À la conquête du milieu industriel : la stratégie de formation architecte/ingénieur de Jacques André (1904-1985) et Michel André (1905-1975)

par Caroline Bauer
École Nationale Supérieure d’Architecture et du Paysage de  Lille, LHAC

 

L’agence André est issue d’une dynastie de constructeurs qui domine par sa production le paysage de la ville de Nancy tout au long du xxe siècle. De génération en génération, elle met en place des stratégies professionnelles afin de pérenniser et de développer son activité1. Si la famille avait des liens avec le milieu de la construction dès le xviiie siècle, c’est sous l’action de Charles André (1841-1928) que l’agence étend son emprise sur le territoire.

Charles André reprend l’affaire familiale au tournant des années 1870, succède à son père en tant que conseiller municipal en 1877, puis conquiert le poste d’architecte départemental en 1886. Il participe également au rayonnement de l’Art nouveau à travers la fondation, en 1901, de l’École de Nancy, Alliance provinciale des industries d’art, dont son fils Émile André (1871-1933), architecte, sera l’un des plus grands représentants.

Lui-même père de deux enfants, Émile André assure la pérennité de l’entreprise familiale en diversifiant les compétences de ses fils : l’aîné, Jacques André (1904-1985), se forme comme architecte à l’École des beaux-arts, tandis que le cadet, Michel André (1905-1975), intègre l’École centrale des arts et manufactures.

Si les collaborations entre frères dans le milieu de l’architecture sont assez courantes, les associations entre architectes et ingénieurs semblent plus rares2. Ceux qui ont perçu l’intérêt de regrouper les deux formations les cumulent souvent en leur nom propre : Jacques d’Welles (1883-1970), architecte et ingénieur centralien, ou Georges Tourry (1904-1991), architecte et polytechnicien.

La mise en place du duo architecte/ingénieur constitué par les frères André est ainsi assez spécifique et joue par ailleurs un rôle essentiel dans les mécanismes d’accès à la commande au sein de l’agence. Nous proposons ici d’en comprendre les objectifs et d’en analyser les retombées.


Les compétences techniques de l’ingénieur alliées au prestige de l’architecte Beaux-Arts

À la suite de l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Allemagne, la ville de Nancy devient la capitale de l’Est de la France et connaît, de 1870 à 1914, un important développement démographique et économique. L’industrie locale, historiquement artisanale, se transforme en complexes industriels (brasseries, meuneries, tonnelleries, faïenceries…) qui s’installent dans la banlieue nancéienne et plus largement dans le bassin meurthe-et-mosellan. Les industriels s’investissent alors fortement dans les pôles scientifiques, culturels et artistiques de la ville de Nancy.

Dès les dernières décennies du xixe siècle, la famille André prend part à cette importante expansion. Charles André est en effet sollicité par les soudières Solvay en 1895, et son fils Émile collabore régulièrement avec de nombreux industriels à partir de 1905. Mais leurs interventions pour le secteur industriel portent davantage sur la construction de logements et d’équipements que sur les lieux mêmes de production. Émile s’associe d’ailleurs dans les années 1910 avec l’un des grands représentants français du courant des cités-jardins, Jean Walter (1883-1957), avec qui il réalise plusieurs opérations en région lorraine3.

Au vu du développement important du secteur industriel, il devient opportun pour l’agence de tenter d’investir plus largement ce milieu, en acquérant notamment de nouvelles compétences. La formation d’ingénieur permet alors de fournir des connaissances spécifiques dans le domaine de la technique et des matériaux susceptibles de palier le déficit de l’enseignement de l’École des beaux-arts en la matière.

Au tournant des années 1920, au moment où les fils d’Émile André achèvent leur scolarité au lycée Poincaré, l’École centrale des arts et manufactures dispense des leçons sur la construction métallique et sur le béton armé, tandis qu’aux Beaux-Arts, jusque dans les années 1930, l’enseignement technique passe bien après l’apprentissage de la composition. Même si un projet de modernisation est lancé en 1921 par le professeur de construction Édouard Arnaud (1864-1943), il n’existe alors, au sein de cette dernière, que des cours de construction générale. Les conférences sur le béton ne sont introduites qu’en 1932, sous la houlette du nouveau directeur, Emmanuel Pontremoli (1865-1956). Les conférenciers sont d’ailleurs issus de l’École centrale des arts et manufactures, témoignant de l’autorité dont celle-ci jouit dans le domaine4.

À l’issue de ses études secondaires, Michel André prépare ainsi pendant deux ans le concours d’entrée à l’École centrale des arts et manufactures, qu’il réussit en 1925. L’École propose un cursus en trois années, qui regroupe cours théoriques, travaux pratiques et visites de chantier, sanctionné par un contrôle continu des connaissances. Quatre spécialités sont proposées à partir de la deuxième année : mécanique, chimie, métallurgie et construction.

Les cours de la section construction, que Michel André intègre en 1926, se composent de 70 leçons sur la construction civile réparties en deux années ainsi que d’études de composition, de conférences de topographie et de levée de plan. Dans un premier temps, les étudiants s’intéressent aux matériaux et à leur utilisation, et procèdent à deux manipulations. L’année suivante, ils étudient la technique du bâtiment, se spécialisent sur les détails relatifs aux différents corps d’état et développent leurs connaissances sur l’infrastructure des voies de communication, les ouvrages d’art en maçonnerie et les voies fluviales. L’apprentissage de la conception n’est pas exclu, puisque cinq conférences sont données en deuxième année sur la recherche du plan à adopter5.

Tandis que Michel André se forme à l’École centrale, dont il sort diplômé en 1928, Jacques André fréquente l’atelier Umbdenstock-Tournon de l’École des beaux-arts, après un passage dans l’école nancéienne des beaux-arts et des arts appliqués, puis dans l’atelier parisien de préparation au concours d’admission, Godefroy et Freynet.

Architecte et enseignant, Gustave Umbdenstock (1866-1940) est également un théoricien et un polémiste. Il arbore des convictions régionalistes et surtout antimodernistes, fondées sur la suprématie des valeurs artisanales. La pédagogie d’Umbdenstock est basée sur l’étude traditionnelle des ordres anciens et la copie des maîtres. En 1923, lorsque Jacques André intègre l’atelier, Gustave Umbdenstock est rejoint par Paul Tournon (1881-1964). L’enseignement de Tournon est quant à lui tourné vers l’échange entre le professeur et l’élève, dans la quête d’une vision personnelle de l’architecture par chaque élève. Selon Georges-Henri Pingusson, cet atelier se présente ainsi aux étudiants comme « deux attitudes philosophiques devant la vie […] dans un côte à côte paradoxal6 ».

Jacques André reste au sein de cet atelier pendant dix ans, où il s’imprègne de références classiques. Aussitôt que Michel est diplômé, les deux frères travaillent aux côtés de leur père dans l’agence nancéienne, située au numéro 1 de la place Stanislas. C’est à la mort de celui-ci, en 1933, que le duo architecte/ingénieur prend seul les rênes de l’entreprise familiale.


L’organisation de l’agence sous la direction de Jacques et Michel André

Dès les débuts de la collaboration des deux frères, un partage des tâches se met en place7. En tant qu’architecte diplômé de l’École des beaux-arts et aîné de la fratrie, Jacques André est la figure tutélaire de l’agence. Passionné par l’Italie, c’est un esthète qui tient salon dans son appartement qui jouxte l’agence, où il invite des intellectuels et des artistes locaux. Michel, l’ingénieur, assure quant à lui la gestion plus pragmatique de l’agence. Il s’attelle à la mise en forme des projets, à leur suivi journalier et aux aspects financiers. Il s’occupe plus spécialement des questions techniques et des travaux industriels, mais il est aussi chargé des programmes de logements sociaux. La formation d’ingénieur de Michel André ne semble toutefois pas modifier en profondeur l’organisation traditionnelle de l’activité d’une agence d’architecture. Si Michel effectue certains calculs, les études plus poussées de béton armé ou de charpentes métalliques restent déléguées à des bureaux spécialisés.

La répartition des tâches entre les deux frères se double d’un partage des réseaux professionnels. Dès les années 1920, Jacques André tisse de son côté des liens avec les milieux artistiques et architecturaux parisiens, via le Comité Nancy-Paris et le mouvement surréaliste. Au milieu des années 1930, il rejoint l’Union des artistes modernes et la Société des architectes modernes, et intègre le cercle de la revue L’Architecture d’aujourd’hui. Devenu en quelques années une figure provinciale d’importance dans le milieu parisien, Jacques André est ainsi le représentant de l’architecture moderne dans l’Est de la France, à travers notamment son activité de correspondant pour plusieurs de ces organismes. Son implication dans ces réseaux parisiens permet à l’agence de développer sa notoriété et de promouvoir son activité au-delà des relations nouées de longue date avec le milieu nancéien de la construction.

Alors que son frère investit les cercles nationaux, voire internationaux8, Michel se concentre sur les réseaux locaux, en développant particulièrement ses liens avec les ingénieurs et les industriels. Il devient membre de la branche locale du Rotary Club, où il peut rencontrer ses condisciples diplômés de l’École centrale. L’association nancéienne, créée en 1929, est composée d’une majorité d’industriels, parmi lesquels Antoine Trampitsch des Brasseries de Champigneulles, Marcel Vilgrain des Grands Moulins du même nom, ou encore André Grandpierre de la société des Hauts Fourneaux et Fonderies de Pont-à-Mousson9. Après la seconde guerre mondiale, cette association est placée sous la présidence d’Henri Brun, qui deviendra également président de la Société industrielle de l’Est à partir de 1960. Ce sont encore les mêmes familles d’industriels qui se retrouvent au sein de la Chambre de commerce.

Émile et Charles, le père et le grand-père de Michel André, avaient déjà intégré les réseaux des industriels au tournant du xxe siècle : Charles André participait aux visites organisées par la Chambre de commerce et Émile André faisait partie de la Société industrielle de l’Est dès 1905. Aux côtés d’autres constructeurs et industriels, ils avaient par ailleurs investi tous les deux, en 1898, dans la création de la Compagnie générale électrique, qui avait pour ambition de produire des moteurs et divers équipements électriques pour l’industrie.

Cette proximité avec le monde industriel développée par la famille André dès la fin du xixe siècle, va réellement porter ses fruits à la génération de Jacques et Michel André, dès l’entre-deux-guerres, et bien plus encore après la seconde guerre mondiale.


La production pour le milieu industriel : du chantier ordinaire au projet d’exception

Comme le souligne l’architecte André Croizé en 1946 dans un article de la revue Techniques et architecture, « les industriels ayant fréquemment reçu l’enseignement de l’ingénieur, [ils choisissent] de préférence les techniciens de leur discipline, plutôt qu’un architecte, pour leur confier l’édification de leurs usines et même de leurs cités10 ».

Fig. 1. Puits Simon III à Petite-Rosselle (1948-1949), Jacques et Michel André arch. Ph. © DR. Archives agence André.

Les grands patrons que Michel André côtoie au sein du Rotary Club, de la Société industrielle de l’Est ou de la Chambre de commerce sont en effet à l’origine de nombreuses commandes passées aux frères André. Dès les années 1930, Jacques et Michel André interviennent ainsi pour des industriels, que ce soit dans les domaines alimentaire (moulins, chocolaterie, vinaigrerie, entrepôts frigorifiques, caves, salines), textile (chaussures, filatures, tissages, flanelle, tricotteries, lingerie, bonneterie) ou pour d’autres secteurs tels que des cristalleries, des pneumatiques, la presse ou encore l’électricité11 (fig.1 et fig. 2).

Fig. 2. Reconstruction des Grands Moulins Vilgrain à Nancy (1946-1949), Jacques et Michel André, Guy Robin et Bernard Lhotellier arch. Ph. © David Richard-Hatier, 2009.

Cette activité industrielle, qui s’intensifie après la seconde guerre mondiale en lien avec la nécessité de reconstruction de l’appareil de production, se double d’un formidable essor de la sidérurgie lorraine. De tradition ancienne, le secteur s’est développé considérablement depuis la fin du xixe siècle pour atteindre son apogée dans les années 1950, valant à la région lorraine le surnom mythique de « Texas français12 ».

Les frères André vont ainsi intervenir de manière particulièrement importante pour la Compagnie des forges de Châtillon-Commentry et Neuves-Maisons, qui produit des éléments longs, tels que des rails et des fils machine. Dans la continuité de leur activité pour Électricité de France, ils sont sollicités en premier lieu pour réaliser la centrale thermique de l’usine13, puis rapidement pour l’ensemble des équipements liés à la vie ouvrière : de l’infirmerie aux écoles ménagères ou d’apprentissage, des stades et colonies de vacances à la coopérative alimentaire, sans oublier l’habitat.

Fig. 3. Chantier de maisons castors par les ouvriers de la Compagnie des forges de Châtillon-Commentry et Neuves-Maisons, à Chavigny (1953) avec Jacques et Michel André. Archives privées.

Dans ce dernier domaine, l’agence met en place des chantiers d’autoconstruction de maisons individuelles ou en bandes avec les ouvriers de l’usine. La compagnie réactive une ancienne coopérative immobilière, le Foyer lorrain, profitant de la nouvelle législation du plan Courant (1953) qui instaure notamment les logements économiques et familiaux, aussi appelés « logécos ». Pendant près de dix ans, les architectes améliorent l’efficacité et la rentabilité de ce type de chantiers en étudiant la répartition des tâches entre ouvriers qualifiés et non qualifiés. Les 82 logements réalisés représentent ainsi l’un des plus importants chantiers « castors » de l’époque en France (fig. 3).

De la même manière, les frères André deviennent les architectes attitrés de plusieurs autres sociétés, établissant des relations privilégiées qui se transmettront aux générations suivantes. Ils réussissent même à élargir leur clientèle aux institutions qui sont liées – directement ou indirectement – au secteur industriel, comme la Chambre de commerce, dont ils s’occupent de l’ensemble du patrimoine immobilier, et surtout, dès 1937, la Société nancéienne de crédit industriel et de dépôts (SNCI), une structure locale qui tire sa force de sa proximité avec le réseau entrepreneurial local, et qui devient, dès ses débuts, l’une des principales banques de la sidérurgie lorraine. D’un soutien indéfectible durant la seconde guerre mondiale lorsque l’activité s’affaiblit, la SNCI restera un client fidèle de l’agence André bien au-delà.

C’est un projet culturel qui deviendra le symbole de la relation forte qui unit l’agence André au monde industriel lorrain. La création du musée de l’Histoire du fer est due à l’initiative de deux ingénieurs de formation et passionnés d’archéologie, Édouard Salin (1895-1970) et Albert France-Lanord (1915-1993)14. Ensemble, ces derniers fondent en 1950 le Laboratoire de recherches archéologiques15, puis organisent en 1955, sous l’impulsion du Musée lorrain, un colloque international sur le thème de l’histoire du fer. Celui-ci fait le constat qu’il n’existe pas d’institution en France, ni même en Europe, qui présente d’une manière générale l’histoire du fer et de la métallurgie. Salin et France-Lanord se lancent alors dans ce projet pour lequel tout est à faire : l’élaboration d’un programme muséographique, la constitution d’une collection, la recherche de locaux et de financements. Le projet bénéficie du soutien capital du milieu de la sidérurgie qui, en ce début des années 1960, est à l’apogée de son activité.

Fig. 5. Musée de l’Histoire du fer à Jarville-la-Malgrange (1961-1966), Jacques et Michel André avec Claude Prouvé arch. Ph. © M. Moch.

Très proche d’Albert France-Lanord, Jacques André est sollicité pour la construction du musée. Les frères André réalisent un édifice composé de deux corps de bâtiment parallèles, scandés par des portiques métalliques placés à l’avant des façades totalement vitrées. Ce principe constructif non seulement permet une flexibilité totale des espaces d’exposition mais met aussi en scène le parti du projet : l’effet d’une simple boîte de verre suspendue par une ossature métallique (fig. 5).

En réponse au thème du musée, le fer est au cœur du projet architectural. L’acier inoxydable est largement utilisé, aussi bien pour l’ossature, la couverture, les profilés et les bandeaux de façade que pour la façade pignon du hall d’entrée. Pour mettre au point plusieurs de ces éléments, Jacques André sollicite Jean Prouvé (1901-1984), qui intervient ponctuellement en tant qu’ingénieur-conseil, et le fils de celui-ci – qui est aussi son gendre –, Claude Prouvé (1929-2012), qui réalise quant à lui plusieurs éléments de l’aménagement intérieur16.

Inauguré en 1966, l’édifice reçoit le prix de l’Équerre d’argent en 1969. Si la franchise du plan-masse, la transparence de l’ensemble et la flexibilité des espaces sont relevées, c’est surtout la mise en œuvre de l’acier qui est célébrée. Le musée devient ainsi le symbole des nouvelles possibilités du fer dans la construction, dans une période de regain d’intérêt du matériau. Mais la décennie marque surtout les débuts du déclin de la sidérurgie en France. Même si la région lorraine occupe une place hégémonique au niveau national, l’économie de l’extraction et de la transformation du fer se mondialise. La crise sidérurgique ne fera que s’agrandir au fil des années et mettra fin à l’activité prolifique de l’agence André dans le secteur.

Quelques années plus tard, en 1970, la SNCI offre aux architectes une commande d’importance : un nouveau centre administratif à Laxou. Ce projet sera l’occasion pour Jean-Luc André (1939), le fils de Michel qui a intégré l’agence depuis quelques années, de réaliser son premier chantier d’envergure.

Fig. 4. Centre administratif de la banque SNCI (devenue SNVB ; actuelle CIC), à Laxou (1971-1973), Jean-Luc André arch. Ph. © DR. Archives agence André.

La forte hiérarchie du programme inspire à Jean-Luc André une forme pyramidale, basée sur un module hexagonal d’une surface de 150 m². Les différents espaces prennent place sur neuf niveaux et sont desservis par un noyau central de circulation. Le choix se porte sur une structure en béton armé, dont les poteaux polygonaux sont ménagés pour permettre en leur centre l’évacuation des eaux pluviales. Les six poteaux placés en périphérie de chaque module supportent des poutres rayonnantes qui forment un important nœud de ferraillage au centre des hexagones. Cette structure en béton est revêtue de panneaux métalliques préfabriqués de couleur bronze, réalisés par la Compagnie industrielle de matériel de transport (CIMT), d’après l’un des deux systèmes de mur-rideau développés par Jean Prouvé. Les panneaux, de type sandwich, sont en tôle d’aluminium raidie sur la face extérieure par des nervures verticales embouties. Des brise-soleil escamotables complètent le dispositif. Ces éléments constituent le plus grand modèle de panneaux que la CIMT ait produit, et plus généralement le plus grand d’Europe17 (fig. 4).

Le bilan de la stratégie de formation mise en place par Charles puis Émile André, en regard du secteur industriel, est conséquent pour l’agence de Jacques et Michel André. L’association des compétences des deux frères, couplée à la formidable expansion des Trente Glorieuses, leur ont permis non seulement d’avoir une production intense et rentable mais aussi d’obtenir des commandes d’ampleur, favorables à l’expression architecturale.

À la génération suivante, une association semblable de profils complémentaires va être déclinée. Jean-Luc André et Claude Prouvé s’associent en effet à l’agence en 1966. Si tous les deux sont diplômés de l’École des beaux-arts, Claude Prouvé est également imprégné des leçons de son père Jean Prouvé, qu’il assiste sur les chantiers durant les années 1950. Entre 1966 et 1994, il mettra en œuvre ses compétences constructives au sein de l’agence André et expérimentera notamment des procédés d’industrialisation de la construction18.

Poursuivies sur plusieurs générations, ces stratégies professionnelles ont permis à l’agence d’être toujours présente aujourd’hui à Nancy, dans les mêmes locaux du numéro 1 de la place Stanislas. Elle est actuellement le bureau d’architecture dont le chiffre d’affaires est le plus important de la ville et, au-delà, du département de Meurthe-et-Moselle19.

Notes

1 Communication issue de la thèse de doctorat en histoire de l’art de l’auteure : « L’agence André au temps de Jacques et Michel (Nancy, 1929-1973). Architecture, réseaux et filiations », sous la direction de Claude Massu université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2015, 682 p., 339 pl.
2 On peut noter l’activité à Nice du premier second Grand Prix de Rome, Paul Labbé, en collaboration avec l’ingénieur centralien Gaston Nénot.
3 Leur collaboration perdure jusqu’à la première guerre mondiale et voit notamment la réalisation de la cité-jardin pour la Blanchisserie et teinturerie de Thaon, dans les Vosges.
4 La même année, en 1932, Félix Marboutin, ingénieur de l’École centrale des arts et manufactures, inaugure des cours sur le thème de l’hygiène et de la salubrité dans l’habitation, cf. Antonio Brucculeri, « L’École des Beaux-arts de Paris saisie par la modernité », dans Jean-Louis Cohen (dir.), Les Années 30, l’architecture et les arts de l’espace entre industrie et nostalgie, Paris, Éditions du patrimoine, 1997, p. 222-223.
5 Léon Guillet, Cent ans de la vie de l’École centrale des arts et manufactures, 1829-1929, Paris, De Brunoff, 1929, p. 126. Cette description s’applique aux cours professés en 1924, soit l’année précédant l’arrivée de Michel André.
6 Georges-Henri Pingusson, « Paul Tournon professeur », dans Paul Tournon, architecte, 1881-1964, Paris, Dominique Vincent, 1976, p. 30.
7 Cette collaboration est n’est pas juridiquement encadrée. Jacques paie patente en son nom, tandis que Michel est l’employé de son frère.
8 Après la seconde guerre mondiale, il intègre également l’Union internationale des architectes (UIA), créée en 1948.
9 « Le Rotary de Nancy : un jeune club de 80 ans », p. 3, [rotarynancy.files.wordpress.com/2011/04/historique.pdf], consulté le 20 août 2014. Les archives du Rotary Club de Nancy ont malheureusement été détruites pendant la seconde guerre mondiale.
10 André Croizé, « Les relations entre ingénieurs et architectes », Techniques et architecture, n° 5-6, 1946, p. 255.
11 Une famille comparable, les Forest, établie dans le Nord de la France, se spécialise de la même manière dans l’architecture industrielle, jusqu’à détenir un quasi-monopole dans plusieurs villes. Cf. Hervé Passot, « Une dynastie d’architectes au service de l’industrie : les Forest », Colonnes, n° 28, « Architecture et mobilités », novembre 2012, p. 24-26.
12 Employé par André Maurois en 1956.
13 En collaboration avec l’ingénieur polytechnicien Robert Gibrat (1904-1980).
14 Édouard Salin est diplômé major de promotion de l’École des mines de Paris ; Albert France-Lanord est diplômé de l’École centrale de Lyon.
15 Ce laboratoire a pour objectif d’analyser, de protéger et de redonner forme aux objets découverts lors de chantiers de fouilles. Il change par la suite de dénomination pour devenir le Laboratoire d’archéologie des métaux et est aujourd’hui encore en activité sous cette dénomination.
16 Le muséologue internationalement reconnu Georges-Henri Rivière complète cette équipe.
17 « Superposition d’hexagones pour la Société nancéienne et Varin-Bernier », Architecture intérieure, n° 134, numéro spécial sur les banques, 1973, p. 96
.
18 Collectif, SIRH, mémoire d’un prototype. Le procédé industrialisé de Claude Prouvé (cat. expo. Galerie Neuf, Nancy, juin 2012), Nancy/Hettange-Grande, Maison de l’architecture de Lorraine/Bunk, 2012, 27 p.
19 L’agence est aujourd’hui composée d’Éric André et Francis Moulet. Avec 1 636 000 euros de chiffre d’affaires, elle se classe à la 334e position des agences françaises. Dans « Les 350 premières agences françaises classées selon leurs chiffres d’affaires », D’A, n° 232, décembre 2014/janvier 2015, p. 176.