La ville paysage et expérience vécue. Une approche de l’enseignement de l’urbanisme à Stuttgart

par Werner Durth
Traduction Daniel Wieczorek

 

[…] Dans une rétrospective couvrant un large XXe siècle, j’entrepris d’examiner les liens biographiques entre maitres et élèves; les témoignages des contemporains insistant tous sur cette relation intime qui semble avoir marqué les mentalités de l’époque. Cela ne valait pas uniquement pour Stuttgart, mais aussi pour d’autres écoles supérieures techniques qui, désormais habilitées à délivrer des doctorats, tentaient de s’affirmer, en tant qu’établissements d’enseignement supérieur autonomes, à côté des universités, chacune cherchant, au tournant du siècle, sa voie vers le monde moderne dans le contexte de l’Empire. Les structures propres à l’empire wilhelminien [1870-1918] continuaient d’opérer à travers l’instruction et la formation professionnelle, dans la définition des rôles de l’enseignant et de l’enseigné, dans leurs mentalités ; et ceci précisément dans ces écoles d’architecture qui, à l’aube de l’époque moderne, vers 1900, transmettaient une conception nouvelle de cet art, et offraient une tribune aux pionniers de l’urbanisme en tant que discipline en voie de constitution1.

Mêlant de manière saisissante traditionalisme avisé et modernité tâtonnante, des enseignants tels que Theodor Fischer et Fritz Schumacher, Hermann Jansen et Hans Poelzig devinrent des modèles dont les élèves décrivaient avec enthousiasme le rayonnement charismatique ; pendant des décennies ces professeurs furent considérés comme des personnalités qui faisaient autorité. Le sentiment d’appartenir à une nouvelle génération tout en s’inscrivant dans des continuités et des traditions plus larges, porteuses d’un fort potentiel créatif, était transmis d’autant plus efficacement qu’on connaissait les liens intimes qui unissaient ces enseignants, et leur appartenance à des réseaux d’amitié influents ; conformément à leur élitisme, les liens qu’ils entretenaient les uns avec les autres se manifestaient en particulier par la protection et le soutien réciproques de leurs élèves.

Au sein de ce groupe d’enseignants vénérés, adeptes d’un conservatisme éclairé, Theodor Fischer, né en 1862 et en poste à l’École supérieure technique de Munich jusqu’en 1938, faisait figure de doyen fort influent. Nommé à Munich en 1908, Fischer avait enseigné sept ans, de 1901 à 1908, à Stuttgart, et était considéré depuis comme l’aïeul de l’École de Stuttgart, qui allait devenir mondialement célèbre durant l’entre-deux-guerres, sous la direction de l’ancien assistant de Fischer, Paul Bonatz, et de ses collègues. Après avoir abandonné ses études, Fischer avait travaillé chez l’architecte Gabriel von Seidl à Munich, puis chez Paul Wallot, sur le projet du Reichstag2. Chez von Seidl, il avait fait la connaissance de Fritz Schumacher, de quelques années son cadet. Leur collaboration fut de courte durée, Fischer se voyant bientôt confier la direction du Service municipal chargé de l’extension de Munich. Schumacher en garda néanmoins une impression durable : « J’avais rencontré l’homme qui a pris la tête de ceux qui ont conduit notre profession vers un avenir de liberté ; plus tard, dans la suite de ma vie professionnelle, lorsque j’étais confronté à des choix artistiques, je me suis souvent imaginé qu’il se penchait amicalement sur mon épaule », écrivit-il dans son autobiographie3. Dans ses souvenirs, il témoigne par ailleurs :

À travers son enseignement à Stuttgart et à Munich, Fischer est devenu le véritable éducateur de toute une génération d’architectes. Son sens aigu de la nécessité d’une intégration de l’édifice dans son environnement urbain confère à toutes ses réalisations un caractère tout à la fois naturel et généreux. En dépit d’un attachement sentimental à la tradition, son langage artistique était si indépendant qu’il put jusqu’au bout, sans jamais se renier, épouser tous les mouvements progressistes de son temps, et même en prendre la tête4.

[…] On pourrait montrer en s’appuyant sur d’innombrables projets comment l’enseignement de Theodor Fischer fut mis en application par ses collaborateurs ou ses élèves appelés à connaître la célébrité, tels que Paul Bonatz, Dominikus Böhm, Martin Elsaesser, Hugo Häring, Ernst May, Erich Mendelsohn, Bruno Taut et Heinz Wetzel. Dans les esquisses rehaussées à l’aquarelle, dessinées d’un geste expressionniste vers 1918 pour son Architecture alpine, Bruno Taut présente des formes naturelles amplifiées quasi fantastiques5. Dans son texte programmatique « La dissolution des villes ou La Terre, une demeure bienveillante », il esquisse des aménagements urbains inspirés de la flore, destinés à « des communautés et des originaux6 »; néanmoins, à partir de 1925, une fois l’inflation passée, il donnera corps à quelques motifs issus de ses visions architecturales, par exemple dans la cité du fer à cheval (Hufeisensiedlung) à Berlin, avec son petit étang au centre, son parc, ses jardins et sa couronne d’immeubles de logements et de services collectifs : tous les éléments de la cité sont en liaison étroite avec la conformation du terrain.

De son côté, Ernst May formulait en 1925, de manière purement pragmatique, ses « Dix commandements » d’un nouvel urbanisme, parmi lesquels on trouve la maxime « L’urbanisme est amplification des paysages7 ». Une illustration particulièrement éloquente de cette dernière est fournie par la conception du Nouveau Francfort ; conformément à sa vision de la ville satellite, May imagine sur les hauteurs dominant la Nidda un ensemble de cités, chacune réagissant de manière spécifique à la configuration du relief. Cette relation entre ville et paysage est particulièrement nette dans l’agencement de la Römerstadt, qui affirme sa présence au-dessus de la vallée à l’aide d’une arête clairement dessinée et de bastions en saillie. Dans la dépression où se situe l’axe principal de circulation, un immeuble locatif à étages, de forme incurvée, a été conçu comme un accent ; juste devant, l’école conçue par Martin Elsaesser marque la césure entre l’est et l’ouest de la cité. Tous les éléments de l’urbanisme, jusqu’à la couleur des bâtiments et au choix des végétaux, contribuent à en faire effectivement une amplification du paysage.

Mais revenons à Theodor Fischer. À côté de son activité, couronnée de succès, à la tête du Bureau en charge de l’extension, on lui confia en 1901 une charge de cours à l’École supérieure de Munich, en même temps qu’on lui octroya le titre de professeur ; la même année on lui proposait la chaire de projet à Stuttgart. En tant que « créateur éclectique versé dans tous les styles », comme le caractérisait Max Guther8, et que personne dotée d’une profonde culture historique, Fischer maniait les langages conventionnels avec une liberté souveraine et élabora une architecture aux formes très riches, même s’il resta longtemps attaché à l’orientation pittoresque et romantique – déjà décriée à l’époque – d’un urbanisme qui trouve ses modèles dans le Moyen Âge.

La nomination de Fischer à Stuttgart ouvrit une nouvelle époque ; pour l’architecte lui-même elle signifia le début d’une phase extrêmement productive de sa carrière. En 1902, il se vit confier la construction d’une église à Gaggstadt et celle du théâtre de Heilbronn ; en 1904, il entama les halles de Pfullingen ; en 1905 ce fut le tour du Cornelianum à Worms, dont la position dans le plan est une mise en œuvre exemplaire des principes de composition de Camillo Sitte et dont l’aspect de l’architecture trahit encore la fidélité à l’historisme national et romantique, avec des réminiscences de la tradition médiévale. Un esprit similaire présidait, quelques années plus tôt, au projet présenté au concours pour un nouveau quartier dans le centre de Mayence : il comprend un ensemble d’édifices publics dont un nouvel hôtel de ville et un musée municipal, insérés dans un plan aux lignes fluides, à proximité du château du prince électeur, situé sur la promenade du Rhin. La contribution de Friedrich Pützer est conçue dans un esprit et selon des principes proches. Elle aussi propose un plan irrégulier, avec des rues de largeur variée, et une grande richesse de motifs dans l’architecture des édifices, tours, oriels et arcs, tout à fait dans l’esprit de Sitte (fig. 1).

Cette même année 1900, Pützer dessinait les plans du Herdwegviertel à Darmstadt, qui est aujourd’hui l’un des plus beaux quartiers résidentiels de la ville ; les formes architecturales effectivement construites y sont néanmoins bien plus sobres que ne le laissaient attendre les esquisses primitives (fig. 2). Un tel changement dans les formes architecturales, qui indique qu’on se détourne de l’historicisme, s’observe également chez Fischer auquel on confia, en 1905, la construction de l’école Fangelsbach à Stuttgart. Le résultat fut un bâtiment isolé qui marque le paysage urbain, avec une façade enduite très sobre et des formes qui rappellent les traditions régionales. À Stuttgart Fischer a laissé mainte trace de son passage ; néanmoins, le projet le plus important à ses yeux, concernant le remodelage du quartier de la gare, avec la proposition de construire un nouveau théâtre de la Cour (1903), fut rejeté, au même titre que ses plans pour une réorganisation des études. C’est seulement après son départ qu’on lui passa commande du pavillon d’exposition (Kunstgebäude) en 1908, qui allait constituer un accent festif dans une situation centrale. Quant à la maison Gustav Siegle et sa grande halle, elle ne fut achevée qu’en 1912.

En dépit des succès enregistrés dans sa tentative d’imposer un enseignement systématique de l’urbanisme, Fischer constatait, dans un discours programmatique, au début de ses années à Stuttgart, que « nous ne sommes encore vraiment pas mûrs pour formuler les théorèmes de cette jeune discipline9 ». À rebours de toutes les tentatives de donner à l’urbanisme en tant que discipline autonome des fondements rationnels, voire scientifiques, Fischer confessait : « Par quoi pouvons-nous nous laisser guider, si ce n’est par le discernement des gens sensés et par quelque chose que je serais personnellement enclin à placer au-dessus du discernement, à savoir la sensibilité naturelle de chaque individu ? »

Bien plus tard, Paul Bonatz, qui devint en 1902 le premier assistant de Fischer à Stuttgart, parlera encore avec enthousiasme de cette sensibilité irrationnelle, plutôt tournée vers le passé. Le renouvellement apporté par Fischer était lié à sa manière d’appréhender les pratiques artisanales et les matériaux. « Il bâtissait en partant d’expériences sensibles ; les choses retrouvaient enfin leur qualité plastique, et s’animaient ; ce qui s’exprimait ici était la vie, et non l’habileté à appliquer un schéma scolaire », remarque Bonatz. « Dans son enseignement, Fischer se souciait de l’aptitude à créer des formes, et non d’imitation schématique10. »

[…] En tant qu’élève et successeur de Fischer, Bonatz, tout juste âgé de 31 ans, ne tarda pas à rencontrer des succès décisifs, grâce à une multitude de chantiers de nature très diverse. La bibliothèque universitaire de Tübingen fut construite en 1910, l’année suivante le centre de congrès de Hanovre ; en 1914 il remporta, en association avec Scholer, le concours pour la gare centrale de Stuttgart, qui introduisit une échelle nouvelle dans un paysage urbain encore bien tranquille. À travers une série de variantes urbanistiques, Bonatz fit de la gare en tant qu’outil satisfaisant une foule d’exigences techniques une synthèse quasi sensationnelle de monumentalité et de modernité ; elle se présente comme un assemblage de parties diversement proportionnées, que l’accent mis sur les entrées monumentales avec leurs hautes arcades et la tour dominant l’ensemble permet de situer très précisément par rapport aux axes perspectifs des rues et des enfilades de places (fig. 3).

L’attachement à la région et à son sol, manifesté à travers une architecture attentive au paysage, constituait un point essentiel de l’enseignement dispensé à Stuttgart. Ce n’est pas par hasard si Stuttgart exerça, un peu plus tard, une influence majeure sur l’architecture du quotidien pratiquée sous le Troisième Reich. Paul Schmitthenner en sera l’un des propagandistes ; avec une modestie doublée d’une belle assurance, et à travers des constructions produisant une impression de bonhommie et de simplicité, il répondait à la profonde nostalgie de cadres de vie à taille humaine et sécurisants11. La conception de la cité-jardin de Staaken apporta la célébrité au jeune architecte quasiment du jour au lendemain ; la dernière année de la guerre, il arriva à Stuttgart avec le titre de professeur. Dans ses souvenirs, Bonatz note que dans cette cité-jardin « un architecte montrait comment on peut trouver le beau en utilisant les matériaux les plus simples ». Bonatz voyait dans les constructions de Schmitthenner « l’expression spontanée d’un cœur chaleureux », qui ne pouvait être comparée, tout au plus, qu’à l’œuvre de Heinrich Tessenow (fig. 4)12.

En cette année 1925 où Paul Schmitthenner réalisait sa maison de la Germanité (Haus des Deutschtum), sa plus grosse commande à Stuttgart jusqu’alors, Heinz Wetzel arriva à l’École supérieure en tant que professeur d’urbanisme ; après avoir été étudiant puis collaborateur de Fischer, il avait dirigé le Service de l’extension de la ville, et venait d’être nommé professeur titulaire d’urbanisme et d’aménagement. A travers des études morphologiques sur les liens entre topographie et formes d’habitat, celui que Bonatz qualifiait de « Souabe typique, attaché plus qu’aucun autre à la région et à son sol13 » apprenait à ses élèves à identifier les traits singuliers dans l’image des villes, traits pour lesquels il forgea une terminologie spécifique. Les notions d’impact (Einschlag) et de seuil (Schwelle) désignaient des perceptions particulières concernant des césures spatiales dans le développement d’une rue ou la structure d’une place, générées par un décrochement ou une ondulation du sol. Il désignait par « rupture dans l’axe longitudinal » un changement de pente et par « rupture horizontale » un changement de direction dans le développement d’un espace. Cette terminologie détaillée permettait à Wetzel de décrire avec précision des phénomènes propres à l’espace urbain, et aussi de suggérer des traitements pour l’aménagement de séquences spatiales, prolongeant ainsi les enseignements de Sitte, Henrici et Fischer, et associant leur urbanisme « pittoresque » à celui, plus moderne, qui était désormais « lié au paysage » de manière systématique14.

En 1926 fut nommé Hugo Keuerleber, un représentant du courant moderniste Neues Bauen, qui expérimenta le nouveau langage formel avec ses élèves, allant jusqu’à projeter des pavillons d’exposition passablement bizarres. Bonatz lui-même avait choisi comme assistant le jeune architecte Richard Döcker, qui s’était fait remarquer en 1923 avec la maison Sebald, avant d’acquérir une notoriété internationale en 1926 avec son hôpital en terrasse, construit à Waiblingen. Ainsi, dans le contexte du large éventail culturel des années 1920, les augures semblaient annoncer une période de libéralisme et d’ouverture appuyés sur une solide conscience de soi ; c’est alors qu’arriva le projet que les enseignants de l’École de Stuttgart ne pouvaient percevoir que comme une provocation délibérée : nul autre que Ludwig Mies van der Rohe, considéré à Berlin et ailleurs en Allemagne comme un moderniste radical, et qui, de plus, était à la tête de l’association d’architectes de Berlin Der Ring, s’était vu confier en 1926 la mission de projeter un lotissement pour le Deutscher Werkbund, au Weißenhof, près de Stuttgart ; dès 1925, la première maquette présentant l’ensemble d’habitations destiné à occuper le flanc de la colline laissait présager son aspect « non allemand » (undeutsch)15.

En mai 1926 Bonatz fit paraître dans le Schwäbischer Kurier une critique de fond du projet : « Nous avons le sentiment qu’avec le lotissement du Werkbund au Weißenhof la municipalité s’engage dans une entreprise bien aventureuse », écrit-il avant de poursuivre : « Cette crainte est renforcée lorsqu’on découvre le premier plan de Mies van der Rohe pour le lotissement. Ce plan fait fi des réalités, il relève des arts décoratifs et se présente comme l’œuvre d’un dilettante. Sur des terrasses horizontales, une multitude de cubes escaladent la colline, serrés les uns contre les autres de manière fort inconfortable, et font davantage penser à une banlieue de Jérusalem qu’à des logements pour Stuttgart16 ». En tant que grand sachem de l’École de Stuttgart, Bonatz protesta avec véhémence contre le projet de Mies van der Rohe et proposa un concours restreint, qui permette des comparaisons. Tous les concurrents seraient tenus de recourir à des procédés « éprouvés, sensés du point de vue des usages du métier et enracinés dans le terroir17 ». Les tentatives de médiation entre Bonatz et Mies de la part de collègues restèrent sans succès ; le lotissement du Weißenhof fut construit en dépit des vives critiques, avec la participation d’architectes étrangers, et achevé en 1928. Jusqu’à aujourd’hui, la maison double conçue par Le Corbusier et Pierre Jeanneret – qui abrite un musée retraçant l’histoire de la cité – fait figure d’emblème d’une architecture du futur.

Le 1er mai 1933, le titre de docteur honoris causa devait être remis à Adolf Hitler, sur proposition de la faculté d’architecture de l’École supérieure technique de Stuttgart ; mais l’offre fut repoussée, le Führer refusant toutes les distinctions, par principe. Ainsi, une cérémonie qui aurait été, rétrospectivement, assez pénible fut épargnée à Heinz Wetzel, qui était alors président de l’université, et à Paul Schmitthenner, doyen de la faculté. À mesure que se développait la chasse aux représentants les plus en vue du Neues Bauen et leur éviction, l’influence de l’École de Stuttgart dans l’Empire allemand croissait. Les manuels et précis d’architecture qui parurent dans le sillage du Deutsche Arbeitsfront [association soumise au NSDAP ?contrôlée par le régime ?] étaient rédigés tout à fait dans l’esprit de l’architecture enracinée dans un terroir, liée aux paysages et respectueuse des techniques artisanales.

Sous le Troisième Reich, les publications diverses et les manuels de création architecturale ne furent pas les seuls vecteurs de diffusion des enseignements de l’École de Stuttgart. Par son aspect régionaliste, la première cité modèle nationale-socialiste, construite à partir de 1935 à Mascherode près de Brunswick, obéissait aux préceptes de l’École de Stuttgart. L’architecte en chef était Julius Schulte-Frohlinde, ancien assistant de Bonatz devenu entre-temps directeur de tous les bureaux d’architecture ainsi que des habitations bénéficiant du statut de Reichsheimstätte, regroupés sous l’égide du Deutsche Arbeitsfront, une position qui lui conférait une influence considérable. Aujourd’hui encore, la cité de Mascherode se présente comme une mise en œuvre exemplaire des enseignements de Wetzel : rues courbes, place servant de charnière entre les quartiers, grande salle des fêtes arborant les emblèmes nationaux et la croix gammée – que l’on peut d’ailleurs découvrir aussi, avec un peu d’imagination, dans le plan même de la cité (fig. 5)18.

La « jeune garde » de Stuttgart ne manqua pas de travail – et se comporta comme l’obligée fort complaisante du nouveau régime. Ainsi, par exemple, le projet d’une « maison du Travail » d’Adolf Abel a un plan en forme de croix gammée : autour de quatre cours ouvertes, les bâtiments aux toits en croupe sont disposés en équerre. À partir de 1933, les enseignements de Wetzel sur l’aménagement des villes et des villages furent diffusés dans l’ensemble du Reich. Dans son ouvrage Wandlungen im Stätdebau (L’urbanisme en mutation), publié en 1941 à la suite de conférences présentées devant l’Union des techniciens allemands nationaux-socialistes, et censé répondre à des besoins purement professionnels, Wetzel montrait, à l’aide d’esquisses et de schémas, comment insérer et mettre optiquement en valeur, dans les nouvelles cités et agglomérations, des esplanades destinées aux parades militaires, des maisons du Peuple et des centrales du Parti. Dans le texte d’accompagnement, on peut lire :

Pendant plus d’un siècle, l’architecture a fait fausse route. Comment retrouverons-nous le chemin du Paradis perdu ? Le Führer nous l’a indiqué ; le maître mot est « Le sang et le sol ». Et que signifie « le sang et le sol » dans notre profession ? C’est le respect de ma petite patrie (Heimat), que j’ai dans le sang19.

Pendant ce temps, Hitler promouvait la planification du réseau d’autoroutes. À Fritz Todt, qui venait d’être nommé Inspecteur général des routes allemandes, on adjoignit Bonatz en tant qu’architecte en charge des ouvrages d’art et des bâtiments liés aux autoroutes du Reich. Ce poste faisait de Bonatz une personnalité très influente : cela lui permettait non seulement de mettre en œuvre la dramaturgie de la conception liée au paysage en réalisant personnellement quelques-uns des édifices les plus marquants ; mais aussi, à travers sa collaboration avec l’ingénieur du bâtiment Fritz Leonhardt, d’initier une nouvelle phase de coopération entre architectes et ingénieurs20. En tant que professeur et architecte le plus renommé de l’École de Stuttgart, Bonatz devint bientôt la figure de proue de la culture architecturale nationale-socialiste et l’un des bâtisseurs les plus demandés. Qu’il s’agisse du remodelage de Berlin par Albert Speer, du projet de gare centrale géante à Munich ou de celui du plus grand pont suspendu d’Europe à Hambourg, Bonatz fut présent partout, soucieux d’« épouser les impulsions des temps nouveaux, et même d’en prendre la tête ». Nous savons ce qu’il advint de ce désir mégalomaniaque de créer une architecture nouvelle propre au Troisième Reich : il fut écrasé sous les bombes et réduit en cendres. Bonatz entendit parler de la fin de la guerre alors qu’il était en Turquie, où il enseignait, planifiait et construisait des édifices depuis 1943 21.

Les cendres des villes détruites étaient à peine refroidies que le vieux conflit entre tradition et modernisme se raviva à nouveau. Dans le contexte de leur politique de re-education, les alliés occidentaux essayèrent d’encourager les Allemands à promouvoir les rapprochements avec le mouvement moderne international. Avec le soutien de l’administration des forces d’occupation anglaises furent ainsi projetés, à partir de 1946 à Hambourg, les douze buildings du Grindelberg, qui devaient être les emblèmes d’une ère nouvelle ; construits à l’emplacement d’un quartier d’habitation densément peuplé, déblayé après avoir été entièrement détruit, ces immeubles préfiguraient un avenir rayonnant ; de la même manière, la propagande française militait pour une reconstruction des villes dans l’esprit de Le Corbusier22.

La reconstruction de Freudenstadt, fidèle à son aspect d’avant-guerre, fut bien plus controversée ; engagée sur la base de rapports rédigés par Schmitthenner, elle fut réalisée sur les plans de son élève Ludwig Schweizer, qui pouvait lui aussi s’appuyer sur une continuité sans faille dans sa pratique professionnelle, puisqu’il avait été chargé, en 1940, de concevoir des cités au Tyrol du Sud, qui devaient ostensiblement recourir à des formes régionales et des techniques artisanales traditionnelles23.

Depuis le Kilchberg, son nouveau lieu de résidence, Paul Schmitthenner, révoqué de la fonction publique en 1945 sur injonction du gouvernement militaire américain, s’activait néanmoins dans de nombreuses villes. À Mayence, par exemple, la reconstruction sur les ruines des anciens quartiers avait été conçue, à partir de 1946, d’après des plans d’architectes français, afin de donner naissance à une ville nouvelle, faite de barres dans l’esprit de Le Corbusier. Sollicité pour fournir une contre-expertise, Schmitthenner proposa une reconstruction du centre-ville à l’aide des matériaux les plus simples et de pierres récupérées dans les ruines, et selon une architecture qualifiée de digne ; selon les explications de l’auteur, celle-ci devait traduire l’affirmation de l’identité nationale allemande face au diktat des alliés24.

Après 1945, Schmitthenner sut utiliser habilement ses anciennes relations, entre autres pour essayer de récupérer sa chaire ; mais en dépit du soutien d’amis influents, la voie du retour à l’université lui resta barrée. Le ministre des Cultes Theodor Heuss intervint en vain en faveur de sa nomination. Cet échec est dû avant tout à la résistance acharnée de Richard Döcker qui, après quelques mois passés à la tête de la Centrale pour la reconstruction de Stuttgart, avait été nommé en 1947 professeur titulaire d’urbanisme et de projet et avait pris la direction du département d’Architecture. Il engagea délibérément un changement d’orientation radical dans la formation des architectes, avec le soutien indéfectible de Hugo Häring, ancien secrétaire de l’association d’architectes berlinoise Der Ring, et qui avait déjà usé de son influence pour faire nommer Döcker. En tant que conseiller du ministre des Cultes, Häring avait écrit à Heuss, qu’il connaissait du temps du Werkbund, dont Heuss avait été le secrétaire général :

L’esprit qui règne à l’École supérieure technique (TH) est représentatif du pays dans son ensemble, et il détermine celui de la relève. Or c’est bien là l’essentiel. Aujourd’hui cet esprit est clairement et entièrement de type « Schmitthenner-Bonatz », et ceci vaut pour toute la corporation des architectes du Wurtemberg.

Häring exhortait au changement :

À Stuttgart, la nouvelle génération n’a même pas la possibilité de se confronter aux problèmes des nouvelles techniques de construction. N’est-ce pas là une situation pénible, et même angoissante, qui ruine tout espoir de voir se développer en Allemagne un esprit de renouveau, véritablement anti-fasciste ? 25

Häring savait qu’il était question de nommer le professeur munichois Adolf Abel, ancien assistant de Bonatz, à la chaire d’urbanisme ; il écrit à Heuss :

Ce dont Stuttgart a besoin n’est pas un Abel, mais un Caïn ! Pour endosser ce rôle, Döcker conviendrait assez bien. L’image que vous avez de lui me semble assez juste (et je ne suis pas sûr qu’on puisse lui dénier des compétences pédagogiques). Ses compétences administratives, en tout cas, seraient bienvenues ici, et plus encore la clarté de ses positions et son attitude inflexible26.

Bien que Heuss ne fût sans doute pas défavorable à la réintégration de Schmitthenner, il opta pour Döcker. Celui-ci se vit donc offrir la chaire d’urbanisme, et prit ses fonctions le 1er janvier 1947. Dans sa politique de recrutement, Döcker misa sur un renouvellement en profondeur. De plus, il se trouva obligé de repenser entièrement l’enseignement de sa discipline. Il racontera plus tard :

Il n’existait plus aucun matériel pédagogique – collections de plans, photos, bibliothèque spécialisée ; à l’époque, il ne paraissait pas non plus de revues ou de publications périodiques. Du coup, il fallait entièrement concevoir son enseignement, et développer ou se procurer ailleurs la documentation pédagogique27.

En tant que doyen, et à travers sa politique de nomination, Döcker imposa une rupture radicale dans la continuité de l’ancienne École de Stuttgart. Seul Hugo Keuerleber servit en quelque sorte de pont entre les époques ; car il s’agissait maintenant de mettre en place une nouvelle école. Parmi les représentants de cette nouvelle génération, on trouva d’abord Rolf Gutbier et Günter Wilhelm, qui avaient étudié à Stuttgart dans les années 1930 et s’étaient rapidement fait un nom après 1945 grâce à des architectures modernes, basées sur la mise en œuvre de principes constructifs clairs – par exemple le siège des éditions Thieme, bâti en 1953 d’après des plans de Gutbier ; ou le bâtiment de la chambre de commerce et d’industrie, conçu par Gutbier en collaboration avec Gutbrod et bâti sur le flanc de la cuvette de Stuttgart. Un autre témoignage emblématique des temps nouveaux est l’école Silcher, inspirée de modèles scandinaves, de Günter Wilhelm, chez qui Günter Behnisch était étudiant à l’époque.

La décision de mettre le cap sur une architecture ostensiblement légère et ouverte – le contre-pied de toutes les formules « dignes » traditionnelles, mais exprimé dans une esthétique quasi accessoire et fortuite, relevant de l’improvisation – connut un succès emblématique à travers le projet de milkbar présenté par Rolf Gutbrod dans le cadre des Floralies de 1950 (fig. 6).

Gutbrod était depuis 1947 chargé de cours à la TH, où il devint rapidement professeur ; c’est dans son agence que Günter Behnisch trouva son premier emploi. L’œuvre principale de ses jeunes années, louée bien au-delà de la région, est la salle de concerts (la Liederhalle) de Stuttgart, construite non pas d’après le projet, encore très sage, présenté au concours en 1949 en collaboration avec Adolf Abel, mais d’après une version radicalement repensée, et réalisée dans l’esprit de l’architecture « organique » dont Hans Scharoun avait fourni, dans le même concours, un exemple assez exaltant. La forme mouvante et dynamique du parterre, qui semble s’enfoncer dans la salle, les foyers largement ouverts avec leurs escaliers aériens, le rôle important confié aux arts décoratifs à travers l’œuvre de Blasius Spreng font de la Liederhalle un joyau de l’architecture des années 1950 – y compris par son insertion urbanistique, typique de cette période de renouveau28. Depuis, les buildings abritant les locaux d’enseignement de la TH, qui font office de carte de visite de la seconde École de Stuttgart, ont créé un contraste fort, riche de tensions, avec la Liederhalle. Construits entre 1956 et 1961, d’après des plans de Gutbier, Wilhelm et Curt Siegel, lui aussi professeur à la TH, cette œuvre collective est un témoignage éloquent de l’esprit sobre et lucide de ces années, capable d’exprimer un sentiment de fluidité externe et interne.

Le contraste entre la Liederhalle et les bâtiments de la TH caractérise le passage de l’époque de la reconstruction à celle du miracle économique, qui allait susciter de nouvelles formes de concentration urbanistique et de techniques rationnelles de construction. En 1954, Gutbier, alors président de la TH, et encore sous l’effet de la détresse des années d’après-guerre, avait associé, dans son rapport sur la faculté d’architecture, une rétrospective du renouveau à une évocation des perspectives d’avenir. Dès 1948, la discipline traditionnelle Urbanisme avait été scindée en Urbanisme et reconstruction et Aménagement et projet, ce dernier enseignement étant pris en charge par Rolf Gutbier et illustré, dans son rapport, par des esquisses légères de lotissements très simples (fig. 7).

Dans ce rapport, daté de mai 1954, il est déjà question du projet de création d’un Institut d’urbanisme, d’aménagement et de planification régionale au sein du département d’architecture. Ce devait être un institut

qui, en étroite association avec les collègues du département voisin Sciences de l’ingénieur du bâtiment et des travaux publics, et avec les représentants d’autres institutions concernées par les mêmes problèmes, puisse apporter les contributions auxquelles l’école supérieure est appelée. Ce sera aussi le lieu où, une fois ses études d’architecture achevées, le jeune urbaniste pourra non seulement continuer de développer ses facultés de création plastique, mais aussi s’intéresser de manière approfondie aux aspects scientifiques de l’urbanisme contemporain29.

Il fallut dix ans pour qu’en 1964, toujours à l’initiative de Gutbier, l’Institut d’urbanisme [ici le nom allemand/anglais aussi ? surtout s’il existe toujours !] voie le jour ; son objectif, tel que le décrira Hansmartin Bruckmann, est de permettre, à travers la recherche et des rapports d’expertise sur des questions d’actualité, une meilleure collaboration de disciplines voisines, ainsi qu’« une imprégnation scientifique plus profonde de l’urbanisme30 » (fig. 8).

L’Institut s’installa dans une maison ancienne, au numéro 10 de la Keplerstraße, et non à proximité immédiate de la chaire de Gutbier hébergée au troisième étage du bâtiment K1. Le poste spécialement créé à cette occasion, fut confié à Bruckmann, jusqu’alors assistant de Gutbier, en février 1964. D’après Bruckmann, l’idée de la création de l’Institut répondait au souhait de disposer d’une plate-forme où pourraient cohabiter des disciplines proches de l’urbanisme, dont chacune conserverait sa propre orientation scientifique. La plupart du temps, cet objectif se traduisit par des coopérations ponctuelles avec d’autres professeurs de l’Université, et non par un ancrage institutionnel durable, comme cela avait peut-être été envisagé à l’origine :

Parmi les partenaires de l’époque figuraient les chaires de géographie de l’habitat (Meckelein), d’aménagement paysager (Rossow), d’aménagement rural (Schach) et d’aménagement au service du développement (Umlauf). À la même époque, la chaire de Gutbier comprenait Hans Dieter Lutz et Roland Wick, assistants, et Hans Haller, collaborateur31.

La nomination de Walter Rossow, qui bénéficiait d’une reconnaissance internationale en tant qu’enseignant, chercheur et praticien, et aussi en tant que membre du Deutscher Werkbund et conseiller des responsables politiques dans les Länder et au niveau national, s’avéra être une décision particulièrement importante, qui produisit un effet considérable dans l’opinion32.

L’Institut lui-même s’était attaché les services d’un certain nombre de spécialistes aux parcours disciplinaires très variés, en tant que professeurs invités. […] Lorsque Bruckmann quitta l’Institut en 1966, pour travailler aux côtés de Christian Fahrenholz, l’adjoint à l’urbanisme de Stuttgart, nouvellement élu, son poste fut repris par Georg Hecking, qui devait, dans les deux décennies suivantes, mener « à partir de la région de Stuttgart une foule d’enquêtes scientifiques sur les mouvements migratoires et leurs motifs », comme s’en souviendra Bruckmann33. À la fin des années 1970, le poste de Hecking fut transformé en un poste de professeur consacré aux bases de la planification locale et régionale. Trois ans après le décès de Hecking, cet enseignement fut repris en 1992 par Johann Jessen.

En 1966, l’année où Bruckmann quittait l’Institut d‘urbanisme, le poste de professeur d’urbanisme – intitulé antérieurement « chaire d’urbanisme et de reconstruction » –, occupé par Döcker depuis l’après-guerre, fut attribué, après un intérim assuré par Gutbier, à l’architecte finlandais Antero Markelin. Né en 1931 à Helsinki, il avait fait ses études à Munich jusqu’en 1953, puis dans sa ville natale ; après avoir travaillé dans l’agence d’Aarne Ervi, il avait créé la sienne en 1961, qui prit en charge les tâches les plus diverses. […] Markelin développa [dans son enseignement ?] un projet entièrement nouveau, dans lequel la perception sensorielle et l’expérience visuelle et corporelle de la ville en tant qu’espace concret, vécu, et comme théâtre où des personnes diverses se mettent en scène devaient constituer à nouveau le fondement de l’enseignement de l’urbanisme. Le texte par lequel Markelin présentait son enseignement s’ouvrait ainsi : « Les villes sont la scène sur laquelle se déroulent les jeux les plus variés des humains »34.

L’appréhension de la ville dans la perspective de ses utilisateurs, l’importance de la couleur, de la lumière, des matériaux et des textures pour le bien-être des gens étaient des thèmes centraux de cet enseignement. Aussi n’est-il pas étonnant que Markelin s’inscrive dans la tendance qui consiste à renforcer l’assise scientifique de l’urbanisme, à l’ordre du jour à l’époque, non pas à travers les méthodes quantitatives de la recherche sur la ville, mais en s’interrogeant, avec des psychologues et des sociologues, sur les résonances de l’aménagement physique de l’environnement humain sur le psychisme des personnes. En 1969, il invita dans son séminaire le psychanalyste Alfred Lorenzer, collaborateur d’Alexandre Mitscherlich, qui avait sous-titré son ouvrage, publié en 1965 et aussitôt largement diffusé, « Incitation à la contradiction35 ».

Parmi les autres invités on compta Leonardo Mosso, un représentant éminent de la théorie des signes et Thomas Sieverts, jeune professeur d’urbanisme à Berlin, dont les études sur la perception, poursuivant et élargissant celles de Kevin Lynch, faisaient fureur. Sieverts, lui-même étudiant à Stuttgart à partir de 1955, avait fait la connaissance aux États-Unis de K. Lynch, dont les recherches sur la cognitive map avaient connu un retentissement international, et été publiées en Allemagne en 196536. Plus tard Sieverts fut aussi professeur invité à Stuttgart. Parmi ces chercheurs tournés vers la psychologie, Michael Trieb joua un rôle particulier pour Stuttgart. Il était chargé de cours de projet urbain (Stadtgestaltung) ; plus tard il devait diriger le service de recherche de l’Institut d’urbanisme, avant de devenir lui aussi professeur au sein de cette faculté37.

En collaboration avec Michael Trieb, Antero Markelin créa un centre de recherche dont la réputation dépassait bientôt les frontières ; intégré dans un réseau international, ce centre [son nom ?] était à la pointe de l’actualité scientifique dans les champs théorique, méthodologique et pratique. Les bulletins de l’Institut présentaient les derniers développements de la simulation spatiale par CAO, ou des recherches endoscopiques à l’aide de maquettes – bientôt l’Institut lui-même disposa des outils et des techniques correspondants. En 1975 parut l’ouvrage de M. Trieb Stadtgestaltung in Theorie und Praxis, qui se présentait comme un manuel destiné à un large public : architectes, planificateurs, maîtres d’ouvrage et hommes politiques38. À l’Institut d’urbanisme, il n’était pas question de négliger le lien avec la pratique.

Après le départ à la retraite de Gutbier en 1971, c’est Egbert Kossak qui fut nommé sur le poste ; jusqu’en 1965, il avait été, avec Thomas Sieverts, l’un des assistants de Fritz Eggeling à l’Université libre de Berlin. Après la mort subite d’Eggeling en 1965, tous deux créèrent avec Herbert Zimmermann une agence intitulée Freie Planergruppe Berlin (Groupe de planificateurs indépendants), connue sous le sigle FPB. Les trois comparses développèrent une conception nouvelle de leur exercice professionnel, qu’ils testèrent au sein de l’agence ; faisant des urbanistes des médiateurs professionnels entre des intérêts, des perspectives et des compétences divergents, cette conception novatrice ne tarda pas à s’imposer à bien d’autres agences. Dans un élan franchement idéaliste, les fondateurs du FPB formulaient ainsi l’image qu’ils se faisaient d’eux-mêmes, et partant le profil du nouveau métier :

Étant donné que le planificateur, en tant que conseiller, n’a pas d’intérêts propres à défendre, il peut être l’honnête courtier qui sert d’intermédiaire entre la commune et les collectivités supérieures d’une part, la commune et les citoyens d’autre part39.

Et d’en déduire :

Une part essentielle de son activité consistera dans l’élaboration d’une politique de planification faisant appel à des outils spécifiques. Notre suggestion : cette activité de conseil devrait devenir une partie intégrante du tableau de compétences de l’urbaniste indépendant.

Tandis qu’en 1971 Kossak prit le poste de professeur à Stuttgart, Sieverts partit à la TH de Darmstadt, où il s’appuya sur une coopération interdisciplinaire dans l’enseignement et la recherche pour étudier les zones de tension entre méthodes quantitatives, expérience subjective de l’espace et procédures participatives visant à associer les habitants au processus de planification. Il arriva que des mémoires sur ces thèmes soient encadrés conjointement par Guther et Sieverts. Ainsi s’achève l’enchaînement des générations de Fischer à Guther en passant par Wetzel ; parmi les élèves de Guther on trouve Peter Zlonicky, qui enseigna à Dortmund et Aix-la-Chapelle, et dont Franz Pesch, Kunibert Wachten et Jörn Walter furent les élèves. Parmi les élèves de Guther figurèrent, plus tard, Helmut Bott, qui occupera en 1996 la chaire « Urbanisme et projet » à Stuttgart, ainsi que Johann Jessen et Werner Durth ; c’est dans ce cadre que naquit ma motivation pour l’histoire de l’urbanisme et de son enseignement – dont la présente rétrospective, avec ses nombreuses lacunes, est une illustration40.

[…] De Theodor Fischer à Bott, Pesch, Jessen et Eckart Ribbeck – qui se consacra aux phénomènes et problèmes propres aux villes non-européennes – en passant par Bonatz, Wetzel et Guther, Bruckmann et Trieb, on peut identifier maint pont entre les générations et mainte boucle reliant la recherche, l’enseignement et la pratique. Mais la rétrospective montre aussi que Stuttgart n’est qu’un des nœuds de la grande toile de l’enseignement de l’urbanisme, qui s’est largement internationalisée et consiste en une multitude de fils d’épaisseurs et d’orientations diverses.

Titres des illustrations

Fig. 1 et 2 : À gauche : Nouveau quartier au centre de Mayence (projet de Pützer présenté au concours).
À droite : Plan de situation d’un quartier destiné au logement à Darmstadt. Les deux illustrations proviennent de TH Darmstadt, éd., Jahrbuch 1978/79, Darmstadt 1979.
Fig. 3 : Paul Bonatz, Gare centrale de Stuttgart (Voigt/May, 2010)
Fig. 4 : Paul Schmitthenner, Cité-jardin de Staaken (archives W. Durth)
Fig. 5 : Julius Schulte-Frohlinde, cité de Mascherode près de Brunswick (Durth/Nerdinger, 1993)
Fig. 6 : Rolf Gutbrod, Milkbar pour les Floralies de 1950 dans le parc du Killesberg à Stuttgart (archives W. Durth)
Fig. 7 : Travail d’un élève de Rolf Gutbier, Esquisse d’aménagement (TH Stuttgart, éd., Bericht zum 125-jährigen Bestehen, Stuttgart 1954.
Fig. 8 : Gutbier/Siegel/Wihelm, Bâtiment d’enseignement 1, université de Stuttgart. (U. Conrads, Neue deutsche Architektur 2, Stuttgart 1962).

Notes

1 On trouvera une étude approfondie de ces questions dans Werner Durth, Deutsche Architekten. Biographische Verflechtungen 1900-1970, Brunswick/Wiesbaden, 1986. [5e éd. Stuttgart/ Zurich, 2001].
2 Winfried Nerdinger, Theodor Fischer, Architekt und Städtebauer, Berlin, 1988, p. 9 ss.
3 Fritz Schumacher, Stufen des Lebens. Erinnerungen eines Baumeisters, 2e éd., Stutttgart/Berlin, 1935, p. 148.
4 Ibid., p. 404.
5 Bruno Taut, Alpine Architektur, Hagen, 1919. [Trad. française par D. Wieczorek : Architecture alpine, Paris, Le Linteau, 2005.]
6 Bruno Taut, Die Auflösung der Städte oder Die Erde eine gute Wohnung oder auch Der Weg zur Alpinen Architektur, Hagen, 1920.
7 Ces thèses sur l’urbanisme ont été publiées en 1927 par Hermann Boehm, directeur duService de la planification de Francfort, qui fut aussi un proche collaborateur d’Ernst May. Elles sont citées dans Christoph Mohr, Michael Müller, Funktionalität und Moderne. Das Neue Frankfurt und seine Bauten 1925-1933, Cologne, 1984, p. 87.
8 Max Guther, « Zur Geschichte der Städtebaulehre an deutschen Hochschulen » (À propos de l’histoire de l’enseignement de l’urbanisme dans les écoles supérieures allemandes » dans [auteur : Ulrike Pampe, ?] Heinz Wetzel und die Geschichte der Städtebaulehre an deutschen Hochschulen, Stuttgart, Städtebauliches Institut der Universität Stuttgart, 1982, p. 84.
9 Phrase, comme la suivante, citée dans Paul Bonatz, Leben und Bauen, Stuttgart, 1950, p. 102.
10 Ibid., p. 45.
11 Wolfgang Vogt et Hartmut Frank (dir.), Paul Schmitthenner 1884-1972, Tübingen/Berlin, 2003.
12 P. Bonatz, Leben und Bauen, op. cit., p. 96
13 Ibid.
14 Heinz Wetzel, Stadt, Bau, Kunst: Gedanken und Bilder aus dem Nachlaß, Stuttgart, 1978.
15 Karin Kirsch, Die Weißenhofsiedlung. Werkbund-Ausstellung ‘Die Wohnung’ – Stuttgart 1927, Stuttgart, 1987.
16 Paul Bonatz, 1926, cité in W. Durth, Deutsche Architekten, op. cit. , p. 51.
17 Ibid.
18 Werner Durth, Winfried Nerdinger, Nicht vergessen. Architektur und Städtebau der dreißiger-vierziger Jahre, vol. 46 de la Schriftenreihe des Deutschen Nationalkomitees für Denkmalschutz, Bonn, 1993, p. 15ss.
19 Heinz Wetzel, Wandlungen im Städtebau, Stuttgart, 1942, p. 36.
20 Roland May, Paul Bonatz, die Bauingenieure und die Brücken, thèse de doctorat, Darmstadt 2007.
21 Roland May, Wolfgang Voigt (dir.), Paul Bonatz 1877-1956. Leben und Bauen zwischen Neckar und Bosporus, Francfort/Main, 2011.
22 Werner Durth, Niels Gutschow, Träume in Trümmern. Planungen zum Wiederaufbau zerstörter Städte im Westen Deutschlands, 2 vol., Brunswick, 1988, p. 882 ss.
23 Ulrich Höhns, « Siedlungsbau in der ‘Ostmark’ 1938-1945, dans Werner Durth, Winfried Nerdinger (dir.), Architektur und Städtebau der dreißiger-vierziger Jahre. Ergebnisse der Fachtagung in München, 26-28 Oktober 1993, vol. 48 der Schriftenreihe des Deutschen Nationalkomitees für Denkmalschutz, Bonn, 1994.
24 Durth, Gutschow, Träume in Trümmern, op. cit., p. 893 ss.
25 Ibid.
26 Ibid., p. 346.
27 Richard Döcker, « Der Lehrstuhl für Städtebau und Wiederaufbau » dans Technische Hochschule Stuttgart. Bericht zum 125-jährigen Bestehen, Stuttgart, 1954, p. 89.
28 Werner Durth, « Der Bau ein Lebewesen » ( Le bâtiment, un être vivant ). Rolf Gutbrod zum 100. Geburtstag », dans Klaus Jan Philipp (dir.), Rolf Butbrod. Bauen in den Boomjahren der 1960er, Salzbourg, 2011.
29 Rolf Gutbier, « Der Lehrstuhl für Siedlungswesen und Entwerfen » dans TH Stuttgart. Bericht zum 125. Bestehen, op. cit., p. 85.
30 Hansmartin Bruckmann, cité dans Johann Jessen, « Anfänge des Stadtebauinstituts, Gespräch mit Prof. Hansmartin Bruckmann am 12. August 2010 », manuscipt, Stutttgart, 2010.
31 Ibid.
32 Andrea Koenecke, Walter Rossow (1910-1992) : « Die Landschaft im Bewußtsein der Öffentlichkeit », thèse de doctorat, Darmstadt 2010.
33 Bruckmann, cité dans Jessen, op.cit., p. 2.
34 Antero Markelin, « Städtebauliches Institut, Fachgebiet Städtebau », dansFachschaft Architektur Universität Stuttgart (dir.), Stuttgarter Architekturschule. Vielfalt als Konzept, Stuttgart, 1992, p. 115. Voir aussi A. Markelin, « Städtebaulehre in Stuttgart heute », dans Städtebauliches Institut, 1982, p. 118 ss.
35 Alexander Mitscherlich, Die Unwirtlichkeit unserer Städte. Anstiftung zum Unfrieden, Francfort/Main, 1965. [Traduit en français sous le titre Psychanalyse et urbanisme. Réponse aux planificateurs, Paris, Gallimard, 1970.]
36 Kevin Lynch, Das Bild der Stadt, Francfort/Main, 1965.
37 Antero Markelin (dir.), Stadtgestaltung 1. Seminarbericht mit Beiträgen von Alfred Lorenzer, Leonhardo Mosso, Hugo Neise, Alexander Papageorgiu, Thomas Sieverts, Michael Trieb, Université de Stuttgart, 1970.
38 Michael Trieb, Stadtgestaltung in Theorie und Praxis, Düsseldorf, 1974.
39 Ainsi que le passage suivant, Thomas Sieverts, Fünfzig Jahre Städtebau. Reflexion und Praxis, Stuttgart, 2001, p. 27.
40 Klaus Humpert, Einführung in den Städtebau, Stuttgart, 1997.