Du bien public, de la qualité architecturale et des moyens de la garantir : les paradoxes d’une loi, en questions. Communication de Françoise Fromonot

Du 27 février au 3 avril 2017, Politiques de la culture met en ligne les communications et les témoignages donnés à l’occasion de la journée d’étude sur le 40e anniversaire de la loi sur l’architecture

Communication de Françoise Fromonot, architecte, critique, enseignante à l’ENSA Paris-Belleville


Le récent Prix Nobel de littérature, Bob Dylan, chantait dans les sixties qu’il ne faut jamais faire confiance à quelqu’un de plus de trente ans. La loi en ayant quarante, je vais suivre ce judicieux conseil et contourner la célébration anniversaire pour tenter plutôt, avec le recul, d’interroger les attendus de cette loi à l’aune de ses résultats. L’architecture étant un art plus étroitement dépendant que d’autres des conditions qui lui sont faites – par la société, l’économie, les techniques, la politique… – j’essaierai d’élargir la focale et, en replaçant la loi de 1977 dans un éclairage plus général, de soulever quelques-uns des paradoxes susceptibles de rendre compte d’un bilan mitigé.

Lorsqu’on pense à l’architecture et à la substance urbaine produites en France depuis quatre décennies, ce n’est pas à un apogée du discernement ou à une formidable qualité qu’on pense spontanément, mais plutôt à un foisonnement de programmes et de styles difficile à qualifier. Suivant les goûts et les critères, le meilleur y côtoie souvent le pire, notamment parmi ces bâtiments et aménagements ordinaires pourtant désignés comme cœur de cible de la politique de l’architecture initiée par la loi de 1977. Pour confirmer ce sentiment, il suffit de piocher dans la presse généraliste lors du vote, en juillet dernier, de la loi CAP. « La laideur gagne du terrain », déclarait notamment Télérama, comme écho et suite à sa célèbre couverture de 2005 sur « la France moche ». Ce constat pessimiste sur l’état de l’architecture et des paysages de ce pays s’avère si partagé par l’opinion et les professionnels qu’il est en partie à l’origine de cette nouvelle tentative législative. Mis à part les quelques architectures d’exception présentées urbi et orbi comme admirables (récemment, par exemple, la fondation Pinault de Frank Gehry), ladite opinion continue de nourrir une défiance de fond à l’égard des architectes, ce qui fait partie de nos authentiques singularités culturelles.

La loi de 1977 n’aurait-elle pas réussi à remplir la mission qu’elle s’était assignée, à savoir améliorer nos environnements construits en plaçant conjointement à l’enseigne de la culture les impératifs de qualité architecturale et d’intérêt public ? Pourquoi ?

Risquons quelques hypothèses.

Légiférer par temps de dérégulation ?

Si elle est sans doute responsable de ses propres insuffisances, la loi n’est peut-être pas entièrement coupable de n’avoir pu ni tout résoudre ni tout empêcher. Peut-être parce qu’elle apparaît à l’orée d’une période de basculement vers l’inverse de ce qu’elle entendait défendre : cette fin des années 70 qui a vu s’amorcer l’érosion continue et conjointe des moyens de juger de la qualité et de la notion d’intérêt public censée guider ce jugement, justement.

Ces évolutions dépassent le cadre français. Elles pourraient presque se résumer à une formule : la marche vers la dérégulation en toutes choses, devenue dans les années 1980 et 1990 un maître mot des politiques qui ont ensuite gagné le monde. Inutile d’insister sur les étapes de ce tournant libéral, sur ses accélérations internationales et sur leurs effets. L’élection de Margaret Thatcher en 1979 et celle de Ronald Reagan l’année suivante signaient la fin des États providence et l’obsolescence proclamée d’une certaine idée de la vie en commun. La politique devait consister désormais à orchestrer les conditions optimales de l’exercice d’une libre concurrence entre des intérêts privés. (« There is no such thing as society », disait Mme Thatcher). En 1983 en France, le pouvoir socialiste se convertissait à l’économie de marché et entamait le « tournant de la rigueur », une expression forgée pendant les années Barre et passée depuis dans le langage courant. Et à la fin de la décennie l’écroulement du bloc de l’Est achevait de consacrer le règne de la seule idéologie néo-libérale à l’échelle planétaire. Je ne mentionne, trop schématiquement, ces jalons de cette histoire bien connue, que pour formuler la question qu’elle nous pose rétrospectivement : que peut une loi par temps de dérégulation ?

En affirmant non sans panache que l’architecture relevait de la culture, la loi de 1977 anticipait déjà sur le « tout culturel » qui allait, dans la même veine, bouleverser en les libéralisant les canons et les hiérarchies bourgeoisement établis de l’excellence en la matière – l’ironie de la chose étant qu’il était en France promu par une politique d’État. (1977, on l’a peut-être oublié, est aussi l’année où Jack Lang devient conseiller culturel du PS). En s’élargissant, en se dérégulant, la culture allait devenir une industrie, un marché. Le post-modernisme architectural aura relayé avec ardeur les principes de ce libéralisme : rivalité joyeuse ou féroce des tendances et des styles, médiatisation marchande de leurs productions esthétiques les plus provocantes, spectaculaires ou festives, avec pour corollaire la naissance de l’architecte star, de Bofill à Perrault via Nouvel. Et au plan doctrinal, les décennies 1980 et 1990 auront vu la montée et le triomphe d’une pensée par essence relativiste, pluraliste, inclusive, circonstancielle, bref, venturienne, le « contextualisme » dans ses acceptions elles-mêmes multiples, mais qui font du déjà-là un guide autant qu’un lien : un patrimoine, en somme, autre valeur montante de ces années-là.

Dans ces conditions, qu’appeler « qualité » architecturale, et comment l’évaluer ?

Fin de la critique ?

D’autant qu’en toute logique, on assistait en parallèle à une démonétisation et à un effacement graduels de la critique comme exercice engagé ; une critique considérée désormais comme inconvenante, trouble-fête ou rabat-joie, mais surtout hors de propos (puisque tout peut faire concurrence à tout, et que le succès d’opinion, compté en parts de marché, vaut jugement) ; une critique suspecte d’attenter au droit à la subjectivité individuelle, voire entachée de moralisme, d’arrogance et pourquoi pas de penchants autoritaires (en particulier, croyez en mon expérience, quand elle émane d’une femme) voire responsable de tous les maux : 1977, rappelez vous, fut en France l’année de la mise sur orbite médiatique des « Nouveaux Philosophes » dénonçant dans la « pensée critique » la source de la barbarie totalitaire.

Le tout culturel aura ainsi prospéré sur la fin du tout politique. L’évolution des revues d’architecture a suivi tout naturellement le mouvement – ces revues censées exposer, promouvoir, juger l’architecture, et qu’il ne semble pas abusif d’associer à des autorités publiques. 1977 fut l’année du départ de Bernard Huet de l’Architecture d’Aujourd’hui : en phase avec cet air du temps, disparaissait le dernier projet déclaré « de tendance » pour une revue moderne historique. Six ans plus tard, AMC était rachetée à la SFA par le groupe de presse du Moniteur, et cette revue disciplinaire se transformerait graduellement en revue de la profession.

En prise avec la nature essentiellement plurielle de la production architecturale, les revues – chacune à leur manière, avec des variantes, et quelques exceptions – préféreraient bientôt, à la défense de telle ou telle politique, théorie ou chapelle les panoramas plus ou moins orientés, talentueux ou savants de la production (nationale et internationale) dans sa variété, dans sa richesse aussi, assumant voire théorisant la difficulté de pratiquer une « critique critiquante » (une expression que j’emprunte à François Chaslin) : une absence de critique régulièrement déplorée par une profession qui de toute façon ne la supporte pas, autre paradoxe qu’il faudrait un jour tenter de mettre à plat.

Corporatisme ?

En ces années d’avènement d’un éclectisme et d’un relativisme esthétiques dans lequel nous sommes plus que jamais, l’obligation faite par la loi de 1977 d’un recours à l’architecte (gage de qualité… ès qualités, en somme) apparaît surtout destinée à renflouer une profession en crise, qui pour la première fois de son histoire, sous les effets conjugués de la récession économique et d’un afflux de jeunes diplômés dû à la massification de l’enseignement, connaissait le chômage.

Dans son dernier éditorial de l’AA, fin 1976, Huet critiquait le projet de loi avec virulence et acuité, sur ce point en particulier : « ce projet n’ose pas aborder les vrais problèmes de l’Architecture en France, ceux posés par les conditions de production d’une construction de qualité mise au service des citoyens… A qui fera-t-on croire que la garantie de la qualité architecturale s’obtient par une simple réorganisation des modes d’exercice de la profession ?… » Et il s’interrogeait sur l’autre grande innovation concrète de la loi, l’institution des CAUE, censés améliorer au quotidien l’architecture sur le territoire : « Les CAUE sont désormais réduits à de gentilles associations régies par la loi de 1901, soigneusement placées sous tutelle préfectorale, et destinées à développer ‘l’information, la sensibilité et l’esprit de participation du public’ ».

L’intérêt public ordinaire ?

Mais là encore ces nouvelles instances de conseil, dépourvues de missions de conception et soumises à des contraintes ne relevant pas d’elles, avaient-elles vraiment les moyens de peser ? Les architectes espéraient à l’époque des CAUE qu’ils permettent, par exemple, d’enrayer le mitage pavillonnaire, tout au moins d’en atténuer l’impact. Mais 1977 fut marquée en parallèle par une nouvelle étape de libéralisation et de désengagement de l’État du secteur de la construction (réforme Barre) assortie d’une intensification des politiques nationales en faveur de l’habitat individuel, avec l’instauration cette année-là des PAP, les prêts aidés à l’accession à la propriété. Ce mode de vie n’a cessé d’être encouragé depuis : au milieu des années 1990 par les prêts à taux zéro, à partir du milieu des années 2000, par la maison à 100 000 euros, le doublement des montants des prêts, etc.

Tandis que la puissance publique dotait ainsi d’une main les collectivités d’instances de conseil sur la qualité dépourvues de véritables pouvoirs, elle continuait de l’autre de favoriser des modes d’aménagement allant à l’encontre des missions affichées de ces instances même. Pavillonnaire, mais aussi entrées de villes, zones d’activité… On a assisté partout à l’expansion incontrôlée d’un urbanisme de fait, une urbanisation sans urbanisme engendrée par la combinatoire stricte entre des dispositifs financiers (prêts), législatifs (code de l’urbanisme), fonciers, industriels (les constructeurs) et idéologiques (promotion de propriété privée individuelle, culte de « la croissance ») trop souvent servis par le clientélisme ou l’aveuglement des élus locaux.

Décentralisation compétition ?

La création des CAUE aura aussi anticipé l’accélération décisive de la grande décentralisation du début des années 1980. L’une de ses conséquences marquantes fut le déclenchement d’une compétition entre les capitales des régions, passant notamment par des programmes et des objets architecturaux retentissants. La surenchère par l’image n’a elle aussi cessé de s’amplifier, profitant de la médiatisation croissante des architectes concernés, et la stimulant à la fois. Chacun a en tête les exemples de Bousquet appelant à Nîmes Foster ou Nouvel, de Montpellier sous le règne de Frèche, (de Bofill à Vasconi, le pluralisme à l’œuvre), de l’Euralille de Mauroy-Baïetto-Koolhaas, et bien sûr de Paris, où vont se mettre à construire, dans leur diversité, le ban et l’arrière ban des architectes du « retour à la ville » – 1977 étant l’année du retrait de l’État des affaires de la capitale, avec l’élection d’un maire de plein exercice à la tête de la capitale, l’approbation définitive du nouveau POS venant ratifier l’abandon de l’urbanisme opérationnel associé aux grandes politiques de modernisation venues d’en haut.

Malgré tout… Pour une rue des Hautes Formes, pour un Nemausus, combien d’opérations de logements indigentes ? Pour un Congrexpo, combien de médiathèques surdessinées, d’hôtels de région boursouflés, combien d’architectures affichant pour tout viatique l’« inspiration » bankable de leur concepteur ? Et pour tous ceux-là, combien de bâtiments si banalement médiocres que seuls les connaissent ceux qui sont obligés de les fréquenter ?

Concourir, encore et toujours ?

Quant à la généralisation des concours d’architecture – toujours en 1977 – c’est bien entendu sur la concurrence qu’elle misait pour remplacer les modalités d’attribution de la commande publique mises à bas avec le système des Beaux Arts. L’instauration des concours a été présentée comme une promesse de saine émulation vers la qualité, de transparence décisionnelle, de regain du débat public, de renouvellement générationnel chez les maîtres d’œuvre… A certains égards, elle a pu parfois l’honorer. Mais il y aurait beaucoup à dire sur ce que les concours sont devenus. Sur quoi concourt-on ? La production d’une image ? Le respect d’un programme ou d’une enveloppe budgétaire ? Un montant d’honoraires ? Comment juge-t-on ? C’est selon…

Ce que je retiendrai ici, en lien avec la question du jugement sur la qualité que vous m’avez posée, c’est le rôle ambigu que tiennent dans ces jurys les architectes qui en constituent légalement un tiers. Alors qu’ils devraient être les plus à même d’expliciter les propositions en lice sur la base de leur connaissance de la conception et de ses ressorts, d’attirer l’attention des participants moins rompus qu’eux à la discipline sur le fond plutôt que sur l’image ; d’alerter les maîtres d’ouvrage sur les conséquences de budgets manifestement insuffisants, bref d’éclairer les débats et d’informer la décision, il ne peuvent souvent ou n’osent contredire ceux – politiques, clients, promoteurs – qui seront peut-être leurs propres juges ou clients demain. Le conflit d’intérêts est permanent. Et les choix sont souvent faits en amont ou en coulisses de ces jurys : les exemples abondent.

Un problème de politique

Pour conclure, soulevons un dernier paradoxe au regard du constat qui précède. Il semble bien que le volet architecture de la loi CAP, dont se félicitent tant nos politiques et nos représentations professionnelles, entende corriger les insuffisances de la loi de 1977 en réaffirmant les mêmes fondements, et même en leur ajoutant un zeste de dérégulation « créative ». Mais le problème est-il vraiment celui de la liberté de création, formule qui n’a pas grand sens s’agissant d’architecture ?

Interviewée récemment à l’occasion du vote de cette nouvelle loi, la secrétaire générale du conseil régional de l’ordre d’Ile-de-France déclarait que l’instauration d’une politique d’éducation à l’architecture dans les écoles de la République permettrait de changer la donne en une génération. « Rêvons un peu », disait-elle. Rêvons alors avec elle, et demandons nous si les actions à entreprendre pour améliorer l’architecture en France sont vraiment d’ordre législatif et de teneur corporatiste, ou si elles relèvent d’abord, en amont, d’un projet éducatif et surtout politique…

[sommaire]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *