Table-ronde n° 1 – Archives écrites – 3/12

Colloque « Écrire l’histoire de l’enseignement de l’architecture : quelles sources ? quels enjeux ? »
Cité de l’architecture et du patrimoine, 19 février 2016
Sources : états des lieux (tables-rondes)

Table-ronde n° 1 – Archives écrites

Animation : Arlette Auduc, Conservateur en chef du patrimoine (H), Comité d’histoire du Ministère de la culture et de la communication
Vincent Bouat (chef de la mission archives Ministère de la culture et de la communication), David Peyceré (responsable du Centre d’archives d’architecture du XXe siècle, Cité de l’architecture et du patrimoine), Marine Zelverte et Clothilde Roullier (responsable de fonds, Département Éducation-Culture-Affaires sociales, Archives nationales), Jean-Charles Forgeret (chargé d’études, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine), Wilfried Gourdon (chargé de mission, Comité d’histoire du ministère de la culture et de la communication).


Arlette Auduc

Nous allons donc commencer la première table ronde consacrée aux archives écrites, puisque l’ensemble de la matinée va s’organiser autour de cette question des archives.
Pourquoi cette question des archives ? Les premiers intervenants de cette matinée ont déjà dit à quel point il était paradoxal de constater qu’en France s’il y a un intérêt nouveau des chercheurs pour l’histoire de l’enseignement supérieur en général, il y a peu d’ouvrages consacrés à l’enseignement de l’architecture, contrairement à ce qui se passe dans certains pays étrangers, comme nous le verrons cet après-midi. Ce retard français s’explique par de multiples raisons, sur lesquelles on aura l’occasion de revenir, mais une des raisons les plus évidentes est sans doute cette question des sources, et notamment des sources archivistiques.
Une enquête rapide montre l’ampleur de ces sources, absolument considérable, mais aussi leur grande dispersion. De ce fait, ces sources sont mal connues et leur localisation est très incomplète. Dès lors, pour un projet comme le nôtre, qui est un projet global, un projet exigeant, d’une importante ampleur chronologique – l’ensemble du 20ème siècle-, la question préalable est celle des archives. Il ne peut y avoir de recherche si cette question-là n’est pas réglée.
Notre objectif premier a donc été de lancer une vaste enquête d’inventaire des sources, une enquête toujours en cours, dont le comité d’Histoire a été chargé par l’ensemble des chercheurs. Il est aidé par la mission archives du ministère de la Culture et soutenu par le service de l’Architecture. Cette enquête suppose la collaboration de toutes les institutions susceptibles de disposer de documents, ces institutions à qui nous avons adressé un questionnaire qui sera complété ensuite par des entretiens directs.
Dans cette première table ronde, nous allons donc essayer d’interroger quelques grands établissements, les plus importants dans le domaine des ressources archivistiques, pour essayer de répondre à ces questions préalables que nous nous sommes posées. Et d’abord celle de cette dispersion des sources. Sans être exhaustifs, il nous faut savoir qui dispose de quoi, et nous essaierons à travers quelques exemples, de montrer la richesse des ressources et les enjeux de leur connaissance. Chemin faisant, peut-être ferons nous émerger d’autres sources et d’autres lieux que nous ne connaissons pas encore et qui viendront enrichir notre quête.
Le premier intervenant sera Vincent Bouat, conservateur du Patrimoine, et chef de la mission Archives au ministère de la Culture et de la Communication. Il va nous rappeler quelques éléments de base qui sont essentiels pour la suite du projet, et d’abord, se livrer à un rappel rapide du cadre réglementaire en matière de versements et de conservation des archives publiques. Peut-être en nous expliquant ce qu’est une archive publique et en évoquant la question des archives privées, sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir au cours de notre table ronde et de nos débats.


Vincent Bouat

On a évoqué la question de la dispersion des sources, de la variété des typologies d’archives. Je voudrais d’abord définir le point commun de toutes les archives produites par les écoles nationales supérieures d’architecture sur tout le territoire, qui est que ces archives sont des archives publiques. Le code du patrimoine donne la définition des archives publiques, notamment dans l’article L.211.4, et cette définition est très claire : il s’agit des «documents qui procèdent de l’activité, dans le cadre de leur mission de service public de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics et des autres personnes morales de droit public ou des personnes de droit privé chargées d’une telle mission, les actes et documents des assemblées parlementaires… etc. » On voit dans la première partie de la définition que tous les documents produits par les écoles nationales sont donc des archives publiques. Elles appartiennent au domaine public mobilier, c’est-à-dire qu’elles sont inaliénables et imprescriptibles. Donc on ne peut pas les céder et elles ne peuvent sortir du domaine public.

Il est à noter, notamment dans les débats en cours sur le projet de loi « création, architecture et patrimoine », que dans les travaux actuels, on élargit la définition des archives publiques aux données. C’est surtout pour insister sur la nature des documents numériques qui sont eux aussi des archives. Donc, cela implique un certain nombre d’obligations pour les écoles d’architecture, et c’est au bénéfice des archives elles-mêmes et des sources.

Un autre texte peut-être essentiel sur lequel il convient de revenir, est la circulaire du premier ministre du 2 novembre 2001. Cette circulaire est essentielle pour la conservation des archives, puisqu’elle porte sur la gestion des archives dans les services et les établissements publics de l’Etat. Elle rappelle le caractère indispensable des archives pour plusieurs raisons. D’abord dans le bon fonctionnement des services publics, en permettant la continuité du service public, mais également pour reconstituer l’historique des dossiers, répondre aux questions qui peuvent être posées par les citoyens ou même par les étudiants, et elle insiste sur l’enjeu démocratique que représente une bonne gestion des archives, puisqu’elle permet l’exercice des droits. Enfin, cette circulaire du premier ministre rappelle justement l’importance des archives comme source irremplaçable pour l’enseignement et la recherche en sciences humaines.

Elle met en avant plusieurs points. D’abord l’obligation dans les établissements publics de l’Etat d’avoir une gestion des archives et une cellule chargée de cette gestion. J’insiste sur ce point : chaque établissement est supposé avoir une personne responsable de ses archives ou, au mieux, un archiviste. De la même manière, ces archives doivent être pourvues de moyens adéquats et suffisants, notamment en termes de dépôt, pour éviter la déperdition des sources et éventuellement leur élimination.

Il est également rappelé que ces archives, quand elles deviennent historiques et qu’elles sont donc, définitives, doivent être versées dans un dépôt d’archives publiques. Pour les écoles d’architecture, ce sont évidemment les Archives Nationales qui sont destinataires des fonds, mais, j’y reviendrai, il peut arriver que des archives départementales reçoivent les versements.

Enfin, cette circulaire revient sur la question du contrôle scientifique et technique de l’Etat sur les archives, qui est effectué par les archives de France et permet de veiller à ce qu’elles soient bien gérées, avec des visites sur place et sur pièce, effectuées pour le ministère de la Culture par la mission que je dirige qui aide aussi et qui conseille les producteurs dans le cadre de l’archivage intermédiaire. Sont donc concernées les archives que l’on peut avoir tendance, à tort d’ailleurs, à appeler les archives administratives, et les éliminations.

Pourquoi est-il important de verser les archives publiques dans les dépôts d’archives adéquats ? On l’a dit, il s’agit d’éviter la dispersion des sources et, dans notre cas, je dirais que le problème n’est pas tant un manque de sources qu’une méconnaissance de ces sources. Donc, quand on procède à des versements dans des services d’archives publiques, ces documents vont être reclassés, on va mettre en forme des instruments de recherche qui permettront un meilleur accès aux chercheurs. Et ces instruments de recherche répondent à des normes sur lesquelles je ne vais pas m’attarder, mais qui sont des normes qui se sont généralisées ces vingt dernières années et qui permettent d’améliorer l’accès à l’information.

Il existe également d’autres outils normatifs, notamment au niveau de la diffusion de ces instruments de recherche sur Internet ou sur des portails dédiés, qui permettent le croisement des informations.

Les archives des écoles nationales supérieures d’architecture sont des archives publiques, et les agents employés par les écoles d’architecture sont des agents, à titre permanent ou temporaire, de l’État qui produisent des archives publiques. Dans le cadre des enseignements dispensés dans les écoles d’architecture, les architectes –enseignants produisent des archives qui sont publiques, et qu’il ne faudra pas confondre avec celles qu’ils peuvent produire comme architectes à titre privé, dans le cadre de leurs travaux et de leurs activités dans leur agence.

De la même manière, les archives des laboratoires et des enseignants chercheurs qui sont souvent associés au CNRS, sont aussi des archives publiques, et sans m’avancer sur ce que pourront dire mes collègues des archives nationales, il y a déjà eu des versements qui ont été effectués par le biais de la mission des archives, notamment le fonds de l’Institut Parisien de Recherche, Architecture, Urbanisme et Société (IPRAUS), qui est abrité par l’école de Paris-Belleville, et qui a été versé aux Archives nationales, et dans lequel on trouve l’ensemble des sources administratives et scientifiques, même si les archivistes n’utilisent qu’une seule distinction : archives publiques ou privées. Mais pour nous, c’est un fonds global dans son intégrité, qui permet de comprendre l’ensemble du fonctionnement du laboratoire.

On trouve des documents extrêmement variés dans ce type de versement. Par exemple des dossiers d’instance, comme les conseils d’administration, qui permettent de voir le fonctionnement des établissements, le suivi budgétaire lui aussi intéressant dans le cadre de l’étude et le développement des écoles d’architecture, mais aussi des travaux liés à la pédagogie comme les TPFE d’élèves ou des supports d’enseignement et de communication. Ces fonds riches et variés dessinent un panorama de la vie d’une école sur une période longue.

Cela dit, pour rassurer nos collègues qui ont parfois des réticences à verser, et à considérer même le caractère public des archives, il faut rappeler que leur communicabilité est extrêmement réglementée et que la loi du 15 juillet 2008, qui modifie le code du patrimoine, a largement précisé les catégories d’archives et les délais de communication visant à protéger les intérêts des citoyens. Je vais en prendre deux exemples. D’abord, tout ce qui concerne la vie privée, les jugements de valeur, les documents qui révèlent un comportement dans des conditions dont la divulgation pourrait nuire à son auteur, sont communicables au terme d’un délai de 50 ans. Pour le secret médical c’est 25 ans, à compter de la date de décès de l’intéressé ou 120 ans si la date est inconnue. Donc, il est clair que les archives, lorsqu’elles sont versées dans un service d’archives publiques, doivent être normalement librement communicables dès leur création, mais sont protégées pour permettre d’éviter la divulgation d’informations sensibles.

De la même manière, il y a la question qui peut intéresser les chercheurs ici présents, c’est le rapport au code de la propriété intellectuelle. En effet, si sont réutilisables tous les fonds d’archives publiques classés et librement communicables, les documents sur lesquels il existe des droits de propriété intellectuelle ne sont pas réutilisables. Cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas communicables, ils ne sont pas réutilisables. C’est-à-dire que le service d’archives ne peut acquérir que la propriété matérielle des documents et pas leur propriété intellectuelle. Donc les droits moraux et les droits patrimoniaux sont conservés par les auteurs, et il revient à la charge du service qui conserve les documents de faire en sorte de protéger ces droits.

Lorsque l’œuvre en revanche a été divulguée, l’auteur ne peut interdire la reproduction à usage privé, ni le droit de citation, ni la reproduction à des fins de conservation par les services d’archives, entre autres.

Voilà donc, rapidement, la protection de certains des droits afférents aux archives. Concernant les archives des écoles d’architecture, de grands chantiers ont été menés par la mission. Nous avons été amenés à nous déplacer dans plusieurs écoles, et comme le disait Monsieur Gross, les écoles sont souvent liées au territoire. De ce fait, je pense qu’il est important de rappeler l’existence d’une circulaire émise par la Direction générale des patrimoines, Service interministériel des archives de France, la circulaire 2020, qui permet, dans certains cas, la délégation du contrôle et de la collecte des archives des opérateurs aux archives départementales. Je cite l’exemple de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne, avec laquelle nous avions mené un chantier d’archives, qui les a versées aux archives départementales d’Ile et Vilaine, puisque ces archives départementales avaient déjà eu des versements antérieurs, lorsque l’école des Beaux-Arts de Rennes existait et était liée à l’école d’architecture. Une convention a donc été signée qui permet de laisser les sources à proximité immédiate de l’école. Les étudiants peuvent les consulter de manière plus simple et cela ne peut que faciliter la politique d’archivage à venir. Dans ce domaine, les archivistes ont aujourd’hui des enjeux majeurs à relever. Je veux parler, bien sûr, des archives numériques, mais aussi de toutes les questions liées aux enseignements et aux délais de communicabilité qui font que les écoles ont à gérer des fonds d’archives de plus en plus importants et qui ont encore une utilité administrative au sein même de leur établissement. Nous avons donc encore de beaux chantiers devant nous. Je pense qu’il y a encore des fonds d’archives à découvrir et à décrire, et je suis ravi que ce projet avec le comité d’Histoire et l’école d’architecture de Strasbourg puisse se poursuivre.


Arlette Auduc

Maintenant que les questions réglementaires sont posées, nous allons essayer de comprendre où se situent les archives qui nous intéressent et ce qui les constituent. A tout seigneur, tout honneur, il vient de nous être dit que c’est aux Archives nationales, que doivent être normalement versées, et que donc doivent se trouver, les archives concernant l’enseignement de l’architecture.
Je vais donc laisser la parole Clothilde Roullier, qui est chargée d’études documentaires, et responsable de fonds au département Education, Culture, Affaires sociales des Archives nationales, et à Marine Zelverte conservatrice du Patrimoine et responsable du pôle Culture-Beaux-Arts à ce même département Education, Culture, Affaires sociales ,
Je voudrais que vous nous décriviez les ressources, nous concernant, des archives nationales, à la fois dans principaux fonds publics et privés. Et peut-être aussi, ce qu’on ne trouve pas aux archives nationales. Nous essaierons de comprendre ensuite pourquoi certaines sources vous échappent, et où est-ce qu’elles se trouvent.


Clothilde Roullier

Nous sommes venues à deux, mais en fait nous aurions dû venir à cinq pour représenter tous les archivistes des Archives nationales qui sont vos interlocuteurs potentiels sur les fonds relatifs à l’histoire de l’enseignement de l’architecture, parce que, au-delà des fonds dépendant du ministère de la Culture, il faudrait aussi quelqu’un qui représenterait les archives du ou des ministères chargés de l’Urbanisme et de l’Équipement, mais également les archives privées d’architectes, puisque les Archives nationales possèdent également un certain nombre d’archives privées d’architectes.

Pour ce qui me concerne, je vais vous parler presque uniquement et brièvement des archives de l’École nationale supérieure des beaux-arts. mais avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais retracer les perspectives et envisager les problèmes, les questionnements, que pose ce projet de recherche sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture. Il faut d’abord savoir de quoi on parle, et sur quoi on souhaite chercher. Est-ce qu’on souhaite seulement aborder la question de la trace, de la transmission et de la production pédagogiques, donc se limiter aux archives des écoles ?…Il me paraît nécessaire de croiser les sources, donc de s’intéresser également aux réflexions menées à un niveau supérieur de la hiérarchie en examinant les fonds produits par le cabinet du ministre de la Culture, ainsi que par les ministères chargés de l’Équipement et de l’Urbanisme, et de scruter également les fonds de la présidence de la République et du Premier ministre, où on trouve aussi des dossiers concernant ces sujets.

L’extension des thèmes couverts est aussi à envisager. Il y a des articulations un peu subtiles, puisque l’architecture est en relation avec l’urbanisme, le paysage mais aussi l’architecture intérieure, notamment.

Pour ma part, je suis responsable, aux Archives nationales, des fonds de l’École nationale supérieure des beaux-arts et de l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Dans ces deux fonds, on trouve des éléments relatifs à l’enseignement de l’architecture, et pas seulement des programmes – je souhaite insister sur ce point – même si nous n’avons pas en théorie, mais en pratique non plus, les travaux des élèves. Ces derniers ont été en petite partie conservés, mais de façon non systématique, par les écoles en question, dans leur bibliothèque respective.

Toutefois, il ne serait pas juste de dire que les Archives nationales ne conservent pas de travaux d’élèves architectes ayant étudié dans ces deux écoles. En effet, on relève, par-ci, par-là, quelques travaux d’élèves. Il arrive que l’on trouve des documents graphiques dans les dossiers. Donc, il faut aller regarder finement dans les instruments de recherche, puis dans les dossiers.

Ainsi, je peux vous montrer une production écrite, une copie d’examen de culture générale d’un élève candidat à l’ENSBA ou dans une école régionale d’architecture, en 1947. Le sujet de l’épreuve était : « Comment définiriez-vous l’architecture ? Et d’autre part, puisque vous vous destinez à cette carrière, qu’est-ce qui vous y a le plus particulièrement poussé ? »

On trouve également des libellés de sujets d’examens et de concours de composition d’architecture dans le fonds de l’ENSAD. On voit les notes obtenues par les élèves, avec un rappel des épreuves telles que : une cabane sur une île déserte, l’aménagement d’une terrasse dans un immeuble ou un guignol dans un jardin public, en 1961-1962.


Marine Zelverte

Je vais, pour ma part, insister plutôt sur les archives de la période post 1968 conservées aux Archives nationales, en présentant rapidement trois grands ensembles : d’abord les archives des écoles d’architecture, puis les archives de l’administration centrale et les archives de cabinets, et enfin très brièvement les archives privées ou mixtes, et notamment les archives d’architectes.

Commençons par les archives des écoles d’architecture. Les Archives nationales conservent les archives des écoles parisiennes qui ont été créées en 1968 pour remplacer la section architecture de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts. Ce sont des fonds très riches qui contiennent des typologies de documents très diverses qui vont toutes être utiles pour faire une histoire de l’enseignement de l’architecture, y compris des archives purement administratives, mais dont je ne vais pas beaucoup parler aujourd’hui. Je vais plutôt me concentrer sur les archives de l’enseignement, les archives pédagogiques.

Le premier axe que l’on peut étudier à partir de ces fonds, c’est la définition des enseignements. Pour cela, on dispose notamment de séries de programmes des enseignements qui permettent d’avoir une vision synthétique et sur une large tranche chronologique de tous les enseignements dispensés dans ces écoles, qu’il s’agisse de la formation initiale, de la formation continue, ou de la formation post-diplôme. Pour mieux cerner certains enseignements, on dispose aussi souvent des dossiers d’habilitation qui détaillent le contenu de chaque formation, les moyens qui y sont affectés, les budgets, l’organisation pédagogique et également le fonctionnement de ces formations avec par exemple des rapports d’activité.

La définition des enseignements peut être également étudiée à partir des débats qui ont été menés à l’intérieur des écoles, notamment à travers les comptes-rendus et les procès-verbaux des réunions du comité des études qui permettent de suivre tous les débats de la séance, en donnant la parole aux professeurs, mais aussi aux élèves et aux personnels administratifs. Sachant qu’il existe en réalité dans ces fonds d’écoles de multiples sous-fonds de commissions pédagogiques, que ce soit des sous-commissions liées à une discipline, le conseil des professeurs, ou encore la commission des équivalences. On a ainsi un point de vue mêlant plusieurs types d’accès.

Autre point, plus simple : le contenu de la formation, qui peut être étudié à partir des cours déposés dans les fonds des écoles, des dossiers documentaires distribués aux élèves ainsi que des exercices qui leur sont proposés. On conserve aussi beaucoup de sujets et de copies d’examens, ainsi que des séries, vraiment très volumineuses, de travaux personnels de fin d’études des étudiants, qui constituent parfois des versements à part entière, en fait les plus volumineux des écoles d’architecture.

Le troisième axe, ce sont des réflexions plus générales sur l’organisation de l’enseignement de l’architecture et sur les grandes réformes menées au niveau national, avec là encore la possibilité d’étudier le point de vue des écoles et des professeurs, et également celui des élèves.

J’en ai choisi deux exemples. Le premier concerne la réforme de la carte scolaire en Île-de-France, qui a été débattue entre 1998 et 2000, et qui a abouti à deux décrets de 2001 modifiant la carte scolaire des écoles parisiennes. Dans le fonds de l’école de Versailles on trouve les documents commandés par la direction de l’architecture et du patrimoine, donc l’avis de l’école sur les projets de réforme, mais aussi des documents plus spontanés qui émanent des professeurs ou du personnel administratif, avec par exemple des lettres ouvertes, de la correspondance ou diverses notes de réflexion.

Quant au point de vue des élèves, il apparaît aussi ponctuellement, même si c’est un peu moins fréquent, par exemple lors de la grève de 1975, qui a eu pour origine des problèmes budgétaires et de locaux mais qui s’est élargie. Dans le fonds de l’école de Paris-Conflans, on conserve ainsi des documents accumulés par les étudiants et permettant de rendre compte du mouvement à l’échelle nationale, notamment avec des tracts, des communiqués ou un état de la grève dans les différentes UP de Paris ou de province.

C’était là les principaux aspects que l’on peut évoquer concernant les fonds des écoles d’architecture, mais il y a énormément d’autres sujets de recherche possibles : suivi du personnel, gestion budgétaire, gestion mobilière et immobilière, relations extérieures, manifestations scientifiques…

Le deuxième grand type de fonds, ce sont les archives de l’administration centrale et du cabinet du ministre, sachant que le ministre en question a varié, puisque la tutelle sur les écoles d’architecture a été exercée par plusieurs ministères successifs. Ces fonds permettent de comprendre les évolutions de l’enseignement de l’architecture à un niveau supérieur en l’étudiant plutôt comme le résultat d’une politique publique et pas seulement comme une politique pédagogique menée au sein des écoles. Ce qui permet aussi d’avoir une vision des écoles d’architecture sur tout le territoire.

Le principal niveau, c’est celui de l’administration de tutelle qui est, pour simplifier, la direction de l’architecture, qui a pu changer de nom selon les périodes, et qui a aussi changé de tutelle en passant du ministère de l’Éducation nationale au ministère des Affaires culturelles, au ministère de l’Environnement et du Cadre de vie, avant de revenir au ministère de la Culture. Dans ces fonds, les dossiers de direction du Directeur lui-même ont évidemment un grand intérêt, puisqu’ils permettent notamment de suivre l’élaboration des réformes de l’enseignement de l’architecture, avec en particulier des documents très précieux comme la correspondance, des notes de collaborateurs, les comptes-rendus des réunions et aussi de nombreux rapports commandés par le directeur, qui sont annotés, commentés, etc. On a également les archives des sous-directions et des bureaux qui sont, à un niveau plus opérationnel, chargés du suivi de l’enseignement de l’architecture. Je voudrais mentionner notamment la sous-direction des enseignements et de la recherche, qui est chargée du travail de préparation de la réglementation ou du travail de réflexion, de collecte de données, de conduite des consultations nationales auprès des écoles et des syndicats. Également le bureau des écoles d’architecture qui est en charge du suivi régulier des écoles, et dans les fonds duquel on peut suivre le traitement des demandes d’habilitation des formations, des demandes d’évaluation, ou tout ce qui concerne le suivi financier des établissements.

Au-delà de ces directions spécialisées, il faut ne pas oublier les directions générales, et notamment au ministère de la Culture la direction de l’Administration générale, qui a en charge des politiques transversales pouvant concerner de près ou de loin l’enseignement de l’architecture. Par exemple, on peut avoir intérêt à consulter les fonds du département des études de la prospective et des statistiques, ou les fonds du service des enseignements artistiques.

Les versements de l’inspection contiennent aussi de nombreux rapports d’inspection (ainsi que la documentation collectée pour les élaborer) sur beaucoup d’écoles d’architecture, tant en Île-de-France qu’en province.

Il faut enfin évoquer les archives de cabinets, qui sont indispensables à l’étude des réformes en complément des archives de l’administration. Elles éclairent à la fois la collecte d’informations et les processus de consultation, les mécanismes de prise de décision et la politique de communication menée par le ministre et ses conseillers techniques. L’intérêt de ces fonds réside plus particulièrement dans les notes, la correspondance, les projets de textes, les discours, les communications en conseil des ministres ou les revues de presse. Ils permettent d’élargir le champ jusqu’au niveau interministériel, ce qui est plus rare dans les archives de l’administration. Ces archives sont riches dès le cabinet d’André Malraux, dont le fonds contient notamment plusieurs cartons concernant la réforme de l’enseignement de l’architecture de 1968, avec en fait toute la préparation du dossier depuis les années 1950.

Le tout dernier axe, ce sont les archives d’architectes que nous collectons également aux Archives nationales. J’ai choisi ici un exemple particulièrement représentatif qui est celui du fonds Marion Tournon-Branly, dont la carrière a été très marquée par l’enseignement, de la section d’architecture des écoles d’art américaines de Fontainebleau à l’école d’architecture de Paris-Tolbiac, en passant par de nombreuses autres écoles, y compris à l’étranger. Le sommaire de l’instrument de recherche qui décrit l’un de ces versements suffit à en montrer la richesse. Il contient en effet l’ensemble des cours de Marion Tournon-Branly, donc son travail personnel d’enseignante, mais ce qui est plus surprenant et ce à quoi on ne pense pas forcément mais qu’on découvre en lisant l’instrument de recherche, c’est qu’il contient aussi beaucoup de documents qui concernent les autres professeurs ainsi que les élèves.

Je conclus là ce panorama très rapide et tout à fait incomplet, mais qui j’espère a présenté quelques principaux ensembles de fonds.


Arlette Auduc

Merci de nous avoir montré la quantité absolument formidable et surtout la richesse de ces fonds des Archives nationales, à la fois en termes d’archives publiques et privées. Et pourtant il n’y a pas tout aux Archives nationales. Cette dispersion est l’héritage de notre histoire et de l’évolution de notre fonctionnement administratif et, sans vouloir être exhaustifs, nous allons faire un zoom rapide sur deux autres grandes institutions qui reçoivent des archives. On a beaucoup parlé jusqu’à maintenant des écoles d’architecture, de la formation des architectes, disons, opérationnels, constructifs, des architectes de la création architecturale. Or une des spécificités françaises c’est aussi de former des architectes qui se consacrent au patrimoine, à l’architecture ancienne, ceux qu’on appelle, très vite, les architectes du patrimoine, et qui depuis la fin du 19ème siècle sont formés dans cette maison qui nous accueille aujourd’hui, à l’école de Chaillot. Elle forme des architectes du patrimoine, architectes en chef des monuments historiques, puis architectes ordinaires devenus architectes des bâtiments de France, Architectes urbanistes de l’État…. On n’aura pas l’occasion de revenir sur toutes ces terminologies, mais vous savez tous ce que sont ces architectes qui vont se consacrer à la rénovation et à la restauration de notre patrimoine et je veux insister sur cette excellence-là qui caractérise aussi les formations françaises et rendre hommage à l’École de Chaillot qui la dispense. Je vais maintenant laisser la parole à Emmanuel Pénicaut, qui est conservateur du patrimoine, directeur adjoint de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine qui accueille, notamment, ces archives-là, sans l’étude desquelles toute histoire de l’enseignement de l’architecture serait incomplète. Je vais vous demander de nous présenter les fonds de la Médiathèque, et aussi de nous expliquer comment ces fonds existent, pourquoi ils ne sont pas aux Archives nationales, en sachant que toutes les archives de cet enseignement ne sont pas encore versées à la Médiathèque et qu’une grande partie, la plus récente, de ces archives est toujours ici à l’école de Chaillot, où elles sont conservées.


Emmanuel Pénicaut

On sait que les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés, et même au ministère de la Culture, l’ensemble des archives produites par les services du ministère n’est pas versé aux Archives nationales. Comme souvent pour comprendre cela, il faudrait regarder l’histoire du ministère. En l’occurrence, il s’agit de l’histoire de l’administration des monuments historiques qui, à partir de la création de la commission dans les années 1830 – c’est une histoire qu’Arlette Auduc connaît bien -, a accumulé des archives et de la documentation sur ces monuments qu’on décidait désormais de protéger, de classer, et qui d’une certaine façon entraient dans une nouvelle phase administrative. Le classement a entraîné très vite des déclarations préalables de travaux, la formation – cela vient d’être rappelé – d’un corps particulier d’architectes, liés à ces monuments historiques, et la production d’archives, mais qu’on a dans un premier temps regardées principalement comme de la documentation sur ces monuments. Il a paru donc logique que la commission garde auprès d’elle cette documentation qui petit à petit s’est enrichie, dont l’accroissement a été réglementé, au point de former un véritable fonds d’archives. Je dis souvent qu’on ne peut pas réduire les fonds de la médiathèque de l’architecture et du patrimoine, ni à un véritable fonds d’archives, ni à un véritable fonds documentaire. Les spécialistes de l’écrit comprendront cette distinction un peu subtile, mais toujours est-il que l’administration des monuments historiques a toujours considéré qu’elle avait besoin de conserver auprès d’elle les fonds relatifs aux monuments historiques.

J’ai pris mes fonctions il y a quelques mois, et je constate à quel point, aujourd’hui encore, l’actuelle sous-direction des monuments historiques est restée très proche de son service d’archives, et mutuellement, et c’est toujours quelque chose d’assez gratifiant pour un service d’archives de voir à quel point il peut être utile à l’administration à laquelle il est relié. Cela dit, les relations avec les archives nationales sont excellentes et ne sont appelées qu’à s’améliorer encore.

Que sont ces fonds de la médiathèque de l’architecture et du patrimoine ? Certains d’entre vous connaissent ce petit service installé aujourd’hui à Charenton, dans les locaux de l’ancienne école d’architecture de Paris. Ce sont 6 ou 7 kilomètres d’archives, qui concernent principalement les monuments et les objets protégés, les travaux qui y sont menés, les reproductions de ces monuments essentielles depuis que l’administration les considère comme devant être conservés dans leur état d’origine. Il se trouve que les architectes des monuments historiques ont une obligation réglementaire de versement de leurs archives à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, dans la mesure où ces archives concernent des monuments protégés. Et du coup, nous collectons très régulièrement des fonds d’architectes.

L’histoire des services d’archives et de la production d’archives n’est jamais parfaitement linéaire. Naturellement, on trouve toujours dans les services des fonds qu’on ne devrait pas y trouver et qu’on ne s’attend pas à y trouver. En matière d’enseignement de l’architecture, le fonds principal que conserve la médiathèque de l’architecture et du patrimoine, c’est justement le fonds des cours des archives du Trocadéro, devenu l’école de Chaillot. Arlette Auduc a rappelé à l’instant qu’il y avait encore un certain nombre d’archives de cette école conservées ici même. Et de fait, le fonds des cours du Trocadéro et de Chaillot est, pour reprendre l’expression d’Anne-Marie Châtelet «exceptionnel et antérieur à 68 dans sa plus grande partie ». Il représente une quinzaine de cartons, dans lesquels on a vraiment beaucoup de documents très précis, très bien organisés, sur ces cours des années 1900 jusqu’aux années 50 principalement. Il y a à la fois les dossiers d’élèves, cette typologie a été exposée par Marine Zelverte à l’instant, et de nombreux cours sur l’architecture médiévale, de la Renaissance, de l’époque moderne, mais pas encore contemporaine, donnés par les grands noms des architectes en chef des monuments historiques. On a les cours d’Aubert, de Boeswillwald, les cours de Froidevaux, de Formiger, de Deneux, de Danis, tous ces grands noms de l’architecture des monuments historiques dans les deux premiers tiers du vingtième siècle. Le fonds n’est pas clos. Un certain nombre d’architectes, aujourd’hui encore, quand ils nous versent leurs archives, nous versent également leurs cours donnés à l’école de Chaillot, ce qui fait qu’en réalité, pour la période qui va du dernier tiers du 20ème siècle au début du 21ème, nous avons des fonds complémentaires de ceux qui sont restés ici. Et tôt ou tard, certainement ces deux fonds seront réunis.

Donc, les fonds essentiels pour ce projet sont ceux des cours du Trocadéro, devenu école de Chaillot. Un autre fonds intéressant, est celui des concours d’ACMH. L’administration des monuments historiques nous verse régulièrement ses archives, et parmi ces archives, se trouvent celles de l’organisation des concours qui ont lieu à des dates très irrégulières. On y trouve des travaux, en réponse aux épreuves du concours qui sont tout simplement intéressants pour avoir un regard à un moment donné sur l’exercice du métier d’ACMH et la conception que se font les architectes des monuments historiques de leur métier.

Le dernier point qui est plus modeste et qui en réalité complète les fonds des archives nationales, et ceux que nous présentera très certainement David Peyceré, ce sont des fonds privés d’architectes ou d’administrateurs. Nous avons dans le fonds Paul Léon, les cours donnés par l’ancien directeur général des Beaux-arts au Collège de France sur l’architecture. Et quand des architectes en chef nous versent leurs archives, assez souvent nous trouvons des travaux d’élèves, des travaux qui remontent à leur jeunesse. Nous avons récemment récupéré les fonds de Pierre et Maurice Lotte, dans lesquels se trouvaient tous les travaux d’élèves de ces deux architectes importants.

Pour reprendre ce que disait Arlette Auduc à l’instant, c’est un domaine un peu spécifique que celui des monuments historiques qui a formé ses propres architectes, qui a sa propre tradition, ses propres conflits dans l’enseignement de l’architecture. Je ne rappellerai pas les époques mémorables de la fin du 19ème siècle où s’affrontaient des conceptions opposées sur la restauration, qui avaient par conséquence des incidences indirectes sur la formation des architectes des monuments historiques. C’est ce fonds très spécifique, assez précis et plutôt bien conservé et quand même bien étudié qui est toujours disponible pour de nouvelles recherches et de nouvelles interrogations.


Arlette Auduc

Après ce fonds extrêmement riche, voyons un fonds qui nous fait basculer à l’autre extrémité de notre recherche, et puisque nous sommes dans cette grande maison qu’est la Cité de l’architecture et du patrimoine qui abrite d’un côté l’école de Chaillot, et de l’autre le Centre d’archives d’architecture du xxe siècle, il ne nous aurait pas été pardonné de ne pas donner la parole à David Peyceré, lui aussi conservateur du patrimoine et responsable de ce centre d’archives d’architecture du 20ème siècle. Grâce à lui, nous allons pouvoir aborder une question que Vincent Bouat a juste évoquée tout à l’heure, qui est celle des archives privées, et donc des archives d’architectes que l’on retrouve en grand nombre dans ce centre d’archives.


David Peyceré

La problématique a déjà été en partie abordée par Marine Zelverte et par Emmanuel Pénicaut. Je voudrais revenir sur les raisons pour lesquelles on a collecté des archives d’architectes. Cette pratique n’est pas très ancienne, puisqu’elle ne devient un peu courante, puis assez systématique, que peu avant les années 1980 et la grande collecte initiée par l’Institut français d’architecture, et, au même moment, en régions, par diverses associations, même si certains fonds d’architectes, aux Archives nationales notamment, sont collectés plus tôt.

Dans une certaine mesure, ces archives d’architectes doublonnent les archives publiques, puisque l’architecture construite est largement documentée dans les archives publiques de maîtrise d’ouvrage publique et dans les archives des institutions de contrôle de l’architecture, de délivrance des permis de construire, etc.

Les archives des architectes, de la maîtrise d’ouvrage privée, etc. apportent cependant beaucoup d’autres éléments, et l’élément qui concerne l’enseignement de l’architecture n’y est évidemment pas l’élément central. On ne les a pas collectées pour y trouver des archives sur l’enseignement.

Je voudrais rapidement rappeler les autres éléments qui ont justifié cette collecte. Le premier, c’est que l’on y trouve les dossiers relatifs à la maîtrise d’ouvrage privée, tout ce qui n’est pas maîtrise d’ouvrage publique, et qui n’est donc documenté dans les archives publiques que par les permis de construire. On y trouve aussi ce qui concerne les projets non suivis d’exécution, les concours, les projets abandonnés, tout ce qui est élaboré avant, après ou en parallèle des plans réglementaires, et notamment tout ce qui concerne la conception, qui évidemment ne se lit que dans les archives privées des architectes. Ces fonds d’archives permettent aussi de reconstituer des carrières individuelles infiniment mieux qu’on ne peut le faire au travers des archives publiques.

Mais dans ces archives d’architectes, à côté des dossiers concernant leur carrière d’architectes, il y a aussi des dossiers plus personnels relevant d’autre chose que des projets architecturaux. Et notamment, pour beaucoup d’entre eux, des archives concernant, soit l’enseignement qu’ils ont dispensé, soit plus souvent encore l’enseignement qu’ils ont reçu.

Comme on l’a déjà beaucoup dit aujourd’hui, il y a par rapport à l’enseignement de l’architecture un avant et un après 68. Après 1968, avec la création de nouvelles écoles, de nombreux architectes sont recrutés dans les écoles d’architecture, ainsi que beaucoup d’autres professionnels d’ailleurs, et beaucoup d’entre eux orientent leur activité sur l’enseignement, ou en font une part plus essentielle qu’ils ne l’avaient fait jusque-là. Aussi la génération à laquelle nous commençons à nous intéresser pour la collecte de leurs archives, ceux qui ont été actifs dans les années 1970-1980, est peut-être encore plus concernée par cette histoire.

Il faut donc distinguer les archives des architectes en tant qu’étudiants et en tant qu’enseignants. En tant qu’étudiants, ils ont très souvent conservé des documents relevant de leurs études. Il s’agit la plupart du temps de documents graphiques, de dessins d’école, mais aussi parfois de notes de cours. Pour ne prendre qu’un exemple, important, on trouve des notes de cours dans les archives de François Vitale, lui-même plus tard enseignant, mais d’abord élève à l’École centrale des arts et manufactures autour de 1920, puis élève à l’école des Beaux-Arts de 1920 à 1927. On trouve dans ses archives aussi bien des cahiers avec des notes de cours manuscrites extrêmement soignées, probablement recopiées après coup, que des cours polycopiés ou des énoncés d’examens.

La seconde source, celle sur l’enseignement que les architectes dispensent eux-mêmes, est beaucoup plus rare. Nombre d’enseignants ne conservent que quelques archives sur leur enseignement et ces archives contiennent un peu de tout. Il y a des notes de préparation de cours, mais aussi, souvent, des éléments plus administratifs. Également, parfois, des documents qui servaient d’illustrations, comme des plaques de verre de projection ou des diapositives. En termes archivistiques, la question du statut, donc du lieu de conservation de ces documents se pose, j’en ai pris conscience récemment, et c’est ce que Vincent Bouat vient de dire : ce sont des documents publics, puisque les architectes effectuent, lorsqu’ils enseignent, une mission de service public. Bien sûr, ils n’ont jamais pensé que c’étaient des documents publics, ils n’ont jamais pensé à les laisser à l’école où ils enseignaient, et s’ils les donnent, c’est au milieu de leurs archives privées, qui deviennent lors du don des archives publiques d’origine privée. Sans doute la question n’est-elle pas très grave, mais récemment, lorsque nous avons recueilli les archives de Bernard Huet, nous avons envisagé avec Vincent que les archives concernant son enseignement rejoignent les archives de l’école d’architecture de Belleville, et donc les Archives nationales. Dans ce cas précis nous avons constaté que ce qui se trouvait dans son agence ne concernait justement pas son enseignement, et, à part un ou deux cartons, il n’y a pas eu à faire ce départ, mais si nous devions le faire dans certains cas, il serait assez complexe.

Pour Robert Joly par exemple, qui était enseignant à UP6 dans les années 1970-1980, et auteur de nombreux articles et ouvrages – un auteur tout autant qu’un enseignant et qu’un architecte –, les dossiers concernant l’enseignement et les projets de textes sont rangés ensemble. Ce sont des chemises empilées et mélangées, et cette confusion matérielle semble bien témoigner d’une véritable interaction constante et tout à fait naturelle entre sujets de recherche et sujets d’enseignement.

Parmi les archives conservées à la Cité de l’architecture, je voudrais évoquer quatre ensembles d’archives d’enseignants qui montrent des pratiques et des sources différentes. Le plus ancien des quatre est celui d’Auguste Perret, enseignant, brièvement, au milieu des années 1920, à l’atelier du Palais de Bois, et ensuite, à partir de la seconde guerre mondiale, assez âgé déjà, dans des ateliers des Beaux-Arts et à l’École spéciale d’architecture. Le fonds Perret contient quelques dossiers concernant l’enseignement, à la fois très riches et très lacunaires, et ce ne sont pas véritablement des archives d’enseignement, mais des archives que Perret lui-même a intitulées ainsi, par exemple des correspondances avec ses anciens élèves de l’atelier du Palais de Bois (qui ont formé une sorte d’école Perret et qui sont devenus des collaborateurs ultérieurement, notamment au Havre). Ce que Perret a conservé de son enseignement, c’était donc plutôt la correspondance avec ses élèves. C’est peu courant.

Un second ensemble est constitué par les archives d’André Leconte. Il a été prix de Rome, en 1927, et titulaire de l’un des principaux ateliers des Beaux-Arts, de 1942 à la fin des années 1960. Ses archives ont été récupérées dans une benne, ce qui n’était pas de très bonnes conditions pour les recevoir. André Leconte était un enseignant qui avait beaucoup de plaques de verre de projection. Quand on jette des plaques de verre dans une benne, parfois elles ne se conservent pas… Nous en avons quand même recueilli plusieurs centaines, un ensemble considérable, extrêmement peu exploitable en l’état, en l’absence d’un gros travail de collationnement, de rangement, de comparaison avec ce qu’il a pu publier, travail qui serait nécessaire pour en tirer une information sur le sens même de ce matériau.

Les archives de Michel Marot constituent le troisième exemple. Il a repris l’atelier Leconte en 1965-1966, et, enseignant brièvement avant 68, est très critique sur le fonctionnement de l’école des Beaux-Arts, mais dès que l’école éclate, il devient l’un des principaux tenants de la continuité et de la perpétuation de ce système d’enseignement. Ses archives contiennent des programmes de concours, d’exercices, des notations, des fiches d’élèves, des dossiers sur le fonctionnement de l’atelier Marot aux Beaux-Arts, donc des documents liés directement à sa relation avec les étudiants. Mais elles comprennent aussi des documents relatifs au projet de réforme du prix de Rome, juste avant 1968, à un conseil paritaire pendant l’année 1968, au fonctionnement d’UP4 et d’UP9, les écoles où il enseigne après 1970. Elles comprennent de la correspondance avec les directeurs d’UP4, avec le ministère, et elles comprennent enfin des dossiers d’un syndicat d’enseignants dont il était l’un des principaux responsables, le SANEAU, Syndicat autonome national de l’enseignement en architecture et urbanisme, un syndicat très minoritaire et représentant ceux qui en tenaient pour le modèle classique des Beaux-Arts.

On peut enfin citer les archives de Robert Joly, qui a été brièvement l’un des enseignants de l’atelier Marot (mais sur des positions complètement différentes), puis enseignant à UP6 et brièvement à Montpellier dans les années 1980 et 1990. C’est lui dont je disais que ses archives mêlent archives de recherche et archives d’enseignement, mais elles contiennent aussi des échanges de correspondance avec les administrations des écoles, où se lisent des divergences sur son enseignement autant sur les plans matériels que conceptuels, et c’est bien ce mélange de documentation au statut incertain, qui caractérise les archives d’enseignement de Robert Joly qui, je pense, donne à cet ensemble toute sa richesse.

On pourrait ajouter quelques autres exemples, mais en réalité les fonds d’archives d’enseignement ne sont pas si nombreux dans les archives des architectes. En revanche, les archives des architectes qu’il serait encore possible de collecter pour ces périodes sont très abondantes. Le Centre d’archives d’architecture du xxe siècle reçoit approximativement une proposition de don d’archives tous les mois. Nous pouvons recueillir quatre ou cinq fonds d’archives d’architectes par an au maximum. Il existe donc beaucoup d’archives d’architectes – dont un grand nombre étaient enseignants, et dont tous ont été étudiants –, dont beaucoup d’entre elles ne rejoindront jamais un centre d’archives. Cela donne une idée de la masse potentielle… et de la masse qui ne servira jamais à des travaux.


Arlette Auduc

Merci de toutes ces précisions passionnantes même si elles font un peu peur.
Je voudrais justement terminer sur cette question de la masse d’archives possibles, sur laquelle nous n’avons fait que quelques petits zooms de manière un peu pointilliste, mais en sachant que c’est un des axes, un des objectifs essentiels de cette recherche que l’élaboration d’un guide des sources, sur lequel nous allons conclure cette table ronde. On voit mieux maintenant quelle est l’ampleur de ce projet et ses difficultés.
Le maître d’œuvre de ce guide des sources est Wilfried Gourdon, chargé de mission auprès du Comité d’histoire du ministère de la Culture. Il va nous présenter ce projet, nous dire où nous en sommes, ce qu’il reste encore à faire, au cours des quatre ans qui sont devant nous, et qui ne seront sans doute pas de trop. Quelles questions se posent et comment les résoudre, au fur et à mesure que l’on avance, à la fois en termes scientifiques, mais aussi en termes techniques ? Il est clair que la question de la mise en ligne d’un guide des sources, et d’abord de sa constitution, ensuite de son hébergement, sont des questions techniques qui ne sont pas simples à régler mais qui ont, à rebours, des incidences sur la conception même du guide.


Wilfried Gourdon

Ce guide tire son origine du projet de recherche sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture au 20ème siècle, qui nous amène aujourd’hui à ces journées d’étude. Cet objectif de créer un guide des sources n’est pas nouveau comme peut en attester un rapport de 1980 rédigé par Michel Massenet, conseiller d’État, rapport adressé au premier ministre, Raymond Barre. Afin de sauvegarder les fonds d’architecture, de mettre fin à leur dispersion et d’en permettre l’accès, il proposait de constituer un fichier général des archives d’architecture, et de faire rédiger par chaque institution un guide des fonds qu’elle possédait. On peut voir que trente-six ans après ces problématiques n’ont quasiment pas évolué. Néanmoins de très grandes avancées ont eu lieu, puisqu’en 1986, une convention tripartite entre l’Institut Français d’Architecture, créé en 1981, la direction des Archives de France et la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, définissait les compétences du nouveau centre d’archives de l’Institut Français d’Architecture (IFA). À l’heure actuelle, cette institution rassemble plus de quatre cents fonds d’architectes. D’ailleurs en 1996 fut publié, avec l’aide de cet organisme, un état des fonds sur les archives d’architectes de la période 19ème-20ème siècle. Cet inventaire des fonds d’architectes, très ambitieux et très bien documenté, recensait les fonds d’architectes provenant de très nombreuses institutions, Institut Français d’Architecture, Archives nationales, départementales, municipales, musées… Cependant, ce document, ayant déjà vingt ans d’existence, n’a pas pu être actualisé, et ce guide papier traite de toutes les archives de l’architecture et ne se focalise pas sur l’enseignement.

Avant de parler de la méthodologie utilisée pour le repérage des archives, voyons rapidement quelques notions de base. Tout d’abord que sont les archives de l’enseignement de l’architecture ?

Dans la liste que nous avons élaborée, on peut voir de nombreuses typologies de documents, comme les travaux d’école, avec les dessins, les croquis, les aquarelles, les maquettes ; des supports de cours des enseignants ou des élèves ; les diplômes qui attestent de la formation des architectes ; des entretiens d’enseignants. À noter d’ailleurs à ce propos, la présence aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône de six entretiens vidéo d’André Dunoyer de Segonzac, où il relate sa vie d’architecte, et notamment son expérience d’enseignant.

On trouve également des documents plus généraux sur l’enseignement de l’architecture, mais également les archives propres au fonctionnement des écoles d’architecture. J’ai aussi inclus les sources imprimées. Bien sûr, les sources imprimées ne sont pas des archives au sens véritable du terme, mais étant donné que ces documents imprimés représentent la majorité des fonds des centres de documentation sur l’architecture et des médiathèques des écoles d’architecture, il était quand même important de les mentionner.

Maintenant, que pouvons-nous dire sur les institutions qui détiennent les archives de l’enseignement de l’architecture ? Dans cette même liste, on retrouve bien évidemment les institutions prévisibles, comme les Archives nationales, l’ENSBA, les écoles d’architecture, ou la médiathèque de l’architecture et du patrimoine, mais parfois on trouve des archives très originales et un peu surprenantes sous de nombreux aspects. Par exemple, dans les archives municipales, on peut trouver des choses très insolites : ainsi, une délibération du conseil municipal de Grenoble de 2008, qui approuve un programme d’action entre la municipalité et l’école d’architecture de Grenoble, avec une subvention bien définie, qui est mentionnée, de 15.000 euros. Et on y trouve le listing complet de tous les projets qui ont été adoubés par la municipalité.

D’autres lieux peuvent paraître étonnants, mais détiennent parfois des archives sur l’enseignement de l’architecture. C’est le cas notamment des bibliothèques municipales. Ainsi le fonds Normand qui a été légué en 1945 par Paul Normand à la bibliothèque municipale de Nantes et qui contient plus de 4000 pièces, dont font partie des projets d’école. De manière plus concrète, lorsqu’un architecte décède, il peut choisir de léguer ses archives privées aux archives départementales, mais il a aussi de les léguer aux archives municipales, ou aux bibliothèques municipales.

Les chercheurs doivent donc prendre cela en compte, lorsqu’ils s’intéressent à un architecte en particulier ou lorsqu’ils s’intéressent à l’enseignement de l’architecture de manière plus globale.

Arrêtons-nous maintenant sur la méthodologie utilisée pour la création de ce guide des sources. Afin d’avoir les plus grandes chances d’obtenir des réponses systématisées et exhaustives, nous avons décidé de créer un questionnaire qui a été adressé à tous les organismes susceptibles d’abriter des collections sur l’enseignement de l’architecture. Actuellement, toutes les réponses ne nous sont pas parvenues, mais une grande partie a déjà été traitée avec beaucoup de retours positifs. Une fois ces questionnaires analysés, je les ai intégrés dans des tableaux Excel qui mettent en lumière les différents lieux de conservation. À l’heure actuelle, on a pu repérer près de 750 sources d’archives dans de très nombreuses institutions, ce qui vous donne bien une idée des volumes mis en jeu, et de l’intérêt à mettre en ligne un guide des sources actualisable très rapidement.

Sur le premier tableau, vous voyez les sources concernant les fonds privés d’architectes dans les archives départementales, où en fait on essaie de respecter les normes archivistiques actuelles, en précisant le lieu de conservation, le nom du fonds, son numéro d’inventaire, la présentation du contenu, des dates extrêmes, l’importance matérielle ainsi que les modalités d’entrée.

Sur le deuxième tableau, vous est présenté le repérage des archives produites par les écoles d’architecture. Toujours avec l’optique de respecter les normes archivistiques, en mentionnant le lieu de conservation, le nom du fonds, son numéro d’inventaire et la présentation du contenu.

Une fois que la plupart des fonds ont été repérés, se pose la question de la mise en ligne du guide, sous la forme d’une base de données. Nous réfléchissons à l’heure actuelle à trois possibilités de bases de données, avec tout d’abord l’outil « Atom » qui semble le plus viable, car il a déjà été utilisé par le comité d’histoire dans le cadre d’un guide des sources sur les grands travaux présidentiels. Il a en outre l’avantage d’être en « open source », donc gratuit, et il est entièrement paramétrable, afin de mettre en ligne des instruments de recherche.
Le deuxième choix est « Pléade » qui est à l’heure actuelle utilisé par le centre d’archives d’architecture du 20ème siècle, mais qui n’est plus maintenu à jour depuis 2011, ce qui va évidemment poser problème. C’est également un outil en « open source ».
Enfin, le dernier choix est « Avenio » qui est lié à la société Di’x, qui est actuellement utilisé par de très nombreux services d’archives dans les collectivités, mais qui est payant.
La question reste donc ouverte, quant au choix de la base de données, même si à l’heure actuelle « Atom » semble être plus à même de répondre à nos attentes. La finalité de la démarche est avant tout de mettre en ligne un outil exhaustif, actualisable en permanence, pour les chercheurs et les étudiants et qui respecte les normes archivistiques internationales. Voilà où nous en sommes à l’heure actuelle sur le guide des sources. Restera aussi à résoudre la question de l’hébergement de ce guide. Cette question n’est pas que technique, elle nécessite la disposition d’un personnel compétent pour en gérer la maintenance et l’évolution. Sa résolution nous renseignera sur le devenir attribué à cet outil qui est encore largement en devenir mais dont l’élaboration est passionnante par les connaissances qu’elle apporte et les enjeux qu’elle soulève.

[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *