Évaluer les politiques culturelles. Une rétrospective

par Carl-Johan Kleberg1 et Mikael Schultz2


unescoLe présent rapport sur la mise en œuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (ci-après « la Convention ») va probablement faire date pour l’avancement de la recherche sur les politiques culturelles dans le monde. En effet, l’accent qu’il met sur l’évaluation des impacts de la Convention est à la fois nouveau et essentiel. Ces cinquante dernières années, un certain nombre de rapports et d’enquêtes ont été publiés, la plupart poursuivant un objectif de comparaison. Cependant, il n’existe pas encore de cadre permettant d’obtenir des évaluations fiables de l’élaboration des politiques culturelles et de leur mise en œuvre. Malgré leurs imperfections, ces efforts passés ont créé un corpus d’expérience et de connaissances qui peut éclairer de manière constructive le travail entrepris sous l’égide de la Convention, c’est-à-dire un nouveau processus de consolidation des savoirs qui permettra aux Parties d’identifier et de suivre leurs propres voies vers des politiques culturelles qui garantissent la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Ces réflexions rétrospectives présenteront par conséquent les exercices successifs de renforcement des connaissances auxquels les auteurs de cet article ont participé à titre individuel, en soulignant leurs principales caractéristiques


Les premiers pas

Dans la plupart des pays, l’infrastructure de recherche nécessaire pour fournir une base d’informations fiables sur l’élaboration des politiques est encore insuffisamment développée. Pourtant, dès l’émergence de la politique culturelle en tant que domaine à part entière dans les années 1960, la nécessité d’une base d’informations obtenue grâce à des recherches approfondies a été reconnue. Mais de telles recherches demandent du temps et donc de l’argent, particulièrement lorsqu’on cherche à établir des comparaisons entre différents pays.

L’UNESCO a fait le premier pas en organisant une Table ronde sur les politiques culturelles en décembre 1967 (UNESCO, 1968). Cette réunion d’experts qui s’est déroulée à Monaco a rassemblé des artistes célèbres, des universitaires et des fonctionnaires. Parmi les fonctionnaires présents, Augustin Girard, premier directeur du Service des études et recherches du ministère français de la Culture, a joué un rôle essentiel pour la rédaction des conclusions de cette réunion dans un Rapport final. Ce dernier a été présenté et complété dans un ouvrage intitulé Réflexions préalables sur les politiques culturelles et publié en 1969 (UNESCO, 1969). Dans la mesure où ce rapport identifie les besoins essentiels pour une recherche efficace en matière de politique culturelle, qui sont encore pleinement valables aujourd’hui, notamment dans une optique comparatiste, il doit être considéré comme un texte fondateur important.3 Il recommandait une évaluation des besoins culturels réels dans différents secteurs de la société. Tout en présentant une sélection de statistiques culturelles, le rapport indique qu’ « [elles] ne permet pas de comparaisons qualitatives, mais elles donnent des indices aux administrateurs ou aux élus qui veulent favoriser la culture. »

L’une des recommandations faites à Monaco et ensuite suivie par l’UNESCO a été la publication, dans les années 1970 et 1980, de plus de 50 brochures sur les politiques culturelles nationales. Cette série visait à expliquer comment les politiques culturelles étaient conçues et mises en œuvre dans plusieurs États membres. Chacun de ces comptes rendus était en fait un exercice de représentation nationale, car aucune grille de comparaison n’avait été fournie et il n’y avait aucune tentative d’élaboration d’un quelconque système d’indicateurs. Ces rapports se sont toutefois révélés utiles, car ils ont fourni un aperçu des nombreuses approches nationales. À ce stade précoce, une autre contribution importante au développement des politiques culturelles a été la publication par l’UNESCO, en 1972, de l’ouvrage intitulé Développement culturel : expériences et politiques, qui présentait une vue d’ensemble de la complexité des aspects idéologiques et méthodologiques des politiques culturelles (Girard, 1972).

La Table ronde de Monaco avait été organisée comme une réunion d’experts, et pourtant tous les participants étaient d’accord pour dire que les questions relatives à la politique culturelle devaient être diffusées et discutées au niveau politique. Ils ont donc demandé à l’UNESCO d’organiser une conférence des ministres de la Culture. Cette recommandation a donné lieu à l’organisation de la Conférence intergouvernementale sur les aspects institutionnels, administratifs et financiers des politiques culturelles, à Venise en 1970 (Augustin Girard était le Rapporteur de la Commission II qui traitait de la recherche). Les recherches nécessaires à l’élaboration des politiques firent l’objet de résolutions adoptées par la Conférence et notamment de la Résolution 11, appelant l’UNESCO à « accorder une plus grande importance aux questions relatives à la politique culturelle dans son programme culturel et à aider les États membres […] à formuler et mettre en œuvre les politiques institutionnelles, administratives et financières adéquates […] et à porter une attention croissante à la collecte de données comparables sur la promotion de la politique culturelle, les méthodes de planification et la législation. »

Des propositions similaires ont également émergé lors des conférences ministérielles qui se sont tenues ensuite dans chacune des régions de l’UNESCO (Helsinki 1972, Yogyakarta 1973, Accra 1975, Bogota 1978). En 1982, une deuxième conférence mondiale a été organisée à Mexico, la Conférence mondiale sur les politiques culturelles, connue sous le nom de « Mondiacult ». Il en a notamment résulté la Décennie mondiale pour le développement culturel, lancée en 1988. Mais cette dernière n’a pas fait progresser la cause de la recherche en matière d’évaluation des politiques culturelles.


Programme d’évaluation des politiques culturelles du Conseil de l’Europe

Dans les années 1980, des responsables culturels européens ont commencé à porter un regard critique sur le travail accompli. Ils se sont interrogés : « Avons-nous vraiment atteint les objectifs que nous avions fixés en matière de politique culturelle ? Les fonds de plus en plus importants que les gouvernements consacrent aux activités culturelles sont-ils intelligemment dépensés ? » Ils ont commencé à s’intéresser aux méthodes d’évaluation jusqu’alors utilisées dans d’autres domaines, comme l’éducation.

En 1985, le Conseil de l’Europe a organisé un séminaire sur le thème Méthodes pour l’évaluation des politiques culturelles nationales (Ministère suédois de l’éducation nationale et des affaires culturelles, 1985). Les participants ont conclu, entre autres, que les méthodes et les expériences devaient être échangées et comparées. Il en est également ressorti que des indicateurs statistiques portant sur le développement culturel devaient être élaborés. La proposition la plus importante a été la mise en place d’une évaluation des politiques culturelles nationales, à titre expérimental. La France et la Suède ont été les premiers pays à se porter volontaires pour entreprendre ces nouveaux efforts, inspirés de la méthode de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) pour l’examen des politiques éducatives. Cette méthode comporte trois étapes : un rapport national, un rapport préparé par une équipe d’observateurs internationaux et un échange entre ces observateurs et le ministre concerné.

Peu de temps après, ce processus a été lancé par le Conseil de l’Europe. Plus de 30 pays ont évalué leurs politiques culturelles en 25 ans. Il n’y avait pas de modèle d’évaluation unique. Par ailleurs, les bases quantitatives variaient grandement et étaient souvent imparfaites. Pour chaque État membre du Conseil de l’Europe, les informations sur les objectifs et les méthodes des politiques culturelles obtenues grâce à ces rapports se sont révélées bénéfiques, notamment en ce qui concerne l’innovation dans les autres pays de la région. Après la chute du mur de Berlin, les nouveaux pays indépendants ont été particulièrement intéressés par ce projet – bien qu’ils aient été motivés non pas par le besoin d’évaluation mais par la nécessité de rassembler des conseils pour l’élaboration de cadres de politiques culturelles nationales. Pour le Secrétariat du Conseil de l’Europe, ce système offrait l’occasion de développer des outils de mesure et des indicateurs permettant de comparer les politiques culturelles. Mais dès le départ ce besoin de comparaison a posé une difficulté aux pays participants. Les auteurs du rapport français comme ceux du rapport suédois ont regretté qu’il soit impossible d’ajouter des comparaisons internationales aux conclusions. Les données comparatives dans ce domaine étaient tout simplement insuffisantes et peu fiables. À l’époque, le Conseil de l’Europe n’avait pas les moyens d’élaborer des statistiques comparatives. En dépit de ces manquements, cependant, le « modèle » du Conseil de l’Europe a suscité de l’intérêt hors d’Europe.4 À ce titre, il a également été soigneusement examiné par le Secrétariat de l’UNESCO qui a organisé en 1999 un atelier à Gällöfsta, en Suède, sur la possibilité d’adapter cette méthodologie ailleurs. Il a été demandé à Christopher Gordon, chercheur renommé, de rédiger une étude sur le processus d’évaluation pour l’atelier, publiée par l’UNESCO en 2001 dans le volume European Perspectives on Cultural Policy (Gordon et Mundy, 2001).

Le projet d’évaluation des politiques culturelles nationales est toujours en cours, mais une nouvelle méthodologie est utilisée depuis 2011. Elle permet des évaluations régionales et thématiques, menées par des équipes de recherche communes qui rédigent un rapport unique accompagné de recommandations. Cette méthode n’encourage pas l’interaction critique entre les perspectives nationales et internationales comme le faisait le programme initial. Il est intéressant de remarquer que l’OCDE, dont les efforts avaient inspiré le programme, a elle-même réalisé des évaluations nationales dans de nombreux domaines, souvent de manière récurrente. Il est donc possible d’adopter une approche longitudinale, notamment en ce qui concerne le suivi des premières recommandations. Cela fonctionne entre autres car l’OCDE peut s’appuyer sur le personnel adéquat et les ressources économiques suffisantes pour mener à bien ces évaluations, apparentées à un système d’examen par des pairs.5


L’idée d’un « Rapport Brundtland pour la culture »

En 1987, la Commission mondiale de l’environnement et du développement, présidée par Mme Gro Harlem Brundtland, femme politique et ancien Premier ministre norvégien, a publié le rapport novateur intitulé Notre avenir à tous (Commission mondiale de l’environnement et du développement, 1987). Impressionnées par l’impact de ce rapport, un certain nombre de personnes impliquées dans les questions de politiques culturelles dans les pays du Nord ont suggéré de rédiger un rapport similaire, tourné vers l’avenir, portant sur les relations entre culture et développement. On sait que le Rapport Brundtland, comme il a été nommé, appuyait ses conclusions sur un grand nombre d’indicateurs fondamentaux sur l’environnement. L’idée d’un « Rapport Brundtland pour la culture » a émergé lors d’une Conférence des pays nordiques à Helsinki en mars 1990. Étant donné la coopération étroite entre les Commissions nationales pour l’UNESCO de ces États, mais aussi entre leurs ministères et leurs conseils culturels nationaux, l’idée d’une Commission mondiale avec des objectifs similaires dans le domaine de la culture a pris une ampleur considérable dans la région. Ingrid Eide, ancienne sous-secrétaire d’État en Norvège et représentante du groupe nordique en tant que membre du Conseil exécutif de l’UNESCO, a joué un rôle essentiel dans ce processus. L’idée a été approuvée lors d’une réunion des Commissions nationales pour l’UNESCO des pays nordiques et considérée comme étant à la fois souhaitable et réaliste. Par conséquent, les pays nordiques ont proposé la mise en place, par les Nations Unies et l’UNESCO, d’une Commission mondiale de la culture et du développement. Cette proposition a été adoptée par la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. D’après la décision, le « Rapport mondial sur la culture et le développement » devait élaborer « des propositions concernant des activités urgentes et à long terme destinées à répondre aux besoins culturels dans le contexte du développement ». Les termes de références priaient la Commission d’identifier, de décrire et d’analyser les questions fondamentales, les préoccupations et les nouveaux enjeux concernant, entre autres : (a) les facteurs culturels et socioculturels qui ont une incidence sur le développement, (b) l’impact du développement social et économique sur la culture et (c) l’interrelation de la culture et des modèles de développement. Il a également été demandé à la Commission qu’elle établisse un rapport orienté vers la formulation de politiques, sur la base de la collecte et de l’analyse d’informations provenant de toutes les régions et de différentes sources. Ce rapport devait mobiliser le grand public et aider les responsables chargés de la formuler et mettre en œuvre des politiques culturelles. On peut se demander pourquoi les pays du monde entier– ayant pour la plupart une politique culturelle très discrète, voire inexistante – ont pris une décision d’une telle importance concernant les questions de politiques culturelles. Il faut sans doute chercher la réponse à cette question dans les liens toujours plus explicites entre culture et développement, affirmés au cours de la Décennie mondiale pour le développement culturel.


La Commission mondiale et ses résultats

En 1992, le Directeur général de l’UNESCO a créé la Commission mondiale de la culture et du développement6 et a nommé son président, le diplomate péruvien et ancien Secrétaire général des Nations Unies Javier Pérez de Cuéllar. Cette nomination a garanti le haut niveau d’autorité de la Commission, connue sous le nom de « Commission Pérez de Cuéllar». Cette dernière rassemblait des chercheurs, des intellectuels, des artistes et des personnalités politiques ayant une expérience pratique de l’élaboration des politiques culturelles et représentant toutes les régions du monde.

La Commission mondiale a abordé ses travaux avec beaucoup d’ambition et a organisé des réunions et des audiences partout dans le monde, dont les premières pour la région Europe ont eu lieu à Stockholm en 1993.7 Le rapport de la Commission mondiale intitulé Notre diversité créatrice a fourni une analyse profonde et audacieuse des relations complexes entre culture et développement et proposé un « Agenda international » comprenant 10 actions (Commission mondiale de la culture et du développement, 1996). Ce rapport a rapidement fait figure d’événement historique dans le domaine de la politique culturelle. De fait, il a eu des effets et des conséquences de long terme, en renforçant les motifs justifiant l’inclusion de la dimension culturelle dans les programmes internationaux de politique publique et notamment de développement. Dans le cadre de cet article, dont la perspective est plus limitée, la proposition la plus pertinente de Notre diversité créatrice était l’action 1 de l’Agenda International qui recommandait à l’UNESCO de parrainer une équipe indépendante chargée de concevoir et de publier, à partir de 1997, un « Rapport annuel sur la culture et le développement dans le monde ». Ce rapport indépendant, destiné aux décideurs et autres responsables, serait financé par des contributions volontaires de la communauté internationale, en provenance notamment de fondations et de gouvernements (Commission mondiale de la culture et du développement, 1996). Il aurait pour objet :

  • L’étude des tendances récentes en matière de culture et de développement;
  • L’examen des événements influant sur l’état des cultures dans le monde entier;
  • L’élaboration et la publication d’indicateurs culturels du développement;
  • La mise en lumière de pratiques et de politiques culturelles exemplaires ;
  • L’analyse de sujets importants d’intérêt général, avec des suggestions circonstanciées sur les politiques à suivre.

Cette recommandation avait été proposée et rédigée initialement par l’économiste pakistanais Mahbub ul Haq, membre de la Commission mondiale et fondateur des Rapports mondiaux sur le développement humain du PNUD. D’ailleurs, si un tel rapport avait vu le jour, il aurait été particulièrement utile pour présenter une « analyse de sujets importants d’intérêt général, avec des suggestions circonstanciées sur les politiques à suivre ». Un tel rapport annuel aurait même pu anticiper certains des besoins identifiés pour la future mise en œuvre de la Convention.


Les deux rapports mondiaux sur la culture

Immédiatement après la publication de Notre diversité créatrice, le Secrétariat de l’UNESCO a lancé la préparation de rapports biennaux, les Rapports mondiaux sur la culture, portant l’un sur le thème « Culture, créativité et marchés » et l’autre sur le thème « Diversité culturelle, conflit et pluralisme » (UNESCO, 1998b et 2000). Ces rapports ne correspondaient pas vraiment au format recommandé par la Commission mondiale puisqu’ils regroupaient des essais sur le thème de l’année, avec en annexe une grande quantité de statistiques nationales. Ces statistiques ne permettaient cependant pas de faire un lien direct avec les différents articles qui n’y faisaient pas référence et dont seulement quelques-uns adoptèrent une approche comparative tirée d’une recherche empirique. On peut affirmer sans trop s’avancer que c’est la raison pour laquelle ces rapports n’ont pas vraiment attiré l’attention des chercheurs internationaux ou des parrains du projet. En 2001, en raison d’un manque de ressources financières et suite à une décision des organes directeurs de modifier la politique de l’UNESCO sur les rapports mondiaux, il a été convenu de mettre un terme à cette publication.


La Conférence intergouvernementale sur les politiques culturelles pour le développement de 1998

Le rapport Notre diversité créatrice avait été produit par un groupe d’experts indépendants. Ses conclusions ont fait l’objet de nombreuses discussions au sein de l’UNESCO et des cercles concernés par la politique culturelle, mais il n’existait pas de mécanisme par lequel ses recommandations pouvaient être adoptées par l’Organisation afin de guider la mise en œuvre des politiques culturelles dans les États membres. Il s’agissait là de la principale difficulté identifiée par le Secrétariat de l’UNESCO pour le suivi. Dans la mesure où cette préoccupation coïncidait avec la volonté exprimée par la Suède de voir des résultats concrets émerger des travaux de la Commission mondiale, le gouvernement de ce pays a proposé d’accueillir une Conférence internationale des ministres de la Culture, organisée par l’UNESCO. Cet événement, nommé « Le Pouvoir de la Culture », s’est déroulé au printemps 1998 (UNESCO, 1998a). L’UNESCO et le gouvernement suédois ont reconnu que les nombreuses recommandations et résolutions adoptées par les précédentes conférences de ce type n’avaient pas engendré beaucoup de résultats concrets. Les organisateurs ont donc décidé que celle de Stockholm n’aurait qu’un seul résultat ciblé, sous la forme d’un bref Plan d’action contenant des objectifs spécifiques, dont la poursuite serait recommandée aux États membres et au Directeur général de l’UNESCO. Le Plan d’action adopté par la Conférence de Stockholm fut considéré comme un résultat significatif. C’est lui qui, le premier, a reconnu l’importance de l’inclusion de stratégies de développement humain dans les cadres de politique culturelle et de coopération culturelle internationale. Cependant, il n’a été que peu suivi d’effets, notamment dans le domaine des recherches sur l’impact des politiques. Il faudra attendre l’adoption de la Convention pour constater un véritable élan dans ce domaine.


Nouveaux réseaux

La Conférence de Stockholm a été le théâtre de débats animés sur la question de « l’exception culturelle » et l’une de ses conséquences indirectes majeures a été la mise en place, par le gouvernement canadien, d’un réseau international des ministres de la Culture – le Réseau international sur la politique culturelle (RIPC). Sheila Copps qui était alors ministre du Patrimoine canadien a lancé ce réseau informel afin de susciter une discussion politique autour de la place des biens et services culturels dans les accords de libre-échange internationaux, qui pourrait faire avancer le développement d’un nouvel instrument normatif international. À son apogée, le RIPC rassemblait jusqu’à 70 pays et organisait des réunions partout dans le monde. Les ministres ou leurs représentants ont étudié plusieurs options possibles dont la création d’une nouvelle organisation, sorte d’OMC de la culture, mais ils ont finalement conclu que l’UNESCO serait l’institution la plus à même de négocier et d’adopter un tel instrument.

Le gouvernement canadien a également encouragé et soutenu une organisation de la société civile internationale, le RIDC (Réseau international pour la diversité culturelle), dont les travaux devaient refléter et compléter ceux du RIPC. Les deux organismes travaillaient en étroite collaboration, le premier organisant généralement des réunions pour tirer parti des rassemblements ministériels. L’implication précoce de la société civile dans le processus explique sans aucun doute l’importance donnée à sa participation dans le texte de la Convention. Si le suivi ou l’évaluation n’ont pas beaucoup pesé dans les discussions du RIPC et du RIDC, les efforts de ces deux réseaux ont été importants pour l’accélération du processus de négociation et d’adoption de la Convention.


L’essor de la recherche en matière de politique culturelle

Tandis que se déroulaient ces différents événements, la quantité et la qualité des recherches consacrées à la politique ont significativement augmenté, permettant de ce fait une mise à disposition de données pertinentes. Il est important de signaler que le Rapport sur le développement humain du PNUD, dont l’édition 2004 a abordé la question de la liberté culturelle sous le titre La liberté culturelle dans un monde diversifié (PNUD, 2004), a été un modèle important. Le mécanisme Eurostat de l’Union Européenne (UE) offre aujourd’hui une base de données statistique en constante expansion sur les questions culturelles. Le « Compendium des politiques et tendances culturelles en Europe », projet du Conseil de l’Europe et d’ERICarts aussi appelé Compendium, est « un système d’information et de suivi, basé sur l’Internet et mis à jour en permanence, sur les politiques culturelles nationales en Europe. » Il en est actuellement à sa 16e édition.8 Les informations comme la méthodologie sont continuellement mises à jour par les chercheurs et les responsables du projet, dont les enquêtes et l’analyse sont à la fois centralisées et décentralisées (officielles et universitaires). Elles réunissent les gouvernements et le monde de la recherche indépendante sur la politique culturelle. Le Compendium a été à l’origine de la création d’un système international d’information et de suivi sur les politiques culturelles géré par la Fédération internationale de conseils des arts et agences culturelles (FICAAC), lequel donne la possibilité de suivre et d’analyser les tendances mondiales relatives aux principaux aspects des politiques culturelles de toutes les régions du monde. Il a permis, en particulier, la publication de profils nationaux pour plusieurs pays du Sud, tels que le Chili, l’Inde, la Tunisie, le Vietnam et le Zimbabwe.9 Les travaux de la revue Culturelink, publiée par le Réseau des réseaux de recherche et de coopération en matière de développement culturel, basé à Zagreb, méritent aussi d’être mentionnés. Dans la sphère universitaire, les efforts incluent le International Journal of Cultural Policy, sous l’égide duquel une conférence internationale sur les questions de politique culturelle est organisée tous les deux ans. Ces efforts ont été imités dans différentes régions, par exemple sous la forme du Nordic Journal of Cultural Policy. Une autre initiative universitaire importante a été les rapports Cultures and Globalisation Series, dont cinq volumes ont été publiés entre 2007 et 2012. Chacun d’entre eux contenait de nouvelles suites d’indicateurs, élaborées à partir d’informations provenant d’une variété de sources, pour la plupart non gouvernementales ou du secteur des industries culturelles. Ces indicateurs représentent une innovation majeure dans le domaine des infographies et de la visualisation de données (Anheier and Isar, 2008, 2010, 2012).


Conclusion

À la lumière de cette brève rétrospective des initiatives dont nous avons personnellement été témoins ces 50 dernières années, il est clair que le processus d’évaluation périodique quadriennale de la Convention est pour la communauté internationale une formidable opportunité qui doit être saisie si nous voulons enfin nous appuyer systématiquement sur ce demi-siècle d’efforts fragmentés et quelque peu parcellaires pour promouvoir un suivi et une évaluation efficace de la recherche en matière de politique culturelle. Le présent rapport, qui met en avant des bonnes pratiques et analyse les tendances mondiales, apportera une réelle valeur ajoutée aux rapports préparés par les Parties elles-mêmes. La formulation de problèmes communs identifiés grâce aux indicateurs pourrait bien être une occasion de générer des informations comparatives semblables à celles produites par le système d’ examen par des pairs de l’OCDE qui permet une analyse longitudinale des évaluations nationales des politiques culturelles. Cette série de rapport permettra à l’UNESCO d’assumer un rôle d’observation au niveau international qui sera probablement essentiel à l’amélioration des politiques culturelles à travers le monde. Les responsables de la planification et de l’élaboration de ces politiques doivent être soutenus et les gouvernements et organisations internationales doivent être encouragés à consacrer des ressources à ces travaux nécessaires et complexes. Ils seront toujours complexes, mais les résultats qui en résulteront ne pourront qu’améliorer notre qualité de vie à tous.

Notes
1 Professeur et ancien directeur adjoint du Conseil suédois des arts, Stockholm, Suède

2 Chef de la coordination internationale, Conseiller principal, ministère de la Culture, Stockholm, Suède
3 Le rôle d’Augustin Girard en tant que promoteur majeur du développement de la politique culturelle, notamment en matière de recherche, est exploré plus en détails dans Martin, L. (2013) et Comité d’histoire du Ministère de la Culture (2011).
4 En 1999, l’Agence Suédoise de Coopération Internationale pour le Développement (ASDI) a répondu à une demande de financement du gouvernement vietnamien pour une évaluation de la politique culturelle nationale selon ce modèle. Si celle-ci n’a pas pu être menée, le processus a ensuite donné lieu à l’élaboration de la Stratégie de l’économie culturelle du Vietnam (décembre 2013) et du Profil de la politique culturelle vietnamienne (décembre 2013). Pour plus d’informations, voir www.worldcp.org/
5 Voir www.oecd.org/site/peerreview/peerreviewataglance.htm
6 Le contexte de la Commission et ses résultats sont détaillés dans The dream of a policy-oriented view of world cultures [Le rêve d’une vision des cultures mondiales orientée vers les politiques] (Kleberg, 2008).
7 Suite à cela, le Conseil de l’Europe a décidé de rédiger un rapport européen. Il a été publié en 1997 sous le titre La culture au cœur. Faute de moyens financiers suffisants, il n’a pas été possible de collecter des données comparatives, mais ce rapport proposait un cadre solide pour l’analyse des principales problématiques et a été largement débattu dans les cercles du Conseil de l’Europe.
8 Voir www.culturalpolicies.net
9 Voir www.worldcp.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *