Ceci fera vivre cela : la transition de 1968 vue par les bibliothèques

par Isabelle Bradel (École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy) et Béatrice Gaillard (École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles)


Dans le cadre du programme de recherche HensA20, nous avons lancé un appel auprès de nos collègues des bibliothèques et centres de documentation des écoles d’architecture en possession de fonds anciens dans le but d’étudier, à travers un travail commun, les particularités, les similitudes ou les différences dans la constitution, le traitement et le sort de ces fonds. Les écoles de Versailles, de Nancy et de Lyon se sont déclarées prêtes pour l’aventure. Toutefois, la bibliothèque de Lyon, rencontrant des difficultés pour étudier ses fonds, a mis ce travail entre parenthèses. Depuis peu d’autres écoles s’intéressent à ce projet.

Nous vous présentons ici un bref aperçu de l’histoire des bibliothèques des écoles de Nancy et de Versailles afin de définir quelques pistes de réflexions pour un travail à venir.


La bibliothèque de l’école d’architecture de Nancy

Pour aborder l’histoire de cette bibliothèque et la constitution de son fonds, une série d’entretiens a été menée, d’une part avec les documentalistes en poste aujourd’hui et avec celles qui ont créé la bibliothèque au début des années 1970, d’autre part avec des enseignants qui, ayant commencé leurs études dans les écoles des beaux-arts de Nancy ou de Paris avant 1968, ont connu le passage vers la nouvelle école d’architecture, ou qui y ont débuté leurs études.

Fig. 1 Plan de l’unité pédagogique d’architecture de Nancy, bâtiment préfabriqué, Michel Folliasson et Jacques Binoux arch., 1969. ENSA de Nancy, médiathèque.

En 1969, dans le cadre de la refonte de l’enseignement de l’architecture en France, la section d’architecture de l’école de beaux-arts de Nancy, située rue 1 avenue Boffrand, est supprimée et l’unité pédagogique d’architecture de Nancy, l’UPA17, créée. Celle-ci débute avenue Boffrand puis s’installe en 1970 à Villers-lès-Nancy, dans un bâtiment d’un seul niveau (fig. 1) conçu par Michel Folliasson et Jacques Binoux1.

Fig. 2 L’unité pédagogique d’architecture, aménagement de l’atelier, Michel Folliasson et Jacques Binoux arch., s. d. ENSA de Nancy, médiathèque.

À partir des plans de la nouvelle école, conservés à la bibliothèque, il est possible de suivre l’évolution des espaces qui lui ont été affectés. À l’ouverture, en octobre 1970, l’espace de la bibliothèque est défini et cloisonné dans le vaste espace unitaire du bâtiment de l’école, dénommé « Atelier » sur les plans. Les dispositions ont évolué à plusieurs reprises (fig. 2). La bibliothèque est agrandie au dépens d’une salle de cours puis d’autres espaces, jusqu’à devenir un pôle dans l’école, comprenant une salle de consultation, une diathèque-cartothèque ainsi que des bureaux.

À Nancy, ce que l’on désigne aujourd’hui comme le fonds ancien – les ouvrages d’avant 1960 – n’est absolument pas fondateur du centre d’information et de documentation (CID), comme on appelait alors la bibliothèque. C’est plutôt dans la relation de proximité physique et intellectuelle entre ce CID et les enseignants impliqués dans les recherches (Philippe Boudon, Jean-Pierre Epron…), soutenus par le laboratoire CEMPA, que se trouve l’origine du catalogue de la bibliothèque actuelle. Le dynamisme et le professionnalisme de la bibliothèque se sont eux aussi construits progressivement à partir de cette époque. Nous esquisserons donc ces différentes pistes.


Constitution du fonds actuel en relation avec la recherche

Afin de soutenir la nouvelle pédagogie d’après 1968, des livres neufs ont été achetés par l’administration de l’UPA à la demande des enseignants (Philippe Boudon, Jean-Pierre Epron – également directeur pédagogique –, Alain Sarfati, Bernard Hamburger…). Il s’agit aussi bien de créer un socle de connaissances dans des domaines théoriques comme la philosophie, les sciences sociales – en plus de l’histoire de l’art, de l’architecture, de l’urbanisme, de la construction… – que de constituer un fonds axé sur l’actualité, avec des monographies d’architectes contemporains, spécialement des « modernes ». Environ 30 ouvrages ont été achetés en 1969, puis 740 en 1970 ; l’inventaire affiche le n° 1 700 et 1973.

Les liens et les interactions entre recherche, enseignement et documentation sont nombreux et se reflètent dans Niveau, le bulletin d’information réalisé par le centre de documentation, qui annonce les nouvelles acquisitions et propose des articles thématiques : « Architecture et lumière », « Copier n’est plus tricher », « Cimetières et mausolées », « La parcelle étroite »… 

Il serait intéressant de voir comment ces thèmes de recherche et les publications de référence qui leur sont associées se sont traduits dans le fonds de la bibliothèque, et quels ouvrages ont marqué les étudiants.


Le centre d’information et de documentation

De 1971 à 1973, l’effectif du service passe de 1 à 3 personnes. L’activité s’organise rapidement autour de la création d’outils permettant de mettre les fonds à disposition : inventaire rétrospectif du fonds courant, catalogue Matières, puis un thésaurus – élaboré par un groupe de documentalistes et d’enseignants soutenus par l’Institut de l’environnement –, ainsi que le dépouillement partagé des revues par le réseau qui ne s’appelait pas encore Archirès. En 1974 est créé le service audio-visuel qui prépare les diapos pour les cours. Un an après, il est signalé que le coût des disparitions d’ouvrages correspond à la moitié du budget… En 1981, le premier récolement est fait et des antivols sont posés dans les livres et les revues : la bibliothèque se professionnalise.

De par son lien avec des chercheurs, le centre de documentation est aussi impliqué dans la découverte, la conservation et l’étude de fonds d’archives d’architectes – jusqu’à ce que la création des Archives modernes de l’architecture lorraine (AMAL) en 1987 sépare cette activité archivistique de celle de la bibliothèque –, et participe à des expositions (en 1976, “Nancy Architecture 1900”, en 1977 sur Philippe Legrand (1917-1967), “Joseph Hornecker, architecte à Nancy, 1873-1942” en 1989…). C’est dans ce cadre que le fonds ancien va être augmenté.


Histoire du fonds ancien

Comme dans d’autres écoles, une partie des ouvrages de la bibliothèque de l’école provient des écoles des beaux-arts de Nancy et de Paris. Il s’agit de livres anciens de grand format, certains portant des estampilles « École régionale d’architecture de Nancy », « École nationale supérieure des beaux-arts », et/ou des tampons d’ateliers parisiens : Questel, Pascal, Deglane2. Aux dires des étudiants qui ont vécu la transition de 1968 entre les deux écoles, ces livres n’étaient absolument pas utilisés aux beaux-arts de Nancy, car uniquement visibles en consultation sur place à la bibliothèque.

Fig. 3 Estampilles relevées sur des ouvrages du fonds ancien de l’ENSA de Nancy. Ph. Isabelle Bradel.

D’autres livres, plus récents, sont issus de la bibliothèque de l’atelier d’architecture de l’École des beaux-arts de Nancy, estampillés atelier Mienville, atelier La Mâche-Folliasson, ou encore marqués du fameux tampon « Volé à l’atelier» (fig. 3).

En 1988, une quarantaine de livres ayant appartenu à l’architecte Joseph Hornecker sont intégrés à ce fonds ancien, dont l’inventaire comprend alors quelque 200 références. En 1998, c’est l’achat du fonds de l’agence nancéienne Bourgon3 qui augmente la collection de la bibliothèque de 77 livres. En 2016, le fonds ancien compte 780 références auxquelles s’ajoutent les 137 livres et les 9 revues que la bibliothèque de l’École nationale d’art et de design de Nancy vient de donner à l’occasion de son déménagement.

Malgré sa richesse, ce fonds – fonds de référence du Laboratoire d’histoire de l’architecture contemporaine (LHAC) – n’a jamais été vraiment exploité pour ce qu’il est. Il mériterait d’être étudié plus précisément et comparé aux fonds anciens d’autres écoles afin d’acquérir davantage de reconnaissance pour l’histoire de l’enseignement de l’architecture.


La bibliothèque de l’école d’architecture de Versailles

La constitution de la bibliothèque de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles est légèrement différente de celle de Nancy. La nouvelle unité pédagogique d’architecture n° 3 (UP3), créée, comme l’UPA17, dans le cadre de la réforme de l’enseignement de l’architecture mise en place après les événements de 1968, rassemblait majoritairement les élèves de deux ateliers de l’École des beaux-arts de Paris, ceux de Beaudouin et d’Arretche, successeur de l’atelier Gromort-Arretche.

Eugène Beaudouin, Louis-Gérard Arretche et Georges Gromort sont bien connus. Rappelons qu’ils ont été tous les trois professeurs aux Beaux-Arts et chefs d’atelier. Eugène Beaudouin (1898-1983) a été aussi professeur-directeur de la Haute École d’architecture de l’université de Genève de 1942 à 1968. Louis-Gérard Arretche (1905-1991) a été particulièrement actif durant la Reconstruction et son œuvre a été bien étudiée. Il continuera à enseigner à UP3 après 1968. Son maître Georges Gromort (1870-1961) est moins connu, mais a pourtant marqué lui aussi l’histoire de l’enseignement de la première moitié du XXe siècle par ses nombreuses publications à vocation pédagogique, tombées à l’heure actuelle dans un oubli certain.

L’enseignement dans les ateliers ayant pour but la préparation aux concours, les étudiants avaient besoin plus particulièrement d’ouvrages illustrés dont les images devaient leur servir de modèle pour l’élaboration de leur projet. Ces livres étaient assez coûteux et pour beaucoup de très grand format. Au sein des ateliers, les étudiants les achetaient collégialement grâce à une cagnotte constituée par les contributions des membres de « la Masse », laquelle était gérée par les anciens. En 1968, l’enseignement Beaux-Arts est fortement critiqué et les livres ont été considérés par certains comme l’incarnation de cet enseignement à abolir. Se débarrasser des livres revêtait une valeur hautement symbolique et politique, une action concrète de table rase vis-à-vis l’enseignement que l’on souhaitait réformer.

Ce n’est pas l’attitude des étudiants d’UP3 qui emportent avec eux leurs livres d’atelier afin de constituer le premier fonds de la bibliothèque. Sans doute étaient-ils sensibles à la place que devait avoir une bibliothèque dans le programme d’une nouvelle école d’architecture. De fait, le fonds ancien conserve de nombreux livres issus de ces deux ateliers, rares témoins de ce que pouvaient être une bibliothèque d’atelier à la veille de la création des UPA. Le fonds de l’atelier Pontremoli par exemple, étudié par Noémie Lesquins4, a été dispersé dans plusieurs établissements, ce qui a rendu son étude particulièrement difficile.

À Versailles, si nous connaissons ce qui a été versé grâce à deux petits cahiers d’inventaire conservés précieusement, c’est un peu différent pour l’état réel du fonds, certains livres ayant disparu, d’autres ont même été vendus5. La bibliothèque n’appartenait en effet à personne mais un peu à tout le monde. Pour régler ce point épineux sur le plan administratif, une convention a été signée entre UP3 et Philippe Panerai, représentant des élèves des ateliers, pour donner les ouvrages de leurs bibliothèques d’atelier à la nouvelle école. Nous n’avons pas retrouvé ce document à ce jour mais nous en avons la trace grâce au témoignage, recueilli en 2009, de Dominique Audouin qui a fait toute sa carrière à l’administration de l’école, depuis la création de celle-ci.

Fig. 4 Le fonds ancien de l’ENSA de Versailles. Ph. Béatrice Gaillard.

Le témoignage (2009) de l’enseignant Jean Castex, qui faisait partie des étudiants qui ont contribué à la création d’UP3, nous apprend que les ouvrages des bibliothèques d’atelier n’étaient plus utilisés mais traités sans ménagement (ce dont nous nous doutons volontiers au vu de l’état de certains) et rangés sous les lavabos. C’est pourtant le même Jean Castex qui est devenu un des plus fidèles défenseurs de la bibliothèque, ayant une parfaite conscience des « trésors » que celle-ci enferme. L’attitude décrite reflète assez bien le sentiment paradoxal des étudiants d’alors vis-à-vis de ces ouvrages : ils ont tenu à les sauvegarder alors que leur utilité n’était plus si évidente. Notons toutefois qu’à l’heure actuelle, ces livres ne sont pas tout à fait conservés dans les meilleures conditions et nous attendons un prochain changement quant à leur conservation et leur mise en valeur (fig. 4).

Fig. 5 Estampille de l’atelier Guadet (ENSBA) et exemple de tampon « volé à… ». Ph. Béatrice Gaillard.

La bibliothèque de l’école, au début des années 1970, comptait 1 256 volumes provenant des Beaux-Arts, monographies et périodiques confondus : 696 de l’atelier Beaudouin, 560 de celui de Gromort-Arretche. Un certain nombre d’entre eux sont estampillés. Les tampons peuvent être simples : « atelier Beaudouin » ou « atelier Guadet », alors que d’autres sont plus développés « Cet ouvrage ne peut être vendu ayant été dérobé à l’Atelier André » ou plus raccourcis « Volé à l’atelier Gromort-Arretche » (fig. 5 et 6).

Fig. 6 Estampille « volé à… ». Ph. Béatrice Gaillard.

Cette façon d’estampiller les livres correspond à une pratique générale des ateliers, que ce soit à Paris ou en région. Certains ouvrages – les plus intéressants – sont davantage estampillés que d’autres, portant des tampons sur chaque page. Le plus souvent il s’agit de recueils de figures dont chaque planche était commercialisable. Ces marques permettent également de connaître la filiation des ateliers. L’ouvrage de Charles-Augustin d’Aviler de 17386 porte sur sa page de titre plusieurs estampilles : « atelier Paulin », « atelier Guadet » et enfin « atelier Beaudouin », montrant l’importance que l’on lui accordait. Parmi les tampons ainsi relevés, figurent ceux des ateliers Paulin, Guadet, Deglane, Expert, Moyaux, Pascal, Paccard, André, Umbdenstock. Mais des ouvrages estampillés des mêmes tampons semblent se trouver dans d’autres fonds, attestant par là une certaine perméabilité de ces bibliothèques. Ce point reste cependant à approfondir.

L’étude des « fonds anciens » des bibliothèques des écoles d’architecture apporte ainsi des certitudes sur la présence de certains ouvrages dans les bibliothèques d’atelier des Beaux-Arts. Par contre, elle ne renseigne pas sur ce que ces dernières contenaient en termes d’ouvrages sur l’urbanisme ou la photographie aérienne, dont l’édition se développe durant les années 1960, et l’absence de livres tels que ceux de Le Corbusier (assez mal appréciés dans l’atelier de Le Maresquier par exemple) ne laisse pas d’interroger.

Les ouvrages nous sont-ils tous parvenus ? Les plus intéressants ont-ils été détournés ? Si tel est le cas, alors de nombreuses heures de travail restent encore à fournir pour envisager peu ou prou quelle était la bibliothèque idéale dans les années 1970. Une étude sur les titres et plus précisément sur les contenus permettrait de la reconstituer et d’analyser les sujets qui intéressaient les étudiants sachant toutefois que l’élaboration de ces fonds s’est faite sur une période longue et qu’il faudra replacer cette étude dans une échelle de temps plus longue que celle des événements de 1968.

Aussi, si les premiers fonds constitutifs des bibliothèques des écoles ont connu un début de recherche dans les ENSA de Nancy, de Versailles et de Strasbourg, ils mériteraient d’être mieux étudiés globalement. C’est le travail qu’a commencé Isabelle Bradel de l’école d’architecture de Nancy, et, selon un point de vue différent, nos collègues de Lille. C’est dans ce but que nous envisageons un travail commun qui sera sans aucun doute très fructueux pour analyser plus en détail les fonds anciens des écoles d’architecture. Nous accueillons bien volontiers toutes les bonnes volontés et émettons le souhait d’intégrer la question suivante lors de l’élaboration des grilles d’interrogation des anciens étudiants en vue de constituer des archives orales : quels sont les livres cultes qui ont marqué leurs études ?


Notes

1 Avec des éléments préfabriqués de Jean Prouvé et sur une structure dérivée de celle due à Léon Pétroff. Le mobilier et les cloisons ont été conçus par Robert Anxionnat.
2 Questel (1856-1872), Pascal succède à Questel (1872-1920), Deglane (1891-1931).
3 Charles-Désiré Bourgon (1855-1915) et son fils Jean (1895-1959).
4 Noémie Lesquins, « La bibliothèque de l’atelier Pontremoli, fragments d’histoire des bibliothèques des ateliers d’architecture de l’École des beaux-arts », dans Jean-Michel Leniaud, Béatrice Bouvier (dir.), Le Livre d’architecture XVe-XXe siècle : édition, représentations et bibliothèques, Paris, École nationale des chartes, 2002, p. 199-246.
5 Le travail de Marie-Laure Crosnier Leconte sur ce fonds nous a été d’une grande aide. Qu’elle en soit ici remerciée.
6 Cours d’architecture qui comprend les ordres de Vignole […] & géneralement tout ce qui regarde l’art de bastir.


[sommaire]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *