Et si on réinventait les Maisons de la Culture ? [1/3] Un film militant

Les 19 et 26 juin 2017, Politiques de la Culture publient les actes de la table-ronde « Et si on réinventait les Maisons de la Culture ? » organisée le 17 mars dans le cadre des journées Diderot « Culture et Politique » du Master « Politiques culturelles » (Université Paris Diderot) et Cultures initiées par l’axe « Art, culture et politique » du Laboratoire du Changement Social et Politique et par le Comité d’Histoire du Ministère de la Culture et de la Communication.

Intervention de Laurent Mathieu,
réalisateur de Le rêve d’une culture partagée. Une aventure havraise (Scotto productions)

Le rêve d’une culture partagée parcourt plus de 50 années de l’histoire de la Maison de la culture du Havre, de son inauguration en 1961 à nos jours. Durant ce demi-siècle hyperactif se sont succédé des directeurs visionnaires, des artistes et œuvres de leur temps, des générations de publics captifs et actifs, des lieux emblématiques, le tout en connexion ou en réaction aux politiques culturelles nationales successives. Ainsi, si les différentes périodes de construction et de développement de la Maison de la culture du Havre constituent en soi une belle et dense histoire à raconter, nous avons tenu à l’ancrer dans un contexte plus large. En ne cessant de contextualiser les propos des personnes interviewées, et de définir en quoi les thèmes de l’engagement, de la place de la culture dans notre société, sont universels, nous avons cherché à ne pas concerner que les Havrais ou Normands pour lesquels cette Maison fait désormais partie de leur patrimoine. Il était fondamental de toucher le plus grand nombre, afin que chaque spectateur sensible aux mêmes sujets que nous, de France, d’Europe ou d’ailleurs, puisse, sur l’exemple havrais, élargir sa réflexion et étayer ses avis. Le film a ainsi pu être multi-diffusé sur France 3 régional comme sur France 3 national.
Sur la base de la pensée visionnaire de Jean Zay pendant le Front Populaire, Malraux a tenté de porter au plus haut les vocables « Culture pour tous » et « Culture pour chacun » devenus « Culture partagée ». Dans le film, nous montrons que ce qui fut taxé d’utopie, a bel et bien vu le jour au Havre, sous des formes et des ampleurs diverses. Il est donc bien temps aujourd’hui, à l’heure où le fait culturel est cruellement absent des programmes politiques, de revenir aux fondamentaux, à savoir partir de ce que le citoyen – artiste, administratif ou spectateur – espère de mieux pour son existence sociale. Dans « Le rêve d’une culture partagée », l’accent est mis sur l’implication de nombre de personnes, issus du champ de la création ou du public, qui, sans jamais désarmer et à leur niveau ont fait œuvre de militantisme, du Directeur de structure érudit à l’ouvrier Président de l’Association des amis de la Maison de la Culture. D’un point de vue formel, j’ai mis en scène les interviews de manière à accentuer cette notion d’engagement personnel. J’ai demandé aux 26 intervenants du film de nous accueillir chez eux, ou dans un lieu qui n’est pas neutre pour eux. Puis je les ai filmés à 2 caméras dont une prenait en charge un plan très large, avec chaque femme et homme visible ponctuellement dans son entièreté. Le choix d’un cadre n’est jamais anodin et crée du sens. Celui-ci me permettait de rentrer en intimité avec tous, d’ancrer les propos dans la réalité de chacun. Au final, pour moi, s’il ne devait rester qu’une chose de cette densité d’interventions, ce serait cette puissance de l’engagement personnel au profit du collectif.
Le rêve d’une culture partagée assume ainsi pas dimension militante, et se veut autant un témoignage précis de ce qu’il s’est passé, autant qu’une petite pierre à un édifice plus que jamais à revisiter et consolider, sur la base de fondements encore bien solides.

[sommaire]