Histoire de l’enseignement de l’architecture à Toulouse

par Enrico Chapel
Professeur HDR, ENSA Toulouse, LRA


L’enseignement de l’architecture à Toulouse débute dans les années 1740, lorsque cet art fait l’objet de cours, au même titre que la peinture et la sculpture, à l’école de dessin gratuite qui, ouverte par le peintre attitré de l’hôtel de ville Antoine Rivalz (1667-1735) en 1726, avait bénéficié dès l’année suivante du soutien financier durable des Capitouls (magistrats de la ville). C’est l’élève et successeur de Rivalz, le peintre et architecte Guillaume Cammas (1698-1777), auteur de la façade de l’hôtel de ville, qui la transforme en 1746 en Société des beaux-arts. Quelques années plus tard, celle-ci est érigée en Académie royale de peinture, sculpture et architecture par lettres patentes du 25 décembre 1750. L’école est alors installée dans la rue du Poids-de-l’Huile, jusqu’à son transfert, en 1769, dans une autre dépendance du Capitole, rue Lafayette, de l’autre côté de l’hôtel de ville. D’éminentes personnalités y enseignent, dont Louis de Mondran (1699-1792), auteur du plan des allées de l’Esplanade et du Grand Rond, et Jacques-Pascal Virebent (1746-1831) architecte de la Ville qui a dessiné la place du Capitole et la place Villeneuve (aujourd’hui place Wilson). En 1782, une école du génie est créée au sein de l’académie toulousaine. De nouveaux cours de mathématiques, d’architecture civile, de ponts et chaussées, de cartographie y sont introduits. Après la tourmente révolutionnaire, l’enseignement des arts et de l’architecture se poursuit dans les locaux de l’École centrale de la Haute-Garonne, située dans l’ancien collège des jésuites (hôtel Bernuy). En 1804 est créée l’École spéciale des arts de Toulouse, qui, deux ans après, rejoint dans l’ancien couvent des Augustins le musée du Midi de la France, établi là en 1793. C’est en 1833 que l’école s’associe avec les cours du soir de sciences industrielles délivrés dès 1826 par Urbain Vitry (1802-1863), neveu de Virebent et architecte en chef de la Ville, pour former l’École des beaux-arts et des sciences industrielles. En 1895, celle-ci s’installe dans l’ancien couvent de la Daurade qu’occupe toujours l’école des beaux-arts1. L’aménagement des lieux et la construction du « palais des arts », doté d’une façade monumentale, sont confiés à l’architecte Pierre Esquié (1853-1933). Sous le régime de Vichy et près de quarante ans après le rapport Guadet et la publication du décret du 23 janvier 1903, le conseil municipal décide la création de l’École régionale d’architecture par délibération du 6 février 1941. Enfin, quand l’éclatement de la section d’architecture de l’ENSBA en 1968 conduit à la création des unités pédagogiques d’architecture (UPA), celle de Toulouse sera installée dans le nouvel édifice construit par Georges Candilis (1913-1995) et Raymond Malebranche (1930-2016) à partir de 1969 dans le quartier du Mirail, et où l’ENSA de Toulouse siège encore aujourd’hui.

Le contenu des enseignements dispensés au sein de toutes ces institutions reste encore mal connu. Marjorie Guillin a rédigé une thèse consacrée à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au XVIIIe siècle et plusieurs études et mémoires universitaires ont été dédiés à l’école des beaux-arts2. Mais en ce qui concerne le XXe siècle et l’enseignement de l’architecture en particulier, le premier travail d’envergure a été entrepris il y a seulement quelques années par Jean-Henri Fabre, ancien étudiant et ancien enseignant de l’école d’architecture. Ce travail est encore en cours mais ses divers rapports intermédiaires et publications ont déjà permis d’exhumer une importante partie de cette histoire, à partir d’une posture engagée et militante contre l’enseignement académique3. L’auteur ayant été lui-même impliqué dans la formation d’un atelier dissident rattaché au groupe C de l’ENSBA, en 1965, puis dans la structuration de la pédagogie de l’UPA et, enfin, dans la vie parfois tumultueuse de l’institution jusqu’en 2013, date à laquelle il accède à sa retraite administrative, son travail mélange sciemment et avec un certain raffinement mémoire personnelle et analyse de sources d’archives. En témoigne notamment le texte consacré à la période charnière des années 1960, qui commence en consignant les impressions d’un jeune élève qui entre à l’École régionale d’architecture de Toulouse au mois d’octobre 1963, où il va préparer le concours d’admission à l’ENSBA, et qui n’est, en effet, autre que l’auteur de l’écrit4.

Fig. 1. Photographie de la maquette de l’unité pédagogique d’architecture de Toulouse, G. Candilis, R. Malebranche arch., 1969. AD Haute-Garonne (ADHG) : 7698 W3.

Ces travaux ont ouvert de nombreuses pistes de réflexion qui restent à explorer, comme l’ont dévoilé les interventions du séminaire. Les communications de la première session ont fait l’état des recherches en cours, toutes basées sur l’analyse de sources d’archives écrites, dessinées ou imprimés. Constance Ringon (maître-assistante associée à l’ENSA de Toulouse) et Laurence Chevallier (maître-assistante à l’ENSA de Toulouse) ont exposé les premiers résultats du repérage des sources d’archives entamé par l’équipe toulousaine dans le cadre du programme HEnsA205. Parmi les lieux de conservation des sources figurent l’ENSA de Toulouse, l’IsdaT, les archives départementales de la Haute-Garonne, les archives municipales de Toulouse, le musée municipal Paul-Dupuy, mais aussi les Archives nationales et les archives du Conseil régional de l’ordre des architectes. Il faudrait probablement inclure les archives d’autres départements de la région et diverses archives privées, car elles aideront à suivre les trajectoires d’anciens élèves de l’école. La richesse potentielle de ces sources et les problèmes liés à leur exploitation ont été précisés. Ainsi, le musée Paul-Dupuy conserve-t-il des travaux d’anciens élèves pensionnaires de la Ville de Toulouse à l’ENSBA, dont l’analyse permettrait de saisir la formation que recevaient ces Toulousains dans la capitale et le rendu qu’ils en faisaient à leurs maîtres en province. Mais ces documents, en mauvais état de conservation, ne sont malheureusement pas exploitables en l’état. En revanche, les dossiers disponibles aux archives départementales de la Haute-Garonne semblent ouvrir deux pistes de recherche. La première concerne le changement de perspective dans la pédagogie, qui a eu lieu à la fin des années 1960, et le rapport entre la pédagogie envisagée à l’UPA et le bâtiment construit à la même occasion pour la mettre en œuvre (fig. 1). De nombreuses sources permettent en effet de reconnaître les acteurs impliqués, sur le plan tant local que national, dans la construction de la nouvelle école et témoignent de la bonne réception du projet de Georges Candilis et Raymond Malebranche auprès du service des Enseignements de l’architecture et des arts plastiques au ministère des Affaires culturelles. La rapidité du programme d’exécution de la nouvelle école semble tout particulièrement répondre aux attentes des représentants du ministère, qui souhaitent par ce moyen apaiser les vives revendications des étudiants toulousains. La deuxième piste concerne les années 1990, période durant laquelle se mettent en place des éléments qui configurent le paysage actuel de l’enseignement de l’architecture à Toulouse, avec notamment le développement des échanges internationaux et le renforcement des rapports avec la profession dans un esprit d’ouverture de la pédagogie aux métiers.

Les fonds des archives municipales couvrent le temps où l’enseignement de l’architecture à Toulouse était sous l’autorité municipale, c’est-à-dire des années 1740 à la réforme de 1968. Parmi les documents recensés, les catalogues de la bibliothèque de la classe d’architecture de l’École des beaux-arts et des sciences industrielles de la période 1900-1906 peuvent permettre de préciser l’univers de références culturelles et architecturales des professeurs et des élèves de l’école de Toulouse, que l’on pourra ensuite comparer aux études similaires dans d’autres écoles, pour raisonner sur les savoirs partagés et les particularités de chacune. Le dépouillement du Bulletin de l’Association des beaux-arts de Toulouse, paru de 1913 à 1922, apporterait un témoignage de la vie quotidienne des élèves et de leurs motivations, en particulier lors de la mobilisation du temps de la Grande Guerre, dont les retombées pédagogiques restent à analyser. Enfin, une série de documents du cabinet du maire de Toulouse entre 1972 et 1976 renseigne sur les premières années de vie de l’unité pédagogique d’architecture.

L’histoire de l’enseignement du dessin à l’École des beaux-arts de Toulouse a été évoquée par Françoise Bagnéris-Merlet (historienne de l’art et enseignante dans cette école de 1974 à 2012). Le dessin semble avoir structuré la formation d’un public d’élèves très large qu’il s’agisse de futurs artistes, artisans ou ouvriers d’art. Ce partage d’une méthode et d’une pratique communes du dessin par divers corps de métier semble être un caractère saillant de l’école toulousaine et l’hypothèse est faite qu’il est à l’origine d’une certaine unité que l’on peut observer dans la production artistique et architecturale locale au moins jusqu’au milieu du xxe siècle. Se nourrissant de culture classique et de connaissances scientifiques, l’enseignement du dessin a évolué au fil des ans. Des cours de nu à partir de la pratique du modèle vivant et des cours de dessin d’après l’estampe et le modèle gravé sont institués à Académie royale de peinture, sculpture et architecture au milieu du xviiie siècle, auxquels sont associés plus tard des relevés d’architecture antique et des études nécessaires pour la construction des ponts, des canaux et l’aménagement urbain et territorial (école du génie). Ce double profil artistique et technique de l’enseignement du dessin est consolidé à l’École des beaux-arts et des sciences industrielles sous l’impulsion de diverses personnalités, dont Urbain Vitry et Claude Gaspard Gaillard, qui publie en 1844 un traité de dessin linéaire et ombré6. De même que les échanges entre artistes et architectes, l’enseignement du dessin sera encore renforcé en début du xxe siècle avec l’avènement des arts décoratifs et la réalisation de chantiers d’envergure, qui profitent aux artistes toulousains, comme le parc des sports (1931-1935) et la bibliothèque municipale (1932-1935), tous les deux de Jean Montariol (1892-1966).

Fig. 2. Art méridional, n° 43, mars 1939. Illustration signée Jean-Louis Gilet. Bibliothèque d’étude et du patrimoine de Toulouse : P3820.

Dans le prolongement d’un travail de thèse en cours sur l’innovation technique dans la mise en œuvre de la brique en Midi toulousain durant l’entre-deux-guerres, engagé sous la direction d’Enrico Chapel et Françoise Blanc, Laura Girard a abordé la question du rapport entre pratiques pédagogiques et affaires professionnelles à travers la lecture de l’itinéraire d’une figure majeure de la scène toulousaine : Jean-Louis Gilet (1902-1964), architecte, artiste, éditeur, professeur et premier architecte directeur de l’École régionale d’architecture. Héritier d’une dynastie d’architectes, Jean-Louis Gilet obtient son diplôme en 1932 à l’École des beaux-arts de Paris. Il démarre rapidement une carrière de constructeur en s’associant à son père, Joseph. En octobre 1937, il est nommé professeur titulaire de la classe d’architecture de l’école des beaux-arts de Toulouse. Il s’engage très tôt en faveur d’une « culture méridionale » et d’une esthétique régionale ouverte au confort moderne et aux techniques nouvelles. En témoigne la revue Art méridional qu’il crée en 1935, où paraissent des articles sur les arts, l’archéologie, le patrimoine et les matériaux locaux, mais également des analyses des problèmes constructifs, juridiques ou économiques contemporains (fig. 2). Par ailleurs, l’architecte milite pour la reconnaissance d’une école régionale d’architecture autonome, placée sous l’influence de maîtres d’œuvre locaux. Grâce à ses initiatives, l’école régionale de Toulouse est officieusement reconnue au deuxième semestre 1940 par l’école de Lyon, qui centralise à cette époque l’administration des écoles régionales d’architecture et de quelques ateliers parisiens refugiés en zone non occupée. Sa création est ensuite officialisée le 6 février 1941 par le conseil municipal de Toulouse et entérinée par le gouvernement de Vichy en 1942. Jean-Louis Gilet en est nommé directeur au mois de février et le restera jusqu’à sa démission forcée lors de l’épuration administrative de 1944, à la libération de Toulouse. Puis, il est réhabilité dans ses fonctions en 1952. Les perspectives de cette recherche pourront porter sur ce deuxième temps de la carrière de Jean-Louis Gilet, sur l’étude du programme pédagogique de l’école régionale d Toulouse, de son rapport avec le conseil régional de l’ordre des architectes nouvellement créé aussi et des modalités de recrutement des professeurs et des carrières enseignantes.

Fig. 3. Exercice de travaux pratiques des étudiants de l’UPA de Toulouse : plan d’aménagement des laboratoires de la nouvelle école (1970-1971), ADHG : fonds ENSA de Toulouse (versement 2013).

Enfin, Jean-Henri Fabre (enseignant à l’école de Toulouse de 1969 à 2013) a présenté les différentes approches de l’enseignement de la construction, de l’École régionale d’architecture à l’UPA. Dans l’atelier de Jean-Louis Gilet, on dissuadait les élèves à visiter les chantiers et le choix d’un parti de structure était souvent arrêté en raison de la performance graphique du rendu, dans la plus pure tradition beaux-arts. Un intérêt renouvelé pour l’association art et technique émerge en revanche dans l’atelier C, l’atelier dissident créé en 1965 et placé sous la direction d’architectes appartenant à une nouvelle génération, tels que Jean-Marie Lefèbvre (1933-2004), Pierre Debeaux (1925-2001), Paul Gardia (1920-1969) et Fabien Castaing (1922-2012). Lors de la création de l’UPA de Toulouse, les étudiants et les enseignants impliqués dans la construction de la nouvelle école prévoient un plateau « technique » réunissant des laboratoires et des ateliers professionnels équipés de machines et d’instruments de mesure : un laboratoire thermique et acoustique, un laboratoire d’essai pour le béton armé, un atelier bois et un atelier fer (fig. 3). Les élèves devaient ainsi accéder à la connaissance des matériaux et de leurs performances. De nouveaux enseignants, techniciens et ingénieurs venant de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) et de l’université sont effectivement recrutés pour les encadrer. Le plateau technique est progressivement abandonné, mais ces expériences donneront naissance aux premières unités de recherche de l’école.

La seconde session de la matinée a réuni, autour du professeur Pierre Fernandez, trois anciens enseignants Michel Léglise (ayant exercé de 1974 à 2005), Gérard Ringon (de 1976 à 2009) et Gérard Tiné (de 1973 à 2009) pour évoquer le rôle de la recherche et son inscription dans la pédagogie de l’école depuis les années 1970. Leurs témoignages d’acteurs amorcent une campagne d’entretiens, menée dans le cadre d’un des volets du programme HEnsA20, qui vise à recueillir les mémoires vives et à constituer des sources orales susceptibles de compléter les sources écrites7.

Comme au sein d’autres établissements, l’introduction de la recherche à Toulouse fait suite aux événements de 1968 et vise à mettre en question le modèle hégémonique des beaux-arts. Des enseignements pluridisciplinaires ont été mis en place dès les premières années de l’UPA, à travers des Groupes d’enseignement et de recherche (GER) associant enseignants, chercheurs et étudiants autour de problématiques communes8. Depuis, de l’institution des premières unités de recherche habilitées par le Bureau de la recherche architecturale (BRA) en 1982 et 1984 à la création du Laboratoire de recherche en architecture (LRA) en 2008, des champs de réflexion et des croisements divers avec les enseignements ont été expérimentés. Des témoignages apportés lors du séminaire ont émergé plusieurs éléments permettant de caractériser d’ores et déjà la recherche à l’école de Toulouse : la place faite à l’analyse de la conception architecturale et de son enseignement, les liens établis avec la profession et plus largement avec les questions de société et l’actualité, l’implication de la pédagogie dans le développement des problématiques de la recherche et, enfin, l’ouverture à l’apport des disciplines universitaires dites « dures », telles que l’ingénierie, l’informatique, les sciences de l’environnement, la biologie, la physique, la climatologie.

Pierre Fernandez a rappelé que la recherche s’est initialement concentrée au sein de trois laboratoires habilités au début des années 1980 : Li2a (Laboratoire d’informatique appliquée à l’architecture, en 1982), LAB (Laboratoire d’architecture bioclimatique, en 1984) et MAP (Modélisation de l’architecture et du paysage). De nouvelles équipes se sont ensuite constituées autour de thématiques sur la ville, le patrimoine, l’archéologie et les pratiques professionnelles. La vocation essentielle d’une partie des recherches et publications visait le renouvellement de la pédagogie et notamment de l’enseignement de la conception, qui reposait alors exclusivement sur des approches dogmatiques et l’analyse de références historiques. De façon réciproque, ce sont parfois des pratiques pédagogiques qui ont donné naissance à des problématiques de recherche et à la constitution d’équipes. C’est le cas du LAB qui est issu d’un atelier de projet intitulé Groupe héliothermique et habitat (G2H), regroupant enseignants et étudiants autour des préoccupations solaires et bioclimatiques suscitées par le premier choc pétrolier survenu en 1973. C’est souvent autour d’une problématique transversale que des enseignants d’origines disciplinaires différentes se sont coordonnés pour proposer aux étudiants de s’engager dans des démarches de recherche et de thèses. Ainsi, de l’architecture solaire et bioclimatique à la qualité environnementale puis au développement urbain durable, le LAB – devenu en 1994 Groupe de recherche environnement et conception (GRECO) – a-t-il accompagné les évolutions de l’établissement, en maintenant les aller/retour entre recherche et enseignement dans une dynamique de fertilisation croisée.

Fondateur avec l’architecte Mario Perez du laboratoire Li2a, dont il a assuré la direction jusqu’à sa retraite, Michel Léglise en a retracé l’aventure à la fois personnelle et collective, basée sur la conviction de la nécessité d’une recherche crédible dans les écoles d’architecture. Sa formation d’ingénieur et d’urbaniste et ses expériences de chercheur à l’université Paul-Sabatier et à l’Office national d’études et recherches aérospatiales (Onera) puis d’enseignant à l’École supérieure de l’aéronautique et de l’espace (Sup’Aero) ne sont probablement pas étrangères à cette conviction. Constitué en lien avec les sciences de l’ingénieur, Li2a visait à analyser l’implication de l’intelligence artificielle dans la conception architecturale et à proposer des principes de structuration de logiciels d’aide à la conception. Dans ce cadre, le laboratoire s’est fait une spécialité de faire profiter les étudiants en architecture des produits de ses recherches. Au fil des ans, le laboratoire s’est ouvert à d’autres domaines (psychologie cognitive, représentation des connaissances, sémantique du langage, philosophie) pour interroger les processus de conception au sens large. En témoigne la recherche sur les pratiques d’agence et l’informatisation naissante des architectes menée au début des années 1990 auprès de 700 agences d’architecture, afin d’analyser les effets induits par l’introduction de logiciels sur la conception, l’organisation du travail et son contrôle. En ce qui concerne les liens avec la pédagogie, à force d’observer des étudiants en train de concevoir, le laboratoire a fini par se spécialiser dans l’analyse de l’enseignement de la conception qui a ainsi émergé comme véritable objet d’études.

Gérard Ringon rappelle que dans le domaine des sciences humaines et sociales, outre l’étude des usages qui a donné lieu à des nombreux écrits, débats et controverses, des interrogations se manifestent, dès les années 1970, à propos de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Depuis, cette préoccupation s’est développée et instituée dans des activités pédagogiques et dans la recherche, grâce à un petit groupe d’enseignants qui s’est associé en 2001 à l’équipe de recherche Professions, architecture, ville, environnement (PAVE) de l’ENSAP de Bordeaux. Le contexte national était propice à ce développement. L’ouvrage de Raymonde Moulin avait ouvert la réflexion sur les transformations des pratiques professionnelles9. Les jeunes diplômés issus des UPA arrivaient nombreux sur le marché du travail, du fait de la démocratisation de l’accès aux études. La diversification professionnelle était perçue à la fois comme une solution à ce problème et comme la résultante de l’évolution de la figure de l’architecte longtemps restée confinée dans un statut, des rôles et des représentations hérités des beaux-arts. À l’école de Toulouse, des recherches furent menées pour éclairer ces transformations dans le contexte local et pour accompagner l’émergence de nouvelles pratiques, comme le conseil, la programmation, l’assistance à la maîtrise d’ouvrage, l’aménagement urbain ou le patrimoine. L’amorce d’un observatoire des processus d’insertion professionnelle devrait ouvrir sur des démarches comparatives avec d’autres écoles.

Fig. 4. Sculpture en structure aluminium. Centre des conducteurs de travaux à Labège (P. Gardia et M. Zavagno arch.), réalisée par les étudiants de l’Atelier supérieur de sculpture de l’école des beaux-arts de Toulouse : A. Blanchard, J.-P. Bouglon, J.-J. Durancet et G. Tiné, 1968-1969. Photographie J.P. Bouglon.

Enfin, Gérard Tiné a évoqué le renouvellement de la pédagogie du projet à travers le souvenir de deux épisodes auxquels il a participé. Le premier concerne l’action commune, à la rentrée 1967, des étudiants des beaux-arts et des étudiants de l’atelier C de l’école d’architecture. Contestant l’enseignement académique, ces étudiants revendiquent la mise en place d’un atelier collégial comprenant l’ensemble des patrons des ateliers supérieurs d’art et de l’atelier C, avec pour ambition d’adapter l’enseignement aux mutations de l’esthétique et des modes de production de l’art et de l’architecture. Au sein de cet atelier, Pierre Debeaux familiarise les étudiants avec la géométrie constructive des structures géodésiques, tandis que Raymond Malebranche les documente sur le constructivisme en URSS et sur les structures auto-tendues. Cet atelier marque un moment important puisqu’il a permis aux étudiants de Toulouse d’approcher d’autres problématiques intellectuelles, perceptives et esthétiques de l’espace, ayant à faire avec la technicité des matériaux industriels, la forme conçue non plus comme facteur d’expression d’une composition esthétique mais comme structure d’éléments et de relations en vue d’un déploiement d’espaces, tout en posant l’environnement de la ville nouvelle (Le Mirail n’est pas loin) comme facteur contextuel déterminant de la conception architecturale (fig. 4). Le second événement date de 1981, lorsque à l’occasion du déclassement des casernes Compans-Caffarelli acquises par la ville de Toulouse, l’école décide d’organiser un colloque sur « Les pédagogies du projet10 ». Pour le préparer, elle adresse une invitation à l’ensemble des UPA pour recueillir des propositions de projet pour l’aménagement de la parcelle des casernes. Ces propositions sont exposées pendant le colloque qui voit la participation, entre autres, de Françoise Choay, Jean-Pierre Epron, Bernard Huet et Bruno Queysanne. Cet événement témoigne d’une évolution certaine de l’enseignement du projet à l’école de Toulouse, avec l’énonciation d’une position critique vis-à-vis des villes nouvelles, la prise en compte des formes urbaines et la découverte de l’histoire dans un contexte de réception de la postmodernité.

Plusieurs questions nées de la lecture des sources d’archives et des thématiques investiguées ces derniers mois, présentées par les contributeurs du séminaire, permettent d’orienter les futurs développements du travail de l’équipe toulousaine. Parmi ceux-ci, rappelons l’inscription de la pédagogie dans le contexte local et les relations entretenues avec les milieux économiques, politiques, artistiques et professionnels. Le suivi d’itinéraires d’enseignants ayant marqué la scène toulousaine semble une piste féconde, qu’il faudra compléter en établissant un inventaire des étudiants et des enseignants ayant fréquenté l’école de Toulouse. La dépendance de l’école de Toulouse de l’ENSBA et le rôle joué par certaines familles d’architectes, comme les Lemaresquier à Toulouse, ouvrent également de perspectives de recherches intéressantes.

Les documents d’archives permettent de préciser la mise en œuvre des réformes nationales à Toulouse et de comparer l’organisation, le fonctionnement et le contenu des enseignements délivrés avec d’autres écoles en France. Quant à l’École des beaux-arts et des sciences industrielles et à l’École régionale d’architecture, restent non seulement à explorer leur fonctionnement administratif et pédagogique (gestion des locaux, recrutement et carrières des enseignants, sélection des étudiants), mais aussi les changements de perspective survenus dans les années 1960, qui se traduiront par la création de l’UPA et la construction de la nouvelle école au Mirail, préfigurant les rapprochements avec l’université et la mise en place d’un tissu complexe de relations internationales11. L’écriture de l’histoire de la recherche autour des questions relatives à l’architecture bioclimatique, l’intelligence artificielle et la conception, les modélisations, l’environnement, la ville, puis le développement durable, le patrimoine et les pratiques professionnelles, est en chantier. Dans ce cadre, la réactivation des mémoires sur les pratiques des GER durant les années 1970 semble particulièrement utile.

Cet énoncé n’est évidemment pas exhaustif, il permet d’imaginer des perspectives d’études fructueuses. La mise en place d’un séminaire consacré aux « lieux de pédagogies », destiné aux étudiants de quatrième année de l’ENSA de Toulouse, devrait permettre d’élargir, notamment dans le cadre de futurs travaux de thèse, les différents questionnements qui surgissent, créant une véritable dynamique de recherche.


Notes

1 L’école des beaux-arts est devenue l’Institut supérieur des arts de Toulouse (IsdaT) en 2011.
2 Majorie Guillin, « “L’anéantissement des arts en province” ? L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au XVIIIe siècle (1751-1793) », thèse de doctorat en histoire de l’art, université Toulouse 2 – Le Mirail, 2013 ; idem, « L’enseignement de l’architecture à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse », Les Cahiers de Framespa [en ligne], 5, 2010, mis en ligne le 12 /5/2010, consulté le 11/8/2017. Les mémoires universitaires sont conservés à l’IsdaT (dossier B11 : « Mémoires universitaires déposés au fonds ancien de la bibliothèque de l’École des beaux-arts de Toulouse »). Sylvie Assassin, « L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture et le projet du Grand-Rond », dans Maurice Culot (dir.), Toulouse, les délices de l’imitation, Bruxelles/Paris, Mardaga/Institut français d’architecture, 1986, p. 61-78.
3 Cf., notamment, Jean-Henri Fabre, « L’enseignement de l’architecture à Toulouse dans les années 1960 » dans Jean-Loup Marfaing (dir.), Toulouse 45-75. La villa mise à jour, Toulouse, CAUE 31/Loubatières, 2009, p. 250-299 ; idem, « Une école d’André Malraux et de Georges Candilis. L’unité pédagogique d’architecture de Toulouse, 1968-1974 », rapport, ENSA de Toulouse, 2015, 115 p. Jean-Henri Fabre a également réalisé une exposition retraçant la genèse de l’UPA de Toulouse de 1968 à 1974, qui a été remontée dans les locaux de l’école à l’occasion du séminaire.
4 Jean-Henri Fabre, « L’enseignement de l’architecture à Toulouse…», loc. cit.
5 Ont participé à ce dépouillement Laurence Chevallier, Constance Ringon et Enrico Chapel, aidés un temps par le stagiaire Simon Naudin.
6 Claude Gaspard Gaillard, Cours complet des éléments du dessin linéaire et ombré à vue et aux instruments […], Toulouse, Librairie élémentaire et classique G. Devers, 1844.
7 Dans cette même perspective ont été enregistrées, lors de l’« Hommage à Raymond Malebranche » que l’ENSA de Toulouse a organisé le 8 juin au soir, les interventions des témoins invités : Joseph Almudever, Florence Contenay, Paul Degrez, Abdoulaye Deyoko, Noël Escudier, Jean-Henri Fabre, Pierre Fernandez, Rachid Haloui, Gérard Huet et Monique Reyre. Architecte et enseignant, Malebranche a porté le premier projet pédagogique de l’UPA de Toulouse.
8 Les pratiques des GER restent à étudier. Des documents conservés aux archives départementales de Toulouse attestent que deux d’entre eux ont été organisés, l’un, autour de l’enseignement des arts plastiques, l’autre, autour de la problématique urbaine.
9 Raymonde Moulin, et al., Les Architectes : métamorphose d’une profession libérale, Paris, Calmann-Lévy/Centre européen de sociologie historique, 1973.
10 Accompagné de débats et de conférences, ce colloque a fait le point sur les premières années d’enseignement du projet architectural dans les UPA : le rapport que cet enseignement entretient avec les autres disciplines, les modalités de production du projet en école, les affinités et distances avec les modalités de production du projet en situation professionnelle, la prise en compte des pratiques sociales dans l’enseignement du projet, etc.
11 Notamment avec des pays d’Afrique et d’Amérique du Sud.

[sommaire des actes du 2e séminaire]
[programme de recherche]