Les musées de Berlin

Synthèse de l’intervention de Gabi Dolff-Bonekämper (université Technique de Berlin) par Laurella Rinçon, conservateur du patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication.

 

Le rapport à l’œuvre est personnel, mais prend également une dimension collective selon que l’on considère le contexte culturel d’où elle vient ou celui où elle est conservée. À qui appartiennent les œuvres, là où elles sont, là où elles ne sont pas, ou enfin là où elles ont été? Quelle est la place du spectateur, qu’il soit chez lui, migrant, ou encore touriste?

L’édification de l’île aux musées (Museuminsel)

La construction des musées de Berlin fut d’abord une volonté royale, notamment liée au contexte des guerres napoléoniennes à partir de 1810. Le Altes Museum, premier musée public de Berlin, prend le nom de musée royal jusqu’en 1845. Il fut édifié pour abriter la collection d’art de la famille royale prussienne composée d’œuvres de l’Antiquité et d’œuvres récupérées par réquisition dans les châteaux prussiens. Il ouvre ses portes au public en 1830 pour créer « une école de formation du goût » et s’adresse au public prussien en premier lieu. Dans cet esprit, Frédéric-Guillaume IV décide de transformer une île de la Spree en nouvelle Acropole de la culture. Il crée L’île aux musées comme havre de culture et de civilisation. Le Neues Museum y est construit entre 1843 et 1855 et sera lui dédié aux collections de plâtres antiques et à la collection d’antiquités égyptiennes ramenée par la première grande expédition prussienne en Égypte confiée par Frédéric-Guillaume IV à Karl Richard Lepsius. La AlteNationalgalerie (Galerie nationale) est fondée en 1861, grâce à la donation de 262 tableaux du banquier Johann Heinrich Wagener et inaugurée en 1876 par l’empereur Guillaume Ier. La collection a d’abord été présentée à l’Académie des arts de Berlin. Le Bode Museum (ancien Kaiser-Friedrich-Museum) édifié de 1897 à 1904 et destiné à recevoir les collections des différentes époques chrétiennes. Un premier Musée de Pergame a été construit puis un second achevé en 1930 et finalement ouvert en 1936 seulement, pour être fermé à nouveau en 1939.

L’ensemble des musées de l’île forme une cité monumentale, ce qui est une spécificité berlinoise. Ces constructions identitaires prussiennes s’adressaient plus au peuple allemand cultivé qu’aux touristes étrangers. Aujourd’hui L’île aux musées est un site patrimonial qui attire énormément de visiteurs du monde entier.


Un patrimoine en péril pendant la seconde guerre mondiale

De nombreuses rénovations ont été nécessaires à cause des dommages dues aux bombardements. La mise en sécurité des œuvres était une tâche complexe pour laquelle plusieurs stratégies de sauvegarde ont été employées. Par exemple, toutes les œuvres du Neues Museum stockées dans le Blockhaus-bunker à Berlin ont entièrement brulé à la fin de la guerre. Les seules œuvres que l’on a pu préserver étaient les peintures de plus grands formats conservées dans la cave du musée. Il y eut beaucoup des pertes définitives, de vols et de prêts aux institutions nazies. En 1945, aucun des musées de L’île aux musées n’est intact. Une bonne partie des collections de Berlin-Est et de l’Allemagne de l’Est fut transportée par l’Armée Rouge jusqu’à Moscou et tout ce qui était stocké ailleurs, fut mis sous domination américaine. L’île aux musées s’est retrouvée à l’Est, et à l’Ouest restait le petit musée de Dahlem, construit en 1912. Le manque de lieux d’expositions devient un enjeu pour la présentation des œuvres. Si en 1918, on avait créé une fondation des possessions culturelles prussiennes, qui gérait les châteaux et les collections, la séparation des deux Allemagne réclamait une autre solution. En 1956, une nouvelle construction juridique va gérer toutes les œuvres qui avaient été stockées à l’Ouest. Cette fondation s’implante à Berlin-Ouest pour devenir le support institutionnel de la construction des nouveaux musées et des collections.


La reconstruction après-guerre

Le musée de Dahlem prend son essor dans les années 60, en bénéficiant d’un réaménagement et de la transformation en complexe de trois musées (le musée asiatique, le musée ethnologique et le musée des cultures européennes). Les nouvelles constructions à Dalhem vont devenir le nouveau paysage des musées à Berlin-Ouest. A Berlin-Est, on remet en marche le système de L’île aux musées, qui avait été bombardé et qui ouvre à nouveau en 1966. En pleine ère socialiste, Le Kaiser-Friedrich-Museum est rebaptisé du nom de son fondateur, premier conservateur du musée, le directeur des Musées royaux, Arnold Wilhelm von Bode. L’impact sur la politique culturelle globale ainsi que l’influence de la guerre mondiale sur les collections de Berlin et sur les publics se lit dans l’histoire des bâtiments.

Après la chute du mur, cette politique s’est traduite par une recherche d’unité. Il s’est agi de recréer le lien entre la collection des peintures de la Galerie Nationale de l’Est et celle de l’Ouest, indépendantes pendant quarante ans et qui avaient collecté différemment. La réception de l’exposition de réunification des artistes de l’Est et de l’Ouest inaugurée à la Galerie Nationale en 1994 témoigne de cette difficulté. Et aboutit en 2012-2013 à la politique du « Ciel partagé », suivant le titre d’un roman de Christa Wolf (Der geteilte Himmel. Erzählung, 1963).


Le statut civil de l’œuvre

Deux peintures de Caspar David Friedrich avaient été achetées en 1810 par le Roi Frédéric-Guillaume III. Considérées comme des œuvres de la résistance prussienne contre l’occupation napoléonienne, elles faisaient partie de la collection royale, exposée dans les appartements privés familiaux, puis dans une première galerie de peintures. Ces deux œuvres ont été mises en sécurité en dehors de Berlin-Ouest, puis restituées après la guerre et exposées au château royal de Charlottenburg et intégrées aux collections de la famille royale. Un débat a néanmoins surgi au moment de l’unification de la Galerie Nationale avec l’ancien conservateur des peintures de Charlottenburg et la fondation prussienne qui, suivant la loi de 1957, en était propriétaire. La question de la pertinence d’une exposition de ces œuvres dans un musée ou dans un château a alimenté une polémique. L’itinéraire de ces peintures à partir du moment de leurs créations, en passant par les acquisitions successives et les expositions révèle l’importance qu’il faut accorder à l’histoire des collections.

Aujourd’hui ce sont les collections ethnologiques qui nourrissent le débat, notamment architectural, mais elles réveillent aussi les interrogations sur l’histoire des collections, du lieu d’origine, au mode d’acquisition, en passant par le statut juridique des œuvres. Les œuvres qui ont été exposées à Berlin dans différents lieux, ont acquis une citoyenneté. Elles appartiennent au public, aux habitants. C’est ce que j’appelle le statut civil de l’œuvre.

[english version]
[sommaire]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *