L’École d’architecture de l’Université de Sheffield

Sur la chaude recommandation d’Andrew Saint, nous avions sollicité Peter Blundell Jones (1949-2016), professeur à l’Ecole d’architecture de Sheffield, lorsque nous avons lancé ce programme de recherches. Il avait accepté avec enthousiasme et se trouvait parmi nous les 19 et 20 février 2016, pour la première de nos manifestations. Il n’avait pu intervenir et nous pensions le solliciter pour le séminaire suivant. Son décès brutal nous en a empêché. Aussi, avons nous souhaité lui rendre hommage en traduisant un extrait de l’histoire qu’il a consacrée à l’École dans laquelle il enseignait. Nous remercions tous ceux qui nous ont permis de le publier, et tout particulièrement sa femme.


Peter Blundell Jones

Traduction Jean-François Allain


L’école d’architecture de Sheffield ouvre ses portes en janvier 1908 avec quatre étudiants à plein temps et trois étudiants en cours du soir ; trois mois plus tard, les effectifs sont respectivement de six et sept étudiants1. L’architecture n’est pas le seul sujet enseigné : le programme de première année comprend des cours d’anglais, d’histoire, de mathématiques et de physique-chimie. Pour ce qui est de l’architecture à proprement parler, l’enseignement porte surtout sur les compétences en dessin (dessin à main levée, reproduction précise d’ornements en ronde-bosse), mais aussi sur l’histoire de l’Antiquité. La deuxième année, le cours d’histoire comprend une initiation à l’architecture médiévale et Renaissance en Europe, à quoi s’ajoutent l’étude des ordres architecturaux et le dessin technique, et de nombreux sujets plus spécialisés sur les structures, les questions sanitaires, la mécanique et la chimie des matériaux. Le cursus prévoit des visites sur des chantiers, la réalisation de dessins cotés et de plans d’exécution, mais il n’est fait aucune mention de conception de projets. En troisième année, l’enseignement approfondit les sujets techniques et accorde une plus grande place à l’histoire, vingt-huit cours étant consacrés à l’architecture anglaise des époques romane, gothique et Renaissance, et vingt-huit autres à « l’évolution des traits architecturaux » : le plan d’un temple, la voûte et le dôme, les structures et les ouvertures, les ornements et la sculpture. La conception architecturale fait son apparition avec la création d’un « projet domestique » et d’un « projet théorique », mais, même à ce niveau, elle n’occupe pas une place très importante. Un « enseignement spécial » est proposé aux étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études en quatrième année et tenter les examens du Royal Institute of British Architects (RIBA). Cet enseignement réserve davantage de poids aux projets, qui font l’objet de « commentaires écrits » par les enseignants2.

L’enseignement général pour la préparation au diplôme et les enseignements techniques sont assurés par d’autres départements de l’université, ce qui permet à la nouvelle école de rester de dimensions modestes et de limiter ses effectifs d’enseignants. Selon le prospectus de présentation de l’école :

L’enseignant est assisté dans son travail et dans son suivi des étudiants par d’éminents membres de la profession architecturale de la ville ; d’autres cours sont assurés par des membres du corps enseignant de la faculté des arts, des sciences pures, des sciences appliquées et des écoles d’art techniques3.

Edward Mitchel Gibbs4 (1847-1935) garantit personnellement l’achat de livres à hauteur de 40 livres sterling. Dans un premier temps, le RIBA mandate comme membres du conseil d’administration Aston Webb et Halsey Ricardo, deux personnalités de stature nationale5. En 1910, les étudiants sont dispensés de l’examen intermédiaire du RIBA et le cursus est agréé comme offrant « des bases complètes en connaissances architecturales6 ». À la fin de la première année, la Sheffield Society of Architects éponge un déficit de 138 livres et, l’année suivante, la dette est même un peu plus faible mais, quand éclate la première guerre mondiale, cette société subventionne encore l’école à hauteur de 25 livres par an. On sait très peu de chose sur les idées de William Sydney Purchon (1879-1942), le premier enseignant de l’école, mais il semble qu’il ait été un sympathisant du mouvement Arts and Crafts.

De toute évidence, Purchon connaissait bien le travail de George Devey7 (1820-1886) – le maître de C.F.A. Voysey –, qui était pour lui « un artiste jusqu’au bout des ongles, totalement dédié à son travail » et dont il fait le pionnier du « nouveau mouvement » :

1. George Devey, un pavillon à l’encre. On relève le goût de Devey pour l’architecture vernaculaire et pour l’irrégularité des masses (Dessin de la collection Devey, University Library).

L’architecture en Angleterre était d’une froideur classique ou d’un style gothique tout aussi froid. […] Devey a aimé l’architecture du Moyen Âge mais il a été l’un des premiers architectes du XIXe siècle à percevoir le charme de nos bâtisseurs du début de la Renaissance et à comprendre qu’un style plus libre était peut-être mieux adapté aux exigences de l’époque que des copies du grec ou du gothique. […] C’était aussi un amoureux des charmants cottages de nos villages anglais […] et un maître pour créer des maisons de campagne qui s’harmonisent si bien avec leur environnement qu’elles ont souvent été dessinées et photographiées8. (fig.1)

Purchon reçoit de l’aide de divers côtés. Le prospectus de l’école signale la présence d’un enseignant adjoint, James Miller, entre 1910 et 1912, et de John Mansell Jenkinson (directeur de l’entreprise Hemsoll) entre 1912 et 1916. Les deux hommes interviennent probablement à temps partiel, mais on ne connaît pas le contenu de leur enseignement. A.C.C. Jahn et le personnel de la Technical School of Art enseignent l’ornementation architecturale, Gibbs assure des cours du soir en conception de projets, et les cours d’histoire sont partagés entre plusieurs personnalités locales : Henry Leslie Paterson (de l’entreprise Hemsoll) pour l’architecture italienne, John Brightmore Mitchell-Withers et Charles Frederick Innocent pour l’architecture anglaise. Ce dernier est le fils de Charles J. Innocent, architecte de plusieurs écoles à Sheffield9 et auteur de The Development of English Building Construction, publié en 1916. Cet ouvrage marquant sur l’architecture vernaculaire comprend des illustrations d’anciens bâtiments de la région de Sheffield, et notamment de maisons à ossature bois et à charpente traditionnelle10.

À ses débuts, l’école fait partie de la faculté des sciences appliquées mais, en 1911-1912, elle est rattachée à celle des beaux-arts pour pouvoir proposer un cursus de cinq ans conduisant à une maîtrise en arts. En première année, elle ajoute donc des cours dans des matières artistiques, le contenu architectural lui-même se réduisant à trois heures de cours magistraux et à trois heures de travaux pratiques par semaine. En 1914, deux étudiants de Sheffield (fils de grands chefs d’entreprise de la ville) obtiennent des mentions sur les cinq qui sont attribuées au niveau national : Henry Gibbs11 (fils d’Edward Gibbs) et Herbert Leighton. En 1915, le second est immédiatement engagé dans l’école comme chargé de cours à temps partiel ; plus tard, il enseignera les techniques de construction et restera dans le corps enseignant jusqu’à sa retraite en 1960. Mais l’étudiant le plus remarquable à l’époque est Charles Herbert Aslin, qui termine ses études au début de la première guerre mondiale et enseigne dans les années 1920. Il sera l’architecte du comté de Hertfordshire et l’instigateur du mouvement des écoles du Hertfordshire12. Il sera également le premier diplômé de l’école à occuper, entre 1954 et 1956, les fonctions de président du RIBA.

Malgré les efforts constant de Purchon et de ses assistants pour développer l’école, la guerre fait sentir ses effets : les effectifs diminuent et le département est même temporairement fermé13. L’idée d’ajouter un département d’urbanisme en faisant appel à l’artiste William Rothenstein (devenu professeur de monuments publics en 1917) tombe à l’eau quand ce dernier est nommé directeur du Royal College of Art à Londres en 192014. Durant la guerre, Purchon travaille pour l’entreprise sidérurgique Firth : il conçoit des laboratoires et des cantines, et un portail d’usine que l’on peut encore voir dans Savile Street East, mais, en 1919-1920, il n’enseigne toujours qu’à mi-temps, et les procès-verbaux du conseil d’université montrent qu’il réclame une rémunération d’au moins 500 livres par an. N’ayant pas eu gain de cause, il cherche à entrer dans le privé, mais la Sheffield Society of Architects proteste, arguant que « les professeurs et enseignants de l’université ne peuvent pas faire concurrence aux professionnels en pratique libérale15 », même pour de petites missions. Purchon quitte l’école en 1920, provoquant une crise dont l’établissement aura du mal à se relever. Il sera nommé directeur de la Welsh School à Cardiff16, où il restera jusqu’à sa mort en 1942. Il est responsable éditorial de l’édition révisée de Architecture de Lethaby, et il écrit pour The Architectural Review de février 1923 une critique sur le Museum of Wales nouvellement ouvert, construit par Smith et Brewer.


Les perturbations des années 1920

La démission de Purchon laisse un vide et l’école menace de fermer. Il est envisagé alors de la rattacher au College of Art. Puis, Radford Smith est nommé enseignant, pour 500 livres par an, et la règle concernant la pratique libérale est légèrement assouplie : elle permet désormais de travailler dans le privé jusqu’à hauteur de 4 000 livres mais précise toutefois qu’un enseignant qui démissionne ne peut pas pratiquer durant trois ans dans un rayon de cinquante kilomètres autour de Sheffield. Lors de la cérémonie qui marque la fin de l’année 1921, le prix du meilleur carnet de croquis est attribué à Monica Davies, qui deviendra la première femme membre de la Sheffield Society of Architects. Le descriptif des enseignements est réécrit de manière plus concise et efficace, mais il n’est toujours pas question de conception de projets la première année. Pour la seconde année en revanche :

La conception architecturale, basée sur les grandes périodes historiques, repose sur les principes de la composition tels qu’ils sont enseignés en cours. Ce travail porte d’abord sur les éléments des bâtiments ; plus tard, si l’étudiant fait preuve des aptitudes nécessaires, il peut être autorisé à travailler sur la conception d’un bâtiment entier17.

Smith quitte l’école au bout de deux ans seulement et cède la place à C.D. Carus-Wilson (architecte du mémorial de guerre de Sheffield), qui lui-même ne restera qu’un an18. Puis, St John Harrison est nommé pour un an, pour une rémunération annuelle de 400 livres. Herbert Leighton enseigne toujours à temps partiel et, en 1926, il est chargé de réaménager la bibliothèque. Wigfull et Paterson continuent d’intervenir dans les cours du soir, mais l’école n’arrive pas à recruter de nouveaux étudiants. En 1926, elle n’en compte que quatre, contre quarante-cinq en moyenne dans les écoles en dehors de Londres19. La Society of Architects soutient l’école durant cette période difficile et Edward Gibbs, son initiateur toujours personnellement impliqué, garantit même un apport de 500 livres. Mais durant trois années consécutives (de 1925 à 1927), le prospectus de l’école avertit que les enseignements sont « provisoires et susceptibles d’être modifiés ou annulés sans préavis ». Il est évident que l’école risque de disparaître si elle ne trouve pas à s’appuyer sur une base plus solide20.


Stephen Welsh et Liverpool

2. L’école de Sheffield dans ses premiers locaux ; la pièce en galerie dans la tour de Firth Court (Sheffield University Archives).

Prenant les choses en main, l’université réorganise l’atelier de l’école, porte sa capacité à vingt-huit places de dessin au lieu de dix-huit (fig. 2) et diffuse un nouveau prospectus pour attirer des étudiants, notamment des femmes. Dorothy Bennett est nommée directrice d’études en charge des étudiantes. Cependant, le changement le plus important réside dans la nomination d’un nouvel enseignant principal, jeune, énergique et talentueux : Stephen Welsh (1872-1976). La Society of Architects, qui continue de subventionner l’école à hauteur de 80 livres par an, assouplit ses restrictions au droit de pratiquer en libéral21, mais ses craintes se révéleront finalement sans fondement car, en dépit d’une carrière académique longue et réussie, et bien que nommé premier titulaire de la chaire d’architecture en 1948, Welsh a finalement peu construit, consacrant le plus clair de son énergie à l’école22.

Né en 1892 à Forfar, en Écosse, Welsh est le fils d’un enseignant de menuiserie. Il quitte l’école assez tôt pour travailler dans une agence d’architectes à Forfar, puis à Glasgow, avant de servir dans l’armée durant la première guerre mondiale. Blessé en 1918, il se rétablit et s’inscrit à la Liverpool School of Architecture, où il se révèle brillant23. Fondé en 1895 et dirigé dès le début par un professeur, cet établissement comptait plus de trente étudiants au tournant du siècle et a dispensé le premier enseignement agréé par le RIBA en Grande-Bretagne24. Entre 1904 et 1933, son directeur est Charles Reilly, éminente personnalité de l’enseignement de l’architecture et grand défenseur du système français des beaux-arts. En 1911, un différend surgit d’ailleurs au sein du conseil de l’éducation du RIBA entre Reilly et W.R. Lethaby, adepte d’une éducation fondée sur le mouvement Arts and Crafts. Pour ce dernier, les architectes doivent se salir les mains, participer à des formations pratiques avec des maçons et des plombiers, s’intéresser au travail d’ingénieur avec des ingénieurs, tandis que le style de l’ouvrage doit rester libre, émergeant en quelque sorte du processus. Reilly, au contraire, est partisan de « la grande manière » ; il veut défendre le « goût » et estime que la meilleure façon d’assurer la qualité de la construction est d’enseigner la composition25. Plus tard, un ouvrage consacré à l’école de Liverpool en résumera les principes en parlant de « composition abstraite inspirée par des références culturelles ». Il semble aussi que l’on y privilégie une tendance au « monumental », comme on le remarque dans le travail de certains étudiants :

Nous devons donner à nos bâtiments l’apparence qu’ils ne sont pas habités par des mortels ordinaires mais par une race plus oisive ayant des corps légèrement plus grands et des perceptions plus raffinées que les nôtres26.

Dans un ouvrage qu’il publie en 1924, intitulé Some Architectural Problems of Today, Reilly ne doute pas de son rôle de garant du goût public et de défenseur d’une certaine norme esthétique. C’est un brillant dessinateur, enfermé dans ses préjugés classiques, qui s’accroche aux vertus du XVIIIe siècle et s’appuie sur les ordres architecturaux. Il accorde une grande importance à la façade et à l’aspect extérieur des bâtiments publics. Pour lui, le modèle du bon goût architectural est Somerset House à Londres ; Lutyens et Burnet sont ses héros et les bâtiments de l’American Bank des exemples à suivre, tandis qu’il méprise Norman Shaw, Ruskin et le renouveau gothique. L’architecture Arts and Crafts est bonne pour la campagne ; elle est révélatrice d’un « individualisme excessif27 ». L’école de Liverpool a produit en moyenne quatre boursiers pour Rome chaque année, Welsh ayant été l’un d’eux en 192228. Edwin Lutyens et Giles Gilbert Scott sont nommés l’un et l’autre docteurs honoris causa de Liverpool dans les années 1920, et Maxwell Fry, William Holford et William Crabtree, l’architecte de cet important bâtiment moderne qu’est le grand magasin Peter Jones à Londres, figurent parmi les étudiants à l’époque. Un livre consacré à l’école, paru en 1932, qualifie la démarche de Reilly de « modernisme ayant des ancêtres29 ». Stephen Welsh y enseigne une fois diplômé, peut-être après avoir exposé à Sheffield, en 1923, les dessins qu’il avait exécutés durant sa bourse à Rome. Quand il prend officiellement ses nouvelles fonctions à Sheffield, en octobre 1928, il définit sa position dans la présentation de l’école de 1928-1929 en rappelant l’évolution des écoles d’architecture. Il souligne, en particulier, la nécessité de les défendre contre le système des stages, peut-être en réaction à la conférence que le RIBA avait organisée en 1924 sur l’éducation architecturale30. Welsh explique :

Aucune agence privée, quelle que soit l’étendue de sa pratique, ne peut donner à un étudiant une perspective suffisamment large […] En abandonnant [le système des stages] et en se tournant vers les écoles d’architecture, où les étudiants se consacrent totalement à leurs études et rivalisent chaque jour les uns avec les autres, la profession architecturale […] ne fait que suivre la pratique d’autres pays […] comme la France et les États-Unis31.

Welsh concède modestement que « la méthode d’enseignement repose sur celle des grands centres d’enseignement de l’architecture » (c’est-à-dire Liverpool), puis donne des détails sur le cursus. La première année, le travail en atelier commence par « les ordres classiques […] étudiés et dessinés en référence à leur application à la construction ». On y étudie également la construction, la géométrie descriptive, les techniques de présentation et « le dessin à main levée d’après moulage », tandis que le « côté historique » est enseigné dans des cours magistraux. La deuxième année, « l’enseignement de la décoration et de la construction repose sur les styles historiques afin d’établir une “norme de valeurs” […] et une harmonie des proportions ». Le travail du dessin est approfondi dans des études et des plans de bâtiments existants. Les cours d’histoire se poursuivent. La troisième année, l’étudiant est enfin autorisé à « concevoir des projets selon son imagination ». Les questions d’urbanisme et d’insertion dans le bâti existant sont également abordées, de même que la composition et les propriétés des matériaux ; dans l’atelier, les étudiants travaillent sur le mobilier et la décoration. Au cours de la quatrième et de la cinquième année, l’étudiant peut se spécialiser en conception de projets ou en réalisation d’ouvrages : « Dans la conception de projets, l’accent est mis sur la planification logique comme base d’une bonne architecture, et les problèmes abordés sont vastes et complexes. » Après avoir résumé l’ensemble du cursus, Welsh souligne que « l’esquisse et la mesure de bâtiments existants, reconnus pour leur intérêt et leurs qualités, » conduisent à soumettre, pour l’examen de troisième année, des dessins cotés32.


Le travail des étudiants à partir des années 1920

3, 4. Une piscine de plein air et un portail respectivement sur des thèmes classiques et gothiques, études d’étudiants de 2e  année, publiées dans la brochure annuelle de l’Université de 1928-1929 (Sheffield University Archives).

À la fin du prospectus, quatre planches présentent huit dessins soigneusement choisis parmi ceux des années précédentes (fig. 3, 4) […]. En 1928, on aurait pu s’attendre à voir apparaître un style pré-moderne, mais les dessins restent révélateurs d’une époque qui a connu depuis de profonds changements. Le plus frappant peut-être est l’importance accordée au dessin, comme compétence et comme produit fini, exécuté sur du papier quadrillé à la mine de plomb ou à l’encre avec lavis de couleur. Ces dessins sont impressionnants à la fois par l’efficacité de leur présentation et par le fait que le bâtiment ainsi présenté est séparé de tout contexte : il est simplement posé sur la page, dans sa symétrie et avec tout son système d’axes, sans qu’il soit question d’insertion dans un environnement. Un autre élément qui frappe aujourd’hui est la place accordée aux ordres classiques, aux moulages de détails et aux bâtiments canoniques. Cette conception de l’enseignement, qui associe une grande maîtrise graphique et une vision claire de ce qui constitue une bonne architecture, s’appuie sur des livres comme celui de Banister Fletcher33, qui perpétue une notion très forte de ce qu’est un style « correct ».

Pour sa présentation, Welsh est naturellement obligé de choisir des exemples de travaux réalisés dans l’école avant qu’il n’en ait pris la direction, et il peut difficilement remettre en question les normes établies et notamment les références aux modèles classiques. Cependant, dans son rapport à la Sheffield Society of Architects, il s’efforce de défendre une attitude plus libérale :

Si la formation cherche à familiariser l’étudiant avec ce qui s’est fait de mieux à toutes les époques et d’en tirer les enseignements, elle ne cherche pas à le limiter dans son travail personnel à une « manière » en particulier ni à une période quelconque de l’architecture. Elle cherche plutôt à ce qu’il développe un raisonnement logique qui lui soit propre et une capacité à trouver des solutions aux problèmes architecturaux d’aujourd’hui34.

Welsh met toute son énergie dans ce programme et continue d’imprimer sa marque. En mai 1929, il demande des financements – qu’il obtient – pour engager des assistants, acheter des livres et des diapositives. Les effectifs augmentent, si bien qu’en 1931 la Sheffield Society of Architects peut réduire sa subvention de 80 à 50 livres. La réputation de l’école grandit. En 1929, un de ses étudiants, F.W. Wright, remporte une bourse du RIBA et, en 1930, Welsh crée une section Junior de la Society of Architects à laquelle les étudiants peuvent adhérer. En 1932, il « modernise » la bibliothèque, éliminant ou vendant les ouvrages qu’il juge périmés et, en décembre 1933, il obtient que les étudiants de l’école soient dispensés de passer les examens de dernière année du RIBA35. En 1936, la Society of Architects crée son propre prix de Rome, dont le premier est attribué à J.M.M. Jenkinson, fils du John Mansell Jenkinson qui avait enseigné dans les premiers temps de l’école. Même ainsi, l’établissement demeure toutefois modeste : jusqu’en 1940, il ne dépassera jamais les cinquante étudiants au total, alors que l’école de médecine de Sheffield en compte déjà plus de deux cents36. En outre, son recrutement reste local, comme on le voit dans les noms récurrents des dynasties architecturales de la ville. Le prospectus de 1928-1929 indique que « les étudiants font leur stage à Sheffield, Chesterfield, Doncaster, Rotherham et Barnsley ».


Les travaux des étudiants dans les années 1930 : Daykin

5. Porche pour une église italienne, dessin d’Alec Daykin à l’époque où il était étudiant de 4e année, en 1938-1939 (collection Alec Daykin).

6. Café-restaurant de bord de mer, perspective d’Alec Daykin à l’époque où il était étudiant de 3e année, non daté. Bâtiment moderniste blanc avec toits plats et hublots à la manière d’Emberton (collection Alec Daykin).

Un témoin de cette époque est Alec Daykin, étudiant de l’école entre 1933 et 1939, qui, après avoir fait la guerre et exercé brièvement l’architecture, devient membre du corps enseignant en 1947. Il y restera jusqu’à sa retraite en 1989. En dehors de sa carrière d’enseignant, il se fait connaître comme créateur de décors de théâtre37 et il transformera plus tard le Drama Studio. Il a également été architecte sur un site de fouilles archéologiques avec Colin Renfrew. Il fera don à l’école des travaux qu’il a réalisés quand il était étudiant, à savoir une série de trente-six dessins qui témoignent de toute la diversité des projets entrepris à l’époque38. […] L’apprentissage obligatoire des ordres et des détails stylistiques en première année s’exprime dans le recours fréquent à des thèmes méditerranéens, avec un musée en Grèce la deuxième année, des perspectives de scènes italiennes et égyptiennes et la conception d’un porche pour une église italienne en quatrième année, autant de projets qui exigent une connaissance détaillée de l’histoire de l’architecture et des compétences développées en composition (fig. 5). Le modernisme fait son apparition à travers les exercices pour certains projets (fig. 6) […] Cependant, ce ne sont que des expériences stylistiques qui ne s’appuient pas sur une tectonique moderniste. Selon Daykin, Welsh ne s’intéressait pas à Le Corbusier et, en profondeur, le style de ses élèves reflète plutôt le sobre goût néo-géorgien de Welsh, tel qu’il s’exprime avec force dans son bâtiment pour l’Association des étudiants, de 193639. […] Les projets, magnifiquement présentés en plan, en coupe, en élévation et en perspective, étaient précis et complets, et apparemment réalisables. Cependant, les détails se concentraient sur les seuls éléments visibles, ce qui veut dire que les constructeurs pouvaient décider de ce qui se trouvait sous le crépi. Les ornements stylistiques étaient développés avec cohérence et clarté. La planification était relativement peu aventureuse : elle suivait la méthode axiale des beaux-arts, peu portée sur l’asymétrie. Les sites étaient souvent imaginaires et les programmes prescrits40, s’accompagnent constamment de petits plans de situation concoctés par Welsh, n’indiquant que les environs immédiats. Les jardins étaient dessinés dans des tons délicats de vert pour compléter les bâtiments mais, même dans des situations urbaines difficiles, les structures avoisinantes n’étaient guère prises en compte dans les élévations. Certains dessins étaient exécutés en un temps limité, à la manière des beaux-arts […].


Les changements après la guerre

7. Le nouvel atelier d’architecture dans l’ancienne « école du dimanche » ; là encore, la pièce dispose d’une galerie (Sheffield University Archives).

Le prospectus de 1939 indique que Stephen Welsh est enseignant et chef du département et qu’il est assisté de deux enseignants à plein temps, de deux instructeurs de dessin et de deux autres personnes enseignant les techniques de construction, le plus ancien étant un ex-étudiant, Herbert Leighton. En outre, des cours sont ponctuellement assurés pour des matières comme la résistance des matériaux, les propriétés de l’argile et du verre, les relevés topographiques, l’acoustique et l’éclairage. En 1938-1939 et en 1939-1940, dix étudiants passent l’examen intermédiaire ; sept et huit se présentent respectivement à l’examen final. Sur ce total de trente-cinq, on compte cinq femmes (14%). En 1940, on compte au total quarante-six étudiants en architecture contre quarante en 193841, ce qui, avec un corps enseignant de sept personnes à plein temps, donne un ratio enseignants/étudiants de 1 pour 6,5. Après 1945, le retour en masse des anciens combattants et le développement de l’éducation se ressentent fortement à Sheffield, où le nombre d’étudiants en architecture passe à cent soixante-quatorze en 195042. Les effectifs d’enseignants augmentent en conséquence : en 1947, le nombre d’enseignants à plein temps, désormais considérés comme des chargés de cours, est passé de deux à six, sans compter quatre personnes enseignant le dessin et la construction, et quand Welsh est promu titulaire de la première chaire d’architecture l’année suivante, il est de huit. En 1950, le ratio enseignants/étudiants est de 1 pour 12,5. Le nombre d’enseignants demeurera plus ou moins constant jusqu’à la retraite de Welsh en 1957. Cependant, l’école emménage dans de nouveaux locaux, à savoir une ancienne « école du dimanche » désaffectée située sur la Shearwood Road, près de l’église qui accueille aujourd’hui l’atelier de théâtre de l’université. Le département d‘architecture partage d’abord ce labyrinthe de petites pièces, regroupées autour de deux petits halls, avec des étudiants en médecine légale et, partiellement, en géographie ; en 1954, toutefois, le département d’architecture étend son espace43. La bibliothèque se situe au sous-sol. Curieusement, le principal espace d’enseignement est, une fois de plus, un atelier avec lumière zénithale entouré d’une galerie depuis laquelle le professeur Welsh peut suivre ce qui se passe et donner ses instructions44 (fig. 7).


Les travaux des étudiants au début des années 1950

8. « Centre des relations industrielles » à Sheffield, entre West St et Division St », projet de diplôme de dernière année de David Allford, 1952 (collection David Allford).

Le diplôme de David Allford, qui deviendra plus tard partenaire principal dans l’agence YRM (Yorke, Rosenberg et Mardall), donne un aperçu du côté progressiste du travail réalisé à l’école immédiatement après la guerre. Ayant grandi à Sheffield, Allford avait choisi de travailler sur le thème des relations industrielles. Son projet, qui portait sur la conception d’un bâtiment complexe, permettait à l’étudiant de montrer sa capacité à résoudre des problèmes d’organisation et à articuler les différentes fonctions dans des blocs séparés, tout en laissant émerger la rationalité de l’ensemble de la construction. C’était aussi un projet d’orientation typiquement socialiste en ceci qu’il donnait aux syndicats la priorité sur les employeurs en les plaçant dans le corps principal du bâtiment, au-dessus de la salle de conférences. Le jeu très complet de dessins, sobrement exécutés en noir et blanc, reflète la dimension moderniste du thème (fig.8).

9. Détails d’un appareillage en pierre, dessin de Philip Toft à l’époque où il était étudiant de 1re année, 1954 (collection Philip Toft).

Les travaux des autres étudiants de l’école trouvent une bonne illustration dans le portfolio de Philip Toft, qui travaillera plus tard comme architecte de la ville, puis dans une agence. On y voit en effet ce qui se faisait au milieu des années 1950, c’est-à-dire pendant les dernières années du règne de Stephen Welsh. L’enseignement technique commence la première année avec des études minutieusement dessinées de liaisons en brique et de différents types d’appareillages en pierres, un type de construction traditionnel (fig. 9) […]. L’architecture moderniste est également à l’honneur (fig. 10).

10. Perspective pour un « Petit club d’aviron », dessin de Philip Toft à l’époque où il était étudiant de 2e année, avril 1956 (collection Philip Toft).

Les projets sont présentés en perspective, agrémentés de lavis à l’aquarelle, et une grande importance est accordée au lettrage, ce qui conduira Toft, plus tard dans sa vie, à poursuivre une activité parallèle dans ce domaine […].


Needham, Page et la science du bâtiment

Quand Welsh prend sa retraite en 1957, il y a vingt-neuf ans qu’il dirige l’école et neuf ans qu’il occupe la chaire. Le professeur qui lui succédera durant quatorze ans, John Needham (1909-1990), est un personnage plus calme et moins coloré. Né dans le Yorkshire et formé à Leeds, il s’installe à Dundee en 1938 pour prendre la direction de l’école d’architecture au College of Art, il est nommé au conseil d’éducation du RIBA en 1940. En 1950, il devient associé dans l’agence Gauldie, Hardie, Wright and Needham, à laquelle on doit, en 1955, le bâtiment du Guardian Royal Exchange à Dundee, tout en continuant à diriger l’école de Dundee. Son déménagement à Sheffield l’oblige à abandonner presque toute pratique libérale mais, au milieu des années 1960, il y conçoit néanmoins une église45. Il joue également un rôle dans la politique de protection de la ville, en devenant membre de la Sheffield Society of Architects46.

Le point fort de Needham semble avoir été ses compétences relationnelles et administratives. Il travaille beaucoup mais discrètement, assumant la responsabilité d’un immense chantier d’extension de l’école, qui conduit notamment à créer une faculté d’études architecturales. Il choisit avec intelligence les membres de son personnel, dont trois seront plus tard directeurs d’autres écoles d’architecture47. Les étudiants le trouvent souvent distant, mais il n’est pas pour autant inaccessible.

À l’époque de Needham, on observe une diminution de l’importance accordée au dessin coté et au lavis à l’aquarelle, considéré à l’époque comme relativement démodés. Les principes modernistes, qui gagnent du terrain, exigent une grande clarté dans la présentation, et, pour être diffusés dans des ouvrages ou des revues, les dessins doivent être très nets et totalement monochromes. Concrètement, ils sont destinés à la reprographie, procédé qui permet de réaliser les multiples copies nécessaires. La clarté étant essentielle, on utilise l’encre et le papier calque, changement qui apparaît avec évidence dans les travaux des étudiants de l’époque et dans le fait que le dessin, sous la direction de Needham, n’est plus une discipline à part confiée à des enseignants spécialisés ‑ alors qu’à l’époque de Welsh, ceux-ci constituaient près d’un tiers du corps enseignant ‑, étant intégré dans l’enseignement général du travail en atelier48.

Sous la direction de Needham, l’école accorde désormais une importance accrue aux aspects techniques. Les développements de la technologie et des matériaux, la nécessité de construire des bâtiments plus grands et mieux desservis par les réseaux, la croyance moderniste en la supériorité d’une production de masse de toute façon inévitable sont autant d’éléments qui conduisent à abandonner les méthodes artisanales anciennes, jugées trop lentes. Les architectes sont obsédés par ces nouvelles possibilités technologiques, qui se diffusent d’ailleurs dans la société tout entière. La science passionne, et, en 1958, la Conférence du RIBA à Oxford sur l’éducation architecturale cherche à rapprocher l’architecture des sciences physiques, mieux financées, et à sortir les départements d’architecture des écoles des beaux-arts pour les intégrer dans les universités ; de plus, on exige des étudiants qu’ils aient suivi une filière de mathématiques et de physique49.

À Sheffield, Stephen Welsh, conscient de la nécessité de créer une science du bâtiment, avait établi depuis longtemps déjà des collaborations avec les départements universitaires travaillant sur les propriétés du verre, de la terre et des métaux, mais on s’intéressait encore assez peu à l’insertion du bâti dans l’environnement. En 1960, l’université crée un département des sciences du bâtiment et fait venir de Liverpool John Page, un physicien formé à Cambridge, pour en prendre la direction et occuper la chaire nouvellement créée50. Apportant à Sheffield une expertise dans le domaine de l’insertion des bâtiments dans leur contexte environnemental et climatique, il lance plusieurs programmes de recherche sur le sujet et construit notamment un tunnel aérodynamique. Après la crise du pétrole de 1973, il fonde un groupe d’intérêt sur les questions énergétiques et le bâtiment, groupe toujours en activité, et applique la micro-informatique, alors en développement, à l’évaluation des paramètres climatiques. L’école de Sheffield se fait connaître pour ses compétences techniques. Page, qui siège dans de nombreux conseils d’administration et comités nationaux et internationaux, contribue à étendre l’influence et la réputation de l’université. Localement, il joue un rôle important en créant, en 1965, la faculté d’études architecturales de Sheffield, dont il sera le doyen à deux reprises, ainsi que deux nouveaux départements, consacrés à l’aménagement urbain et régional, et à l’architecture paysagère51.

Dans les années 1960 et 1970, plusieurs étudiants ont évoqué en termes élogieux l’enseignement de la science du bâtiment, qu’ils semblent avoir intégrée dans leurs projets si l’on en juge par la qualité de leurs dessins techniques. Anne Minors52, qui a fréquenté l’école entre 1973 et 1979, se souvient de l’enthousiasme de John Page et de l’influence qu’il a exercée, capable qu’il était d’aborder des questions telles que les ombres portées par les bâtiments ou la non-viabilité technique des toits plats53. Elle appréciait également Geoffrey Tattersall, un grand spécialiste du béton qui, plus que d’autres, a démontré la nécessité d’approfondir jusqu’au bout l’étude d’un sujet. Sur le plan national, il a joué un rôle majeur dans la mise au point de tests d’affaissement pour le béton.


Du local à l’international

L’école de Sheffield a été créée par des architectes locaux pour répondre à des besoins locaux, mais, après 1945, elle attire des étudiants venus d’horizons divers qui, une fois formés, repartent dans d’autres régions du pays, voire à l’étranger. Dès les années 1950, l’école compte des étudiants africains et malaisiens, et le premier diplômé malaisien, Ikmal Hisham Albakri (1930-2006), est devenu dans son pays directeur d’une des principales agences d’architecture, Kumpulan Akitek, à laquelle on doit la Bibliothèque nationale et le Centre des affaires de Putra, ainsi que de nombreux hôtels et autres bâtiments commerciaux. Premier président de l’Association des architectes malaisiens (PAM), Hisham Albakri participe aussi à des organisations internationales comme l’Union internationale des architectes (UIA). À la fin de sa vie, il est couvert d’honneurs, ayant notamment été nommé docteur honoris causa de Sheffield. Depuis, l’école a reçu de nombreux autres étudiants malaisiens.

11. Park Hill, grand ensemble conçu par le département municipal d’architecture ; présentation simplifiée parue dans Architectural Design en septembre 1961.

Jusqu’à la seconde guerre mondiale, le rôle naturel de l’école a surtout été de former des architectes pour la ville et la région, mais, par la suite, les commandes de grands bâtiments seront le plus souvent attribuées à des agences extérieures, généralement de Londres ou de Manchester. Cette tendance avait commencé avec le Town Hall (1890-1897) et le City Hall (1928-1932) de Sheffield, deux projets attribués à la suite de concours, et, après la guerre, même des bâtiments commerciaux ordinaires sont conçus par des agences qui ne sont pas implantées localement. Aucun cabinet d’architecture de Sheffield n’a les capacités de faire face à cette évolution, mais l’architecte de la ville, Lewis Womersley (en poste entre 1953 et 1963), se fait néanmoins une certaine réputation en construisant un grand nombre d’écoles et de bâtiments sociaux, très appréciés à l’époque54. Cependant, sa plus grande réussite se situe dans le secteur du logement : ville de production d’armements, fortement touchée par les bombardements, Sheffield devient après la guerre un lieu privilégié d’expérimentations, encouragées par une municipalité de gauche et bénéficiant de fonds publics. Dans les années 1950, la perspective de faire carrière dans des services municipaux de l’urbanisme est très attrayante pour un jeune architecte : c’est une façon d’associer la sécurité de l’emploi, le sens du service social et l’occasion de travailler sur de grands projets progressistes. Ces pionniers du modernisme se passionnent donc pour les techniques nouvelles des systèmes de construction et apprécient de faire partie d’une fraternité telle qu’elle a été idéalisée par Walter Gropius. Un grand ensemble comme Park Hill (1955-1961), longtemps resté l’un des meilleurs exemples d’immeubles en béton, situé dans un quartier aéré, est considéré comme une œuvre majeure du Nouveau Brutalisme55 (fig. 11).

L’ensemble est conçu par Jack Lynn et Ivor Smith, qui ont tous deux enseigné à temps partiel dans l’école de Sheffield. Un demi-siècle plus tard, à la suite de la période « de richesse privée et de misère publique56 », du démantèlement des collectivités locales par Margaret Thatcher et de l’évolution vers la privatisation, il devient difficile d’apprécier pleinement l’idéal d’État providence qui dominait à l’époque, ou de comprendre la fierté des premiers locataires de Park Hill, qui abandonnaient des taudis pour emménager dans des logements neufs.


Notes

1 Ce texte est extrait de Peter Blundel Jones, University of Sheffield. School of Architecture 1908-2008. A Centenary History, Sheffield, BDR Publications, 2008.
2 Voir le University Calendar, 1908-1909, p. 488-499. (L’école de Sheffield fait aussi l’objet d’un article dans The Builder du 30 juillet 1910, p. 119-120.)
3 Ibid.
4 Edward Mitchel Gibbs, qui travaillait dans un cabinet d’architecture et à qui l’on doit plusieurs bâtiments importants à Sheffield, s’est beaucoup investi dans les débuts de l’école. On trouvera une brève biographie du personnage dans The Sheffield University Magazine de juin 1938, vol. 1, n° 2, p. 85-89.
5 Aston Webb a été l’architecte de l’Arche de l’Amirauté à Londres et de la façade principale du Victoria and Albert Museum. Halsey Ricardo était une figure du mouvement Arts and Crafts, connu notamment pour une maison d’artiste d’inspiration byzantine (1905-1907) au 8, Addison Road, Kensington, Londres (maison qui apparaît souvent dans des films d’époque).
6 The Architect, 22 juillet 1910.
7 Grâce à Purchon, la bibliothèque de l’école a accueilli en 1914 tout un ensemble d’esquisses de George Devey : University of Sheffield Library Special Collections, MS 281.
8 W.S. Purchon, dans RIBA Journal, 5 décembre 1914.
9 Innocent et Brown ont conçu plus de pensionnats en dehors de Londres que quiconque.
10 C.F. Innocent, The Development of English Building Construction, Cambridge University Press Technical Series, Cambridge, 1916. L’ouvrage a été réédité dans les années 1990.
11 Henry Beckett Swift Gibbs, né en 1889, entre dans l’entreprise familiale en 1921.
12 Voir Andrew Saint, Towards a Social Architecture : The Role of School Building in Post-war England, New Haven, Yale University Press, New Haven et Londres, 1987, p. 62-63.
13 A.W. Chapman, The story of a modern university : a history of the University of Sheffield, Oxford University Press, 1955, p. 314.
14 William Rothenstein était ami de l’historien H.A.L. Fisher, président de l’université de 1913 à 1917 ; voir Helen Mathers, Steel City Scholars, Londres, James and James, 2005.
15 Roger H. Harper, The first hundred years of the Sheffield Society of Architects 1887-1987, publié par la Sheffield Society of Architects, 1987, p. 10-11.
16 Alors « Department of Architecture and Civic Design », qui faisait partie du Technical College.
17 University Calendar, 1925-1926, p. 146.
18 Charles Denny Carus-Wilson, né en 1886, a travaillé à Édimbourg entre 1928 et 1934 et enseigné au Edinburgh College of Art.
19 Roger H. Harper, 1987, p. 25.
20 Ibid., p. 24-25.
21 Ibid., p. 25.
22 Welsh a notamment construit la University Student Union (1935-1936) et a remporté un concours (sur 21 candidats) pour la Lower Shiregreen Church en 1932.
23 La source la plus détaillée sur sa biographie est la notice nécrologique de Roderick Urquhart, parue en avril 1987 dans le Yorkshire Architects.
24 Voir Architects’ Journal, 11 mai 1995, p. 60.
25 Dans sa thèse de doctorat intitulée « Architectural Education in Britain 1880-1914 » (Cambridge, 1982), Alan Powers cite des comptes rendus du conseil de l’éducation du RIBA de 1910-1913 qui font notamment état d’une réunion du 16 février 1911 au cours de laquelle Lethaby et Reilly ont exposé leurs divergences de points de vue.
26 Roger H. Harper, op. cit., qui cite les rapports de la Society of Architects de 1908-1909, p. 40.
27 Charles Reilly, Some architectural problems of today, Londres, Hodder et Stoughton, 1924.
28 Ibid., p. 61.
29 Ibid.
30 Voir « The Development of Architectural Education in the UK », Architects’ Journal, 9 octobre 1974, p. 874.
31 Prospectus, département de l’architecture, Université de Sheffield 1928-1929, p. 4-5.
32 Ibid., p. 6-7.
33 Sir Banister Fletcher (1866-1953), A history of architecture on the comparative method for students, craftsmen and amateurs ; publié pour la première fois en 1896, ce livre a connu une vingtaine d’éditions et de révisions chez divers éditeurs. Malgré ses limites, c’est un ouvrage de base sur le canon architectural traditionnel.
34 Roger H. Harper, op. cit., p. 25.
35 Ibid., p. 26.
36 Le graphique figurant dans A. W. Chapman, op. cit., p. 360, donne l’évolution des effectifs d’étudiants.
37 On lui doit en particulier les décors de la mascarade présentée à l’occasion du Jubilé de la Reine en octobre 1954, sur un scénario de William Empson. H. Mathers 2005, p. 167-169.
38 Essentiellement à l’encre et au lavis d’aquarelle sur de la toile Whatman tendue sur châssis ; certains dessins avaient été exécutés sur du lin, mais ils ont disparu il y a longtemps.
39 Entretiens de l’auteur avec Daykin, Retford, 27 juin 2006.
40 Les plus anciens que l’on ait trouvés datent de la fin des années 1940.
41 D’après les dossiers des examens de l’école.
42 Selon les dossiers d’examen, il y avait, de la 1re à la 5e année, respectivement 32, 36, 35, 31 et 40 étudiants.
43 Les travaux de transformation ont été menés sous la direction du Pr Welsh.
44 David Allford se souvient d’un jour où il suivait un cours d’Alec Daykin. Welsh est apparu sur la galerie et, ayant entendu quelque chose, il a crié : « Daykin, qu’est-ce que vous êtes en train de leur raconter ? » Welsh pouvait être dur, critique et impatient, mais il était loyal et généreux ; il aidait parfois les étudiants qui avaient des difficultés financières.
45 St Luke’s Lodge Moor, avec l’aide de Kenneth Murta, cf. RIBA Journal Yorks., vol. 1, n° 8, septembre-octobre 1969, qui contient des photographies du bâtiment et des commentaires sur sa conception.
46 Roger H. Harper, op. cit., p. 30.
47 Geoffrey Broadbent, 1963-1968, plus tard à Portsmouth, Jim Howrie, 1969-1974 à Leicester et à Birmingham, et John Tarn, 1963-1970, plus tard à Nottingham, puis à Liverpool. Marshall Jenkins, également membre du corps enseignant à l’époque, dirigera Leeds, mais il avait été nommé par Stephen Welsh.
48 À partir du University Calendar de 1964, les enseignants de dessin ne font plus l’objet d’une liste séparée.
49 À Cambridge, Leslie Martin, professeur d’architecture depuis 1956, met en place ce qui deviendra le Martin Centre for Architectural Research. Richard Llewellyn-Davies imprime un mouvement semblable vers les sciences objectives à la Bartlett Faculty of the Built Environment (University College, Londres)
50 Au début de sa carrière, Page a travaillé pour le Festival of Britain et, durant un temps, à la nouvelle Station de recherche sur le bâtiment.
51 Qui prendra plus tard le simple nom de « Paysage » à l’époque du Pr Anne Beer.
52 Aujourd’hui consultante de réputation internationale dans les arts du spectacle.
53 Entretien de l’auteur avec Anne Minors, 17 janvier 2007.
54 Voir Ruth Harman et John Minnis, Sheffield, Pevsner Architectural Guides, Yale University Press, New Haven et Londres, 2004.
55 Le « mouvement » est bien défini dans le livre éponyme de Peter Reyner Banham, publié par Architectural Press, Londres, 1966.
56 L’expression est de J.K. Galbraith, économiste et auteur de The Affluent Society, 1958.

[sommaire]