Quelle démocratisation pour la politique culturelle de la France à l’étranger ? L’exemple de l’Institut Français du Royaume-Uni dans les années d’après-guerre.

par Charlotte Faucher,
doctorante en histoire à Queen Mary, Université de Londres

Dans une communication donnée au Collège de France à l’occasion du colloque Diplomatie culturelle, un atout pour la France dans un monde en mouvement organisé par l’Institut Français en décembre 2011, Eva Kristeva, qui avait elle-même fréquenté assidument l’Alliance française en Bulgarie, conclut : « L’exception française n’est pas une arrogance. C’est une invitation aux autres à être exceptionnels1. » Alain Juppé, alors ministre des Affaires Etrangères, en clôturant ce colloque, décrivit pour sa part l’exception culturelle comme un « relent prétentieux2. » Ainsi présentée, l’exception culturelle française portée entre autres par la diplomatie culturelle semble difficilement compatible avec l’idée de démocratisation culturelle, qui pourtant, pourrait répondre à l’ambition de l’action culturelle extérieure si l’on considère que l’un de ses objectifs serait de sensibiliser un public le plus large possible à une culture nationale ou régionale. Or, si la culture française se présente aux étrangers comme exceptionnelle, au risque de verser dans l’exclusion, n’écarte-t-elle pas automatiquement un public non initié qui ne se sentirait pas légitime à fréquenter les lieux représentants la culture française?

Il est intéressant de noter que dans l’historiographie des relations culturelles extérieures (concept que les historiens de la France ont longtemps préféré à celui de diplomatie culturelle), la démocratisation est peu étudiée. Jusqu’alors, les historiens des relations culturelles avaient insisté sur l’histoire des institutions et des politiques gouvernementales, en s’appuyant sur les études pionnières de Suzanne Balous et d’Albert Salon sur l’action culturelle de la France dans le monde3 puis la notion de de ‘soft power’ développée par l’américain Joseph Nye4. Il semble qu’un des angles d’attaque pourrait se situer dans les récentes études sur l’acculturation, qui, de façon novatrice, mettent l’accent sur non seulement les processus, mais surtout, l’impact des politiques culturelles sur les populations5.

Dans un pays comme l’Angleterre, relativement proche culturellement de la France et où le français était une des langues étrangères les plus enseignées, à qui se destinait la politique culturelle extérieure de la France mise en œuvre dans un institut culturel dans les années 1950? L’institut français du Royaume-Uni avait-t-il vocation à offrir au public londonien l’éventail complet des productions culturelles françaises? Dans ce cadre, le territoire de Londres, ainsi que ses classes sociales, les intérêts culturels variés et la quantité écrasante d’événements culturels mis à la disposition des 9 millions de londoniens sont également à prendre en compte pour comprendre la politique culturelle extérieure de la France dans la capitale britannique à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Politique culturelle intérieure, politique culturelle extérieure

Laurent Martin a défini la démocratisation culturelle, comme « le processus qui vit graduellement s’élargir la quantité et la proportion de Français en mesure d’accéder et de participer à la vie culturelle6 », processus qui date de la révolution françaises, et s’accélère sous la troisième république. Cet article, en s’inscrivant dans la trajectoire de resserrement entre historiens de la culture et historiens des relations culturelles internationales – via les concepts clé que sont les « transferts culturels » ou « l’histoire croisée7» – identifiée par Philippe Poirrier, entend faciliter la comparaison entre la politique culturelle française sur le territoire étudiée au sein de ce séminaire l’an dernier et la politique culturelle extérieure de la France et plus spécifiquement des Instituts français à l’étranger.

Les politiques culturelles de la France et du Royaume-Uni place sont encadrées depuis 1948 par la Convention culturelle Franco-britannique qui a pour but de faciliter les échanges et productions culturels entre les deux pays, mais ne dit rien de la direction générale à donner à ceux-ci8. Les statuts de l’Institut Français du Royaume-Uni (IFRU) refondés après-guerre définissent clairement le rôle du directeur, de la commission inter universitaire Paris Lille (les deux universités patronnes de l’IFRU) en insistant notamment sur son rôle d’intermédiaire entre l’IFRU et la Direction Générale des Affaires Culturelles (DGRC), département du Ministère des Affaires Etrangères (MAE).

L’analyse de la politique culturelle d’un institut français à l’étranger rencontre des problématiques communes aux institutions culturelles de la métropole, particulièrement en terme de public : la catégorie sociale, l’âge, le statut (professionnel ou étudiant – notamment à Londres où le Lycée Français, aujourd’hui lycée Charles de Gaulle, faisait partie de l’IFRU), la nationalité et, évidemment, le niveau de français. Dans sa thèse consacrée à la Politique culturelle française en Allemagne, 1945-1963, Emmanuelle Picard remarque : « L’œuvre du TNP est reconnue et appréciée, quand il donne du Corneille9. » Ainsi, il faudrait prendre en compte l’idée que certaines productions françaises ne pourraient pas s’exporter, soit qu’elles ne correspondent pas à l’image que l’on veut donner à voir de la France, soit qu’elles reposent sur des socles linguistiques et culturels trop étrangers au pays d’accueil.

Ce décalage entre ce qui se montre en France, et notamment à Paris et les productions françaises pouvant se jouer à Londres avait été formulé au début du siècle par Alexandre Bouchard, critique dramatique pour La Revue française, magazine littéraire français publié à Londres :

J’attire tout particulièrement l’attention des directeurs sur le choix de leurs pièces; qu’ils ne s’attardent pas, pour commencer, à monter ce que j’appellerais des pièces d’exception; les parisiens, en leur scepticisme je m’en fichiste, les prennent pour ce qu’elles valent, mais d’autres publics moins avertis sont tentés de les prendre au sérieux. (…) Notre amoralité littéraire qui n’est à Paris qu’un spirituel paradoxe ne doit pas être un article d’exportation10.

En gardant en tête le rôle grandissant de l’Etat français dans la mise en œuvre de la diplomatie culturelle, cet article entendre démontrer comment, au sein du laboratoire que constitue l’Institut français de Londres à la fin de la guerre et jusque dans les années 1950, le paradigme de la diplomatie culturelle se transforme. Cette analyse permet également de relativiser le mouvement d’institutionnalisation identifié par les chercheurs en histoire culturelle. Pour ce faire, ma communication insistera notamment sur l’influence du directeur de l’IFRU, Henri Jourdan, dont les décisions primèrent sur les politiques suggérées par la Direction Générale des Relations Culturelles et questionnera les politiques mises en place sous l’angle de la démocratisation culturelle. Cette étude est rendue délicate par l’absence d’une politique programmatique qui aurait pu être énoncée par la DGRC. Au contraire, ce sont les programmes de l’Institut français, les rapports du directeur, qui s’allongent au fil des ans, et des récits des membres et du personnel qui constituent une base pour analyser la politique culturelle mise en place par l’IFRU.

 

I –  Petit historique de l’Institut français du Royaume-Uni.

En 1910, Marie d’Orliac, une auvergnate d’une vingtaine d’années créa l’Université des Lettres Françaises à Londres. Cette université mondaine était destinée aux femmes aisées de la colonie française de Londres ainsi qu’aux jeunes filles des classes moyennes supérieures britanniques. En 1913, l’université de Lille patronna cette institution qui devint alors l’Institut Français du Royaume-Uni (IFRU). A cette époque, les instituts français étaient au nombre de trois : Florence, Madrid et Saint Pétersbourg. L’IFRU fut une association de droit anglais jusqu’en 1945 date à laquelle il fut légalement régi par le droit et l’Etat français.

Durant l’entre-deux-guerres, l’institut français se présentait comme une petite université française hors de France : on pouvait venir y écouter des cours publics en français pour une somme très modique et y suivre des cours débouchant sur le certificat de Français de l’université de Londres ou sur des certificats de licence délivrés par les universités de Lille ou Paris. En parallèle, un programme de conférences au niveau national11 se mit en place dans la dizaine de centres régionaux de l’IFRU, résolvant ainsi en partie les inégalités spatiales. De plus, l’IFRU proposaient des conférences en anglais dans diverses associations londoniennes, dont les clubs ouvriers.

L’influence du Front populaire sur la politique culturelle extérieure de la France a été relativement peu étudiée. Pascal Ory a néanmoins montré que le Front Populaire avait donné les moyens financiers à la politique artistique française à l’étranger de se mettre véritablement en place, culminant le ministère de la Propagande sous le second ministère Blum (13 mars 1938 – 8 avril 1938)12. En Angleterre, les financements de l’état portèrent sur le renforcement de l’enseignement du français à l’étranger et des livres ou bibliothèques en Français13.

En Juin 1940, Denis Saurat, directeur de l’IFRU accueillit de Gaulle et usa de son influence à Londres pour le présenter au grand public, organisant diverses manifestations. Il fut très vite écarté des Français libres, et, par amertume, mena des campagnes publiques anti-gaullistes dénonçant le manque de démocratie du projet proposé par De Gaulle. En 1945, le gouvernement provisoire le limogea et envoya Emile Audra, un universitaire de Lille pour refonder la base légale et administrative de l’IFRU.

 

II – Repenser la politique culturelle de l’IFRU

Au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, l’Institut se divisait en quatre parties : le lycée français fondé en 1915, les cours supérieurs (donnant accès à des diplômes universitaires français ou anglais), la bibliothèque et enfin, les activités culturelles – expositions, conférences, théâtre et, de plus en plus cinéma.

Malgré la courte tentative du ministère de la jeunesse, des arts et des lettres de Pierre Bourdan en 1947 et de la création de la direction générale des arts et des lettres, l’institutionnalisation de politique culturelle intérieure intervient beaucoup plus tard que celle de la politique culturelle extérieure française. Le Service des Œuvres Françaises à l’Etranger (1921) transformé en Direction Générale des Relations Culturelles (1945) en attestent. Néanmoins, cette institutionnalisation doit être mise en perspective : dans de nombreuses institutions culturelles, c’est la personnalité des directeurs qui constitue la pierre angulaire de la politique menée. Ceci peut s’expliquer par la distance entre Paris et les instituts culturels à l’étranger, et la confiance placée par Paris dans les directeurs qui connaissent le pays dans lesquels ils évoluent. Dans le cas de l’IFRU, la DGRC sert surtout à avaliser et financer les projets soumis par le directeur. En 1949 c’est Henri Jourdan, universitaire, agrégé de philosophie, germaniste et mélomane, ancien directeur de l’Institut français de Berlin qui est nommé à ce poste à Londres.

A ce moment, toutes les activités de l’Institut se faisaient en langue française limitant le « public potentiel » considérablement. Henri Jourdan estimait celui-ci à environ 5000 personnes à Londres. En moyenne, et en cumulant toutes les activités de l’institut, y compris les soirées durant lesquelles le cinéma était loué à des associations externes, 1000 personnes par semaine se rendaient à l’institut. Au début des années 1950, l’inscription annuelle pour les activités culturelles à l’IFRU était de 3 pounds et 10 shillings. Elle fut augmentée d’un pound en 1956-57. A titre de comparaison, le salaire annuel moyen de l’époque était de £700.

Dans son rapport de 1949, Jourdan annonça qu’il entendait ‘accroitre la qualité, la quantité et la variété des conférences afin de toucher un public plus nombreux et plus divers.’ Son but était de diminuer le caractère mondain du public et d’attirer un auditoire plus scolaire et intellectuel. Dans les faits, le souci de Jourdan fut aussi de conserver une base de fidèles. Pour cela, il s’engagea dans trois chantiers : varier le programme, proposer des cours du soir pour des non spécialistes, et enfin, renforcer la relation de l’IFRU avec les universités britanniques en y envoyant des professeurs-conférenciers. L’exemple des conférences illustre l’évolution des relations culturelles extérieures de la France et l’analyse de la place et des thèmes des conférences dans les programmes semestriels de l’IFRU dans les années 1950 révèle des préoccupations nouvelles de la part de la direction de l’IFRU.

Les conférences données par les professeurs de l’IFRU ou des invités extérieurs étaient de grande qualité. En moyenne, 300 personnes y assistaient. Entre 1948 et 1969, on a notamment pu y entendre le critique littéraire Jean-Pierre Richard, ancien professeur à l’Institut français d’Edinbourg qui enseigna à partir de 1950 à celui de Londres, Tristan Tzara, Roland Barthes Léopold Sédar Senghor qui parla de ‘La nouvelle poésie nègre de langue française’ , Georges Bataille sur le surréalisme et le sacré ou encore, Pierre Mendes France qui fit une conférence sur ‘L’épargne et la politique économique française depuis la Libération.’

Conférences à l’IFRU

1949-50

Conférences littéraires

16

Conférences d’actualité

10

Conférences sur les problèmes d’économie politique

7

Conférences sur l’art français

6

Conférences de géographie

5

Conférences scientifiques

5

Conférences philosophiques

4

Conférences historiques

3

Conférences sur le théâtre

3

Conférences sur le film

3

Conférences sur la musique

3

Au cours des années 1950, Jourdan observa une relative désaffection pour les conférences, et décida donc de réduire le nombre de conférences littéraires de 25%. En contrepartie, les conférences d’actualité générale prirent plus d’importance. Tout ce qui animait les conférences – les récitations, les discussions, les projections de dessins puis de courts métrages – fut encouragé par le directeur et la DG, d’autant plus que ces moyens permettaient d’échapper à la théorie et l’abstraction qui effrayaient tant les anglais, selon le stéréotype bien connu auquel Henri Jourdan fit référence à plusieurs reprises. Certains entretiens, telles que les conférences médicales, étaient réservés à un petit groupe de spécialistes et n’attirèrent qu’une cinquantaine d’auditeurs en moyenne ; ils furent progressivement abandonnés. Jourdan s’engagea alors dans la programmation d’événements durant lesquels le public devait être plus actif : les discussions ou les rencontres d’étudiants par exemple.

Sous Jourdan, la musique eut une place à part dans la politique culturelle de l’IFRU. A son arrivée à la tête de l’institut, Henri Jourdan, mélomane, créa un rendez-vous hebdomadaire, l’ ‘heure musicale’ du vendredi durant laquelle il entendait faire découvrir des artistes peu connus ou des œuvres oubliées d’artistes majeurs. Cependant, par la programmation, le système d’invitation, et le public visé des collèges londoniens de musique, ces événements furent de facto restreints aux spécialistes.

Le théâtre semble être l’activité la plus démocratisée, démocratique et pédagogique : l’Institut qui, grâce à sa troupe dirigée par Pamela Stirling de la Comédie Française, organise pour des dizaines d’écoles partenaires des représentations de pièces françaises au programme des écoles élémentaires et secondaires. Initialement, la priorité ne fut pas de faire découvrir les dernières nouveautés parisiennes, bien que les compagnies Jacques Fabbri puis Robert Postec au milieu des années 1950 aient eu un grand succès auprès des jeunes, friands de pièces avant-gardistes parisiennes. Ces expériences, faute de moyens ne sera pas réitérée. L’IFRU se limitait volontiers au répertoire classique restreint à quelques auteurs bien connus du public éduqué britannique : Molière, Labiche, Musset et Beaumarchais. Néanmoins, les événements dramatiques étaient les plus participatifs et démocratiques et offraient une place privilégiée aux amateurs : fait rare, l’IFRU accueillit des troupes venues d’universités françaises et britanniques, et les élèves du lycée français et de l’Institut présentaient chaque année une pièce de théâtre.

Le cinéma fut l’autre grand domaine que développa l’IFRU non tant par soucis intellectuel et culturel que pour concurrencer la télévision, les établissements londoniens proposant des films. En somme, il s’agissait pour l’IFRU de se faire une place dans une société qui se médiatisait et dont les loisirs évoluaient. Au début des années 1950, le projecteur de l’IFRU datant de la fin des années 1930 fut remplacé par deux projecteurs de 16 et 35 mm. Ainsi en 1950, le Ciné-Club de l’IFRU fut créé.

A partir de 1954, il fut géré par le secrétaire général de l’IFRU, Fréderic Marx, a qui Jourdan aurait un jour dit : « Cher ami, je considère que le cinéma n’est que de la fiente de la culture, alors j’aimerais savoir si vous voulez vous en occupez ? » Le secrétaire général devint alors « Monsieur Cinéma Français14 » (ceci est valable depuis lors puisque le secrétaire général actuellement en poste à l’IFRU est également attaché audiovisuel) et s’occupa de la distribution des films français au Royaume Uni. En développant le cinéma, l’IFRU ambitionnait d’attirer un nouveau public, différent de celui qui venait assister aux conférences jusque-là et qui « s’intéressera peut être à des activités plus austères pour lui. »

L’IFRU possédait également une cinémathèque qui proposait des prêts de films à but non commercial à des associations partenaires. Ceci permettait une diffusion hors les murs qui touche un public qui ne serait normalement pas venu à l’IFRU.

Type de public

1953-54

1954-55

1956-57

Scolaire

437

406

300

Universitaires

43

41

35

Sociétés franco-britanniques

65

73

60

Associations cinématographiques

157

165

200

Divers

180

212

200

 

Conclusion

L’Institut français du Royaume-Uni, qui appartient à la première vague d’instituts culturels à l’étranger se modernisa durant les années 1950. Progressivement, tout en renforçant son caractère universitaire, le programme culturel de l’Institut Français s’ouvrit à un nouveau public, plus nombreux et certainement plus diversifié. Le mot de démocratisation n’apparait jamais dans les archives de l’IFRU à cette époque ; pour autant, dans les faits, un nouveau public se rendit à l’Institut, plus jeune et intéressé par des activités moins spécialisées telles que les discussions et le cinéma et plus participatives telles que les concerts de chorales étudiantes. La démocratisation culturelle s’inscrivit dans l’architecture même du bâtiment : le théâtre fut modifié pour pouvoir accueillir de nouveaux projecteurs, et plus important, le hall froid et austère fut divisé pour faire place à une salle des étudiants et encourager les discussions informelles. L’Institut français ne fut donc plus uniquement le lieu où la haute société francophile et francophone londonienne se rencontrait comme c’était le cas à ses débuts. On passe d’un institut mondain à un institut intellectuel et universitaire qui n’avait plus l’ambition, contrairement à la politique des années 1920 et 1930 de toucher un public ouvrier par exemple, et s’il envoyait des professeurs en province, ceux-ci se cantonnaient pas à officier dans les universités. Il semble que ce phénomène montre en quoi la politique culturelle extérieure de la France se nourrissait de l’expérience et du développent de la politique culturelle en France dans les années 1950.

Aujourd’hui, l’Institut tente de garder une place importante dans le secteur du cinéma à Londres. Mais les activités sont onéreuses, et, par sa localisation, il attire majoritairement le public de l’ouest de Londres, réputé pour son aisance financière. La démocratisation culturelle est néanmoins inscrite dans les buts de l’Institut Français, agence du MAE crée en 2011. Le numérique semble être un des projets les plus porteurs, démocratiques et démocratisés dans la mesure où il permet la participation des internautes et un accès très large, socialement et géographiquement. Ainsi l’IFRU a-t-il mis en place depuis 2010 le projet Culturethèque (http://culturetheque.org.uk/) une plateforme numérique de ressources sur la culture Française et francophone, accessible par tous et gratuitement.

1 Eva Kristeva, table ronde ‘La diplomatie culturelle et les mutations du monde’, Colloque La diplomatie culturelle, un atout pour la France dans un monde en mouvement, Collège de France, 12. 12. 2012.
2 Alain Juppé, ‘Clôture du colloque’, Colloque La diplomatie culturelle, un atout pour la France dans un monde en mouvement, Collège de France, 13. 12. 2012.
3Suzanne Balous, L’action culturelle de la France dans le monde Paris, Presses universitaires de France, 1970. Albert Salon, L’Action culturelle de la France dans le monde: analyse critique, Thèse d’état, Université Panthéon-Sorbonne, 1981.
4 Joseph Nye, Bound to lead: The Changing Nature of American Power, NY: Basic Books, 1991.
5 Voir notamment l’ouvrage récent d’Anne Dulphy, Robert Frank, Marie-Anne Matard-Bonucci, Pascal Ory, (dir.) Les relations culturelles internationales au XXe siècle, De la diplomatie culturelle à l’acculturation, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2010.
6Laurent Martin,  ‘La démocratisation de la culture en France. Une ambition obsolète ?’ communication faite dans le cadre de la journée d’études organisée par le Comité d’histoire du ministère de la Culture le 9 février 2012 au Centre d’histoire de Sciences Po, Démocratiser la culture. Une histoire comparée des politiques culturelles, http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/Democratiser_culture/Laurent_Martin.html
7 Philippe Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris: Éditions du Seuil, 2004, chap. 17 La comparaison internationale.
8Convention culturelle Franco-britannique, signée le 2 mars 1948, Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN), dossier ambassade de Londres, 378 PO C2 806
9 Emmanuelle Picard, Des Usages de l’Allemagne. Politique Culturelle Française En Allemagne et Rapprochement Franco-Allemand, 1945-1963. Politique Publique, Trajectoires, Discours, Institut d’études politiques de Paris – Sciences Po, 1999, pp. 53–54, http://tel.archives-ouvertes./tel-00267294.
10La Revue française, 4, 1913, Archives Institut Français du Royaume-Uni (AIFRU).
11Les conférenciers qui venaient de France parler à Londres, voyageaient ensuite à travers le Royaume-Uni pour parler dans les centres provinciaux de l’Institut Français ou dans les départements de Français de certaines universités.
12Pascal Ory, La belle illusion : culture et politique sous le signe du front populaire : 1935-1938, Paris: PLON, 1994, pp. 504–505.
14Frédéric Marx, Parcours d’un Franco-Britannique à travers le siècle: récit, Nantes: Editions Normant, 2006, p. 177.

Pour citer cet article :
FAUCHER, Charlotte (2013) Quelle démocratisation pour la politique culturelle de la France à l’étranger ? L’exemple de l’Institut Français du Royaume Uni, 1945-1960. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : http://chmcc.hypotheses.org/700 . [mis en ligne le 22 septembre 2014]
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *