Journée d’études du 19 février 2016 – Cité de l’architecture et du patrimoine – 2/12 [FR] # Présentation du projet

Colloque « Écrire l’histoire de l’enseignement de l’architecture : quelles sources ? quels enjeux ? »
Cité de l’architecture et du patrimoine, 19 février 2016


Présentation du projet par Anne-Marie CHÂTELET, professeure d’histoire et de culture architecturales, École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg

L’enseignement de l’architecture a eu son heure de gloire au XIXe siècle, lorsque l’École des Beaux-arts régnait presque sans partage en France. Elle attirait des étudiants de tous les horizons qui, à leur retour, essaimaient son modèle d’organisation de la Russie jusqu’aux États-Unis. Au XXe siècle, cet enseignement paraît pris de torpeur. Il entre dans une longue somnolence que n’interrompent ni les guerres, ni les bouleversements politiques, jusqu’à ce que les révoltes de 1968 provoquent son brutal réveil. Pourtant, bien des indices laissent penser que ce sommeil n’a pas été aussi profond que le silence des historiens le laisse imaginer. Malgré son immobilisme apparent, il mérite d’être fouillé afin de dévoiler ce qu’il a été et de contribuer à éclairer ce qu’il sera.

Remerciements

Il revient à Philippe Bach, ancien directeur de l’École d’architecture de Strasbourg, d’avoir attiré notre attention sur ce silence, en nous demandant d’écrire l’histoire de cette école, alors qu’elle s’apprêtait à emménager dans de nouveaux locaux construits par Marc Mimram. Son initiative en serait restée à la publication de cette histoire, si son successeur, Eric Gross, n’avait repris le flambeau. Soutenant l’idée d’une enquête nationale, il s’est adressé à la présidente du Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication, Maryvonne de Saint Pulgent, qui a aussitôt souscrit à ce projet. La directrice de l’architecture, Agnès Vince, à laquelle nous l’avons alors soumis, a été d’autant plus intéressée que venait d’être engagée une « stratégie nationale pour l’architecture ». C’est ainsi grâce à la conjonction de leurs soutiens que ce projet a pris corps. Nous les en remercions très vivement, en particulier la cellule du Comité d’histoire qui, composée d’Arlette Auduc, de Florence Contenay, de François Chaslin et de Geneviève Gentil lui a donné une impulsion décisive.

Notre gratitude va également au chef du Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, et au directeur de la Cité de l’architecture et du patrimoine qui ont permis que nous soyons dans cet amphithéâtre et que nous y accueillions ceux qui ont accepté d’être membres du Comité scientifique, ainsi que trois conférenciers, John Ockman, de l’Université de Pennsylvania, Kerstin Renz et Klaus Jan Philip, de l’Université de Stuttgart. Ils ont signé des ouvrages qui font référence dans l’étude de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle. Nous leur souhaitons la bienvenue parmi nous. Sur eux et sur vous, qui êtes venus participer à ces journées, reposent la qualité de nos échanges et de ce projet.

Le projet : l’enseignement de l’architecture au XXe siècle

En octobre dernier, nous le disions, une stratégie nationale pour l’architecture a été lancée par le ministère. Elle vise à renforcer les ancrages scientifiques, professionnels et territoriaux des écoles. Elle a pour objectif de créer un statut d’enseignant-chercheur, de réformer le statut des établissements et de favoriser leur ouverture vers le monde professionnel. Ainsi, nos travaux nous permettrons de comprendre les évolutions de ces écoles et des rapports qu’elles ont entretenus avec le monde universitaire et avec le monde professionnel, et pourront-ils nourrir cette stratégie.

Derrière son apparente stabilité, l’enseignement de l’architecture a en effet connu des évolutions notables durant le XXe siècle. Il a été bouleversé à trois reprises : en 1903, lors de la création des écoles régionales, en 1940, lors de la réorganisation de l’enseignement dans la foulée de celle de la profession, et en 1968, lors de l’éclatement de la section d’architecture de l’École nationale supérieure des Beaux-arts.

En 1903, la création des écoles régionales a été une victoire de la province au terme de longs débats. Sept villes ont été consultées et cinq ont accepté : Lille, Lyon, Marseille, Rennes et Rouen. Puis, dans une seconde vague, ont été créées celles de Strasbourg (1921), Grenoble (1927) et Bordeaux (1928), enfin dans les années quarante, celles de Nancy (1943), Toulouse, Clermont-Ferrand et Nantes (1945 et 1946). A ces écoles, il faut ajouter les ateliers d’outre-mer comme ceux d’Alger (1940), Tunis ou Saïgon… L’École parisienne des beaux-arts constituait le centre de cette constellation et elle figure au cœur de notre projet. L’éclatement de sa section architecture en 1968 et la création des unités pédagogiques d’architecture eurent un impact différent en région et dans la capitale. A Paris, l’explosion provoqua la naissance d’une myriade d’établissements : six au départ, puis neuf  et six aujourd’hui si l’on compte les écoles de Versailles et de Marne-la-Vallée. En province, la continuité l’emporta. Les écoles existantes, petit à petit confirmées, se sentirent passer à l’âge adulte ; deux ont été ajoutées à l’échiquier préexistant, celles de Saint-Étienne et de Montpellier. C’est en s’appuyant sur cet ensemble d’écoles nationales supérieures d’architecture que nous souhaitons travailler.

Partant de ces écoles, l’histoire de leur enseignement nous conduira à en aborder d’autres. Lors de leur création, en effet, les écoles régionales d’architecture ont entretenu des liens étroits avec les écoles régionales des beaux-arts et les universités de leur ville d’élection. Elles ont souvent partagé partie de leurs enseignants et de leurs locaux. Certaines se sont trouvées en compétition avec des écoles préexistantes, comme l’Institut St-Luc, parti de Lille à Tournai, ou l’École nationale technique, créée à Strasbourg du temps du Reischland. Il sera également intéressant de mener des comparaisons avec d’autres écoles qui, jusqu’en 1940, proposèrent des enseignements de l’architecture, telle que l’école Polytechnique, l’École des Ponts et Chaussées, l’École Centrale, l’École spéciale des travaux publics ou l’École des arts décoratifs etc. On cherchera également à comprendre les aspects internationaux de l’École des Beaux-Arts et à confronter son évolution à celle d’écoles étrangères fondées sur son modèle.

Cette histoire est intimement liée à celle du milieu professionnel. Constituées en associations ou même en syndicats, les sociétés professionnelles ont été très présentes dans le débat sur l’enseignement. Elles ont apporté une contribution décisive aux questions de la régionalisation de l’enseignement, de la délivrance d’un diplôme et de la définition des avantages qu’il offrait, et ce, jusqu’à la création de l’Ordre des architectes, en 1940. L’Académie d’architecture, la Société française des architectes, l’Ordre ont depuis pris le relais, impliqués dans ce qui touche à l’enseignement.

Dans ce cadre complexe et mouvant, notre ambition est double. Elle est d’une part d’ouvrir des pistes pour l’écriture de l’histoire de l’enseignement de l’architecture ; elle est aussi d’œuvrer à la conservation des traces qui sont en train de disparaître et de nourrir ainsi les recherches futures, en suscitant la collecte d’archives manuscrites et orales, et en numérisant les sources imprimées devenues rares.

1. Constituer des sources

Faire histoire de l’enseignement est en effet périlleux, aussi périlleux que de faire celle des odeurs. Il faut être le virtuose des archives qu’a été Alain Corbin pour signer Le miasme et la jonquille ; avant tout, il faut des archives. Or rien n’est plus volatil que l’enseignement. L’oralité ne se conserve pas ; quant à l’écrit, aux cours, aux sujets d’exercice, aux travaux d’étudiants… rares sont ceux qui ont été préservés. On rétorquera que l’École des Beaux-arts renferme des trésors. Certes, mais ils sont exceptionnels et tous antérieurs à 1968 – insuffisants donc pour prendre la mesure d’une pédagogie et de ses évolutions. Or, ce que conservent les écoles, ce sont des papiers administratifs, et encore. Les archives les plus importantes quantitativement et qualitativement, sont celles de l’École des Beaux-arts déposées aux archives nationales. Celles des écoles régionales, des unités pédagogiques et des écoles nationales supérieures d’architecture n’ont pas toujours été versées. Aussi, l’une des ambitions de ce projet, déjà engagée grâce au Comité d’histoire, est de les recenser.

Il nous faudra toutefois aller plus loin. Les manuscrits et les dessins sont en effet disséminés. Si quelques-uns sont dans des fonds privés déposés auprès d’archives publiques, la plupart sont dans les greniers de leurs auteurs. Restés en leur propriété, c’est auprès de familles qu’on les trouvera. Il faudra donc d’abord en recenser les auteurs, en s’appuyant en particulier sur le « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) » réalisé sous la direction de Marie-Laure Crosnier Leconte et récemment mis en ligne sur le site de l’Institut national d’histoire de l’art. Cette enquête sera l’occasion de susciter des témoignages oraux, de recueillir des fragments de mémoire que nulle administration n’était en charge de conserver.

Ces sources comprennent également les publications de l’École nationale des Beaux-arts, éditées pour diffuser ses principes et ses résultats aux établissements de province, ainsi que les journaux d’associations, les bulletins de professionnels… Un inventaire de ces documents, rarement réunis dans des collections complètes, sera une première étape ;  leur numérisation pourrait ensuite les mettre à disposition des chercheurs. L’ensemble de ces matériaux, associés aux fonds des sociétés d’architectes et de ceux des conseils régionaux de l’ordre des architectes, constituera un bon terreau pour ces recherches. C’est d’ailleurs pourquoi nous vous proposons d’en scruter l’état, à travers trois tables rondes abordant successivement les archives écrites, les archives orales ainsi que les dessins et imprimés.

2. Les modalités du projet

Notre projet résultera de la réunion d’histoires singulières et d’études thématiques. Se mêleront des monographies d’écoles et des essais sur des sujets aussi divers que les liens entre espace et pédagogie, la fonction sociale des écoles, la centralisation de l’enseignement, le diplôme et la profession, les établissements face aux guerres mondiales, les enjeux doctrinaux et pédagogiques, la féminisation de l’enseignement, les échanges avec l’étranger…

Deux fois par an, durant quatre ans, nous nous retrouverons dans différentes écoles d’architecture ; à l’automne prochain nous aurons le plaisir de vous accueillir à Strasbourg. En 2020, un colloque international conclura ce projet, accompagné de la publication d’un guide des sources et d’une synthèse qui lèvera le rideau, nous l’espérons, sur la richesse de l’enseignement de l’architecture en France au XXe siècle.

 

[Retour vers le sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *