Abraham Moles (1920-1992). Sa place dans l’entrée des sciences sociales à l’école d’architecture de Strasbourg

par Valérie Lebois et Frédéric Luckel (Ensa Strasbourg, AMUP)


L’histoire d’Abraham Moles est étroitement liée à l’introduction des sciences sociales au sein de l’école d’architecture de Strasbourg à la fin des années 1960. Bien qu’il n’ait pas directement enseigné dans cette école, il a, depuis son poste de professeur de sociologie, puis de psychologie sociale à l’Université de Strasbourg, préparé le terrain. D’abord en développant des thématiques de recherche en prise directe avec les préoccupations architecturales et urbaines naissantes. Ensuite, en constituant et en formant un pôle de collaborateurs devenus depuis enseignants et chercheurs au sein des écoles même, en particulier à Strasbourg.

Nous commencerons cet article par situer le personnage d’Abraham Moles pour montrer en quoi son profil et son approche sont en phase avec les questions que se posent les enseignants et les étudiants dans les écoles d’architecture à partir de 1965. Nous aborderons ensuite les premières étapes de diffusion de l’enseignement de Moles au sein de l’école d’architecture de Strasbourg. Précisons que nous considérons cette deuxième partie comme un travail de chroniqueur, plutôt que d’historien, dans la mesure où l’un des auteurs de cet article (Frédéric Luckel) a été l’un des trois acteurs relayeurs de la « psychologie de l’espace d’Abraham Moles » à l’Ecole d’Architecture de Strasbourg dans les années 1968 à 1978. Il est à prendre comme matériau et témoignage par les historiens amenés à se pencher sur les formes et modalités de l’introduction des sciences humaines et sociales (SHS) à l’École d’Architecture de Strasbourg après mai 1968. Cela n’empêche pas une présentation à visée objective basée sur des faits avérés et des situations vécues mais interprétées avec un certain recul. Cependant, même si nous étions conscients des négociations souterraines qui présidaient aux négociations sur la fabrication des programmes et les choix de recrutement des enseignants dans ces années d’effervescence, nous ne pouvions en connaître tous les tenants et aboutissants, surtout avant 1978, année où une certaine régulation s’est mise en place…


Les atouts d’Abraham Moles vus des architectes

Un parcours porté par l’interdisciplinarité

Moles commence sa formation par les sciences physiques et les mathématiques. Il obtient un diplôme d’ingénieur à l’Institut polytechnique de Grenoble en 1942 et poursuit par une thèse en électroacoustique, soutenue dix ans plus tard. Son intérêt pour l’approche phénoménologique est déjà manifeste dans cette première recherche. Il choisit de l’amplifier dans le cadre d’une deuxième thèse, de philosophie cette fois, dirigée par Gaston Bachelard et soutenue à la Sorbonne en 1956.

Tout au long de sa carrière, Moles reste attaché à cette double formation, cherchant à en conjuguer les lectures et les méthodes. S’il s’intéresse à décrypter la subjectivité d’un individu dans ce qu’elle peut avoir de plus irrationnelle, il veut aussi pouvoir la formaliser à l’aide de modèles systémiques, schématisations et équations physiques. Ce souci d’intrication entre sciences dures et sciences sociales se retrouve dans la manière dont il joue de rapprochements sémantiques surprenants pour qualifier son approche. On retiendra notamment le titre donné à la ré-écriture de sa deuxième thèse : Les Sciences de l’imprécis1 ou en encore sa revendication à œuvrer à une « Physique des sciences de l’homme »2.

Aussi, cette interdisciplinarité affiche l’ambition de travailler à une approche globale de la société et de l’individu. Ce qui peut en effet séduire des architectes désireux d’investir les enjeux sociaux de leur métier. De plus, on peut penser que la prégnance des sciences physiques dans le parcours de Moles ait servi de trait d’union avec le milieu architectural. Rappelons, en effet, que la formation des architectes avant 1968 était essentiellement tournée vers la physique et les mathématiques.

La construction d’une arborescence thématique. Autant de sujets transversaux à la ville et à l’architecture

Les nombreux sujets traités par Moles ont également toutes les raisons d’intéresser les architectes. Ses recherches abordent une diversité de thèmes tels que la communication, le design, l’esthétique, le kitsch, la cybernétique, la créativité, la vie quotidienne, la musique, etc. Ces derniers couvrent une imbrication d’échelles (de l’objet à la ville), qui touchent à l’art, mobilisent l’anthropologie urbaine et la philosophie, allient la psychologie à la géographie. Autant de disciplines qui intégreront par la suite les écoles d’architecture.

De son vivant, c’est particulièrement son enseignement sur la psychologie de l’espace qui attire vers l’Université des architectes à la recherche d’un complément de culture post-diplôme. Cet enseignement, consigné plus tard dans plusieurs ouvrages3, privilégie le point de vue de celui qui perçoit, vit son environnement, son habitat, sa ville. Il montre comment ce système de lecture ego-centré de l’espace entre en tension avec une approche euclidienne ou cartésienne de l’espace. En ce sens, Moles s’adresse directement aux professionnels de l’aménagement en les interpellant sur leur propre système de représentations. Son but est de constituer une méthode d’étude qui dépasse l’opposition conventionnelle entre propriétés objectives de l’espace et propriétés subjectives. Comme il le précise lui-même, il cherche à être intelligible et à formuler des propositions concrètes à l’adresse des concepteurs : « Psychologues et philosophes de l’espace, Heidegger et Bachelard ont proposé surtout une analyse intuitive et volontiers poétique de l’idée d’espace et de celle de paroi. S’ils ont bien marqué l’irrationalité de l’être à la fois dans la construction de l’image de l’étendue, à la fois dans l’idée de proche et de lointain, ils n’ont pas essayé de tirer de cette irrationalité même une quelconque règle de raison à l’usage du constructeur d’espace4. »

Notons qu’Abraham Moles affûte son rapport avec les architectes et les artistes grâce à son implication dans la Hochschule für Gestaltung d’Ulm, de 1961 à 1968, où il enseigne le design.


Le contexte de l’enseignement à l’École d’Architecture de Strasbourg après mai 68

Le débat du 18 mai 1968 sur « Architecture et société » qui fait suite à la prise de possession de l’École du 16 mai par un groupe d’étudiants constitue le point de départ du futur processus d’intégration des SHS aux programmes de l’École. Nous rappelons que de 1965 à 1968 l’Ecole est sous la tutelle parisienne de l’École Nationale supérieure des Beaux Arts. Par ailleurs existe à Strasbourg l’ENIS (École Nationale d’Ingénieurs) (ENIS puis ENSAIS puis INSAS). Cette école, fondée en 1911, pendant l’Annexion à l’Empire Allemand, comportait une section de formation d’Architectes, à l’instar des écoles d’ingénieurs allemandes. Cet état de fait avait été consolidé après la réintégration de l’Alsace à la France. L’EAS se trouvait donc isolée à une place peu lisible entre l’ENSBa, l’Université de Strasbourg et la « prestigieuse » ENIS. En 1966 avait eu lieu une tentative de fusion entre la section architecture de l’ENIS et l’EAS en vue de créer une École Nationale d’Architecture. Arrive Mai 1968… et courant juin 68 diverses hypothèses de collaboration restent en suspens…

Le projet de fusion est réactivé durant les journées d’Eté de l’Université Critique et Populaire (UCP). Une commission des rapports entre la science et l’idéologie produit un court texte sur « les problèmes de l’aménagement de l’Espace ». Au bout du chemin, les Rencontres de Gérardmer qui eurent lieu du 21 au 23 septembre 1968 peuvent être considérées comme un acte fondateur de l’Ecole. Et il fallut assurer la rentrée de 1968. Les étudiants (ERAS-UPAS) qui réclamaient depuis mai (68) le décloisonnement des disciplines se retrouvent face à une entrée massive de nouvelles disciplines à l’Ecole.

Les interactions entre disciplines se font d’une manière un peu « sauvage » : ainsi un exercice intitulé « la perception de l’espace urbain » associe un étudiant avancé (Jean-Pierre Frey) et un enseignant d’Arts Plastiques (Marc Burkardt) basé sur la pratique de la dérive et les textes situationnistes. C’est dans ce contexte que se met progressivement en place l’exercice village qui se déroule pour sa première édition au Val de Villé. Les étudiants se trouvent dispersés durant deux semaines dans tous les villages, vivent avec les habitants, observent sur place en fonction des outils fournis par des enseignants de différentes disciplines. La restitution se fait sous la forme d’un rendu unique en présence des enseignants (de toutes les disciplines) qui viennent y vérifier la trace de leurs contributions et en faire l’évaluation.

La structure des champs disciplinaires

Le collège des enseignants qui tient lieu de commission pédagogique élabore pendant ce temps une grille des champs disciplinaires.

Six départements sont ainsi créés :
– Sciences physiques et techniques de construction,
– Sciences de l’homme et de ses relations au milieu,
– Sciences de l’architecture,
– Sciences de la ville,
– Mathématiques et sciences des systèmes,
– Expression plastique et sémiologie.

Cette grille doit servir à la fois de référent pour la fabrication des programmes et le recrutement des enseignants. Cependant on peut constater que dans la pratique beaucoup d’enseignants interviennent dans différents champs et que les intitulés des cours passent allègrement d’un champ à l’autre. Les collaborations (intra cours et entre cours) se font et se défont : tout paraît volatil. Des enseignants des six départements sont souvent intégrés à des ateliers et autres formes d’enseignement du projet. Les départs nombreux sont compensés par des embauches de plus en plus fréquentes, discrétionnaires. Cela se fait principalement par coaptation.

A partir de 1969, deux types de procédures de recrutement sont à l’œuvre : initiative du directeur avec consultation de quelques enseignants d’une part, groupe d’enseignants liés soit par un champ disciplinaire, soit par un même atelier de projet qui cherche à se renforcer, soit par un même secteur (N comme Neutre, E comme Ecologie…) d’autre part.

Deux postures vis-à-vis des champs disciplinaires (départements) sont en présence. D’un côté, la revendication d’une autonomie de chaque discipline et de chaque enseignement. De l’autre, la volonté d’intégrer les enseignements aux groupes de projet, aux séminaires avec la volonté d’une forte interdisciplinarité. En général, le directeur de l’époque favorisait plutôt l’autonomie des champs disciplinaires, les groupes d’enseignants cherchaient plutôt à renforcer leur secteur ou leur réseau.


L’arrivée des sciences humaines et sociales à l’École d’Architecture de Strasbourg

Introduction progressive des SHS (comme discipline)

Nous retenons cinq dates clefs au début des années 1970 :
– 1969 Géographie humaine et urbaine (Anneliese Gérard) à la demande de Julien Nussbaum (Professeur P1)
– 1970 Sociologie, sociologie urbaine (Stéphane Jonas) à la demande du directeur
– 1971 Psychosociologie de l’espace (Perla Korosec-Serfaty)
– 1971 Sciences économiques et droit (Bernard Maesani)
– 1972 Psychologie et anthropologie de l’Espace (Frédéric Luckel) à la demande du responsable de l’exercice village, René Tabouret, professeur de première catégorie (P1)

Parmi ces enseignants recrutés souvent dans un premier temps comme vacataires puis stabilisés progressivement comme chef de travaux pratiques, ou professeur de 4ème catégorie (P4) se trouvent trois anciens étudiants issus de l’Institut de Psychologie Sociale des Communications (IPSC) dirigé par Abraham Moles : Stéphane Jonas, Perla Korosec-Serfaty et Frédéric Luckel. Les deux premiers sont d’ailleurs enseignants à l’ISPC, et le troisième documentaliste au CNRS dans une section de psycholinguistique.

Le parcours universitaire de Stéphane Jonas et de Perla Korosec-Serfaty les a amené à être recrutés sur des positions d’autonomie des champs disciplinaires par rapport aux attentes des ateliers de projet alors que Frédéric Luckel a été approché en raison de son cursus varié (ethnologie, psychologie, sociologie, psychologie sociale, histoire de l’art, ethnolinguistique) favorisé par la réforme universitaire d’Edgar Faure qui a accompagné la seconde partie de ses études.

Frédéric Luckel a été sollicité après le départ de Perla Korosec-Serfaty qui, en raison de sa position stricte sur l’autonomie des champs disciplinaires en particulier face aux demandes des enseignants de projet et de nombreux étudiants, a eu des problèmes d’intégration à l’Ecole. Précisons que Stéphane Jonas et Perla Korosec-Serfaty ont été les enseignants de Frédéric Luckel durant son année de maîtrise en psychologie sociale.

L’arrivée de la psychologie de l’espace de Moles à l’École d’Architecture de Strasbourg

Deux enseignants, doctorants et collaborateurs de Moles, ont particulièrement œuvré à faire connaître ses travaux : Stéphane Jonas via la sociologie générale et la sociologie urbaine sous forme de cours TD et séminaires (en particulier sur la Cité industrielle de Mulhouse) et Frédéric Luckel via la psychosociologie de l’espace (sous forme de cours au premier et au second cycle, en 1972-74) et l’anthropologie urbaine au second cycle et en séminaire de troisième cycle, (1973 à 1975) ainsi qu’avec un cours et un séminaire sur la « perception, représentation et sémiotisation des lieux » à partir de 1975. En même temps, dès 1972-73, Frédéric Luckel participe à tous les « exercices – villages » sur les problématiques de psychologie et anthropologie de l’espace, durant les 3 phases : préparation méthodologique, enquête et observation, analyse et restitution. Grâce à l’un des enseignants de l’exercice village qui était en même temps enseignant à l’Institut d’ethnologie de Strasbourg, il avait participé en tant qu’étudiant à un exercice commun entre étudiants d’ethnologie et d’architecture en 1969-70, ce qui lui avait permis de mieux comprendre les attentes des étudiants en relation avec les exigences d’un enseignement interdisciplinaire.

Se pose alors la question de la rencontre entre les attentes de formation des enseignants et étudiants d’une Ecole d’Architecture dans les dix années qui ont suivi Mai 68 et des étudiants puis enseignants formés par Abraham Moles.

Le contexte idéologique n’est pas neutre, eu égard à l’image d’Abraham Moles, en France, à Strasbourg et en particulier à l’Ecole d’Architecture. Il y avait un antagonisme très fort entre Guy Debord et Abraham Moles depuis la polémique de 1963, la perturbation du cours introductif d’Abraham Moles nommé professeur de psychologie sociale à l’Université de Strasbourg en 1966 par les situationnistes strasbourgeois, et les épisodes situationnistes de mai 68 à fin 69 à l’EAS-UPAS. Abraham Moles réduit à un rôle de cybernéticien ne semblait pas le bienvenu. On ne sait même pas, à ce jour, s’il avait été approché par l’École au moment de la refondation de l’École en septembre 68.

Toujours est-il que Stéphane Jonas et Frédéric Luckel ont été approchés en connaissance de cause par deux personnes différentes et recrutés, puis intégrés progressivement avec un volume d’intervention croissant d’année en année. Stéphane Jonas défendait, une autonomie disciplinaire stricte et les contenus de ses enseignements en sociologie urbaine insistaient sur la notion de centralité, de participation, de reconversion de friches industrielles, de rénovation urbaine…

Ces enseignants ont rapidement été confrontés à un certain décalage entre les attentes des étudiants qui, avec la proximité de mai 68, avaient appris à débattre, à discuter, contester, critiquer, remettre en question tout enseignement qui se présentait comme vérité scientifique, et particulièrement sous sa forme magistrale les enseignements d’Abraham Moles en matière de psychosociologie de l’espace, D’autant plus qu’en 1972-78 la bibliographie « molienne » disponible sur la question se limitait à son ouvrage Psychologie de l’espace publié chez Castermann en 1972. Les étudiants et collègues étaient surtout fascinés par L’image de la cité de Kevin Lynch (publié en 1973 chez Dunod en traduction française, alors qu’il avait été publié en 1960 aux États-Unis). Cet ouvrage faisait des ravages, d’autant plus qu’il abordait, sans avoir l’air d’y toucher explicitement, la question de la Gestalt, et même celle de la bonne forme. Cet auteur avait été fortement influencé par les problématiques de la Gestalt Theorie des années 1920-30 et l’appliquait (avec quelques aménagements conséquents à son expérience de planificateur) à la problématique urbaine.

La psychologie de l’espace d’Abraham Moles avec ses piliers majeurs que sont les questionnements sur espace et liberté, la proxémique, le corps propre et le geste immédiat, l’espace égo-centré confronté à l’espace étendue, les coquilles de l’homme, l’appropriation de l’espace… heurtait souvent certains collègues et beaucoup d’étudiants habitués aux ouvrages de Henri Lefebvre tels Le droit à la ville (1968) et La production de l’espace (1974). D’autres attendaient aussi bien une « psychologie de l’architecture » ou encore une Psychanalyse de l’urbanisme, Réponse aux planificateurs, 1965 (à la manière d’Alexander Mitscherlich, qui avait par ailleurs conseillé les planificateurs du Grand Ensemble d’Emmertsgrund< (près de Heidelberg, RFA) avant de renoncer

Il est vrai que l’ouvrage d’Abraham Moles pouvait paraître abrupt, surtout s’il était déconnecté du reste de son œuvre, particulièrement de son épistémologie novatrice mais aussi de tous ses travaux sur la théorie des actes et du rapport Homme-Objet-Environnement.

Pour obtenir un minimum d’attention à ces problèmes, il fallut relier cette psychologie de l’espace aux « alliés substantiels » de Moles à savoir entre autres : Paul Valéry (Eupalinos ou l’architecte, Introduction à la Méthode de Léonard de Vinci), Musil, (L’Homme sans qualités<) Bachelard, Gilbert Durand, Gaston Berger, C.G Jung, E.T. Hall, von Uexküll et la bio-sémiotique, Kurt Lewin et la théorie du champ topologique, Shannon, John von Neumann, Max Bense…

C’est en élargissant le champ de vision et en intégrant ces apports non sous la forme de cours magistraux calqués sur l’ouvrage de Moles, mais à travers des dérives sur le terrain, carnets de bords, enregistrements photographiques et vidéographiques, séminaires tels que « perception, représentation, pratique et sémiotisation des lieux », qu’il fut plus facile de faire partager la pensée de Moles. Les interventions magistrales étaient positionnées entre les passages sur le terrain, seules des indications méthodologiques précédaient l’exercice. C’est au moment de la restitution de l’exercice que la pertinence des approches de Moles apparaissait et éclairait les données recueillies et les expériences sensorielles vécues. Se manifestait alors l’appétence pour plus de « théorie » et des recherches bibliographiques…


Notes

1 éd. Seuil, Paris, 1990.
2 Abraham Moles, Elisabeth Rohmer, « Autobiographie d’Abraham Moles. Le cursus scientifique d’Abraham Moles », Bulletin de Micropsychologie, n° 28 et 29, mars et juillet 1996, p.24.
3 Citons les principaux : Abraham Moles, Elisabeth Rohmer, Psychologie de l’espace, éd. Casterman, Paris, 1972 ; Abraham Moles, Elisabeth Rohmer, Labyrinthes du vécu, Librairies des Méridiens, Paris, 1982 ; Abraham Moles, Elisabeth Rohmer, Psychosociologie de l’espace. Textes rassemblés, mis en forme et présentés par Victor Schwach, éd. L’Harmattan, 1998.
4 Abraham Moles, Elisabeth Rohmer, Psychologie de l’espace, éd. Casterman, Paris, 1972, p.39.


[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *