaire de la DGAL de faire part de ses remarques, il affirme que si la mise en place sporadique de secrétariats d’État aux Beaux-Arts au cours des décennies précédentes a eu « le mérite d’affirmer l’existence d’un groupe de questions qui sont d’une affinité telle qu’elles justifient une direction gouvernementale commune » ce n’est pas une solution concluante, « seul un ministre des Arts, ayant pleine autorité de ministre, responsable de sa politique, se consacrant entièrement à la solution des problèmes que posent les Arts, peut avoir quelque espoir de réussir dans une entreprise difficile, mais essentielle pour le présent et l’avenir de la nation22. » La constitution d’un ministère indépendant, seul gage de la mise en place d’une véritable politique culturelle apparaît donc comme une revendication de plus en plus forte, qui aboutira finalement en 1959. La déception de Cornu de ne pas l’avoir obtenu lui-même fut probablement très grande, mais il admet que « grâce à son prestige personnel auprès du chef de l’État, [Malraux] était le seul à pouvoir obtenir un tel résultat. » Avec le recul, Cornu se montre toutefois satisfait de son bilan au secrétariat d’État aux Beaux-Arts, tant sur le plan de la politique menée que sur le plan de son épanouissement personnel, « je dois avouer que ce fut un des temps les plus heureux de ma vie. Il ne représente que quatre années dans une longue existence, ce ne furent pas les meilleures de ma vie privée peut-être, mais je m’y réalisai pleinement. […]Je n’ai pas fait tout ce que j’ai voulu, je n’ai pas réussi ou achevé tout ce que j’ai entrepris rue de Valois mais j’ai, encore maintenant, l’impression d’avoir infléchi la politique culturelle de la France pour un certain nombre d’années. Tant pis si l’on me trouve trop orgueilleux ! »

 

Conclusion

La création d’un secrétariat d’État aux Beaux-Arts en août 1951, bien qu’encore placé sous la tutelle du ministère de l’Éducation Nationale, suscite une vague d’espoir. Il ne fut finalement qu’une expérience sans lendemain, l’une des dernières, avant la création du ministère des Affaires Culturelles en 1959. Toutefois, André Cornu a su, au cours de son bref passage à la tête de secrétariat d’État, redonner une visibilité et un certain dynamisme à ce secteur de la politique française encore peu pris au sérieux. Si la politique qu’il a menée ne fut ni très innovante, ni très audacieuse dans le domaine de l’aide aux artistes et de la décentralisation théâtrale, il a su remettre la restauration des monuments historiques sur le devant de la scène. L’approche politique dont il est l’initiateur, basée sur la communication et l’implication à la fois de la classe politique et de l’ensemble des Français, n’aurait pas pu être possible sans la mise à profit de son expérience passée, particulièrement visible à travers la campagne initiée en faveur de Versailles. Il a réussi à faire accepter l’idée qu’il était absolument nécessaire d’accorder une attention plus grande à la culture en général et aux monuments historiques en particulier, ouvrant ainsi la voie à l’action de Malraux. Quelques années plus tard, en 1962, l’action de Cornu est officiellement reconnue par son élection à l’Académie des Beaux-Arts. C’est d’ailleurs André Malraux qui lui remet son épée d’académicien à l’Opéra Royal de Versailles dont il a permis l’entière restauration dans la cadre de la campagne de sauvegarde. Dans son discours, Malraux le remercie d’avoir « si bien traduit notre souci commun de la défense du patrimoine culturel français, et spécialement celui du Domaine de Versailles auquel, dans l’exercice de vos fonctions ministérielles vous vous étiez consacré d’une façon qu’aucun d’entre nous n’a oubliée. »

 

Bibliographie

  • Brichet Robert, « Pour un ministère des Arts », Les Cahiers de la République, décembre 1956, p. 78-92, dans Quelle politique pour la culture ? Florilège des débats (1955-2014), textes réunis et présentés par Philippe Poirrier, Paris, La Documentation Française, 2014, p. 50-54.
  • Cornu André, Mes Républiques Indiscrètes, Paris, Jean Dullis, 1979.
  • Cornu André, « Voici mes projets », Arts, 21 décembre 1951, propos recueillis par André Parinaud.
  • Cornu André, « Le Secrétariat d’État aux Beaux-Arts », L’Architecture Française, n°115-116, 12e année, 1951.
  • Coston Henry (dir.), Dictionnaire de la politique française, t. 1, Paris, La librairie française, 1967, p. 301-302.
  • Denizot Marion, Jeanne Laurent, une fondatrice du service public pour la culture, 1946-1952, Paris, La Documentation Française – Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2005.
  • Dictionnaire biographique français contemporain, 1954-1955, Paris, Agence internationale de documentation, 1954, p. 186.
  • Faré Michel, « Notice sur la vie et les travaux de André Cornu (1892-1980) », lue à l’occasion de l’installation de Michel Faré comme membre de la section des membres libres de l’Académie des Beaux-Arts, séance du mercredi 2 décembre 1981, p. 21-24.
  • Foulon Charles-Louis, « Des beaux-arts aux affaires culturelles (1959-1969) », dans Vingtième Siècle, n°28, octobre-décembre 1990, p. 29-40.
  • Genet-Delacroix Marie-Claude, « Histoire et fonction de la direction des Beaux-Arts (1870-1905) », dans Romantisme, n°93, 1996, p. 39-50.
  • Laurent Jeanne, La République et les Beaux-Arts, Paris, Julliard, 1955, p. 164-169, dans Quelle politique pour la culture ? Florilège des débats (1955-2014), textes réunis et présentés par Philippe Poirrier, Paris, La Documentation Française, 2014, p. 43-49.
  • Monnier Gérard, L’art et ses institutions en France, Paris, Gallimard, 1995.
  • Nouveau dictionnaire national des contemporains, 1961-1962, Paris, Les éditions du nouveau dictionnaire national des contemporains, 1961, p. 255-256.

 

Notes

1 André Cornu, Mes Républiques Indiscrètes, Paris, Jean Dullis, 1979, p. 13. Sauf mention contraire, toutes les citations concernant la biographie d’André cornu sont issues de cet ouvrage de mémoires.
2 Le Poste Parisien devient Radio-Paris, organe contrôlé par les Nazis pendant l’Occupation.
3 Aujourd’hui Seine-Maritime.
4 Journal Officiel des Débats Parlementaires, n°156, 1951, séance n°327, 18 décembre 1951, p. 9273-9275.
5 Cité par Foulon, p. 40.
6 André Cornu, « Le secrétariat d’État aux Beaux-Arts », L’Architecture Française, n°115-116, 1951, p. 4.
7 Ancien directeur des Musées de France, il s’est notamment illustré pour avoir organisé l’évacuation des œuvres du Louvre en 1939 et par ses activités de résistance pendant l’Occupation.
8 Décret n°52-110 du 26 janvier 1952 sur la délégation d’attributions au secrétaire d’État à l’Éducation Nationale (Beaux-Arts). Publié au Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale n°6 du 7 février 1952.
9 Jacques-Louis Antériou est le fils de Louis Antériou, ancien ministre pendant l’entre-deux guerres et préfet de l’Ardèche, ami de Cornu. Leurs archives privées sont conservées aux Archives nationales, côtes 373AP/1-9.
10 Le journal de Paul Landowski est disponible en ligne, http://journal.paul-landowski.com.
11 Archives Nationales, F/21/8499, document intitulé « Le budget des Beaux-Arts est-il suffisant ? Est-il en rapport avec l’importance de notre école et de son prestige à travers le monde ? », produit par la direction générale des Arts et des Lettres, s.d.
12 Archives Nationales, 20150044/29, « Le Budget de l’Éducation Nationale, un redressement à poursuivre », Léo Hamon (sénateur de la Seine), Combat, 2 février 1955.
13 « Comment l’État aide les artistes ? », Arts, 30 novembre 1951.
14 Archives nationales, F/21/8499, document intitulé « Questionnaire M. Maximilien Gautier », s.d.
15 Archives nationales, F/21/8499, « Note pour Monsieur le secrétaire d’État au sujet des rapports avec les préfets en ce qui concerne les spectacles et la musique » produite par le service Spectacle et Musiques, s.d.
16 Archives nationales, F/21/8499, document intitulé « Le budget des Beaux-Arts est-il suffisant ? Est-il en rapport avec l’importance de notre école et de son prestige à travers le monde ? », produit par la direction générale des Arts et des Lettres, s.d.
17 Denizot, p. 123.
18 Journal Officiel des débats parlementaires, 3e séance du 8 novembre 1952, p. 4978.
19 Voir à ce sujet Églantine Pasquier, « André Cornu et la sauvegarde de Versailles », Bulletin du Centre de Recherche du château de Versailles, en ligne, http://crcv.revues.org/13234.
20 Loi de programme n°62-880 du 31 juillet 1962 relative à la restauration de grands monuments historiques.
21 Archives nationales, 373AP/8, Fonds Antériou, lettre de Jacques-Louis Antériou à André Pélabon, 18 juin 1954.
22 Brichet, p. 51.

 

PASQUIER, E. André Cornu et le Secrétariat d’État aux Beaux-Arts, 1951-1954. In COMITÉ D’HISTOIRE DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION. Politiques de la Culture, Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, avril 2016 [consulté le 2016-03-28]. https://chmcc.hypotheses.org/1864
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *