Essai de mesure des effets multiplicateurs des déterminants sociaux des pratiques culturelles

par Sylvie Pflieger,
maître de conférences HDR, Université Paris Descartes / CERLIS

L’analyse qui est proposée ici part d’une démarche économique, et repose sur un traitement statistique des données chiffrées issues des enquêtes Pratiques culturelles des Français, menées successivement en 1973, 1981, 1988, 1997 et 20081.
Il s’agit d’une analyse exploratoire, qui consiste à s’interroger sur le caractère plus ou moins discriminant, et leur évolution dans le temps, des critères socio-démographiques couramment utilisés pour mettre en évidence les facteurs d’inégalité d’accès à la culture, et ceci sur l’ensemble de la période, soit 35 ans environ.

Méthodologie

Ce travail se situe dans la problématique de la démocratisation culturelle, qui correspond à celle du ministère de la Culture lors de sa création en 1959, et est restée la conception dominante même si à partir des années 1980, on a commencé à envisager l’accès à la culture sous un angle plus participatif, le concept de démocratie culturelle complétant, voire prenant le relais de celui de démocratisation culturelle. Autrement dit, pour schématiser, on considère qu’il existerait un modèle « légitime » des pratiques culturelles que l’on souhaiterait diffuser au plus grand nombre, d’où la référence fréquente à un modèle hiérarchique, allant de haut en bas (« up-down » par opposition à « bottom-up »).

Ce travail ne se veut pas exhaustif, et ne seront étudiées que quelques pratiques nous semblant représentatives de cette culture légitime, à savoir, les pratiques théâtrales, muséales, cinématographiques, de lecture et de fréquentation des bibliothèques, pratiques étudiées lors des 5 vagues d’enquêtes menées par le DEPS. Plus précisément, les variables étudiées sont celles correspondant aux réponses aux questions suivantes :

« Au cours des 12 derniers mois, êtes-vous allés au moins une fois au théâtre ? … dans un musée ? … au cinéma ? … avez-vous fréquenté une bibliothèque ? … avez-vous lu au moins un livre ? »

Les pratiques ne sont donc abordées que dans une perspective binaire, oui/non, sans prendre en compte leur intensité.

Comme on peut le voir, 4 des 5 variables retenues sont relatives à des fréquentations d’équipements culturels, dont 3 relèvent en grande partie des politiques culturelles publiques mises en œuvre, qu’il s’agisse du ministère de la Culture ou des collectivités locales. L’objectif est en effet de placer cette analyse en priorité au regard des politiques culturelles, dans la mesure où l’un des instruments de la politique de démocratisation réside dans l’offre d’équipements culturels ce qui implique de s’intéresser à cette confrontation entre offre territoriale et demande culturelle. Par ailleurs, le choix du cinéma permet d’avoir un « repère » en ce sens que la fréquentation du cinéma est la pratique « d’extérieur » la mieux partagée sur la période (grossièrement une personne sur deux est allée au cinéma au cours des 12 derniers mois). Enfin, on a introduit une pratique « à domicile », la lecture, qui permet de « neutraliser » les effets d’éloignement par rapport à l’équipement culturel, et qui est par ailleurs considérée le plus souvent comme la « pratique culturelle légitime de base ».

Concernant les variables socio-démographiques retenues, nous avons privilégié la catégorie socioprofessionnelle, soit la CSP ou PCS du chef de famille2, ce critère étant déjà en tant que tel un indice synthétique prenant en compte à la fois les niveaux de revenus et de formation.

Nous avons retenu les chiffres présentés dans les tableaux de synthèse des enquêtes Pratiques culturelles des Français 1973-2008 qui ont « homogénéisé » la classification et permis le passage de la classification en CSP à celle en PCS.

Le second critère retenu est celui de la taille de la commune qui nous a paru particulièrement pertinent par rapport à notre choix fondé en priorité sur les équipements culturels. Les données sont également disponibles dans le tableau de synthèse 1973-2008.

Le troisième critère testé est celui de la tranche d’âge, l’hypothèse implicite à vérifier étant celle du rôle de l’éducation artistique en milieu scolaire.

Enfin, nous n’avons malheureusement pas pu suivre l’impact du critère niveau de formation (diplôme obtenu) sur l’ensemble de la période, ne disposant pas de ces éléments pour les 3 premières enquêtes. Nous avons donc étudié le rôle de cette variable uniquement pour les deux dernières enquêtes, soit sur un intervalle de temps de 11 ans. Par ailleurs, les commentaires concernant les niveaux d’études post-bac restent en partie biaisés par le fait que l’enquête 1997 parle d’  « études supérieures », alors que l’enquête 2008, distingue les niveaux « bac +2 (DEUG) ou bac + 3 (licence système LMD) » de « bac + 4 et plus ».

La démarche générale a consisté à calculer des « coefficients multiplicateurs », pour les 5 pratiques sélectionnées et sur les 5 années d’étude (2 pour la variable niveau de formation), variable explicative par variable explicative, et ceci par rapport à la plus forte pratique : par exemple, quel est le coefficient multiplicateur de la pratique théâtrale d’un cadre supérieur par rapport aux autres catégories socioprofessionnelles, comment évoluent dans le temps ces coefficients multiplicateurs (observe- t-on un rattrapage de certaines CSP ?), et comment ce « coefficient multiplicateur pratique théâtrale-CSP » se situe -t-il par rapport au « coefficient multiplicateur âge » ou « taille de la commune »… ?

En d’autres termes, la CSP est-elle ou non un facteur plus discriminant que celui de la taille de la commune par exemple, et cette discrimination – ou non – se perpétue- t-elle au cours de la période ou au contraire se réduit-elle ?

En ce qui concerne le critère « taille de la commune », l’approche diffère quelque peu, et il s’agira davantage de voir si le passage d’une catégorie de commune à une autre s’accompagne d’une modification de la pratique étudiée ou non, et dans l’affirmative, y a-t-il un effet seuil qui mettrait en évidence une « taille optimale » de commune quant à la fréquentation d’équipements culturels.

Enfin, nous avons calculé des indices agrégés par variable explicative, résumant pour les deux années extrêmes, 1973 et 2008, les 5 pratiques étudiées.

Autrement dit, si l’on prend le critère CSP par exemple, nous avons calculé l’indice moyen de pratiques culturelles des cadres supérieurs (moyenne arithmétique des 5 pratiques étudiées), que nous avons rapporté à l’indice moyen des pratiques de chacune des CSP, et ceci pour l’ensemble de la période, afin de voir si l’écart relatif entre CSP a augmenté ou s’est réduit. Ce type de calcul permet de lisser les écarts et d’avoir une vision synthétique de la variable la plus discriminante.

Analyse des résultats à partir des indicateurs agrégés

Partant du plus général pour aller vers le particulier, nous allons dans un premier temps nous intéresser aux indices synthétiques afin de voir si l’on peut établir une hiérarchie des critères socio-démographiques retenus en termes de discrimination.

Pour mémoire nous avons calculé l’indice agrégé (moyenne arithmétique des 5 pratiques culturelles) pour chacune des catégories constitutives de chaque critère, que nous avons ensuite rapporté à l’indice agrégé de référence pour le critère considéré.3.

En 2008, deux critères apparaissent plus discriminants, avec des indices relatifs par rapport aux catégories extrêmes supérieurs à 2, la catégorie socioprofessionnelle du chef de famille et le niveau de diplôme : les écarts les plus élevés se situent entre les cadres supérieurs et les ouvriers non-qualifiés (2,16) d’une part et entre les bac + 4/5 et les sans diplômes (2,95) d’autre part. Un diplômé d’études supérieures (bac + 4 et au-delà) a ainsi une pratique culturelle globale près de 3 fois supérieure à celle d’un non-diplômé. Ce dernier critère est donc le plus discriminant dans l’absolu en 2008.

Le critère taille de la commune semble être le moins discriminant, la seule « sur-pratique » générale étant celle des Parisiens intra-muros (indice = 1,5). Le critère âge se situe à un niveau intermédiaire, l’écart relatif maximum entre les 15-24 ans et les plus de 60 ans étant proche de 1,8.

Sur l’ensemble de la période, les résultats, dans l’absolu, relatifs au critère CSP, font apparaître une réduction des écarts relatifs, puisque l’écart maximum était en 1973 de 2,7 au profit des cadres supérieurs vis-à-vis des retraités mais aussi des agriculteurs, pour baisser à 2,2 en 2008 mais pour cette dernière année entre cadres supérieurs et ouvriers non qualifiés. La situation globale de cette dernière catégorie se serait dégradée relativement à celle des cadres supérieurs sur la dernière période étudiée, 1997-2008, l’écart relatif passant de 2 en 1973 à 1,96 en 1997 puis 2,16 en 2008. On constate également une dégradation relative sur la période, – ou du moins une stabilité – des catégories ouvriers, employés et cadres moyens, les coefficients multiplicateurs des cadres supérieurs étant respectivement de 1,9 ; 1,7 et 1,3 en 2008 (contre 1,7 ; 1,5 et 1,1 en 1973).4 En revanche les grands « gagnants » sont les agriculteurs, qui ont vu leur handicap se réduire, le coefficient multiplicateur des cadres supérieurs par rapport à cette catégorie passant de 2,7 à 2, ainsi que les retraités pour lesquels l’avantage relatif des cadres supérieurs se réduit de 2,7 à 2.

Le caractère discriminant du niveau de diplôme s’est quant à lui accru sur la seule période 1997-2008, et ceci pour quasiment tous les différents niveaux de formation. Le critère diplôme devient globalement le plus discriminant en 2008 en termes de pratiques culturelles (du moins les 5 retenues ici). Seul le niveau CAP-BEP verrait sa position relative par rapport au niveau BEPC s’améliorer, l’écart se réduisant de 1,4 à 1,1. Il conviendrait ici de se pencher plus précisément sur le profil des élèves des filières CAP-BEP, ces filières professionnalisantes ne recrutent-elles pas aujourd’hui de plus en plus d’élèves de niveau post-BEPC voire post-bac ?

Cependant on peut aussi souligner que le caractère discriminant du diplôme s’accroît certes, mais que davantage de jeunes ont eu accès à un niveau de diplôme supérieur sur la période : ainsi la proportion de bacheliers par génération est passée de 23 % en 1973 à 64 % en 2008, mais en revanche ne s’est pas accrue entre 1995 et 2008 (63 % et 64 %)5, ce qui joue peu ici puisque nous n’étudions que les 2 dernières enquêtes, 1997 et 2008.

En ce qui concerne la taille de la commune, le fait d’habiter Paris reste la caractéristique la plus discriminante, et cet avantage de Paris n’a pas diminué, puisque comparé à un habitant d’une grande ville (plus de 100 000 habitants) le Parisien a une pratique culturelle globale 1,5 fois plus élevée qu’un habitant d’une ville de plus de 100 000 habitants (contre 1,4 en 1973). Compte tenu de la construction de notre indice synthétique (une majorité d’équipements culturels), on pourrait rapprocher ce constat des critiques souvent formulées envers la poursuite de la concentration de nouveaux équipements culturels à Paris plutôt qu’en région. Par ailleurs, on peut souligner que, compte tenu du prix de l’immobilier parisien, le niveau social de la population résidant dans Paris intra-muros s’est nettement accru au cours de la période (effet gentrification), ce qui renforcerait le poids du critère CSP.

En revanche les écarts se sont resserrés au niveau des communes de tailles inférieures (rural, et moins de 20 000 habitants), et si le fait d’habiter une commune rurale était le plus handicapant en 1973 (coefficient relatif des communes de moins de 20 000 habitants = 1,4), l’écart s’est pratiquement annulé en 2008 (coefficient de 1,1). Ce constat laisserait supposer qu’il y aurait eu un impact réel de la politique d’aménagement du territoire en milieu rural notamment. On pourrait également s’interroger sur l’effet « rurbanisation » de la société française, un nombre croissant d’individus ayant choisi de vivre à la campagne tout en travaillant en ville. Le passage entre [moins de 20 000] et [20 à 100 000 habitants] a peu d’impact, et ceci sur l’ensemble de la période, de même que celui entre [20-100 000] et [plus de 100 000 habitants]. La situation des habitants de la banlieue parisienne a été assez contrastée, avec un avantage s’accroissant pendant les années 1980 par rapport aux villes de 20 à 100 000 habitants, pour se réduire à partir de 1997.

Quant au critère âge, les plus de 40 ans et a fortiori les plus de 60 ans auraient quelque peu rattrapé une partie de leur retard par rapport aux 15-24 ans, les coefficients multiplicateurs des 15-24 ans passant de 1,6 à 1,4 par rapport aux 40-59 ans et de 2,1 à 1,8 par rapport aux plus de 60 ans.

Analyse par pratique culturelle

Le théâtre

Même si la pratique théâtrale est globalement une des pratiques culturelles qui a le plus progressé sur la période (la fréquentation moyenne est passée de 12 à 19 %), elle semble être la pratique culturelle la plus discriminante (parmi celles retenues ici), et cette discrimination est particulièrement forte au regard de la CSP/PCS du chef de famille.

Le coefficient multiplicateur entre catégories extrêmes (cadres supérieurs et agriculteurs) était de près de 10 en 1973, et il est encore de 5,5 en 2008 entre cadres supérieurs et ouvriers non-qualifiés, la situation relative des agriculteurs vis-à-vis des cadres supérieurs s’étant en revanche bien améliorée (coefficient multiplicateur de 4,4 en 2008). D’une manière générale cependant, les inégalités relatives par rapport aux différentes CSP se sont réduites sur la période, sauf pour les cadres moyens, mais la hiérarchie reste globalement identique, et ceci dans un contexte général d’augmentation de la fréquentation théâtrale sur la période (de 12 % à 19 %). Le plus significatif reste la forte progression des agriculteurs dont le comportement tend à se rapprocher, en 2008, de celui des ouvriers qualifiés et employés. Il faut cependant souligner que la CSP agriculteurs est celle qui a le plus chuté parmi la population active occupée sur la période, et que ce statut a probablement profondément évolué au cours de la période étudiée. La population des agriculteurs aujourd’hui est sociologiquement sensiblement différente de celle de 1973.

L’impact de l’âge est modéré par rapport à cette pratique avec un coefficient multiplicateur généralement inférieur à 2, les 15-24 ans ayant toutefois un avantage relatif sur toutes les autres tranches et cet avantage semblant se renforcer à partir de 1997.

L’analyse du critère taille de la commune fait principalement apparaître la « sur-fréquentation » des Parisiens par rapport aux habitants de grandes villes (plus de 100 000 habitants) le rapport restant relativement stable de 1 à 3 au profit des Parisiens sur toute la période, et une amélioration très nette de la situation relative des communes rurales par rapport aux communes de moins de 20 000 habitants, avec même une inversion des rapports et ceci en raison d’une hausse spectaculaire de la fréquentation des habitants des communes rurales (fréquentation près de 5 fois supérieure en 2008 par rapport à 1973, la fréquentation en 1973 étant, il est vrai, quasiment nulle !).

On peut également souligner que les habitants de la banlieue parisienne ont également une fréquentation plus forte que les habitants de villes de taille comparable [20 à 100 000 habitants], ceci pouvant être la résultante de l’effet d’attraction de l’offre dans Paris intra-muros.

Enfin, le critère niveau de diplôme, analysé ici seulement sur les 2 dernières années apparaît comme particulièrement discriminant si l’on regarde les 2 catégories extrêmes (études supérieures par rapport à « aucun diplôme »), et cette discrimination s’est accentuée au cours de ces 10 ans : le coefficient multiplicateur passe de 4,75 en faveur du niveau études supérieur à 5,22 en faveur du niveau bac + 4-5 par rapport aux sans diplômes. Il semblerait que les avantages relatifs des catégories intermédiaires diminuent, mais que les 2 situations extrêmes se démarquent encore plus : être sans diplôme est encore plus discriminant en 2008, et poursuivre des études supérieures accentue l’écart par rapport aux niveaux inférieurs.

Les musées

La fréquentation des musées est une pratique globalement plus répandue que la fréquentation théâtrale (environ le tiers de la population interrogée), mais qui est restée relativement stable sur la période. Les critères CSP et niveau de diplôme sont les plus discriminants, avec des rapports qui restent de l’ordre de 1 à 4 entre catégories extrêmes en 2008, les écarts s’étant même creusés entre 1973 et 2008 (1997 et 2008 pour le niveau de diplôme). On pourrait parler de dégradation relative et absolue dans le cas des musées.

Une piste de travail et de réflexion plus approfondie serait de rapprocher ces résultats de ceux des études sur l’impact de la gratuité dans les musées qui mettaient en lumière un effet quantitatif en termes de fréquentation mais sans pour autant pouvoir affirmer s’il s’agissait bien d’un élargissement de la base ou d’une fidélisation d’un public plus restreint. Ces calculs de coefficients multiplicateurs tendraient à faire pencher la balance du côté de la fidélisation des visiteurs.

L’analyse du critère CSP met en évidence des résultats plutôt négatifs sur la période puisque globalement les écarts se sont accrus entre catégories extrêmes, avec le même glissement que celui opéré dans le cas du théâtre, à savoir, un écart maximum entre cadres supérieurs et agriculteurs en 1973 (coefficient multiplicateur de 3,3) et entre cadres supérieurs et ouvriers non qualifiés en 2008 (coefficient de 4,4). De manière générale, toutes les catégories sociales ont vu leur position relative se dégrader par rapport à celle des cadres supérieurs sur la période, sauf les agriculteurs et les retraités. Les dégradations relatives les plus fortes concernent la catégorie « ouvriers », qualifiés comme non qualifiés, les coefficients multiplicateurs (en faveur des cadres supérieurs) passant de 1,9 à 2,9 pour les ouvriers qualifiés et de 2,7 à 4,4 pour les non qualifiés. Les résultats mettent ainsi en lumière une exclusion relative croissante des ouvriers (qualifiés ou non) de la fréquentation des musées (une des institutions « clé » de l’accès à la culture « légitime »).

Le critère âge apparaît relativement peu discriminant, et l’écart le plus important qui existait en 1973 entre les 15-24 ans et les plus de 60 ans s’est réduit de manière significative sur la période, passant de 2,25 au profit des 15-24 ans en 1973 à 1,5 en 2008, ce qui est d’ailleurs cohérent avec l’analyse en termes de CSP, à savoir l’amélioration de la situation relative des retraités.

La prise en compte du critère taille de la commune met clairement en évidence l’avantage des Parisiens par rapport aux habitants des villes de plus de 100 000 habitants, avantage qui s’est accru au cours de la période, le coefficient multiplicateur passant de 1,5 en 1973 à 1,9 en 2008, et ceci essentiellement en raison d’une très forte hausse des fréquentations des Parisiens (+38 % contre 10 % pour les habitants de villes de plus de 100 000 habitants). Même si la fréquentation des musées est en grande partie liée aux vacances, on peut penser que la très forte concentration de musées sur Paris est un élément explicatif puissant à ce phénomène (il y a eu également des créations de nouveaux musées – Beaubourg, Orsay, Picasso… – à Paris sur la période), et déborde également sur le comportement des habitants de la banlieue parisienne, comparativement aux fréquentations des habitants de villes comparables en termes de population (20-100 000 habitants).  Enfin, on peut observer, semble-t-il, une certaine homogénéisation des pratiques pour les communes de plus petite taille.

Comme pour le théâtre, le niveau de diplôme apparaît très discriminant, l’écart entre catégories extrêmes augmentant entre 1997 et 2008, de 3,2 (études supérieures/aucun diplôme en 1997) à 4,8 (bac +4-5/aucun diplôme en 2008). Les analyses sociologiques développées notamment par Pierre Bourdieu prennent ici tout leur sens et mettent en évidence le rôle du capital scolaire et de l’institution scolaire, rôle qui semble s’amplifier. A l’intérieur de la hiérarchie, on observe la même tendance que pour le théâtre, à savoir, une réduction relative des écarts entre CAP-BEP et BEPC.

Le cinéma

Le cinéma est la fréquentation culturelle la plus répandue, puisqu’elle touche environ la moitié de la population interrogée, la dernière année d’enquête des pratiques culturelles mettant en avant un renouveau de cette pratique après deux décennies de morosité. Globalement la pratique cinématographique est beaucoup moins discriminante que les deux pratiques précédentes, le critère âge (au profit des 15-24 ans) étant ici le plus discriminant, et étant le seul à avoir un coefficient multiplicateur supérieur à 2, ce qui conforterait les résultats généraux des enquêtes selon lesquels, la pratique cinématographique est d’abord une pratique jeune. Toutefois, comme indiqué déjà précédemment, nous n’abordons pas ici la fréquence de la pratique cinématographique.

On observe ainsi un avantage relatif très net des 15-24 ans par rapport aux plus de 60 ans, même si celui-ci s’est atténué au cours de la période, le coefficient multiplicateur passant de 3,9 à 2,8, et ceci grâce à l’augmentation forte des pratiques des plus de 60 ans en 2008, pour la première fois sur la période.

L’analyse du critère CSP met également en évidence le critère générationnel dans la mesure où l’avantage relatif des cadres supérieurs en termes de fréquentation du cinéma est le plus élevé vis-à-vis des retraités, même s’il s’est réduit au cours de la période, passant de 4,35 en 1973 à 2,4 en 2008. En revanche, la pratique cinématographique apparaît relativement peu discriminante vis-à-vis des autres catégories d’âge actif, la discrimination la plus élevée restant en 2008 vis-à-vis des ouvriers non qualifiés (coefficient = 1,6). Il convient également de souligner que, outre les retraités, les agriculteurs sont également les grands bénéficiaires de ce rapprochement des pratiques, leur retard relatif par rapport aux cadres supérieurs passant de 2,2 en 1973 à 1,5 en 2008, et ceci en raison d’une augmentation forte de leurs fréquentations (+46 %) qui rejoint le niveau de fréquentation moyen en 2008.

Le critère taille de la commune joue assez peu (les coefficients relatifs sont tous inférieurs à 1,2 en 2008), et est par ailleurs resté relativement constant sur la période étudiée, la situation des communes rurales étant celle qui s’est le plus améliorée en valeur relative (par rapport aux communes de moins de 20 000 habitants). On peut penser que l’un des axes de la politique cinématographique de la France visant à assurer une répartition équilibrée des salles de cinéma sur l’ensemble du territoire – la France est le pays pour lequel la densité de salles de cinéma est la plus forte – a porté ses fruits.

Enfin le critère niveau de diplôme est nettement moins discriminant que pour les deux pratiques précédentes (théâtre et musée), mais reste cependant encore sensible, aussi bien en 1997 qu’en 2008, l’écart relatif maximum restant quasiment identique (2,8 en 1997 et 2,7 en 2008).

La lecture de livre

Comme l’a montré l’analyse dynamique des pratiques culturelles des Français de 1973 à 2008, la lecture de livres est probablement l’une des pratiques qui a le plus baissé. Dans ce contexte général de baisse du lectorat, il nous a paru intéressant de voir si cette baisse était relativement « proportionnelle » quel que soit le critère étudié, ou si l’on constatait une amplification/diminution des écarts relatifs. Par ailleurs, le choix de cette pratique tient au fait que cette dernière n’est pas liée à la présence d’équipements culturels et permet donc de relativiser la variable éloignement des lieux culturels.

Le premier constat est que la lecture est une pratique relativement homogène, et l’on ne peut mettre en avant des critères discriminants forts : les coefficients multiplicateurs sont dans quasiment tous les cas, et pour l’ensemble de la période, inférieurs à 2, et même, le plus souvent, inférieurs à 1,5. Les écarts relatifs sont donc très faibles, et la hiérarchie est restée stable sur la période, même si deux catégories semblent à nouveau avoir amélioré leur situation relative, les agriculteurs et les retraités que l’on peut rapprocher également de la catégorie des plus de 60 ans.

Le critère CSP est donc beaucoup moins discriminant ici, les cadres supérieurs gardant certes toujours un avantage par rapport aux autres catégories, mais dans une proportion moindre : coefficient multiplicateur de 2,1 en 1973 par rapport aux agriculteurs qui se réduit à 1,8 en 2008. Cependant en dehors des agriculteurs et des retraités, on n’observe aucune amélioration relative pour toutes les autres catégories sociales, leur baisse de lecture étant plutôt plus forte que celle des cadres supérieurs.

Concernant l’âge, l’avantage relatif des 15-24 ans est assez faible ici, le maximum étant par rapport aux plus de 60 ans, et passant de 1,5 en 1973 à 1,2 en 2008. Ce resserrement des écarts entre catégories serait peut-être à rapprocher des résultats de la dernière enquête, mettant en lumière un effet générationnel avec un décrochage fort des plus jeunes vis-à-vis de la lecture ayant pour corollaire un lectorat vieillissant.

La taille de la commune n’a quasiment aucune influence sur la lecture en 2008, si ce n’est un léger avantage pour les Parisiens qui ont une pratique de lecture 1,2 fois supérieure à celle d’un habitant d’une ville de plus de 100 000 habitants, ce coefficient étant relativement stable sur la période. Peut-être faudrait-il y voir là une résultante des pratiques de lecture dans les transports en commun parisiens ? !

La lecture est la pratique culturelle pour laquelle les écarts de niveaux de diplômes interviennent le moins, la pratique des diplômés de l’enseignement supérieur n’étant que 1,8 fois supérieure à celle des sans diplômes en 2008, et 1,6 fois en 1997. Cependant les diplômés de l’enseignement supérieur sont les seuls à avoir accru leur pratique de lecture entre 1997 et 2008, alors que toutes les autres catégories ont reculé.

L’inscription dans une bibliothèque

Le développement d’un réseau dense de bibliothèques sur l’ensemble du territoire a été l’un des instruments privilégiés de la politique de démocratisation culturelle, le réseau des bibliothèques départementales de prêt prenant le relais des bibliothèques municipales dans le cas des communes rurales ou de petite taille. Et, selon ce point de vue, le critère taille de la commune est effectivement relativement peu discriminant, le niveau de diplôme étant ici le plus discriminant, avec un coefficient multiplicateur de 4,6 au profit du niveau d’études supérieur (bac +4-5), devant celui de la CSP puis de l’âge.

L’analyse du critère CSP fait apparaître en 2008 une opposition nette entre les cadres supérieurs d’un côté, et pratiquement toutes les autres catégories de l’autre, qui auraient un comportement très proche. Ce lissage apparent en 2008 est consécutif en fait à un certain rattrapage relatif des ouvriers non qualifiés ainsi que des patrons de l’industrie et du commerce. L’inscription à une bibliothèque serait apparemment la seule pratique qui aurait permis aux ouvriers non qualifiés de rattraper une partie de leur retard, puisque le rapport avec les cadres supérieurs était de 1 à 4 en 1973.

Les résultats relatifs au critère âge divergent également quelque peu des résultats habituellement observés pour la lecture de livres, en ce sens où, si l’inscription dans une bibliothèque est une pratique plus forte pour les jeunes, cet avantage relatif vis-à-vis notamment des plus de 60 ans s’est même accru, le coefficient multiplicateur passant de 1,8 à 2,6. Il faudrait probablement mener une analyse plus approfondie sur les motifs de l’inscription à une bibliothèque, l’inscription des plus jeunes pouvant être la résultante d’une prescription de la part de l’institution scolaire.

Le critère taille de la commune mettait en lumière en 1973, l’écart entre communes rurales et communes de moins de 20 000 habitants (coefficient multiplicateur de 1,7 au profit de ces dernières), écart qui s’est résorbé sur la période. On peut émettre l’hypothèse qu’il y a eu un réel effort d’équipement des communes rurales au cours de cette période ou/et que le dispositif des bibliothèques départementales de prêt avec son réseau de bibliobus a bien fonctionné. En revanche, le passage moins de 20 000 habitants à [20-100 000] habitants a peu d’impact depuis 1988 (coefficient voisin de 1), ce qui peut également laisser supposer que l’offre est relativement comparable.

L’écart le plus important en 2008 est celui existant entre Paris et les villes de plus de 100 000 habitants (coefficient de 1,5) au profit de Paris, écart qui est resté relativement stable au cours des 20 dernières années (enquête 1988). N’ayant pas de précision ici sur le type de bibliothèque, on pourrait émettre l’hypothèse que la présence d’une forte population étudiante sur Paris pourrait expliquer cet écart entre Paris et une grande ville de plus de 100 000 habitants.

Enfin, concernant le critère niveau de diplôme, si l’on met de côté la comparaison des deux niveaux CAP/BEP et BEPC, on constate un renforcement de l’inégalité. Pour chaque passage à un diplôme considéré de niveau supérieur, le coefficient s’élève au profit du niveau supérieur, la comparaison extrême entre diplôme de l’enseignement supérieur et « sans diplôme » mettant en lumière une amplification nette des écarts, le coefficient multiplicateur passant de 3,6 en 1997 à 4,7 en 2008. Le niveau de qualification, exprimé en termes de niveau de diplôme, serait donc de plus en plus clivant par rapport à l’inscription dans une bibliothèque. En revanche, il semblerait qu’il y ait un basculement au niveau de la comparaison entre niveau BEPC et niveau CAP/BEP, à l’avantage des seconds, le niveau CAP/BEP correspondant aujourd’hui à un niveau de formation supérieur à celui de BEPC, en termes de pratiques culturelles.

Quelles conclusions, ou pistes de réflexion ?

Au terme de ce travail, qui doit être considéré comme un travail exploratoire, quelles sont les pistes de réflexion qui pourraient être dégagées ?

Les deux pratiques les plus clivantes semblent être la fréquentation théâtrale et la fréquentation muséale, ces deux pratiques ayant connu cependant des évolutions contrastées.

La pratique la plus forte en 1973 – les musées – a globalement stagné, et les inégalités relatives entre catégories correspondant aux différents critères socio-démographiques semblent s’être plutôt accrues. Le théâtre qui était l’une des pratiques les plus discriminantes en 1973, a connu une progression générale, et certains écarts relatifs, notamment en termes de catégorie sociale ou taille de la commune se seraient réduits.

Une analyse en termes de poids respectifs des critères socio-démographiques met en lumière le rôle de la CSP et du niveau de diplôme.

La catégorie cadres supérieurs bénéficie d’un avantage pour toutes les pratiques, avantage qui perdure, mais le plus souvent accompagné d’une modification de la hiérarchie interne : à savoir, il semblerait que les « gagnants » de cette démocratisation culturelle soient les agriculteurs et à un moindre degré mais de manière corrélative les habitants des communes rurales. Autrement dit, le clivage ville-campagne s’estompe au regard des pratiques culturelles (du moins celles retenues dans ce travail), résultat qu’il conviendrait cependant d’analyser en parallèle avec la chute des effectifs de la catégorie agriculteurs et probablement les changements sociologiques de cette catégorie. En revanche les écarts sembleraient s’accroître parmi les populations urbaines, et notamment entre actifs les plus qualifiés et les moins qualifiés (ce qui correspond à la prise en compte simultanée des critères CSP et niveau de diplôme).

De même une autre catégorie semble tirer son épingle du jeu, les retraités, ou les plus de 60 ans, les évolutions étant relativement parallèles pour ces 2 critères (correspondant à 2 analyses, en termes de CSP et de tranches d’âge). Là aussi il conviendrait de mener une analyse sociologique plus approfondie, la situation économique de ceux que l’on regroupe sous le qualificatif « 3ème âge » ayant évolué de manière plus favorable sur la période.

Quant au niveau de diplôme il semble être de plus en plus discriminant ainsi qu’en témoigne l’évolution sur les 10 dernières années. En combinant deux méthodes, à savoir, d’une part la référence au niveau de diplôme de l’enseignement supérieur (pratiques les plus élevées), et d’autre part, les évolutions niveau par niveau, on peut déceler, semble-t-il une évolution (positive) concernant le niveau CAP/BEP, alors qu’a contrario le niveau BEPC semblerait témoigner d’une exclusion croissante.

Cependant l’analyse de l’évolution démographique de la population française implique de relativiser ces quelques résultats, et pose la question des attentes en termes de démocratisation. En effet, sachant que les catégories « cadres supérieurs » ou « diplômés » ont vu son poids augmenter dans la population, sur la période, on peut en déduire que davantage de personnes ont accédé de fait à la culture. De même, si les ouvriers semblent les « perdants » de la démocratisation culturelle, sachant que la part de cette catégorie a baissé dans l’ensemble de la population active occupée, on peut aussi en déduire que il y a moins d’ouvriers laissés à l’écart de la culture en 2008 qu’en 1973. Enfin, l’amélioration nette constatée pour la catégorie « agriculteurs » est certes un résultat très positif en soi, mais cela ne touche qu’une partie de plus en plus faible de la population. En revanche, le rattrapage des plus de 60 ans et des retraités, touche une partie croissante de la population, puisque les plus de 60 ans constituent une part croissante de la population française.

Toute la question est de savoir si ces interrogations en termes de démocratisation se fondent sur des données purement quantitatives et il importe de relativiser par rapport aux tailles des populations considérées, ou si elles se fondent sur des critères sociologiques, renvoyant à des analyses en termes de reproduction des inégalités sociales.

Cependant les calculs très simples effectués ici ne permettent pas véritablement de tirer des conclusions significatives sans contestation possible. Ils permettent de confirmer certains résultats des enquêtes Pratiques culturelles des Français, et de suggérer des pistes de réflexion à approfondir : à partir d’une véritable modélisation économétrique qui permettrait de mieux mettre en évidence des effets d’interdépendance ou indépendance des pratiques, à partir d’une analyse parallèle approfondie de l’évolution démographique et sociologique de la société française et enfin à partir d’un croisement systématique entre l’offre territoriale d’équipements culturels et la demande culturelle.

1 Cf Ministère de la Culture, DEPS
2 Changement de nomenclature INSEE en cours de période
3 Il convient cependant de souligner qu’il ne s’agit pas en tant que tel d’un véritable indice synthétique (comme pour l’indice des prix par exemple), puisque l’on n’a pas pondéré chacune des pratiques. Il y a un biais introduit dans l’analyse en considérant toutes les pratiques sur un même plan.
4 Ces calculs, qui portent sur des variations assez faibles, doivent cependant être interprétés avec une grande précaution compte tenu de la faiblesse des effectifs concernés.
5 Cf Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, Pratiques culturelles 1973-2008, Culture Méthodes 2011-2

 

Pour citer cet article :
PFLIEGER, Sylvie (2012) Essai de mesure des effets multiplicateurs des déterminants. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : http://chmcc.hypotheses.org/290. [mis en ligne le 14 avril 2014]
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *