Introduction des travaux de l’après-midi – 6/12

Colloque « Écrire l’histoire de l’enseignement de l’architecture : quelles sources ? quels enjeux ? »
Cité de l’architecture et du patrimoine, 19 février 2016
Histoire : État des lieux (Conférences)

 

Introduction des travaux de l’après-midi par Jean-François Briand, Adjoint au sous-directeur de l’enseignement supérieur et de la recherche en architecture, Service de l’architecture, Ministère de la culture et de la communication


Monsieur le président de la Cité de l’architecture et du patrimoine,
Madame la présidente du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication,
Monsieur le directeur de l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg,

Chers collègues, architectes, enseignants et chercheurs des Écoles nationales supérieures d’architecture,


Je remercie la Cité de l’architecture et du patrimoine et son président Guy Amsellem de nous avoir invités pour introduire la seconde partie de cette journée d’étude consacrée au programme de recherche sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle, dans un lieu hautement symbolique rassemblant l’architecture dans son histoire et dans son actualité et lieu de réflexion, de mémoire et de débat sur l’avenir.

Je remercie l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, son directeur Eric Gross et les responsables scientifiques de ce programme, notamment Anne-Marie Châtelet, professeure dans cette école, puisque ce programme s’inscrit dans la suite d’une étude sur l’enseignement de l’architecture dans cette ville, ainsi que Marie-Jeanne Dumont et Daniel Le Couëdic.

Je remercie bien évidemment l’ensemble des membres du comité d’histoire du Ministère de la Culture et sa présidente Maryvonne de Saint Pulgent pour le soutien à ce travail ambitieux dont la clôture est prévue en 2020, et qui sera jalonné par sept séminaires thématiques. J’en profite ici pour saluer plus largement le travail du comité d’histoire, la rigueur scientifique de ses travaux, l’intérêt de ses publications et le rôle indispensable qu’il joue au sein de ce Ministère en tant que gardien actif de sa mémoire et de son identité.

Je remercie également l’ensemble des membres du conseil scientifique et du comité de pilotage qui appuient ce projet par leurs connaissances et leurs compétences.


I/ Un programme ambitieux et à long terme

Ce travail est attendu est converge avec les chantiers de réforme en cours. Il apportera un regard précieux sur un siècle particulièrement fécond en matière d’histoire de l’enseignement de l’architecture, avec ses ruptures fondatrices mais également ses continuités et le maintien de ce qui fait l’originalité et la richesse de cet enseignement.
Je pense en particulier, pour les ruptures administratives, au décret du 6 décembre 1968 qui crée les unités pédagogiques parisiennes et régionales et en affirme l’autonomie avant qu’elles ne deviennent, en 1978, des établissements publics administratifs. Concernant les continuités, j’ai à l’esprit les méthodes pédagogiques autour de la notion de projet et au double ancrage académique et professionnel qui fait la force de nos écoles.
Ce regard historique et synthétique s’avère indispensable à l’heure ou des réformes structurelles les écoles d’architecture, que j’évoquerai un peu plus tard, sont en cours de finalisation au Ministère de la culture. Il permettra d’inscrire ces réformes dans une histoire plus longue et de mieux en appréhender la pertinence et les finalités.
Au-delà des chantiers de réformes en cours, ce travail intervient à un moment de profonds bouleversements des moyens de communication par le numérique, bouleversements dont les retombées sur les modes d’enseigner commencent à émerger.
Il était donc nécessaire d’inscrire cette recherche dans un cadre ouvert, et notamment au regard d’une histoire à l’échelle internationale.
Je suis donc particulièrement attaché à l’introduction d’études comparatives avec l’Amérique du Nord et l’Allemagne, et je salue ici la présence et les interventions qui vont suivre d’universitaires reconnus de ces deux pays.
A l’heure de l’harmonisation des cursus européens, de l’intensification des mobilités internationales d’étudiants et d’enseignants (via le programme Erasmus+), et de l’internationalisation des parcours professionnels, il paraît en effet essentiel qu’une histoire de l’enseignement de l’architecture en France au XXe siècle, soit construite au regard des histoires de l’enseignement et des programmes pédagogiques à l’étranger et des échanges dialectiques entre la France et ses voisins.
L’école des beaux-arts de Paris a pendant longtemps revendiqué une sorte de primauté dans le paysage international de l’enseignement de l’architecture. Mais en 1968, la réforme de l’enseignement de l’architecture en France s’est également nourrie d’expériences étrangères, je citerai à titre d’exemple celle de l’école d’Ulm (Hochschule für Gestaltung), elle-même héritière du Bauhaus, expérience qui a finalement conduit à la création de l’Institut de l’environnement.
Les ENSA ont depuis longtemps lié de nombreux partenariats à l’étranger, traduits dans des cursus pédagogiques ou des projets de recherche partagés. La chaire internationale sur les mobilités métropolitaines innovantes qui d’être créée à l’ENSA de Strasbourg, avec l’université Tongji de Shanghai, est une preuve nouvelle, s’il en était besoin, de la perméabilité des savoirs. et il faut bien sûr encourager ces initiatives.


II/ La recherche sur l’enseignement constitue une priorité énoncée au niveau national pour nos sociétés contemporaines

Ce programme de recherche va tout à fait dans le sens des préconisations du comité pour la stratégie nationale de l’enseignement supérieur (la SRANES), telles que développées dans le rapport intitulé « Pour une société apprenante », remis au Président de la République en septembre 2015. Ce rapport invitait en effet les établissements d’enseignement supérieur à nourrir leurs réflexions sur les évolutions pédagogiques par des travaux de recherche sur l’histoire de l’enseignement. Il s’inscrit également parmi les grands axes de la stratégie nationale de la recherche.
L’enseignement du projet par le projet, qui constitue une des spécificités de l’enseignement de l’architecture, constitue un atout à faire valoir auprès de la communauté scientifique.
Il est intéressant de rappeler que les sciences de l’éducation mettent aujourd’hui en avant, quelles que soient les disciplines, l’intérêt de l’enseignement par le projet. La pédagogie dans les écoles d’architecture est largement fondée sur ce mode de transmission des connaissances, et les ENSA ont une riche expérience à faire valoir en la matière.Il s’agit d’un véritable atout à faire valoir au sein de l’environnement universitaire et scientifique. À n’en pas douter, vos travaux intéresseront donc l’ensemble de la communauté scientifique, au-delà des enseignants et des chercheurs en architecture.


III/ L’enseignement de l’architecture est par nature pluridisciplinaire et il est à la recherche de nouveaux ancrages

Ce programme de recherche ne s’intéresse pas exclusivement à l’histoire de l’enseignement de l’architecture dans les ENSA, les unités pédagogiques d’architecture ou l’école des beaux-arts, mais à tous les établissements qui contribuent ou ont contribué à la formation des professionnels de l’architecture. C’est important, car l’intégration pleine et entière des écoles d’architecture dans le paysage de l’enseignement supérieur en France et à l’international leur a permis de conforter les liens qu’elles entretiennent avec d’autres établissements d’enseignement supérieur, instituts d’urbanisme et écoles d’ingénieurs notamment. L’ancrage des ENSA dans les politiques de sites, d’abord au sein des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) puis des Communautés d’université et d’établissements (COMUE), ne fait que conforter ce positionnement, parfois ancien, avec leurs partenaires dont elles partagent les ambitions académiques et/ou professionnelles.
Ce projet intervient à la veille d’une réforme majeure de l’enseignement de l’architecture en France, qui verra notamment la création d’un statut d’enseignant-chercheur
La stratégie nationale pour l’architecture (SNA), annoncée par la ministre le 20 octobre dernier, fait de la formation un levier majeur pour donner une impulsion nouvelle à l’architecture. Les ENSA ont pour cela une place centrale dans la SNA.
Le projet de création d’un statut d’enseignant-chercheur des ENSA va permettre de conforter la place de la recherche dans les écoles d’architecture. La recherche, ainsi que la valorisation de ses résultats, fait maintenant partie intégrante des missions des ENSA.
C’est une histoire déjà ancienne dans les écoles d’architecture. Depuis de début des années 1970, les travaux de recherche conduits dans les laboratoires des ENSA n’ont cessé de faire avancer le front des connaissances.
Le statut d’enseignant-chercheur s’accompagne de la rénovation du statut des ENSA qui date de 1978. Il va dans le sens d’une démocratisation de leur gouvernance et de leur modernisation.
Ces réformes qui sont aujourd’hui en phase de finalisation s’inscrivent dans la dynamique initiée dès le rapport Feltesse de 2013, puis du rapport du député Patrick Bloche et plus récemment de la SNA.
Elles s’appuient également sur un rapport conjoint des inspections générales du ministère de la culture et de celui de l’enseignement supérieur et de la recherche, et dans la cadre plus général de la mise en place de leur tutelle conjointe et de la loi Fioraso de 2013.
Vos travaux interviennent donc à un moment-clé de l’histoire de l’enseignement de l’architecture. Ils vont permettent de valoriser cette histoire et de donner un éclairage nouveau sur les liens qui unissent formation, recherche et profession et sur leurs évolutions au regard de leur histoire.

Je terminerai en insistant sur le caractère exceptionnel de cette recherche.

Nous allons en effet mobiliser l’ensemble des ENSA, pendant 4 ans, sur une thématique fédératrice et porteuse de sens pour le projet pédagogique et scientifique des écoles, et nous suivrons bien évidemment avec attention toute particulière les résultats de vos travaux.

[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *