Les écoles d’architecture. État de la recherche en Allemagne. L’exemple de Stuttgart par Klaus Jan Philipp – 9/12

Les écoles d’architecture. État de la recherche en Allemagne. L’exemple de Stuttgart.
Klaus Jan PHILIPP (Dekan der Fakultät Architektur und Stadtplanung, Universität Stuttgart)


Synthèse par Amandine Diener, Architecte diplômée d’État – Doctorante en histoire de l’architecture à l’Université de Strasbourg / EA 3400 ARCHE (Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe) / École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg


Klaus Jan Philipp propose de retracer cent cinquante ans d’histoire de l’enseignement de l’architecture en Allemagne, depuis le début du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, en s’attachant particulièrement à l’évolution des programmes, en particulier de celui de l’école d’architecture de Stuttgart. Sur un arrière-plan historique sont posées tant la question de l’influence en Allemagne des modèles étrangers d’enseignement – notamment les systèmes beaux-arts et polytechnique de Paris – que celle de la recherche d’une pédagogie en regard d’une profession en évolution.

A la fin du XVIIIe siècle, l’architecture ne s’enseigne pas en Allemagne au sein d’écoles d’architecture à proprement parler. La formation passe par deux canaux : l’Académie de la construction [Bauakademie], créée à cette époque à Berlin, dans laquelle les jeunes gens acquièrent des connaissances dans le domaine de la construction auprès d’architectes et d’ingénieurs de l’Administration du génie civil prussien, et les écoles privées créées par des architectes locaux qui enseignent la construction et la conception architecturale. Sans cadre ni programme officiel, la qualité de ces établissements varie considérablement, poussant certains jeunes gens, désireux d’atteindre un bon niveau de formation, à suivre un enseignement parallèle à l’Université.

A cette période a lieu, à Berlin, un débat sur le modèle d’enseignement de l’architecture à adopter, soit polytechnique, soit artistique. Le succès de l’Ecole polytechnique de Paris – dû notamment au Précis des leçons d’architecture de Durand — a une forte influence sur le programme de l‘Académie alors créé. En effet, avant cette création, les orientations du programme de 1798 laissent entrevoir une franche volonté de former des architectes-artistes; l’année suivante, en 1799, le programme de la première année change ; le modèle polytechnique parisien prend le pas.

Hormis l’Académie de Berlin, d’autres écoles, disséminées dans les états allemands, forment alors des architectes. L’Ecole polytechnique de Stuttgart a un programme calqué sur celui de l’Ecole polytechnique de Paris, mais elle propose en parallèle, dans la lignée de l’enseignement de l’Ecole des beaux-arts, des cours de dessin, d’histoire de l’art, de religion et de langues. La conception architecturale est quant à elle enseignée dans les cours d’architecture civile. Dans les années 1870, l’établissement de Stuttgart est le plus fréquenté en Allemagne, atteignant près de 200 étudiants en 1877. Le programme d’enseignement est alors refondé donnant un poids différent aux cours, conférences et exercices. En réaction à l’historicisme de la fin du siècle, la conception architecturale, mais aussi l’histoire de l’art, l’histoire de l’architecture et de la construction prennent le pas sur l’ingénierie.

Après la Première Guerre mondiale, le programme des études connait d’importants bouleversements, et cela dans toutes les écoles d’architecture d’Allemagne. Des interrogations sur la finalité de la profession d’architecte, et donc de sur la formation à cette profession, sont lancées, touchant tant à la définition de l’architecture – discipline pratique ou académique – qu’à l’enseignement à promouvoir – artistique ou technique – et à la pédagogie à employer – pratique collective ou individuelle. Au Bauhaus, créé en 1919, des réformes conduisent à la négation de la formation polytechnique traditionnelle. A Stuttgart, le slogan « de la connaissance vers la compétence », lancé par Paul Bonatz et Paul  Schmitthenner, traduit un cheminement qui va de la théorie à la pratique. A côté de l’enseignement théorique – de la construction, de l’histoire que du dessin –, il devient obligatoire pour les jeunes architectes de passer une année sur un chantier, afin d’être au contact de la matière et de saisir la logique constructive des édifices. Durant quatre semestres d’études préparatoires, les jeunes gens conçoivent des édifices à plus ou moins grande échelle et en développent la dimension constructive. Ce n’est qu’après dix-huit mois de pratique dans un cabinet d’architecture que démarre un second cycle d’études dites professionnelles, en trois ou quatre semestres, consistant à construire un bâtiment en intégrant la dimension urbaine. Pour ces orientations, l’Ecole de Stuttgart est très appréciée. Certaines modifications sont néanmoins apportées au programme : instauration d’un travail collectif pour la conception d’un petit projet d’habitat au commencement des études, développement des travaux pratiques sur chantier et en agence, choix laissé aux étudiants de suivre les cours de tel ou tel professeur, et instauration d’un concours commun à tous les étudiants lors du semestre d’été pour stimuler l’émulation. Ce programme perdure jusqu’en 1933 et s’étend à une dizaine d’écoles d’architecture en Allemagne.

Les nazis, s’ils tentent une uniformisation de l’enseignement de l’architecture, n’y parviennent pas. Quelques programmes ont toutefois connu des changements. A Stuttgart, entre 1939 et 1940, un cours de sport est créé, une place importante est accordée à l’enseignement du dessin, et durant le cinquième semestre de la formation, le cours d’histoire de l’architecture devient essentiel. Sont aussi introduits un enseignement du design et de l’aménagement urbain. Ces transformations de l’Ecole de Stuttgart ne sont pas reprises lors de sa réouverture en 1946.

Dans l’euphorie de 1968, à Stuttgart comme ailleurs, des sujets nouveaux apparaissent dans les programmes d’enseignement, tels que l’économie de la construction ou l’aménagement urbain. En revanche, le dessin architectural, élevé jusque-là au premier rang de la formation des architectes, est relayé au second plan, comme la conception architecturale. Les sciences sociales dominent ; les projets se font sur format A4.

Klaus Jan Philipp amène ainsi à interroger, à travers l’exemple de l’Allemagne, le processus de constitution d’un programme pédagogique, en regard notamment des modèles qui sont véhiculés, et interroge, plus largement, l’évolution de l’enseignement de l’architecture en regard des pratiques professionnelles.

 


[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *