Les Rencontres d’Avignon et les politiques culturelles [4] – A. Girard

Témoignage d’Augustin Girard1


[…] « Interrogation » ? Voilà le maître-mot lancé, commencement, principe et fin de ces « Rencontres ». Car il apparut vite que Vilar et Debeauvais n’avaient pas rassemblé des personnages armés de réponses tout prêtes, mandatés par des groupes constitués, professionnels, institutionnels, syndicaux ou politiques afin de confronter leurs réponses entre elles, et terminer sur des motions habilement balancées, aussi rapidement oubliées que rédigées. Ils prirent toujours soin de répéter, de 1964 à 1970, à l’ouverture et à la clôture de chaque « Rencontre » qu’il s’agissait uniquement de poser correctement de bonnes questions, de « resserrer des problèmes ». En cela ils étaient tacitement proches d’un Malraux qui déclarait aux députés que « la culture n’était pas là pour fournir les bonnes réponses, mais pour poser les bonnes questions » ; proches aussi des savants qui déclarent avec Lévi-Strauss que « le scientifique n’est pas celui qui fournit les réponses vraies, mais celui qui pose les vraies questions ».

« Vraies questions » ? Elles fusèrent immédiatement, par dizaines de dizaines chaque matin. L’un des intérêts de la publication des présents « actes » – si bien nommés – est d’en rapporter dix par page, dans leur bousculement, leur fécondité, toujours actuelles pour la plupart […]

[…] Rencontres d’idées ? – Rencontres d’hommes La première avancée – que je veux retenir pour demain – de ces commencements, de ces forces vivifiées à l’oxygène naissant, c’est le primat non pas des idées, mais le primat des hommes. Rencontres d’idées, certes. Mais rencontres d’hommes d’abord, autour d’un homme. C’est entre eux que se créa l’esprit des Rencontres, ces « débats de petite assemblée » comme les appelait Vilar avant même qu’ils ne commencent.

[…]

Partir du local

Une avancée des Rencontres 1964-1970 – à reprendre et pousser pour demain – est la réflexion sur les politiques culturelles locales. Il est curieux de noter aujourd’hui combien rapidement Jean Vilar a été conduit à passer du thème culture et État (1964), au thème culture et École (1965), puis à celui de développement culturel en région (1966), et, de là, pour les trois dernières Rencontres (1967, 1969, 1970) au rapport culture/ville. Souci sans doute d’arrimer concrètement les débats aux questions que posent à une politique culturelle démocratique les besoins les plus pressants de populations bien précises.

Des élus et des administrateurs locaux sont arrivés en Avignon se joindre aux professionnels et aux artistes des premières Rencontres. Les questions se sont « resserrées » autour du « cas » de sept villes pionnières, volontaires pour mettre en évidence leurs besoins de développement culturel, rejointes les années suivantes par quatorze villes européennes qui prirent le risque de cette auto-évaluation à partir de critères de développement découverts en commun : quel patrimoine urbanistique à conserver, à créer – et pour qui ? Quelles diffusions et animations par quel renouvellement de l’ancienne triade musée-théâtre-bibliothèque – et pour qui ? Quels nouveaux types de formation, quelles innovations – et pour qui ?

Au fil d’échanges foisonnants sur ces questions-programmes, c’est le problème du « pourquoi » de la politique culturelle dans la démocratie urbaine qui s’est trouvé abordée : quelle était donc la légitimé de ces dépenses d’art et de culture qui ne bénéficient vraiment qu’à des minorités privilégiées ? Quel argumentaire tenir aux vingt-cinq conseillers municipaux qui sont porteurs d’autres priorités ? Faire que nos enfants ne deviennent pas des barbares ? Que les citoyens des quartiers se responsabilisent pour maîtriser leur environnement ? Que la créativité de chacun s’enrichisse pour de meilleurs emplois ? Que les inégalités sociales soient mieux combattues ? […]

 

********
1 Augustin Girard a fondé puis dirigé le service des études et recherches au ministère de la Culture. En 1993, il a créé le Comité d’histoire qu’il a présidé jusqu’en 2007.
Ce témoignage a été publié dans La Naissance des politiques culturelles et les Rencontres d’Avignon sous la présidence de Jean Vilar (1964-1970) présenté par Philippe Poirrier, La Documentation française / Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, 1997, réédition 2012, p.553-558.


[retour]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *