Étude préalable au lancement d’une campagne d’archives orales. Quelques pistes de réflexion

par Florence Descamps, maître de conférences à l’EPHE,
vice-présidente du Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication

Cet exposé a été donné lors du groupe de travail préalable au lancement d’une campagne d’archives orales sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture par le Comité d’histoire et l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg.


Propos liminaire

La démarche d’une campagne d’archives orales, à caractère collectif et patrimonial, diffère fortement de la démarche individuelle du chercheur en SHS qui constitue ses propres données de recherche et qui n’a pas besoin d’en organiser le partage, du moins a priori.
Il en est autrement pour un projet d’archives orales patrimoniales,
a fortiori s’il est décentralisé et concerne plusieurs sites ou plusieurs thématiques complexes.
Avant tout démarrage, on peut organiser la réflexion en
quatre points, qui constituent d’ailleurs 4 étapes dans le travail de collecte et de traitement des archives orales.
L’idée consiste à essayer de penser en même temps les contraintes, les finalités et les moyens, afin de ne pas avoir à regretter en fin de processus ce qui aurait dû ou pu être prévu au départ.

Toute campagne d’archives orales s’appuie sur quatre dispositifs au moins :

  • Un dispositif de réalisation des entretiens ou de collecte des témoignages (choix des « témoins » ou des informateurs privilégiés, choix des thématiques de questionnement [que veut-on savoir ?], choix de la méthode de questionnement [entretien semi-directif, récit de carrière, entretien individuel ou collectif, etc.], choix des intervieweurs, choix du mode d’enregistrement [sonore ou filmé] etc. )

  • Un dispositif d’exploitation des témoignages (fichage et définition des instruments de travail et de documentation, choix ou non d’une base de données, citation, transcription ou non, dispositif de consultation ou de diffusion, mise en ligne ou non, publication, édition, base de données etc. )

  • Un dispositif juridique de communicabilité au(x) public(s), de gestion des droits d’auteur patrimoniaux et de protection des données personnelles ou de la vie privée

  • Un dispositif budgétaire (rémunération des enquêteurs, des documentalistes, du webmaster etc.)

La définition de chacun de ces dispositifs suppose des choix faits en connaissance de cause et seuls les chefs de projet scientifiques ou le comité de pilotage peuvent les déterminer.
Ces quatre dispositifs constituent le cahier des charges de la campagne d’archives orales et dessinent les futures exploitations de ces archives orales, ainsi que leur mise en partage.


La conception d’un projet d’archives orales

La première phase, la plus importante, est celle de la conception du projet, du choix des objectifs et des méthodes. Nous situerons ici dans une approche patrimoniale, car elle nous semble la plus englobante et la plus large ; la démarche scientifique constitue en définitive un cas particulier en matière de création de corpus oraux et elle peut facilement adopter cette ingénierie en l’adaptant à ses propres finalités.

La première étape consiste donc à définir les objectifs cognitifs de l’enquête ou de la constitution du corpus. Que cherche-t-on à comprendre ou à connaître ? Quel type d’informations souhaite-t-on obtenir ou recueillir et sur quel type de sujet ? À quel type de problématique souhaite-t-on répondre ? Quel est le périmètre de la recherche ? Quelles sont les bornes chronologiques de l’enquête ?
Dès cette première phase de la conception du projet, il est important également de définir ou à tout le moins d’évoquer les « produits » d’exploitation ou de valorisation escomptés. Le corpus d’archives orales envisagé alimentera-t-il une base de données documentaires, une exposition historique ou culturelle, un colloque, un ou plusieurs articles scientifiques, un travail universitaire, une base de données, un site internet ? Donnera-t-il lieu à un livre d’entretiens, une anthologie de textes et de photographies, un beau-livre, un disque audio, un DVD, un produit multimédia, un film documentaire, une émission radiophonique, une mise en ligne d’extraits pédagogiques sur internet, un roman, un spectacle, un parcours sonore dans un musée ou dans la ville, etc. ?
En effet, le choix des produits de valorisation a des conséquences sur les choix initiaux. Par exemple, si l’on envisage une diffusion sonore dans une enceinte collective (exposition, colloque, musée, émission radiophonique, spectacle), il faut être très exigeant sur la qualité du matériel (notamment le micro) et sur les standards d’enregistrement et de prise de son. Si l’on envisage un livre à base de textes et de réécriture des enregistrements, il faut prévoir un budget de transcription et un calendrier qui tienne compte de cette phase — chronophage et budgétivore – du passage d’une langue orale à une langue écrite.
Les exploitations futures des témoignages conditionnent également le dispositif juridique adopté, notamment en matière de communicabilité des témoignages et de cession des droits d’auteur. Ainsi par exemple, si l’on souhaite exploiter immédiatement les enregistrements, il faut qu’ils soient libres de droits, ce qui suppose que l’interviewé soit prévenu préalablement des usages escomptés de son témoignage et qu’il donne son accord à toutes les utilisations prévues.

L’ensemble de ces questions donne lieu à une note d’intention ou à une note-projet, qui récapitulera les objectifs du projet et sert de feuille de route au groupe de pilotage et à l’établissement du cahier des charges.


L’établissement du cahier des charges pour une enquête orale

Toute une série de points obligés demande à être résolue en amont, si ce n’est dans le détail, au moins dans leurs grands principes ; ils balisent la construction de l’enquête et constituent les principaux éléments du cahier des charges de la campagne d’archives orales.

A/ La définition du corpus des informateurs-témoins

L’objet d’étude tel qu’il a été défini détermine le corpus des « informateurs privilégiés », c’est-à-dire les témoins dont on a décidé de recueillir la parole. Autrement dit, un corpus de témoins est toujours une construction raisonnée, il doit être ajusté à l’objet de l’enquête et à ses finalités de recherche.
L’établissement de la liste des informateurs peut se faire par plusieurs moyens : le dépouillement des archives disponibles, des sources imprimées, des organigrammes ou des médias locaux, le travail bibliographique, le bouche-à-oreille, le concours de l’entreprise ou des associations d’anciens, l’enquête sur le terrain, les liens interpersonnels, l’immersion dans le milieu social ou professionnel concerné, les suggestions des chercheurs spécialisés….
La principale qualité du témoin tient au fait qu’il puisse dire « j’y étais, j’ai vu, j’ai entendu » et qu’il puisse attester de son implication physique et personnelle dans l’événement ou la situation observée et étudiée. D’autres éléments peuvent être retenus : son positionnement stratégique dans l’organisation ou le groupe social concerné, son âge, sa génération, sa profession, son origine géographique, son métier, son sexe, ses compétences et ses qualifications, son expertise, sa crédibilité, sa connaissance ou sa compréhension du sujet, ses motivations au moment du témoignage, ses capacités narratives, ses talents de conteur, etc.
En matière de témoins, le deuxième grand principe méthodologique des archives orales, davantage que le caractère strictement représentatif de l’échantillon statistique, est la notion de
corpus, à laquelle se rattache directement le principe de la polyphonie des points de vue. Le corpus des témoins doit viser à reconstituer autour d’un même objet la pluralité des points de vue, en variant la qualité, la provenance, la typologie et le positionnement des témoins dans l’espace géographique et social.
La question du nombre de témoins est fonction de l’objet de l’enquête, mais aussi du calendrier et du budget.

B/ Le choix de la méthode d’entretien

Aujourd’hui, la méthode de l’entretien de recherche qualitatif ou compréhensif s’est acclimatée dans la quasi-totalité des sciences humaines et sociales et les méthodes ethnographiques se sont diffusées jusqu’en histoire ; la directivité a laissé la place à des modes d’interrogation plus souples et plus respectueux de la parole et de la personne du témoin. Une seule règle subsiste : que la méthode soit adaptée aux objectifs cognitifs de l’enquête. Selon la discipline des sciences humaines et sociales à laquelle ils appartiennent et en fonction du sujet qu’ils étudient et des objectifs visés, les historiens oraux ou les archivistes oraux adoptent telle ou telle méthode : l’entretien libre, l’entretien thématique directif ou semi-directif, l’entretien individuel ou collectif, le dialogue ou l’exposé oral, le récit de vie ou le récit de carrière, le récit de pratiques, le récit d’expérience etc.
La méthode d’entretien ou de questionnement a des conséquences sur la forme de la prise de parole, sur la relation d’entretien et les interactions intervieweur/interviewé, sur la durée de l’entretien, sur ses contenus et sur sa qualification juridique.
Du choix de la méthode d’entretien découlent le choix du mode de questionnement et la rédaction d’un éventuel questionnaire aide-mémoire : questionnaire directif ou semi-directif (questions fermées, ouvertes, semi-fermées etc.), canevas d’entretien, guide d’entretien, témoignage dirigé ou encadré etc.
Le questionnaire permet d’unifier les questionnements à l’échelle d’une équipe si les entretiens ne sont pas réalisés par un seul enquêteur ou s’il existe plusieurs terrains d’enquête (noyau dur de questions posées à tous les témoins). Dans ce cas, il faut définir un dispositif de coordination et de partage d’informations entre les membres de l’équipe. Ce dispositif n’empêche pas de prévoir des questions personnalisées ou spécialisées, en fonction des témoins.

C/ Le choix des intervieweurs-enquêteurs

De l’objet de la recherche découle également la définition du profil des intervieweurs (étudiants, chercheurs confirmés, experts, membres de l’institution ou intervieweurs externes, professionnels de l’entretien, jeunes ou anciens, etc.). Plusieurs critères de choix peuvent entrer en ligne de compte : la discipline des sciences humaines et sociales dans laquelle on veut ancrer l’enquête, la connaissance du sujet ou l’expertise, l’implication personnelle de l’intervieweur dans le champ scientifique, l’âge, le sexe, l’expérience de la pratique de l’entretien etc.
Les intervieweurs peuvent être bénévoles ou rémunérés.
Leur statut influe sur la nature des informations ou des discours recueillis.

D/ Le choix des conditions matérielles de l’entretien et de l’enregistrement

Les aspects matériels sont trop souvent considérés comme secondaires ou accessoires. Pourtant ils pèsent lourd dans la création des corpus oraux et surtout dans leur exploitation.
La question du lieu d’enregistrement n’est jamais innocente ni anecdotique. Les lieux les plus usités sont le domicile, l’institution patrimoniale, le lieu de travail, le lieu tiers et ils ont tous un impact sur la relation d’entretien et sur la nature des informations recueillies.
L’installation matérielle des protagonistes, le dispositif d’enregistrement sont des éléments décisifs dans le cas du filmage des entretiens, mais aussi dans le cas d’enregistrements simplement sonores. Le choix du matériel d’enregistrement est l’occasion de réfléchir au meilleur moyen d’atteindre les objectifs fixés, de réfléchir au type d’informations que l’on souhaite recueillir, aux futures exploitations et aux apports comparés de l’enregistrement sonore, de la photographie ou de l’enregistrement filmé.
Les questions liées au temps méritent elles aussi d’être réfléchies : le temps de l’interview, la durée de l’interview, le nombre de séances, l’espacement des séances etc.
Tout dépend des objectifs visés, de la matière, de la relation d’entretien, du calendrier et du budget.

E/ La définition des instruments de travail

Le travail de conception de l’enquête comprend aussi la définition des instruments de travail documentaire qui devront accompagner les enregistrements, sans lesquels les entretiens ne peuvent prétendre au statut de ressources ni de sources. Un corpus non documenté est un corpus inutilisable. Plusieurs outils sont désormais éprouvés : la fiche chronothématique, qui repère chronologiquement et linéairement les informations ainsi que les thèmes successifs abordés par le témoin ; la fiche de synthèse qui établit les conditions de production du témoignage, le contextualise et en analyse l’intérêt historique ; la fiche d’inventaire qui divise en chapitres l’enregistrement ; le résumé (ou la contraction) d’entretien ; la transcription intégrale ou partielle des enregistrements ; l’extraction d’informations factuelles ; la construction d’une base de données avec une indexation systématique (personnes, lieux, dates, institutions, matières) ou par mots-clefs des fiches chronothématiques, des résumés ou des transcriptions ; la fiche biographique du témoin ; la fiche bibliographique, la fiche « sources » etc.
Ces instruments de travail sont en général très étroitement liés aux exploitations envisagées et certains doivent parfois être conçus très en amont (par exemple le thésaurus). Avec les technologies numériques, les corpus sonores de témoignages oraux enregistrés sur disque dur et les fichiers documentaires qui les accompagnent constituent des bases de données en tant que telles ; elles sont soumises à un droit d’auteur spécifique et à des règles juridiques particulières.

F/ Les exploitations des corpus oraux

Les exploitations des corpus oraux, préparées par le travail de documentation ci-dessus, sont désormais très diversifiées : anthologies écrites, livres d’entretiens individuels ou collectifs, citations écrites, résumés documentaires, écritures romanesques, consultation sur un poste de travail ou sur intranet, disques, documentaires sonores ou audiovisuels, « douches sonores », bornes sonores, promenades sonores, audioguides, applications pour smartphones, consultation en ligne ou téléchargements, portails numériques, exploitations artistiques, bases de données documentaires ou scientifiques (en ligne ou non) etc…
Toute publication suppose de maîtriser les règles juridiques à appliquer à ces nouvelles formes d’édition, notamment numériques. On s’efforcera de réfléchir aux objectifs poursuivis, aux publics visés et à l’intérêt de telle ou telle activité de valorisation ; en matière d’archives orales, il est nécessaire d’avoir une approche coût-avantage, compte tenu du temps que prend l’exploitation des entretiens.

G/ La définition du devenir patrimonial des enregistrements, de leur statut juridique et des règles qui s’appliquent aux corpus oraux

La phase de conception de l’enquête s’achève avec la définition du devenir patrimonial du corpus d’enregistrements. Si la solution du partenariat avec une institution patrimoniale est choisie (bibliothèque, phonothèque, médiathèque, musée, fondation culturelle ou centre d’archives), il est nécessaire de prévoir et de définir contractuellement les modes d’entrée du corpus dans les collections ou dans les fonds (dépôt, don, versement légal, protocoles spécifiques), ainsi que les modalités de conservation, de reproduction, de consultation, de diffusion et d’exploitation. Le recours au contrat s’impose.
Par ailleurs, un ensemble de règles encadre la création et l’exploitation des corpus oraux. Une première clarification s’impose, celle du statut d’archives privées ou publiques. Dans le premier cas, le recours au contrat est nécessaire pour régler tous les usages des témoignages oraux ; dans le second cas, les dispositions du Code du patrimoine s’appliquent. Ce droit patrimonial qui règle la question de l’accessibilité des archives doit être combiné avec le Code de la propriété intellectuelle (CPI) et le droit d’auteur. Ce dernier s’applique à toutes les oeuvres de l’esprit, y compris les témoignages oraux et les interviews, ce qui pose la question – toujours délicate – de la titularité des droits d’auteur (partagée ou non entre l’interviewé et l’intervieweur) et de l’autorisation de reproduction et d’exploitation. Troisièmement, en tant que bases de données, les corpus de témoignages oraux sont soumis aux dispositions spécifiques du Code de la propriété intellectuelle en la matière. Quatrièmement, ils sont également soumis à la législation sur la fixation et la conservation des données personnelles (loi Informatique et libertés de 1978). Enfin, une cinquième strate de dispositions juridiques vient encadrer l’utilisation des témoignages oraux, celle de la protection des droits de la personnalité, de la vie privée, de l’image et de la voix, régie par le Code civil et par la loi sur la presse de 1881 pour ce qui concerne la diffamation des individus décédés.

H/ La définition du calendrier, des « livrables » et du budget

La résolution de tous ces points donne lieu à une note-projet ou à un cahier des charges dans le cas d’un appel à projet public, qui est validée par l’ensemble des partenaires ou par le groupe de pilotage scientifique. L’établissement du calendrier de l’enquête, de ses différentes phases, des différents produits livrables (enregistrements, fiches documentaires, transcriptions, rapport d’enquête, produits d’exploitation, articles, ouvrages, films, etc.), la détermination du budget, qui est fonction de tous les éléments mentionnés ci-dessus, viennent parachever la phase de conception de l’enquête orale.

I/ La lettre d’appel à témoignage

Le travail de conception et de définition du projet – à destination du comité scientifique et validé par lui – pourra être synthétisé dans la lettre d’appel à témoignage ; cette lettre permet de nouer le pacte d’entretien entre le témoin, l’intervieweur et le commanditaire. On y retrouvera les points caractéristiques de l’enquête : l’identité du commanditaire ou du chercheur ; le sujet général de l’enquête ; la méthode d’entretien ; les modes d’enregistrement ; la raison pour laquelle le témoin est sollicité et l’objet précis de l’entretien ; le devenir patrimonial des entretiens et les utilisations envisagées.
Cette lettre permet d’informer l’interviewé des tenants et aboutissants de l’exercice et atteste du fait qu’il a consenti « de façon éclairée » à la fixation, à la conservation et à l’utilisation de sa parole ou de son témoignage (
cf. les exigences de la CNIL en matière de données personnelles) et elle prépare la future cession des droits, qui se fait par contrat à l’issue de l’entretien.

J/ Le contrat de communicabilité et d’exploitation du témoignage

Il est particulier à chaque enquête et à chaque terrain. Il n’existe pas de modèle-type.
Il peut être évoqué et signé à la fin de l’entretien.
Il peut être le même pour tous les témoins ou au contraire personnalisé selon chaque témoin.
Il concerne le témoin autant que l’intervieweur.
Il a pour but de mettre au clair les droits et obligations de chacune des parties, de permettre le partage des informations dans le respect de chacun et de permettre dans le futur la bonne gestion des témoignages par les institutions patrimoniales.
Il fait l’objet d’une réflexion particulière et d’une rédaction soignée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *