Journée d’études du 19 février 2016 – Cité de l’architecture et du patrimoine – 10/12 # Synthèse de l’intervention de K. Renz

Écoles d’architecture, état actuel et perspectives de recherche
Kerstin RENZ (Privatdozentin, Universität Stuttgart)


Synthèse par Amandine Diener, Architecte diplômée d’État – Doctorante en histoire de l’architecture à l’Université de Strasbourg / EA 3400 ARCHE (Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe) / École Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg

 

En référence à l’étude menée sur les écoles d’architecture aux Etats-Unis par Joan Ockman et Rebecca Williamson, Kerstin Renz présente le travail mené en Allemagne en 2011, à l’occasion du centième anniversaire de l’Institut de l’histoire de l’architecture de l’Université de Stuttgart qui a donné lieu à la publication en 2012 de Architekturschulen : Programme, Pragmatik, Propaganda. Fondée sous la forme d’une école polytechnique, la faculté d’architecture de l’Université de Stuttgart a accueilli au cours de son histoire des architectes et théoriciens de renoms participant au rayonnement de l’Ecole de Stuttgart dans les années de l’Entre-deux-guerres. Pourtant, peu de personnes connaissent la manière dont ce concept « d’école » s’est développé. Kerstin Renz propose ainsi à travers l’étude de Stuttgart, de revenir sur la pertinence du concept d’école d’architecture en Europe, dans lequel se mêlent les pédagogies, les conventions, les pratiques ou non pratiques, ou encore les figures enseignantes des établissements.

Depuis la mise en place en 2005 du système européen LMD (Licence-Master-Doctorat) et de l’initiative d’excellence, les écoles et universités sont aujourd’hui soumises à une forte concurrence. Les étudiants, soucieux de la réputation d’un établissement conditionné tant par la qualité de ses professeurs et de sa formation que par les conditions matérielles mises à disposition, s’adonnent à une comparaison des établissements inconnue auparavant. En réaction, ces établissements sont poussés à développer une stratégie de communication pour se démarquer et affirmer leurs spécificités. Certains, à l’instar de la faculté d’architecture de l’Université technique de Berlin, promeuvent le caractère novateur de leur formation, d’autres, comme la faculté d’architecture d’Aix-la-Chapelle, s’appuient davantage sur leur histoire et leur tradition. Les établissements de formation à l’architecture entretiennent ainsi le profil qu’ils se sont créés pour leur promotion, et répondent en cela à deux postures : l’aspiration à une reconnaissance internationale, passant par l’anglicisation de leur nom – à l’instar de la Technical University of Karlsruhe nommée KIT : Karlsruher Institut fur Technologie— ou, à l’inverse, l’attachement à un caractère unique voire même local – comme à Weimar.

La profession remet elle-même en question le concept de l’école d’architecture comme lieu de formation. Les principaux dirigeants d’importantes agences d’architecture, réunis en 2011 à l’Université de Stuttgart, sont critiques sur la perspective offerte par ces établissements, persuadés que la qualité de la formation se reconnaît à la qualité et la renommée des professeurs plus qu’à l’image des écoles elles-mêmes. Dans une société en mouvement, en constante compétition, où il est demandé aux jeunes générations de multiplier les expériences professionnelles pour se démarquer et développer un caractère particulier, une « tendance » héritée du système académique persiste néanmoins. En effet, les étudiants choisissent bien souvent un lieu de formation par attrait pour un professeur de renom, faisant ainsi renaître le modèle maitre-disciple.

Afin de comprendre le phénomène de la consolidation des écoles d’architecture, un questionnaire inédit a été mis en place afin de connaître tant les cours pratiques et théoriques dispensés par les écoles que leur structure, leurs caractéristiques, leurs objectifs, leurs pertinences ou au contraire leurs failles. Cet appel fut un succès, puisque des réponses sont parvenues des quatre coins du pays, témoignant sans conteste d’un intérêt commun pour ces questions, d’un besoin de consolidation d’une identité des lieux de l’enseignement de l’architecture, et, par extension, des liens avec la profession d’architecte. Etonnement, l’exposition du Musée d’architecture de Munich, « Der Architekt. Geschichte und Gegenwart eines Berufsstandes » (2012-2013), a ignoré les écoles d’architecture, privant ainsi la réflexion sur la profession d’un volet sur l’enseignement qui lui est portant insociable.

Le colloque de Stuttgart proposait de répondre à une carence, en interrogeant trois orientations d’études : la monographie, l’histoire des académies et des universités (où les facultés d’architecture jouent un rôle important) ainsi que l’histoire de la création architecturale et de la théorie de la création. Il invitait à une étude épistémologique, c’est-à-dire à interroger le sens du terme « école », afin de saisir à quel point dans le domaine de l’architecture, le concept d’école est lié à l’éducation, à l’enseignement, à la formation architecturale individuelle ou institutionnelle, et cela contrairement au domaine de l’art où les historiens utilisent ce terme en référence à une connotation stylistique.

Ce colloque a été aussi l’occasion d’interroger la destination même des écoles d’architecture. Si la réponse peut paraitre évidente, à savoir enseigner l’architecture, son sens ne l’est pas tout autant. Si le principe d’enseigner est clair – à savoir un processus de diffusion et de communication de la connaissance – les outils de cette diffusion invitent à la réflexion pour l’enseignement de l’architecture. Au cours du XIXe siècle, des enseignants publiaient des ouvrages à vocation pédagogique, à l’instar de Friedrich Weinbrenner ou J.N.L. Durand, et développaient des théories au sein des écoles ; mais aujourd’hui une telle pratique est à reconsidérer. Cela amène à la question de la substitution d’une école par le nom d’un maitre reconnu, comme l’Ecole Wagner de Vienne, ou la faculté se met en retrait du maître. La filiation artistique et architecturale de maitre à élève, où ce dernier copie fidèlement les gestes du maître, reste là encore une question ouverte.

Enfin, le terme d’école d’architecture peut être remis en cause lorsqu’il est question des traditions, des mythes et des légendes. Il faut alors considérer la représentation d’une école par la survivance de ses pratiques, de sa pédagogie, mais aussi de ses traditions et de ses réseaux. Les associations d’anciens élèves sont, par exemple, un moyen pour une école de pérenniser son histoire, ses traditions, son identité, et de responsabiliser les jeunes générations face à cet héritage culturel. C’est encore, par extension, la constitution d’un réseau professionnel qui prend racine dès les bancs des écoles.

Kerstin Renz soulève, à travers le colloque de Stuttgart, une pluralité de thématiques portant tant sur les identités des écoles et leurs stratégies de développement, que sur les relations étroites entre sphères scolaire et professionnelle. Puisqu’aucune étude n’a à ce jour mis en lumière une histoire globale des méthodes d’enseignement en Europe aux XIXe et XXe siècles, contribuant à une analyse du concept d’école d’architecture, il serait intéressant de continuer à analyser les différents lieux d’enseignement de l’architecture (académies, universités, écoles…) dans cette perspective. Ce n’est qu’à partir de la multiplication de ces études, de leur mise en comparaison et de leur considération dans un contexte international qu’une compréhension des spécificités et de l’identité des écoles pourra être envisagée. Les perspectives de recherches sont ambitieuses et demandent une capacité d’analyse d’un contexte mouvant et globalisé, qui touche tant les pratiques contemporaines de l’enseignement de l’architecture que la profession d’architecte.


[retour au sommaire]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *