L’école Eyrolles vue d’Égypte : un lieu de formation méconnu, un réseau international à découvrir

Par Mercedes Volait
Laboratoire InVisu, CNRS/Institut national d’histoire de l’art


Une filière de formation est demeurée à ce jour hors champ des travaux sur l’enseignement de l’architecture. Inaugurée à Paris en 1891 par un conducteur de travaux, Léon Eyrolles (1861-1945), elle est fortement identifiée à son fondateur. L’école a connu au fil du temps plusieurs dénominations, dont École spéciale du bâtiment et de l’industrie, puis École spéciale des travaux publics (ci-après ESTP). Symptomatiquement, les archives de cet établissement, aujourd’hui détenues par les archives départementales du Val-de-Marne, ne figurent pas dans le récent “Guide des sources de l’histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle” (HEnsA20), qui répertorie plus de 900 fonds (dont certains aux archives du Val-de-Marne), dispersés dans 180 services d’archives. Coté 122J, le fonds n’est pas démesuré mais compte tout de même 644 boîtes.

Durant l’entre-deux-guerres, l’école faisait pourtant bien partie du paysage de la profession. Dans un article paru en 1937, Pierre Vago l’inclut naturellement parmi les quatre écoles délivrant alors des diplômes d’architectes1, aux côtés des Beaux-Arts (ENSBA), de l’Ėcole nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD) et de l’École spéciale d’architecture (ESA). Il assortit son propos d’un tableau instructif qui montre qu’à cette date, l’ESTP formait plus d’architectes que l’ESA et que sa toute jeune amicale d’anciens regroupait déjà un nombre substantiel de praticiens.

 

EBA

ENSAD

ESA

ESTP

Nombre d’élèves en 1936

1900

262

70

105

Moyenne des candidats à l’admission

500

240

60

Moyenne des élèves reçus annuellement

120

(dont 20 % d’étrangers)

50

(dont 25 % d’étrangers)

25

(dont 25 % d’étrangers)

35

(dont 25 % d’étrangers)

Moyenne des diplômes distribués annuellement

100

12

21

30

Membres des sociétés

Architectes SADG
(1877)

1757

Architectes ENSAD
(1925)

142

Architectes
DESA (1868)

185

Architectes DETP (1934)

104

Les architectes sont formés au sein de la section bâtiment, qui constitue une des quatre sections de l’établissement avec celles des travaux publics, de mécanique-électricité et de topographie. Le diplôme d’ingénieur-bâtiment est homologué comme diplôme d’architecte à partir de 1921 et jusqu’en 1939.


Historique

L’école est fondée en 1891 par un jeune Corrézien d’origine modeste qui a été reçu conducteur des Ponts et Chaussées en 1882. Elle démarre initialement comme cours du soir dans le petit appartement parisien que Léon Eyrolles occupe rue du Val-de-Grâce. L’année suivante, un enseignement par correspondance dénommé « l’École chez soi » est ouvert. En cette fin de XIXe siècle, marquée par les progrès et les innovations technologiques dans le domaine de la construction (de l’usage de la grue électrique à l’intégration de l’ossature métallique en architecture), le pays a besoin d’hommes capables de mettre en chantier les projets de grands travaux : bâtiments, réseaux de transports, ouvrages d’art novateurs. En dehors de l’École des ponts et chaussées, réservée à une élite, il n’y a alors guère d’école spécialisée dans l’enseignement des travaux publics. Pour Léon Eyrolles, il faut inventer la formation et l’enseignement qui font défaut, avec une ambition : « Former l’ingénieur-constructeur capable à la fois de concevoir et d’exécuter un travail déterminé et qui joigne aux qualités techniques de l’ingénieur les qualités commerciales et professionnelles de l’entrepreneur2. » En 1898, soutenue par la profession et les pouvoirs publics, l’École spéciale des travaux publics est créée.

Le succès est fulgurant. Dès 1901, 2 000 élèves sont inscrits aux cours du soir ou par correspondance et 60 élèves suivent les cours en journée, toutes sections confondues. Initialement installée impasse Nicole à Paris, l’ESTP est bientôt à l’étroit et ouvre à Cachan en 1903 un vaste campus, en phase avec le projet pédagogique d’Eyrolles qui est d’offrir un environnement complet aux élèves. Des salles de cours, des laboratoires et des ateliers sont édifiés sur un champ de blé de 7 ha ; un vaste polygone d’application en plein air (équipé d’une voie ferrée) est installé. Pour les jeunes élèves de province et d’outre-mer, Eyrolles ajoute en 1904 une Maison de famille, en rupture avec la formule de l’internat des grandes écoles. Chaque élève a sa propre chambre mais la vie commune est privilégiée. L’école croît à toute vitesse. En 1920, l’amicale des anciens regroupe, toutes sections confondues, plus de 10 000 membres.

L’enseignement se développe : outre les quatre écoles supérieures d’ingénieurs, l’ESTP dispense des cours secondaires, puis des cours spécialisés de perfectionnement à la demande des administrations, dont la Ville de Paris. Comme les livres manquent pour ces formations, Eyrolles va les créer puis les éditer lui-même. Les éditions de la Librairie de l’enseignement technique sont fondées en 1918 et s’installent boulevard Saint-Germain. En 1921, l’école est reconnue par l’État, et le campus de Cachan s’agrandit. Entre 1919 et 1939, y sont construits des laboratoires d’essais de matériaux et d’hydraulique, des ateliers de constructions mécaniques, des salles de photométrie, une installation de froid industriel3.

Une formation d’ingénieurs généralistes tournés vers les métiers de la construction et du cadre de vie, en lien étroit avec le monde professionnel, a ainsi réussi à s’imposer au monde du bâtiment. L’ESTP est aujourd’hui membre de l’Union des grandes écoles indépendantes (UGEI). C’est aussi une affaire de famille : à la mort de Léon Eyrolles, l’école a été dirigée par son fils Marc (de 1945 à 1978) puis par le fils de celui-ci, Serge (de 1981 à 2008).


Un recrutement international

La formation pratique en construction offerte par l’école est réputée. Elle attire y compris des architectes diplômés des Beaux-Arts (DPLG), tel Raoul Brandon venu suivre en 1905 les cours de Bâtiment du colonel Espitallier, alors qu’il a déjà ouvert son cabinet4. En sus de ceux qui exercent déjà et viennent chercher un perfectionnement ou un enseignement spécialisé, d’autres s’inscrivent pour suivre une formation de base. Une prosopographie des élèves permettra d’évaluer la proportion de chacun de ces deux groupes dans les promotions de l’Ėcole.

Fig. 1. Fiche d’élève de Barouïr Berbérian. AD Val-de-Marne.

Les chiffres donnés par Pierre Vago soulignent que le recrutement est, de surcroît, très international (25 %) ; il l’est même de 5 points supérieur à celui des Beaux-Arts en 1936. Un rapide examen du fichier des élèves montre que cela a été le cas dès l’origine. Les élèves étrangers s’inscrivent à des stades variés de leur parcours professionnel. Julio de Abreu junior (1895- ?), originaire du Brésil, entre à l’école en 1917 déjà muni d’un diplôme d’architecte de l’université de São Paulo. C’est le cas aussi de Salvator Avramidès (1894- ?), originaire de Grèce, qui s’inscrit aux cours techniques supérieurs après avoir suivi des études à l’université de Gand. Barouïr Berbérian (1894- ?), « ottoman arménien » d’Istanbul, vient quant à lui suivre le cursus complet de la filière Bâtiment, à l’issue d’un secondaire effectué au collège Saint-Joseph de Kadikoy5. Là encore un travail systématique sur les dossiers d’élèves, ou à défaut sur les annuaires d’anciens, permettra d’avoir une image fine de l’internationalisme de l’ESTP.

La biographie de deux architectes actifs à Tel-Aviv à partir des années 1920 offre un premier instantané des trajectoires transnationales dans lesquelles s’inscrivent les diplômés de l’ESTP. Le premier, Zaky Chelouche (1891-1973), né en Palestine, vient étudier à Paris en 1907, fréquente les Beaux-Arts et faute peut-être d’y être reçu, suit la formation de l’ESTP dont il sort diplômé en 1914. Il ouvre en 1924 un bureau à Tel-Aviv, où il se spécialise dans l’immeuble résidentiel6. Natif d’Odesssa, son confrère Alexander Penn (1900-1979) émigre en Palestine en 1920 puis, deux ans plus tard, se rend à Paris pour suivre le cursus de l’ESTP ainsi qu’une formation en urbanisme, sans doute à l’École des hautes études urbaines que viennent de créer Marcel Poëte et Henri Sellier. De retour au pays, il devient ingénieur en chef de la ville de Tel-Aviv et entame en 1927-1928 la mise en œuvre du plan conçu par Patrick Geddes pour l’aménagement et l’extension de la ville. Il y construit par la suite des logements7.


Les Égyptiens

Les « Égyptiens », c’est-à-dire les élèves natifs d’Égypte ou qui y font carrière, toutes nationalités confondues, apparaissent assez tôt à l’école, dès 1908 d’après les fiches d’élèves consultées jusqu’à présent. Le premier nom identifié est celui d’un illustre inconnu, Saad Abd El Guélil Kenawi8 (1885- ?) dans la graphie de l’époque, élève externe inscrit à une spécialisation en bâtiment en 1908-1909. Mohamed Akef qui le suit de peu passe en revanche quatre ans à l’école, de 1910-1911 à 1913-1914, d’abord en tant qu’externe, puis logé à la Maison de famille. Une trentaine d’architectes égyptiens, dont l’activité est connue, ont obtenu le diplôme d’ingénieur-bâtiment entre 1912 et 1938 (Annexe 1).

Fig. 2. « Un immeuble de rapport à Héliopolis : M. C. Ayrout, architecte » [Immeuble Sobhy Henein, 1928], couverture de La Construction moderne du 23 mars 1930.

Plusieurs facteurs expliquent cette présence. Un cursus dans la filière bâtiment de l’ESTP pouvait être un choix par défaut. Pour ceux qui rêvaient de faire leurs classes en architecture à Paris, le premier choix était bien entendu l’École des beaux-arts, mais le concours d’admission était un obstacle qui se révèle le plus souvent insurmontable. En parallèle à un cursus à l’ESTP, certains des élèves de la section bâtiment préparent d’ailleurs l’admission à l’école de la rue Bonaparte, avec un succès inégal. Diplômé de l’ESTP en 1925, Charles Ayrout (1905-1961), qui a beaucoup construit à Héliopolis9 et dans les quartiers centraux du Caire, se présente ainsi quatre fois aux épreuves d’amission, d’abord dans l’atelier Mathon, puis dans celui de Pontremoli. Le 7 juin 1924, il est éliminé dès l’épreuve d’architecture ; admissible le 16 février 1925, son total de points l’élimine en fin de compte et il en est de même aux épreuves du 8 juin 1925 et du 15 février 192610. Edgard Harari (1912- ?), issu d’une grande famille de juifs égyptiens et lui-même sujet portugais, est plus chanceux. Diplômé de l’ESTP en 1932, il tente lui aussi quatre fois l’admission à partir de juin 1934 ; à la quatrième tentative, il est reçu 15e sur 85 le 13 février 1936 et passe ensuite six ans à l’Ėcole des beaux-arts dans l’atelier Recoura et Mathon11.

Eyrolles lui-même ne ménage pas sa peine pour faciliter l’entrée dans son école, par le biais de classes préparatoires, et multiplie les contacts en ce sens auprès des établissements d’enseignement secondaire. Ainsi sait-on qu’à partir de 1920, une classe spéciale a été ouverte à Alexandrie au sein du collège des Frères des écoles chrétiennes (devenu collège Sainte-Catherine, puis Saint-Marc) « pour préparer les jeunes gens, pour la plupart de nationalité égyptienne, au cours supérieur de l’ESTP et leur permettre ainsi l’obtention, au bout de deux années d’études en France, d’un diplôme d’ingénieur ».» En sept ans, cette organisation, poursuit Eyrolles, « a déjà permis à 29 élèves de venir suivre l’enseignement supérieur de l’École ; 20 ont obtenu le diplôme d’ingénieur sur un total de 51 ingénieurs égyptiens formés par l’École depuis sa création ». Et de conclure : « Je suis heureux de constater que les élèves, ainsi préparés par le collège Sainte-Catherine, ont toujours été d’excellents sujets. En poursuivant cette œuvre, le collège Sainte-Catherine prête à l’ESTP une aide précieuse pour la formation d’ingénieurs égyptiens12. »

Cette classe préparatoire était ouverte aux titulaires du Baccalauréat français section mathématiques, auquel préparaient les établissements des missions chrétiennes d’Égypte. L’accord conclu entre les deux institutions permettait aux élèves de cette classe spéciale ayant réussi l’examen de fin d’année d’être admis de droit à l’École spéciale des travaux publics où ils n’avaient plus désormais qu’à passer deux années (au lieu de cinq auparavant) pour l’obtention du diplôme dans la spécialité choisie13. Jusqu’en 1927, quatre ou cinq élèves de cette classe spéciale furent admis chaque année14 ; la moyenne annuelle d’admission d’élèves égyptiens, toutes sections confondues, passa ensuite à dix durant les deux décennies suivantes. De sa création à 1947, l’école a formé au moins 110 ingénieurs égyptiens ; un quart d’entre eux était dans la section bâtiment15.

Certains des élèves égyptiens ont connu des carrières prestigieuses. C’est le cas de Mustapha pacha Fahmy (1886-1972), l’un des premiers à accéder à l’enseignement de l’ESTP, dont il sort diplômé en 1912. Il mène une belle carrière dans la haute fonction publique, jusqu’à un portefeuille de ministre des Travaux publics en 1949. Il cumule une charge de cours en architecture à l’École polytechnique de l’université du Caire à partir de 1923 avec la fonction d’architecte en chef des palais royaux. Il œuvre largement à lier la profession naissante des architectes en Égypte aux réseaux professionnels internationaux, par le biais des Réunions internationales d’architecture auxquelles il participe à partir de 1933, puis par l’intermédiaire de l’Union internationale des architectes, où l’Égypte représente au départ l’ensemble du Moyen-Orient16. À défaut d’avoir beaucoup construit lui-même, il a exercé un magistère décisif auprès de ses jeunes confrères. C’est par son entremise qu’un dispositif de bourses pour aller compléter ses études à l’étranger a été mis en place au sein du ministère égyptien des Travaux publics dès les années 1920 – une trentaine de ses fonctionnaires-architectes ont bénéficié du dispositif, dont l’un diplômé de l’ESTP (Husayn Chafei, 1930-1933)17.

Fig. 3. Immeuble de Société anonyme égyptienne, financière et immobilière, construit à Garden City, au Caire, Raymond Antonious arch. Al-‘Imâra, 1940, vol. 2, n° 5 et 6, p. 304.

D’autres ingénieurs-bâtiment issus de l’école Eyrolles ont connu des carrières plus classiques de constructeurs. Raymond Antonious, d’origine palestinienne, est de ceux-là. Diplômé en 1931, Antonious reçoit de nombreuses commandes privées de petits collectifs ou d’habitations individuelles, dont on trouve moult exemples dans les pages de la revue Al-‘Imâra, la première revue de langue arabe publiée au Caire entre 1939 et 195918. Édouard Zaloum (diplômé en 1933) a un profil similaire.

Les architectes ESTP s’illustrent enfin sur les bords du canal de Suez. C’est le cas d’Élie Cohen (1930), mais surtout d’Henri R auby (1923), à l’origine vraisemblablement du tournant Art déco de l’architecture patronale de la Compagnie du canal de Suez entre 1927 et 1950. Fils d’entrepreneur, Rauby (1901- après 1965) entre en 1927 au bureau d’architecture de la Compagnie comme dessinateur temporaire pour assister l’architecte Paul Albert sur le projet de Maison de ville de Port-Fouad ; il est engagé comme agent technique stagiaire le 1er janvier 1929. Il prend la tête du service après la seconde guerre mondiale. Sous la signature d’Albert, Rauby travaille avant guerre sur de nombreux projets de facture Art déco, dont le dispensaire de Port-Saïd (1931), l’école des Frères des écoles chrétiennes de Port-Tawfiq (1934), les bains de Port-Saïd (1933). Après la guerre, il signe sous son nom des programmes de logement (1947-1949) dans les trois villes, le centre médical d’Ismaïlia (1950-1951) ainsi que le pavillon des Contagieux de l’hôpital Saint-Vincent (1949)19. Contrairement à Albert dont la carrière s’est entièrement déroulée au sein du bureau d’architecture20, Rauby cumule son activité salariée avec un exercice libéral de la profession21 et avec une activité d’architecte-conseil du Domaine commun de Port-Fouad. Enfin, il est chargé de réaliser le nouveau pavillon de chirurgie de l’hôpital d’Ismaïlia (1938-1951), dont un premier avant-projet de Paul Nelson avait été rejeté par la direction de la Compagnie du canal de Suez comme étant trop avant-gardiste22. Rauby est chargé de le reprendre et de le ramener à une formulation plus conventionnelle.

C’est sans doute cela que l’on apprenait à Cachan : savoir fabriquer, à coût maîtrisé et sous toutes latitudes, une modernité de bon aloi. Un « style ESTP » a ainsi essaimé à travers le monde, de l’Argentine au Vietnam, en territoire colonial ou pas ; sa diffusion internationale incite à repenser ce que l’architecture doit, au-delà de son contexte politique, aux années de formation de ses concepteurs.


Annexe 1 :
Diplômés de la filière bâtiment de l’ESTP entre 1912 et 1938 natifs ou actifs en Égypte

1912 Mustapha bey Fahmy
1920 Joseph Massara
1923 Henri Rauby
1924 Gerasime Galiunghi
1925 Charles Ayrout / Joseph Shama

1926 Hassan Kamel Sabry
1927 Léon Barcelon / Alexandre Mabro
1928 Victor Hasson
1929 Nicolas Bestavros
1930 J.-M. Massara
1930 Élie Cohen
1931 Raymond Antonious / Antoine Zacaropoulos
1932 Orlando Coen / Hussein Chafei / Edgard Harari / Nubar Enokian / Apostolos Lazarides
1933 Joseph Rabbat / Max Ayrout / Édouard Zaloum
1934 Élie Ansara
1935 William Orfali
1937 Loutfallah Finai
1938 Khalil Abdel Moneim Hafez


Notes

1 Pierre Vago, « Réglementation du titre de la profession d’architecte », L’Architecture d’aujourd’hui, vol. 8, n° 2, février 1937, p. 4-8.
2 Notice de présentation du fonds 122J aux archives départementales (AD) du Val-de-Marne.
3 “Léon Eyrolles and his superior school”, in Claude Brezinski, Dominique Tournès, André-Louis Cholesky: Mathematician, Topographer and Army Officer, Cham, Birkhäuser, 2014, p. 139-151.
4 AD Val-de-Marne : 122J 57, AD48191 D1.
5 AD Val-de-Marne : 122J 57, lettres A, B, C.

6 Biographies proposées dans l’exposition « Tel-Aviv, la ville blanche », Cité des arts, Paris (16 octobre-15 novembre 2009) ; cf. son catalgoue : Nitza Metzger-Szmuk, Des maisons sur le sable : Tel-Aviv, mouvement moderne et esprit Bauhaus, Paris, L’Éclat, 2004.
7 Tel Aviv. Neues Bauen 1930-1939, catalogue de l’exposition éponyme (photographies d’Irmel Kamp-Bandau), Institut für Auslandsbeziehungen, Stuttgart (9 juin-25 juillet 1993), Tübingen, Wasmuth, 1993.
8 C’est-à-dire originaire de Qena en Haute-Ėgypte.
9 Mercedes Volait, « Un ensemble urbain Art déco en Égypte : Héliopolis, banlieue du Caire », dans Antonio Bravo Nieto (dir.), Arquitecturas Art Déco en el Mediterraneo, Barcelone, Bellaterra, 2008, p. 233-254.
10 Archives nationales (AN) : AJ52 482, Section d’architecture : concours d’admission en seconde classe (1918-1928) et AJ52 725, Procès-verbaux des jugements de concours de la section architecture (17 mars 1925-28 juin 1927).
11 AN : AJ52 729, Procès-verbaux des jugements de concours de la section architecture (15 février 1934-13 février 1936) ; Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts : [www.purl.org/inha/agorha/002/86452].
12 Lettre de Léon Eyrolles au directeur du collège datée du 28 décembre 1927, reproduite dans Le Collège Saint-Marc des frères des écoles chrétiennes à Alexandrie, Paris, 1929, p. 19.
13 Livre du centenaire du collège Saint-Marc (1847-1947) 14 Le Collège Saint-Marc, Paris, 1929, p. 19.
15 Décompte effectué à partir de l’Annuaire de l’Association amicale des anciens élèves de l’École spéciale des travaux publics, édition de 1947, à laquelle tous les diplômés n’étaient toutefois pas nécessairement affiliés.
16 Albert Laprade, « Les RIA, précurseurs des UIA », L’Architecture d’aujourd’hui, vol. XXXV, n° 113/114, avril/mai 1964, p. 38-39 ; Mercedes Volait, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950). Genèse et essor d’une expertise locale, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005, p. 291-293, p. 418.
17 Ibid., p. 277-280.
18 Une version numérique de la revue est consultable à l’adresse : [listview.lib.harvard.edu/lists/drs-17512206].
19 Claudine Piaton, « Architecture patronale dans l’isthme de Suez (1859-1956) », Annales islamologiques, vol. 50 (à paraître).
20 N’étant pas architecte diplômé, il pouvait d’ailleurs difficilement exercer en dehors de la Compagnie.
21 En 1965, Rauby dresse la liste de ses réalisations en Égypte : école grecque du Caire, villas à Garden City au Caire, immeubles de rapport et villas pour le compte de la Sudan Building & Agricultural Co, collège des Frères de Ploërmel à Ismaïlia, etc. Archives nationales du monde du travail : CUCMS 2000 038 0130.
22 Olivier Cinqualbre, « La pavillon de chirurgie de l’hôpital d’Ismaïlia : chronique d’une modernité refusée », dans Claudine Piaton (éd.), L’Isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1958-1956), Le Caire, IFAO, 2016, p. 137-158.

[sommaire]