Les maisons de la culture : une histoire ancienne… Une histoire d’aujourd’hui ?

À l’occasion du centenaire de la naissance de Gaëtan Picon, le Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, le Musée national Picasso-Paris, la Maison des écrivains et de la littérature (MEL) et l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) proposaient quatre manifestations à l’automne 2015 pour rappeler le parcours et l’influence de celui qui fut directeur général des Arts et Lettres du ministère des Affaires culturelles, directeur de revues, théoricien, essayiste, historien de l’art, écrivain. Lors de la première séance consacrée à son expérience ministérielle, Catherine Tasca et Germain Viatte « apportaient quelques souvenirs permettant de mieux cerner sa personnalité »


Par Catherine Tasca, ancienne ministre de la Culture et de la Communication, sénatrice des Yvelines


Je n’ai pas connu Gaëtan Picon, car il a quitté le ministère peu avant que j’y arrive moi-même. Par contre,  j’ai très bien connu Émile Biasini avec lequel je me suis liée d’amitié pendant de longues années, à vrai dire, jusqu’à sa disparition.

Pourquoi citer ce nom pour évoquer Gaëtan Picon et son rôle dans ce que certains appellent « l’invention de la politique culturelle » ? C’est que ces deux hommes ont formé un tandem singulier et performant. Singulier, car il est bien rare qu’un grand intellectuel reconnu comme l’était Gaëtan Picon accepte de se consacrer à une mission administrative. Seul Pierre Moinot a fait de même. Gaëtan Picon a vraiment aux côtés d’André Malraux pensé, conçu, et affirmé le nouveau rôle de l’État dans le champ culturel, face à beaucoup de conservatisme et d’académisme. Ce rôle il n’aurait sans doute pas pu le tenir, notamment dans l’ambitieux projet des maisons de la culture, s’il n’avait eu avec lui Émile Biasini. Émile Biasini, lui aussi très singulier dans ce tout nouveau ministère. Administrateur de la France d’Outre-Mer (FOM), retrouvant la France après les indépendances, il a amené dans sa nouvelle mission toute son expérience, son sens de l’État et du service public, et il a permis que l’intention, la volonté de Gaëtan Picon se concrétise assez rapidement dans la réalisation des maisons de la culture. Il disait de lui-même qu’il n’était pas un intellectuel mais qu’il savait faire. Et il a beaucoup fait. Sans doute serait-il précieux qu’il y eut plus souvent dans la haute administration de tels binômes.

Directeur général des Arts et des lettres, Gaëtan Picon a donné un sens nouveau à la politique culturelle et à la décentralisation qui certes avaient eu déjà leurs penseurs et leurs pionniers depuis le Front Populaire jusqu’aux mouvements d’éducation populaire issus de la résistance. La création des maisons de la culture allait impulser un tournant et une relance de ces réflexions. La lecture du discours prononcé par Gaëtan Picon à Béthune le 19 janvier 1960 sous le titre « La culture et l’État »1 est très éclairante.

Rétrospectivement Émile Biasini à La Rochelle en 2004 disait : « Nous avons fait plus que créer des institutions, nous avons créé un mouvement. Certes la forme que nous avons choisie n’est plus d’actualité. Mais ce qui est important c’est que le mouvement est resté, la philosophie est restée : rendre accessible au plus grand nombre les gestes de création capitaux »2.

A la Rochelle en 2004, moi aussi je me posais une question à propos des maisons de la culture : « Est-ce de l’histoire ancienne ou bien est-ce encore une histoire d’aujourd’hui ? » À partir de la fin des années 70 début 80, le projet des maisons de la culture a été constamment décrié, qualifié d’échec notamment par rapport à l’ambition de démocratisation culturelle. Elles étaient discréditées au point que l’appellation elle-même a pratiquement disparu pour faire place à des images plus « mode ».. La Coursive, Le Cargo etc. Des appellations plus séduisantes peut être mais plus elliptiques sur le contenu, sur la mission de ces lieux. De fait on se libérait du projet initial dont l’image était ternie.

Que doit-on retenir du projet initial ? Quel héritage nous a laissé Gaëtan Picon ? Que peut-on en faire encore aujourd’hui ? Plusieurs de ses objectifs restent à mes yeux d’actualité :
– L’affirmation de la responsabilité de l’État en ce domaine ;
– La place à faire à la création dans la politique culturelle et la nécessaire relation Arts et Société ;
– Le principe de la pluridisciplinarité pour transformer la pratique des artistes et offrir des ponts aux publics ;
– La recherche volontariste d’un partenariat État – Collectivités locales dans un rapport qui depuis lors c’est largement inversé.
– Les maisons de la culture ont aussi été souvent le point de départ d’une implication des élus locaux dans les choix urbanistiques et architecturaux.

Tout ceci garde son sens dans le grand vent de la marchandisation de la culture.

Sur la voix de la démocratisation ce ne sont pas les maisons de la culture qui ont failli, ce sont les politiques qui ont interrompu l’aventure et qui surtout n’ont pas voulu, ou pas réussi, à établir le lien entre cette ambition culturelle et le projet éducatif du pays. Ce lien, nous avons voulu avec Jack Lang le rétablir en 2000 avec les classes à projet artistique et culturel dites classes à « PAC ». Mais le projet a avorté deux ans plus tard, ces classes ont payé le prix de l’alternance.

Malraux et Gaëtan Picon avaient sans doute porté trop loin la distinction entre connaissance et enseignement d’une part, culture et création d’autre part. Dans le legs de Gaëtan Picon il y a une analyse qui me paraît toujours fondamentale et très pertinente. C’est la place qu’il faisait à la sensibilité dans l’approche de la culture, analyse qui à mon avis justifie amplement de faire toute sa place à l’éducation artistique et culturelle à l’école dès le plus jeune âge.

Il disait en effet : « ce qui se cherche ne peut être appris comme ce qui est trouvé. Ce qui se cherche ne peut qu’être senti, touché, montré … on ne peut connaître en ce sens l’existence d’une culture contemporaine, une action créatrice actuelle. On ne peut que communiquer avec elle en une sympathie vécue » 3.

C’est cette proximité, cette sympathie, que les maisons de la culture avaient pour mission de susciter. Elles y sont parvenues au moins en partie lorsqu’on considère l’impulsion donnée par leur présence sur les territoires autour d’elles et souvent à partir d’elles à d’autres sortes d’activités artistiques et culturelles. A mon sens en créant les maisons de la culture, Malraux et Gaëtan Picon avaient vu juste même s’ils n’ont pas trouvé tous les moyens de leur ambition et même si après eux l’aventure a été tronquée puis interrompue. Le legs demeure. Reste à savoir ce que notre époque veut en faire.

Notes

1 PICON Gaëtan, « La culture et l’État », conférence prononcée à Béthune le 19 janvier 1961, in POIRRIER Philippe, Quelle politique pour la culture ? Florilèges des débats (1955-2014), La Documentation Française, 2014.
2 Guy Martinière. Gaëtan Picon, de l’aventure littéraire à l’action culturelle, Les Indes savantes, pp.77-82, 2007
3 PICON Gaëtan, « La culture et l’État »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *