Chronologie de l’éducation populaire 1/3

par Pierre Moulinier, correspondant du Comité d’histoire

Cette chronologie sur l’éducation populaire s’inspire de travaux antérieurs que nous a signalés Frédéric Chateigner. Outre les colloques historiques organisés par l’INEP et l’INJEP (voir ci-dessus),  citons :
– la chronologie établie en 1985 par Raymond Labourie, ancien directeur de l’INEP revue par Olivier Douard, sous le titre « L’éducation populaire et les mouvements éducatifs de jeunesse dans la société française »,
– la chronologie de Jean-Marie Mignon intitulée « L’éducation populaire et les activités socioculturelles, la jeunesse et l’administration des œuvres de jeunesse et d’éducation populaire », qui s’arrête à l’an 2000.

De la Révolution à la Libération

En suivant le découpage chronologique proposé par Raymond Labourie, on peut distinguer avant 1945 quatre périodes :

 

  • 1815-1870 : époque des régimes monarchiques et du Second Empire caractérisée par la première industrialisation, les premières révoltes ouvrières, le renouvellement et la puissance du catholicisme, la progression de l’idéal républicain (échec de la IIe République de 1848) ; naissance des cours d’adultes, des cercles de jeunes ouvriers, des associations pour l’instruction ouvrière, des bibliothèques et des concerts populaires, de la Ligue de l’Enseignement et des Unions chrétiennes de jeunes gens (UCJG) ;
  • 1871-1914 : triomphe de la République, réformes scolaires et universitaires, mais aussi essor du capitalisme, des sciences et des techniques, combat des laïques contre l’Eglise catholique, naissance du syndicalisme et des grèves ouvrières ; apparition du terme « éducation populaire », colonies de vacances, débuts du scoutisme, ACJF, bourses du travail et universités populaires ;
  • 1919-1939 : l’Entre-deux-guerres est marqué par les crises politiques, économiques, sociales et culturelles, l’émergence des totalitarismes, le déclin du modèle scolaire et le rôle des créateurs de culture ; l’éducation populaire au gouvernement de Front populaire (Sous-secrétariat d’Etat à l’organisation des loisirs et des sports), ciné-clubs, auberges de jeunesse, naissance des centres sociaux, de mouvements de jeunesse catholiques (JEC, JAC, JOC, etc.), de mouvements ouvriers liés au syndicalisme, du théâtre populaire des CEMEA ;
  • 1940-1945 : pendant la guerre et Vichy, encadrement de la jeunesse et étouffement de l’éducation populaire ; la Jeune France, Uriage.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *