Journée d’études du 19 février 2016 – Cité de l’architecture et du patrimoine – 12/12 [FR] # Intervention de D. Le Couëdic

Colloque « Écrire l’histoire de l’enseignement de l’architecture : quelles sources ? quels enjeux ? »
Cité de l’architecture et du patrimoine, 19 février 2016
Enjeux et perspectives de la recherche

Quelques considérations sur les enjeux et les perspectives de la recherche
Daniel Le Couédic
, professeur, Université de Bretagne Occidentale

           
À défaut d’être prédictive, l’histoire offre un prisme réfractant la lumière du présent, permettant donc d’en saisir le spectre et ainsi de mieux la comprendre. Construire celle de l’enseignement de l’Architecture pourrait n’être qu’une entreprise heuristique, mais l’actualité lui donne un autre relief. En effet, une réforme des statuts des Écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA) et de leurs personnels est à l’ordre du jour et connaître le mouvement où elle s’inscrit peut en éclairer les intentions. Les recherches déjà menées montrent en outre que l’histoire de l’enseignement de l’Architecture est une clé pour comprendre les évolutions de la discipline, des doctrines qui la supportent, des théories qui la déterminent, mais aussi pour saisir les évolutions de la profession.  On peut dès lors se demander pourquoi les recherches à son propos, à ce jour, ont été si rares, si sporadiques, si parcellaires et, de surcroît, si peu mises en résonance. Le cas des écoles régionales est symptomatique à cet égard : seules Rennes, Nantes et Strasbourg ont suscité l’intérêt, alors qu’ensemble aujourd’hui elles regroupent 57% des élèves, même en agrégeant Versailles à Paris, ce que la Société Centrale se refusa à faire jadis [1].

La remarque pourrait être généralisée à la quasi-totalité de l’enseignement supérieur, qui s’est peu penché sur son passé, hormis les écoles les plus prestigieuses, dont on ne doit pas oublier que certaines enseignèrent durablement l’Architecture. De 1793 à 1795, elle fut même exclusivement inculquée dans la section du Génie de l’École polytechnique, qui proposa un cours dédié jusqu’en 1994 [2]. Longtemps, le seul ouvrage consacré à la genèse des modernes universités françaises fut américain : publié en 1983, il attend d’ailleurs toujours la relève [3]. Le réveil n’a véritablement sonné qu’en 2011 où se tinrent, à la Sorbonne, des journées d’étude consacrées aux archives universitaires [4]. Le retard de l’Architecture est donc relatif. Mais peut-on l’affilier sans précaution à l’enseignement supérieur, qui lui a souvent encore ménagé une place de côté lors de la constitution des PRES en 2006 et des COMUE aujourd’hui ?

Un enseignement supérieur ou « autre » ?

La question n’est pas de pure rhétorique. Les écoles d’Architecture – unités pédagogiques à l’époque – ont en effet attendu 1978 pour se voir explicitement « confier une mission de service public de l’enseignement supérieur » et 2005 pour que leur dénomination — écoles nationales supérieures — l’affiche. Le fameux décret du 16 février 1962 l’avait envisagé, mais il ne fut jamais appliqué et celui du 6 décembre 1968, en retrait sur le rapport au président de la République qui l’accompagnait, ne devait leur confier que la mission de « dispenser l’enseignement », sans en préciser la hauteur, sinon implicitement en évoquant de possibles accords de coopération avec « d’autres établissements d’enseignement supérieur ».

Le concept d’enseignement supérieur demeure assez flou. On considère toutefois qu’il prit substance en 1808 avec la création simultanée du baccalauréat et de l’université de France. Tout en repoussant l’échéance à 1815, un décret impérial stipula en outre l’obligation de posséder le premier pour intégrer la seconde. Ce système s’accompagnait de la création de grades qui permirent de réglementer les métiers du Droit et de la Médecine. On notera que les grades ne furent consentis aux études d’Architecture qu’en 2005, 197 ans plus tard… On mentionnera toutefois le cas particulier des classes préparatoires aux écoles d’ingénieurs, qu’on put fréquenter sans le baccalauréat jusqu’en 1852 où elles se muèrent en « classes de mathématiques spéciales postérieures aux classes secondaires ».

Durant cette transmutation, l’enseignement de l’architecture resta en marge, n’exigeant ni le baccalauréat, ni la fréquentation de classes préparatoires, même si des ateliers équivalents — dont on sait fort peu de chose — existèrent à Paris, à titre privé, et en province dans les écoles régionales des Beaux-Arts. La distance prise avec l’enseignement supérieur stricto sensu s’accrut encore en 1868, lorsqu’un décret voulu par Victor Duruy créa les laboratoires dans les facultés, y rendant la recherche institutionnelle et faisant de facto des professeurs d’université des enseignants-chercheurs. Cette dernière expression ne fut toutefois communément utilisée qu’à partir de 1965 et n’entra dans les statuts qu’avec la loi Savary du 26 janvier 1984. Prochainement, mais quatre décennies plus tard, les personnels des ENSA devraient se voir à leur tour reconnaître officiellement cette qualité.

Peut-être dépourvue d’abord d’intention, sinon de signification, cette distance devint vite un principe. Décidant de créer un nouvel établissement — l’École centrale d’Architecture, qui deviendrait l’École spéciale —, Émile Trélat expliquait sa décision par l’attitude, désespérante à ses yeux, des élèves de l’École des Beaux-Arts, établissement dont il reconnaissait par ailleurs la valeur :

« C’était devenu un axiome d’atelier qu’un architecte ne devait rien apprendre, que tout était dans son crayon, qu’il n’était pas utile de s’élever par la lecture, que sonder le passé dans tous les temps, que savoir les lois physiques qui régissent les corps, la mécanique qui en assure l’équilibre, les conditions chimiques qui préparent leur durée, étaient des connaissances qui faussaient l’esprit de l’artiste ou gênaient le travail de son imagination » [5].

Une telle conviction se retrouvait chez nombre de patrons d’atelier et n’épargnait pas l’architecture quand elle s’élevait au-dessus de l’apprentissage. En 1953, André Lecomte et Louis Aublet inspirèrent ainsi un rapport préconisant la suppression du cours de théorie dispensé à l’ENSBA. En 1958, désormais installé dans cette chaire, le second prêcha par l’exemple en ne donnant aucun cours [6]

Il faut cependant pointer un paradoxe. En dépit de cette ambiance délétère et de la vindicte immédiate à l’encontre de ceux qui s’évertuaient à ouvrir une fenêtre sur le monde, l’ENSBA retint durablement des enseignants de très haut niveau. Lucien Malavard, qui remplissait encore l’amphithéâtre du quai Malaquais en 1969, lors de la reprise des enseignements après « les événements », en est un excellent exemple. Spécialiste de la mécanique des fluides venu à l’aéronautique, il avait mis au point le premier calculateur d’aile d’envergure finie. Sa réputation lui avait valu de diriger l’Office national d’études et de recherches aérospatiales et il serait élu à l’Académie des Sciences, ce qui ne l’empêcha pas d’enseigner la géométrie descriptive à l’ENSBA. Ce cas n’est pas unique et les écoles régionales ne furent pas en reste : leurs professeurs faisaient fréquemment assaut d’érudition dans les sociétés savantes [7]. Dès lors, on est fondé à s’interroger sur la possible existence d’une « pédagogie invisible », qu’il faudrait mieux connaître et situer dans la pédagogie générale des établissement, qui elle-même est à reconstituer.

Quoi qu’il en fût, c’était évidemment insuffisant aux yeux de tous ceux qui, au cours des années 1960, manifestèrent le désir d’un authentique enseignement supérieur de l’Architecture incluant une ouverture sur la recherche. Ils prirent alors souvent leurs quartiers « hors les murs », notamment à l’Institut de l’Environnement à partir de 1968 8]. Cette aspiration à un changement d’attitude et de pratique conduisit en 1970 au fameux Rapport sur la recherche architecturale commandé curieusement à un professeur de Mathématiques, André Lichnérowicz, dont les préconisations judicieuses aboutirent aux créations décisives du Service de la recherche architecturale (SRA) et du Comité de la recherche et du développement en Architecture (CORDA).

Le poids de la profession

Un second domaine où l’on entrevoit des questions et des réponses nouvelles concerne les relations entre l’enseignement et la profession, l’influence que l’un et l’autre purent mutuellement exercer. À en croire Alcide Vaillant, cacique de la Société Centrale, qui inaugura l’antienne en 1919, leur divorce aurait été consommé de longue date, la faute en incombant à l’École qui se serait irrémédiablement coupée du métier [9]. Le diagnostic d’une désunion demeure à vérifier, mais l’admettre n’exclurait pas une coresponsabilité. Derrière les bannières des grandes organisations qu’elle sécréta, la profession fut en effet présente dans tous les débats concernant l’enseignement. Ce fut le cas de la Société Centrale, de la SADG et l’Association provinciale, d’abord, puis de l’Ordre et de l’UNSFA. Elles furent spécialement pugnaces autour de l’autorisation d’exercice et, donc, des prérogatives attachées au diplôme ; à propos du numerus clausus restreint que l’ENSBA établissait de fait et, donc, de l’opportunité de créer des écoles régionales ; plus récemment sur l’instauration d’une « cléricature » avant l’autorisation d’un exercice en nom propre.

Mais surtout, la coresponsabilité nous paraît établie dans la volonté partagée de maintenir une singularité fondée sur la tradition, garante aux yeux de beaucoup de la « vraie » profession libérale. Julien Guadet, leader de la contestation lors de la réforme de 1863, en fut un temps l’incarnation, proclamant sa haine des proscriptions (sic), se défiant des disciplines connexes — Archéologie comprise — dont la scientificité lui semblait castratrice, et ne pouvant tolérer les ateliers de l’École, car elle venait d’être placée sous la tutelle de l’État qui interférait ainsi dans un domaine dont il aurait fallu l’écarter [10]. On sait que ce vœu fut partiellement exaucé, les ateliers extérieurs survivant jusqu’en 1968. Parangons du libéralisme, les architectes longtemps n’avaient pu tolérer ce que les professionnels du Droit et de la Médecine avaient accepté avec précaution : aller l’amble avec l’État en diverses circonstances où chacun y trouvait un avantage. Les professeurs de Médecine pratiquent ainsi libéralement dans l’hôpital public ; quant au Droit, selon l’expression de Jacqueline Gatti-Montain, il constitue « un système de relations entre une institution publique et un savoir » [11].

Cette conception mythifiée de la profession libérale et son corollaire – une école absolument singulière — expliquent en grande partie « l’occasion manquée » de 1863 où Napoléon III signa le décret réformant l’École impériale et spéciale des Beaux-Arts, mais qui fut aussi l’année où Victor Duruy, devenu ministre de l’Instruction publique, entreprit de réformer l’université. Cette concomitance des réformes aurait pu conduire à un rapprochement. Rien ne s’y opposait : l’École était arrachée à l’Académie ; on y dispensait désormais des enseignements dans des disciplines — la Géologie, la Physique, la Chimie, la Comptabilité — qui la rapprochaient, par exemple, du Conservatoire des Arts et Métiers [12] ; enfin, on y envisageait l’instauration d’un diplôme, qui fut créé en 1867. Rien ne s’y opposait, sinon la volonté de la partie la plus élitiste et la plus traditionaliste de la profession, qui n’entendait nullement — nous l’avons vu — intégrer le système général de l’enseignement supérieur, redoutant l’éventement de son « mystère ». La tradition vise à consolider une communauté ; elle implique l’initiation et craint la transparence, lui préférant le légendaire. Ce qui pourrait bien être la raison pour laquelle l’enseignement de l’architecture dispensé jusqu’en 1968 est si mal connu, dans son contenu, dans ses modalités et dans le cérémonial qui lui faisait écrin. La plupart des ouvrages de référence, qui ont traité de l’ENSBA, ont privilégié la peinture et la sculpture, ne traitant de la section d’Architecture qu’à la marge. En 1889, Alexis Lemaistre ne lui réserva que 38 pages sur les 403 de son livre et, en 2006, Alain Bonnet, dissertant sur la réforme de 1863, ne s’y attarda pas davantage [13].

Dans ces conditions, l’histoire de l’enseignement de l’Architecture fut réduite à celle de la destinée et de la production de ceux qu’il distinguait, présentées dans des volumes ad hoc : les livres des médailles, la chronique des Grands Prix et des diplômes tenue par les revues, les catalogues du Salon, etc. On notera que l’histoire de la profession — à l’exception de quelques travaux : les recherches pionnières de Jean-Pierre Épron, l’exploration de la SADG par Marie-Jeanne Dumont et la thèse de Denyse Rodriguez Tomé consacrée à la période 1880-1905, notamment [14] — n’est guère mieux lotie. Il sera essentiel de s’y consacrer, car la relation ombrée et parfois ombrageuse entre l’enseignement et la profession (qui offrit rarement un front uni), ne s’est jamais interrompue. Elle fut évidemment primordiale dans la création des écoles régionales, « filles de l’Association provinciale » [15], et considérable dans la gestation de l’Ordre, qui dura de 1924 à 1940. Ce dernier, le posant comme condition de l’inscription à son tableau, consacra le diplôme et donc les écoles comme creuset de la profession. Ce qui fut condition nécessaire et suffisante jusqu’au 10 avril 2007 où s’ajouta l’habilitation à l’exercice de la maîtrise d’œuvre en nom propre (HMONP), qui a ressuscité la licence d’exercice mise en discussion en 1840 par les futurs fondateurs de la Société Centrale.

Il sera également nécessaire de se préoccuper de ce qui n’eut qu’une existence fugace ou qui même ne quitta pas les limbes, mais fut révélateur d’aspirations profondes et récurrentes. Il en alla ainsi du souhait de créer un grand corps d’architectes formé au-delà du diplôme, sans que ce fût dans un registre spécial comme à l’École de Chaillot. Il prit tournure dans les derniers mois du mandat présidentiel de Valéry Giscard d’Estaing, dans le projet initial de l’Institut Français d’Architecture que le président — inspiré semble-t-il par une note du 14 septembre 1974 où Ricardo Bofill, alors très en cour, affirmait la nécessité « d’un centre hautement spécialisé pour les étudiants diplômés » [16] —, qualifia tour à tour « d’ENA des architectes » et d’alter ego de l’académie de Louis XIV [17]. Cette intention, qui fut battue en brèche après les élections de 1981, n’était pas sans évoquer la création effective le 28 juillet 1941, mais qui ne connut qu’une seule rentrée, d‘une Section des Hautes Études d’Architecture à l’ENSBA.

Ces quelques considérations et suggestions, choisies parmi beaucoup d’autres et s’ajoutant à celles énumérées précédemment par Marie-jeanne Dumont, montrent combien le chantier est vaste et nombreuses ses promesses.


Notes

[1] Amouroux Dominique (dir), Le livre de l’École d’Architecture de Nantes, Gollion, InFolio, 2009.
Châtelet Anne-Marie, Storne Franck, Des Beaux-Arts à l’Université, enseigner l’Architecture à Strasbourg, 2 volumes : Histoire et mémoires et Dessins, Strasbourg et Paris, ENSAS et Éditions Recherches, 2013.
[2] Belhoste Bruno & Alii, La formation polytechnicienne, 1794-1994, Paris, Dunod, 1994.
[3] Weisz George, The emergence of modern universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton university press, 1983.
[4] Jean-Noël Luc, Stéphanie Méchine, et Emmanuelle Picard, organisateurs de ces journées, donnaient pour premiers jalons de la recherche sur l’enseignement supérieur français les livraisons de L’Histoire de l’Éducation (2009) et du Mouvement social (2010) consacrés respectivement à « L’enseignement supérieur » et aux « Mutations de la science et des universités en France depuis 1945 ».
[5] www.esa-paris.fr/Historique.html, consulté le 18 février 2016.
[6] Gutton André, Conversations sur l’architecture : De la nuit à l’aurore, Saint-Léger-Vauban (Abbaye Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire), Zodiaque, 1985, Tome 1, p. 270.
[7] Georges-Robert Lefort, qui fut successivement et parfois simultanément professeur de composition décorative, de construction pratique et de théorie, chef d’atelier et directeur de l’École régionale d’Architecture de Rennes, était ainsi membre assidu de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord.
[8] Jeanne Quéheillard a recueilli des témoignages sur l’Institut de l’Environnement, qu’elle a partiellement mis en ligne sur www.rosab.net, webmagazine produit par le CAPC musée d’Art contemporain et l’École des Beaux-Arts de Bordeaux.
[9] Vaillant Alcide, Théorie de l’architecture, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1919.
[10] Thomine Alice, Largier Françoise, « Guadet, Julien », notice créée le 25 février 2013 par l’INHA sur le site www.inha.fr.
[11] Gatti-Montain Jacqueline, Le système d’enseignement du droit en France, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1987.
[12] Cf. Nègre Valérie, Architecture et construction dans les cours de l’École centrale des arts et manufactures (1833-1864) et du Conservatoire des arts et métiers (1854-1894), in Bibliothèques d’atelier : Édition et enseignement de l’architecture, Paris, 1785-1871, Paris, INHA, 2011.
[13] Lemaistre Alexis, L’École des Beaux-Arts dessinée et racontée par un élève, Paris, Firmin Didot & Cie, 1889.
Bonnet Alain, L’enseignement des arts au XIXe siècle : La réforme de l’École des Beaux-Arts de 1863 à la fin du modèle académique, Rennes, PUR, 2006.
[14] Dumont Marie-Jeanne, La SADG : Histoire d’une société d’architectes, 1877-1939, Paris, SFA, 1989.
Rodriguez Tomé Denyse, « L’organisation des architectes sous la IIIe République », in Le Mouvement social, n°214, 2006, pp.55-76.
[15] Utilisée une première fois par Lucien Lefort en 1910, l’expression fut consacrée en 1926 par Maurice Génermont.
[16] Cf. Langereau Eric, L’État et l’architecture, 1958-1981 : Une politique publique ?, Paris, Picard et Comité d’Histoire du ministère de la Culture, 2001.
[17] « Interview de M. Giscard d’Estaing accordée au Nouvel Observateur du 29 septembre 1980 à propos de la politique architecturale, Paris, Palais de l’Élysée », www.vie-publique.fr, consulté le 18 février 2016.

 

[Retour vers le sommaire]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *