La diversité du mode d’exercice de la profession. Témoignage de Patrick Colombier

Du 27 février au 3 avril 2017, Politiques de la culture met en ligne les communications et les témoignages donnés à l’occasion de la journée d’étude sur le 40e anniversaire de la loi sur l’architecture


Témoignage de Patrick Colombier, ancien président du Syndicat de l’architecture


Si la loi de 1977 affirme que l’architecture est d’intérêt public, il faut rappeler que différents amendements ont réduit considérablement sa portée avec des seuils d’intervention de l’architecte qui ont laissé libre cours aux marchands de maisons clés en main, à ceux de la plupart des bâtiments agricoles et autres bâtiments industriels ou encore aux géomètres qui sont persuadés n’être pour rien dans la tristesse des lotissements, des entrées de ville et autres zones d’activité, de telle manière qu’après tout cela les architectes ne sont consultés que sur à peine 30% du chiffre d’affaires du bâtiment. De ce côté là donc, pas d’évolution positive de la profession.

Par contre, en 1981, François Mitterrand, lors d’un conseil des ministres, demande que les constructions publiques de l’Etat soient d’une architecture exemplaire. Jean Millier, qui a été nommé président de la MIQCP va relayer cette injonction. Jean-Pierre Duport n’y est pas pour rien non plus. J’ai pu, en tant que conseiller du directeur des constructions scolaires, Pierre Denizet, aider à organiser des concours exemplaires pour une vingtaine de projets. Ce fut un succès et François Mitterrand viendra inaugurer une exposition de ces travaux à la chapelle de la Sorbonne.
Jean-Pierre Duport va ensuite créer la loi MOP en 1985 (mais qui ne sera effective que 10 ans plus tard) Bref, et hormis la stagnation de la commande, comme dit plus haut, l’architecture change, et les concours n’y sont pas pour rien.
D’autre part, la loi de 1977 maintenait l’Ordre des architectes mais tentait de limiter ses prérogatives.

En 1996, Martin Malvy, à la demande de Catherine Trautmann fit un rapport sur l’évolution souhaitable de l’institution ordinale. Mais rien ne bougea.
François Barré dans le même temps souhaitait reconsidérer la loi de 1977 et avait invité toutes les composantes de la profession à réfléchir. Il donnera sa démission devant le peu d’intérêt de l’État.

Ainsi, laissés sur le bord du chemin, les architectes, à travers leurs représentants à l’Ordre des Architectes, au Syndicat de l’Architecture et à l’UNSFA ont-ils décidé d’enterrer la hache de guerre pour parler de l’avenir. C’est ainsi qu’en 2001 ils vont fonder le Conseil pour l’International des Architectes Français (CIAF), nouvelle section française de l’Union Internationale des Architectes (UIA), être représentés au Conseil des Architectes d’Europe (CAE) et continuer de se fréquenter régulièrement dans des réunions « interprofessionnelles » Ils se réuniront début 2004 dans une grande manifestation à Paris à l’occasion de la parution d’un texte commun « Le livre Blanc des Architectes » et ses trente propositions.

Plus tard, en 2009, Thierry Tuot, conseiller d’État, remet son rapport intitulé « Pour une nouvelle utilité publique de l’Architecture »
Lecture passionnante mais uniquement pour ceux qui avaient pu se le procurer car il fut mis aux oubliettes par la direction de l’architecture.
Il faudra donc attendre encore six bonnes années pour que le sujet soit repris par Patrick Bloche qui, il faut le saluer, fait de la résistance contre les lobbies de toute sorte.
Nous n’oublierons pas le travail d’Yves Dauge à la commission des affaires culturelles du Sénat, ni l’énergie de Jean-Pierre Sueur pour la défense de l’Architecture.

Mais l’action conjuguée de la commission européenne et du code des marchés publics français va redonner du souffle aux majors du bâtiment qui se désespéraient de n’avoir plus de modèles de lycées, de collèges ou d’hôpitaux dans leurs carnets de commande.
En effet, aujourd’hui, les exceptions à la loi MOP se multiplient : P.P.P, conception- construction jusques et y compris pour le logement social, qui ont une conséquence dramatique pour les architectes, jeunes ou moins jeunes qui n’ont pas le chiffre d’affaire ou la structure d’agence susceptibles d’intéresser l’entreprise partenaire et le client !

Étant membre de la commission des concours internationaux de l’UIA-UNESCO, je peux dire qu’il n’est plus question en France d’imaginer un concours ouvert comme le musée Pompidou ou la Grande Bibliothèque car on se heurte aux fameux seuils européens qui, au-delà, de 209 000€ d’honoraires imposent des concours sur invitation.

Alors, non, l’évolution de la profession n’est pas au beau fixe et l’Etat serait bien inspiré de contribuer à donner un nouveau souffle à cette valeur sociale et culturelle qu’est l’Architecture, qui ne peut pas tout mais dont le rôle doit être apprécié au regard des évolutions démographiques de la planète et des concentrations urbaines qui s’amplifient.
Il s’agit de donner un toit à chacun à l’intérieur de structures urbaines aptes à créer les conditions du « vivre ensemble » dans un milieu accueillant, respectueux de l’environnement.

[sommaire]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *