L’ESTP et sa section Bâtiment : la formation des ingénieurs – architectes au premier vingtième siècle

par Hélène Vacher
École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, LHAC


La question de la formation au métier d’architecte n’a cessé de surgir dans les organisations représentatives et la presse professionnelle tout au long du XIXe siècle. Jusqu’à l’établissement de l’Ordre des architectes en 1941 – point d’orgue de la longue période d’incertitude quant au statut d’architecte –, la spécificité de l’activité de la profession et la question de son enseignement ont sous-tendu les débats tant sur la patente que sur la responsabilité professionnelle, la propriété intellectuelle ou le contrôle du diplôme. Depuis 1882, les congrès d’architectes ont régulièrement mis à leur ordre du jour non seulement la question du diplôme mais aussi celle de l’enseignement de l’architecture1. Les divers termes architecture pratique, architecture usuelle – pour reprendre un titre de périodique2 – ou encore architecture rationnelle renvoient alors aux méthodes et au contenu de l’enseignement tout autant qu’à des considérations formelles. Nonobstant des réformes plus au moins bruyantes de l’École nationale des beaux-arts (ENSBA) ou des initiatives d’envergure comme l’École centrale, puis spéciale, d’architecture (ESA), Anatole de Baudot (1834-1915), le fondateur de l’Union syndicale des architectes français (USAF), appelait, dans les premières années du xxe siècle, à la création d’une « véritable école pratique, technique et professionnelle » pour l’architecte, « dut-on nous donner le titre d’Ingénieur architecte3 ». La formation spécifique pour l’architecture que met en place l’École spéciale des travaux publics du bâtiment et de l’industrie (ESTPBI, ci-après ESTP), dont les trois premiers diplômés ingénieur-architecte sortent en 1909, semble relever le gant4. En 1939, les diplômes d’ingénieur-architecte que délivre cet établissement privé s’affichent aux côtés de ceux de l’ENSBA, de l’ESA et de l’École supérieure des arts décoratifs. Le propos qui suit s’appuie sur l’étude de cette filière d’enseignement pour esquisser à la fois la singularité de son cursus et les relations avec la formation académique5.


Le projet du diplôme d’ingénieur-architecte

La création au sein de l’ESTP d’une section bâtiment, appelée aussi école du bâtiment, s’inscrit dans le contexte des transformations qui s’accélèrent dans le secteur de la construction au cours des années 1890-1914. Les appellations « ingénieur-architecte » et « architecte-ingénieur » ne sont pas une nouveauté. Ils émaillent la presse technique française à la fin du XIXe siècle quand ni le titre d’ingénieur ni celui d’architecte n’étaient soumis à une réglementation. Ce couplage incongru ou inconvenant du point de vue de bien des architectes patentés ou fonctionnaires était cependant fréquent hors des frontières françaises, en particulier dans les pays où l’enseignement de l’architecture avait trouvé sa place dans les écoles polytechniques ayant fleuri au XIXe siècle. En France, l’association des deux termes pouvait indiquer à la fin du XIXe siècle, un passage par une école d’ingénieur, notamment l’École centrale des arts et manufactures (ECAM)6, le mot architecte ayant davantage valeur d’attribut spécifiant un champ d’application en contrepoint du domaine artistique attaché à l’enseignement de l’ENSBA. En 1878 Ernest Bosc ajoute à sa longue liste de définition des différents types d’ingénieurs, celle de l’ingénieur architecte, soit « l’architecte qui connaît non-seulement l’art de bâtir, mais qui connaît aussi toutes les sciences qui se rattachent aux constructions, telles que celles du chauffage et de la ventilation, de l’électricité, enfin celui qui sait exécuter les constructions économiques, les travaux du génie civil et une partie de ceux du génie agricole7. » On trouve ici une quasi- préfiguration du projet qui sera mis en œuvre par Léon Eyrolles au début du XXe siècle. Émile Trélat, ancien élève de l’ECAM qui fonda l’ESA en 18648, signe en 1889 une série d’articles intitulée « Architectes et ingénieurs » pour un journal d’entrepreneurs :

« L’architecte se plaint que l’ingénieur empiète sur son terrain ; qu’il s’engage journellement dans des applications jusqu’ici considérées comme appartenant exclusivement à l’architecture. Il le voit pénétrer tous les jours plus avant dans cette voie sous le nom d’ingénieur-architecte. Il s’inquiète, et il n’est pas de confrérie d’architectes de province qui ne soit en émotion perpétuelle à cet égard9. »

La même année, François Roux (1838-1921) publie dans l’organe de la Société centrale des architectes français, dont il est le secrétaire adjoint, une série d’articles dans lesquels il souligne le caractère particulier de l’enseignement de l’architecture en France. Il rappelle que, dans les « pays modernes », les partitions ont porté sur les objets à construire « et jamais sur le fond de l’enseignement, sur les règles de l’art lui-même, ce qui a toujours été commun aux uns et aux autres » ; il cite l’art de l’ingénieur et celui de l’architecte « enseignés simultanément, sans distinction, dans les académies, universités ou écoles polytechniques » dans la plupart des pays d’Europe10. Alors que la seconde industrialisation transforme le secteur de la construction, le particularisme français devrait-il indéfiniment perdurer ?

Pas plus E. Trélat que L.-F. Roux ne proposent de répondre à une telle question, toutefois ils cherchent à la situer par rapport aux débats sur l’enseignement et l’organisation professionnelle, qui soulèvent de profondes dissensions alors que les carrières des ingénieurs, des architectes et des entrepreneurs sont éminemment poreuses. La seule consultation de l’Annuaire du bâtiment, des travaux publics et des arts industriels édité par Sageret montre la souplesse des catégories d’architectes en ce tout début du XXe siècle et la fondation en 1905 de l’Association générale des ingénieurs, architectes et hygiénistes municipaux indique que des alliances pouvaient se tisser11. Les intérêts professionnels s’arc-boutent sur la délivrance de diplômes qui, dans cette période, se substituent aux capacités, alors que l’écrasante majorité des architectes n’en aligne aucun.

Fig. 1. Les élèves de la section du bâtiment, 2e année, autour du directeur Léon Eyrolles, devant la Maison de famille à Arcueil-Cachan. Extr. brochure ESTPBI, Levallois-Paris, H. & J. Tourte, [ca 1908].

Fig. 2 Les installations de l’école d’application à Arcueil-Cachan avant 1914. Le bâtiment au premier plan à droite est affecté à l’atelier d’architecture. Au fond « le polygone » d’exercice et son train électrique. Extr. brochure ESTPBI, Levallois-Paris, H. & J. Tourte, [ca 1908].

Léon Eyrolles (1861-1945) prend position dans ce champ de forces quand il quitte son poste de conducteur des Ponts et Chaussées en 1898 pour se consacrer pleinement à son projet pédagogique que constitue l’École spéciale des travaux publics. Il avait commencé par donner des cours du soir en 1891 qu’il développa sous la forme d’un enseignement par correspondance, baptisé « École chez soi », pour préparer aux concours des administrations techniques12. Aux locaux sis rue du Sommerard et rue Thénard à Paris, il ajoute une école d’application, installée dans la proche banlieue à partir de 1904. Il s’attelle à constituer des filières enseignement qui sont structurées en quatre sections, dites « écoles supérieures » (fig. 1). Les cursus « travaux publics », « mécanique et électricité », « bâtiment » et « topographie » délivrent leurs premiers diplômes respectivement en 1906, 1908, 1909 et 191013. L’école d’application à Arcueil-Cachan, outre la place pour desexercices et des constructions en grandeur réelle, offre des ateliers, des laboratoires, une bibliothèque, une matériauthèque et un internat (fig.2). Une amicale d’élèves, créée en 1901, organise un service de placement et assure l’édition d’un bulletin et de la revue mensuelle, intitulée L’Ingénieur- Constructeur de travaux publics, à partir de 190214. En éditant les cours enseignés dans son établissement et des ouvrages techniques, L. Eyrolles ajoute un important volet à son projet sous la forme de la Librairie de l’enseignement technique, adjointe à l’ESTP.

Fig. 3. Placard publicitaire de l’ESTPBI en 1922. Coll. part.

Au lendemain de la Grande Guerre, L. Eyrolles veut assurer l’avenir de son œuvre et créée une société anonyme, dénommée ESTPBI. Ces années sont décisives15 et en 1921 le décret du 5 février 1921 et l’arrêté du 16 du même mois apportent la reconnaissance officielle de l’État à l’établissement d’enseignement et le paraphe ministériel sur les certificats et les diplômes qu’il délivre, notamment celui d’ingénieur-architecte qui valide le cursus de l’« école supérieure du bâtiment » (fig. 3). Entre les deux guerres, plus de 500 diplômes en émanent. À titre de comparaison, l’École spéciale d’architecture a décerné plus de 791 diplômes entre 1868 et 1940.


Dynamique interne d’une école

Le rappel des caractères principaux de l’ESTP peut donner à lire le profil d’ingénieur-architecte dans la dynamique propre à l’établissement. L’école cherche à rentabiliser ses formations centrées sur les travaux publics tout en les diversifiant, dans un contexte marqué par les projets de logement de nouveaux maîtres d’ouvrage institutionnels et l’émergence de programmes d’équipements urbains et industriels avec leurs spécialisations techniques induites. La stratégie de L. Eyrolles prend un relief particulier à l’aune d’« une rupture radicale avec l’héritage du xixe siècle » dans la production architecturale16.

Sans détailler ici les divers aspects d’une conjoncture qui s’est avérée propice à l’évolution de l’ESTP, on retient l’appui de milieux d’entrepreneurs de la région parisienne. Ainsi Paul Gallotti (1838-1926), qui a participé à la fondation du Syndicat des entrepreneurs de travaux publics au début des années 1880, soutient la formation d’ingénieurs qui seront à la fois des agents de contrôle, des projeteurs et des « hommes de réalisation ». De même, Louis Soulé, François Hennebique, les frères Jean et Philippe Fougerolle encouragent l’école à ses débuts. Du côté des sociétés d’architectes, avec l’USAF le courant rationaliste est sans doute le seul à applaudir chaudement l’initiative. Cependant, La Construction moderne salut l’enseignement du métré donné par Eugène Robinot17. Cet architecte vérificateur de la Ville de Paris, un pilier de la section bâtiment, entame alors la construction des principaux bâtiments du campus de Cachan. En 1908, L’Architecture, organe de la .Société centrale des architectes français n’hésite pas à conseiller aux fils d’architectes et employés d’agences de suivre ses cours pour « s’initier à cette partie technique de la profession (…) profession où l’on doit être à même de tout contrôler avec autorité18». La nouvelle école est donc reconnue comme apportant une utile formation technique aux architectes et personnels d’agences. Toutefois les sociétés professionnelles dans leur ensemble semblent préférer ne pas insister sur l’émergence d’un nouveau profil.

L’ESTP, dont les cinq premières promotions sortent avant la Grande Guerre, est en prise sur les techniques constructives nouvelles ou émergentes. On retient en particulier le cours de Georges Espitallier (1849-1923) sur Le béton armé, son ouvrage monumental en quatorze volumes, intitulé Cours raisonné et détaillé du bâtiment, de même que le cours de Georges Boll sur Les constructions métalliques19. Ces enseignements sont intégrés par leurs professeurs à la méthodologie du projet d’architecte. Ils ciblent en priorité la « construction ordinaire », à savoir les pavillons individuels et les immeubles de rapport, mais aussi les bâtiments à vocation industrielle – des abattoirs aux garages en passant par les ateliers et les bureaux –, ainsi que les écoles, les dispensaires, etc. Les nouveaux procédés de mise en œuvre et l’organisation des chantiers sont en bonne place à « l’école de plein exercice » tandis que l’amicale des élèves anime des visites de chantier.

L’assainissement et la salubrité – ou l’hygiène urbaine et le génie sanitaire – sont des thématiques qui, associant l’échelle de la ville à celle du logement, structurent la formation de la section bâtiment. Plusieurs enseignants participent aux études sur la « maison salubre et à bon marché », ce qui inclut la recherche du confort en portant attention aux détails de la maîtrise des réseaux techniques (assainissement, ventilation, chauffage central, etc.).

Les références architecturales sont nettement infléchies vers le courant « rationaliste » de « l’art français » dans le sillage de Viollet-le-Duc et de ses épigones. Cette approche exigeante de l’utilité est colorée par des renvois au domestic revival et au régionalisme architectural20.


Les caractères de l’enseignement

Le cursus de l’ingénieur-architecte n’avait en aucune façon l’ambition de rivaliser avec l’enseignement de la section d’architecture des Beaux-Arts, ainsi que Léon Eyrolles le rappela à maintes reprises. Il s’agissait de tout autre chose : un enseignement pratique de la construction et une formation professionnelle à une « pratique utile de l’architecture » pour des chefs d’agence comme pour des entrepreneurs. L’enseignement de l’architecture dispensé n’aurait-il alors représenté qu’un ersatz plus ou moins dense de culture architecturale pour des ingénieurs ? Ou la démarche témoigne-t-elle plutôt d’un dessein questionnant, en ce début de XXe siècle, les rapports entre architecture et construction dans le but de définir un enseignement architectural ? Entre ces deux visions, des oscillations, des ambiguïtés marquent l’évolution des programmes entre 1909 et 1936. Mais il est difficile d’analyser cette tension, faute de formations comparables en France à l’époque21. En effet, l’enseignement dispensé dans la section bâtiment de l’ESTP est fort éloigné de l’instruction architecturale donnée à l’École polytechnique et dans ses écoles d’application. Il se distingue aussi du cursus de l’École spéciale d’architecture qui se présente comme une alternative à l’enseignement académique. D’ailleurs, Émile Trélat n’écrivait-il pas que si les ingénieurs et les architectes ont apparemment un dictionnaire commun, ils utilisent de facto deux langues. Les mots peuvent être les mêmes, mais les sens sont différents : « Ils échangent des discours, non des idées22. » La culture constructive de l’ESTP pourrait davantage être rapprochée de formes d’enseignement polytechnique en Europe centrale et du Nord23.

Georges Espitallier, qui fut professeur de construction à l’École du génie et d’artillerie de Fontainebleau, rejoint l’établissement d’Eyrolles en 1900-1901 et joue un rôle essentiel dans la conception de la section du bâtiment. Il profile l’ingénieur-architecte dans l’équilibre entre les « abstractions de l’esprit », placées à l’origine du processus créatif, et les aspects concrets des réalisations24. Selon cet ancien officier du génie, les fondements de l’architecture tiennent « aux mécanismes complexes » d’élaboration du plan qui sont essentiellement basés sur l’expérience. Le « plan », soit le projet, procède d’une discipline synthétique, quand le cheminement de l’ingénieur se fonde sur un raisonnement analytique. Parallèlement à l’analyse méthodique des contraintes constructives, l’élève doit être progressivement entraîné à la composition architecturale ainsi qu’à la pratique des « règles d’agencement, de commodité et de convenance25 ». Ainsi, il importe de maintenir une initiation à la culture classique qui permette de négocier le face-à-face entre analyse et synthèse. Espitallier, à propos de l’estampille « ingénieur-architecte », rejette l’exclusion mutuelle des deux professions qui seraient tentées par « un absolu qui [n’est] pas de ce monde26 » et plaide au contraire pour un univers technique placé sous le signe de la culture, la séparation entre architecture et la construction n’ayant à ses yeux aucun fondement théorique27.

Fig. 4. Couverture du Cours d’architecture. Livre 1, de Julien Quoniam (1910).

Fig. 5. Planche d’initiation aux jeux d’oppositions et de contrastes dans les éléments d’architectures, les façades et les plans. Extr. J. Quoniam, Cours d’architecture. Livre 2, 1912, p. 90 & 91.

La culture architecturale académique est présente au sein de la section bâtiment avec Julien Quoniam (1876-1954), formé à l’atelier de Gaston Redon et diplômé de l’ENSBA en 1904. Alors architecte voyer de la Ville de Paris, il instruit les élèves à l’exécution du dessin d’architecture, puis enseigne l’architecture en soixante leçons et publie son Cours d’architecture (fig. 4 et 5). Inscrit dans la filiation du courant rationaliste, le manuel comprend deux volumes28. Le premier aborde l’étude des éléments d’architecture. Le second les règles générales de la composition. L’art de la composition se présente comme un compromis entre les règles régissant les questions de destination, de constructibilité et d’esthétique : « Composer, c’est […] imaginer et réaliser. Savoir imaginer est un don naturel que l’étude et l’exercice peuvent révéler, exciter, diriger, canaliser ; mais il est indéniable que l’on n’apprend pas à imaginer29. » Si les références s’écartent peu du catalogue convenu de l’architecture monumentale, elles mettent l’accent sur la multitude de combinatoires qu’il est possible d’établir à partir d’un répertoire restreint de modèles. Puisant ses exemples aussi bien dans les grandes périodes historiques de l’architecture que parmi des réalisations contemporaines, le manuel n’introduit aucune hiérarchie de valeur entre eux. Les derniers chapitres du second volume fixent le cadre des notions relatives au choix du parti, à la détermination des proportions, à l’échelle architecturale, enfin à l’apparence des matériaux mis en œuvre. Le cours de Quoniam introduit l’architecture comme un « art éminemment complexe » qui requiert la « réalisation nécessaire et simultanée des conditions d’utilité, de construction et de beauté30 ». Il s’efforce d’articuler la discipline architecturale, qui procéderait de la culture et de l’expérience, à la construction devenue technologie.


La reconnaissance du diplôme et les professeurs d’architecture

L’implication de Marcel Auburtin (1872-1926) dans l’enseignement à l’ESTP semble associée à l’enjeu de la validation du diplôme d’ingénieur-architecte par le ministère de l’Instruction publique31. Un document intitulé « en vue de la réforme de l’enseignement » envisage effectivement une révision globale des programmes de l’ESB en 191832. Il propose de profiler un cursus nettement distinct de celui de la section des travaux publics dans la mesure où « les études relatives au bâtiment ne [peuvent] être en aucune façon assimilées aux méthodes d’enseignement des autres sections33 ». Pour tenir un ambitieux programme, il faut limiter « tout ce qui [n’est] pas strictement nécessaire » à l’exercice de l’architecture ; c’est ainsi qu’est diminuée la part des cours théoriques en mathématiques, en sciences physiques et en droit, au bénéfice des enseignements de métré, de géométrie descriptive, de stéréotomie, de perspective et de lavis et, bien évidemment, de technique constructive. Dans cette réforme, la dimension du projet et les études en atelier sont posées comme le socle de la formation comprenant « peu de théorie » et « beaucoup d’applications34 ». Des classes-ateliers doivent disposer de leur propre « bibliothèque-masse » spécialisée35. Il est également recommandé qu’un professeur soit chargé des enseignements en atelier uniquement pour les classes de bâtiment36. Un examen d’admission est requis pour les jeunes gens qui ont suivi le cours technique secondaire, spécialité bâtiment, de l’ESTP, comme pour ceux provenant d’autres écoles. Il est prévu que la première année du cycle supérieur comprendrait des mathématiques appliquées à la construction et des études d’architecture, de construction et de métré « très développées37 ». La deuxième année serait centrée sur le projet d’architecture et engloberait des « notions d’urbanisme » qu’enseignera M. Auburtin, l’un des membres fondateurs de la Société française des architectes urbanistes. L’enseignement de l’urbanisme dès 1920 est effectivement une singularité de l’ESTP au regard d’autres écoles à cette époque. Au chapitre des « sciences appliquées », on traiterait des constructions métalliques, du béton armé et des notions générales d’électricité.

Si ce programme n’a pas été mis en œuvre dans son intégralité, ses orientations pédagogiques principales visant à consolider le profil « architecte » de la section sont effectivement engagées. Les plans d’études des années suivantes indiquent le renforcement des cours d’architecture, particulièrement en deuxième année avec les enseignements d’Auburtin, et des « séances d’application » sont organisées « comme les ateliers d’architecture de l’École des beaux-arts38 ». L’introduction de cours en « chimie appliquée » et en « géologie » souligne l’importance accordée aux matériaux, tandis que la technique du béton armé figure au programme dès la première année des études supérieures.

Le professorat d’Auburtin a donné consistance au profil « architecte » de l’ESTP en privilégiant les formations en atelier, bien qu’il ait été interrompu trop tôt pour mener à terme le projet de réforme. L’assistant d’Auburtin à partir de 1921, Jean-Baptiste Mathon (1893-1971), grand prix de Rome en 1923, prend la relève de l’enseignement de l’architecture. Avec son atelier à l’ENSBA (1932-1947), parallèle à celui de l’ESTP, J.-B. Mathon a facilité les passerelles entre les deux formations. Par ailleurs, d’autres diplômés de l’ENSBA contribuent à la formation de l’ingénieur-architecte pendant l’entre-deux-guerres. Il en est ainsi de Gaston Lefol (1874-1940), architecte divisionnaire du Service d’architecture du département de la Seine, et de René Sors, né en 1896 et diplômé des Beaux-Arts en 1925, installé comme architecte-urbaniste à Paris.


Les ingénieurs-architectes et le milieu professionnel

Peut-on alors observer d’autres complémentarités entre la formation d’ingénieur-architecte de l’ESTP et celle d’architecte aux Beaux-Arts ? Au vu des quelque 500 diplômés de la section bâtiment, il a été possible d’identifier une petite dizaine d’individus qui ont complété leur formation à l’ENSBA et ont obtenu, à l’exception de trois d’entre eux, leur diplôme (DPLG). À l’inverse, deux diplômés de l’ENSBA ont suivi une formation à l’ESTP, mais sans l’avoir validée. Henri Calsat (1905-1991) représente la première catégorie ; il obtient le diplôme de la section bâtiment en 1926. Admis l’année précédente à l’ENSBA, il y finalise son diplôme en 1931. Il fait preuve d’une forte appétence pour les études en suivant aussi l’enseignement de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, et même des cours à la faculté de médecine de Paris39. Ses réalisations, notamment en Afrique (Brazzaville, Douala), et ses nombreuses interventions dans la confection de plans d’urbanisme, pour Douala et, en Algérie, pour Constantine et Philippeville, ou encore pour Vandœuvre près de Nancy, témoignent d’un exercice très diversifié. Calsat enseigne à l’école d’architecture de l’université de Genève et à son alma mater l’ESTP ; il a dirigé un Dictionnaire multilingue de l’aménagement de l’espace : français-anglais-allemand-espagnol (Paris, 1993), ce qui souligne son implication dans la formation des élèves praticiens. Léon Hoa (1912-2012), qui a réalisé l’essentiel de sa carrière à Pékin, reçoit sa formation à l’ESTP et le diplôme architecte-ingénieur en 1936. Il parachève cette formation par une inscription à l’ENSBA en 1935 et obtient son diplôme en 1942. Bien que ses souvenirs, évoqués lors d’un entretien, privilégiassent son passage à l’École des beaux-arts, Léon Hoa souligna que l’enseignement reçu à l’ESTP lui avait appris à passer facilement à une « pratique de terrain ». Il se remémorait aussi une atmosphère très ouverte avec un grand nombre d’étudiants venant de l’Égypte, du Liban et de la Chine40. Calsat et Hoa, comme les autres élèves de l’ESTP ayant fait le double cursus entre les deux guerres, étaient inscrits à l’atelier de Jean-Baptiste Mathon.

Ce sont également les collaborations professionnelles plus ou moins durables qui signalent des complémentarités entre les deux formations. Ainsi Jacques Nivière, diplômé de la section bâtiment en 1923, et Jean Lepeigneux (DPLG 1928) se sont-ils associés dans leurs exercices parisiens à partir des années 1940. Pierre Robert, diplômé de l’école du bâtiment en 1923, collabore avec Michel Bridet (DPLG 1923) pendant une quinzaine d’années avant la seconde guerre mondiale. Les parentèles qui ont caractérisé les formations et les pratiques de nombre d’architectes et porté la notoriété de bien des lignées dans la profession sont à l’œuvre, notamment avec Martin et Édouard Utudjian (1905-1975). Le premier, diplômé de la section bâtiment en 1934, rejoindra le corps enseignant de l’ESTP en 1956. En 1933, il fonde, avec son frère qui obtient le diplôme de l’ENSBA en 1941, le Groupe d’études et de coordination de l’urbanisme souterrain (GECUS), qui réunit une centaine d’architectes et d’ingénieurs qui diffusent dès 1937 au niveau mondial les théories de l’urbanisme souterrain41. Que la société des architectes de l’École des travaux publics (SAETP) qui regroupe environ un cinquième des diplômés de la section bâtiment, se soit mobilisée pour être acceptée par la Confédération des sociétés françaises d’architectes n’infère pas que la majorité des élèves ayant réussi leurs études à l’ESB recherchait à exercer l’architecture en leur nom propre. Ils ont été nombreux à travailler pour des municipalités, des sociétés industrielles, des maîtres d’ouvrage institutionnels comme les HBM, ou à avoir trouvé d’autres débouchés dans le monde de l’industrie de la construction. La maîtrise des procédés techniques qui est liée au développement des corps d’état secondaire, l’aptitude à saisir la dimension territoriale du bâtiment à réaliser (topographie, techniques de la voirie), les compétences dans l’organisation des chantiers et un savoir-faire se prêtant à la réalisation de programmes à large échelle, tels sont les caractères saillants de la formation de l’ingénieur-architecte dispensée à l’ESTP. L’exemple de Louis Clovis Heckly (1895-1975) illustre tout particulièrement ce profil. Sorti de la section bâtiment en 1919, Heckly fit ses premières armes sur les chantiers de la Reconstruction. Au début des années 1930, il pilote, en tant qu’administrateur délégué de l’Immobilière Construction de Paris, l’un des plus importants programmes de logement de l’époque42. Sans envisager ici la qualité de sa production architecturale, la maîtrise technique et opérationnelle de celle-ci a marqué les commentaires de ses contemporains. Cependant, les enjeux socioprofessionnels ont été exacerbés par l’ampleur du programme d’HBM confié à Heckly, fustigé par nombre d’architectes qui, ayant pignon sur rue, s’estimaient marginalisés43. La presse architecturale de l’époque reprit bien des attaques à son encontre en faisant silence sur les dimensions innovantes mises en œuvre, tant d’ordre technique qu’organisationnel44. Précisons qu’à cette époque, Heckly fut membre du conseil de perfectionnement de l’ESTP aux côtés de Gustave Umbdenstock45.


Épilogue

La dernière promotion d’ingénieur-architecte de l’ESTP sortit en 1939. Dans les colonnes de L’Architecture d’aujourd’hui, Pierre Vago présente en 1937 l’actualité de la réglementation du titre et de la profession d’architecte, qui est, à son avis, une « question intimement liée à […] celle de l’enseignement de l’architecture ou de la formation des architectes46 ». Il expose dans un tableau comparatif des données concernant les quatre écoles délivrant alors des diplômes d’architecte, celles mentionnées au début de cet article. De son commentaire, qui se veut sobre, il ressort que les élèves et anciens élèves « de notre première école nationale » (l’ENSBA) sont hégémoniques en nombre, occupent des postes clefs et sont potentiellement les « arbitres absolus de la corporation ».

Au début de 1941 sont pris décrets d’application de la loi du 31 décembre 1940 créant l’Ordre des architectes ; ils ne reconnaissent pas les architectes diplômés par l’ESTP47. Les efforts déployés par Léon Eyrolles et les principaux professeurs de la section bâtiment pour dépasser les rivalités entre les idéaux types que constituent l’art de l’ingénieur et celui de l’architecte, et renouer avec la volonté intégrative de la tradition polytechnique européenne ont achoppé sur de fortes inerties professionnelles. La SAETP exprime toute son amertume à L. Eyrolles auquel il est reproché de ne pas avoir défendu les adhérents architectes, en refusant notamment de plier son enseignement « avant tout technique et professionnel » à la nouvelle réglementation qui « vise la prédominance de l’art ». Toutefois, l’abandon du titre s’avère un revers relatif. La seconde reconstruction a fait appel à un grand nombre des diplômés de l’ESTP, tandis qu’une nouvelle génération d’« ingénieurs bâtiment », selon le terme souhaité par Pierre Remaury, s’est affirmée au cours des années suivantes.

Le concept d’ingénieur-architecte ne disparaît pourtant pas des murs de l’établissement. Il fut mis en avant en 1968 comme en 1972 dans le contexte des réformes de l’enseignement de l’architecture avant d’être mobilisé dans les bi-cursus communs à l’ESTP et à l’ENSA Paris-La Villette.

Notes

1 Annie Jacques, La Carrière de l’architecte au XIXe siècle, Paris, Réunion des musées nationaux, 1986, p. 19-20.
2 L’Architecture usuelle, mensuel publié de 1903 à 1937 ; la rubrique de jurisprudence y est tenue par Marius Bousquet qui signe « ingénieur-architecte » et qui fut actif près de l’amicale des élèves de l’École spéciale des travaux publics.
3 Dans l’ouvrage posthume d’Anatole de Baudot, L’Architecture, le passé, le présent, Paris, H. Laurens, 1916, p. 218. A. de Baudot avait été actionnaire de l’École centrale d’architecture.
4 Pour une présentation générale de l’ESTPBI, Cf. Hélène Vacher, « Building the Modern City: Planners and Planning Expertise at Léon Eyrolles’ Ecole Spéciale des Travaux Publics, 1898-1939 », Planning Perspectives, vol. 17, n° 1, 2002, p. 41-60.
5 Cf. l’ouvrage sous presse de l’auteure, avec la collaboration d’André Guillerme, Professions, technologies et territoires. Genèse et essor de l’École Eyrolles au premier XXe siècle, chez Classiques Garnier.
6 Cf. Ulrich Pfammatter, The Making of the Modern Architect and Engineer. The Origins and Development of a Scientific and Industrially Oriented Education, Bâle, Birkhäuser, 2000; Valérie Nègre, « Architecture et construction dans les cours de l’École centrale des arts et manufactures (1833-1864) et du Conservatoire national des arts et métiers (1854-1894) », dans Jean-Philippe Garric (dir.), Bibliothèques d’atelier. Édition et enseignement de l’architecture, Paris 1785-1871, Paris, INHA, 2011. On observe par ailleurs, que certains architectes choisissent à la même époque l’adjonction du terme ‘ingénieur’ avec sans doute la volonté de se démarquer de la figure de l’architecte ‘artiste’ auprès de leur clientèle.
7 Cf. Ernest Bosc, Dictionnaire raisonné d’architecture et des sciences et arts qui s’y rattachent, Paris, Firmin-Didot et Cie, 1878, TII, p.564
8 Cf. Frédéric Seitz, « L’enseignement de l’architecture en France au XIXe siècle », Les Cahiers du Centre de recherches historiques, n°11, 1993 ; en ligne : [ccrh.revues.org].
9 É. Trélat, « Architectes et ingénieurs », L’Immeuble et la construction dans l’Est, 10 novembre 1889, p. 228.
10 Cf. F. Roux, « Ingénieurs et architectes », L’Architecture, 18 octobre 1889, n° 42, p. 502-503. Selon l’auteur, il s’agit de la reproduction d’un mémoire rédigé en 1877.
11 Cette association, qui accueillait également des entrepreneurs, devient en 1911 l’Association générale des hygiénistes et techniciens municipaux. Cf. Viviane Claude, « l’Association générale des hygiénistes et techniciens municipaux : école et/ou lobby (1905-1930) », Association de Recherche pour le Développement de l’Urbanisme, Plan Urbain, ministère de l’Équipement et du Logement, juillet 1987.
12 L’enseignement par correspondance s’est développé au cours des années en contribuant à élargir l’audience de l’établissement en France et à l’étranger.
13 Cf. Hélène Vacher, « Building the Modern City… », op.cit.
14 Cf. Hélène Vacher, « La formation des ingénieurs et la presse technique au début du XXe siècle : L’Ingénieur-Constructeur, 1902-1939 », dans Jean-Philippe Garric, Valérie Nègre, Alice Thomine-Berrada (dir.), La Construction savante : les avatars de la littérature technique, Paris, Picard/CDHT/INHA, 2008, p. 369-381.
15 La réorganisation de l’enseignement technique, industriel et commercial a été introduite par la loi dite Astier du 25 juillet 1919. Les attributions conférées par celle-ci au ministre du Commerce et de l’Industrie ont été transférées à celui de l’Instruction publique et des Beaux-Arts par la loi du 20 juin 1920. Cf. Thérèse Charmasson (dir.), L’Enseignement technique de la Révolution à nos jours, tome 1 (1789-1926), Paris, INRP/Economica, 1987, p. 471, n. 1.
16 François Loyer, Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès/Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 1999, p. 210.
17 La Construction Moderne, 5 mars 1904, p.273
18 L’architecture, n°9, 29 février 1908, p.71
19 Sur la formation du corpus en lien avec la maison d’édition de l’École on se reportera à Vacher, Guillerme, Professions, technologies et territoires…op.cit.
20 Cf. Daniel Le Couédic, « Une architecture sous influences », Communications, n°1, 2005, p. 39-58. Pour des exemples de ces productions, voir le remarquable ouvrage de Catherine Jubelin-Boulmer, Hommes et métiers du bâtiment (1860-1940). L’exemple des Hauts-de-Seine, sous la dir. Françoise Hamon et Dominique Hervier (Cahiers du patrimoine 59), Paris, Monum-Éditions du patrimoine, 2001.
21 Il y eut des précédents, en particulier le projet de Jean-Baptiste Rondelet (1743-1829) qui a prôné l’enseignement « pratique » de la construction pour une architecture comprise « comme art essentiellement utile » – ce qui serait l’objet d’une autre analyse.
22 É. Trélat, op. cit., p. 205.
23 Une comparaison serait utile avec la section bâtiment fondée en 1889 au sein de la Technische Winterschule für Wiesenbautechniker, créée à Strasbourg en 1875, devenue École technique impériale en 1895, et qui est à l’origine de l’actuel INSA.
24 G. Espitallier, « Choix d’une carrière. Les carrières dans le bâtiment », L’École chez soi, n°14, mai 1913, p. 4.
25 Ibid.
26 Ibid. Pour une mise en perspective historique récente des relations qu’entretiennent la culture professionnelle de l’architecte avec celle de l’ingénieur, avec un chapitre consacré à l’enseignement, cf. Andrew Saint, Architect and Engineer: a Study in Sibling Rivalry, New Haven, Yale University Press, 2007.
27 Pour une réflexion parallèle sur l’enseignement de l’architecture exprimée dans les mêmes années mais dans un autre contexte, cf. Hélène Vacher, « Un manifeste de l’art de bâtir. Peder Vilhelm Jensen-Klint et l’école du maître d’œuvre », Re-vue Malaquais, n° 2, 2015, p. 68-74.
28 Quoniam, ArchitectureLivre I. Éléments d’architecture, Livre II. Composition architecturale, Paris, École spéciale des travaux publics, 1910 (199 p.) et 1912 (140 p.).
29 Ibid., Livre II, p. 3.
30 Ibid., p. 9.
31 M.Auburtin et L.Eyrolles se sont fréquentés avant la guerre, mais il semble que ce soit à l’occasion de l’exposition « La cité reconstituée » (ouverte en mai 1916 au jardin des Tuileries) que la collaboration d’Auburtin à l’enseignement de l’ESTP ait été nouée.
32 « Observations de M. Auburtin et H. Mouton en vue de la réforme de l’enseignement de la section du bâtiment », daté 1918, dactyl, 7 p. Archives privés de S. Eyrolles.
33 Ibid.
34 Ibid.
35 Ce point semble avoir tenu particulièrement à cœur à Marcel Auburtin. Il fait encore l’objet de courriers à Léon Eyrolles en 1921, Auburtin mentionnant ses recherches en vue de compléter la bibliothèque d’architecture.
36 « Observations de M. Auburtin et H. Mouton… », op. cit.
37 Ibid.
38 ESTP […] Plans d’études et programmes de l’enseignement, Paris, Librairie de l’enseignement technique, 1921, p. 103.
39 Il a aussi suivi des cours de l’École du Louvre et de l’École des chartes, cf. l’inventaire du fonds Calsat, Archives d’architecture, université de Genève, et la notice sur Calsat rédigée par M.-L. Crosnier Leconte pour le « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) », [agorha.inha.fr].
40 Entretien de Léon Hoa avec l’auteure de l’article en mai 2005.
41 Selon les archives du directeur de l’ESTP consulté en 1998, avant le versement aux Archives départementales du Val-de-Marne. Voir aussi, Notice E. Utudjian, rédigée par M.-L. Crosnier Leconte pour le Dictionnaire des élèves architectes… op.cit. Sur le rôle des frères Utudjian à la tête du GECUS, cf. Sabine Barles et André Guillerme, L’Urbanisme souterrain, Paris, PUF/QSJ, 1995.
42 Heckly « devient ainsi le premier architecte parisien de tous les temps par le volume sinon par la qualité de sa production », dans Jean-Louis Cohen et André Lortie, Des fortifs au périf : Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard/Pavillon de l’Arsenal, 1991, p. 178.
43 Cf. Marie-Jeanne Dumont, Le Logement social à Paris, 1850-1930 : les habitations à bon marché, Liège, Mardaga, 1991, p.139-143.
44 Ainsi, la revue Art national orchestra-t-elle de virulentes attaques à connotation antisémite en mettant à l’index « l’architecte des Rothschild ».
45 Cf. les comptes rendus du conseil d’administration de l’ESTPBI du 25 novembre 1931 et 6 avril 1933, Archives privées de S. Eyrolles.
46 L’Architecture d’aujourd’hui, n° 2, 1937, p. 4. Cf. se reporter également au tableau reproduit dans l’article de M. Volait
47 Pour les détails de cet épisode, Cf.Hélène Vacher, “L’École spéciale des travaux publics et le projet de l’ingénieur-architecte au début du XXe siècle, 1901-1939”, in Thérèse Charmasson (s.l.d.), Formation au travail, enseignement technique et apprentissage, Paris, Edition du CTHS, 2005, pp.65-85.