L’action culturelle française dans le monde : 150 ans d’expériences

Cette communication a été donnée à l’occasion du forum franco-japonais « Où va la diplomatie culturelle de la France ? Du rayonnement culturel à la diplomatie d’influence » le 16 janvier 2016 à l’auditorium de la Maison franco-japonaise de Tokyo. Ce forum était sous la direction scientifique de Mariko Oka-Fukuroi (Université Aoyama Gakuin)


par François Chaubet (université Paris Ouest-Nanterre)

François Chaubet est spécialiste d’histoire intellectuelle et culturelle. Il a travaillé notamment sur les intellectuels européens de l’entre-deux-guerres et sur l’histoire de la sociologie française après 1945 avec la biographie consacrée à Michel Crozier (Les Belles Lettres, 2014). Il a aussi porté son intérêt sur la politique culturelle extérieure de la France à travers de nombreux articles et livres dont une étude sur l’Alliance française (1883-1940) parue chez L’Harmattan en 2006, la direction d’un livre collectif sur La place de la culture française dans le monde (L’Harmattan, 2010) et la co-rédaction avec Laurent Martin d’une Histoire des relations culturelles à l’époque contemporaine (A Colin, 2013).


La culture a toujours constitué une porte d’entrée dans le monde et la dernière phase de mondialisation que nous traversons depuis les années 1980 renforce son rôle dans le processus généralisé d’échanges/d’emprunts/d’imitations. Plus les peuples et les individus cohabitent à proximité les uns des autres, plus l’importance de l’échange interculturel se fait sentir pour gérer les différences (l’exacerbation du narcissisme des « petites différences »).

Quand on envisage le rôle de la culture dans les Relations Internationales, on peut citer le spécialiste américain des relations internationales, Joseph Nye, qui a parlé de la culture comme un des éléments clé du « soft power » ou pouvoir d’attraction.
A ce titre, agir politiquement et socialement dans le monde international par le biais de la culture, demeure en fait une tradition très française (Louis Réau écrivit jadis sur l’expansion de la culture française en Europe par le biais de l’architecture « versaillaise » au XVIIIe s). Au 20e siècle, on peut soutenir qu’une puissance moyenne telle que la France a pesé dans le monde avec un statut de « grande puissance » grâce à la Bombe certes, mais aussi grâce à un discours culturel extérieur volontariste appuyé sur un large réseau matériel d’institutions (le premier au monde aujourd’hui).
Mais dans un monde politique devenu multipolaire et de moins marqué par les puissances européennes, on assiste à la montée depuis quarante ans de nouveaux acteurs et courants culturels (« pop » japonaise et coréenne ; romanciers sud-américains ou africains ; cinéastes taiwanais ou argentins) qui bénéficient d’une reconnaissance au détriment, relativement, de la culture française. Quant à l’acteur américain, il maintient et accentue même sa domination sur de vieux (cinéma et « blockblusters ») et nouveaux médias (Internet). Dans ce contexte d’une double tenaille, l’action culturelle extérieure française a-t-elle encore un rôle à tenir ? Et pour dire et faire quoi ? Nous sommes en fait dans le temps d’une interrogation qui s’étale sur une trentaine d’années. La création, récente, de l’Institut français s’inscrit dans la temporalité moyenne de ce questionnement.
Nous verrons d’abord rapidement les grandes étapes de la constitution de ce réseau tout en établissant le portrait (simplifié) des acteurs culturels extérieurs français aujourd’hui. Une deuxième partie s’interrogera sur la capacité de ceux-ci à opérer le passage d’une diplomatie du « rayonnement » à une diplomatie de « l’influence ».


Les étapes de la construction d’un réseau

On peut distinguer trois grandes étapes dans le fonctionnement de l’action culturelle extérieure française La première (1883-1940) a correspondu à la mise en place du réseau d’institutions françaises à l’étranger, comités de l’Alliance française, premiers instituts français à la veille de la Première Guerre mondiale (le premier Institut fut celui de Florence en 1906), premiers lycées français installés dans l’entre-deux-guerres.
L’Alliance française, créée en 1883, association privée reconnue d’utilité publique dès 1886 joua un rôle moteur dans la définition et la réalisation de cette action culturelle française extérieure. Constituée en majorité de professeurs et de hauts fonctionnaires, elle inventa un mode d’organisation décentralisée (les comités Alliance française à l‘étranger sont juridiquement indépendants de l’Alliance française de Paris), des modalités d’intervention (la conférence, la distribution de livres, l’octroi de subventions à des écoles enseignant le français). Ce réseau de comités était actif surtout en Europe et au Proche Orient où 100 000 élèves étaient scolarisés dans des établissements français (essentiellement des écoles catholiques). L’État n’intervint réellement dans ce domaine de l’action extérieure qu’au début du XXe, mais son action se renforça notablement dans l’entre-deux-guerres avec la multiplication des instituts et des lycées français à l’étranger ou par une politique du livre (en 1936 et en 1947).
Une deuxième étape intervint entre 1945 et la fin des années 1970 qui se traduisit par une forte étatisation de l’action culturelle extérieure. Une direction fut créée à Paris (la DGRC) et des postes de conseillers culturels dans les ambassades furent créés en 1947. L’Alliance française fut davantage subordonnée aux directives fixées par les diplomates. Mais pendant trente ans, grâce aussi à des budgets assez généreux, la culture française à l’étranger dut fortement soutenue. Toutefois, les réussites cédèrent la place à la fin des années 1970 à un malaise grandissant. Un rapport, celui de Jacques Rigaud en 1978, établissait un constat assez sombre sur le « rayonnement » de la culture française. Ce texte semble donc avoir inauguré le dernier épisode de l’action culturelle extérieure française dans laquelle nous nous trouvons encore sans doute.
Ce rapport fut, en effet, un moment important dans l’histoire de l’action culturelle extérieure française puisqu’il lançait un cri d’alarme sur l’efficacité de celle-ci, sur son penchant rétrograde à entretenir les illusions d’un passé glorieux plutôt que de préparer aux nouveaux défis. Parmi les 33 propositions, on rencontrait quelques idées-force. Jacques Rigaud dénonçait d’abord l’attitude souvent paternaliste des Français à l’égard des autres cultures et il avançait, en corollaire, l’idée de procéder davantage par coopération égalitaire. Le rapport jetait aussi le doute sur la possibilité de continuer à gérer de manière indifférenciée un réseau mondial. Il avançait la nécessité de professionnaliser davantage les agents au comportement d’amateur bien souvent. Il préconisait aussi le développement de l’audiovisuel, resté jusque-là un peu le parent pauvre de l’action culturelle extérieure. Quelques années après, la radio RFI vit le jour en 1985 et la télévision en continu, France 24, en 2006.
Après ce très rapide panorama chronologique, il convient d’examiner quelle est la photo, en 2015, de cette galaxie d’acteurs culturels extérieurs.

Les Acteurs du réseau culturel extérieur aujourd’hui

1700 agents aujourd’hui composent le réseau public des acteurs culturels extérieurs (2000, il y a dix ans). Les budgets du Quai d’Orsay, hélas, n’ont cessé de se rétrécir quoique les sommes globales soient non négligeables avec presqu’un milliard d’euros en 2012. 420 millions sont affectés à l’enseignement du français à l’étranger et 315 millions à l’audiovisuel extérieur. Trois caractéristiques générales peuvent être indiquées.
Premier constat, le réseau reste dual avec les Instituts (98 aujourd’hui) d’un côté et les alliances françaises de l’autre (800 dont 400 sont subventionnées à peu près). La création de l’Institut français en 2011 a cependant contribué à accentuer le contrôle de l’État sur l’Alliance française sur laquelle pesaient déjà beaucoup de procédures (dans les recrutements notamment) fixées par la puissance publique.
La deuxième caractéristique tient au caractère historiquement assez décentralisé de réseau dans lequel les ambassades jouaient sur place le rôle clé en vertu de leur connaissance fine du terrain. L’Institut français a tenté de renverser ce schéma d’action en essayant d’instaurer une nouvelle forme de centralisation. Petite structure (144 p. en 2014) faiblement dotée (46, 7 millions d’euros), il n’a pu cependant résister aux forces centrifuges exercées par les diplomates en poste et qui ont fait obstacle victorieusement à une telle tentative de verticalité. La troisième caractéristique, en conformité avec les recommandations du rapport Rigaud, touche au processus de professionnalisation continue des acteurs français de cette politique culturelle extérieure. Ainsi des attachés cinématographiques ont vu le jour dans certaines ambassades de pays à forte tradition cinématographique (en Asie notamment) ainsi que des attachés aux arts plastiques (Londres1, Berlin par exemple). Des bureaux du livre (30) ont été fondés. Le processus a touché en parallèle le personnel français de l’Alliance française qui aussi bien dans le domaine de l’enseignement que sur celui de la gestion générale d’un établissement (pour les directeurs d’une alliance) s’est sérieusement professionnalisé. Il est fini le temps où le professeur de français s’avérait être la femme d’un expatrié, pleine de bonne volonté mais sans compétences.
A défaut d’un pilotage autoritaire par Paris, l’Institut Français s’est donc orienté (comme l’a fait de son côté la Fondation de l’Alliance française) vers la diffusion de normes de professionnalisation, vers l’aide technique (la numérisation). Ainsi, dans le domaine des bibliothèques de l’Alliance française, une politique de modernisation globale a été lancée dans les années 2000, financée en partie par le budget propre de la Fondation Alliance française qui avait été créée en 2007. Un « référentiel » qualité (avec 200 critères) a été mise en œuvre récemment par l’Alliance française en collaboration avec le MAE. De même, au sein de l’Institut Français, de nouveaux outils de programmation ont d’ores et déjà permis d’abandonner la logique des « silos » (par disciplines) pour accéder à une meilleure vision géographique globale de l’action culturelle extérieure. Mais le dispositif culturel extérieur français reste toujours très éloigné dans sa configuration des modèles étrangers où existe un gros opérateur (British Council, Goethe Institut), responsable central de l’action culturelle extérieure.


L’Action culturelle extérieure et le passage du modèle de type « rayonnement » à celui de l’« influence »

L’idée de « rayonnement » supposait un aspect totalement dépassé aujourd’hui, une action de type unilatéral symbole de la supposée supériorité culturelle française. Elle traduisait également une totale déconnexion du culturel et de l’économique et aussi sans doute d’une relative déconnexion avec le politique. On peut certes estimer, à l’heure du soft power et des industries culturelles omniprésentes, que cet isolement de la dimension culturelle de toutes les autres dimensions s’avère aujourd’hui naïf et improductif. Mais l’idée de « rayonnement » impliquait aussi, malgré tout, un élément plus intéressant, celui d’une action à mener sur le temps long. Rappelons ce que fut le déploiement du réseau culturel extérieur jusqu’aux années 1980.

Trois caractéristiques dans le déploiement d’un réseau extérieur « rayonnant »

Le premier aspect de ce réseau concernait sa présence matérielle envisagée sur le moyen et long terme, qu’il s’agisse des instituts, des lycées ou des alliances. Cet investissement sur le long terme s’est traduit par la création d’établissements qui ont été une mémoire vivante de la présence française dans telles ou telles villes ou tels pays (prenons le cas de l’Institut de Kyoto) mais aussi qui ont pu exercer une forte contrainte dans l’hypothèse de nécessaires remodelages du réseau. Le « béton » fut donc une force et, parfois aussi, une faiblesse quand il gêne des opérations de redéploiement géographique.
Ce réseau, et ce dès la fin du XIXe, fut envisagé à l’échelle du monde, même si certaines régions du monde ont été toujours plus ou moins privilégiées. Ainsi l’Alliance française, dès l’entre-deux-guerres et jusqu’aux années 1980, fut ancrée surtout en Amérique latine avec encore 50% des effectifs en 1982. Les lycées français, quant à eux, furent implantés surtout en Europe et au Maghreb. Le redéploiement du réseau vers l’Asie et l’Afrique date des années 1980 à l’image de l’Alliance française qui en 2007 compte pour 18,7% et 17% des effectifs dans ces deux zones alors que l’Amérique latine est tombée à 34,2%2.
Enfin troisième élément, ce réseau a eu pour ambition de diffuser la culture française via l’apprentissage du français. Les Instituts, par exemple, ont eu d’emblée la mission de donner des cours de langue alors qu’ils étaient, bien sûr, surtout des instruments d’une politique scientifique. Évidemment, cette politique d’apprentissage du français comme voie royale de l’accès à la grande culture littéraire a un peu, voire beaucoup changé, même si elle subsiste partiellement. Les alliances françaises aujourd’hui offrent ainsi de plus en plus de cours pour préparer un court séjour touristique en France ou pour aider à s’insérer dans une entreprise française installée à l’étranger. Surtout, cette politique de la langue a souffert depuis les années 1970 du terrible repli du français devant l’avance de l’anglais (parfois du portugais dans l’Amérique latine hispanophone et inversement) dans la plupart des systèmes d’enseignement secondaire et universitaire dans le monde. 11% des élèves allemands apprenaient le français en 1996, 3,4% en Russie, 3,3% en Argentine, 2,8% en Espagne.
Les institutions culturelles extérieures doivent donc repenser leur offre auprès des publics dans un contexte où, de surcroît, la culture française ne paraît plus aussi centrale qu’autrefois. Dans l’université américaine, l’espagnol domine à l’heure actuelle ; et les très bons étudiants, qui avaient encore tendance à suivre des cursus de français, les délaissent de plus en plus pour l’apprentissage du chinois.

Deux choix idéologiques du réseau dans l’approche en termes de « rayonnement »

Le premier credo qui animait les acteurs du réseau portait sur l’affirmation de la grandeur de la culture française en soi. Ainsi un relatif découplage entre culture et politique était posé, et les acteurs du réseau agissaient sans avoir l’impression de faire de la « politique » (ou de la propagande). C’était là à la fois une force (idée de désintéressement) et une faiblesse (à cacher la politique derrière la porte, elle revient par la fenêtre). Ce fut, historiquement, l’une des grandes forces de l’Alliance française d’avoir échappé, la plupart du temps, à l’accusation d’agir de manière politique puisque les comités locaux étaient juridiquement non français. C’est ce qui explique l’essor rapide de l’Alliance française en Chine dans les années 1990 alors que les instituts français n’étaient pas autorisés.
Selon le deuxième credo, la France s’adressait (en théorie du moins) à tous les publics. Ainsi l’Alliance française en Amérique latine a pu toucher non seulement les riches élites mais également tout un public de classes moyennes parfois assez modestes. Évidemment, cet universalisme qui inspira l’ouverture d’une multitude de structures culturelles à l’étranger a fini par épuiser les finances de l’État au moment de la crise économique des années 1970
Les critiques, à partir des années 1970, se firent alors entendre sur ce déploiement tous azimuts. On dénonça l’accueil trop indifférencié en termes de publics, le caractère intellectuel trop étroit des contenus culturels proposés car centré à l’excès sur la culture littéraire. A ces critiques « internes », se superposa une contestation « externe » du modèle culturel français quand la mondialisation culturelle, depuis les années 1980, promeut toute une série d’acteurs culturels nouveaux qui relativisent la place de la culture française dans le monde. La montée du cinéma iranien ou asiatique, la percée des littératures sud-américaines ou africaines, l’irruption de la’ pop’ japonaise ou coréenne ainsi que celle des artistes plasticiens chinois ou indiens illustrent le nouveau jeu mondialisé des cultures et de leurs échanges3. Que l’on prenne en effet, les arts plastiques ou la renommée des grands intellectuels, la présence française se fait de plus en plus rare ; en 2007, seuls quatre plasticiens français figuraient dans la liste des 100 artistes les plus connus ; on trouvait également seulement 4 personnalités intellectuelles françaises dans la liste des 100 premières les plus influentes dans le classement en 2005 de deux revues anglo-saxonnes.
Cet ensemble de critiques internes et de contestations extérieures favorisa donc peu à peu à partir de la fin des années 1970 une nouvelle réflexion en termes « d’influence ».


L’Influence et l’action politico-culturelle rapide et pragmatique

Nouveaux principes d’une action qui mêle plus étroitement politique et culture

Le premier aspect d’une politique d’influence touche aux choix des « cibles » à influencer. On rencontre parmi celles-ci, ce que l’on appelle les « décideurs », personnes clé dans leur domaine spécialisé (architecture/design/théâtre etc…). Recevoir et promouvoir les acteurs culturels étrangers qui comptent s’inscrit dans cette logique de l’influence. Sur ce plan, la France a beaucoup changé en 30 ans ; ce pays, souvent taxé dans le passé de protectionnisme ou d’arrogance culturelle, s’est énormément ouvert au reste du monde. Outre Paris comme capitale culturelle, on pourrait prendre d’autres grandes manifestations artistiques comme symboles de l’ouverture. Ainsi le festival d’Avignon (et en général le milieu théâtral français, les théâtres nationaux en tête qui accueillent 20% de spectacles étrangers dans la décennie 2000, est très accueillant vis-à-vis de metteurs en scène étrangers) a été largement ouvert aux metteurs en scène étrangers depuis vingt ans. La même démarche a été suivie par la filière cinéma quand la France, à partir des années 1980 autour notamment du producteur Daniel Toscan du Plantier, accueillit et cofinança beaucoup de réalisateurs étrangers. Ce ne fut par hasard si lors du moment de la discussion dans le cadre du GATT en 1993 sur la sortie (ou pas) des questions audiovisuelles du cadre des négociations, les professionnels de l’audiovisuel français ont réussi à mobiliser énormément de leurs collègues européens (dont Wim Wenders, Scola, Fellini) afin de contrer le négociateur américain et de promouvoir la notion « d’exception culturelle ».
Dans les arts plastiques, les FRAC abritent de nombreux artistes étrangers. L’Institut français a poursuivi récemment dans cette voie avec ses programmes dits « Focus » destinés aux professionnels (récemment, auprès du milieu des curateurs).
On trouve aussi une cible ancienne, mais dont on se préoccupe à nouveau beaucoup : les étudiants étrangers. Ceux-ci sont aujourd’hui aussi une source de revenus importants pour le pays d’accueil (en 2004, 7% des revenus de l’éducation supérieure anglaise étaient liés aux droits acquittés par les étudiants étrangers). Laurent Fabius a parlé, en 2015, d’attirer 700 000 étudiants étrangers (240 000 aujourd’hui). Le défi ici sera de sortir du bassin francophone traditionnel (les deux premiers pays pourvoyeurs d’étudiants étrangers sont le Maroc et l’Algérie) pour attirer de nouveaux publics (les Chinois sont déjà la troisième nationalité pour les étudiants étrangers). La question d’une offre de formation en anglais à proposer pour ces nouveaux étudiants non francophones se pose donc. Peut-être même est-elle déjà réglée puisque 500 formations de Master en anglais existent déjà.
Un autre public de choix qu’une diplomatie d’influence doit s’efforcer de toucher serait le monde des « Think tanks ». Univers typique de réseaux où se mélangent l’Université, la Politique et l’Economie, ces organismes occupent une place clé dans la réflexion politico-intellectuelle dans beaucoup de pays anglo-saxons. La France, pourvue historiquement d’une très forte Haute Fonction publique, n’a pas, pendant longtemps, jugée bon de se doter de tels organismes. Ceux qui existent restent à taille réduite et assez peu financés en comparaison de leurs homologues étrangers.
Précisément, le deuxième aspect de l’influence recouvre un mode d’action où l’on cherche à peser sur les réseaux (les Think tanks donc plutôt que l’Université) davantage que sur les institutions. Le monde de l’information est précisément un monde de réseaux et intervient ici la place du numérique.
Et un troisième renvoie à la possibilité d’influer sur la définition des normes et la mise en œuvre des grands projets techniques. Parmi ces normes, songeons par exemple à la norme adoptée à l’Unesco (Convention de 2015) sur la « diversité culturelle », réussite incontestable de la diplomatie française et canadienne au premier chef. Dans un monde diplomatique où le multilatéralisme et la gouvernance (association d’acteurs étatiques et d’acteurs privés) deviennent des cadres de négociation incontournables, la négociation à l’Unesco au début des années 2000 a montré que la France pouvait parfaitement négocier dans une enceinte multilatérale. On peut également penser aux normes techniques qui dans divers domaines régissent de vastes pans des activités mondialisées, agences comptables, normes juridiques, normes techniques et scientifiques quand on approche le monde des musées. Ce sont les conservateurs du Louvre qui ont, en collaboration avec une équipe d’Abou Dhabi, ont conçu le futur « Louvre-Abou Dhabi » en co-façonnant un musée de type universel. Cet établissement, qui accueillera surtout les touristes indiens et de l’Asie du Sud-est, est un bon révélateur d’une politique d’influence fondée sur un savoir-faire de haut niveau que l’on exporte dans une zone géographique appelée à jouer un rôle croissant entre Orient et Occident.
Enfin, un dernier aspect de ce nouveau programme d’action concerne le numérique (et donc dans l’actualité). Le numérique, sa culture du débat, vivifie de plus en plus le quotidien du métier diplomatique de base tout comme il inspire les modalités d’action des acteurs culturels extérieurs.

Aller vers un autre modèle culturel (la culture de masse) piloté par d’autres acteurs (les non-diplomates) ?

La nouvelle voie qui vient d’être décrite ne remet cependant pas en question fondamentalement la primauté des diplomates professionnels dans l’exercice de la diplomatie « d’influence ». Mais est-ce là le bon moyen d’action, le bon levier ? L’interrogation et la suspicion ont été formulées par l’essayiste Frédéric Martel. Celui-ci s’écarte radicalement sur deux points du schéma que nous venons de décrire. Il s’agit, à ses yeux, de porter l’effort sur la culture médiatique dans son ensemble et de dissocier le culturel du politique en nommant des « professionnels » (beaucoup plus armés dans la négociation culturelle tant du point de vue économique que juridique) indépendants du Quai d’Orsay. Il appelle ainsi à la création de « bureaux des industries culturelles » dans une 50 de villes qui seraient dirigés par des « professionnels ». Il évoque, par exemple, la création « d’attachés numériques ». Il signale donc la nécessité de peser dans la bataille des droits sportifs télévisés, de fréquenter les grands talks shows et de provoquer le « buzz »… Ouvrir et dépoussiérer les vieux placards de la diplomatie culturelle, parler au monde dans le langage de l’événementiel, tels seraient les nouveaux impératifs.
Mais le numérique, le « buzz » suffisent-ils à inscrire dans le long terme les relations culturelles extérieures ? On peut en douter. Une relation de confiance, surtout dans le domaine de l’interculturel, suppose lenteur, un (certain) désintéressement à l’égard du court terme, aussi bien dans sa dimension économique et politique que médiatique. Il faut, pour le moins, savoir jouer des temporalités distinctes et ne pas se contenter de suivre les derniers feux de l’actualité, si chatoyants soient-ils.
Si l’on prend le cinéma, force est de convenir que la culture de masse est devenue au 20e un outil clé de l’influence économique et culturelle. Mais elle ne suffit pas à pas à ancrer les échanges culturels. Ceux-ci ont besoin des autres media à action lente, le livre, les arts plastiques ou le théâtre. Dans ce domaine, la culture française, si elle n’a peut-être pas le lustre d’antan, reste encore dynamique et attractive. Alain Badiou, Jacques Rancière ont en partie remplacé Sartre et Foucault sur les campus américains. Pour ne pas citer le phénomène Thomas Piketty et son succès planétaire. Quant à Modiano et à la littérature francophone, ils ont remplacé Le Nouveau Roman. Une culture aux contenus variés et en voie de renouvellement constant, telle se présente la culture française pour ceux qui font l’effort de la présenter à l’extérieur de l’Hexagone.


Au terme de ce bref panorama, une conclusion de bon sens pourrait plaider pour la conciliation entre le meilleur de la politique du « rayonnement », sa façon de jouer le long terme avec la patience du « jardinier », et le plus intéressant de la politique de « l’influence » et sa préoccupation pour une efficacité de court et moyen terme. A ce titre, le tournant pris en faveur de l’audiovisuel extérieur est maintenant bien acquis et l’orientation vers la culture numérique en cours. La défense des industries culturelles (cinéma) est aussi une constante depuis plus de trente ans.

Mais demeurer patient dans le long terme reste sans doute une vertu clé dans la construction d’une bonne relation interculturelle. Celle-ci se construit précautionneusement, en écoutant autrui et ses desiderata, afin d’espérer bénéficier de sa confiante collaboration. Preuve d’une subtile accumulation du temps, certains comités locaux des Alliances françaises recrutent parfois sur plusieurs générations d’une même famille ! Dans un monde de l’accélération perpétuelle, grâces soient rendues aux vertus de la modeste et de la patiente action culturelle « à l’ancienne », mais débarrassée de ses oripeaux de supériorité. Jongler sur les diverses temporalités, parfois aussi sur les divers niveaux culturels (culture scientifique et culture médiatique) telle est aujourd’hui l’obligation adressée aux acteurs culturels extérieurs. Alors, l’action culturelle française extérieure pourra garder tout son dynamisme, loin des considérations messianiques de jadis devenues désuètes (le « Français, si vous saviez ce que le monde attend de vous » de Bernanos) ou, à l’inverse, des ruminations moroses (le lancinant « à quoi bon lutter contre l’anglais ») d’aujourd’hui. Sans céder aux sirènes du déclinisme et du découragement, la politique de soft power culturel français maintient ses ambitions avec un certain succès.


Notes
1 Voir Sophie Claudel, «Donner à l’autre et recevoir de l’autre : l’exemple de la politique artistique à Londres au milieu des années 2000 » in François Chaubet (dir.), La culture française dans le monde 1980-2000. Les défis de la mondialisation, L’Harmattan, 2010, pp. 229-233.
2 Cf mon article « L’Alliance française, une réussite discrète. 1980-2006 », in Ibid, pp.53-67.
3 Cette relativisation de la place de la culture française dans le monde est traitée par Donald Morrison, Que reste-t-il de la culture française ? suivi de Le Souci de la grandeur par Antoine Compagnon, Denoël, 2008.

[version anglaise]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *