Table-ronde n° 3 – Dessins et imprimés – 5/12

Colloque « Écrire l’histoire de l’enseignement de l’architecture : quelles sources ? quels enjeux ? »
Cité de l’architecture et du patrimoine, 19 février 2016
Sources : états des lieux (tables-rondes)

Table-ronde n° 3 – Dessins et imprimés

Animation : Richard Klein, Professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Lille
Annie Jacques (conservateur  du patrimoine (H), École nationale supérieure des beaux-arts), Franck Storne (Responsable de la bibliothèque, École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg), Pauline Chougnet (conservateur des bibliothèques, Bibliothèque nationale de France), Sébastien Chauffour (Service du patrimoine, Institut national d’histoire de l’art)


Annie Jacques

J’ai quitté mes fonctions à l’École nationale supérieure des beaux-arts depuis dix ans et je m’en sens maintenant bien éloignée même si j’aime toujours l’art et l’architecture. Lorsque Marie-Jeanne Dumont m’a proposé d’intervenir, je dois dire que j’ai beaucoup hésité, mais j’ai pensé que ce souci de l’étude de l’histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle était tout à fait intéressant. Les souvenirs de l’École des beaux-arts restent pour moi quelque chose de très agréable. J’ai eu la chance et le bonheur de gérer une collection extraordinaire pendant des décennies et cela me fait plaisir d’en parler.

Quand je suis arrivée à l’École, je ne connaissais absolument rien du milieu architectural. J’avais fait des études d’histoire, d’histoire de l’art, j’avais une formation de conservateur de bibliothèque, mais le milieu architectural m’était tout à fait inconnu. L’École vivait toujours dans ce bouillonnement postérieur aux évènements de 1968 qu’évoque très bien Jean-Louis Violeau. Les lieux étaient encore imprégnés par le passé : la cour du Palais des études avec les moulages des colonnes du Parthénon et du temple de Jupiter Stator et la bibliothèque, lieu fabuleux avec ses kilomètres de livres, d’archives, de manuscrits, de photographies, d’estampes le tout entassé dans les caves, dans les greniers, dans les couloirs. C’était tout à fait extraordinaire. Je ne vous assènerai pas une bibliographie sur l’histoire des collections, sur l’histoire de l’enseignement des Beaux-Arts, c’est assez facile à reconstituer car il existe beaucoup de documents, de publications concernant ces sujets.

Je vais simplement évoquer, pour chaque décennie, trois ou quatre points qui mènent logiquement à cette nécessité d’étudier l’histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle.

Pendant les années 70, dans le cadre de la création des Unités pédagogiques, dans cette école qui se transformait, dans ce palais d’où les moulages déménageaient pour faire place à de nouveaux ateliers, quelques événements me paraissent encore significatifs.

Dans cette table ronde, il y a eu des exposés très intéressants sur les séries des Archives nationales concernant l’enseignement. Or c’est dans ces années qu’a été organisée la constitution de la série AJ52, série historique de l’histoire de l’École, travail de classement de longue haleine, fait en collaboration et sous le contrôle du personnel des Archives nationales. L’École avait jusque-là, gardé tous ses papiers depuis le XVIIe siècle, même si elle avait changé de localisation, passant du Louvre à l’Institut puis à la rue Bonaparte. La Loi sur les archives promulguée en 1973, mettait en place le versement des archives des établissements publics, reflet fidèle de leur activité, aux Archives nationales. Dans la logique officielle de cette institution, les archives de l’Ancien Régime, cotées comme des manuscrits, restaient à l’École des beaux-arts, tandis que les archives administratives, postérieures à la Révolution (Conseils d’administration, programmes des concours, jugements, dossiers d’élèves et de personnel) partaient aux Archives nationales. En revanche, les collections de dessins, remontant au tout début du XVIIIe siècle, généralement de très grand format, ne suivaient pas les documents administratifs aux Archives nationales. S’inscrivant dans une continuité logique des collections de prix de Rome et des concours d’école, enregistrés chronologiquement dans des registres manuscrits, ils sont restés à l’École des beaux-arts constituant les futures séries graphiques destinées aux historiens.

Les principes de la césure de l’Ancien Régime ayant été posés, les premiers versements ont été bien évidemment énormes puisqu’ils commençaient en 1789 et se poursuivaient jusqu’à la seconde guerre mondiale 20. Ensuite, mon service a été appelé à faire régulièrement des versements tous les dix ans ; chaque fois quelques dizaines de mètres de cartons d’archives. Cela continue encore, je suppose. Entre 1947 et 1968 les archives sont extrêmement riches en débat sur les problèmes de l’enseignement de l’architecture. Ce sont des fonds qui manifestement doivent être exploités dans le cadre du programme de recherche qui est lancé.

Un second élément qui m’avait beaucoup frappée dans ces années 70, c’était l’intérêt des chercheurs américains pour le fond de l’École des beaux-arts. Les élèves, les historiens de l’art ne s’intéressaient pas beaucoup ou plutôt pas du tout à ces documents, mais plusieurs historiens américains fréquentaient régulièrement la bibliothèque pour préparer une grande exposition au musée d’Art moderne de New York sur l’enseignement de l’École des beaux-arts et le prix de Rome. Cette exposition a eu lieu en 1974 et elle a fait l’objet d’une importante publication. Elle a aussi été présentée au Canada. Je me souviens des débats de l’époque et notamment d’un architecte français qui disait : «les architectes américains ont historicisé tout de suite cette période du XIXe siècle mais nous en sommes encore au rejet du père si ce n’est du grand-père… ». Ce travail fait par les Américains n’a jamais été traduit en français. Il a eu une suite aux États-Unis puisque est paru récemment à New York un gros ouvrage sur les étudiants américains à Paris [J. P. Carlhian, M. Ellis, Americans in Paris 1860-1900, 2014]. C’est une étude détaillée sur les architectes américains qui ont étudié à l’École des beaux-arts entre 1850 et la Première Guerre mondiale.

Puis dans les années 80, il y a eu en France, dans le milieu de l’Histoire de l’art une montée en puissance de l’intérêt pour les fonds dits « académiques ». Pour l’ouverture du Musée d‘Orsay, Henri Loyrette avait eu la gentillesse de me demander une exposition sur la carrière de l’architecte au XIXe siècle. Ce qui m’a amenée à rechercher dans les sources de l’École, l’histoire de cet enseignement, de ce métier d’architecte qui est une des grandes professions bourgeoises du XIXe siècle. Ce qui est amusant et intéressant à la fois, au XIXe siècle, c’est que coexistent une légende dorée de l’École qu’évoque le livre d’Alexis Lemaître, L’École des beaux-arts dessinée et racontée par un élève, et une légende noire décrite par Frantz Jourdain, dans L’atelier Chantorel, mœurs d’artistes parues à quatre ans d’écart, en 1889 et en 1893. Ce dernier roman est une critique féroce, dans la suite de l’esprit de Viollet le Duc, de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-Arts et c’est cette légende qui se perpétue au XXe siècle. Cela peut être intéressant de voir ce qu’elle était, sur quoi elle était fondée car elle a perduré jusqu’aux événements de 68 et encore au-delà.

Les années 90, je dirais que c’est l’époque de la montée en puissance des techniques du numérique qui me paraît être un événement important (je parle plutôt en tant que gestionnaire de collections), c’est une période où l’équipe de la bibliothèque a essayé de faire, avec ces nouveaux outils, les récolements, les répertoires, les numérisations des fonds de dessins d’architecture. Dans une démarche chronologique, nous avons commencé par le XVIIIe siècle et sommes arrivés cahin-caha au début du XXe, peu après 1914. Le programme d’étude de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle qui va être mis en place peut contribuer à ce que le relais soit pris pour mettre à disposition des chercheurs les sources conservées à la Bibliothèque de l’École. Cela permettra de porter des jugements véritablement documentés sur cette période de l’enseignement.

Il y eut aussi pendant ces années 90 de longs débats passionnés lors de la création de l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) à propos de la conservation des fonds de la bibliothèque. Est-ce qu’ils relevaient davantage de l’histoire de l’art et devaient-ils rejoindre les fonds de ce futur grand pôle de recherche ou rester à l’École des beaux-arts ? L’Institution était alors définitivement devenue une école d’ Arts plastiques, mais le fond d’architecture de la bibliothèque était le plus important pour la bonne raison que la section d’architecture avait été numériquement deux fois plus importante que celle de peinture et de sculpture. Les fonds de la bibliothèque étaient le reflet de la prééminence de cet enseignement : les deux tiers des documents relevaient de l’architecture. L’École tenait à ses collections (elles y sont toujours) c’était son histoire, son passé. Mais être en même temps une grande École des beaux-arts (ou plutôt d’Arts plastiques) et avoir la responsabilité de la continuité du grand fond d’histoire de l’architecture français, sur le plan de la gestion et du financement, ce n’était pas très facile à tenir. Il a donc fallu clore les collections d’architecture, puisqu’il existait désormais ailleurs des institutions qui avaient les ressources nécessaires pour assurer le suivi de la constitution des fonds documentaires pour la recherche en histoire de l’architecture.

L’INHA fait désormais une très grosse part de la collecte des documents et de la constitution des outils de travail, avec tout récemment, en collaboration avec les Archives nationales, ce magnifique répertoire des architectes de l’École des beaux-arts des origines à 1968, qui vient d’être mis en ligne. C’est un outil formidable pour travailler sur le XXe siècle pour faire des repérages dans le fond de l’École des beaux-arts.

Voilà, en quelques mots, quelques éléments qui ont marqué mon parcours et qui me paraissent en relation avec la recherche sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture. L’École des beaux-arts a été un lieu passionnant qui dispose encore de beaucoup de ressources à exploiter qui permettront aux chercheurs d’établir plus précisément cette histoire au XXe siècle.


Pauline Chougnet

Les fonds d’architecture au département des estampes et de la Photographie de la BnF

En 1949, Jean Vallery-Radot, alors directeur du département des Estampes et de la Photographie, signalait dans une note à l’administrateur général de la BnF [1] la publication d’un volume de l’Histoire de l’Architecture classique en France de Louis Hautecoeur. Il attirait l’attention de son supérieur hiérarchique sur la place des collections du département des estampes dans les sources utilisées par l’historien de l’architecture. Cet ouvrage, écrivait-il, a été « préparé dans les salles de lecture du département » et…  « commente toutes les estampes que nous conservons ». Il y a peut-être un peu d’exagération dans ce qu’écrit Jean Vallery Radot, mais il est vrai que ce fonds d’architecture est riche et qu’il couvre une très large période (du XVIe jusqu’au XXe) tout en rassemblant des documents divers (dessins, estampes, photographies représentant autant de plans, croquis, relevés, détails d’architecture…).

Pourquoi existe-t-il un fonds intéressant l’architecture au cabinet des estampes ? S’agit-il d’un accident de l’histoire ou d’une politique délibérée et soutenue d’acquisitions ?

La présence de documents sur l’architecture s’explique d’abord par l’entrée de collections déjà constituées par des érudits, une pratique courante tout au long de l’histoire du département. Ce sont des collections qui sont très souvent encyclopédiques et qui comportent des documents sur l’architecture, parmi d’autres sujets.
C’est le cas de la toute première collection, celle de l’abbé de Michel de Marolles, entrée en 1667, et plus encore de celle de François Roger de Gaignières (1717) ou bien plus tard de celle de l’architecte Hippolyte Destailleur.

Les collections entrées par dépôt légal dès le XVIIe siècle ont rendu possible, pour la partie imprimés, l’accroissement de ces collections encyclopédiques incluant l’architecture.
Et si, aujourd’hui, la politique d’acquisitions se concentre davantage sur les œuvres d’artistes graveurs et photographes, les responsables successifs jusqu’au XXe se donnèrent pour objectif de composer un vaste corpus iconographique, documentaire, permettant d’écrire une histoire des mœurs et du goût autant qu’une histoire de l’estampe ou une histoire de l’art par l’estampe.
Dès le XVIIIe siècle, on a adopté un cadre de classement pour ces collections encyclopédiques d’images. Une série « architecture » (réunie sous la lettre H) fut créée (vous en voyez à l’écran un inventaire sommaire par Bouchot [2] à la fin du XIXe). Elle ne rassemblera toutefois jamais tous les documents d’architecture entrés au département (comme nous le verrons tout à l’heure quand je parlerai des dessins d’architectes).
La série H,  regroupe, sous une acception large de l’architecture des documents sur des monuments, l’ornementation, les jardins et l’urbanisme.
Elle contient de nombreux documents édités, des traités de Philibert Delorme aux périodiques d’architecture du XXe siècle. Mais, ce qui pourra davantage intéresser l’histoire de l’enseignement de l’architecture,  un grand nombre d’ouvrages « didactiques » comme  par exemple les cours de Blondel et, pour le début du XXe s, les recueils de facsimilés publiés par Vincent et Fréal pour le public des élèves de l’École des Beaux-Arts.
Outre les documents édités,  on trouve des dessins originaux, au sein de fonds d’architectes.
On le sait un peu mieux depuis l’exposition Labrouste de 2013, mais le département des Estampes conserve plusieurs milliers de dessins d’architecture, qui  ont fait l’objet de recherches et de pré-inventaire  récents par Marc Le Cœur .

La Bibliothèque nationale fut parmi les  premières institutions publiques françaises à s’intéresser aux fonds d’architectes dès la toute fin du XVIIIe siècle.
54 architectes ont déjà été repérés dans les collections, pour lesquels nous conservons un œuvre, constitué soit de quelques documents, ou dépassant plusieurs milliers dans le cas du fonds Robert de Cotte, entré en 1811.
Certains modes et conditions d’entrées sont d’ailleurs intéressants du point de vue de l’enseignement de l’architecture car ils témoignent de relations privilégiées entre des professeurs et certains de leurs élèves. En 1799, le premier fonds de dessins d’architecture à entrer à la BnF  fut un legs, celui d’Etienne-Louis Boullée, qui en donna l’usufruit à Pierre- Nicolas Bénard, son élève.
En 1815, ce fut au tour de Jean-Jacques Lequeu de donner un volume de l’Architecture de François Soufflot, son professeur. Dix ans plus tard, il légua près de 750 dessins, dont certains témoignent de son activité d’architecte auprès de Soufflot.
Les fonds d’architectes du XIXe siècle constituent l’essentiel des fonds d’architecture de notre département mais le XXe siècle est aussi représenté, notamment par : Henry Bernard, René Binet (ACQ. 1903), Édouard-Jules Corroyer (DON , Henri Guillaume (DON 1913), Frantz et Francis Jourdain, Jean-Louis Pascal (DON 1920), Théo Sardnal. Ils se présentent assez souvent sous la forme de recueils factices contenant un ensemble de projets d’un même architecte : des documents originaux peuvent y côtoyer des reproductions sur le même sujet.

Outre ces fonds d’architectes constitués, de  nombreux documents (estampes, photos, découpures de journaux…et dessins) ont été insérés dans une très vaste collection par accès géographique, la  série de topographie Cette « dilution » des documents s’est faite sans grande considération pour la cohérence des fonds entré, pour suivre la logique propre du classement existant. Les dessins du fonds Robert de Cotte (comme ceux de la collection Gaignières d’ailleurs) ont ainsi été distribués au nom du lieu concerné. Cette série de topographie a été peu alimentée pendant la première moitié du XXe siècle (de 1890 à la fin de la seconde guerre mondiale) mais elle fut reprise très sérieusement après la guerre par Jean Vallery-Radot et son successeur Jean Adhémar. On retrouve dans les archives de l’époque, le parcours de certains fonds d’architectes, qui, comme celui de Maurice Laurentin en 1960, ont été dilués, dissous, dans la topographie française et étrangère.
Les séries documentaires, dont la topographie, finissent par être abandonnées (c’est-à-dire plus alimentées) dans les années 1970, ce qui correspond chez nous aux opérations de micro-filmage qui ont figé et sanctuarisé les recueils existant, rendant difficile des intercalations intempestives. Pour les collections d’architecture cela correspondit également à la prise en charge des fonds d’architectes par d’autres institutions patrimoniales, notamment l’institut français d’architecture.

Les dessins d’école furent les premiers concernés par la ventilation dans les fonds documentaires, aussi faut-il les chercher dans les recueils de topographie. En 1939, Jean Laran, un autre directeur du département, décidait ainsi de leur sort, dans ses instructions de classement des œuvres : « sont à placer enfin dans les séries documentaires : les pièces dont la valeur documentaire l’emporte sur la valeur artistique : anonymes, calques, copies, dessins d’élèves-architectes, d’archéologues, d’amateurs » [3] En réalité, cette méthode fut appliquée aussi pour les œuvres d’architectes renommés : Le voyage en Italie de Labrouste, entré en 1952, était ainsi classé dans la topographie de l’Italie. Même lorsque les fonds sont reconstitués, rassemblés au nom de l’architecte, et inventoriés à la pièce comme celui de Gabriel Toudouze, il n’est pas toujours aisé d’identifier des dessins d’école des autres projets.

Documents témoignant du professorat de certains : l’exemple de Pascal

Certains fonds peuvent aussi témoigner des activités d’enseignement, comme le fonds Jean-Louis Pascal (qui fut l’architecte de la BnF) qui révèle à plusieurs reprises les liens forts entretenus avec ses élèves, comme cette lettre envoyée à Pascal par Paul Cret, son élève,  en 1902. D’autres éléments témoignent des activités d’enseignement de Pascal comme ce recueil d’aquarelles dédié par les élèves et anciens élèves à leur maitre et qui ne font pas mentir ces mots de Georges Huisman en juillet 1937 [4] : « Le respect affectueux et familier que cette jeunesse prodigue à ses maîtres est sans rapport avec les égards que les étudiants de la Sorbonne témoignent aux philosophes, aux philologues ou aux historiens qui les enseignent. » Outre les documents de la série architecture (documents édités et œuvres d’artistes) et de la série de topographie, d’autres fonds peuvent intéresser histoire de l’enseignement de l’architecture. Je les citerai ici pour mémoire : Des séries techniques mériteraient d’être étudiées   (des traités pour architectes, ont pu être classés  au sujet « Géométrie ») ou celle pour l’enseignement des arts académiques et notamment du dessin. Il faut penser aussi au remplacement de l’estampe par la photographie dans la pratique du recueil de modèles, notamment pour les ornemanistes. Au XXe, on peut prendre l’exemple de Karl Blossfeldt, photographe de la Nouvelle Objectivité, et de son ouvrage Urformen der Natur (1928), qui devait servir de base d’inspiration pour ses élèves de l’École des Arts appliqués de Berlin. L’immense série des portraits (N) peut être aussi utile : se compte en centaines de milliers de documents. On pourra sans doute y trouver les portraits d’élèves et de professeurs d’architecture ayant acquis une certaine notoriété. Les fonds d’agence de presse  sont également très riches pour l’histoire du XXe siècle (photographie des grands prix de Rome).

Pour conclure cette présentation, on peut s’interroger sur l’usage que firent les élèves architectes  de la documentation des estampes. Les élèves architectes furent-ils aussi assidus que Louis Hautecoeur et aussi présents dans la salle de lecture du département des estampes ? Il paraît bien illusoire, pour le fonds de la BnF, de tirer des conclusions de l’état des ouvrages eux-mêmes comme on a pu le faire avec profit pour les bibliothèques d’atelier (notamment celui de Pontremoli, étudié par Noémie Lesquins [5]).  Les exemplaires de la bnF proviennent de dons d ‘éditeurs ou, le plus souvent, du dépôt légal. On peut ainsi faire l’exercice avec l’ouvrage : les Concours Chenavard (Section d’architecture) à l’École Nationale des Beaux Arts. 1894 à 1907. L’exemplaire de la BnF, entré par dépôt légal en 1909, n’est pas, comme l’exemplaire de l’atelier Pontremoli truffé de calques, de croquis…traces de son utilisation par des élèves. Il est difficile, d’après les archives du département, de savoir précisément ce que les élèves architectes sont venus consulter à la BnF (pas de registres de consultation aussi précis). Mais on a la  preuve de leur visite. Ils venaient dans le cadre de visites commentées par des conservateurs : il s’agissait sans doute davantage de visites de courtoisie, plus que d’étude. Des visites régulières étaient bien organisées pour des groupes des élèves de l’École des Beaux-Arts, de l’École des arts décoratifs, de l’École Polytechnique… Mais les visites individuelles, pour la consultation d’ouvrages, étaient également fréquentes. « Les historiens d’art, les archéologues, les architectes sont toujours assidus » (dit Jean Vallery Radot au sujet de la fréquentation de sa salle de lecture en 1954). Les architectes, soit, mais les élèves architectes ? Ceux-ci sont venus massivement au début du XIXe. La salle de lecture devait être remplie d’élèves de l’Ecole des Beaux-Arts (peintres, sculpteurs…mais aussi architectes ) Quand on feuillette registres du début du XIXe, on trouve de nombreux élèves de : Bélanger, Blondel, Vaudoyer, Durand, Baltard, Percier, Duban, etc. Les registres nous manquent pour tout le début XXe (jusqu’en 1937). Mais une lettre adressée  en 1910 au directeur du département par un élève architecte suisse allemand, Émile Bringolf, témoigne de l’attrait presque intact de cette documentation au début XXe S [6]:

« Vous ne pouvez ignorer, Monsieur le Directeur, la bonne volonté que j’ai déployé à analyser des études spéciales à la Bibliothèque nationale. Je viens donc vous prier de vouloir bien me certifier avec quelques mots : Que j’ai étudié sérieusement l’architecture française, surtout des programmes et des sujets de l’École des Beaux-Arts, et de l’architecture spéciale, pendant la seconde moitié de l’année 1909 à la Bibliothèque nationale, Paris.Je me permets de vous expliquer la raison de ma prière. Étant Suisse allemand, et sorti de l’école d’architecture pratique, j’ai exercé la pratique pendant des années. Sur les conseils d’architectes amis, je vins à Paris pour étudier l’architecture (haute et supérieure) française après les méthodes de l’École des Beaux-Arts. J’entrai dans un atelier préparé, puis dans un atelier régulier. Après la fin de ces études, mon professeur m’avait vivement recommandé de faire si je pourrais des études supérieures de ces sujets que je viens d’analyser dans votre département. On m’a conseillé de choisir la Bibliothèque nationale, parce que certaines ouvrages sont plus disponibles que dans une Bibliothèque spéciale comme à l’École des Beaux-arts, par conséquent, il y a moins de risque pour perte de temps.Malheureusement le professeur qui m’a donné cette direction, étant décédé. C’est la raison, que je viens solliciter « un petit mot » – et cela seulement pour approuver consciencieusement l’emploi de mon temps, pendant cette partie d’étude et de travail, que j’ai fait à la Nationale. »

Dans les Années 30 et 40, des élèves architectes continuent de venir mais moins nombreux et sur un sujet de recherche précis (dessins de la Renaissance, Claude-Nicolas Ledoux). Pour la période de 1947 à nos jours (les registres sont conservés à Bussy) les recherches restent à mener à partir de registres de lecteurs peut être un peu moins directement exploitables (profession ou statut ne figure plus dans les informations requises) ce qui rend plus difficile l’identification des élèves architectes même si figure le sujet étude ou les cotes consultées. Une analyse poussée des registres témoigneraient-ils du rejet culture livresque de l’après 1968 ? C’est une étude que je n’ai personnellement pas eu le temps de mener mais que j’espère voir apparaître sur un registre de lecteur, en 2016 ou plus tard, si quelqu’un s’empare du sujet…

Notes
[1] 19 mai 1949. Rapport de Jean-Vallery-Radot à Julien Cain. Archives Jean Vallery-Radot
[2] Le cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale [Texte imprimé] : guide du lecteur et du visiteur, catalogue général et raisonné des collections qui y sont conservées / par Henri Bouchot,…1895, 2 vol.
[3] Jean Laran, Remarques sur l’organisation du Cabinet des Estampes (février 1938-mars 1939) [Texte manuscrit] / Jean Laran, RESERVE YE-173-4
[4] L’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, La Grande Masse (Paris), 1937.
[5] Jean-Michel Leniaud, Béatrice Bouvier, Le livre d’architecture, XVe-XXe siècle: édition, représentations et bibliothèques, 2002
[6] [Recueil. Catalogue des Archives du Département des Estampes avec notes de François Courboin] [Texte manuscrit] / François Courboin RESERVE YE-1


Sébastien Chauffour

Créé récemment, en 2001, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) est un centre de recherche en histoire de l’art et en archéologie. Il repose sur deux départements dont l’un est un département recherche ouvert aux doctorants, post doctorants, enseignants chercheurs et conservateurs du patrimoine dont le spectre des sujets, fort large, va des vases grecs anciens jusqu’à l’art numérique du XXIe siècle. C’est dans le cadre de ce département que le programme sur le dictionnaire d’élèves architectes de l’École des beaux-arts a été mis en place par Marie-Laure Crosnier-Leconte. Il est versé sur la base de données Agorha ; je connais peu de bases en France ou à l’étranger qui soient aussi riches pour l’histoire de l’art et l’archéologie. Une journée d’étude est organisée le 13 avril à l’INHA, rue Vivienne, pour le lancement officiel de ce dictionnaire en ligne.

L’autre département de l’INHA, est le département des collections qui est beaucoup plus ancien et qui précède la date de création de l’INHA. Ce département comprend la bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris qui était située rue Michelet et qui est depuis les années 1990 dans les mêmes locaux que la BNF.

L’INHA n’est pas un centre d’archives publiques, ainsi, concernant les fonds d’architecture, il n’accueille que des fonds privés provenant d’historiens de l’art, d’archéologues et parfois d’artistes et d’architectes. Nous sommes spécialisés sur le XIXe siècle et nous limitons à la Seconde Guerre mondiale pour les archives d’artistes et d’architectes. Certains fonds d’archives peuvent être intéressants pour l’enseignement de l’architecture et l’histoire de l’architecture, ceux d’André Chastel, de Louis Grodecki et de Pierre Lavedan riches en documents photographique. Pour les dessins proprement dits, l’INHA possède quelques fonds d’architectes. Un des derniers fonds rentré dans les collections par don de l’héritier, est celui d’un architecte d’Henri Enguehard, qui architecte du Maine-et-Loire et l’un des restaurateurs de l’abbaye de Fontevraud. Parfois, l’INHA parvient à acheter des fonds lors de ventes publiques ou directement chez des marchands.

Le fond Enguehard compte une centaine de dessins et concerne précisément l’un des concours de l’École des beaux-arts : le concours Godeboeuf, en mars 1928, pour un projet d’embarcadère. Il y a tout un ensemble de problématiques lié à l’état de conservation de ces fonds qui ont été assez malmenés, parfois déchirés. Une centaine de dessins nécessiteraient d’être restaurés, ce qui est extrêmement coûteux.

Il parait important de soulever un élément assez peu évoqué jusqu’à présent : nous possédons beaucoup de photographies. Il y eut une journée d’étude organisée par Jean-Philippe Garric et Hélène Bocard, intitulée « Architectes et photographes », abordant les XIXe et XXe siècles. Il serait intéressant de comprendre le rôle de la photographie dans la formation des architectes.


Franck Storne

Par rapport aux grandes bibliothèques et aux grandes institutions parisiennes dont il vient d’être fait état, une bibliothèque d’école d’architecture est un périmètre vraiment très circonscrit avec des collections qui peuvent sembler relativement faibles, mais, malgré tout, il peut y avoir des richesses. Quand il y a des richesses, la question qui se pose alors est celle du champ d’action possible et, dans le cadre d’une seule école d’architecture, il est extrêmement limité. À Strasbourg, la très grande chance de l’École d’architecture est d’être associée à l’Université. Un schéma directeur de la documentation a été établi à l’échelon alsacien englobant l’ les Universités de Strasbourg et de Haute Alsace à Mulhouse. Dans le cadre de cette association, la bibliothèque de l’Ensas est partie intégrante de ce projet et a bénéficié de multiples aspects : son catalogue est intégré aux catalogues de l’ensemble des bibliothèques universitaires de Strasbourg, de sorte que nos 800 étudiants ont accès à plus de 3 millions de documents, ce qui est une situation à peu près unique en région. Dans le cadre de cette association s’est posée la question de la participation à une bibliothèque numérique, pour la numérisation de nos fonds. La première numérisation qui avait été envisagée, est celle de notre fonds improprement appelé « ancien » puisqu’il court du XVIIe, pour les ouvrages les plus anciens, au milieu des années 30 ; mais c’est un fonds précieux puisqu’il avait été constitué par le premier directeur de l’école, Robert Danis. La bibliothèque, dont les fonds reflètent ses choix personnels, a été conservée presque intégralement. Elle intéresse des chercheurs, des professeurs de l’Université de Strasbourg, dont l’un est notamment vice-président de l’INHA. Ces chercheurs ont envisagé la numérisation mais il n’y avait pas de projet scientifique. La numérisation était envisageable puisque le service commun de la documentation de l’Université de Strasbourg possède une bibliothèque numérique patrimoniale. C’est un atout énorme. Il y a un logiciel qui a fait ses preuves, « content dm », et tout ce qui est numérisé se trouve sur les serveurs de l’Université. Nous n’avons donc pas à nous soucier d’avoir des serveurs adéquats dans une petite école d’architecture. La bibliothèque patrimoniale a une politique éditoriale très claire : tout ce qui est numérisé fait l’objet d’un programme de recherche. C’est avec les enseignants chercheurs que les choix se font, et ce n’est donc pas par la volonté d’un bibliothécaire ou d’un chef d’établissement. Il y a derrière des équipes de recherche qui travaillent sur les fonds numérisés et sur lesquels nous travaillons pour les enrichir. Le grand intérêt de cette bibliothèque numérique est qu’elle est complètement moissonnée, ce qui veut dire qu’il y a une visibilité nationale et internationale de tous les fonds qui sont numérisés dans la bibliothèque patrimoniale de l’Université de Strasbourg. Cette bibliothèque va intégrer la bibliothèque numérique de Strasbourg nommée« Numistral ». Numistral est la déclinaison de « Gallica », ce qui renforce cette visibilité. C’était donc une opportunité extraordinaire pour nous, que cette bibliothèque d’École d’architecture soit enveloppée dans un processus beaucoup plus large, avec une accessibilité et une pérennité certifiées par l’Université.

Pourquoi avons-nous commencé par la numérisation des Concours d’architecture publiés par Vincent & Fréal dans les années 1906 jusqu’en 1968 ? La question s’est posée lorsque avec Anne-Marie Châtelet nous avons initié ce projet d’histoire de l’école d’architecture de Strasbourg. Si cette dernière a conservé ses archives administratives, elle n’avait pas, en revanche, conservé de dessins. Nous avons entrepris une quête de dessins originaux auprès des anciens élèves et il était important de pouvoir consulter les concours d’architecture ou les travaux médaillés, les mentions des élèves de l’École d’architecture de Strasbourg pour les mettre en perspective. Mais nous n’avions pas la collection des Concours d’architecture ; dans l’inventaire, il y avait deux volumes du temps de la bibliothèque de Danis. Nous ne savons pas si certains volumes ont été pillés en 1968, ou pendant le déménagement, lorsque l’école a quitté le Palais du Rhin. Il a été décidé de racheter une collection très importante puisqu’elle couvre le début des années 20 jusqu’en 68, à titre peu onéreux. Elle est quasiment complète. Ce qui nous manque, c’est la tête de collection, mais j’ai bon espoir de la trouver. Ces Concours d’architecture ont servi au projet sur l’histoire de l’École d’architecture de Strasbourg. Dans le cadre beaucoup plus large du projet d’aujourd’hui, nous avons entrepris leur numérisation. La collection mise en ligne concerne les années suivantes : 1922-1924 et 1927-1939, ce qui représente actuellement un total de 1847 planches de dessins, avec les textes introductifs pour chacune des années de concours. Il y a également une présentation des programmes des concours ainsi que des élèves qui ont été médaillés et de leurs professeurs.

Les Concours d’architecture recensent également les élèves qui ont reçu les médailles et les prix permettant de reconstituer les parcours d’un élève architecte ; c’est exactement la démarche que nous avons suivie à Strasbourg pour les élèves, entre 1921 et 1968. Une autre approche peut être faite à partir de tous ces concours : c’est une typologie des concours, soit par la nature des épreuves, le titre des sujets, ou les programmes. La numérisation qui s’est opérée à Strasbourg, se fait suivant un principe demandé par l’Université, comme par la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg : nous ne numérisons que les documents physiquement présents dans les bibliothèques du réseau strasbourgeois. L’objectif pour ces Concours d’architecture est d’arriver à avoir la collection complète en ligne sur le site de l’Université. Cela facilitera le travail du chercheur de trouver à terme une collection complète, sur un seul site. Les notices descriptives des volumes doivent toutes être signalées dans le Sudoc, ce qui donne encore un élément de visibilité. Les images sont numérisées en 400 dpi. Pour le moment, personne n’a été capable de me dire quelle est la résolution à l’écran. Ce qui est certain, c’est que, vu la qualité de numérisation, cela était optimal pour l’édition. Il faut savoir que la bibliothèque numérique patrimoniale de Strasbourg a été complètement piratée par la Chine et par les États-Unis, sans doute à des fins éditoriales.  Ce qui est très intéressant dans le cadre de cette numérisation, c’est que tous les documents sont passés à l’OCR. Tous les caractères sont alors reconnus et nous pouvons faire une recherche dans le texte et dans tous les termes, si bien que, sur l’ensemble de la collection numérisée des Concours d’architecture, vous pouvez chercher par le nom d’un professeur, d’un élève, d’un sujet de programme. Cela fonctionne très bien. L’océrisation est assez remarquable. Il faut dire que les documents s’y prêtent. C’est une typographie qui est extrêmement lisible. Il existe différentes fonctionnalités : recherche générale ou avancée, dans toutes les zones ou dans les zones spécifiques. Vous avez accès aux documents en mode image ou en mode texte, vous pouvez zoomer, partager le document sur les réseaux sociaux et même taguer le document c’est-à-dire lui ajouter des mots-clefs. Pour le chercheur, cela peut être extrêmement pertinent. Celui-ci peut aussi émettre des commentaires aussi nombreux qu’il le veut. Le téléchargement peut se faire, il est partiel ou intégral, et n’est pas limité. Si vous téléchargez chez vous pour travailler tranquillement, vous bénéficiez aussi de l’océrisation. Vous pouvez rechercher dans la totalité de la collection. Vous pouvez imprimer et chaque document a une adresse URL. Cette opération de numérisation, menée en étroite collaboration entre la bibliothèque de l’École d’architecture de Strasbourg et la bibliothèque numérique patrimoniale de l’Université de Strasbourg, a été possible car ce programme de recherche initié par Anne-Marie Châtelet existait, et nous avons monté cela très rapidement pour pouvoir notamment vous présenter ce projet aujourd’hui. Toute notre gratitude va à l’Université de Strasbourg, qui a pris financièrement en charge ce projet, et dont le président a été remercié par notre directeur. Il nous reste à mettre en ligne le sommaire de chaque volume. Toutes les vignettes vont être enrichies. Elles vont avoir le numéro des planches (qui figure sur les concours) ainsi que leur titre. La question qui se pose c’est la numérisation de la collection complète. L’Université, qui est très sourcilleuse sur ce point-là, nous a fait savoir qu’elle ne mettrait en ligne et ne numériserait que les documents absolument libres de droits. Après 1945, elle nous a demandé de fournir la preuve que nous avions l’autorisation de numériser. Si nous avons la collection complète des concours de 1945 à 1968, nous sommes actuellement incapables de fournir le moindre élément. Nous ne savons pas qui sont les ayants droit de Vincent & Fréal. Annie Jacques vient de me donner une piste que nous allons explorer. S’il y avait une collaboration pour arriver à trouver ces ayants droit et à lever tous les obstacles juridiques sur ces questions-là, cela serait très précieux. L’Université de Strasbourg est prête à continuer immédiatement la numérisation de cette collection qui constitue pour elle une bibliothèque d’architecture qui s’enrichira d’autres titres. Les perspectives d’avenir peuvent être nombreuses. Dans le cadre de ce projet sur l’enseignement de l’architecture au XXe siècle, d’autres titres que les Concours d’architecture pourraient être numérisés, que nous n’avons pas à Strasbourg, mais que d’autres institutions pourraient s’atteler à traiter. J’en ai listé quelques-uns à titre purement indicatif. C’est à vous, la communauté des chercheurs, de savoir quels titres devraient être numérisés. Juste un mot de conclusion : à l’exemple de ce qui s’est fait pour les Concours d’architecture numérisés, il est souhaitable que les entreprises futures soient envisagées avec une accessibilité universelle et sur une base pérenne.


[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *