La loi de 1977 et l’Académie d’architecture. Intervention de Manuelle Gautrand

Du 27 février au 3 avril 2017, Politiques de la culture met en ligne les communications et les témoignages donnés à l’occasion de la journée d’étude sur le 40e anniversaire de la loi sur l’architecture


Intervention de Manuelle Gautrand, présidente de l’Académie d’architecture


Cette journée a été riche en enseignements (apprendre ou se rappeler pour certains) en retraçant l’histoire de cette loi, sa portée, et ce qui en reste.
On peut constater que l’histoire se répète toujours, et que finalement, ce que vit la profession aujourd’hui est très proche de ce qu’elle a vécu, par exemple dans les années 30, avec certains projets en PPP, déjà d’ailleurs réalisés avec de grande polémiques pour ne pas dire scandales.
On peut retenir aussi que l’architecture a été de tout temps une discipline complexe et finalement difficile à appréhender pour beaucoup d’hommes politiques.
On peut enfin se demander si les architectes ont toujours été suffisamment solidaires entre eux pour faire face aux projets de loi et y participer activement de manière soudée.

Sur l’histoire qui se répète, on ne peut malheureusement pas agir pour éviter ce que je vais me permettre d’appeler des « retours en arrière ». On devrait quand même en tirer beaucoup plus d’enseignement.

Sur l’architecture comme discipline complexe et donc difficile à appréhender pour un homme politique même averti, je pense qu’il faut d’abord reconnaître la richesse de notre discipline, à la croisée de nombreux chemins, et donc sa complexité : L’architecte façonne le paysage urbain, il est au cœur des enjeux d’une cité et donc au plus près du politique, mais aussi au plus près de son client final et direct lorsqu’il construit.
Il est en même temps artiste, scientifique, sociologue, mais aussi parfois poète, philosophe, humaniste, chercheur et défricheur.

Et puis il n’y a pas un métier, mais des métiers d’architectes…
C’est pour cela qu’être architecte est si passionnant, et si complexe et si « pluriel ». C’est pour cela qu’on nous jalouse aussi : pour la richesse de notre profession, pour la portée qu’elle a, et l’enjeu qu’elle constitue, par la création qu’elle rend possible, qu’elle soit dessinée, écrite ou encore bâtie…
Elle est toujours œuvre de création, et elle est, comme la loi de 1977 l’écrit clairement « expression de la culture ». Quoi de plus beau ?
Je peux donc comprendre le politique (Georges Pompidou, pourtant homme si éclairé), lorsqu’il rédige en rouge, en haut à gauche d’une feuille laissée par son conseiller, une petite phrase qui montre sa crainte, son besoin de distance…vis-à-vis d’un sujet éminemment sensible, l’architecture et les architectes.

Pour autant, je pense que l’époque actuelle manque de deux choses :
Il faut plus d’hommes et de femmes politiques éclairés et réellement conscients de la portée cruciale de l’architecture : il n’y a pas assez de vrais amoureux d’architecture, enclins à découvrir et curieux de comprendre nos métiers. Pas assez de politiques qui savent que la ville ne peut pas se faire sans l’architecte.
Pour cela l’Académie est un fantastique outil, à vos côtés, Ministère de la Culture, pour déployer de la pédagogie et donner envie. Car légiférer est bien, mais avant tout il faut « donner envie », il faut toujours commencer par les choses simples, « l’appétit » est donc le point de départ.

Ensuite, la profession a aussi un rôle à jouer, aux côtés du politique : je me demandais à l’instant si la profession a toujours été suffisamment solidaire pour faire face aux projets de loi et y participer activement de manière soudée.
Je pense en réalité qu’elle devrait l’être plus. Peut-être que trop de manières différentes dans l’exercice de notre métier font que nous avons du mal, parfois, à nous comprendre, et à faire preuve de profonde solidarité.
Là aussi, je pense que l’Académie est un fantastique outil pour que les différents « métiers d’architectes » puissent mieux échanger au cœur cette institution.
Elle-même comprend autant de praticiens que de chercheurs, de plasticiens que de philosophes.
C’est donc ici que doit se consolider rapidement une vraie solidarité, ici que les métiers autour de l’architecture doivent travailler ensembles de manière soudée pour aider aux futurs contours de notre profession.
L’Académie est donc à vos côtés, passionnée, curieuse et motivée, pour vous aider dans vos actions, mais aussi vous en suggérer d’autres …

Ainsi, nous avons décidé il y a quelques semaines d’organiser un séminaire au mois de mars, destiné à tous les académiciens.
L’un des objectifs de ce séminaire sera, autour de tables rondes, de débattre d’un certain nombre de sujets d’actualités, et évidemment certains d’entre eux porteront sur le devenir des métiers de l’architecture. Nous reparlerons donc de cette journée.

Je voudrai juste terminer par quelques mots :
Tout d’abord c’est aujourd’hui que s’ouvre au public, à Hambourg, la magnifique Elb-Philharmonie de Herzog et de Meuron, un projet extraordinaire par sa qualité urbaine et architecturale, par sa beauté. C’est l’occasion de rappeler que Jacques Herzog et Pierre de Meuron sont membres de l’Académie.
Et puis encore un très grand merci à Maryvonne de Saint Pulgent, celle qui a eu l’idée, et à Paul Quintrand, celui qui a relayé, et à votre énorme travail à tous les deux.

[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *