Internet et la question de la démocratisation

par Olivier Donnat, sociologue au Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture et de la Communication

Éléments de présentation de la séance sur « le rôle de l’Internet » du 5 mai 2014

La proposition de consacrer à Internet une séance du séminaire sur l’histoire de la démocratisation culturelle peut apparaître comme un pari audacieux, sinon comme une provocation. Ce média apparu il y a quelques décennies et encore en plein développement peut-il déjà intéresser l’histoire, fut-elle contemporaine ?
Confronter les discours qui ont accompagné la mise en place de la politique culturelle «à la française» à ceux des acteurs du développement d’internet constitue pourtant un exercice très stimulant car les uns et les autres présentent à un demi-siècle de distance de nombreuses similitudes.

En effet, les discours ayant accompagné la diffusion du web ont dès l’origine souligné avec insistance les opportunités offertes en termes de démocratie et d’accès à la culture, et le succès des blogs, des réseaux sociaux ou de sites collaboratifs comme Wikipedia témoigne de cette réalité. Beaucoup ont souligné que ce nouveau media «à tout faire» offrait à tout à chacun plus de liberté pour exprimer ses opinions et son potentiel créatif, plus de facilités pour accéder à l’ensemble des productions culturelles – des plus modestes aux plus grandes œuvres de l’art et de l’esprit. Promesses de réaliser la double ambition que se fixait les tenants de la démocratisation : approfondir le processus démocratique ( rendre les citoyens plus libres, plus informés, …) et participer à la diffusion de la culture en allégeant ou même en supprimant les obstacles matériels qui entravent l’accès liés au prix et à l’éloignement de l’offre.

En réalité, les militants de la démocratisation des années 1960 et ceux de l’internet des années 1980 ou 90 partageaient la conviction que l’offre crée la demande, sans tenir compte des ressources matérielles et cognitives qu’exige l’appropriation des œuvres et des contenus culturels. Ils étaient les uns et les autres convaincus que le fait de rendre l’offre disponible gratuitement ou à un faible coût allait contribuer à diversifier le portefeuille des goûts et le profil des publics, oubliant au passage la force des obstacles d’ordre symbolique. L’ambition déclarée était au fond la même.

Pour ceux qui en doutent, rappelons ce que déclarait A.Malraux en présentant le budget de son ministère à l’Assemblée Nationale en 1967 : «Il faut bien admettre qu’un jour on aura fait pour la culture ce que J.Ferry a fait pour l’instruction : la culture sera gratuite». On pourrait presque dire que ce que Malraux a imaginé, Google l’a fait….

Mais en même temps, comment ne pas voir que le nouvel âge numérique qui vient de s’ouvrir sape une grande partie des fondements sur lesquels reposait la politique de démocratisation «à la française»? Comment ne pas être frappé par les ruptures à bien des égards fondamentales introduites par le développement du numérique et d’internet tant au plan des réalités que des représentations ? Je soulignerai à cet égard quatre points majeurs sur lesquels nous aurons probablement l’occasion de revenir.

– le premier changement majeur concerne le passage du national au global. Internet s’est d’emblée constitué et développé à l’échelle mondiale alors que la politique de démocratisation a été pensée et mise en oeuvre dans l’espace national ( l’idée même de démocratisation est difficile à faire comprendre à des anglo-saxons). Ce point est essentiel, car tout s’en trouve changé: les modèles économiques, les modes de régulation mais aussi les modes de consommation, la formation des communautés (on peut aujourd’hui être amateur ou fan d’un artiste ou d’un genre quasi inconnu en France), sans parler du rapport à la culture française.

– les discours militants sur la démocratisation reposaient dans les années 1960 sur la croyance en la toute puissance de l’oeuvre alors que ceux relatifs à internet sont fondés sur la croyance en la toute puissance de la technologie. La politique culturelle «à la française» a longtemps balancé entre l’action culturelle qui, si on reprend l’expression de Philippe Urfalino, reposait sur le mythe de la révélation (il suffit de mettre en contact le peuple avec les œuvres pour que la conversion opère) et le socio-culturel qui misait tout sur l’efficacité des médiateurs chargés de transmettre les codes culturels à ceux qui ne les avaient pas. Or à bien des égard, internet ébranle le pouvoir des uns et des autres, des œuvres comme des médiateurs traditionnels : il offre des armes aux individus ordinaires pour s’emparer des œuvres et les partager mais aussi pour prendre leurs distances à l’égard du jugement des experts, substituant à la médiation humaine une médiation sans médiateur, dont les contraintes et le pouvoir d’imposition sont d’autant plus forts qu’ils s’exercent de manière invisible à travers des dispositifs technologiques. En un mot, les algorithmes ont pris le pouvoir

– la politique de démocratisation reposait sur la valorisation de l’artiste professionnel (on se rappelle comment la question des amateurs a été évacuée dans les années 1960 puis tenue à distance par la politique de l’excellence menée dans les années 1980) alors qu’internet valorise la figure de l’amateur, qu’il s’agisse d’auto-production, de partage de contenus culturels ou de formes d’appropriation enrichies : dans le monde numérique, chacun est en permanence invité à produire, participer, recommander, évaluer, etc….. Ce basculement est décisif car il ébranle les droits de la propriété intellectuelle mais aussi peut-être parce qu’il place le ministère dans une position pour le moins inconfortable : celui-ci n’apparaît plus comme le défenseur « naturel » de la liberté de création (on se souvient encore de la prise de position de Malraux en faveur de la pièce de Genet à l’Odéon), il est devenu celui qui interdit (Hadopi) ou limite la créativité de tous.

– enfin, comment ne pas opposer la verticalité de la politique culturelle des années 1960 à l’horizontalité des usages du numérique ? Internet a fonctionné dès le départ comme un média horizontal, ignorant assez largement les légitimités antérieures et favorisant des prises de parole dans l’espace public de tous, quel que soit son statut. A ce titre, il heurte de plein fouet la verticalité de la politique culturelle «à la française» qui reposait sur une conception fortement hiérarchisée des arts mais aussi sur une représentation du peuple non dépourvue d’un certain aristocratisme, comme l’écrivent Baudelot et Establet à propos de notre système éducatif. En un mot, passage d’une représentation de la société dominée par des élites dotés d’un savoir constitué et d’une légitimité reconnue par un statut à une représentation d’individus en réseaux capables de produire sans intermédiaire ce que certains appellent «la sagesse des foules».

Pour citer cet article :
Internet et la question de la démocratisation. [en ligne] In : Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Centre d’histoire de Sciences-Po Paris, La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine, Paris, 2012-2014. Disponible sur : http://chmcc.hypotheses.org/836 [mis en ligne le 20 octobre 2014]
Copyright Tous droits réservés – Ce texte ne doit pas être reproduit (sauf pour un usage strictement privé), traduit ou diffusé. Le principe de la courte citation doit être respecté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *