Les Rencontres d’Avignon et les politiques culturelles [2] – M. Debeauvais

Témoignage de Michel Debeauvais1


Comme l’ont dit beaucoup des participants des Rencontres d’Avignon, Vilar le premier, j’y ai beaucoup appris. Moins en connaissances nouvelles qu’en réflexions personnelles sur les thèmes traités et plus encore comme inspiration pour mes activités ultérieures, notamment ma participation à la création de l’université de Vincennes en 1968.

La conception des Rencontres a été une expérience déroutante pour moi au premier abord. Vilar m’avait d’abord parlé de mettre le Festival et son public au service d’un forum de réflexion et de débats d’idées en l’ouvrant au club Jean Moulin. Je voyais bien qu’il s’agissait pour lui d’un élément de l’ouverture qu’il voulait donner au Festival. En quinze ans, Vilar n’avait pas cessé d’élargir son projet : les représentations en plein air de 1947 étaient devenues la quinzaine du TNP dans la cour d’honneur du Palais ; les dialogues des comédiens avec le public étaient devenus la tradition des séances du Verger ; depuis son départ du TNP en 1963, il avait entrepris d’inviter aussi d’autres troupes, d’encourager l’aménagement de nouveaux espaces culturels dans la ville, de faire leur place à la danse avec Béjart, au cinéma avec Jean Robert, aux programmes culturels des centres d’entraînement aux méthodes actives, issus du mouvement Freinet (Cernéa) et des Rencontres internationales des jeunes (animées par Christel d’Ornjelm). Mais j’éprouvais le contraste entre la force de son intention et l’imprécision de son dessein, pour ne pas dire l’obscurité de son expression. Je ne me voyais pas implanter à Avignon un colloque où Vilar n’aurait été qu’un hôte pour des débats sans rapport direct avec son œuvre propre. C’est peu à peu, au fil des entretiens où il me convainquait de l’importance qu’il attachait à son idée que j’ai trouvé un sens à la tâche qu’il me proposait : traduire sa conviction en un projet s’intégrant dans l’esprit du Festival tel que Vilar voulait le faire évoluer.

Jusqu’alors, j’admirais Vilar, mais comme spectateur et ami, depuis ma planète assez éloignée. J’ai cherché comment je pouvais profiter de cette occasion inattendue qu’il m’offrait de travailler avec lui, en contribuant à son projet à partir de ce que pouvais y apporter,. Je participais depuis 1959 à la création de l’Institut du développement économique et social (Ides) à la Sorbonne et de sa revue Tiers Monde ; je m’étais totalement engagé dans cette nouvelle expérience en quittant l’administration pour l’université. Le domaine de la politique de développement économique était apparu dans les années cinquante, et on commençait à enseigner « l’économie du développement ». Aux Nations Unies, on venait d’ajouter à la notion de développement économique celle de développement social ; l’Unesco adoptait la planification de l’éducation comme complément à la planification économique. Par ailleurs, mon ami Joffre Dumazedier m’avait impliqué dans la création des universités d’été de Peuple et culture et cette expérience m’avait sensibilisé à cette dimension nouvelle de l’éducation populaire.

En réfléchissant aux propos de Vilar, il me parut qu’on pouvait retenir le « développement culturel » comme un thème unificateur faisant converger plusieurs courants : le « théâtre populaire » s’élargissait en France avec la décentralisation théâtrale et les maisons de la culture ; les sciences sociales commençaient à étudier les activités culturelles et leurs publics, en mettant en évidence les inégalités sociales et aussi culturelles. Sous André Malraux, avec Pierre Moinot, Francis Raison, Émile Biasini, la culture avait en France un ministère dynamique ; la notion de politique culturelle prenait forme, elle était adoptée à l’Unesco qui lui apportait une dimension internationale.


La préparation des Rencontres

Je préparai donc un premier texte pour Vilar, lui proposant un type de réunion où je pensais qu’il pourrait tenir une place privilégiée : comme «ordonnateur» d’un débat entre les différents partenaires de la politique culturelle. On pouvait ainsi penser pouvoir réunir à la fois des novateurs du monde du théâtre, des sciences sociales, des responsables de la politique culturelle de l’État et des villes, des associations culturelles, ainsi que des personnalités choisies par lui. Il était probablement le seul qui puisse inspirer un style de débat favorisant le dialogue ouvert et la réflexion, et le faire accepter par tous.

Il me serait difficile de préciser les détails du dialogue qui s’instaura pour donner forme au projet entre mars et juillet 1964. J’envoyais des projets de textes et des notes à Vilar qui se trouvait la plupart du temps à Milan ; il notait ses commentaires dans des notes à Sonia Debeauvais, qui assurait tout le secrétariat de la préparation et plus tard l’organisation à Avignon. Pendant ses passages à Paris, nous avons eu plusieurs réunions sur le choix des invités, le découpage des thèmes en journées, les modes d’organisation. Ces séances de travail étaient loin de correspondre au mode hiérarchique auquel j’avais été habitué dans l’administration et même dans la gestion d’un institut universitaire. C’est peu à peu que je me familiarisai avec son style de direction. Il m’encourageait à avancer, n’intervenant que par des commentaires occasionnels ; et cependant, c’est par eux que le projet prenait son originalité. Il avait su faire évoluer mon projet de colloque (déformation universitaire) en une forme de « Rencontres » (il avait aimé cette expression) où l’accent était mis sur l’écoute mutuelle, et le mot qu’il a donné à notre collaboration était celui de complicité.

En même temps, il voulait que les débats, nécessairement limités à une trentaine de participants, soient répercutés avec un public plus large. Aux premières Rencontres d’Avignon en 1964, on avait installé des chaises pour une cinquantaine d’observateurs. Et surtout, les après-midi étaient réservées aux débats avec le public au verger d’Urbain V : quelques conférences, mais surtout des tables rondes avec cinq à six participants qui introduisaient le sujet débattu le matin dans la « Chambre des notaires » du palais des Papes avant le dialogue avec le public. Les discussions étaient souvent animées, et mon rôle de modérateur était bien accepté comme une condition de la libre expression de tous dans le respect mutuel.

Sur le plan financier, les propositions de budget de Vilar furent acceptées sans discussion par le maire Duffaut. Je me souviens de ses paroles pendant la visite que nous lui rendîmes à Avignon en mai 1964:

« Monsieur Vilar, nous vous avons toujours fait confiance et nous n ’avons pas eu lieu de le regretter. »

Cela dépeint bien le type de rapports qui existait entre les deux homes, et qui explique aussi la loyauté de Vilar vis-à-vis du maire ; elle ne se démentira pas en juillet 1968, bien que leurs points de vue aient été assez différents.

Les thèmes annuels étaient choisis quelques mois à l’avance, et orientaient le choix des invités. Sans chercher à constituer un échantillon représentatif, le critère était la diversité des participants et leur action novatrice dans leurs domaines respectifs. Il y avait aussi le souci d’équilibrer les « anciens » et les nouveaux, de même qu’il y avait continuité et renouvellement des thèmes : la politique culturelle au niveau national, au niveau des villes, en France et à l’étranger. Je proposais à Vilar le thème de l’année, son découpage en séances quotidiennes, et des suggestions sur les invitations à lancer, mais c’est lui qui prenait les décisions, ce qui me paraissait essentiel pour qu’il se sente personnellement impliqué. Je me souviens d’une remarque en marge d’un texte où j’employais l’expression « à long terme », alors en vogue : « non, à court terme » en appuyant son crayon. Le thème de l’école (l’école et le développement culturel) tenait à cœur à Vilar, et il le retint pour la deuxième année. Il me semble qu’on a réussi à limiter les discours conventionnels en cherchant à inviter des innovateurs plutôt que des représentants institutionnels.

Il fallait aussi trouver une forme de débats qui privilégie l’écoute, et éviter les dérives verbales dans une réunion sans texte écrit. Vilar donnait le ton : après son introduction du premier jour, où il avait un texte préparé à l’avance, il n’intervenait que rarement, mais il était présent chaque matin, prenait avec application des notes dans un cahier, et son écoute attentive faisait sentir son influence sur le style des débats.


Le déroulement des Rencontres

J’interprétai le rôle qu’il m’avait donné de meneur de jeu (il voulait éviter des présidents de séance) comme celui d’un modérateur, terme qui convenait à la Chambre des notaires qu’il avait choisie avec délectation comme un symbole du sérieux des débats. Je pressentais à l’avance un des participants pour lancer le thème du jour par un court exposé introductif, et j’inscrivais à leur tour ceux qui demandaient à intervenir. Je m’efforçais, souvent à grand peine, de ne pas intervenir pour mon compte, mais seulement en fonction de la régulation de la discussion et de son avancement. Peut-être était-ce un peu formel, mais je n’ai jamais eu le sentiment que la qualité des interventions en souffrait. Attendre son tour pour prendre la parole nuisait peut-être à la spontanéité, mais le délai incitait plutôt chacun à méditer et enrichir son intervention. J’ai le souvenir que les points de vue exprimés, très divers et parfois opposés, l’étaient presque toujours sur un mode positif. Nous avions l’impression d’avancer d’une séance à l’autre, et d’une année sur l’autre.

Le compte rendu journalier que nous avions confié à de jeunes universitaires, et qui était distribué dès la séance suivante, avait pour but de fixer quelques points forts des interventions et de faciliter les progrès quotidiens de la réflexion collective. Il était entendu, et c’était souvent rappelé, que chacun parlait en son nom propre et non en tant que porte-parole d’une organisation. Il était clair pour tous qu’on ne cherchait pas l’unanimité, qu’il n’y aurait ni recommandation, ni motion, ni manifeste final.

Beaucoup des participants ont déclaré que les Rencontres leur avaient beaucoup apporté dans leur action ultérieure. Je regrette cependant que nous n’ayons pas pris soin d’enregistrer les débats en vue d’une publication annuelle. J’avais cru que cela risquerait de figer les positions, nuisant ainsi à la liberté des propos. Je pensais aussi que l’absence de communications écrites à l’avance comme pour un colloque universitaire ne donnerait pas la matière pour un livre imprimé. J’ai sans doute eu tort, car la qualité de la plupart des interventions l’aurait justifié, et le public du Verger ne suffisait pas à la diffusion que nous souhaitions. Mais il aurait fallu un important travail d’élaboration pour passer de l’oral à l’écrit. Nous l’avons abandonné après quelques tentatives. France Culture avait enregistré les rencontres de 1965 et 1966, mais ces archives n’ont pas été utilisées, à ma connaissance.

Nous avons aussi cherché à donner des éléments de réflexion en suscitant plusieurs études, avec l’aide du Service des études et recherches du ministère de la Culture. Une enquête de Jeanine Larue a montré que les milieux populaires étaient peu représentés dans le public qui venait à Avignon pour le Festival, contrairement aux audiences des rencontres que le TNP organisait dans la région parisienne avec les associations culturelles et les syndicats. Mais le public du Festival n’était pas seulement celui des habitués des théâtres ; pour beaucoup c’était leur première expérience. On pouvait en tirer une leçon : quand on touche un public nouveau, ce sont d’abord les plus proches qui se présentent. C’est aussi l’expérience des associations de culture populaire. J’ai retrouvé cette évidence en 1968 quand nous avons cherché à ouvrir l’université de Vincennes travailleurs et aux non-bacheliers.

Après les échanges sur les politiques culturelles des villes des études ont été lancées sur les sept villes en vue d’alimenter les Rencontres suivantes. Une autre étude a prolongé un thème que nous avions débattu pendant les premières Rencontres : la culture est-elle rentable ? Cette enquête sur les comptes économiques du Festival montrait que les dépenses directes (les subventions) et indirectes étaient plus que compensées par les bénéfices directs et indirects directement imputables aux dépenses du public et aux recettes fiscales correspondantes. On enrichissait ainsi les arguments basés sur la rentabilité immédiate. Mais le débat sur la rentabilité de la culture n’était pas clos, car des résultats analogues ou contraires auraient pu être obtenus pour d’autres spectacles. A l’Opéra de Paris, le prix très élevé des places sélectionnait le public, mais le budget de l’État versait une subvention deux fois plus forte pour chaque billet vendu. À une période où le slogan du « 1 % culturel » (1 % du budget de l’État pour le ministère de la Culture) mobilisait les sympathies, au risque de limiter la réflexion, les débats des Rencontres posaient aussi d’autres questions que le seul montant d’un budget : en matière de culture que devrait-on subventionner ? comment ? qui doit en décider ? quels sont les payeurs, et quels bénéficiaires ?

Nous devions retrouver ces questions quand Malraux chargea Vilar au début de 1968 d’élaborer un projet pour l’Opéra de Paris qu’il devait ensuite être appelé à diriger. Vilar s’intéressait de plus en plus à l’opéra, et ses mises en scène à la Scala de Milan depuis 1963 lui avaient permis de préciser ses idées sur le rôle du metteur en scène vis-à-vis du chef d’orchestre et des chanteurs. Il se consacrait à cette mission qu’il avait acceptée avec la même ténacité qu’à la création des Rencontres. Le projet commençait à prendre forme avec une équipe Vilar-Béjart-Boulez qui aurait rouvert un opéra rénové après une année de fermeture pour travaux. Survint Mai 68. Le ton du discours radiophonique du général De Gaulle annonçant la fin de l’intermède l’irrita au point qu’il téléphona aussitôt à Francis Raison pour lui annoncer qu’il mettait fin à sa mission, ce qu’il confirma le jour même par une lettre (je crois non publiée) où il mentionnait l’allocution du Général et son appel aux comités d’action civique pour motiver sa décision prise en conscience.

********
1 Michel Debeauvais, résistant, déporté, était directeur-adjoint de l’Institut de développement économique et social de l’université de Paris. C’est à lui que Jean Vila demanda de préparer et d’animer les Rencontres.
Ce témoignage a été publié dans La Naissance des politiques culturelles et les Rencontres d’Avignon sous la présidence de Jean Vilar (1964-1970) présenté par Philippe Poirrier, La Documentation française / Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, 1997, réédition 2012, p.489-494.


[retour]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *