Les Rencontres d’Avignon et les politiques culturelles [3] – B. Gilman

Témoignage de Bernard Gilman1


Jeune élu en 1965 dans l’équipe d’Hubert Dubedout, il me paraissait intéressant de confronter nos tentatives aux regards et à l’expérience d’autres partenaires élus ou non. C’était pour moi une ouverture que je jugeais nécessaire.

Nous avions l’impression d’entrer dans une nouvelle ère de l’action culturelle tant du côté du ministère que du côté des collectivités territoriales, quelles que fussent les divergences politiques. Malgré la tension entre le centralisme du ministère et les exigences de décentralisation des villes, il y avait véritablement dialogue. Le ministère de la culture était alors peuplé d’administrateurs très attentifs aux démarches des collectivités locales, et celles-ci, de leur côté, attendaient de Paris d’être reconnues et aidés dans leurs initiatives.

L’élu que j’étais venait d’un mouvement d’éducation populaire et il oscillait entre l’importance de celle-ci et l’importance de la création, s’efforçant de concilier les deux. Nous parlions en ces temps-là de « qualité des contenus » et pas encore de « pouvoir au créateur ». La présence du maire Hubert Dubedout lors des Rencontres de 1966 a facilité mon rôle d’adjoint à Grenoble. Ce fut pour moi un signe de l’importance qu’Hubert Dubedout accordait à l’action culturelle et, plus précisément, à la politique culturelle qu’on esquissait alors à Grenoble. Il confirmait notre démarche ; mais en même temps il prenait conscience que celle-ci était regardée. L’intérêt que le ministère et quelques personnalités montraient pour notre aventure comptait pour lui. Cela le confortait et confortait la confiance qu’il me témoignait.

Ces Rencontres ont joué un rôle dans le travail que la municipalité de Grenoble a mené avec le ministère, et notamment avec le service d’Augustin Girard. Nous avions conscience de la nécessité que des études et recherches puissent accompagner notre action. Sous l’influence de Peuple et culture et de Dumazedier, je me suis attaché les services d’une sociologue dès mon arrivée à la mairie. L’existence du Service des études et recherches était une aubaine pour nous et la connivence avec Augustin Girard a été immédiate.2

*********
1 Au moment des Rencontres d’Avignon, Bernard Gilman était alors maire-adjoint, chargé des Affaires culturelles de Grenoble
Ce témoignage a été publié dans La Naissance des politiques culturelles et les Rencontres d’Avignon sous la présidence de Jean Vilar (1964-1970) présenté par Philippe Poirrier, La Documentation française / Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, 1997, réédition 2012, p.511-512.
2 Voir en particulier les études réalisées par le SER : Bilan de 10 ans d’activité culturelle à Grenoble, Ministère de la Culture, Service des études et recherches, 1979, 10 fascicules et l’ouvrage de Jeanne Béraud et Didier Béraud, Une aventure culturelle à Grenoble, 1965-1975, Ministère de la Culture, Service des études et recherches, 1979, 222 p.


[retour]


Vous aimerez aussi...