La musique au cœur de l’État

img_landowski_saezGuy Saez (dir.),
La musique au cœur de l’État. Regards sur l’action publique de Marcel Landowski.
Paris, La Documentation française, Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, 2015, 192 p.


Préfacé par Maryvonne de Saint-Pulgent, cet ouvrage rassemble les actes du colloque organisé le 17 mars 2015 par le Comité d’Histoire du ministère de la Culture et de la Communication à l’occasion du centenaire de la naissance de Marcel Landowski. Autant l’œuvre musicale du compositeur, après avoir fait débat, est relativement oubliée, autant son œuvre administrative reste d’actualité. Elle aussi a pourtant été âprement discutée comme en témoignent les historiens, politologues, musicologues, sociologues et hauts fonctionnaires réunis à ce colloque autour de Guy Saez qui regrette à cette occasion l’absence de travaux de recherche universitaires sur les administrations ministérielles. Dans son exposé sur le sens qu’il convient de donner à la création d’une direction de la musique en 1970, il montre à quel point elle en parfaite harmonie avec les grandes orientations du ministère, même si celles-ci sont parfois contradictoires : c’est en les conciliant au mieux que Marcel Landowski a su y inscrire son action que l’on peut suivre ici avec précision, grâce à une précieuse chronologie de sa carrière de haut fonctionnaire pour la période 1963-1974 qui complète en annexe sa biographie.

Les recherches historiques initiées par le Comité d’Histoire et ses partenaires universitaires sur la mise en œuvre de la politique pour l’enseignement musical du nouveau directeur de la musique que nomme André Malraux le 4 mai 1966 ont suscité des publications qui ont enrichi la connaissance de l’action publique de Marcel Landowski, jusqu’alors méconnue. Noémie Lefebvre avait ouvert la voie1, et l’ouvrage collectif présenté ici élargit la perspective en s’attachant aux « grands combats réussis » menés par Landowski au service de la démocratisation musicale et de la modernisation du système institutionnel gérant la vie musicale. Michel Decoust, l’un de ses collaborateurs, à la fois historien de la musique, compositeur et inspecteur général, les évoque rapidement dans son introduction : la création d’une direction autonome de la musique, la diffusion musicale, le soutien à la création, l’enseignement et l’organisation de « régions musicales ». C’est donc une vision structurelle de l’œuvre accomplie par le musicien qui est proposée ici, mais il faut souligner la force de sa détermination et la continuité de sa volonté réformatrice : tous ses autres collaborateurs, Hugues Gall, Jean-Claude Casadessus, André Dubost, Jean-Charles François et sa fille Manon Landowski y insistent dans leurs témoignages, tout comme d’ailleurs Alain Trappenard à propos du dossier de la création de l’orchestre de Paris, beaucoup plus tard. Ainsi se concrétise la dimension historique du combat mené par Landowski et de ses batailles pour la musique2.

Plus complexe à analyser qu’il n’y paraît, la première politique musicale nationale décidée par André Malraux, procède du très ancien héritage révolutionnaire et d’une tradition administrative centenaire très fortement ancrées dans les mentalités et les pratiques. Pourtant affaibli par une crise dénoncée par tous les professionnels, le système socio-institutionnel de la musique résiste à tout projet de réforme : l’intrication des éléments idéologiques, budgétaires, statutaires, esthétiques et pédagogiques en rend difficile l’interprétation socio-culturelle que soutiennent d’un point de vue critique les auteurs spécialistes en sciences humaines et sociales. Aussi le présent ouvrage s’inscrit-il dans une perspective de longue durée qui permet de comprendre l’importance et la pérennité la politique musicale de Marcel Landowski. Celle-ci procède en amont d’un double processus de modernisation des institutions musicales et en aval d’une volonté de démocratisation des pratiques musicales qui depuis se poursuit malgré les difficultés budgétaires actuelles. Karine Le Bail retrace l’organisation de la vie musicale de la Libération jusqu’aux années 1960, une période où la musique fonctionnait sans ministère et où la radiodiffusion jouait le triple rôle de tribune, d’employeur et de mécène. Les progrès des techniques discographiques et les transformations sociales conduisent la direction de la radio à normaliser sa programmation musicale en supprimant ses formations symphoniques régionales et en laissant aux concerts du Domaine Musical la mission de diffuser la modernité musicale. C’est la fin de l’ère de la diffusion musicale publique dominée par la radio, telle que l’avait prise en charge le Ministère de l’information depuis 1944 qui en avait confié la direction au compositeur Henry Barraud.

Philippe Coulangeon s’intéresse à « l’effet Landowski » sur des pratiques musicales revivifiées par la mise en œuvre du Plan de dix ans 3proposé par le compositeur à André Malraux en 1970, portées par la démultiplication des usages et des supports de l’écoute musicale et soutenues par l’extrême fragmentation de la scène musicale et par le brouillage des frontières du savant et du populaire. Cet « effet Landowski » se mesure au confluent des canaux de la décentralisation et de l’enseignement. Il est ensuite poursuivi par l’action de Maurice Fleuret et par l’essor des pratiques musicales et de l’enseignement artistique au sein des multiples associations qui tissent le maillage territorial institué par le plan Landowski ; la logique de démocratisation culturelle voulue par Malraux est ainsi prolongée par l’action de Jack Lang en faveur de la démocratie culturelle. Ainsi se trouve constitué un véritable service public de la musique.

Noémi Lefebvre analyse la genèse de l’ambitieux projet de démocratisation musicale du futur directeur de la Musique en précisant ses conditions de réalisation administrative, dans un contexte de modernisation et de planification qui depuis 1945 prévoit un développement de la société du loisir et de la consommation musicale et culturelle. L’enseignement est le seul vecteur commun à cette double expansion que Landowski va contribuer à normaliser en rapprochant enseignement musical spécialisé et enseignement scolaire.

Lorraine de Meaux retrace l’historique de l’action publique du futur directeur de la Musique dans ses deux moments stratégiques. Et tout d’abord l’impulsion qu’il donne à l’éducation musicale au sein de l’Éducation nationale (1975-1977) quand il est nommé en janvier 1975 inspecteur général de la musique, jouant un rôle décisif dans la réforme Haby votée le 11 juillet 1975 et en élaborant le plan de trois ans (1976-1978) de la musique à l’école dans les cycles primaire et secondaire. Des problèmes de partenariat avec le ministère de la Culture au sujet de la formation spécialisée dans les académies pilotes et leur mission d’action culturelle se posent alors très vite. La récurrence des questions budgétaires affaiblit l’ambition de son projet que le ministère de l’Éducation nationale ne soutient guère. Il quitte ce ministère et accepte bien plus tard, en 1986, alors qu’il est secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, une mission interministérielle pour la réforme des enseignements artistiques que lui confie Jacques Chirac ; mais le ministre de l’Éducation nationale, René Monory, n’est toutefois pas favorable à l’élaboration d’une loi. C’est le deuxième moment de son action publique en faveur des enseignements artistiques : Lorraine de Meaux en retrace les épisodes avec une précision factuelle qui évite les confusions que les changements politiques risqueraient de provoquer. C’est avec le ministre de la Jeunesse et des sports Christian Bergelin que le compositeur, las des rivalités interministérielles et des obstacles en tout genre, établit un accord avec les « contrats bleus » qui incitent les collectivités locales à financer des activités extra-scolaires pour les jeunes, y voyant une solution de rechange, faute d’avoir pu inscrire le réaménagement du temps scolaire dans la loi très édulcorée votée le 6 janvier 1988. Cette loi aurait pu consacrer l’action publique de Marcel Landowski, commencée avec Malraux à la direction de  la Musique vingt ans plus tôt, poursuivie avec Jacques Chirac à la mairie de Paris dont il était devenu le premier directeur des Affaires culturelles en 1977. Frédéric Poulard montre combien la culture et la musique occupent une place centrale à Paris, dans des enjeux politiques traversés par les grandes questions de la planification et de la territorialisation : Landowski met en œuvre la réforme de l’enseignement musical, la création de plusieurs institutions, la modernisation des scènes théâtrales, et organise des grands évènements internationaux dans une action réussie qui s’accorde aux ambitions culturelles de la Mairie de Paris.

Au total, cet ouvrage offre un panorama très complet du rôle administratif et politique du compositeur et ses annexes en font un outil de travail indispensable pour toute recherche future sur Marcel Landowski.

par Marie-Claude Genet-Delacroix, professeur émérite à l’Université de Reims


1
N. Lefebvre, Marcel Landowski : une politique fondatrice de l’enseignement musical, 1966-1974, Paris-Lyon, Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication-Cefedem Rhône-Alpes, 2014 : le compte-rendu d’une table ronde tenue à cette occasion est donné ici en annexe V.
2 M. Landowski, Batailles pour la musique, à partir d’entretiens avec Édith Walter, Paris, Le Seuil, 1979.
3 Le texte est placé en annexe IV.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *