Le symposium de l’UNESCO : mise en perspective d’une politique de l’architecture. Témoignage de Wladimir Mitrofanoff

Du 27 février au 3 avril 2017, Politiques de la culture met en ligne les communications et les témoignages donnés à l’occasion de la journée d’étude sur le 40e anniversaire de la loi sur l’architecture


Témoignage de Wladimir Mitrofanoff, architecte, ancien président de l’Académie d’architecture

Initié par l’Académie d’Architecture, présidée par Robert Auzelle, à un moment jugé opportun dans un vaste mouvement de l’opinion publique, le symposium de 1977 avait pour but de promouvoir une « recherche sur les conditions d’une politique de l’Architecture ».
L’objet des travaux préparatoires dans les différents groupes constitués par l’Académie n’était pas de définir ce que devrait être une politique de l’architecture, mais de poser aux différents acteurs de ce domaine un certain nombre de questions auxquelles il paraissait urgent de répondre.
Sur la centaine de participants deux tiers (dont j’étais) n’étaient pas des membres de l’Académie.
Cinq groupes de travail avaient donc été formés sur les thèmes suivants :
1- La qualité du milieu de vie construit
2- La création architecturale et le milieu de vie
3- La conservation et la mise en valeur du patrimoine immobilier
4- L’État dans son rôle de contrôle et d’incitation
5- Les décisions politiques – maîtres d’ouvrage publics et privés.
Après les réunions de travail à l’Académie et les contributions de certains membres, lors de la réunion plénière du 20 octobre, ces groupes (les deux premiers ainsi que les deux derniers furent regroupés au moment du symposium) se sont retrouvés à l’UNESCO, dans la matinée, pour rédiger leurs conclusions définitives.

Le groupe 1 présidé par Paul Dufournet mit en avant les points suivants :
– la poussée des mécanismes centralisateurs semble excessive et, dans le système de décision, apparaît avec force tout l’intérêt d’une décentralisation.
– une refonte de la pratique actuelle de la responsabilité communale devrait prendre comme objectif l’obligation pour les communes de répondre en priorité à ses problèmes communaux.

Cela passe par
– l’importance nouvelle donnée aux services de la Ville
– la permanence de l’équipe dirigeante et des différents techniciens
– la permanence d’un « homme de l’art » indépendant des résultats électoraux

Le groupe 2, présidé par Pierre Devinoy pose la question de la création architecturale :
Comment l’améliorer et comment en faire ressentir la nécessité :
– par des actions initiées par les architectes eux-mêmes
– par des actions auprès des partenaires de tous ordres
– par la sensibilisation du grand public et en particulier de la jeunesse en milieu scolaire
– par la formation des architectes
Enfin, ce groupe a fait part d’un certain nombre de réflexions de la part de ses membres concernant le décret sur l’Ingénierie et la loi MOP (Maîtres d’Ouvrage Publics).

Le groupe 3 était présidé par Yves Boiret
Son travail a porté essentiellement sur une question importante qui commençait à faire débat dans les milieux concernés en France mais aussi en Europe : comment passer de la simple conservation du patrimoine architectural à sa mise en valeur dans le cadre d’une participation accrue à la vie économique ? De même se posait alors la question de la cohabitation de l’architecture contemporaine avec l’héritage architectural.
Je dois signaler que c’est peut être la première fois et sans doute grâce à l’ouverture d’esprit et à la sensibilité d’Yves Boiret que ces questions ont été abordées avec une telle franchise et avec le souci d’ouvrir une nouvelle voie, une nouvelle vie, à notre Patrimoine.

Le groupe 4, présidé par Pierre-André Dufetel avait débuté son travail par l’analyse des moyens de la puissance publique :
Contrôle et incitation qui ne sont pas des processus opposés mais les deux faces du même problème.
Actuellement, selon le rapporteur, on constate et on enregistre une pression constante pour une mise sous tutelle de l’initiative privée. Cette pression dilue les responsabilités par l’opacité et la multiplication des structures administratives et l’interchangeabilité de leurs agents.
Enfin des blocages apparaissent. : aide à la pierre ou bien aide à la personne ?
L’aide à la pierre conduit vers une politique de prix plafonds entraînant une réglementation excessive, basée sur des rendements économiques menant à une architecture médiocre.
Des problèmes de structure demandent un décloisonnement des services, la mise en place de la Mission pour la Qualité des Constructions Publiques, la présence des architectes dans les organes de réflexion et de décision.
Des problèmes de méthode découlant de l’application de décisions politiques bien intentionnées ont entraîné une cascade de lois et décrets nécessitant donc des remaniements profonds.
Il faut donc faire attention aux cadres réglementaires paralysants et finalement coûteux. De même sont nécessaires une continuité pour les questions d’aménagement, la présence d’un architecte coordonnateur et celle de la maîtrise d’œuvre en phase chantier
Il faut signaler aussi les inconvénients des prix plafonds pour leur préférer la notion de « coût global » et rappeler ceux de la politique des concours systématiques.
Des possibilités d’expérimentations comme des incitations à la recherche dans les domaines techniques devraient trouver leur place dans une démarche de qualité.

Jacques Dumont présidait le groupe 5.
Son constat sur la situation de l’Architecture et du Cadre de Vie était très proche de ce que les rapporteurs précédents avaient exprimé. « Assurer l’air, la lumière la verdure et aussi l’architecture a conduit à des résultats qui se sont révélés finalement inhumains, traumatisants et même générateurs de tous les maux de notre société ».
Un mouvement de balancier est prévisible. La banlieue pavillonnaire a accouché des grands ensembles qui, honnis à leur tour, font rêver de la maison individuelle.
Il faut donc tout faire pour éviter le retour de trop flagrantes erreurs. Pour cela toujours rechercher la continuité entre territoires, villes et constructions. Seule une réflexion de longue haleine, patiente et obstinée, permettra de susciter une « volonté d’architecture » chez tous les acteurs du cadre bâti. Elle pourrait être facilitée par :
– la recherche d’un équilibre entre normes et liberté de création
– la simplification des réglementations techniques et administratives
– le dialogue nécessaire entre concepteurs et utilisateurs
– la revalorisation de la profession d’architecte et une participation plus active des architectes à la vie de la cité.

Toutes ces réflexions avaient été préalablement transmises au cabinet du Président Giscard d’Estaing dont le discours était, sans conteste, très attendu et ambitionnait de « réconcilier les Français avec leur architecture ».
Lors de son intervention, le Président de la République a fait une description pertinente et lucide sur ce que Robert Auzelle avait appelé « l’état des lieux ».
Pour lui, notre situation s’inscrivait dans le cadre d’un phénomène mondial. La rupture avec le passé -allant parfois jusqu’à la tabula rasa -, l’urbanisation galopante, la ville en miettes avaient conduit au désarroi des architectes et au rejet massif par les populations. Cela, en raison de la perte de sens de la Cité, d’une spécialisation excessive des intervenants interdisant une vision globale et accompagnée par un impérialisme des idées et des formes issues du style international.
Mais les Français avaient d’autres aspirations. Être logés oui, mais mieux logés. Il fallait donc améliorer l’habitat, réhabiliter les quartiers, construire des ensembles nouveaux, vivants et fraternels.

Pour cela, le Président de la République affirmait qu’il était nécessaire :
– d’élargir les moyens et les compétences des architectes
– d’ouvrir plus largement la commande
– de créer la MIQCP (pour la qualité des constructions publiques
– d’avoir, dans chaque Ministère constructeur un secteur pilote
– de ne pas avoir recours à des modèles imposés
– d’alléger les règles issues des dispositions sur l’Ingénierie
La loi sur l’Architecture devait donc être complétée par la création des CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement) dans chaque département.
Il fallait enfin que l’architecte devienne le chef d’orchestre indispensable à toute recherche de qualité.
Cette partie du discours, très attendue, très bien accueillie, a été ponctuée d’applaudissements et largement approuvée par la très grande majorité des participants.
Le Président a ensuite fait part de sa vision de l’architecture française, un art fait d’humilité et de modestie, toujours à la recherche d’une insertion en continuité avec l’existant dans laquelle l’architecte médiateur doit faire preuve de « mesure ». Les fils conducteurs en sont une architecture de raison, une architecture naturelle avec des cités dans lesquelles l’art doit être présent. (Accueil plus dubitatif et réservé)
Il insista aussi sur le fait que l’architecture doit donner lieu à un débat vivant et la présence de jeunes architectes prometteurs lui parut encourageante. Enfin, l’enseignement serait rénové et accompagné par la création d’un Centre d’Études et de Création Architecturale.
Pour le Président Giscard d’Estaing l’architecture c’était la diversité, c’était la liberté, c’était la démocratie. « Un peuple se lit dans son architecture ; à vous d’agir pour qu’il aime s’y reconnaître » furent les mots de conclusion d’un discours et d’une journée qui restera importante pour le futur de l’architecture et pour l’image de l’Académie qui en fut le maître d’œuvre.

[sommaire]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *